BLOG 57 de Tal SCHALLER

Cher amis,

News“Ce n’est pas ce que vous ne savez pas qui vous tue. C’est ce que vous savez avec certitude et qui n’est pas vrai.” Mark Twain

 

Un cumul de faits réfute la campagne de vaccination !

www.kla.tv/21793

 

8,817 COVID Vaccine Injuries Reported to CDC Among Kids 5 to 11, as Study Shows Pfizer Vaccine Only 12% Effective in That Age Group

VAERS data released Friday by the Centers for Disease Control and Prevention included a total of 1,151,450 reports of adverse events from all age groups following COVID vaccines, including 24,827 deaths and 200,331 serious injuries between Dec. 14, 2020, and Feb. 25, 2022.

 

Dioxyde de chlore c/ poisons

https://laveritelibere.com/tic-tac-tic-tac-lheure-est-a-la-detox/sante/

 

[Nouvel article] Ukraine : L’homme qui a vendu l’Ukraine.

L'Informateur. 

Volodymyr Zelensky est l’actuel président de l’Ukraine. Il a été élu lors d’une victoire écrasante en 2019 sur la promesse d’apaiser les tensions avec la Russie et de résoudre la crise dans les républiques séparatistes de l’est de l’Ukraine. Mais il n’a pas fait la moindre tentative pour tenir sa parole sur ces deux questions. Au contraire, il a considérablement exacerbé la crise interne de l’Ukraine tout en provoquant sans relâche la Russie. Zelensky a eu de nombreuses occasions d’aplanir les difficultés avec Moscou et d’empêcher le déclenchement des hostilités. Au lieu de cela, il a constamment aggravé la situation en suivant aveuglément les directives de Washington.

Zelensky a été adulé par l’Occident et loué pour sa bravoure personnelle. Mais, dans la pratique, il n’a pas réussi à rétablir l’unité nationale ou à mettre en œuvre l’accord de paix crucial qui est la seule voie vers la réconciliation. Le président ukrainien n’aime pas le protocole dit de Minsk et a refusé d’en respecter les exigences fondamentales. En conséquence, la guerre fratricide à forte connotation ethnique qui a embrasé l’Ukraine au cours des huit dernières années se poursuit aujourd’hui sans qu’aucune issue ne soit en vue. Le président Vladimir Poutine a fait référence à l’obstination de Zelensky dans un récent discours prononcé au Kremlin. Il a déclaré :

« Lors de l’événement d’hier… les dirigeants ukrainiens ont déclaré publiquement qu’ils n’allaient pas respecter ces accords. Qu’ils ne les respecteraient pas. Eh bien, qu’avez-vous à ajouter ? » (Vladimir Poutine)

La plupart des Américains ne réalisent pas que le rejet des accords de Minsk par Zelensky a été la goutte d’eau qui a fait déborder le vase. Les responsables russes avaient travaillé pendant huit ans sur Minsk, élaborant des conditions acceptables pour toutes les parties. Puis, à la onzième heure, Zelensky a mis le holà à l’accord d’un geste de la main. Pourquoi ? Qui a dit à Zelensky d’abandonner l’accord ? Washington ? Oui, bien sûr.

Et pourquoi Zelensky a-t-il déployé 60 000 troupes de combat dans la zone située juste au-delà de la ligne de contact (dans l’est de l’Ukraine), où elles pouvaient lancer des obus mortels sur les villes et villages des Russes ethniques qui y vivaient ? De toute évidence, le message envoyé à la population était qu’une invasion était imminente et qu’elle devait fuir immédiatement ses maisons ou s’abriter dans ses caves. Quel objectif Zelensky espérait-il atteindre en forçant ces gens à se recroqueviller dans leurs maisons, craignant pour leur vie ? Et quel message entendait-il envoyer à Moscou, dont les dirigeants regardaient ces événements avec une horreur absolue ?

Savait-il que ses actions allaient déclencher des alarmes en Russie, forçant Poutine à appeler ses militaires et à les préparer à une éventuelle invasion pour protéger son peuple de ce qui semblait être une opération massive de nettoyage ethnique ? Oui, c’est ce qu’il faisait.

Alors, en quoi ces actions sont-elles cohérentes avec les promesses de campagne de Zelensky de restaurer l’unité nationale et de résoudre pacifiquement les problèmes de l’Ukraine avec la Russie ?

Elles ne sont pas du tout cohérentes, elles sont diamétralement opposées. En fait, Zelenskyy semble fonctionner selon un tout autre scénario. Prenez, par exemple, son refus total d’aborder les préoccupations minimales de la Russie en matière de sécurité. Zelensky savait-il que Poutine avait déclaré à plusieurs reprises que l’adhésion de l’Ukraine à l’OTAN était une « ligne rouge » pour la Russie ? Savait-il que Poutine n’a cessé de répéter la même chose depuis 2014 ? Sait-il que Poutine a prévenu que si l’Ukraine prenait des mesures pour rejoindre l’OTAN, la Russie serait obligée de prendre des mesures « militaro-techniques » pour assurer sa propre sécurité ? Zelensky est-il au courant que l’OTAN est une alliance contrôlée par Washington qui s’est livrée à de nombreux actes d’agression contre d’autres États souverains. Voici une courte liste des réalisations de l’OTAN :

  • La destruction de la Yougoslavie
  • La destruction de l’Afghanistan
  • La destruction de la Libye
  • La destruction de l’Irak
  • La destruction de la Syrie

Zelensky sait-il que l’OTAN est ouvertement hostile à la Russie et considère la Russie comme une menace sérieuse pour ses ambitions expansionnistes ?

Oui, il est au courant. Ça ne l’a pas empêché d’exprimer publiquement son intérêt pour le développement d’armes nucléaires. Qu’est-ce que cela signifie ? Imaginez le problème que cela poserait à la Russie. Imaginez qu’une marionnette soutenue par les États-Unis, comme Zelensky, ait des missiles nucléaires au bout des doigts. Comment pensez-vous que cela pourrait affecter la sécurité de la Russie ? Pensez-vous que Poutine pourrait ignorer une telle évolution et continuer à remplir son devoir de protection du peuple russe ?

Et pourquoi Zelenskyy a-t-il accepté de laisser livrer des cargaisons successives d’armes mortelles à l’Ukraine s’il recherchait sincèrement la paix avec la Russie ? Pensait-il que Poutine était trop stupide pour voir ce qui se passait juste sous son nez ? Pensait-il qu’il normalisait ses relations en développant son arsenal, en menaçant son propre peuple et en se pliant à toutes les exigences de Washington ?

0u bien considérait-il que les demandes de garanties de sécurité de Poutine étaient déraisonnables ? C’est cela ? Pensait-il que de l’autre côté de l’océan, les États-Unis permettraient au Mexique d’installer des bases militaires, des pièces d’artillerie et des sites de missiles le long de leur frontière sud ? Y a-t-il un président dans l’histoire américaine qui n’aurait pas fait la même chose que Poutine ? Y a-t-il un président dans l’histoire des États-Unis qui n’aurait pas lancé une attaque préventive sur ces armes mexicaines et vaporisé tout être vivant dans un rayon de 30 km ?

Non, les demandes de Poutine étaient tout à fait raisonnables, mais Zelenskyy les a quand même ignorées. Pourquoi ?

Zelenskyy sait-il qu’il y a des « Sektor » de droite, des néo-nazis au sein du gouvernement, de l’armée et des services de sécurité ? Sait-il que, même s’ils sont peu nombreux, ils constituent une force avec laquelle il faut compter et qui joue un rôle important dans la haine et la persécution des Russes ethniques ? Sait-il que ces éléments d’extrême droite participent à des défilés aux flambeaux, se font imprimer des croix gammées ou des tatouages SS sur les bras, et vénèrent l’idéologie racialiste d’Adolph Hitler ? Se rend-il compte que nombre de ces nazis se sont livrés à des actes criminels de brutalité, notamment l’incinération de 40 civils dans le bâtiment des syndicats à Odessa en 2014 ? Pense-t-il que les programmes secrets de la CIA pour armer et former ces militants d’extrême droite renforcent la confiance ou pense-t-il que cela rappelle à Moscou une guerre catastrophique au cours de laquelle 27 millions de Russes ont été exterminés par la Wehrmacht allemande ?

Vous rendez-vous compte que tout ce que Zelensky a fait, a été fait dans l’intention de provoquer la Russie ?

Tous les discours sur l’adhésion à l’OTAN, tous les discours sur la construction d’armes nucléaires, l’accumulation constante d’armes mortelles, le mouvement des troupes vers l’est, le refus d’appliquer le traité de Minsk et le rejet des demandes de sécurité de Poutine : tout cela constituait une série de provocations délibérées. Mais pourquoi ? Pourquoi avoir « appâté l’ours », telle est la question.

Parce que Washington veut attirer la Russie dans une guerre pour pouvoir diaboliser davantage Poutine, isoler la Russie, lancer une opération de contre-insurrection contre l’armée russe et imposer des sanctions économiques sévères qui infligeront un maximum de dommages à l’économie russe. C’est la stratégie de Washington en un mot, et Zelenskyy aide Washington à atteindre ses objectifs. Il se permet d’être l’outil de Washington. Il sacrifie son propre pays pour faire avancer les intérêts des États-Unis.

Tout cela contribue à souligner un point qui n’est jamais pris en compte par les médias et jamais discuté par les experts des informations câblées, à savoir que l’Ukraine va perdre la guerre, et que Zelenskyy le sait. Il sait que les forces armées ukrainiennes ne font pas le poids face à l’armée russe. C’est comme si un Géant écrasait une mouche. L’Ukraine est la mouche. Le public a besoin d’entendre ça, mais il ne l’entend pas. Au lieu de cela, ils entendent des blablas sur des Ukrainiens héroïques qui combattent l’envahisseur russe. Mais ce sont des absurdités, des absurdités dangereuses qui encouragent les gens à sacrifier leur vie pour une cause perdue. L’issue de ce conflit n’a jamais fait de doute : L’Ukraine va perdre. C’est certain. Et si vous lisez entre les lignes, vous verrez que la Russie est en train de gagner la guerre haut la main ; ils écrasent l’armée ukrainienne à chaque tournant, et ils continueront à les écraser jusqu’à ce que l’Ukraine se rende. Regardez cette brève interview du colonel Douglas MacGregor par Tucker Carlson et vous comprendrez ce qui se passe réellement :

Tucker : « Où en est la guerre à partir de ce soir » ? (1er mars)

Colonel McGregor : « Eh bien, les 5 premiers jours, nous avons assisté à un mouvement très lent et méthodique des forces russes pénétrant en Ukraine….. Ils se sont déplacés lentement et prudemment et ont essayé de réduire les pertes parmi la population civile, en essayant de donner aux forces ukrainiennes l’opportunité de se rendre. C’est terminé. Et dans la phase où nous nous trouvons maintenant, les forces russes ont manœuvré pour encercler et entourer les forces ukrainiennes restantes et les détruire par une série de frappes massives à l’artillerie, à coup de roquettes, de frappes aériennes, avec les blindés russes qui se rapprochent lentement mais sûrement et anéantissent ce qui reste. Donc, c’est le début de la fin de la résistance ukrainienne.

Tucker : Quel est l’objectif de Poutine ici ? »

Colonel McGregor : « Poutine a entrepris d’honorer sa promesse de 2007 à la Conférence sur la sécurité de Munich, où il a dit : ‘Nous ne permettrons pas l’expansion de l’OTAN jusqu’à un point où l’OTAN toucherait notre frontière, en particulier en Ukraine et en Géorgie’. Nous considérons ces pays comme des chevaux de Troie pour la puissance militaire de l’OTAN et l’influence des États-Unis… ». Il a répété cet avertissement à maintes reprises, dans l’espoir d’éviter d’avoir à prendre des mesures pour nettoyer efficacement l’est de l’Ukraine de toute force d’opposition, quelle qu’elle soit, et de placer ses forces dans une position vis-à-vis de l’OTAN qui nous dissuaderait de toute nouvelle tentative pour influencer ou transformer l’Ukraine en une plate-forme pour la projection de la puissance américaine et occidentale en Russie. Son objectif – à ce jour – est de s’emparer de toute la partie orientale de l’Ukraine (à l’est du Dniepr) et il a traversé le fleuve là où il se prépare à investir la ville de Kiev.

À ce stade, Poutine doit décider de ce qu’il veut faire de plus. Je ne pense pas qu’il veuille aller plus à l’ouest. Mais il aimerait être sûr que ce qui émergera de cette Ukraine… sera « neutre », non aligné et, de préférence, favorable à Moscou. Ça, il l’acceptera. Si ce n’est pas le cas, sa guerre n’aura été qu’une perte de temps » (« Colonel Douglas MacGregor avec Tucker Carlson »,

Ce que nous pouvons déduire de cette courte interview :

  • La Russie va l’emporter et l’Ukraine va perdre.
  • L’Ukraine va être divisée. Poutine va créer le tampon dont il a besoin pour assurer la sécurité de son pays.
  • Quiconque gouvernera la partie occidentale de l’Ukraine devra déclarer sa « neutralité » (par écrit) et rejeter toute offre d’adhésion à l’OTAN. Ceux qui violeront cette promesse seront démis par la force.

Mais voici ce qui est important : tous les principaux acteurs de ce fiasco savaient dès le départ que l’Ukraine n’avait aucune chance de vaincre l’armée russe. C’était couru d’avance. Ce que nous voulons savoir, c’est pourquoi Zelenskyy n’a pas pris de mesures pour éviter la tragédie avant qu’elle ne se produise.

Répondre à cette question, c’est révéler « qui est vraiment Zelenskyy ».

Posez-vous cette question : Pourquoi Zelenskyy n’a-t-il pas négocié avec Poutine lorsqu’il en avait l’occasion ? Pourquoi n’a-t-il pas retiré ses 60 000 soldats de l’Est ? Pourquoi n’a-t-il pas arrêté les livraisons d’armes de Washington ? Pourquoi n’a-t-il pas appliqué le traité de Minsk ? Pourquoi n’a-t-il pas rejeté l’offre d’adhésion à l’OTAN ?

Enfin, pourquoi était-il si déterminé à faire ce qu’il savait être une source de colère pour Moscou et accroître la probabilité d’une guerre ?

Il n’est pas difficile de répondre à ces questions.

Zelensky a agi sur ordre de Washington depuis le début. Nous le savons. Il a également mis en œuvre l’agenda de Washington, pas le sien et certainement pas celui de l’Ukraine. Nous le savons aussi. Mais cela ne l’exonère pas de sa responsabilité. Après tout, c’est un adulte capable de distinguer le bien du mal. Il sait ce qu’il fait, et il sait que c’est mal ; pire que mal, c’est inexcusable. Il envoie des hommes mourir dans une guerre dont il sait qu’ils ne peuvent pas la gagner ; il inflige des souffrances et des blessures incalculables à son propre peuple sans aucune raison ; et – le pire de tout – il a ouvert la voie à la dissolution de l’Ukraine elle-même, le pays qu’il avait juré de défendre. Ce pays va être brisé en morceaux dans le cadre d’un règlement final avec la Russie, et Zelenskyy aura une bonne part de responsabilité.

Comment un homme comme lui peut-il vivre avec lui-même ?

 

Youtube : La réalisatrice Anne-Laure Bonnel adresse un message vidéo aux spectateurs de la Maison russe

Elle a filmé la tragédie des habitants du Donbass bombardés depuis 2015 pour les Ukrainiens…et comment le gouvernement ukrainien a été soutenu par les Etats-Unis.

 

SKETCH Roland MacDan d'il y a longtemps mais plus que jamais d'actualité

https://www.facebook.com/groups/1546245322228585/permalink/1956961911156922/?sfnsn=scwspmo&ref=share

 

Les Russes ont détruit 13 labos d’armes bactériologiques en Ukraine

Reçu du Colonel AC.

Les troupes russes ont détruit 13 laboratoires d'armes biologiques à travers l'Ukraine, dont certains souterrains, ils ont donc dû effectuer plusieurs explosions pour les détruire. Poutine a des informations selon lesquelles l'Occident - l'Institut américain de la santé, l'Institut français de la santé et le Centre allemand de recherche sur les infections - a versé des milliards de dollars des contribuables de ces pays à l'Ukraine pour développer des armes biologiques sous le couvert de subventions de recherche. Poutine a affirmé qu'il avait des preuves qu'il finirait par rendre publiques "lorsque le monde voudra l'écouter".

Selon Poutine, Zelensky était au courant des laboratoires et a reçu des pots-de-vin en échange de leur permettre d'opérer en secret et sans surveillance officielle.

Poutine a déclaré qu'il avait donné à Zelensky de nombreux avertissements concernant le démantèlement des laboratoires en février 2020 et a averti qu'il le ferait lui-même si Zelensky ne se conformait pas.

Il a reconnu les dommages collatéraux que seul Zelensky est responsable d'avoir mis en danger le peuple ukrainien », a déclaré notre source.Poutine a également nommé Israël.

Il a déclaré que le ministère israélien de la Santé et le Mossad avaient lancé un laboratoire biologique sur l'île du Serpent, qui appartenait à l'Ukraine, située dans la mer Noire, près du delta du Danube, avec un rôle important dans la délimitation des eaux territoriales ukrainiennes.

Le laboratoire biologique de Serpent Island a participé à des recherches sur un type de combat de la rage aéroportée qui, s'il était pulvérisé, pourrait dévaster la Terre avec près de 100% de mortalité.

"Poutine a assuré qu'il avait pris des précautions pour s'assurer que tous les agents pathogènes étaient touchés et suffisamment efficaces pour les rendre inertes. Il n'a pas dit si des munitions thermobariques avaient été utilisées, mais cela semble être une possibilité probable », a déclaré notre source.

Nous n'atteignons pas les villes. Si tel était le cas, alors plus d'un bâtiment à Kiev serait endommagé et il n'y aurait ni électricité, ni eau, ni rien. Nous brûlons les ordures.Nous savons donc maintenant ce que Poutine fait en Ukraine : SAUVER L'HUMANITÉ. Littéralement.©️ https://realrawnews.com/2022/02/puti...ies-destroyed/

https://ns2017.wordpress.com/2022/03/01/les-orphelinats-ukrainiens-alimentent-la-traite-des-enfants-horrible-comme-quoi-trump-et-poutine-ont-raison-de-parler-d-etat-profond-de-la-deep-state-ce-qui-se-passe-est-ignoble-pauvres-enfants/   

https://ns2017.wordpress.com/2022/02/28/pour-savoir-ce-qui-se-passe-en-ukraine-et-russie-lisez-ceci-et-vous-aurez-le-coupable-georges-soros-et-oui-encore-lui-qui-tire-les-ficelles/.        SOROS

https://www.nybooks.com/articles/2014/11/20/wake-up-europe/?insrc=hpss.    Soros.

https://ns2017.wordpress.com/2022/02/28/qui-larmee-canadienne-forme-t-elle-en-ukraine-infiltration-du-gouvernement-canadien-par-les-mouvements-fascistes-du-wef-sont-un-secret-pour-personne-mais-ces-sujets-sont-absents-de-la-press/

https://ns2017.wordpress.com/2022/02/28/cela-fait-8-ans-depuis-la-signature-des-accords-de-minsk-ii-que-la-guerre-est-presente-en-ukraine-et-aucune-presse-au-monde-en-parle/

 

EINSTEIN ET L’AMOUR

 À la fin des années 1980, Lieserl, la fille du célèbre génie Albert Einstein, a donné 1 400 lettres des Einstein à l’Université hébraïque, avec l’ordre de ne pas rendre leur contenu public pendant vingt ans après sa mort.

Extrait d’une lettre d’Einstein à sa fille Lieserl - "L’Amour est la seule et l’ultime réponse":

"Il y a une force extrêmement puissante pour laquelle, jusqu’à présent, la science n’a pas trouvé d’explication formelle. C’est une force qui inclut et régit toutes les autres et crée même chaque phénomène qui opère dans l’univers, et que nous n’avons pas encore identifiée. Cette force universelle est l’Amour.

Lorsque les scientifiques étaient à la recherche d’une théorie unifiée de l’univers, ils ont oublié la plus invisible et la plus puissante de toutes les forces: l’Amour.

L’Amour est Lumière, parce qu’il illumine celui qui la donne et celui qui la reçoit. L’Amour est gravité car il permet l’attirance des êtres les uns envers les autres. L’Amour est puissance car il multiplie le meilleur que nous avons en nous-mêmes et permet que l’humanité ne s’éteigne pas dans son égoïsme aveugle. L’Amour se déploie et se révèle. Nous vivons et mourons pour l’Amour. L’Amour est Dieu et Dieu est Amour.

Cette force explique tout et donne un sens à la vie. C’est le paramètre que nous avons ignoré pendant trop longtemps, peut-être parce que l’Amour nous fait peur, étant donné que c’est la seule énergie de l’univers que l’homme n’a pas appris à gérer à sa guise.

Pour donner de la visibilité à l’Amour, j’ai fait une simple substitution dans mon équation célèbre. Si, au lieu de E = mc2, nous acceptons que l’énergie pour guérir le monde peut être atteinte par l’Amour multiplié par la vitesse de la lumière au carré, nous arrivons à la conclusion que l’Amour est la force la plus puissante qui existe car il n’a aucune limite.

Après l’échec de l’humanité à utiliser et contrôler les autres forces de l’univers, qui se sont retournées contre nous, il est urgent que nous nous nourrissions d’un autre type d’énergie. Si nous voulons que notre espèce survive, si nous voulons trouver un sens à la vie, si nous voulons sauver le monde et tous les êtres vivants qui l’habitent, l’Amour est la seule réponse possible.

Peut-être bien que nous ne sommes pas encore prêts à fabriquer une «bombe d’Amour», un dispositif assez puissant pour détruire toute la haine, l’égoïsme et la cupidité qui affligent la planète. Cependant, à l'intérieur de chaque être humain, se trouve un générateur d’Amour petit mais puissant dont l’énergie attend d’être libérée.

Lorsque nous apprenons à donner et à recevoir cette Énergie universelle, chère Lieserl, nous pouvons affirmer que l’Amour est toujours vainqueur, qu’il peut transcender tout et n’importe quoi, parce que l’Amour est la quintessence de la vie.

Votre père, "

Albert Einstein

Buffalo jump

Les énormes contrevérités lancées sur les peuples de la Civilisation occidentale par leurs gouvernements ont reformaté le cerveau de millions de personnes à tel point qu’elles sont rentrées docilement dans une psychose collective et ont franchi un saut de buffle. Quelle débandade cela a été !

Mais soudain, les buffles restants rechignent au bord de la falaise, voyant les corps s’empiler en contrebas. Certains ont même fait demi-tour et se sont mis à charger à travers la prairie sombre contre les créatures qui conduisaient le troupeau avec leurs klaxons de tromperie. Toute autorité, de Vienne à Vancouver, se révèle psychopathe – elle cherche apparemment à tuer et à blesser le plus grand nombre possible. Parlez de l’aiguille et des dommages causés ! Sinon, pourquoi s’obstiner avec des vaccins qui ne fonctionnent pas et qui provoquent les mécanismes de maladie les plus mortels comme effets secondaires ?

L’élément le plus mystérieux de l’histoire, bien sûr, est ce qui a motivé les différents acteurs de ce maudit mélodrame. Vous pourriez commencer par demander au Dr Anthony Fauci pourquoi il a suggéré cette semaine la nécessité d’une nouvelle série d’injections de rappel d’ARNm qui se sont déjà révélées totalement inefficaces contre la génération omicron du coronavirus. Les gens meurent à cause de ces rappels. Chaque injection successive envoie une nouvelle cargaison de protéines toxiques artificielles dans la circulation sanguine, qui restent actives pendant plus d’un an, bouchant insidieusement les capillaires des organes vitaux et déclenchant des ruptures dans les mécanismes autour des protéines codées des systèmes immunitaires qui désactivent les défenses naturelles de l’organisme contre une panoplie de maladies, y compris les cancers. (Voir ceci: Cancers : «la prochaine crise sanitaire» ! – les 7 du quebec )

Les compagnies d’assurance-vie commencent à s’en rendre compte et à se plaindre de l’augmentation stupéfiante de la mortalité toutes causes confondues. Personne d’autre dans le circuit n’ose s’exprimer, surtout pas les médecins, à l’exception de quelques courageux… McCullough, Malone, Kory, Bhattacharya, Kheriaty, Cole, Risch, Marik, Urso…..

Le Dr Fauci, bien sûr, a toute une carrière de fautes professionnelles en santé publique à couvrir. Dans sa quête d’immortalité médicale, il a bousillé la réponse institutionnelle à l’épidémie de SIDA, en introduisant des protocoles de médicaments toxiques toujours inexplicablement utilisés aujourd’hui – notamment l’AZT, qui a été approuvé par la FDA malgré des essais de phase II bâclés en 1986. Ensuite, le Dr Fauci a tenté de trouver un remède miracle au terrifiant virus Ebola : le remdesivir. Encore des essais bâclés. Bref, le médicament n’a pas fonctionné contre Ebola. Mais il l’a ressorti pour sa création phare, la Covid-19, et a obtenu des NIH qu’ils fassent du remdesivir la norme de soins pour les patients hospitalisés – en même temps qu’il obtenait de la bureaucratie qu’elle interdise et diabolise les protocoles de traitement précoce efficaces, notamment l’ivermectine et l’hydroxychloroquine – tout en faisant la promotion de son remède miracle de nouvelle génération, les vaccins à ARNm, qui ont également échoué à leurs essais bâclés et ineptes.

Le remdesivir provoque une insuffisance rénale en cinq jours, entraînant une accumulation de liquide dans les poumons, et les médecins ont été incapables de discerner les effets secondaires mortels des symptômes supposés de la Covid-19 elle-même. De plus, les autorités de santé publique ont accordé une prime de 17.000 dollars aux hôpitaux pour chaque traitement au remdesivir administré, ainsi que de l’argent supplémentaire si les décès étaient déclarés comme étant liés à la Covid-19. Tout un racket. Le résultat net est des centaines de milliers de décès dus à des erreurs médicales massives, et finalement la ruine de tout le système médical américain basé sur le racket. (Voir ceci : Le scandale Ivermectine – les 7 du quebec )

Désormais, les médecins devront se battre avec acharnement pour ne pas être considérés comme de dangereux charlatans, tandis que l’ensemble de l’échafaudage des conglomérats hospitaliers et des cabinets de groupe s’effondre. Vous n’avez aucune idée de la tempête de poursuites judiciaires qui s’abat sur l’establishment médical alors que le brouillard de la propagande se lève enfin et que le public peut voir ce qui a été perpétré contre lui. Des inculpations criminelles contre le Dr Fauci et certains de ses collègues devraient suivre dans un monde sain, et il y a une chance que le monde commence à se rapprocher un peu plus de la raison – où le respect de la vérité et de la règle de droit peut redonner de l’énergie à la conscience publique collective.

Le parti Démocrate a porté ce fiasco de santé publique au pouvoir aux États-Unis et a abusé de ses prérogatives de manière exorbitante dans sa quête d’un pouvoir sans but… autre que celui d’avoir plus de pouvoir pour bousculer les gens. Le parti Démocrate a utilisé la Covid-19 pour permettre la fraude électorale qui a chassé son ennemi juré, M. Trump, du pouvoir – et il voulait absolument avoir la même excuse pour l’utiliser à nouveau cette année. Depuis des semaines maintenant, le parti hésite entre un quadruplement de ses obligations Covid insensées et la reconnaissance fébrile que trop de nouvelles de ses crimes et turpitudes autour de la crise Covid se sont répandues.

Des dizaines de millions de personnes ont écouté les trois heures d’interviews de Joe Rogan avec les docteurs McCullough et Malone, dans lesquelles ils ont exposé les faits choquants concernant la montée de la tyrannie médicale, la campagne de propagande qui la soutient à partir des anciens réseaux de médias d’information, et les machinations obscènes d’une industrie pharmaceutique dévoyée, ivre de profits. Ces deux interviews longues et réfléchies avec McCullough et Malone ont modifié la perception du public de ce qui s’est passé, et leur participation avec d’autres médecins aux récentes audiences du sénateur Ron Johnson, ont complètement déséquilibré le Parti de la Covid-19 et du Chaos.

Le soulèvement des camionneurs canadiens inspire une résistance générale au fait d’être bousculé par des élus trop ambitieux et leurs subalternes bureaucratiques, et l’exemple des camionneurs est suivi dans toute la société occidentale. Attendez que les camionneurs américains se mettent de la partie, eux qui représentent une vaste catégorie de citoyens qui ont pris une raclée depuis plus de deux ans et qui, de plus en plus, n’ont plus rien à perdre.

Après la campagne coordonnée et boiteuse visant à discréditer Joe Rogan, les Démocrates et leurs complices dans les médias d’information ont effectué un virage désespéré cette semaine, tentant effrontément de prétendre qu’ils peuvent s’en sortir après avoir encouragé un meurtre de masse. Les élections de mi-mandat se profilent à l’horizon. Non seulement ils peuvent être évincés du pouvoir législatif, mais il y a une excellente chance que leur infortuné président, « Joe Biden », soit mis en accusation et condamné par un nouveau Congrès pour corruption et trahison, et la vice-présidente avec lui pour des crimes majeurs, ce qui conduirait à l’installation d’un nouveau speaker de la Chambre (pas un Démocrate) comme président. Entre les enquêtes du Congrès qui suivront et la nomination d’un nouveau procureur général, les poursuites pourront commencer et le pays pourra entamer la réhabilitation de sa conscience.

James Howard Kunstler

Pour lui, les choses sont claires, le monde actuel se termine et un nouveau arrive. Il ne dépend que de nous de le construire ou de le subir mais il faut d’abord faire notre deuil de ces pensées magiques qui font monter les statistiques jusqu’au ciel.

 

Artémisia Collège

Le monde corrompu que nous connaissions est en voie de disparaître…

Ce moment est historique. Le corollaire est que nous nous dirigeons vers un moment puissant de campagne de désinformation à grande échelle, par les médias de l'État profond et la censure totale qui s'installe…

Contre cette censure implacable, contre la désinformation et la pensée unique, vous avez nos 3 réseaux pour suivre l’actualité (auxquels vous pouvez vous inscrire gratuitement sans obligation) :

GETTER

https://gettr.com/user/artemisiacolleg

Telegram
https://t.me/artemisiacollegefloraison ou https://t.me/s/artemisiacollegefloraison

VK
https://vk.com/artemisiacollege

Toutes nos publications :

https://www.artemisia-college.info/_iserv/dlfiles/dl.php?ddl=page-artemisia-college.pdf

 

Le vaccin COVID-19 de Pfizer pénètre

dans les cellules hépatiques et est converti

en ADN : étude

L'ARN messager (ARNm) du vaccin COVID-19 de Pfizer est capable de pénétrer dans

les cellules hépatiques humaines et est converti en ADN , selon des chercheurs

suédois de l'Université de Lund.

Les chercheurs ont découvert que lorsque le vaccin à ARNm pénètre dans les cellules

hépatiques humaines, il déclenche l'ADN de la cellule, qui se trouve à l'intérieur du

noyau, pour augmenter la production de l'expression du gène LINE-1 afin de produire

de l'ARNm.

L'ARNm quitte ensuite le noyau et pénètre dans le cytoplasme de la cellule où il se

traduit en protéine LINE-1. Un segment de la protéine appelé cadre de lecture ouvert-

1, ou ORF-1, retourne ensuite dans le noyau où il se fixe à l'ARNm du vaccin et se

transcrit en ADN de pointe.

La transcription inverse se produit lorsque l'ADN est fabriqué à partir d'ARN, alors

que le processus de transcription normal implique qu'une partie de l'ADN sert de

matrice pour fabriquer une molécule d'ARNm à l'intérieur du noyau.

"Dans cette étude, nous présentons des preuves que le vaccin à ARNm COVID-19

BNT162b2 est capable d'entrer dans la lignée de cellules hépatiques humaines Huh7

in vitro", ont écrit les chercheurs dans l'étude, publiée dans Current Issues of

Molecular Biology . "

L'ensemble du processus s'est déroulé rapidement en six heures. L'ARNm du vaccin

se convertissant en ADN et se trouvant à l'intérieur du noyau de la cellule est quelque

chose que les Centers for Disease Control and Prevention (CDC) ont déclaré ne se

produirait pas.

"Le matériel génétique délivré par les vaccins à ARNm n'entre jamais dans le noyau

de vos cellules", a déclaré le CDC sur sa page Web intitulée " Mythes et faits sur les

vaccins COVID-19 ".

Le CDC affirme que les «vaccins COVID-19 ne changent ni n'interagissent avec votre

ADN de quelque manière que ce soit», affirmant que tous les ingrédients des vaccins

à ARNm et à vecteur viral COVID-19 (administrés aux États-Unis) sont jetés du corps

une fois que les anticorps sont produits. Ces vaccins délivrent du matériel génétique

qui ordonne aux cellules de commencer à fabriquer des protéines de pointe trouvées

à la surface du SRAS-CoV-2 qui amènent le COVID-19 à produire une réponse

immunitaire.

Pfizer n'a pas commenté les résultats de l'étude suédoise et a seulement déclaré que

son vaccin à ARNm ne modifie pas le génome humain.

« Notre vaccin COVID-19 ne modifie pas la séquence d'ADN d'une cellule humaine »,

a déclaré un porte-parole de Pfizer à Epoch Times dans un e-mail. "Il ne fait que

présenter au corps les instructions pour renforcer l'immunité."

Plus de 215 millions ou 64,9% des Américains sont complètement vaccinés au 28

février, dont 94 millions ont reçu une dose de rappel.

L'étude suédoise a également trouvé des protéines Le vaccin COVID-19 de Pfizer pénètre

dans les cellules hépatiques et est converti en ADN :

L'étude suédoise a également trouvé des protéines de pointe exprimées à la surface

des cellules hépatiques qui, selon les chercheurs, pourraient être ciblées par le

système immunitaire et éventuellement provoquer une hépatite auto-immune, car "il

[y a] eu des rapports de cas sur des personnes qui ont développé une hépatite auto-

immune après la vaccination BNT162b2.

Le Dr Peter McCullough, interniste, cardiologue et épidémiologiste, a écrit sur

Twitter que les découvertes de l'étude suédoise ont "d'énormes implications sur les

changements chromosomiques permanents et la synthèse constitutive à long terme

des pics entraînant la pathogenèse d'un tout nouveau genre de maladies chroniques".

De Epoch Times”

 

Regardez "Les superpouvoirs de l’urine | ARTE" sur YouTube

https://youtu.be/_73JeFW5InE

et lisez Testez l’urinothérapie  !

 

Toxicité des vaccins « anti-Covid »

Jérémie MERCIER

Oui, je sais, l’Ukraine a pris le devant de la scène, et en un claquement de doigts, la psychose entretenue par la secte apocalyptique covidiste a laissé place à la psychose guerrière entretenue par les pays occidentaux sous contrôle de l’OTAN et des États-Unis.

Le Covid a disparu !

Adieu la guerre pseudo-sanitaire !

Maintenant, vive la guerre soi-disant « pour sauver le peuple ukrainien » !

Dans cette période plus qu’étrange, alors que les sous-citoyens français vont redevenir « citoyens » le 14 mars (sauf les soignants suspendus, qui restent sous-citoyens), juste à temps avant les élections présidentielles en France, après 2 ans de « crise Covid », on sait :

  • qu’il n’y a pas eu de pandémie ([1], [2] et [3])
  • que les syantifiques ont relayé le discours dominant par ignorance, naïveté, conformisme ou corruption [4] (je ne parle pas des trop rares vrais scientifiques qui ont fait leur boulot)
  • que la solution magique promue (l’injection expérimentale) pour résoudre la pandémie bidon était non seulement également bidon [5] mais aussi potentiellement dangereuse ([6] et [7])
  • que les fabricants de ces injections bidons sont des entreprises habituées à mentir et à fournir des données bidons pour vendre leurs drogues et autres injections plus ou moins expérimentales ([8] et [9].)

Enfin, on s’est même posé la question de l’existence du fameux « virus » SARS-CoV-2, en tout cas de sa pathogénicité s’il existe réellement en dehors des simulations informatiques (existence « in silico ») et il se pourrait qu’il faille revoir complètement notre vision des maladies infectieuses [10].

Aujourd’hui, nous allons voir que les injections bidons censées protéger de la pandémie bidon sont purement et simplement des substances toxiques.

Cette toxicité a pu être analysé de façon très fine par Dr Joseph Hickey et prof Denis Rancourt, de l’Association des Libertés Civiles de l’Ontario (https://ocla.ca/), que je t’invite à soutenir en faisant un don en cliquant sur ce lien, sur le bouton PayPal en haut à droite de la page.

Leur publication sur le sujet est disponible ici (en anglais) : https://ocla.ca/ocla-report-nature-of-toxicity-of-covid-19-vaccines-in-usa-version-1/

J’ai eu le plaisir de recevoir Joseph Hickey et Denis Rancourt, pour l’émission Science en Conscience pour RéinfoCovid n°21 ce mardi 1er mars. Cette vidéo remarquable, censurée en moins de 10 heures de la plate-forme YouTube (ce qui me vaut la punition suivante : une interdiction de publiée d’une semaine sur ma chaîne – donc jusque demain – et aussi une interdiction de publier de 2 semaines pour la chaîne ReinfoCovid reloaded, je suis profondément désolé pour eux !).

Heureusement, cette vidéo est toujours disponible sur CrowdBunker https://crowdbunker.com/v/p37icnQa ou sur Odysee : https://odysee.com/@jeremiemercier:0/analyse-de-la-toxicit%C3%A9-des-injections:4

Voici le lien de la retranscription de la vidéo (document pdf à télécharger).

L’analyse des données du VAERS (Vaccine Adverse Effect Reporting System) aux États-Unis permet de mesurer la toxicité des différentes injections communément appelées « vaccins anti-Covid ».

Compte tenu de l’évolution du nombre de morts et du nombre d’effets indésirables dans le temps après la date des injections, on peut montrer qu’il existe un lien de causalité entre ces effets indésirables (parfois fatals) et l’injection en question. On peut aussi démontrer que l’injection Janssen tue 3 fois plus que l’injection Moderna, et même 4 fois plus que l’injection Pfizer.

En outre, Joseph Hickey et Denis Rancourt démontrent que les personnes les plus âgées sont celles qui ont le plus souffert de ces effets indésirables (notamment la mort).

Ainsi, non seulement ces injections n’ont aucune justification scientifique, mais en plus chercher à injecter les personnes âgées les met disproportionnellement en danger.

Bref, si tu as pris ces injections bidons, quelle qu’en soit la raison (pour aller au resto, au ciné, pour voyager, pour pas perdre ton boulot, pour protéger les autres, toi-même ou le narratif), sache au moins que tu t’es fait injecter un produit toxique.

Si tu en réchappes sans effet indésirable, j’espère pour toi que ça va durer et que tu ne vas pas te refaire injecter de truc chelou et toxique à l’avenir (c’est la norme malheureusement).

 

de santé non censurée :

UN GRAND CHANGEMENT !

Chère lectrice, cher lecteur,

Je vous en parle depuis 6 semaines.

Souvenez-vous, je vous expliquais qu’Omicron était en train de changer le profil des malades dans les hôpitaux.

Eh bien 6 semaines plus tard, les non-vaccinés ne représentent plus que 26,2% des hospitalisations et 31,3% des décès1.

Alors que le ratio est de 59,7% pour les hospitalisations du variant Delta et de 51% pour les décès2.

C’est un vrai revirement de situation que les médias et les médecins de plateau TV sont ravis de dissimulés sous… les bombes russes.

Les non vaccinés ne sont plus majoritaires dans les hôpitaux.

La tendance est la même du côté des entrées en soins critiques et des décès comme vous pouvez le voir ci-dessous.

Ces données sont issues de la DREES et regroupent l’ensemble des cas Covid de plus de 20 ans hospitalisés du 1er janvier au 13 février dernier.


De manière plus globale, la proportion de non vaccinés (en rouge) hospitalisés, en soins critiques ou décédés n’a cessé de chuter depuis plusieurs mois :

Si ce phénomène avait déjà débuté au milieu de l’année 2021, vous pouvez voir qu’il s’est considérablement accéléré ces derniers mois, tandis qu’Omicron s’imposait enfin face au variant Delta.

 

Et cela vaut tant pour les hospitalisations, que pour les entrées en soins critiques et pour les décès.

Après une légère remontée des statistiques en fin d’année, les chiffres sont désormais en chute libre depuis janvier.

Face à ces constatations, il devient de plus en plus difficile de porter le blâme sur les non vaccinés…

Tout comme il leur est impossible de dire sur un JT que près de 70% des décès le sont aujourd’hui chez des personnes vaccinées 2 doses ou 3 doses.

Pour le gouvernement et les médias, c’est une catastrophe.

C’est tout le discours classique destiné à accabler les non vaccinés et les rendre responsables de la saturation des hôpitaux qui s'effondre !


 

Prêts
pour un monde meilleur ?...

Newsletter de Michel DOGNA
 

Concernant une grande partie de la population, je ne suis pas sûr !

Pour reprendre un juste mot d’Alain Juppé, personnage pour lequel je n’ai pourtant que peu de sympathie, "les gens veulent le changement à condition que rien ne bouge… (dans leurs habitudes)". Tout est dit ! Et je pourrais clore mon article ici !...

Alors que nous sommes pris en otage par une élite d’imposteurs ennemis qui démantèlent la France et massacrent allègrement les français en prétendant que c’est pour les protéger, des (fausses) statistiques « officielles » nous expliquent que Macron se représente à la présidentielle et qu’il a toutes les chances de repasser. On a vu avec l’affaire Trump et la précédente élection Macron comment le vote par correspondance est, grâce aux machines Dominion, la porte ouverte à une gigantesque tricherie où tout est joué d’avance. J’aime beaucoup la citation de Coluche "Si le vote servait à quelque chose, il y a longtemps qu’il serait interdit".

Combien sont prêts à déclarer le mode de scrutin inacceptable et à le rejeter massivement ? Aux dernières élections régionales il a été décidé par décret que les villages de moins de 10 000 habitants ne seraient pas pris en compte ; or les villages ruraux, c’est près de 90% de la population française… qui n’ont plus eu accès au vote. Et quelle réaction y a-t-il eu ? Aucune ! Les gens semblent déconnectés.

Je vais reprendre une analogie que j’ai faite il y a quelques années entre la constitution du monde bactérien d’une terre arable vivante et celle de notre société :

Il y a 3 sortes de bactéries :

  • 1. Les bactéries de fermentation (qui alimentent la Vie),
  • 2. Les bactéries de putréfaction (qui traitent la Mort),
  • 3. Les bactéries opportunistes (moutons 80%) qui se rangent derrière les plus forts (sécurité).

Dans une flore équilibrée, il y a une large majorité de bactéries de fermentation par rapport à celle de la putréfaction – c’est ce qui se passe dans une culture bio – mais dans une culture aux engrais chimiques c’est l’inverse. Cette culture est toxique et elle fragilise ceux qui la consomment.

Dans les cités humaines, il y a :

  • 1. Les pacifistes qui créent la prospérité et respectent la vie – ils ont une conscience spirituelle - leur âme est connectée à l’Energie-Amour universel
  • 2. Les gens qui créent la destruction, le malheur, la souffrance. Leur nature est de voler et de tuer – ce sont des nazies satanistes qui vivent séparés de leur âme et qui n’ont aucune empathie pour les autres.
  • 3. Les gens opportunistes (80%) sans charisme qui se soumettent (esclaves) aux plus forts et collaborent avec eux – leur seul souci prévalent est leur bien-être et leur sécurité – et tant pis pour les autres - leur âme est dormante et ne peut se réveiller que par des conditions dramatiques.

Dans une société harmonieuse les leaders pacifistes bâtisseurs sont très majoritaires, mais hélas depuis longtemps c’est un satanisme sans pitié qui a pris le dessus grâce à la force et la cruauté – maintenant cet état de choses est devenu plus larvaire et confus grâce à la tromperie systématique de la part des leaders. De cette façon les opportunistes sont bien plus faciles à séduire pour collaborer aux œuvres mortifères du nazisme régnant et omniprésent.

Le mensonge : Référence intrinsèque de notre civilisation

On dit que l’argent est le nerf de la guerre -  je crois que maintenant, le mensonge a pris la première place. Il y a quelques jours Vladimir Poutine a dit « L’occident est l’empire du mensonge » - c’est vrai, et encore heureux qu’il y ait Internet comme échappatoire malgré toutes les censures à son encontre.

L’affaire du Covid n’a-t-elle pas été une énorme compilation de mensonges, d’omerta et d’interdits criminels qui ont généré des millions de handicapés à vie et de morts subites ou prématurées. Les deux tiers du peuple français s’y sont laissé avoir.

Quand Macron a déclaré "nous sommes en guerre" (il n’a pas précisé entre qui et qui) – la réponse évidente est que c’est entre son gouvernement félon et le peuple de France – sa force a été le mensonge permanent et la tromperie tous azimuts sur les grands journaux et la maudite télé.

Voyez ce rapport édifiant de Frédéric Chaumont face à l’actuelle propagande toxique sur le conflit russo-ukrainien - son discours est soutenu par de nombreux documents d’Antoine AH2020, dont les protagonistes sont pris en flagrant délit de montages fakes :

https://odysee.com/@AgoraTVNEWS:5/84_Presse-pourrie:2

(18 min 21)

PAS DE VIE SANS DEFENSES IMMUNITAIRES 
PAS DE NATIONS PERENNES SANS DEFENSES MILITAIRES

L’histoire montre bien que les peuples pacifiques qui ont négligé leur sécurité défense ont tous été décimés par des prédateurs. Les lois de la nature sont incontournables ! N’en déplaise aux rêveurs angélistes.
Dans notre cas présent, non seulement les forces armées ont été gravement affaiblies, mais elles ont été retournées contre le peuple qu’elles devraient défendre. En biologie, cela s’appelle "maladie auto immune" (auto destruction).
Quant aux vaxx ARNm, leur but a bien été la destruction de notre immunité – des virologues ont même parlé de création d’un terrain SIDA chez les trivaXXés.

L’accès au monde de la 5ème dimension

L’opération préalable est celle de nos trois puissants libérateurs, évidemment trainés dans la boue par les chiens de garde journaleux à la solde de la mafia nazie des hyper riches ; ce sont évidemment TRUMP, POUTINE et XI-JINPING qui depuis plus de 4 ans effectuent discrètement grâce à l’armée de L’ALLIANCE INTERNATIONALE, un travail de nettoyage profond  concernant la corruption nazie infiltrée partout, la récupération de milliers d’enfants achetés dans les pays pauvres et élevés dans des tunnels pour trafic sexuel et rituels sataniques, et la chasse aux multiples laboratoires de guerre bactériologique et virale répartis dans le monde.

Ce grand nettoyage étant enfin près d’être terminé, il va falloir que TOUS les candidats à ce nouveau monde de 5ème dimension appliquent deux maitres mots, qui sont CONSCIENCE ET RESPECT DE LA VIE.

Réfléchissez bien lorsque vous achetez quelque chose, si vous ne collaborez pas à du malheur, de la maladie, de la cruauté, de l’injustice, ou du crime organisé…

Une fois de plus, j’exhorte à adopter le végétarisme pour ne pas participer aux atrocités effectuées sur les animaux dits de bouche, surtout ceux qu’on élève industriellement comme de la marchandise et que l’on mange sans états d’âme – il faut se libérer des mœurs empruntés à des civilisations cruelles d’aventuriers. J’ai beaucoup écrit sur ce sujet dans mes livres tels que "Alertes en vrac" aux éditions Guy Trédaniel ou/et "Impostures contre la vie" en ebook, chez Irélia Editions pour montrer les multiples raisons de l’ineptie du carnivorisme. En 40 ans de végétarisme j’ai largement prouvé que la viande ne sert à rien, même en travaillant dur ! 
 

ET POUR FINIR EN BEAUTE

Reçue : réalisation de Felipe Cante " Partisans de Lumière" 
Paroles et musique magnifiques

https://youtu.be/DxnjryDfNTg

FELIPE - Partisans de Lumière 
Paroles et musique, guitare et chant :  FELIPE

 

Mesures Covid : Plainte pénale pour génocide déposée à La Haye

https://www.kla.tv/21823

 

"sur le net :

Saviez-vous que les vaccins à ARNm COVID-19 ne sont pas des vaccins dans la définition
médicale et légale d'un vaccin ? Ils ne vous empêchent pas de contracter l'infection et
n'empêchent pas non plus sa propagation. Ce sont vraiment des thérapies géniques expérimentales.
J'ai discuté de ce fait troublant dans une interview avec la biologiste moléculaire Judy Mikovits, Ph.D. Alors que les injections d'ARNm de Moderna et Pfizer sont étiquetées
comme des "vaccins", et que les agences de presse et les responsables de la politique de santé les appellent ainsi, les brevets réels pour les injections de Pfizer et Moderna les
décrivent plus fidèlement comme une "thérapie génique", et non comme des vaccins.
Définition du "vaccin"
Selon les Centers for Disease Control and Prevention des États-Unis, un vaccin est "un produit qui stimule le système immunitaire d'une personne pour produire une immunité contre une maladie spécifique, protégeant la personne de cette maladie". L'immunité, à son tour, est définie comme «la protection contre une maladie infectieuse», ce qui signifie que «si vous êtes immunisé contre une maladie, vous pouvez y être exposé sans être infecté».
Ni Moderna ni Pfizer ne prétendent que c'est le cas pour leurs "vaccins" COVID-19. En fait, dans leurs essais cliniques, ils précisent qu'ils ne testeront même pas l'immunité.
Contrairement aux vrais vaccins, qui utilisent un antigène de la maladie que vous essayez de prévenir, les injections de COVID-19 contiennent des fragments d'ARN synthétiques encapsulés dans un composé porteur de nanolipides, dont le seul but est d'atténuer les
symptômes cliniques associés au S-1 protéine de pointe, pas le virus réel.

Ils ne confèrent pas réellement d'immunité ni n'inhibent la transmissibilité de la maladie. En d'autres termes, ils ne sont pas conçus pour vous empêcher de tomber malade du SRAS-
CoV-2 ; ils ne sont censés atténuer vos symptômes d'infection que si ou quand vous êtes infecté.
En tant que tels, ces produits ne répondent pas à la définition légale ou médicale d'un vaccin, et comme l'a noté David Martin, Ph.D., dans la vidéo ci-dessus, "Les ramifications
juridiques de cette tromperie sont immenses."
Qu'est-ce qui constitue « le plus grand bien » ?
Martin souligne la décision de la Cour suprême de 1905 dans l'affaire Jacobson contre Massachusetts, qui a essentiellement établi que les avantages collectifs l'emportent sur les
avantages individuels. Pour le dire franchement, il a fait valoir qu'il est acceptable que des individus soient lésés par des directives de santé publique à condition que cela profite au
collectif.
Maintenant, si la vaccination est une mesure de santé publique qui est censée protéger et bénéficier au collectif, alors elle devrait a) garantir que l'individu qui est vacciné est immunisé contre la maladie en question ; et b) que le vaccin inhibe la transmission de la maladie.
Ce n'est que si ces deux résultats peuvent être prouvés scientifiquement que l'on peut dire que la vaccination protège et profite au collectif - la population dans son ensemble. C'est là
que nous rencontrons des problèmes avec les "vaccins" à ARNm.
Les dépôts SEC de Moderna, que Martin prétend avoir soigneusement examinés, précisent
et soulignent que sa technologie est une «technologie de thérapie génique». À l'origine, sa technologie a été mise en place pour être un traitement contre le cancer, donc plus précisément, c'est une technologie de thérapie génique de chimiothérapie.
Comme l'a noté Martin, qui lèverait la main pour recevoir une thérapie génique par chimiothérapie prophylactique pour un cancer que vous n'avez pas et que vous ne risquez peut-être jamais de contracter ? Selon toute vraisemblance, peu sauteraient sur une telle offre, et pour cause.
De plus, les États et les employeurs ne pourraient pas obliger les individus à recevoir une thérapie génique par chimiothérapie pour un cancer qu'ils n'ont pas. Ce ne serait tout simplement pas légal. Pourtant, ils proposent que toute l'humanité soit forcée d'obtenir une thérapie génique pour COVID-19.
Vaccins COVID-19 — Un cas de publicité mensongère

Maintenant, si le vaccin COVID-19 n'est vraiment pas un vaccin, pourquoi l'appellent-ils ainsi ? Bien que le CDC fournisse une définition du « vaccin », le CDC n'est pas la loi en vigueur. C'est une agence habilitée par la loi, mais elle ne crée pas la loi elle-même..
• Code de l'État de Washington - "Vaccin signifie une préparation d'un micro-organisme vivant tué ou atténué, ou d'une fraction de celui-ci..." Puisque Moderna et Pfizer utilisent de l'ARN synthétique, ils ne répondent clairement pas à cette définition. Étant un synthétique artificiel, l'ARN utilisé n'est pas dérivé de tout ce qui a été vivant à un moment donné, qu'il s'agisse d'un micro-organisme entier ou d'une fraction de celui-ci. La loi
continue de préciser qu'un vaccin "lors de l'immunisation stimule l'immunité qui nous protège contre la maladie..."
Ainsi, en résumé, « vaccin » et « immunité » sont des termes bien définis qui ne correspondent pas aux points finaux spécifiés dans les essais de vaccins COVID-19. Le critère d'évaluation principal de ces essais est : « Prévention de la maladie COVID-19
symptomatique ». Est-ce la même chose que "l'immunité" ? Non, ce n'est pas le cas.
Il y a plus de problèmes qu'un
Mais il y a un autre problème. Martin souligne que la «maladie COVID-19» a été définie comme une série de symptômes cliniques. De plus, il n'y a pas de lien de causalité entre le
SRAS-CoV-2, le virus et l'ensemble de symptômes connus sous le nom de COVID-19.
Comment est-ce, vous pourriez demander? C'est simple, vraiment. Étant donné qu'une grande majorité des personnes testées positives pour le SRAS-CoV-2 ne présentent aucun symptôme, elles n'ont pas été en mesure d'établir un lien de causalité entre le virus et la
maladie clinique.
Voici encore un autre problème : le point final principal des essais de vaccins COVID-19 n'est pas un point final réel des essais de vaccins car, encore une fois, les points finaux des
essais de vaccins ont à voir avec l'immunité et la réduction de la transmission. Aucun de ceux-ci n'a été mesuré.
De plus, les principaux critères d'évaluation secondaires de l'essai de Moderna incluent « la prévention de la maladie COVID-19 grave et la prévention de l'infection par le SRAS-CoV-
2 ». Cependant, de son propre aveu, Moderna n'a pas réellement mesuré l'infection, déclarant qu'il était trop "impraticable" de le faire.
Cela signifie qu'il n'y a aucune preuve que cette thérapie génique ait un impact sur l'infection, pour le meilleur ou pour le pire. Et, si vous n'avez aucune preuve, vous nepouvez pas satisfaire à l'exigence du Code américain qui stipule que vous devez avoir "des preuves scientifiques compétentes et fiables... prouvant que les allégations sont vraies".
Pourquoi les appellent-ils des vaccins ?
Comme l'a noté Martin, vous ne pouvez pas avoir un vaccin qui ne répond pas à une seule définition d'un vaccin. Donc, encore une fois, qu'est-ce qui motiverait ces entreprises, les
agences de santé américaines et les responsables de la santé publique comme le Dr Anthony Fauci à mentir et à affirmer que ces thérapies géniques sont en fait des vaccins alors qu'elles
ne le sont clairement pas ?
S'ils l'appelaient réellement par son nom, à savoir "chimiothérapie par thérapie génique", la plupart des gens refuseraient - sagement - de le prendre. C'est peut-être l'une des raisons de
leur fausse catégorisation en tant que vaccins.
« On vous ment. Votre propre gouvernement viole ses propres lois. Ils ont fermé des praticiens à travers le pays, à maintes reprises, pour avoir enfreint ce qu'on appelle des
« pratiques trompeuses dans les réclamations médicales ». Devinez quoi? Ils font exactement cela. ~ David Martin, Ph.D.
Tant que les États-Unis sont sous état d'urgence, des éléments tels que les tests PCR et les «vaccins» COVID-19 sont autorisés dans le cadre d'une autorisation d'utilisation
d'urgence. Et tant que l'autorisation d'utilisation d'urgence est en vigueur, les fabricants de ces thérapies géniques expérimentales ne sont pas financièrement responsables des dommages résultant de leur utilisation.
C'est-à-dire, à condition qu'il s'agisse de "vaccins". Si ces injections ne sont PAS des vaccins, alors la protection contre la responsabilité tombe, car il n'y a pas de protection
contre la responsabilité pour une contre-mesure d'urgence médicale qu'est la thérapie génique.
Ainsi, en entretenant l'illusion que le COVID-19 est un état d'urgence, alors qu'en réalité ce n'est pas le cas, les dirigeants gouvernementaux offrent une couverture à ces sociétés de
thérapie génique afin qu'elles puissent obtenir une immunité de responsabilité.
Sous le couvert de "l'urgence"
Comme l'a noté Martin, si les gouverneurs des États devaient lever l'état d'urgence, tout à coup, l'utilisation des tests RT PCR serait en violation du 15 US Code FTC Act, car les tests
PCR ne sont pas un test de diagnostic approuvé.

"Vous ne pouvez pas diagnostiquer une chose [avec quelque chose] qui ne peut pas diagnostiquer une chose", dit Martin. "C'est une fausse déclaration. C'est une pratique trompeuse en vertu de la Federal Trade Commission Act. Et ils sont responsables des
pratiques trompeuses.
Surtout, il n'y a pas d'exonération de responsabilité en cas de pratiques trompeuses, même en cas d'état d'urgence. Cela s'appliquerait également aux thérapies géniques
expérimentales. La seule façon pour ces thérapies géniques de bénéficier d'une protection contre la responsabilité est s'il s'agit de vaccins développés en réponse à une urgence de
santé publique. L'immunité de responsabilité pour les thérapies géniques n'existe pas.
Propagande et déploiement de vaccins gérés par la même entreprise
Martin soulève encore un autre point curieux. L'intermédiaire dans l'opération Warp Speed est un sous-traitant de la défense de Caroline du Nord appelé ATI. Il contrôle le déploiement
du vaccin. Mais ATI a également un autre type de contrat avec le ministère de la Défense, àsavoir la gestion de la propagande et la lutte contre la désinformation.
Ainsi, la même entreprise chargée de manipuler les médias pour propager la propagande gouvernementale et censurer les contre-opinions est la même entreprise en charge du déploiement des « vaccins » dont la promotion est illégale.
« Écoutez », dit Martin. "C'est une situation assez simple. On vous ment. Votre propre gouvernement viole ses propres lois... Ils ont jeté ce livre [15 US Code Section 41] sur plus de personnes que nous ne pouvons en compter.
Martin exhorte les auditeurs à transmettre sa vidéo à votre procureur, gouverneur, représentants et à toute autre personne qui pourrait être en mesure de prendre des mesures
positives pour traiter et corriger cette fraude..
Le CDC détient des brevets sur le coronavirus
Soit dit en passant, le CDC semble être plongé jusqu'au cou dans cette pandémie d'escroquerie, et est donc totalement inapte à enquêter sur les effets secondaires de ces thérapies expérimentales au COVID-19. Comme l'a noté Martin, c'est comme si un braqueur de banque enquêtait sur son propre crime.
Des détails à ce sujet sont apparus dans le documentaire "Plandemic", dans lequel Martin a
expliqué comment le CDC a enfreint la loi - d'une manière ou d'une autre - liée à son brevetage du virus du SRAS de 2003.
Martin est un analyste national du renseignement et fondateur d'IQ100 Index, qui a développé la génomique linguistique, une plateforme capable de déterminer l'intention des
communications. En 1999, IBM a numérisé 1 million de brevets américains, ce qui a permis à la société de Martin de procéder à un examen de tous ces brevets, l'envoyant sur une
proverbiale «piste de lapin» de corruption.
En 2003, l'Asie a connu une épidémie de SRAS. Presque immédiatement, les scientifiques se sont précipités pour breveter le virus. En fin de compte, le CDC a acquis la propriété du
SRAS-CoV (le virus responsable du SRAS) isolé chez l'homme.
Ainsi, le CDC possède en fait tout le contenu génétique de ce virus du SRAS. Il est breveté
sous le brevet américain 7776521. Ils possèdent également des brevets pour les méthodes de
détection et pour un kit pour mesurer le virus..

Comment le CDC a enfreint la loi
Le message clé à retenir que Martin livre dans "Plandemic" est qu'il y a un problème distinct avec le brevet du CDC sur le SRAS-CoV isolé des humains, car, par la loi, il est interdit de
breveter les segments d'ADN naturels.
La loi stipule clairement que ces segments « ne sont pas éligibles au brevet simplement parce qu'ils ont été isolés ». Donc, soit le SRAS-CoV était d'origine humaine, ce qui rendrait
le brevet légal, soit il est naturel, rendant ainsi le brevet illégal.
Cependant, si le virus a été fabriqué, il a été créé en violation des traités et des lois sur les armes biologiques. Cela inclut la loi antiterroriste sur les armes biologiques de 1989,

adoptée à l'unanimité par les deux chambres du Congrès et promulguée par George Bush
père, qui stipule :
« Quiconque développe, produit, stocke, transfère, acquiert, conserve ou possède sciemment un agent biologique, une toxine ou un vecteur destiné à être utilisé comme arme, ou aide
sciemment un État étranger ou toute organisation à le faire, sera passible d'une amende en vertu de la présente titre ou emprisonné à vie ou pour une durée quelconque, ou les deux. Il
existe une compétence fédérale extraterritoriale sur une infraction en vertu du présent  article commise par ou contre un ressortissant des États-Unis. »
Ainsi, comme l'a noté Martin dans le documentaire, quel que soit le scénario qui se révèle
être vrai, le CDC a enfreint la loi d'une manière ou d'une autre, soit en violant les lois sur les armes biologiques, soit en déposant un brevet illégal. Encore plus flagrant, le 14 mai 2007,
le CDC a déposé une requête auprès de l'office des brevets pour garder leur brevet de coronavirus confidentiel.
"En obtenant les brevets qui empêchaient quiconque de l'utiliser, ils avaient les moyens, le motif, et surtout, ils avaient le gain monétaire de transformer le coronavirus d'un agent
pathogène en un profit", dit Martin.
Dangers de la thérapie génique par ARNm

J'ai écrit de nombreux articles détaillant les effets secondaires potentiels et attendus de ces « vaccins » de thérapie génique..
Le renforcement immunitaire dépendant des anticorps entraîne une maladie plus grave lorsque vous êtes exposé au virus sauvage et augmente votre risque de décès. L'ARN synthétique et le nanolipide dans lequel il est enfermé peuvent également avoir d'autres effets secondaires plus directs. Comme expliqué par Mikovits dans notre récente interview :
« Normalement, l'ARN messager n'est pas libre dans votre corps car c'est un signal de danger. Le dogme central de la biologie moléculaire est que notre code génétique, l'ADN,
est transcrit, écrit, dans l'ARN messager. Cet ARN messager est traduit en protéine, ou utilisé à titre régulateur... pour réguler l'expression des gènes dans les cellules.
Donc, prendre un ARN messager synthétique et le rendre thermostable - en l'empêchant de se décomposer - [est problématique]. Nous avons beaucoup d'enzymes (ARN et ADN) qui dégradent l'ARN et l'ADN libres car, encore une fois, ce sont des signaux de danger pour votre système immunitaire. Ils entraînent littéralement des maladies inflammatoires.
Vous avez maintenant du PEG, du PEGylé et du polyéthylène glycol, et une nanoparticule lipidique qui lui permettra de pénétrer dans chaque cellule du corps et de modifier la
régulation de nos propres gènes avec cet ARN synthétique, dont une partie est en fait le message pour le gène syncytine...
La syncytine est l'enveloppe endogène du gammarétrovirus qui est codée dans le génome humain... Nous savons que si la syncytine... est exprimée de manière aberrante dans lecorps, par exemple dans le cerveau, où ces nanoparticules lipidiques vont pénétrer, alors
vous avez la sclérose en plaques.
L'expression de ce gène à lui seul enrage la microglie - littéralement enflamme et dérègle la communication entre la microglie cérébrale - qui est essentielle pour éliminer les toxines et
les agents pathogènes dans le cerveau et la communication avec les astrocytes.
Il dérégule non seulement le système immunitaire, mais aussi le système endocannabinoïde, qui est le gradateur de l'inflammation. Nous avons déjà vu la sclérose en plaques comme un
événement indésirable dans les essais cliniques... Nous voyons aussi l'encéphalomyélite myalgique. Inflammation du cerveau et de la moelle épinière...”
Pire encore, l'ARNm synthétique contient également une enveloppe du VIH exprimée, ce qui peut provoquer une dérégulation immunitaire. Comme nous en avons discuté dans des
entretiens précédents, le SRAS-CoV-2 a été conçu en laboratoire avec une recherche sur legain de fonction qui comprenait l'introduction de l'enveloppe du VIH dans la protéine de pointe.
L'hypothèse de Mikovits est que ceux qui sont les plus susceptibles aux effets secondaires neurologiques graves et à la mort des vaccins COVID-19 sont ceux qui ont déjà reçu des injections de XMRV, de borrelia, de babésia ou de mycoplasme par le biais de vaccins contaminés, entraînant une maladie chronique, ainsi que toute personne atteinte d'une maladie inflammatoire comme la polyarthrite rhumatoïde, la maladie de Parkinson ou la maladie de Lyme chronique, par exemple, et toute personne ayant une déficience immunitaire acquise contre des agents pathogènes et des toxines environnementales.

choquants. Selon Mikovits, ces effets secondaires sont dus à une neuroinflammation, uneréponse immunitaire innée dérégulée et/ou un système endocannabinoïde perturbé.
Un autre effet secondaire courant du vaccin que nous observons est les réactions allergiques, y compris le choc anaphylactique. Un coupable probable est le PEG (polyéthylène glycol),
auquel environ 70 % des Américains sont allergiques.
La thérapie génique expérimentale est une mauvaise idée
Pour en revenir à notre point de départ, les vaccins COVID-19 ne sont pas des vaccins. Ce sont des thérapies géniques expérimentales qui sont faussement commercialisées comme des vaccins, susceptibles de contourner la responsabilité. Les gouvernements mondiaux et les
organisations de santé mondiales et nationales sont tous complices de cette tromperie illégale et doivent en être tenus responsables.
Posez-vous la question posée par Martin dans sa vidéo : Accepteriez-vous de suivre une thérapie génique de chimiothérapie expérimentale pour un cancer que vous n'avez pas ? Si la réponse est non, alors pourquoi envisageriez-vous même de vous aligner pour une thérapie génique expérimentale pour COVID-19 - un ensemble de symptômes cliniques qui n'ont même pas été liés de manière causale au SRAS-CoV-2 ?
Ces injections ne sont pas des vaccins. Ils ne préviennent pas l'infection, ils ne vous immunisent pas et ils n'empêchent pas la transmission de la maladie. Au lieu de cela, ils modifient votre codage génétique, vous transformant en une usine de protéines virales sans interrupteur.

 

Note de Tal :  Cet article est important et va dans le même sens que le fantastique livre de Robert KENNEDY Anthony FAUCI et Bill GATES Big PHARMA Leur guerre mondiale contre la démocratie et la santé publique que vient de publier Marco PIETTEUR, avec des préfaces du professeur  Christian PERRONNE et de Senta DEPUYDT. Il montre la façon dont Fauci et ses alliés ont inondé la population d’une propagande effrayante sur le COVID 19, avec des mensonges éhontés tout en muselant le débat et en censurant férocement les voix dissidentes. Mais il faut réaliser que Fauci et sa clique ont la responsabilité de la mort de millions de gens à cause d’idées sans aucun fondement scientifique ! Les drames du Sida et du Covid sont montrés avec une clarté remarquable et des références solides qui font de ce livre un document incontournable pour ceux qui sont prêts à voir la vérité en face.

 

CONTENU DES INJECTIONS

Vous  voulez montrer grâce à un microscope électronique ce qu'il y a dans les vaccins et ce que sont ces structures visiblement pas naturelle. Cela a déjà été fait. Regarder la vidéo sur cette page: Les preuves que les vaccins covid contiennent des nanopuces pour surveiller et agir à distance

 

un texte remarquable de haute qualité :

Pour avoir une une vision complète en un article (avec beaucoup de références): Un plan pour le monde par le Dr. Édouard Broussalian

LES ETATS MODIFIES DE CONSCIENCE JOHANNE SCHALLER avec SANAA

https://www.facebook.com/legrandchangement/videos/3261404940749199/?sfnsn=scwspmo

 

PFIZER TRICHEUR

Le docteur Ryan Cole, médecin pathologiste, parle de la révélation de documents de la FDA sur le vaccin Pfizer COVID, récemment rendus publics par ordonnance du tribunal. (en anglais)
"Il s'agit d'une fraude scientifique absolue du genre le plus étonnant."
https://www.bitchute.com/video/49jXDy1nQ1X5/

 

Banned Film Exposes the Real Reason for the COVID Pandemic

Joseph Mercola

Joseph Mercola

Prior to 2020, if you heard the term “lockdown” you might think of something that happens in a prison — not in a free society. This mechanism of control has since become commonplace — not among prisoners but among the free — with repercussions that are only beginning to be understood.

https://tube.source.news/w/v8VntcKH2eMkDG5KLEx3Fd

 

Le WEF de Klaus Schwab révèle des plans pour «réorganiser» les humains pour «supprimer le libre arbitre» et transformer l'humanité en marionnettes de Bill Gates

Par

Edouard Morgan -

Les gens sont désormais des « animaux piratables », selon le conseiller de Klaus Schwab, qui a également averti que les humains n'ont plus de « libre choix » et seront « repensés » par Bill Gates.

Un contributeur officiel du WEF, le Dr Yuval Noah Harari, a été enregistré en train de prononcer un discours dans lequel il clarifie ce que Klaus Schwab veut dire lorsqu'il dit "c'est vous qui avez changé".

Schwab fait référence à l'humanité et au changement brutal que les élites ont prévu pour le reste d'entre nous, selon le Dr Harari. "De nombreux tyrans et régimes ont essayé de [pirater des millions de personnes dans le passé], mais personne ne connaissait assez bien la biologie", déclare Harari au début du film.

"Et personne n'avait assez de puissance de calcul et de données pour pirater des millions de personnes. Ni la Gestapo ni le KGB ne pouvaient le faire. Mais bientôt, au moins certaines entreprises et certains gouvernements seront en mesure de pirater systématiquement tout le monde », poursuit-il.

Mais, selon le Dr Harari, cette fusion de la vie humaine et de la technologie ne profitera pas à l'homme ou à la femme lambda en termes d'amélioration de son propre avenir, mais profitera plutôt à un petit groupe d'"élites" qui non seulement "construira des dictatures numériques » pour eux-mêmes, mais aussi « acquérir le pouvoir de réorganiser l'avenir de la vie elle-même ».

Bill Gates, bien sûr, est impliqué.

"Les humains sont désormais des animaux piratables", déclare le Dr Harari à un autre moment de la vidéo.

"Le libre arbitre, c'est fini", souligne-t-il.

Bill Gates appelle les gouvernements à punir les utilisateurs qui publient en ligne du contenu anti-masque et anti-vaccin.

Bill Gates et Microsoft seront impliqués dans la "réingénierie" et "l'évolution" de l'humanité, selon le Dr Harari

« Aujourd'hui, nous avons la technologie pour pirater des êtres humains à grande échelle », poursuit Harari, ajoutant : « Tout est en train d'être numérisé. Tout est surveillé. »

"En cette période de crise, vous devez suivre la science", soutient le Dr Harari. "On dit souvent qu'il ne faut jamais laisser passer une bonne crise, car une crise [COVID] est une opportunité de faire aussi de bonnes réformes auxquelles, en temps normal, les gens n'accepteront jamais. Mais dans une crise, vous voyez, nous n'avons aucune chance, alors faisons-le.

Source : https://en-volve.com

 

La QUINTA COLUMNA espagnole révèle le mode
de transmission de l’Omicron

“Nous avons déjà dit il y a plusieurs semaines que l’Omicron n’est pas un variant mais une onde millimétrique numérisée. Maintenant on peut vous préciser que ce variant Omicron est envoyé la nuit, et attaque les gens qui ne se doutent de rien, les infectant même s’ils sont chez eux, dormant derrière les murs et les portes fermées.”

“Pourquoi la nuit ? Parce qu’en mesurant les rayonnements, nous nous sommes rendu compte que la nuit les valeurs peuvent augmenter jusqu’à être 15 fois supérieures à la limite légale. Le créneau le plus performant pour la 5G est entre 2 et 4 heures du matin. C’est le moment où le trafic internet est nettement plus faible, car la plupart des gens est au lit.”

Donc contrairement à ce que l’on croit, l’Omicron n’est pas un agent pathogène, mais un programme numérisé envoyé la nuit par la 5G. Pas besoin de contacts de proximité entre les personnes pour la transmission de la maladie.

Maintenant, ainsi que je l’ai dit et redit, les fréquences 5G ont besoin d’un agent de réception dans les organismes pour pouvoir injecter leurs programmes, et cet agent supraconducteur électro-magnétique, c’est évidemment l’oxyde de graphène majoritairement reçu par les vaxxs. Vous êtes ainsi devenu une parfaite antenne qui permet de télécommander ou altérer vos fonctionnements métaboliques, voire modifier à souhait votre génome ADN.

Quinta Columna reprend :

“Si vous avez été inoculé et donc graphénés, l’Omicron a l’opportunité de s’installer dans tout votre corps provoquant d’abord des nausées et des diarrhées, suivies de fièvre, de troubles visuels, de maux de tête, de désorientation, d’amnésie.

Pourquoi cela vous fait-il tousser ? Parce que le corps essaie de se débarrasser de l’oxyde de graphène et le fait par les poumons.  C’est pourquoi FLUIMUCIL (N-acétyle-cystéine) fonctionne dans la thérapie “KOBID”. Vous pouvez ressentir une gêne par la lumière, et possiblement avoir des acouphènes… surtout si vous vivez près de tours de télécom”.

“Au niveau de l’épiderme, on peut ressentir des rougeurs, des démangeaisons, des brûlures, de l’herpès zoster, du psoriasis, des tremblements à certains endroits et même des vibrations. Et pourquoi cela ? Parce qu’Omicron n’est pas une contagion, mais une IRRADIATION.

:   
En Espagne, il a été annoncé qu’Omicron arriverait le 24 décembre.
Comment pouvaient-ils prévoir une date aussi précise ? Facile, puisqu’il suffit d’appuyer sur un bouton…

Pour les sceptiques

Je conviens que pour quelqu’un qui ne connait pas les dernières avancées de la science, il soit difficile d’admettre que l’on puisse rendre malade à partir d’une fréquence numérisée. Pourtant il y a une quinzaine d’années, Jacques Benvéniste, chercheur au CNRS, avait déjà effectué des transferts informatiques de produits numérisés entre Paris et New York, ce qui lui a valu d’être torpillé à mort par le cartel pharma et les revues médicales soumises – il avait mis les pieds dans une zone interdite pouvant mettre à mal le gigantesque commerce du médicament !

Actuellement le système “Spooky2” sait envoyer par ondes scalaires la signature numérisée de tout remède naturel, donc reconnu par le vivant, vers un patient à distance qui a déposé une référence de son ADN. De la même façon, on sait parfaitement numériser des virus vecteurs de maladie et les envoyer vers un ou des individus-cibles par une onde porteuse.

Selon les travaux de Grabovoï, il est possible de contrer et guérir des maladies induites en inversant la numérisation qu’en outre on peut définir à l’antenne Lecher comme au Spooky 2.

Grand danger surtout pour les vaXXés

Il y a dans la 5G différentes porteuses qui partent de 23 gigaHertz – plus on monte vers les 60 giga, plus les dégâts augmentent, jusqu’aux hyper fréquences carrément létales – là c’est l’hécatombe particulièrement chez les graphénés… simplement en appuyant sur un bouton !

C’est le crime parfait par lequel les psychopathes sataniques du Deep State comptent réaliser leur rêve : ramener l’humanité à 500 millions d’humains, tout en accusant les non vaxxés comme étant la cause du mal.

C’est pour cela que je reviens sans cesse sur la nécessité absolue de surveiller de près la teneur de graphène dans notre sang par des analyses périodiques du D-Dimer sanguin, même chez les non vaxxés. S’il y a peu ou pas de graphène dans notre sang, les programmes mortifères 5G ne trouvent rien pour être relayés.

 

Note de TAL : Cette information importante mérite d’être vérifiée mais il faut mettre au crédit de la QUINTA COLUMNA qu’ils ont été le premiers à mettre en lumière la présence de graphène dans les injections , faussement appelées « vaccins  qui continuent à être administrées à des adultes, des enfants, des femmes enceintes, dans une folie vraiment incroyable et inadmissible

 

LA STUPIDITE DES MASQUES :

https://gettr.com/user/artemisiacolleg?utm_campaign=Lettre%20323%20(Chauds)&utm_medium=email&utm_source=dogna

 

AIMSIB

 

Des vaccins induisent l’autisme, on le sait parfaitement, on le cache et on continue

Des vaccins induisent l’autisme, on le sait parfaitement, on le cache et on continue

Le combat de la médecine contre l’industrie ne sera pas perdu tant que, régulièrement, des voix indépendantes se feront entendre pour venir la défendre. Bravo au courageux Xavier Bazin, journaliste scientifique, fondateur d’une revue francophone de santé à fort tirage (*) et auteur aussi généreux que remarqué (**). Le couple Covidocrise et vaccination l’ayant désagréablement marqué, imperturbablement il remonte dans le temps afin de comprendre à partir de quand la vaccination s’est écartée de la mission vertueuse qu’on lui attribuerait volontiers tous. Il décrit une situation hallucinante à partir de la fin du XXe siècle, toujours parfaitement en vigueur à ce jour car on ne se débarrasse pas comme ça du poids sacro-saint du mensonge développé autour de certains vaccins défectueux et qui pèsent si lourd sur la santé des hommes… Bonne lecture.

 

Peut-on faire confiance aux AUTORITÉS DE SANTÉ sur les vaccins ? NON, et voici pourquoi.

Cher(e) ami(e) de la Santé,
L’Agence du médicament américaine (FDA) vient de faire une chose assez inouïe. Il y a plus d’un an, la FDA a accordé une « autorisation d’urgence » au vaccin Pfizer anti-covid. Sur la base de quoi ? De l’essai clinique et des informations fournies par le fabricant, Pfizer. Mais jusqu’à présent, la plupart de ces données n’ont pas été rendues publiques. Alors qu’elles ont conduit à vacciner des dizaines de millions d’Américains, avec un produit expérimental. Dans un monde normal, ces informations devraient être accessibles à tout le monde… surtout que l’efficacité annoncée de 95 % n’a jamais été observée dans la réalité.

Mais étrangement, la FDA a essayé de faire de la rétention de ces données. Tenez-vous bien : elle a promis de les livrer en intégralité en l’an 2097… c’est à dire dans 75 ans ! Qu’a-t-elle à cacher ?
Il a fallu qu’une association porte plainte pour que la FDA soit contrainte par la Justice à livrer toutes les données de Pfizer d’ici la fin de l’année 2022 ! C’est une bonne nouvelle, mais attendez la suite.

La FDA a alors demandé publiquement l’aide de Pfizer pour caviarder le rapport (c’est-à-dire « masquer » certains passages), sous couvert de protéger des secrets industriels.

Résultat : nous risquons fort de recevoir un rapport contenant de nombreux passages « masqués », ce qui pourrait ressembler à ceci :

« Tout va bien, faites confiance aux autorités » image humoristique illustrant le risque de publication d’un rapport totalement « caviardé » par la FDA. Cette affaire serait amusante si cela ne révélait pas un énorme problème avec nos autorités de santé. Les agences du médicament devraient être totalement transparentes à l’égard des citoyens. Alors que se passe-t-il ? L’argent et la corruption organisée par Big Pharma jouent un rôle énorme, évidemment. Mais cela n’explique pas tout. Tout le monde n’est pas corrompu. Dans ma dernière lettre (11), j’ai commencé à expliquer pourquoi la majorité des médecins et experts se trompent sur la vaccination : par ignorance ou pour protéger leur réputation.

Mais il faut parler maintenant du problème spécifique des « autorités de santé ». Ce sont elles qui définissent le « consensus scientifique », aux yeux des médecins et des médias. C’est sur leurs avis que les responsables politiques prennent leurs décisions. Et pourtant vous allez voir pourquoi on ne peut pas leur faire confiance sur la vaccination. En commençant par le scandale incroyable du mercure dans les vaccins.

Mercure vaccinal et autisme : les autorités ont CAMOUFLÉ le lien !

L’affaire se passe aux États-Unis en 1999 (1). Depuis une dizaine d’années, les cas d’autisme et de troubles neurologiques sont en explosion – sans que personne ne sache pourquoi.

Il se trouve qu’en 1989, le calendrier vaccinal des nouveau-nés a été fortement alourdi, avec notamment le vaccin contre l’hépatite B, injecté dès le premier mois. Or ce vaccin contenait un « agent conservateur » appelé thiomersal – qui n’est rien d’autre que du mercure, un violent poison.

Il peut paraître étrange de placer du mercure dans une seringue destinée à des nouveau-nés, mais pour l’industrie pharmaceutique, le thiomersal avait l’avantage d’être bon marché et d’éliminer les microbes pouvant contaminer le vaccin.

Finalement, la principale autorité américaine sur les maladies infectieuses – le CDC – décide d’enquêter sur les effets de ce mercure vaccinal.

Un épidémiologiste qui travaille au CDC, Thomas Verstraeten, découvre alors que le mercure du vaccin hépatite B est associé à une augmentation dramatique du risque d’autisme.  Les enfants qui avaient reçu les doses les plus importantes de mercure vaccinal avaient un risque d’autisme multiplié par 7 par rapport aux enfants qui n’avaient rien reçu – ainsi qu’un risque beaucoup plus élevé de troubles de l’attention et du sommeil.

Catastrophée, la hiérarchie de Thomas Verstraeten lui demande de vérifier ses chiffres (2). Mais il a beau refaire ses calculs dans tous les sens, il trouve toujours une augmentation de l’autisme liée au mercure vaccinal. Il va même jusqu’à écrire à sa hiérarchie que cette corrélation « ne veut juste pas partir »it just won’t go away ») (3).

Dans son rapport final, il va même jusqu’à trouver une multiplication par 11 (et non pas seulement par 7) du risque d’autisme lié aux plus fortes expositions au mercure vaccinal à l’âge d’un mois.
Même lorsque l’injection du mercure avait lieu un peu plus tard, à l’âge de trois mois, il trouvait encore une multiplication par deux du risque d’autisme.

C’est alors le branle-bas de combat au CDC. L’Agence convoque un séminaire secret de deux jours avec :
– 52 représentants des plus gros acteurs de l’industrie pharmaceutique ;
– Les plus grands chercheurs et experts des vaccins ;
– Et toutes les autorités de santé concernées : la FDA, le NIH, l’OMS et même des agences européennes.

Par chance, le grand avocat et défenseur de l’environnement, Robert Kennedy, a réussi à mettre la main sur la retranscription de ce qui s’y est dit (4)… et ce n’est pas beau à voir.

Figurez-vous que ces « spécialistes » se sont rendu compte qu’ils avaient totalement négligé la dose cumulative de mercure injectée aux enfants. Les autorités ont donné leur feu vert à quantité de nouveaux vaccins infantiles… sans réaliser que les doses de mercure injectées avaient dépassé toutes les normes de sécurité !

Voici comment a réagi, horrifiée, le Dr Patriarca, alors directrice de la recherche sur les vaccins à la FDA :
– « Calculer la dose de mercure relève de l’algèbre de collégien. Pourquoi la FDA a mis si longtemps à le faire ? »

Face à cette terrible découverte, il n’y avait qu’un seul choix honnête possible : tout avouer au public, et faire amende honorable – c’est ce qu’a proposé la Dr Ruth Etzel, de l’Agence de l’environnement (EPA). Mais ils ont décidé de faire le contraire. Le Dr Patriarca a exprimé ses craintes que cette affaire n’endommage durablement la crédibilité des autorités de santé, qui seront accusées de s’être « endormies au volant » et d’avoir laissé passer un problème énorme.

Le Dr Bob Chen, chef de la sécurité des vaccins au CDC, a ainsi exprimé son soulagement que, « vu le caractère sensible de ces informations, elles ne soient pas tombées dans des mains, disons, moins responsables » (sous-entendu, les méchants anti-vax qui auraient pu s’en servir).

Le Dr John Clements, conseiller sur les vaccins à l’Organisation mondiale de la santé, a sans doute exprimé le sentiment général en disant « peut-être que cette étude n’aurait pas dû être faite ». Finalement, tous ces technocrates et représentants de Big Pharma ont fini par se convaincre qu’il était dans l’intérêt de tout le monde d’étouffer le scandale. Alors, le CDC a supprimé le rapport de Verstraeten, et fait comme s’il n’avait jamais existé.

Verstraeten, lui, a été engagé par le géant pharma GSK.

Puis, pour éviter que d’autres chercheurs ne puissent retrouver ses résultats, le CDC a confié la base de données à une agence privée, non accessible aux chercheurs. Enfin, le CDC a payé l’Institut de médecine pour qu’il refasse les calculs en s’assurant que le lien entre autisme et mercure disparaisse totalement des résultats (« le CDC veut que l’on conclut que les vaccins sont sans danger », avait déclaré la Dr. Marie McCormick).

Quand on connaît un peu les statistiques, on sait qu’il n’est pas difficile de trafiquer les chiffres pour atteindre le résultat désiré. Et c’est ainsi qu’en 2004, le rapport officiel de l’Institut de médecine conclut qu’il n’y a pas de lien apparent entre thiomersal et autisme.

Et pour couronner le tout, il recommande de ne plus mener la moindre recherche sur cette question.

Vous comprenez, maintenant, comment ça se passe ?

Pour les autorités de santé : protéger leur crédibilité à tout prix.

Il faut bien comprendre que le problème est structurel. Les autorités de santé détestent reconnaître leur tort… en partie pour de « bonnes raisons » ! Les autorités craignent par-dessus tout qu’on leur dise :

  • « Si vous avez eu tort sur ce point, pourquoi est-ce qu’on vous croirait sur le reste ? ».

Voilà pourquoi vous n’entendrez jamais les autorités de santé confesser qu’elles ont eu radicalement tort… Au contraire, elles feront tout pour modifier leurs conseils discrètement, petit à petit, en espérant que leur bévue ne sera pas repérée.

Second exemple atterrant, le BCG

Prenez l’exemple du vaccin BCG, obligatoire jusqu’en 2007 en France. Quand une étude scientifique de grande ampleur a montré en 1999 que ce vaccin BCG n’avait aucune efficacité sur la tuberculose (5), qu’ont fait les autorités de santé ? Croyez-vous qu’elles ont immédiatement arrêté les frais, et demandé pardon de l’avoir imposé à tous les bébés pendant plus de 50 ans ? Pas du tout !

https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/10573656/

D’abord, elles n’ont pas réagi. (6)

Puis, en 2005, Sanofi Pasteur a arrêté de produire son fameux vaccin BCG à « bagues multipoints » – celui qui causait la fameuse cicatrice sur les épaules ou chevilles de millions d’enfants. Il ne restait alors plus qu’un seul vaccin BCG disponible, un vaccin injectable (intradermique) et connu pour provoquer davantage d’effets indésirables (8).

Résultats : certains médecins Français ne voulaient plus donner le BCG aux enfants avec ce nouveau vaccin injectable, et le nombre de certificats de complaisance commençait à exploser. Voilà pourquoi les autorités ont été obligées d’abandonner l’obligation vaccinale en 2007.

Pour ne pas perdre la face, elles ont prétendu qu’il n’y avait plus beaucoup de tuberculose en France, ce qui était déjà le cas 10 ou 20 ans avant !

L’argument est d’autant plus fallacieux que ces autorités n’ont jamais demandé d’arrêter le vaccin DTP, alors que le tétanos ne cause presque plus de morts, et que le nombre de cas de polio ou de diphtérie est égal à zéro depuis des années.

Mais pour les autorités de santé, il fallait défendre leur réputation : elles devaient arrêter la vaccination du BCG… sans reconnaître qu’elles avaient eu tort de l’imposer pendant 50 ans.

Le problème, c’est que cela conduit à faire perdurer des mythes et des mensonges. Si vous en doutez, regardez cet article à peine croyable de France Inter datant de 2021, qui prétend que le vaccin BCG, pourtant démontré comme inefficace, a sauvé 1 milliard de vies !

https://www.franceinter.fr/societe/le-vaccin-bcg-le-plus-administre-au-monde-a-100-ans

Un article aussi mensonger aurait été impossible si les autorités françaises avaient été honnêtes, au début des années 2000, sur l’efficacité réelle du BCG et les raisons d’arrêter ce vaccin.

Mais il est très difficile pour les autorités gouvernementales de dire la vérité. De leur point de vue, tout paraît justifié, y compris des gros mensonges, pour éviter que les citoyens cessent de leur faire confiance.

Même quand les preuves de leur erreur sont évidentes, comme dans le cas de l’amiante, il leur a fallu des décennies pour le reconnaître publiquement et changer leurs recommandations.

Il n’y a que lorsque le scandale est manifeste et médiatiquement « chaud » (comme dans le cas du Médiator) que les autorités sont obligées d’admettre publiquement qu’elles se sont trompées. Quand on y réfléchit bien, c’est assez logique. Le problème est structurel : que peut-on attendre de la part des autorités qui ont approuvé un médicament comme le Médiator… ou qui n’ont rien dit de leurs effets indésirables pendant des années ?

Ces autorités-là seront toujours les dernières à reconnaître qu’elles ont fait une grosse erreur qui a coûté des milliers de morts ! Et c’est l’une des raisons qui expliquent que tout est fait pour masquer les effets indésirables des vaccins.

 Au tour de l’aluminium particulaire

Le Pr Romain Gherardi, qui a, en France, découvert la toxicité de l’aluminium des vaccins, en a fait les frais de manière éclatante (9).

En 2004, l’Agence française du médicament (alors nommée Afssaps) a officiellement recommandé de stopper les recherches sur le lien de causalité entre l’aluminium et la myofasciite à macrophages (une maladie neurologique grave).

C’était le meilleur moyen d’éviter que la vérité n’éclate sur la dangerosité de l’aluminium vaccinal. Pourquoi l’Afssaps a fait cela ? Parce que les « experts » impliqués avaient des liens puissants avec l’industrie pharmaceutique, bien sûr.

Mais aussi parce qu’il est dans la logique des organisations qu’une institution comme l’Afssaps, qui a autorisé l’injection d’aluminium à des millions d’enfants, soit très réticente à reconnaître après coup que cela peut causer de graves dégâts !

Force est de constater que ce qu’a découvert le pauvre Pr Gherardi était terriblement banal :
– « L’Afssaps, je finirai par le comprendre au fil des années, est une machine ayant pour objectif premier d’empêcher que n’éclate un scandale sanitaire. Elle s’évertue pour ce faire à ralentir les procédures permettant d’appréhender la dimension exacte du problème. (…) Ce n’est ni un juge impartial, ni un collectif scientifique ».

Le Pr Gherardi ajoute que l’Afssaps, « financée à 80 % par l’industrie, est prioritairement un outil à son service. » Mais l’influence de Big Pharma n’explique pas tout : il est toujours calamiteux que les mêmes personnes ou structures soient « juges et parties » !

Ceux qui autorisent les médicaments ne peuvent pas être les mêmes qui en surveillent les effets indésirables, cela devrait être évident pour tout le monde !

Un énorme scandale vaccinal … pour demain matin

Pour les vaccins Covid, c’était la même chose : il était clair qu’il aurait fallu donner à une autorité indépendante le soin d’examiner leurs effets indésirables. Si vous donnez ce pouvoir à l’Agence du Médicament, qui a officiellement autorisé ces vaccins, elle fera tout pour minimiser les dégâts qu’ils provoquent, parce qu’elle en est en partie responsable !

Et voilà comment la désinformation sur l’intérêt réel de la vaccination en général est nourrie et entretenue par les autorités de santé :

  • Sur la base d’un mythe et d’un « pieux mensonge » : il faudrait cacher certaines vérités, car si la population commençait à se méfier des vaccins, ce serait une catastrophe de santé publique, ce qui est faux, voir ma lettre n°1 (10) ;
  • Sur la base d’un biais psychologique des médecins et experts en maladies infectieuses, dont la réputation et le prestige sont fortement liées au mythe du « Dieu vaccin », sauveur de l’humanité, voir ma lettre n°3 (11)
  • Sur la base d’une logique administrative (cette lettre-ci !) : comme toute organisation, les autorités de santé cherchent toujours à protéger leur réputation et leur crédibilité – le problème est qu’elles sont aussi en position d’étouffer les preuves montrant qu’elles ont pu se tromper.
    Dans la crise du Covid, on a vu que ce dernier problème, structurel, ne concerne pas que les vaccins :
  • Sur les confinements : on sait maintenant que les mêmes autorités qui ont recommandé les confinements se sont arrangées pour diaboliser les médecins et scientifiques qui s’y opposaient (12);
  • Sur l’origine du coronavirus : on sait désormais que les mêmes autorités qui ont financé des expérimentations dangereuses au laboratoire de Wuhan ont tout fait pour faire croire à l’origine naturelle du virus (13).

Et voilà comment, sous couvert de leur position « d’autorité », des organismes publics contribuent à la désinformation sanitaire.
Bonne santé,

Xavier Bazin
Mars 2022

 

Notes et sources:
(*) Santé-Corps-Esprit, https://www.sante-corps-esprit.com/
(**) Xavier Bazin, « Big pharma démasqué ! de la chloroquine aux vaccins, la face noire de notre système de santé« , Ed. Guy Trédaniel, 2021, les droits d’auteurs sont intégralement versés à la fondation Hypocrate, voir ici: https://fondation-hippocrate.org/
(1) [1] https://childrenshealthdefense.org/news/deadly-immunity-government-cover-mercuryautism-scandal/
(2) https://www.aimsib.org/2019/11/11/thiomersal-science-officielle-et-science-officieuse/
(3) https://childrenshealthdefense.org/wp-content/uploads/safeminds-generation-zero.pdf
(4) https://childrenshealthdefense.org/news/deadly-immunity-government-cover-mercuryautism-scandal/
(5) https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/10573656/
(7) Relire impérativement la saga du BCG en trois épisodes, publiée par l’Aimsib sous la plume de Bernard Guennebaud (2018):
https://www.aimsib.org/2018/12/10/bcg-episode-1-comment-cette-affaire-eclaire-lactualite-vaccinale/
https://www.aimsib.org/2018/12/18/bcg-episode-2-guerir-la-tuberculose-avec-de-la-tuberculine/
https://www.aimsib.org/2019/01/13/bcg-episode-3-la-marche-lente-vers-sa-suspension-dobligation/
(8) vaccin BCG AJVaccines, distribué en France par le laboratoire Centre Spécialités Pharmaceutiques
(9)  https://www.aimsib.org/2019/08/23/professeur-romain-gherardi-et-laluminium-vaccinal-quand-la-science-avance-a-pas-de-geants/
(10) https://www.xavier-bazin.fr/ce-que-je-pense-vraiment-des-vaccins/
(11) https://www.xavier-bazin.fr/pourquoi-la-plupart-des-medecins-et-scientifiques-se-trompent-sur-la-vaccination/
(12) https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/10573656/
(13) https://www.xavier-bazin.fr/pourquoi-la-plupart-des-medecins-et-scientifiques-se-trompent-sur-la-vaccination/

 

Digilance

pour une paroi intestinale
toute neuve

 

La muqueuse intestinale vue de près

La newsletter de Michel DOGNA

C’est la barrière qui sépare notre milieu intérieur du milieu extérieur de l’intestin. Elle se constitue de micro-villosités, des membranes très finement plissées. Sa capacité d’absorption est énorme, elle représente 400 à 600 m2 - soit pour nos lecteurs sportifs - un cours de tennis. C’est en fait un épithélium constitué d’entérocytes (intestin grêle) et de colonocytes (colon), de cellules à mucus, et de lymphocytes.

  • Les entérocytes étant soudés les uns aux autres forment les jonctions serrées. A l’état normal, ils forment une muqueuse étanche qui ne laisse passer que des molécules de petites tailles (nutriments essentiels, minéraux) mais s’opposent au passage des macromolécules, des composés toxiques, des micro-organismes.
     
  • Les lymphocytes macrophages tapissant toute la muqueuse intestinale en font la barrière immunitaire la plus importante de l’organisme, soit 70% de notre immunité générale. 
     
  • Les anticorps immunoglobulines A (IgA) défendent l’organisme des germes pathogènes ou opportunistes, et contrôlent la prolifération des bactéries en général.

Lorsque la muqueuse est altérée, elle s’enflamme, se déforme (diverticules), les jonctions se distendent et la barrière intestinale devient poreuse. Alors les grosses molécules, les toxines, les agents pathogènes pénètrent la lymphe puis le sang, occasionnant une forte réponse immunitaire.

Celle-ci peut se traduire par, soit :

  • des allergies,
  • des maladies auto-immunes (sclérose en plaques, thyroïdite d’Hashimoto, maladie de Basedow, polyarthrite rhumatoïde, maladie de Crohn, recto-colite hémorragique, Lupus érythémateux, diabète insulino-dépendant de type I, syndrome de Goujerot-Sjögren, périartérite noueuse, maladie de Behçet, sclérodermie, spondylarthrite ankylosante, maladie de Still, myasthénie...)

A ce moment, l’intoxination sanguine épuise le foie qui va être débordé dans son tri, et c’est un sang pollué qui va nourrir nos tissus. Les molécules toxiques s’accumulent ici et là, favorisant diverses maladies. Une fois la fonction hépatique épuisée, les toxines pénètrent les cellules et peuvent aller jusqu’à altérer l’ADN – et c’est la porte ouverte  au cancer !

Imaginez la catastrophe sur l’équivalent d’un terrain de tennis : des virus et des bactéries parasites, ainsi que des candidas albicans qui ne sont plus arrêtés, ni par la barrière intestinale, ni ensuite par le filtre hépatique. Or ce sont eux qui provoquent au départ des troubles psychiques tels que la dépression nerveuse, la schizophrénie, l’autisme, l’hyperactivité.

  • Nota : On a vu des rémissions de dépression après la prise d’antibiotiques ; ainsi, on retrouve automatiquement de graves désordres intestinaux chez tous les schizophrènes.
  • Quand la capacité toxinique est vraiment dépassée, les symptômes physiques s’installent : douleurs osseuses, articulaires, musculaires, des infections à répétition, des nausées, des céphalées, des problèmes cutanés.

Principales pathologies conséquentes possibles à la porosité intestinale

  • Acide urique élevé,
  • Anémie (par défaut d’absorption de ferritine),
  • Aphtes à répétition,
  • Concentration en nitrates (lorsqu’ils sont mal éliminés et en excès, ils se lient avec les protéines pour former les nitrosamines qui rappelons-le sont cancérigènes),
  • Déchaussements dentaires,
  • Déséquilibre hormonal : 

    - l’épuisement du foie diminue la synthèse de la progestérone favorisant des règles douloureuses, abondantes
    - L’œstrogène n’ayant plus son antagoniste se retrouve en excès favorisant fibrome, kyste, syndrome pré-menstruel. 
    - Le pire, c’est lorsque les hormones ayant joué leur rôle sont mal évacuées et repassent dans l’organisme,
     
  • Diabète (une muqueuse duodénale détériorée produira moins de cholécystokinine dont le rôle est d’actionner les contractions du pancréas et de la vésicule biliaire, ce qui induira moins d’insuline, moins d’enzymes digestifs),
  • Infections urinaires (passage des bactéries pathogènes vers le système urinaire : cystite, infection prostatique),
  • Maladie de Behcet,
  • Œdèmes (l’intoxication est due à la dilatation des hématies intoxinés),
  • Prise de poids (un intestin en bon état de marche produit un peptide YY qui freine l’appétit, les obèses en sont très peu pourvus. Nous avons également un autre peptide, l’oxytomoduline dont l’action est tournée vers la satiété),
  • Varices.

On comprend aisément ici l’intérêt d’avoir ou de restaurer une bonne barrière intestinale. A savoir que les traitements lourds, le stress, l’acidose ainsi que l’intolérance aux laitages et au gluten sont des facteurs de détérioration.

Pour refaire la barrière intestinale

Voici les ingrédients de DIGILANCE capables de  refaire la barrière intestinale :

¤  La glutamine

C’est l’élément clé permettant de restaurer la barrière intestinale. La glutamine est le plus abondant des acides aminés de notre organisme. Elle joue non seulement un rôle dans le maintien de l’intégrité de la paroi intestinale, mais aussi dans la protection immunitaire, l’équilibre acido-basique et la synthèse des protéines. Elle favorise la réparation des cartilages et des tendons via son rôle dans la fabrication de la glucosamine.

La glutamine est fabriquée par l’organisme à partir des aliments. Aussi, en cas de maladie, de grand stress, de brûlure, d’intervention chirurgicale, l’organisme en manque. Si un exercice physique modéré augmente le taux de glutamine dans le sang, l’effort extrême le diminue. L’un de ses principaux sites de stockage est la musculature. On ajoute souvent de la glutamine en alimentation entérale (ou parentérale) aux patients hospitalisés en soins intensifs. Dans le cas d’une maigreur extrême, une perte de l’appétit et des troubles d’absorption, la glutamine est incontournable.

Quand on sait que les culturistes et les athlètes se complémentent en glutamine afin d’améliorer le travail musculaire on en mesure toute l’utilité pour le dénutri.
La glutamine est un carburant, une source d’azote pour les cellules se divisant rapidement comme celles qui tapissent les voies gastro-intestinales (c’est d’ailleurs l’intestin grêle qui est le lieu principal de la consommation de glutamine de notre organisme), mais elle facilite également une production rapide de globules blancs.

Notre organisme est obligé de passer par une absorption constante de glutamine car elle lui est véritablement nécessaire et elle est le ciment des jonctions serrées de la barrière intestinale.

  • Elle permet de maintenir des niveaux adéquats de glutathion (antioxydant majeur) en tant que précurseur,
  • Elle rétablit la fonction des cellules tueuses NK (naturals killers),
  • Elle favorise un bon fonctionnement des reins,
  • Elle assure l’élimination des acides contenus dans le sang,
  • Elle améliore la flore intestinale,
  • Elle  réduit l’état inflammatoire de l’intestin,
  • En bref, la glutamine est le ciment des jonctions serrées de la barrière intestinale,
  • Elle est également le précurseur du neurotransmetteur GABA dont le rôle est de ralentir la multitude d’information qui arrivent au cerveau, manquer de GABA, c’est le "pétage de plombs", les angoisses, le mauvais sommeil par pensées parasites.

La carence en glutamine est une quadruple punition : 
porosité intestinale, baisse immunitaire,
acidose, angoisse et stress.

Enfin, la prise de glutamine est métabolisée en d’autres acides aminés, et il faut environ 4h après l’administration d’une dose pour que la teneur du sang en acides aminés augmente.

Dans la formule de DIGILANCE  il a été jugé utile de lui adjoindre des petits amis pour compléter son action :

¤  La spiruline

Son effet cicatrisant sur la muqueuse intestinale, liée à sa grande teneur en chlorophylle ne sont plus à démontrer.

  • Elle est un excellent assainissant de la digestion qu’elle stimule,
  • Elle favorise également l’élimination,
  • Elle supprime les indésirables (E-colie, candida…) tout en stimulant les bonnes bactéries (lactobacilles, bifidobactéries),
  • Elle augmente la production de lactobacilles dans l’intestin,
  • Elle améliore l’absorption de la nourriture et des vitamines,
  • Elle apporte ici les cofacteurs indispensables à l’assimilation de la glutamine (zinc, bétacarotène, B9),
  • Elle permet sa transformation en GABA.

¤  Le curcuma

On utilise ici ses effets antibactériens ainsi que sa puissante action anti-inflammatoire, les intestins étant souvent le siège de l’inflammation. Il est utile dans les affections suivantes :

  • Dyspepsie,
  • Paresse hépatique,
  • Syndrome du colon irritable,
  • Ulcères gastriques.

¤  La myrtille

Elle est capable de se fixer aux bactéries pathogènes pour empêcher leur adhésion aux muqueuses. Elle est donc d’un grand secours et d’une efficacité majeure pour :

  • Anti-colibacillaire,
  • Diarrhées infectieuses,
  • Gastro-entérites,
  • Vomissements.

Une étude récente démontre une diminution du risque de métastase. Cette étude démontre également que des régimes contenant 5 et 10 % de myrtilles sont associés à des réductions de taille des tumeurs de 60 et 75 %.

¤  L’aloes vera

  • Il est un excellent cicatrisant,
  • Il est un bon anti-inflammatoire,
  • Il s’oppose aux bactéries et champignons pathogènes.

L’acemannan présent dans l’aloe vera facilite la désagrégation des protéines étrangères à l’origine d’allergies et de complexes auto-immuns dans l’intestin.

En conclusion

Il faut en moyenne six mois pour refaire une barrière intestinale (s’il n’y a pas de stress entre temps) : comme par hasard, c’est le temps qu’il faut pour faire disparaître des problèmes de peau récalcitrants… trouvant justement leur genèse dans un intestin poreux.

Il faut aussi penser à DIGILANCE dans le cadre des maladies auto-immunes, car tout ce qui passe « illégalement » une frontière poreuse provoque des réactions auto-immunes. Votre bien-être psychique dépend aussi de vos intestins. Toute maladie psychique a besoin de DIGILANCE, les intestins sont le deuxième cerveau, il faut en premier lieu reconstruire la barrière.

  • Nota : Nous avons vu, même si cela n’a rien de systématique, des parkinsoniens remarcher normalement après la prise régulière de DIGILANCE.

DIGILANCE régule aussi le transit, dans un sens comme dans l’autre. Jadis, avant l’avènement de la médecine, on demandait : « comment ça va ? », ce qui sous entendait : « comment allez-vous à la selle? » car cela servait de moyen diagnostic. Aussi, si votre transit n’est pas régulier, posez-vous des questions…

DIGILANCE aide aussi à mieux dormir et apaise celui qui le consomme.

Ne faites pas l’erreur commune de prendre des probiotiques sur un intestin poreux ; ceux-ci passent la barrière intestinale et agressent l’organisme.

Savez-vous par ailleurs que dans la flore des peuples chasseurs-cueilleurs, il n’y a aucun des probiotiques vendus dans le commerce ?... Que dans ces tribus hommes et femmes n’ont pas la même flore ?...

Refaites votre barrière intestinale et tout rentre dans l’ordre !

Posologie

  • 1 cuillère à café avant les 2 repas principaux. 
     
  • Il est possible de prendre également 2 cuillères à café le soir avant de dormir pour un meilleur sommeil, car la Glutamine améliore la production de GABA, l'acide gamma-aminobutyrique. Le GABA est le neurotransmetteur inhibiteur le plus important du cerveau, donc améliore le sommeil.

 

Fondation Hippocrate

Primum non nocere

Chers lecteurs,

Il faut voir le film “Effets secondaires, la face cachée des vaccins", réalisé par Raphaël Berland, journaliste et produit avec l’aide du magazine Nexus, ainsi que le soutien de la Fondation Hippocrate.

Image

L’immense mérite de ce documentaire est de donner la voix aux personnes ayant subi des effets secondaires liés aux vaccins anticovid-19. Ces patients sont invisibles. On ne les entend pas, on ne les compte pas ou peu. Les médias les ignorent. Ils sont tabous. (1)

Raphaël Berland a réuni à la fois des témoignages de victimes de ces vaccins mais aussi d’experts qui tentent d’analyser et de comprendre pourquoi cette vérité est cachée. À l’occasion de son enquête, le réalisateur a reçu plus d’une centaine de témoignages. Il nous livre les plus marquants.

La situation de certaines victimes des vaccins anti-covid est dramatique. En effet, le climat de peur que font régner les médias officiels et le gouvernements favorisent des attitudes méfiantes et une absence de reconnaissance de la part de certains médecins. Les patients sont alors doublement victimes : des effets secondaires du vaccin et d’une errance médicale.

Ces personnes pourraient être vos enfants, vos cousins, des amis ou des voisins. Elles n’avaient, au départ rien contre les vaccins à ARNm au contraire. Je vous propose une synthèse de ces témoignages.

Les premiers concernent des personnes touchées physiquement. La deuxième série est plus triste. Ce sont des personnes ayant perdu un être cher : un époux, un fils, une fille. Ils ont tenu à témoigner pour que la tragédie qu’ils ont vécue ne touche pas d’autres familles. On ne peut que saluer leur courage et leur dignité.

Les victimes sont-elles des exceptions ?

Peut-être pensez-vous qu’il s’agit de cas isolés. Ces adolescents, ces parents, ces familles auraient simplement manqué de chance. Il est vrai que souvent les effets secondaires surviennent chez des personnes ayant déjà des faiblesses : une allergie, une suspicion d’allergie, etc.

Toutefois, cela n’est pas vrai à chaque fois. Par ailleurs, de nombreux professionnels ont remarqué sur le terrain une augmentation importante du nombre d’effets secondaires liés aux vaccins anti covid 19. Le nombre de cas n’a rien à voir avec ce qui se passe avec les vaccins classiques.

Christine Cotton, biostatisticienne, a travaillé 23 ans comme prestataire de l’industrie pharmaceutique en tant qu’organisatrice d’essais cliniques. Elle a produit un rapport critiquant les essais cliniques de Pfizer ayant menés à l’autorisation du vaccin de ce laboratoire en France. (6)

Selon elle, il y a énormément d’effets indésirables de type cardio-vasculaires : thromboses, embolies pulmonaires, AVC, infarctus du myocarde, hémorragies, etc. Il y a également des fausses couches, des péricardites et des myocardites.

Elle estime que ces événements interviennent dans un délai post vaccinal très rapide.

Quels sont les chiffres officiels ?

La Directrice de l’Agence Nationale de Sécurité du Médicament et des produits de Santé (ANSM), Madame Christelle Ratignier-Carbonneil, a expliqué lors d’une audition au Sénat qu’il y avait eu 110 000 effets secondaires liés aux vaccins au 1er décembre 2021. (7)

Dans le détail, cela donnerait :

  • Pfizer : 68000 cas d’effets indésirables sur 80 millions d’injections ;
  • Moderna : 15000 cas d’effets indésirables sur 11 millions d’injections ;
  • Astrazeneca : 27000 cas d’effets indésirables sur 8 millions d’injections ;
  • Johnson & Johnson : 1000 cas d’effets indésirables pour 1 million d’infections.

76% de ces effets secondaires seraient considérés comme non graves. Donc, 24% seraient sérieux ou graves. Cela fait tout de même 26 400 victimes potentielles dont beaucoup ont moins de 50 ans. Or, ces personnes ne risquaient pratiquement rien s’ils avaient attrapé la Covid 19.

Par ailleurs, en temps normal, il y a 45000 déclarations d’effets secondaires, tous médicaments confondus, d’après Christelle Ratignier-Carbonneil. Avec les vaccins anti covid 19, il y a donc plus de deux fois plus d’appels. Mais la Directrice de l’ANSM estime que cela est dû au fait qu’habituellement, seuls les médecins font des déclarations. Désormais, 40 à 60% des déclarations seraient faites par les patients. (8)

Le centre de pharmacovigilance de Tours sous tension

Les chiffres de l’ANSM sont confirmés au niveau des centres de pharmacovigilance. À Tours, où est installé le centre pour la Région Val de Loire, 6854 déclarations auraient été formulées pour toute la région. La responsable de ce centre de pharmacovigilance, le Dr Annie-Pierre Jonville-Béra a affirmé dans la presse locale que cela revenait à “six années de travail en une”. En effet, habituellement, le centre n’enregistre pas plus de 1300 déclarations d’effets secondaires par an. (9)

En 2022, cette surcharge de travail se poursuit. Plus de 600 déclarations ont été enregistrées pour le seul mois de janvier. Le centre doit faire face à un manque de personnel pour gérer cette situation bien que les trois praticiens spécialisés en pharmacologie de l’équipe aient désormais été rejoints par deux assistants. La conclusion du Dr Jonville-Béra est: "On manque de personnel et on peine à recruter, confie la cheffe du service. On fait des journées de douze heures. Certains n’ont pas tenu et sont partis."

Si la plupart des appels concernent des effets secondaires relativement mineurs comme des rougeurs, maux de tête ou douleurs diverses que l’on retrouve avec de nombreux vaccins, il arrive aussi que des cas de péricardites ou de myocardites soient remontés.

Le constat est le même dans de nombreux autres centres de pharmacovigilance. À Toulouse, l’activité par exemple a été multipliée par quatre sur l’année 2021. (10)

Comme avec les patients, les professionnels en charge du décompte ont toujours une bonne explication pour dédramatiser la situation. Il n’y a partout qu’un seul discours : les effets secondaires liés au vaccin n’ont rien d’anormal et ils sont toujours beaucoup moins graves que ce que les patients auraient eu s’ils avaient contracté la Covid 19.

D’autres signaux d’alarmes

L’augmentation globale des myocardites et des péricardites depuis le lancement des campagnes de vaccination est un signe inquiétant. Les médias et les autorités ont tendance à minimiser ce chiffre puisque le SARS-CoV-2 peut, lui aussi, provoquer des myocardites. 

C’est chez les sportifs que cette montée a le plus fait parler. Alors qu’en 2020 il y aurait eu 3 décès sur les terrains de foot et plus de 15 en 2021. Les volumes restent faibles mais on parle d’une multiplication par 5 des cas soit une augmentation de 500% ! Si bien qu’il est facile de les minimiser. Ils sèment toutefois une certaine inquiétude chez nombre de jeunes sportifs. Pour nombre d’entre eux, c'est du jamais vu. (12)

D’autres chiffres inquiètent comme celui des problèmes de menstruation chez les femmes. Nombreuses sont celles qui, ménopausées, ont vu réapparaître leurs règles après le vaccin. Ce n’était pas une bonne surprise. (13)

Silence ou minimisation de la part des médias et de nombreux médecins

À chaque fois qu’un problème est soulevé concernant les vaccins il est balayé par le corps médical et minimisé par les médias. Pourquoi ?

Il y a, au niveau des médias et des grands moteurs de recherche, une volonté affichée de contrôler l’information que reçoivent les utilisateurs. Ainsi, Google et l’AFP ont conclu un accord historique dont le montant est resté confidentiel sur la “lutte contre la désinformation.” (14)

Cet accord signifie que le géant américain va rémunérer l'AFP pour les recettes qu'il engrange avec l'utilisation de ses contenus.

Google, particulièrement désireux de voir l’information sur les vaccins bien vérifiée a par ailleurs passé un accord avec différents médias et organismes de “fact checking” pour s’assurer que les informations aillent toutes dans le sens voulu par Google. (15)

Le problème est que dans cette affaire Google est à la fois juge et partie. En effet, depuis une décennie, Google s’est rapproché de l’industrie pharmaceutique. Ainsi plusieurs fusions d’activités entre les filiales de Google et des filiales pharmaceutiques ont eu lieu. Google s’est par exemple allié avec Sanofi pour travailler sur le diabète (16) avec Pfizer pour faire des études sur le séquençage de l’ADN (17) et avec GSK sur la médecine bioélectronique. (18)

Désormais, Google a un intérêt direct à servir les objectifs de ces firmes. Cela ne va pas dans le sens d’une information libre, éclairée et pluraliste.

La plupart des grands médias du monde appartiennent à quelques milliardaires qui, de près ou de loin, sont actionnaires de l’industrie pharmaceutique. Pourquoi s’en priveraient-ils ?

C’est là que les bénéfices sont les plus sûrs et les meilleurs, surtout lorsque les gouvernements s’y mettent à leur tour.

Un problème de responsabilité

C’est aussi pour cela que le film de Raphaël Berland est précieux et courageux. Il montre le double jeu des chefs d’Etats et de gouvernement. Ces derniers ont mis une pression considérable sur les populations pour qu’elles se fassent vacciner. (1)

D’improbables récompenses ont été promises aux citoyens qui acceptaient la vaccination. À Hong Kong, on pouvait gagner un appartement, à New York on vous offrait un Hot Dog, en Virginie c’était une arme à feu… Ailleurs, les non vaccinés risquaient des amendes ou l’exclusion sociale à travers des systèmes de pass sanitaire ou vaccinaux. On exigeait une responsabilité totale de la part des citoyens. Dans la bouche de nos dirigeants, cela voulait dire “vaccinez-vous !”. (1)

Juste avant cela, les laboratoires pharmaceutiques avaient pu signer des contrats de nonresponsabilité avec les dirigeants de l’Union européenne. Ces contrats de la honte n’ont pas été soumis à la lecture des députés européens. Et lorsque les plus téméraires de ces derniers ont demandé à les lire, on leur à remis des copies raturées. Les clauses importantes des contrats avaient été soigneusement masquées (caviardées). (19)

Les Députés européens, représentants des peuples européens n’avaient accès ni au prix des vaccins, ni aux sommes versées aux laboratoires pharmaceutiques, ni même aux fameuses clauses exonérant les laboratoires pharmaceutiques des coûts liés aux procès qui leurs seraient intentés en cas d’effets secondaires.

Les dirigeants politiques européens ont permis aux entreprises pharmaceutiques d'engranger les plus grands profits de l’histoire du capitalisme sans avoir à se soucier une seconde de leur responsabilité vis-à-vis des consommateurs. (20)

Et pendant que les uns comptaient leurs bénéfices, les autres pleuraient leurs morts ou comptaient leurs blessures liées aux vaccins.

On peut espérer qu’un jour ces responsables politiques, ces médias, et ces dirigeants de firmes pharmaceutiques rendront des comptes.

En attendant, mes pensées vont aux victimes des vaccins. On ne leur a vraiment rien laissé.

Merci Raphaël Berland de leur avoir donné la parole !

Voici le lien pour voir le documentaire : https://odysee.com/@MagazineNexus:b/EffetsSecondairesLaFaceCacheeDesVaccins:d

Jérôme

PS : La Fondation Hippocrate sélectionne et soutient les projets qui font avancer la cause de la médecine intégrative, dont l'une des valeurs principales est "D'abord ne pas nuire", issue du fameux serment d'Hippocrate.

Si vous souhaitez nous aider dans cette mission, vous pouvez faire un don sur notre site : https://www.fondation-hippocrate.org/soutenir/

Un grand merci d'avance.

Références
(1)    https://odysee.com/@MagazineNexus:b/EffetsSecondairesLaFaceCacheeDesVaccins:d
(2)    https://www.passeportsante.net/fr/parties-corps/Fiche.aspx?doc=nerf-facial
(3)    https://www.who.int/fr/news-room/fact-sheets/detail/guillain-barr%C3%A9-syndrome
(4)    https://www.msdmanuals.com/fr/accueil/probl%C3%A8mes-de-sant%C3%A9-infantiles/maladies-du-tissu-conjonctif-chez-l%E2%80%99enfant/syndrome-de-marfan
(5)    https://www3.unifr.ch/apps/med/elearning/fr/bindegewebe/downloads/bg_print_f.pdf
(6)    https://www.ameli.fr/assure/sante/urgence/pathologies/oedeme-quincke
(7)    https://www.nexus.fr/wp-content/uploads/2022/02/Vaccine-expertise-GCP-CCotton-2022-01-11-French2-copyright_comp.pdf
(8)    https://www.publicsenat.fr/article/parlementaire/effets-indesirables-de-la-vaccination-contre-le-covid-19-les-chiffres-de-l
(9)    https://www.lanouvellerepublique.fr/tours/tours-l-equipe-qui-traque-les-effets-indesirables-du-vaccin-a-fait-six-annees-en-une
(10)    https://france3-regions.francetvinfo.fr/occitanie/haute-garonne/toulouse/toulouse-le-centre-de-pharmacovigilance-sous-tension-depuis-le-debut-de-la-vaccination-contre-le-covid-2120845.html
(11)    https://www.futura-sciences.com/sante/actualites/coronavirus-covid-19-myocardite-disent-chiffres-87573/
(12)    https://seenthis.net/messages/938566
(13)    https://www.vidal.fr/actualites/28433-vaccins-arn-m-et-troubles-menstruels-les-donnees-de-pharmacovigilance-francaises.html
(14)    https://www.europe1.fr/medias-tele/droits-voisins-un-accord-historique-trouve-entre-google-et-lagence-france-presse-4077725
(15)    https://www.niemanlab.org/2021/01/google-is-giving-3-million-to-news-orgs-to-fact-check-vaccine-misinformation/
(16)    https://bourse.lefigaro.fr/indices-actions/actu-conseils/google-et-sanofi-creent-une-joint-venture-specialisee-dans-le-diabete-5716437
(17)    https://www.lesechos.fr/2015/01/sequencage-de-ladn-pfizer-sassocie-a-une-filiale-de-google-241495
(18)    https://www.lesechos.fr/2016/08/la-medecine-bioelectronique-le-pari-de-google-et-gsk-211657
(19)    https://www.lactucitoyenne.fr/actualites/sante/big-pharma-on-a-eu-acces-a-des-contrats-biffes-cette-deputee-europeenne-denonce-l-opacite-des-labos-sur-les-contrats
(20)    https://www.europe1.fr/sante/vaccins-plus-de-1000-dollars-de-profits-par-seconde-pour-pfizer-biontech-et-moderna-4077263

 

Voilà, chers amis, faite bon usage de toutes ces informations et concentrez vos efforts sur la réalisation de vos buts personnels de santé et de joie de vivre, car c’est cette énergie individuelle qui, associée à d’autres, est créatrice d’une nouvelle réalité…CELLE QUE VEULENT TOUS CEUX QUI SOUHAITENT LA LIBERATION ET LA FIN DU REGNE DES FORCES DE L’OMBRE !

Tal Schaller