BLOG 69 de Tal SCHALLER

Chers amis,

Voici donc un lot d’informations non censurées, celles que les medias cachent et masquent avec une propagande destinée à vous maintenir dans la peur et la soumission. Bonne nouvelle, rapportée par Michel DOGNA :: «  Entre juillet 2017 et juin 2022, l'ensemble des grands journaux français sponsorisés par l'état profond US a perdu en moyenne 50% de lectorat. On ne croit plus leurs mensonges et leurs omertas qui cachent la vérité qu'il faut aller chercher à l'étranger. »

L’éveil des consciences ne peut plus être arrêté et ceux qui se sont pris pour  les Maîtres du monde sont de plus en plus paniqués. Leur rôle a été de nous aider à voir que l’obéissance à autrui ne peut que nous mener vers la souffrance et la misère intérieure. La clé du bonheur est de n’obéir qu’à soi-même, à la voix de notre corps de lumière. C’est l’un des buts fondamentaux de notre vie sur Terre : nous délivrer des croyances intellectuelles erronées dont nous ont gavés nos parents, nos politiciens, nos prêtres et nos experts en tous genre pour oser remettre en question leurs dogmes, s’informer à diverses sources puis choisir ce qui, au fond de nous, nous apparaît comme juste et universel. Dans mon livre Sortez de l’hypnose collective, la fin des grands mensonges j’ai passé  en revue ces dogmes totalement dénués de fondements scientifiques. L’un d’entre eux est le mythe des « vaccins sauveurs » mythe qui , grâce à la folie du Covid, devient de plus en plus apparent : vaccins, masques, distanciation sociale et autres mesures ont montré leur inefficacité et leur rôle qui n’est pas de sauver des vies mais de permettre ce grand génocide planétaire qui, maintenant, est voué à l’échec. Ceci pour deux raisons principales : Poutine a mis fin au rêve d’une mondialisation de tous les pays soumis à l’OMS, à l’ONU et aux ploutocrates occidentaux et le très faible taux de vaccination des pays pauvres a montré la toxicité des injections mortifères appelées « vaccins »…les chiffres sont là : plus on vaccine (dans les pays riches) plus on meurt, c’est un fait INDENIABLE ! L’empire vaccinal ne peut que s’écrouler comme je le montre dans le ebook Vaccins, bienfaiteurs ou assassins ? préfacé par Thierry CASASNOVAS ? Irène GROSJEAN et Maître Jean-Pierre JOSEPH.

Croire encore aux vaccins pour apporter la santé à tous est vraiment aussi peu crédible que de croire que nos dirigeants veulent le bien de leur concitoyens alors qu’ils ne font qu’obéir à ceux qui les manipulent comme on fait danser des marionnettes. Mais leurs mensonges deviennent chaque jour plus visibles, c’est notre chance. Et tout ce que nous (les complotistes !)avions annoncé il y a déjà deux ans s’avère juste . il n’y a pas de pandémie mais une plandémie organisée pour mettre en place un génocide planétaire.

Les informations ci-dessous vont vous soutenir dans cette formidable aventure du grand réveil des êtres humain qui ne veulent plus être gouvernés par des psychopathes et diffusent autour d'eux des informations libératrices.

 

Youtube :Minute d'actualité du Conseil scientifique indépendant n° 64.

Jean-Dominique MICHEL

J'y reprends cette idée du rapport "coût - bénéfices" pour des traitements potentiellement dangereux, une idée proprement scandaleuse et contraire à toute éthique médicale (pour ce qu'il en reste...) Quelques nouvelles aussi de la plainte de trois États américains au sujet de la collusion entre l'administration Biden et les GAFAM pour manipuler l'information et censurer la science non falsifiée ! La présentation d'Annelise Bocquet sur nanoparticules lipidiques et immunité valait le détour (accessible ici : https://crowdbunker.com/v/pPBw7dJYkV

 

Sur le net :ZELENSKY A VENDU AUX RUSSES 

DEUX CANONS CAESAR OFFERTS PAR MACRON 

Image en ligne

Le saltimbanque Zelensky serait-il devenu un trafiquant d’armes occidentales ?

L’information sur les deux canons Caesar tombés aux mains des Russes circulait depuis plusieurs jours sur les réseaux sociaux. Elle est confirmée aujourd’hui.

https://www.crashdebug.fr/la-russie-a-recupere-deux-canons-automoteurs-francais-caesar-revendus-par-l-ukraine-lesmoutonsenrages-fr

Mais ce qui est nouveau, c’est que ces deux canons n’auraient pas été saisis sur le terrain par l’armée russe, comme annoncé initialement, mais acquis par Moscou sur le dark market. Les réseaux mafieux ukrainiens font de l’or en revendant à prix cassés des matériels occidentaux de plusieurs millions.

La question qui se pose alors est la suivante : Zelensky est-il au courant de ce diabolique marché noir, où des réseaux mafieux revendent des armes occidentales, pendant que les soldats ukrainiens se font hacher menu par l’artillerie russe ?

Plus l’armée ukrainienne se fait massacrer et recule de tous côtés et plus Zelensky réclame des armes lourdes et des milliards de dollars. Mais où vont ces armes et où s’évaporent ces milliards ? Il n’y a apparemment aucun suivi de ces armes de guerre.

Zelensky, cité par les « Panama Papers », n’a rien d’un modèle d’intégrité, comme chacun sait. Mais la morale occidentale épousant les seuls intérêts de Washington, c’est un ramassis de mafieux et de leaders corrompus que l’Occident soutient à bouts de bras pour combattre Poutine.

La stupidité de Macron et la corruption démentielle en Ukraine, se soldent donc par un désastre.

Allons-nous  soutenir encore longtemps un Etat mafieux et corrompu, en pure perte ?

Allons-nous dépouiller encore longtemps nos unités déjà démunies de l’essentiel ?

Allons-nous saigner encore longtemps notre économie par des sanctions suicidaires ?

Allons-nous soutenir encore longtemps un illuminé qui sacrifie son peuple et détruit son pays ?

Poutine a déjà gagné cette guerre et l’Ukraine sera dépecée, que Biden, Johnson, Macron et Von der Leyen le veuillent ou non.

Les armes magiques  livrées par l’Occident et les milliers de mercenaires étrangers venus jouer les Rambo pour casser du Popov n’y changeront rien. La plupart de ces guerriers venus se battre la fleur au fusil, ont été tués ou sont repartis loin du fracas des obus.

Et certains sont condamnés à mort puisque la peine capitale existe encore dans les républiques du Donbass. La guerre fraiche et joyeuse menée tambour battant contre les méchants Russes ne s’est pas terminée comme prévu. Cela va calmer les vocations !

Et ce sera une énième débâcle pour l’Otan et les va-t-en-guerre occidentaux, qui refusent d’admettre que l’armée russe est éminemment puissante et que Poutine n’est pas le fou à lier dépeint par les médias, mais un leader froid, lucide et déterminéqui observe les agités de Washington, Londres, Paris et Bruxelles, avec un calme olympien et un mépris total.

Avec 18 unités, ce sont 25% de nos canons Caesar que Macron a livrés à Kiev pour jouer les grands seigneurs sur le dos de nos artilleurs et celui des contribuables.

Nous savons que les armements livrés à l’Ukraine sont soit détruits dans les entrepôts par les missiles russes, soit abandonnés sur le terrain par les troupes ukrainiennes en pleine débandade, mais on imagine très bien que de nombreuses armes finissent également entre des mains maffieuses et sont revendues dans les Balkans, alimentant les filières terroristes.

Combien de missiles sol-air circulent déjà dans ces milieux terroristes bien intentionnés et sont une menace mortelle pour les avions de ligne en Europe ?

Rappelons que les Américains ont mis des années à récupérer les missiles Stinger livrés aux moudjahidines afghans durant la première guerre d’Afghanistan.

Les Russes ont évidemment ironisé sur ces deux canons atterris opportunément dans leurs usines d’armement pour y être décortiqués et perfectionnés. Mais si de plus, ils ont réellement été vendus par les Ukrainiens, voilà qui devrait refroidir les va-t-en-guerre anglo-saxons et leurs caniches européens.

Sur l’ensemble des canons Caesar qui ont été fournis à Kiev, il s’avère que trois ont été détruits lors de frappes aériennes sur Kourakhovo, un a été détruit sur la presque-île de Koubanski dans la région d’Odessa et deux ont été vendus pour le prix ridicule de 120 000 dollars pièce ! 

« Pour information un canon automoteur Caesar vaut environ 7 millions d’euros ! Donc la France a fourni pour 14 millions d’euros deux canons automoteurs Caesar qui ont été revendus pour 240 000 dollars. Les contribuables français apprécieront de savoir que leurs impôts servent à payer une telle gabegie ! »

Le gamin irresponsable et ignare, qui dirige la France et la mène au chaos identitaire et économique depuis cinq ans, nous met à dos le plus grand et le plus puissant pays d’Europe, alors que celui-ci, en 1990, ne demandait qu’à instaurer la paix en Europe en démantelant le Pacte de Varsovie. L’amitié franco-russe, bien plus précieuse que l’hypocrite amitié que nous entretenons avec cette Amérique dominatrice et arrogante, a été brisée pour de longues années. C’est un crime impardonnable. Car si un peuple est fidèle en amitié, c’est bien le peuple russe.

Quelle trahison !

Macron n’a toujours pas compris que les Anglo-Saxons n’ont jamais été nos amis mais ne font que défendre leurs propres intérêts, quitte à trahir leurs alliés, comme ils l’ont encore fait avec le contrat des douze sous-marins commandés à la France par l’Australie.

DERNIERES NOUVELLES⚡️

« À partir du 1er octobre, toutes es femmes, à l’exception des mères d’enfants de moins de 3 ans et des femmes enceintes, seront inscrites au registre du service militaire en Ukraine. Les femmes qui refusent seront condamnées à une amende et pourront faire face à des accusations criminelles. »

Il est vrai qu’en perdant 1000 soldats par jour, entre tués, blessés, capturés et déserteurs, l’armée de Zelensky voit ses effectifs fondre comme neige au soleil. Toutes les meilleures unités sont passées au mixer par l’artillerie de Poutine et remplacées par des gamins et des vieillards inaptes au combat. Un suicide collectif !

Alors que la France est signataire des accords de Minsk octroyant une certaine autonomie aux républiques du Donbass, et que Paris est censé les faire appliquer par Kiev, cet incapable de Macron a répondu à Poutine « qu’il se foutait des propositions des séparatistes ».

Voilà le genre d’énergumène stupide et ignare qui dirige la France et nous mène au désastre. Et ça se prend pour une lumière !

Esclave de l’Otan et de l’UE, Macron a fait de la France une serpillère que plus personne ne respecte. Non content de nous ruiner et de détruire notre identité, ce fossoyeur de la nation nous déshonore et nous fait honte.

 

Youtube : Comment ne jamais mourir de faim ? Apprenez cette technique !

Manger le cambium des arbres !

 

Regardez "Richard Boutry En Direct 12 Août Pénurie d’eau: le scandale des golfs ! sur YouTube

Un terrain de golf consume en un ,jour la quantité d’eau qu’il faut pour une ville de 12.000 habitants

Et aussi :

https://www.laminutedericardo.com/LMDR/urgent-noubliez-jamais/

et aussi

Urgent: ce que j’ai vu est sans précédent !  diffusée sur notre plateforme indépendante La Minute de Ricardo, toujours sans concession, impartiale et proche du terrain:

Les drames causés chez les femmes par ces injections mortfères… terrible !!

Je regarde la vidéo « Urgent: ce que j’ai vu est sans précédent !

https://youtu.be/vNgn6CP7R3c

 

Youtube / Gregg Braden - Our Most cherished Ancient Spiritual Technology Explained

Pour les anglophones, excellente vidéo sur la conscience et la prière.

 

Le CDC admet qu'il a donné de fausses informations sur la surveillance des vaccins COVID-19

Les Centers for Disease Control and Prevention (CDC) des États-Unis admettent avoir donné de fausses informations sur la surveillance du vaccin COVID-19, notamment en disant à tort qu'ils ont effectué un certain type d'analyse pendant un an avant de le faire.

SUITE DE L’ARTICLE SUR .

https://www.theepochtimes.com/exclusive-cdc-admits-it-gave-false-information-about-covid-19-vaccine-surveillance_4657836.html?utm_source=Morningbrief&utm_campaign=mb-2022-08-12&utm_medium=email&est=24rS5O3YY8KLYklo%2BQgVp40olNdOJStyIF8PiSH5ZSCFYKNzQ55dE%2FaNN%2BXRdN9bzw%3D%3D

Note de TAL : quand on vous dit que toutes les institutions chargées de vous protéger sont corrompues, vous avez peut-être de la peine à le croire mais c’est hélas la vérité

WOW!!! CDC renverse complètement le cap. C'EST FINI!

https://prepareforchange.net/2022/08/13/wow-cdc-completely-reverses-course-its-over/

C'est une ENORME nouvelle les amis. En langage bureaucratique, il s'agit d'un effondrement presque complet des faits réels :

  • Aucun symptôme ? Aucun problème.
  • Vacciné ou non vacciné ? Même orientation.
  • Exposé? Même pas besoin de quarantaine.
  • Des étudiants exposés ? Ils peuvent rester en classe, tant pis, non ?

Si vous avez réussi à maintenir votre intégrité pendant cette terrible période, félicitations ! Vous  êtes l'une des rock stars de cette histoire. Vous êtes une personne solide qui a du courage et qui est restée ferme et droite quand cela comptait le plus.

Quant aux personnes qui ne l'ont pas fait, certaines peuvent être pardonnées. Mais beaucoup ne le peuvent pas.

Ceux qui auraient pu et « auraient dû » savoir mieux ? Les médecins qui n'ont pas réussi à utiliser des traitements précoces connus et éprouvés pour sauver des vies ? Les autorités de santé publique qui ont enfermé les gens et imposé des masques sur le visage des enfants sans la moindre science à l'appui pour étayer ces décisions ? Les administrateurs d'hôpitaux médicaux qui ont pris l'appât monétaire et forcé les patients à suivre des régimes toxiques et mortels de Remdesivir et de ventilateurs (encore une fois, sans aucune preuve à l'appui !). Le panel de traitement du NIH qui,  à ce jour  ,  ne recommande toujours pas la vitamine D , ni aucun des autres traitements précoces réellement sûrs et efficaces ?

Je ressens plus vivement ceux qui ont été rattrapés et qui en ont terriblement souffert. Je me sens vraiment mal pour toutes les personnes empêchées d'assister au décès d'un être cher, ou qui, comme condition de maintien de l'emploi, ont été contraintes d'obtenir des piqûres Covid dont elles ne voulaient ni n'avaient besoin.

Il y a beaucoup trop de cas tragiques. Beaucoup trop de jeunes vies ont été perdues et continuent de l'être. Je suis fâché que cela se soit produit et contre les bureaucrates mesquins et ignorants qui l'ont forcé à se produire. Le "syndrome de la mort subite de l'adulte" est une chose maintenant, et les tentatives de le normaliser par la presse m'ont laissé penser que les entreprises et les journalistes qui s'y sont engagés devraient être interdits à vie d'être à nouveau dans l'entreprise.

Tout au long du chemin, j'ai dit la même chose que les Drs. McCullough, Malone, Urso, Kory, Marik, Rose et Steve Kirsch parmi tant d'autres ; les vaccins Covid n'auraient  jamais  dû être administrés à toutes les personnes possibles.

LES 95 % DE PARENTS AMÉRICAINS QUI ONT REFUSÉ DE FAIRE VACCINER LEURS ENFANTS DE 0 À 5 ANS CONTRE LE COVID-19 SONT-ILS DES "ANTI-VAX ?" QU'EN EST-IL DES 89 % DE PARENTS BRITANNIQUES QUI, FIN JUILLET, AVAIENT REFUSÉ LA VACCINATION DE LEURS ENFANTS DE 5 À 11 ANS ?

BIEN SÛR, ILS NE LE SONT PAS. ILS RECONNAISSENT SIMPLEMENT LA RÉALITÉ QUE L'EXTRÊME DISCRIMINATION PAR L'ÂGE DE COVID REND LA VACCINATION INUTILE POUR LA GRANDE MAJORITÉ DES ENFANTS PAR AILLEURS EN BONNE SANTÉ, TOUT COMME L'IMMUNITÉ ACQUISE PAR INFECTION.

Depuis plus d'un an, l'Uttar Pradesh a botté le cul de toutes les nations occidentales face à Covid et ils l'ont fait avec des programmes de traitement précoce simples et efficaces qui ressemblaient à ceci :

Le kit comprenait :

  • Ivermectine
  • Azithromycine (Z-pac)
  • Doxycycline
  • Zinc
  • Vitamines D & C

Il est clair comme le jour que cette approche a fonctionné et a très bien fonctionné, non seulement pour réduire les décès, mais aussi les cas. Avec moins de cas moins graves, il y a fort à parier qu'ils ont également réussi à contenir longtemps Covid.

Le Dr Pierre Kory a récemment écrit un article extrêmement bon sur exactement comment l'Uttar Pradesh a accompli son exploit étonnant. Tout a commencé avec un dirigeant qui n'avait pas peur de commencer par éradiquer la corruption :

LE MIRACLE NON ENTENDU DANS LE MONDE : LE SUCCÈS DE L'UTTAR PRADESH

L'UTTAR PRADESH (UP) EST UN ÉTAT DU NORD DE L'INDE AVEC UNE POPULATION DE 231 MILLIONS D'HABITANTS. C'EST LA MAISON DU TAJ MAHAL. SI C'ÉTAIT UN PAYS, CE SERAIT LE SIXIÈME PLUS GRAND AU MONDE.

À MON AVIS, LE FONDEMENT DE LA RÉALISATION HISTORIQUE DE L'UP REPOSE SUR L'INTÉGRITÉ DE SON MINISTRE EN CHEF (CM) YOGI ADITYANATH. IL EST UN MOINE HINDOU ET CONNU POUR SA POLITIQUE DE TOLÉRANCE ZÉRO CONTRE LA CORRUPTION. L'IMPORTANCE DE CETTE QUALITÉ NE PEUT ÊTRE SURESTIMÉE, SURTOUT COMPTE TENU DES 2 DERNIÈRES ANNÉES DE CORRUPTIONS INCESSANTES DE LA SCIENCE MÉDICALE ET DE LA POLITIQUE DE SANTÉ PUBLIQUE QUI ÉMERGENT CONTINUELLEMENT CHAQUE JOUR.

DEPUIS QU'IL A PRIS SES FONCTIONS DE CM IL Y A PLUS DE TROIS ANS ET DEMI, IL A PRIS DES MESURES CONTRE 775 FONCTIONNAIRES CORROMPUS DE L'UP DU SERVICE ADMINISTRATIF INDIEN ET DU SERVICE DE POLICE INDIEN. SON LEADERSHIP PENDANT LE COVID DEVRAIT SERVIR D'EXEMPLE HISTORIQUEMENT INSPIRANT AUX POLITICIENS. ILS DEVRAIENT PRENDRE NOTE DE LA FAÇON DONT DES POLITIQUES HONNÊTES ET DIRECTES CONÇUES DANS LE SEUL BUT DE SERVIR ET DE PROTÉGER LE BIEN PUBLIC PEUVENT RÉUSSIR EN POLITIQUE.

Au lieu de cela, je pense que c'est le gouvernement danois qui a interdit l'administration de vaccins aux mineurs (<18 ans) après avoir finalement remarqué que le rapport risque-récompense n'était pas favorable.

Il va devenir très difficile pour le CDC de maintenir la moindre intégrité si certaines agences de santé occidentales commencent à énoncer l'évidence alors que le CDC continue de conseiller à ses propres citoyens de sacrifier leurs enfants et eux-mêmes à la machine à vaccins Covid.

Et puis il y a un nombre croissant de pays qui remarquent ouvertement que leurs taux de mortalité toutes causes confondues sont beaucoup trop élevés et ils commencent à enquêter :

Lorsqu'environ 4 000 personnes de trop meurent en l'espace de trois semaines, c'est très inconfortable et finalement, les gens le remarquent. Et, quand ils le font, oh boy, attention !

Le CDC a perdu ma confiance pour toujours et tous ceux qui y travaillent portent la responsabilité de ce qui s'est passé, certains plus que d'autres, bien sûr.

Conclusion

C'est fini les gars. La grande pandémie de Covid est terminée. Comme je l'avais prédit en décembre 2021, Omicron était la fin de Covid, cela a juste pris beaucoup trop de temps et beaucoup trop de vies supplémentaires pour que cette réalité s'installe.

Je prédis qu'il faudra encore de nombreux mois avant que le Canada, la Nouvelle-Zélande et l'Australie ne se réveillent enfin de leurs cauchemars autoritaires, mais cela aussi arrivera. Avec un peu de chance, avec des conséquences extrêmes pour Trudeau, Morrison, Arden, Andrews, Mme Freeland et d'innombrables autres martinets bureaucratiques.

 

Faut-il être vacciné pour éteindre un incendie ?

R. Reymondier

5 000 pompiers ne peuvent pas intervenir sur les incendies en Gironde parce qu’ils ne sont pas vaccinés. Voici le tweet incroyable du député de la Gironde, Grégoire de Fournas, qui fera sursauter les Français : « Un pompier volontaire du Médoc vient de me faire savoir qu’il ne peut pas aller sur les feux de Landiras et La Teste parce qu’il n’a pas ses trois doses. Ce gouvernement est vraiment lamentable ! »

Comme on manque de main-d'œuvre chez les pompiers français on fait appel à presque 400 pompiers étrangers pour venir en aide à une France en déroute.

Alors le délit d'état c'est non assistance à l'hexagone en danger lisez bien ceci:

« Quiconque s’abstient volontairement de prendre ou de provoquer les mesures permettant, sans risque pour lui ou pour les tiers, de combattre un sinistre de nature à créer un danger pour la sécurité des personnes est puni de deux ans d’emprisonnement et de 30 000 euros d’amende. »Code pénal – Article 223-7

Après les soignants interdits de soigner au moment où leur collègues, épuisés, sont en arrêt maladie et que l’hôpital est à l’agonie, le gouvernement décide de se passer de 5 000 pompiers volontaires. Cela n’est pas du goût d’Olivier Marleix, chef de file des LR à l’Assemblée, qui appelle à réintégrer les pompiers suspendus. Cette demande a déjà été formulée par les députés Nupes et RN.

Nous sommes au milieu d’un suicide collectif à l’image de la secte de Jonestown dont le gourou n’est plus le révérend Jim Jones, mais son dauphin Emmanuel Macron. La France brûle de tous les côtés. Nous avons pourtant les forces vives pour faire face à tous les dangers mais le président et ses ministres ont choisi le chemin de la non-assistance à personne en danger. Nous marchons sur la tête, c’est l’incompréhension face à l’absurdité abyssale.

Bien sûr que toute initiative solidaire est louable, mais 5000 pompiers suspendus alors que les pays qui envoient du renfort nous envoient des non vax c'est quoi ?
Aujourd'hui la France (qui n'a toujours pas renouvelé sa flotte de Canadair comme elle était pourtant censée le faire il y a 10 anssollicite l'aide de l'Italie et de la Grèce pour combattre les incendies en Gironde et dans le Vaucluse.

Or d'après les CGT des SDIS (Service départemental d'incendie et de secours), qui ne soutient pas, rappelons-les, les pompiers réfractaires à la thérapie génique anti-Covid,environ 140 sapeurs pompiers professionnels étaient suspendus faute d'avoir accepté cette thérapie (chiffre qui n'inclut pas les agents qui ont opté pour le congé de maladie) et autour de 5000 pompiers volontaires (chiffre qui couvre aussi des volontaires qui ont pu rompre les contacts avec leur hiérarchie pour d'autres raisons). Concrètement, cela représenterait seulement 2% de l'effectif total. Mais tout de même le symbole est là : quémander une aide étrangère plutôt que de ré-embaucher du personnel national qui n'est pas plus contagieux que les vaccinés, qui eux malgré les super-vaccins continuent plus que jamais à propager les virus qui se foutent royalement de ces manipulateurs génétiques qu'on nomme vaccins, peut nous faire dire " Ils sont fous ces Romains!) 

En fait, ces Romains sont ceux qui nous gouvernent !

 

VACCINS / « Le vrai but » de ces injections est scientifiquement
démontré ici … Hallucinant !!!  LA QUINTA COLUMNA


https://rumble.com/embed/v1c0jw3/?pub=jd53n#?secret=TUDnxEb055

Une vidéo à voir et à faire circuler au maximum !

 

Vous allez aimer ce film nommé:  Morts sous protection sanitaire

Raymond REYMONDIER

Je vous présente une vidéo qui est le sixième épisode de la série réalisée avec le média Kairos.

Dans le premier épisode, nous avons vu qu'il n'y a eu aucune hécatombe nulle part en Europe, ni en 2020, ni en 2021.

Dans le deuxième épisode nous avons vu qu'il n'y a pas eu la saturation hospitalière annoncée.

Dans le troisième épisode nous avons vu qu'il n'y a pas non plus eu un "déferlement" de malades. Il y a eu bien moins de malades comptabilisés que pendant les épisodes dit "grippaux" du passé. Nous vivons une épidémie de "cas" entretenue par les fameux "tests" qui n'ont pas de rapport avec la moindre maladie.

Dans le quatrième épisode nous avons vu le moteur même de la fraude : l'utilisation de codes spécifiques par les hôpitaux de façon à produire les "bonnes" statistiques.

Dans le cinquième épisode nous découvrons le socle de l'idéologie sanitaire actuelle qui ne repose sur aucune expérience et est contredite par les statistiques : la contamination.

 

Morts sous protection sanitaire - YouTube

Une nouvelle science montre que les vaccins aident à la propagation d'Omicron : étude évaluée par des pairs

https://www.theepochtimes.com/new-science-shows-vaccines-help-omicron-spread-peer-reviewed-study_4645812.html?utm_source=healthnoe&utm_campaign=health-2022-08-06&utm_medium=email&est=smEvsbqMj%2BowJIVMl9ANtI9OEzfH4YVwoZRHLDPVIarsCKgYYovkDDSe6tG0jcE4lw%3D%3D

extraits

Une équipe de 19 scientifiques du Royaume-Uni a publié de nouvelles recherches qui aident à expliquer pourquoi les pays ayant les taux de vaccination les plus élevés connaissent le plus grand nombre de ce qu'ils appellent des « infections percées », ainsi que des réinfections avec d'autres variantes de COVID-19.

Cet article de recherche, publié le 14 juin 2022 dans la revue à comité de lecture Science, a été téléchargé près de 277 500 fois en moins de deux mois. C'est très inhabituel pour une étude scientifique hautement technique et rédigée de manière dense.

Nous ne pouvons que spéculer sur la raison pour laquelle tant de gens l'ont lu. Mais ce que suggère cette étude – au sujet de laquelle de nombreux cliniciens et chercheurs ont exprimé des inquiétudes – est que les vaccins à ARNm COVID-19 ainsi que les injections de rappel peuvent rendre notre réponse immunitaire moins efficace contre la variante Omicron du virus..

Une utilisation plus élevée des vaccins entraîne des taux d'infection plus élevés

Comme le soulignent les scientifiques britanniques, les pays ayant des taux de vaccination plus élevés connaissent un nombre élevé d'infections primaires et de fréquentes réinfections par le SRAS-CoV-2.

En revanche, dans les endroits où les campagnes de vaccination n'ont pas été largement mises en œuvre, y compris la plupart des pays du continent africain , les gens ne sont pas infectés.

Plus de vaccins entraînent plus d'infections au COVID-19

Cette étude démontre exactement comment les vaccinations répétées rendent les gens plus sensibles au COVID-19. Les doses initiales du vaccin ont provoqué des réponses immunitaires inflammatoires classiques. L'inflammation est un élément fondamental d'une réponse immunitaire (à un vaccin ou à une infection) et est responsable de la plupart de ce que vous ressentez lorsque vous êtes malade : fièvre, courbatures, léthargie, etc. Cette inflammation est la raison pour laquelle vous pouvez vous sentir malade si vous vous faites vacciner contre la grippe et pourquoi le vaccin COVID-19 est devenu célèbre pour rendre les gens si malades pendant quelques jours. Votre corps produit une réponse inflammatoire aux protéines COVID-19.

Mais que se passe-t-il dans le corps après avoir reçu deux vaccins et qu'on vous en a administré un troisième ? Les scientifiques ont découvert que des doses successives de vaccins à ARNm commencent à habituer ou à désensibiliser les sujets aux protéines COVID-19, faisant migrer leur réponse immunitaire vers une forme dominée par la forme IgG4, qui apprend essentiellement au corps à tolérer les protéines.

Une autre étude , publiée en juillet par une équipe de plus de 20 scientifiques allemands, a confirmé de manière indépendante que les injections et rappels successifs de COVID-19 convertissaient la réponse immunitaire de la classe protectrice de la réponse IgG à la classe de tolérance.

Dans le même temps, la création de cette tolérance induite par le vaccin ne signifiait pas que les sujets étaient laissés sans protection.

Ainsi, le programme de vaccination et de rappel a fini par faire le contraire de ce qu'il était censé faire : empêcher les gens de tomber malades.

D'une part, cette étude suggère que les vaccins aident le système immunitaire de l'organisme à ne pas réagir de manière excessive au virus. Le virus lui-même ne tuait pas les gens - c'était l'interaction du virus avec le système immunitaire des patients qui provoquait des infections graves et parfois mortelles , car le système immunitaire réagissait de manière excessive à un nouveau virus.

D'autre part, l'immunité acquise naturellement semble être plus forte que l'immunité acquise par le vaccin, et les dangers des vaccins eux-mêmes , en particulier pour les jeunes , suggèrent que les risques de la vaccination l'emportent de loin sur les avantages.

 

Dr Malone : 29 790 décès officiels liés au vaccin dans le VAERS sont probablement une infime fraction du nombre réel

 

À voir absolument : « Sous la peau » — Comment les composés d'aluminium dans les vaccins contre le VPH causent des blessures

"Under the Skin", un nouveau documentaire du journaliste scientifique Bert Ehgartner, explore la recherche sur les composés d'aluminium utilisés dans les vaccins, y compris un nouveau composé d'aluminium "extra-fort" utilisé dans le vaccin Gardasil de Merck contre le papillomavirus humain.

https://childrenshealthdefense.org/defender/under-the-skin-aluminum-hpv-vaccines-injuries/?utm_source=salsa&eType=EmailBlastContent&eId=5104a086-5222-4870-aea4-ce130e895e5f

sous la peau aluminium vaccin contre le vph blessure caractéristique

Un nouveau documentaire révèle comment le Gardasil de Merck, commercialisé comme vaccin pour prévenir le cancer du col de l'utérus, est devenu un blockbuster mondial grâce à une campagne de marketing agressive, malgré des effets secondaires rares – mais graves – qui ont laissé les filles blessées et luttant pour trouver des réponses.

Under the Skin ", du journaliste scientifique Bert Ehgartner, explore la recherche sur les composés d'aluminium - ajoutés " expérimentalement " aux vaccins il y a près de 100 ans - et un nouveau composé d'aluminium " extra-fort ", le sulfate d'hydroxyphosphate d'aluminium amorphe (AAHS), utilisé dans le vaccin Gardasil contre le papillomavirus humain (HPV).

Regardez la bande-annonce ici :

Selon l'Institut national du cancer, le VPH est un groupe de plus de 200 virus apparentés, dont certains se propagent lors de relations sexuelles vaginales, anales ou orales. Les types de VPH sexuellement transmissibles se répartissent en deux groupes : à faible risque et à haut risque.

Les VPH à faible risque causent rarement des maladies, tandis que les VPH à haut risque peuvent causer plusieurs types de cancer, y compris le cancer du col de l'utérus.

La relation entre l'aluminium et les effets secondaires ressentis par des milliers de filles après avoir reçu le vaccin contre le VPH a été ignorée jusqu'à ce qu'une équipe de médecins danois recueille des dizaines de cas et envoie un avertissement de sécurité à l'Agence européenne des médicaments (EMA).

Selon le BMJ , la documentation de l'Agence danoise des médicaments montre des divergences dans les documents d'essai de deux essais cliniques préalables à l'homologation de Gardasil, un en 2002 et un en 2003.

Pour les deux essais, l'EMA semble avoir autorisé le sulfate d'aluminium et de potassium comme adjuvant et non l'AAHS.

De plus, les participants à l'essai de 2002 ont été informés que le comparateur était une solution saline, même si le comparateur était l'AAHS dans un expédient composé de L-histidine, de polysorbate-80, de borate de sodium et de chlorure de sodium.

L'EMA a déclaré que l'AAHS avait été introduit sans aucune évaluation de sécurité préalable à l'homologation. Cependant, l'EMA et l'Organisation mondiale de la santé ont conclu "une sécurité et une efficacité élevées des vaccins".

Merck décrit l'adjuvant AAHS de Gardasil comme physiquement et fonctionnellement distinct de tous les autres adjuvants à base d'aluminium précédemment utilisés. Cependant, selon le BMJ, "Il est nécessaire d'évaluer rigoureusement les avantages et les inconvénients de l'AAHS adjuvant."

Ehgartner a déclaré au Defender :

« Les fabricants de vaccins sont face à un dilemme car il en coûterait des centaines de millions pour tester de nouveaux adjuvants – moins problématiques. Par conséquent, ils ne font tout simplement rien. Et les autorités pharmaceutiques – qui sont financées dans une large mesure par les fabricants de vaccins – ne voient jusqu'à présent pas la nécessité de le faire.

Selon le BMJ, les adjuvants à base d'aluminium sont associés à de nombreux effets indésirables, notamment douleur et sensibilité au site d'injection, masses persistantes, granulomes , dermatite de contact, céphalées post-immunisation, myofasciite à macrophages et syndrome auto-immun/inflammatoire induit par les adjuvants.

"Environ les deux tiers de tous les vaccins contiennent de l'aluminium", a déclaré Ehgartner. « Aujourd'hui, les bébés reçoivent environ deux fois plus de vaccins que dans les années 1980. Par conséquent, l'exposition aux adjuvants contenant de l'aluminium est également en augmentation.

Ehgartner a déclaré que de nombreuses indications montrent que les agents à base d'aluminium causent des dommages durables au système immunitaire de nombreux enfants et adultes vaccinés et peuvent entraîner des maladies permanentes.

"Presque toutes les maladies modernes - telles que les allergies, les maladies auto-immunes, les troubles du développement ou les tumeurs liées au système immunitaire - sont liées à un système immunitaire hyper-agressif", a déclaré Ehgartner. "Dans le film, nous montrons que ces additifs n'ont jamais été testés pour leur sécurité."

Selon le documentaire, la première vaccination contre le VPH a été approuvée en 2006 et ciblait deux souches du virus qui cause le cancer du col de l'utérus.

La campagne publicitaire internationale de Merck a joué sur les émotions des parents pour les convaincre de faire vacciner leurs enfants et adolescents, selon le documentaire.

Le film présente le Dr Jesper Mehlsen , médecin et chef de service de la Klinik Mehlsen à Frederiksberg, au Danemark. Il est l'un des seuls médecins au monde à soigner les femmes blessées par le vaccin contre le VPH.

En 2011, Mehlsen a vu ses premiers patients qui ont développé des symptômes étranges, notamment des évanouissements, une augmentation du rythme cardiaque et autres, après avoir reçu le vaccin contre le VPH.

En 2015, Mehlsen et son équipe avaient environ 800 patients qui ont été référés pour d'éventuels effets secondaires du vaccin contre le VPH - car lui et son équipe "avaient étudié cela de manière approfondie".

Mehlsen a déclaré que la clinique devait créer un centre spécial pour les plaintes après la vaccination contre le VPH afin de gérer la "grande vague de plaintes" associée au vaccin.

Certains patients ont vu 15 médecins différents au cours de l'année dans leur recherche de réponses, et nous "avons eu des contacts avec des médecins d'autres pays qui ont vu la même chose", a déclaré Mehlsen.

Dans le cadre de ses recherches, Mehlsen a comparé des femmes qui ont reçu le vaccin contre le VPH et qui ont subi des effets indésirables avec des femmes qui ont été vaccinées et qui ne l'ont pas fait.

Il a découvert trois types d'auto-anticorps "dangereux" chez les femmes qui ont subi des effets secondaires du vaccin contre le VPH qui, selon lui, ont été déclenchés par des composés d'aluminium.

Un auto- anticorps est un anticorps produit par le système immunitaire qui est dirigé contre les propres protéines de l'individu. Les auto- anticorps endommagent les tissus corporels et interfèrent avec le fonctionnement normal des cellules. De nombreuses maladies auto-immunes sont causées par des auto-anticorps.

Mehlsen a présenté ses découvertes en 2019, à Chicago, mais n'a pas obtenu le financement ou le soutien dont il avait besoin pour mener à bien ses recherches.

"Je ne pouvais pas simplement rentrer à la maison et être un enfant normal"

Le documentaire dresse le portrait de plusieurs jeunes filles, dont Elizabeth, dont les symptômes ont commencé après sa deuxième dose de vaccin contre le VPH.

Selon sa mère, Hanne, Elizabeth était alitée depuis trois ans au moment du tournage du documentaire.

Elizabeth ne peut pas rester debout longtemps et tout son corps lui fait mal tout le temps, a déclaré Hanne. "C'est très triste de voir votre fille en bonne santé presque invalide."

Paula, une autre fille du film, a été paralysée après avoir reçu le vaccin contre le VPH. Les médecins ont découvert que le vaccin contre le VPH avait endommagé la gaine de myéline de sa colonne vertébrale dans les trois heures suivant la vaccination lorsqu'une réaction auto-immune a poussé son corps à attaquer ses propres cellules.

Les symptômes de Marika ont commencé en 2009, après sa première dose. Elle avait des maux de tête et de la fièvre et ne pouvait pas se lever sans se sentir très malade.

Marika a été alitée pendant quelques semaines, mais elle a ensuite récupéré. Elle a ressenti les mêmes effets secondaires après sa deuxième dose et s'est de nouveau rétablie.

Mais après sa troisième dose de vaccin contre le VPH, les symptômes de Marika n'ont pas disparu.

"Mes parents m'ont emmenée chez de nombreux médecins dans toute la région de Copenhague", a déclaré Marika.

Elle a ajouté:

«Ils ont fait beaucoup de scans de mon dos, des analyses de sang, des tests de la fonction pulmonaire et de mon cœur. Tout le monde a dit que je n'étais pas malade et qu'il n'y avait rien de mal avec moi. Ils m'ont dit de rentrer à la maison, mais c'était difficile parce que je ne pouvais pas simplement rentrer à la maison et être un enfant normal.

Mehlsen, qui se spécialise dans le système nerveux autonome , a découvert la blessure de Marika grâce à une série de tests, dont un test d'inclinaison. Dans une certaine position, la tension artérielle de Marika oscillait et son rythme cardiaque augmentait d'une manière qu'elle ne pouvait pas contrôler.

Melsen pense que le vaccin a déclenché une réponse auto-immune qui a attaqué les nerfs de Marika.

Selon le documentaire , l'EMA ne partage pas ce point de vue et affirme que les symptômes ressentis par ces filles - et des milliers d'autres comme elles - ne sont "en aucun cas liés à la vaccination".

Un rapport de 40 pages de l'EMA a rejeté les inquiétudes des médecins danois, concluant qu'il n'y a aucune raison de recommander un changement dans la façon dont les vaccins contre le VPH sont utilisés.

Mais, a déclaré Mehlsen, "la plupart de ces personnes n'ont jamais vu les patients."

Une enquête menée par The Cochrane Collaboration a révélé que l'EMA avait simplement contacté les sociétés pharmaceutiques pour leur demander si quelqu'un avait signalé ces types d'événements au cours de leurs essais cliniques et avait prédéterminé leurs résultats pour favoriser les sociétés pharmaceutiques.

Comment les composés d'aluminium du vaccin contre le VPH causent des blessures

Presque toutes les maladies modernes ont leur racine dans un système immunitaire perturbé, selon le documentaire , qui suggère que les adjuvants à l'aluminium dans les vaccins sont une explication des événements indésirables signalés après des vaccinations comme le vaccin contre le VPH.

"Les adjuvants à l'aluminium sont préoccupants", selon le documentaire. Les vaccins non vivants ont besoin d'adjuvants. Les vaccins contiennent plus de 1 000 fois plus d'aluminium que d'antigènes, mais si vous n'aviez pas d'aluminium, rien ne se passerait.

Le documentaire a expliqué comment les composés d'aluminium fonctionnent dans les vaccins et comment ils sont utilisés pour déclencher une réponse immunitaire.

Après l'injection, les ions aluminium commencent immédiatement à se dissoudre et commencent à attaquer les cellules environnantes. Cela déclenche une réponse inflammatoire et les ions aluminium tuent les cellules. Au fur et à mesure que les cellules meurent, elles libèrent des messagers chimiques qui "appellent à l'aide".

Les globules blancs répondent immédiatement à l'alarme et une bataille acharnée se déroule sur le site de vaccination.

Le sel d'aluminium fonctionne très bien comme adjuvant, selon le documentaire . Il ne coûte également rien à utiliser dans un vaccin, et il n'y a pas de réglementation concernant l'utilisation de l'aluminium dans les vaccins - il peut donc être utilisé sans se soucier de sa sécurité ou non.

Combinés, ces trois faits font de l'aluminium le parfait adjuvant.

Des médecins et des scientifiques ont expliqué que les particules d'aluminium contenues dans le vaccin contre le VPH ne sont pas des nanoparticules et qu'elles sont capables de provoquer des réactions auto-immunes comme celles vécues par les filles.

Le documentaire suit un scientifique espagnol qui a mené une expérience comparant des moutons injectés avec un vaccin, un composé d'aluminium ou un placebo.

Les moutons qui ont reçu le vaccin et le composé d'aluminium ont affiché des comportements anormaux. Par exemple, ils ont enlevé la laine d'autres moutons, rongé des clôtures métalliques, n'ont pas fui les humains, ont semblé stressés, frustrés et désorientés et ont perdu du poids. Beaucoup d'entre eux sont morts.

Le mouton qui a reçu le placebo a agi normalement.

"Les composés d'aluminium sont utilisés depuis des années, mais n'ont jamais été testés à l'aide de méthodes modernes - et maintenant un composé d'aluminium potentiellement encore plus toxique est utilisé dans le vaccin contre le VPH", selon le documentaire.

"Dans 'Under The Skin', vous ne doutez plus de la façon dont le vaccin a ruiné la vie des jeunes filles et de leurs familles", a déclaré le biologiste Dr Christopher Exley dans un article de Substack . «Cela peut être une montre déchirante. Il [Ehgartner] documente également les difficultés rencontrées par les médecins et les scientifiques qui tentent de résoudre les problèmes de santé.

Exley a écrit:

« La science est présentée de manière simple et factuelle en référence à la littérature évaluée par des pairs et aux expériences et opinions personnelles des personnes impliquées. Bert offre des règles du jeu équitables donnant la possibilité à l'industrie pharmaceutique et aux agences de réglementation d'avoir leur mot à dire. Le spectateur est libre de décider de quel côté de la discussion se situe l'intégrité.

Ehgartner a déclaré au Defender :

« Il est grand temps de responsabiliser les autorités ignorantes de la politique de santé et du médicament. De nombreux vaccins sont fabriqués aujourd'hui à peu près de la même manière qu'il y a 100 ans. Mais nos modes de vie ne sont plus comparables. Certains germes et maladies ont également changé. Chaque vaccin doit être évalué pour ses avantages et ses inconvénients - et retiré du marché si le risque l'emporte sur les avantages.

« Si nous continuons comme nous le sommes, les générations futures seront de plus en plus malades et bientôt la moitié de la population souffrira de maladies chroniques graves. Nous devons nous attaquer aux abus et mettre fin à la corruption dans les agences de réglementation pharmaceutique. La vaccination est devenue une sorte de communauté religieuse à travers un culte non critique. »

Nous devons "le ramener au statut de science normale – où la critique est également autorisée et même souhaitée", a déclaré Ehgartner. "Si cela réussit, il est tout à fait possible que nous vivions un miracle médical - et que des maladies dont nous ne connaissons ni cause ni remède jusqu'à présent - soient massivement réduites ou même disparaissent."

 

La panique de Pfizer , de Bill Gate, etc

La monstrueuse arnaque criminelle  des vaxx au grand jour

https://www.laminutedericardo.com/LMDR/urgent-revelations-pfizer/

ORIGINE DU COVID LA PISTE AMERICAINE SE PRECISE

Radio québec

 

ORIGINE DU COVID LA PISTE AMERICAINE SE PRECISE

Radio québec

https://rumble.com/v1f4n5t-covid-la-piste-amricaine-se-prcise.html
 

 

Tout confirme que ce sont bien des « va x ins » tueurs, et qu’ils le savent depuis le début !

L’édito politique de Libre Consentement Éclairé

   Nous avons reçu quelques dizaines de courriels nous signalant qu’un chirurgien cardiologue japonais, le docteur Kenji Yamamoto, a écrit au rédacteur en chef du « Virology Journal » pour l’informer que les « va x ins » anti-« C19 » sont « un risque important pour les patients gravement malades » et qu’ils provoquaient un affaiblissement du système immunitaire (risques d’infections multiples) tout en pouvant provoquer des lésions organiques - « pour des raisons inconnues », précise le docteur Kenji Yamamoto.

   Cette lettre date du 9 juin 2022 et elle a été motivée par un article publié dans The Lancet le 4 février 2022 : « Risque d'infection, d’hospitalisation et de décès jusqu’à 9 mois après une deuxième dose de vaccin COVID-19 : une étude de cohorte rétrospective sur la population totale en Suède » (« Risk of infection, hospitalisation, and death up to 9 months after a second dose of COVID-19 vaccine: a retrospective, total population cohort study in Sweden »).

   L’article concerné démontrait que chez les personnes âgées et malades, 8 mois après la deuxième injection d’un « va x in » anti-« C19 », la réponse immunitaire de leur organisme était inférieure à celle qui était observée chez les personnes non-« va xi nées ».

   Dans sa lettre, le docteur Yamamoto a rapporté ce qu’il avait observé dans le service de chirurgie cardiovasculaire dans lequel il travaille à l’« Okamura Memorial Hospital » à Shizuoka (Japon) :

   - les protéines Spike circulent dans tout l’organisme des injectés pendant plus de 4 mois ;

   - l’ARNm encapsulé dans les nanoparticules lipidiques (LNP) est hautement inflammatoire ;

   - les nanoparticules lipidiques qui contiennent l’ARNm s’accumulent dans le foie, la rate, les glandes surrénales et les ovaires ;

   - les anticorps produits en réaction à la présence de protéine Spike endommagent les cellules et les tissus dans lesquels ils circulent ;

   - les cellules endothéliales vasculaires sont endommagées par les protéines Spike présentes dans la circulation sanguine (ce qui peut endommager les organes du système immunitaire tels que la glande surrénale) ;

   - les anticorps qui favorisent l’infection atténuent l’effet des anticorps neutralisants dans la prévention de l’infection.

   Par ailleurs le docteur Kenji Yamamoto précise que :

   - les injections de « va x ins » tueurs de Pfizer & Co. réactiveraient l’activité du virus qui cause le zona (syndrome d’immunodéficience acquise par le « va x in » ;

   - des inflammations cardiaques, qui provoquent des infections difficiles à contrôler par antibiothérapie, apparaissent chez certains patients injectés après qu’ils ont été opérés à cœur ouvert, même après plusieurs semaines de traitements (immunodépression et quelques décès) ;

   - des caillots sanguins se forment dans tout l’organisme de certains injectés (thrombocytopénie immunitaire thrombotique induite qui est parfois mortelle).

   Le docteur Kenji Yamamoto conclut sa lettre en recommandant, par mesure de sécurité, d’interrompre les injections des « va x ins » anti-« C19 ».

   En effet, il serait temps de les interrompre, et de les interdire.

Augmentation de 10 000 % des cancers suite aux vaccins COVID-19 alors que les médecins et les scientifiques du monde entier tirent la sonnette d'alarme

Prepareforchange

J'ai effectué une recherche dans le  système de notification des événements indésirables  liés aux vaccins (VAERS) du gouvernement américain pour voir combien de cas de cancers les plus courants avaient été signalés à la suite des vaccins COVID-19, et il a renvoyé un résultat de 837 cas de cancer, dont 88 décès, 66 incapacités permanentes et 104 événements mettant la vie en danger. ( Source .)

Et cette liste n'est pas exhaustive, car j'ai essayé d'inclure TOUS les cancers répertoriés dans VAERS, mais la base de données n'a pas pu gérer la requête.

J'ai répertorié les cas par âge, et sur les 837 cas, 375 d'entre eux n'avaient pas d'âge enregistré, bien que souvent l'âge puisse être trouvé dans la description.

J'ai donc mis ces 375 cas sur la première page des résultats, et à partir de la deuxième page, vous pouvez voir à quel point certains de ces patients atteints de cancer suivent les vaccins COVID-19. ( Source .)

Cela commence par une fille de 12 ans et un garçon de 15 ans, suivis de nombreux jeunes adultes dans la vingtaine.

En utilisant exactement les mêmes termes de recherche pour le cancer, j'ai ensuite recherché TOUS les vaccins approuvés par la FDA au  cours des 30 dernières années  et n'ai trouvé que 140 cas de cancer signalés. ( Source .)

Ce résultat est pour 360 mois (30 ans), alors que les 837 cas suite aux vaccins expérimentaux COVID-19 ont été signalés en seulement 20 mois, depuis le déploiement des vaccins COVID-19 à partir de décembre 2020.

C'est une augmentation de 10 661,4 % !

Une pathologiste qui vit en Suède vient d'être interrogée récemment sur les taux croissants de cancer qu'elle constate chez ses patients à la suite des vaccins COVID-19.

Son nom est le Dr Ute Krueger, et la vidéo se trouve sur la  chaîne Doctors For Covid Ethics  Rumble .

C'est une entrevue incroyable! Le Dr Krueger est hautement qualifiée dans son domaine, et pourtant peu de ses collègues sont prêts à suivre là où les preuves mènent, même si tout le monde constate une énorme augmentation des cas de cancer, et ses rapports à la Swedish Drug Administration n'ont pas été traités. Elle déclare:

Si toute la protéine de pointe pénétrait dans le noyau (dans les ovaires) et qu'une quantité suffisante était produite et traînait assez longtemps avant que le corps ne puisse s'en débarrasser, cela provoquerait un cancer. Heureusement , dans le cas d'une infection naturelle, il est peu probable que cela se produise.

Malheureusement , le toxshot d'ARNm expérimental induit la production d'une protéine de pointe (la pointe de pleine longueur correspondant exactement - acide aminé pour acide aminé - toute la longueur de la protéine de pointe virale¹) dans et autour du noyau cellulaire² et est produite pendant au moins 60 jours et presque certainement plus longtemps³.

Les «vérificateurs des faits» ont déclaré que la protéine de pointe virale ne pénètre pas dans le noyau malgré les scientifiques experts montrant qu'elle le fait absolument.

L'Exposé vient également  de publier une excellente revue  d'une partie de la littérature scientifique montrant comment les protéines de pointe interfèrent avec « le mécanisme de réparation de l'ADN dans les lymphocytes ».

 

Les « vaccins » à ARNm de la COVID-19 causent le cancer ; voici la preuve...

La voie de réparation de l'ADN par recombinaison homologue est l'un des mécanismes que le corps utilise pour empêcher vos cellules de devenir cancéreuses en réponse au stress environnemental.

L'un des composants les plus importants de cette voie est la protéine tumorale P53 (p53), la « gardienne du génome ». Il protège nos cellules des dommages cellulaires. Sous stress cellulaire, p53 entre en action, régulant l'expression des gènes pour contrôler la réparation de l'ADN, la division cellulaire et la mort cellulaire. C'est le gène le plus souvent muté dans le cancer.

En octobre 2021, deux scientifiques vénérés, appelés Jiang et Mei, ont fait publier un article, après examen par les pairs, dans  MDPI , montrant que la protéine de pointe du SRAS-Cov-2 a effacé le mécanisme de réparation de l'ADN dans les lymphocytes

OK, donc il pénètre dans le noyau mais le récit officiel dit qu'il ne reste pas dans le corps plus de quelques heures. Mais, une vaste étude menée par l'un des groupes de biologie moléculaire les plus respectés au monde à l'université de Stanford⁴ a montré que l'ARNm (produisant l'antigène de pointe vaccinal) était toujours présent et actif dans le corps  après 60 jours .

Jiang et Mei, tout à fait logiquement et raisonnablement, ont averti que la protéine de pointe d'ARNm aurait probablement le même effet que la protéine de pointe virale sur p53 et donc provoquerait le cancer.

Sources/Références

https://sciencebasedmedicine.org/spike-proteins-covid-19-and-vaccines/

https://www.tga.gov.au/sites/default/files/foi-2183-09.pdf

https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/35148837/

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC8786601/

https://www.cbsnews.com/news/moderna-covid-vaccine-patent-dispute-national-institutes-health/

 

L'avantage de l'Afrique : les vraies raisons pour lesquelles les « pays sous-développés » ne sont pas affectés par le COVID

Et ce que l'Amérique peut apprendre de l'Afrique

https://www.theepochtimes.com/the-africa-advantage-real-reasons-underdeveloped-countries-unaffected-by-covid_4627935.html?utm_source=healthtop5noe&utm_campaign=htop5-2022-08-05&utm_medium=email&est=80g1tjFDW%2BFbj3PGjU%2BHSXMQQ1W9owi%2FsRqs4O9F6cy1cKq2V0QKebDyM9YSJ%2FlKmw%3D%3DSelon  tableau de bord COVID-19 de l'Organisation mondiale de la santé , il y avait environ 9 millions de cas confirmés et 173 900 décès dus au COVID en Afrique en juillet 2022.

Epoch Times Photo( Cas de COVID-19 par régions de l'OMS )

Ces chiffres contrastent fortement avec les taux d'infection et de mortalité du reste du monde. Depuis le début de la pandémie jusqu'à présent, l'Europe a signalé plus de 239 millions de cas confirmés et plus de 2 millions de décès.

"Nous le considérons comme un simple rhume", a déclaré Illiasou Ibrahim, 53 ans, qui travaille avec des groupes internationaux à but non lucratif à Niamey, la capitale du Niger.

Le Niger est un pays enclavé où le paludisme et la méningite sont tous deux endémiques et l' espérance de vie moyenne n'est que de 63 ans.

Pourtant, Ibrahim a déclaré à Epoch Times qu'il ne connaît pas une seule personne décédée du COVID.

Ainsi, soit les Africains ne contractent tout simplement pas le COVID presque aussi souvent que les Européens, soit, lorsqu'ils le contractent, ils ne tombent pas suffisamment malades pour le signaler. Quoi qu'il en soit, l'Afrique s'en sort beaucoup mieux avec le COVID que l'Europe ou les États-Unis.

Ce n'est pas ce à quoi on s'attendrait. La malnutrition, la pauvreté, le manque d'accès à l'eau potable rendent difficile une vie saine dans de nombreux endroits d'Afrique subsaharienne.

Nos responsables de la santé publique nous ont dit à plusieurs reprises que les pays à revenu élevé sont plus avancés sur le plan médical et mieux adaptés pour lutter contre les pandémies.

Alors, comment est-il possible que les pays sous-développés comme le Niger soient largement épargnés par le COVID par rapport aux pays développés des Amériques et d'Europe ?

Aide des helminthes

Dans un article de 2021 publié dans la revue Evolution, Medicine, and Public Health, une équipe de scientifiques du Duke University Medical Center a en fait prédit que les pays africains et autres pays en développement auraient moins de décès et de meilleurs résultats que les endroits plus développés économiquement.

Ils ont expliqué comment cet assainissement moderne peut entraîner un manque de biodiversité dans le corps humain et que cette diversité aide le système immunitaire à ne pas réagir de manière excessive aux infections virales ou bactériennes.

Selon ces chercheurs, l'absence de vers intestinaux, également connus sous le nom d'helminthes, chez les habitants des pays à revenu élevé compromet leur santé, les rendant plus vulnérables aux infections graves au COVID .

Bien qu'une bonne hygiène soit importante pour arrêter la propagation des maladies infectieuses, tous les effets de l'hygiène ne sont pas bénéfiques. En fait, trop d'hygiène peut en fait rendre les gens plus sensibles à certaines maladies auto-immunes, selon l'hypothèse d'hygiène qui a été proposée pour la première fois dans le British Medical Journal par un épidémiologiste britannique, le Dr David Strachan, à la fin des années 1980.

Bien que l'opinion conventionnelle soit que les vers commensaux comme les helminthes sont des parasites pathogènes sans avantages, de nouvelles preuves suggèrent que les vers intestinaux sont essentiels au développement de notre fonction immunitaire et de notre santé globale.

Comme le Dr William Parker, immunologiste et expert en vers symbiotiques, l'a souligné dans un article de 2016 , ils peuvent "sembler grossiers", mais les helminthes sont responsables de la stimulation du corps à produire des molécules anti-inflammatoires et de la stimulation de la construction d'une immunité saine.

Parker est l'un des co-auteurs de l' article de 2021 dans lequel les chercheurs ont détaillé comment la perte d'helminthes dans le corps due à une trop grande hygiène peut entraîner une susceptibilité aux maladies inflammatoires chroniques telles que les maladies auto-immunes et les allergies.

Cela pourrait expliquer pourquoi les taux de morbidité et de mortalité dus au COVID-19 sont plus élevés dans les pays développés où les maladies auto-immunes et «l'épuisement du biome» sont courants.

L'épuisement du biome fait référence à un manque de diversité d'organismes chez l'homme, qui comprend nos propres cellules humaines, ainsi que des bactéries, des champignons, des parasites animaux et des protistes.

Ces scientifiques émettent l'hypothèse que la principale raison pour laquelle le COVID-19 n'a pas affecté les pays africains est qu'une majorité de la population d'un pays comme le Niger cohabite avec des helminthes et que ces helminthes préviennent les effets indésirables majeurs du virus.

Résultats améliorés par l'ivermectine

Selon une équipe de chercheurs en Colombie , une autre raison pour laquelle l'Afrique s'en est tellement mieux sortie que l'Europe et l'Amérique pourrait être l'utilisation généralisée de l'ivermectine .

L'ivermectine est utilisée à titre prophylactique pour traiter la cécité des rivières (onchocercose).

Une étude de 2021 publiée dans l'American Journal of Therapeutics a examiné l'efficacité de l'ivermectine pour la prévention et le traitement de l'infection au COVID-19. Ces chercheurs ont découvert que "l'utilisation de l'ivermectine au début de l'évolution clinique peut réduire le nombre de personnes évoluant vers une maladie grave".

Alors que l'ivermectine reste controversée, les cliniciens du monde entier ont rapporté d'excellents résultats en utilisant l'ivermectine dans le cadre d'un protocole de traitement précoce.

Des mesures qui ont aggravé les choses

Les traitements agressifs qui ont été employés dans les pays occidentaux pour contenir le COVID-19 peuvent, ironiquement, avoir en fait été responsables de l'aggravation des choses.

Illiasou Ibrahim a déclaré à Epoch Times qu'il n'a porté un masque que quelques fois au cours des deux dernières années, mais uniquement pour éviter la poussière et les mauvaises odeurs et que personne au Niger ne s'est jamais éloigné socialement les uns des autres.

"Nous avons toujours maintenu les mêmes habitudes de contact", a expliqué Ibrahim.

Selon la science récente, le slogan "les masques sauvent des vies" n'est pas vrai.

Dans presque tous les cas, lorsque les taux d'infection au COVID dans la région de la baie de Californie sont comparés dans les comtés qui nécessitent un masquage forcé et les comtés qui ne le font pas, les taux sont soit plus élevés là où le masquage est forcé, soit similaires.

Une étude de 2022 publiée dans la revue Medicine a comparé les taux de mortalité par COVID entre les comtés du Kansas qui avaient des mandats de masque avec ceux qui n'en avaient pas.

Les comtés avec des mandats de masque ont connu 50% de décès dus au COVID-19 de plus que les comtés sans masque.

Comme Zacharias Fögen, un médecin basé en Allemagne, l'a expliqué dans cette étude, les personnes portant des masques ont inconsciemment conservé des gouttelettes du virus dans leur masque facial et les ont réinhalées dans leurs poumons.

Ainsi, selon le Dr Fögen, le masquage augmente en fait la charge virale, obligeant les gens à respirer à nouveau des particules que les voies respiratoires ont déjà délibérément éliminées.

En 2020, un grand essai contrôlé randomisé mené au Danemark, publié dans les Annals of Internal Medicine, n'a trouvé aucun effet protecteur statistiquement significatif pour les personnes portant des masques par rapport aux personnes qui n'en portaient pas.

D'autres sciences ont montré que "la rétention d'humidité, la réutilisation des masques en tissu et une mauvaise filtration peuvent entraîner un risque accru d'infection".

Comme Epoch Times l' a récemment rapporté , les neurologues ont découvert que le masquage peut également compromettre la santé du cerveau.

La distanciation sociale nuit à nos systèmes

La distanciation sociale était une autre mesure courante mise en place pour ralentir la propagation du COVID-19 en Europe et en Amérique, mais elle était pratiquement inconnue dans de nombreux pays africains.

Le Dr Byram Bridle, immunologiste de l'Université de Guelph au Canada , a déclaré à un journaliste de The Guardian que l'isolement social des enfants limite leur exposition au monde naturel, qui regorge de microbes qui aident le système immunitaire à se renforcer.

Les personnes contraintes de s'éloigner socialement manquent de microbes et sont plus à risque de souffrir d'un éventail de maladies inflammatoires à la sortie de l'isolement.

Le Dr Thomas Murray, professeur de pédiatrie à Yale et spécialiste des maladies infectieuses, a découvert que c'était le cas. Comme indiqué dans un récent article du New York Post , Murray et d'autres constatent une augmentation choquante des virus respiratoires à la suite des fermetures et des fermetures d'écoles de 2020 et 2021.

La distanciation sociale, semble-t-il, a conduit les enfants à subir des infections virales et bactériennes plus graves.

L'isolement social n'a pas réussi à arrêter la propagation du COVID-19 en Europe ou aux États-Unis. Mais forcer les humains - enfants et adultes - à s'isoler a eu des effets négatifs sur notre bien-être physique et émotionnel.

Le virus contre les vaccins

Alors que les faibles taux de vaccination dans les pays sous-développés ont été présentés comme un problème d'inégalité mondiale, nous disposons maintenant de données qui suggèrent que la non-vaccination peut en fait avoir un effet protecteur et entraîner moins de décès par COVID.

Comme l'explique un article du Dr Joseph Mercola, auteur de "La vérité sur le COVID-19" et professionnel de la santé qui a examiné de près les données sur la pandémie, les taux de vaccination en Afrique subsaharienne sont inférieurs à 6 %. Bien qu'elle représente plus de 17 % de la population mondiale, l'Afrique ne contribue qu'à hauteur de 3 % au total mondial des décès dus au COVID-19.

Les effets négatifs involontaires des taux de vaccination élevés dans les pays développés comme les États-Unis sont effrayants. Au 15 juillet 2022, 1 350 947 événements indésirables avaient été signalés au CDC et à la FDA via VAERS, le système de notification des événements indésirables liés aux vaccins.

Ces rapports incluent 29 635 décès suite aux vaccins COVID.

Il peut y avoir d'autres explications aux meilleurs résultats de l'Afrique, notamment des niveaux optimaux de vitamine D provenant de la lumière du soleil et une population qui est plus jeune. Mais il est fort probable que le biome africain diversifié, abondant en helminthes et microbes bénéfiques ; le manque de masquage et de distanciation sociale ; accès à l'ivermectine; et les faibles taux de vaccination du continent ont tous donné à l'Afrique un avantage face au COVID-19.

Sur le NET

« Il y a quelques années, j'ai écrit un article intitulé  "Luciférianisme : un regard séculier sur un système de croyance mondialiste destructeur".  Mon objectif dans cet article était de souligner la grande quantité de preuves que les globalistes sont en fait une sorte de culte de psychopathes organisés (des personnes sans empathie qui prennent plaisir à détruire pour leur profit personnel). J'en ai conclu que les mondialistes ont effectivement une religion et que leur système de croyances fondamentales, selon les preuves, est le luciférisme.

Oui, je suis sûr qu'il y aura des opposants là-bas qui se moqueront de cette notion, mais les faits sont indéniables. Il y a un élément occulte distinct dans le globalisme, et le luciférianisme apparaît constamment comme la philosophie fondamentale. Je pense que j'ai décomposé cela assez efficacement dans l'article et je ne vais pas ressasser toutes les preuves ici; les gens sont invités à le lire s'ils le souhaitent.

J'ai écrit d'un point de vue séculier parce que le luciférisme est une idéologie intrinsèquement destructrice, même lorsqu'il est vu en dehors du prisme de la croyance chrétienne. Au-delà de cela, il y a des éléments psychologiques qui doivent être abordés que le christianisme ignore souvent. La philosophie luciférienne est faite sur mesure pour les personnes narcissiques et sociopathes. La racine du culte concerne des êtres humains "spéciaux" qui ne sont pas gênés par les frontières de la conscience, de la morale ou de l'éthique. Le manque d'empathie est considéré comme un avantage pour progresser et le but ultime du luciférisme est la divinité - Une personne devenant comme un dieu, que ce soit en étant vénérée par les autres, le pouvoir d'influence ou par des méthodes technologiques de prolongation de la vie et des capacités.

Mais qu'est-ce que cela a à voir avec l'IA ?

Je crois que les mondialistes considèrent l'IA avec tant de respect parce qu'ils pensent que c'est une nouvelle forme de vie, ou une forme de vie ultime - Une vie qu'ils créent (comme les dieux créent la vie). Et, si vous y réfléchissez symboliquement, cette nouvelle « vie » est en réalité faite à l'image de ses créateurs : elle n'a aucune empathie, aucun remords, aucune culpabilité, aucun amour. Faute d'un meilleur mot, il est sans âme, tout comme les psychopathes mondialistes sont sans âme.

Si nous devons considérer l'IA en termes religieux pour un instant, l'IA est une sorte d'antithèse à la figure du Christ. Le Christ représente une forme omnisciente d'amour ultime et d'ultime sacrifice de soi selon la doctrine chrétienne. Je ne pense pas qu'il y ait un mot pour ce que l'IA représente finalement. Le seul terme qui semble convenir est « Antéchrist » : l'œil qui voit tout. Une direction d'une super-intelligence dépourvue d'humanité. »

 

Espagne : une importante surléthalité inexpliquée au mois de juillet

France soir

« L’excès de morts au mois de juillet est cinq fois supérieur à la moyenne du mois de juillet, et ce n’est que très peu à cause de la chaleur ou du covid. »

Extrait :

Outre le vide sanitaire en lui-même, il est une autre préoccupation qui touche la majorité de la population. Cette préoccupation porte sur les produits inoculés dans le cadre de la campagne de vaccination massive, parfois coercitive. Au vu de cet excès de mortalité, la question de beaucoup, avec effet rétroactif, porterait sur la teneur du produit et ses effets secondaires dans le temps.  83,27 % de la population espagnole est vaccinée dans le cadre du schéma complet. Les pays du Sud de l’Europe ont dans l’ensemble été les plus zélés pour la vaccination, selon Our World In Data, 86,4 % de la population a été injectée, en Italie se seraient 80,5 %, et en France 78,6 %. Dans le nord de l’Europe, les chiffres tendent à baisser. Y compris dans les états membres de l’UE qui ont rendu la mesure obligatoire, telle que l’Autriche : 74,3 % dont une proportion importante serait constituée de faux certificats. Aux Pays-Bas, ce chiffre descend à 69,3 % et dans les pays de l’Est, il passe la barre des 60 %. Il vaudrait mieux penser que la surlétalité espagnole, au même titre que celle observée statistiquement en Israël, dans certains états des États-Unis, est décorrélée des vaccins contre le Sars-Cov-2 car, c’est tout de même 62 % de la population mondiale qui serait immédiatement concernée par une menace existentielle.

 

Étude: 22 % des moins de 50 ans diagnostiqués avec une nouvelle maladie post-vaccination

FranceSoir

Le 27 juillet 2022, l'organisation "Children's Health Defense" présidée par Robert F. Kennedy a reçu les deux sondages qui avaient été commandés auprès de l'institut d'études de marché John Zogby Strategies, pour connaître les conséquences de la campagne de vaccination contre le Sars-CoV-2 au sein de la population américaine. Les résultats qui en découlent devraient conduire à des remises en question. Il a été constaté, lors de la seconde enquête, que 22 % des personnes de moins de 50 ans, qui n'ont rien à craindre du Covid-19, ont été diagnostiquées avec une nouvelle maladie peu après la campagne de vaccination.

Article complet sur le site de France soir

 

Essais cliniques Pfizer : "le gouvernement n'a pas respecté le principe de précaution" - tableau de bord de Christine Cotton

FranceSoir

Christine Cotton : son tableau de bord

Christine Cotton présente son "tableau de bord".

La biostatisticienne Christine Cotton a présenté une expertise complète de l’essai clinique Pfizer dans un debriefing précèdent. Son travail, qui a consisté à évaluer les pratiques méthodologiques mises en œuvre dans les essais Pfizer pour le développement de son vaccin ARN messager contre la Covid-19, montre que les résultats annoncés par le géant pharmaceutique, ne peuvent être considérés comme "fiables" et "intègres" au regard des bonnes pratiques cliniques. Sa conclusion est sans appel : compte tenu de tous les biais et des informations toujours manquantes, elle demande la suspension en urgence de toute vaccination par Comirnaty, non seulement pour les populations sur lesquelles il n'y a aucune information à ce jour, mais également pour l'ensemble de la population, en attendant les explications du laboratoire Pfizer sur le choix de son plan d'essai, de ses méthodes d'évaluation ou encore sur l'algorithme d'efficacité.

Plus de 315 000 personnes ont vu la vidéo, 14 000 auditeurs l'ont "likée", représentant un taux d’engagement important, tandis que 1 700 ont pris le temps de laisser un commentaire.

Après avoir revu les commentaires, Christine Cotton revient avec une présentation synthétique sous forme de tableau de bord.

La balance bénéfice/risque consiste à comparer, à mettre en balance les bénéfices escomptés par un traitement ou un vaccin avec les risques connus, les risques statistiques fournis par les données déjà disponibles et les risques projetés.

La balance bénéfice/risque s'établit d'un côté par les bénéfices attendus en matière d'efficacité et d'immunogénicité, et les risques associés par les effets indésirables d'autre part.  

Sur le tableau de bord de la biostatisticienne, les voyants étaient à l’orange ou au rouge, ce qui aurait dû entrainer une demande d’informations complémentaires au fabricant.

La Haute Autorité de Santé avait bien indiqué certains de ces risques. Des avertissements qui auraient dû alerter le gouvernement, qui lui-même n'aurait pas dû ouvrir une vaccination dans la précipitation.

Par ailleurs, elle montre que le récit que l'on a vendu aux Français ne reposait sur aucune réalité. En effet, toute la communication qui visait à promouvoir la vaccination avec l'argument qu'elle freine la transmission, n'était étayée par aucun résultat dans l'essai clinique. Il n'y avait pas non plus d'efficacité démontrée sur les formes graves. En écrivant le 23 décembre 2020 que le vaccin "était sans impact sur la transmission" et que "la vaccination des individus les plus jeunes de 18-49 ans ne conduit qu'à très faiblement réduire le nombre de décès pour un vaccin de ce type", la Haute Autorité de Santé (HAS) apportait des conclusions très éloignées du discours des autorités qui ont choisi de prendre des risques en passant outre. 

Sur l'immunogénicité, qui est la mesure de l'action d'un vaccin et son action dans le temps, la réalité ne correspond pas non plus au récit du gouvernement puisque la durée de protection était inconnue. De plus, Christine Cotton fait remarquer que dès décembre 2020 la HAS savait qu’il y avait une étude sur un booster. Par conséquent, tout le message de communication sur le vaccin, le « prenez deux doses et vous retrouverez votre liberté », reposait sur des mensonges et devrait par conséquent être condamné.

Sur la tolérance, la limitation du suivi à deux mois rend difficile l'évaluation des effets secondaires. La biostatisticienne fait remarquer qu’une fois encore les autorités réglementaires auraient pu et dû alerter les politiques des risques de leur choix en matière vaccinale.

En conclusion, la promesse n’est pas remplie sur les critères des bénéfices et des risques. L’incitation à la vaccination dans un intérêt collectif ne pouvait donc être utilisée comme argument puisqu'il était impossible de conclure que le vaccin diminuait la transmission. Idem pour la réduction des formes graves.

En conséquence, le message des publicités du gouvernement/ministère de la Santé sur l’efficacité, la protection contre les formes graves était mensonger. Sur la tolérance, le message aurait dû être qualifié afin d’éviter une prise de risque excessive. Le principe de précaution dans l'utilisation de tout médicament, n’a ainsi pas été respecté. On peut conclure que l'on a fait prendre un risque aux Français pour un bénéfice qui n'a pas été clairement défini. Le premier ministre Jean Castex et le ministre de la Santé Olivier Véran auront donc pris des risques excessifs mettant ainsi en danger la vie d’autrui.

Liens vers les documents :

 

Rapport du nombre de décès à l'hôpital entre vaccinés et non-vaccinés: les chiffres parlent enfin

Auteur(s)

Patrice Taravel et Xavier Azalbert, pour FranceSoir

TRIBUNE - Patrice Taravel est scientifique (ancien ingénieur au CNRS) et informaticien. Depuis le déclenchement de la crise sanitaire en 2020, à l’instar de nombreux Français, il s’est renseigné à partir de diverses sources d’informations officielles comme santé.gouv.fr et la DREES. Progressivement, il en est venu à étudier les contenus publiés par le Conseil Scientifique Indépendant (CSI), l’IHU Méditerranée ou encore par FranceSoir.

C’est de cette façon qu’il a découvert l'article publié dans FranceSoir et rédigé en mars 2022 par l'analyste et statisticien Pierre Lecot concernant les données de surmortalité présentées par le site Euromomo. La conclusion lui parut impensable, pour ne pas dire inacceptable : « Elle allait à l’encontre de ce que le gouvernement et les médias expliquait ».

Doté par sa formation et son parcours d'un fort bagage analytique, Patrice Taravel est assez facilement remonté à la source de l’information en extrayant les données dans cet article en vue de les traiter et de les analyser dans l'objectif de valider ou d’invalider l’analyse publiée par FranceSoir.  Et surprise : « J’ai compris très rapidement que je n’avais rien à redire au sujet de l’article de Pierre Lecot et de Xavier Azalbert. Les résultats et conclusions étaient conformes à ce qu’on pouvait attendre des données publiques. »

Voilà la démarche qu’il a suivie. Patrice Taravel le souligne : « Sachez qu’il y a longtemps que je sais que l’on peut faire dire n’importe quoi à un jeu de données ».

Méthodologie

Le point de départ de toute analyse est la méthodologie. Par souci de transparence, elle a été mise en annexe afin que chacun puisse en prendre connaissance.  Elle repose sur les données de la DREES qui dépend du ministère de la Santé à diverses dates. Les statuts vaccinaux pris en considération sont ceux définis par la DREES, à savoir de non-vaccinés à vaccinés complets (avec ou sans rappel de moins de trois mois et avec ou sans rappel entre trois et six mois et plus de six mois avec rappel).

La méthode consiste à générer un indicateur fiable qui permettra de comparer les données à divers moments. 

Cinq dates ont été choisies permettant d’illustrer la dynamique. Les données brutes sont disponibles dans le tableau ci-dessous. On peut observer l’évolution temporelle des décès des vaccinés à l’hôpital. 

Quand on observe le ratio entre le nombre de décès moyen sur les sept derniers jours sur les cinq périodes, on peut voir qu’en février, 59% des décès étaient des personnes vaccinées et 41% des non-vaccinés.  Étant donné que la population de non-vaccinés était aux alentours de 20%, les autorités concluaient à l’efficacité du vaccin par observation de ces décès. C’est une manière simpliste de faire l’analyse, car on ne prend pas en considération les facteurs de comorbidités, pas plus que l’on ne connait le type de traitement administré aux non-vaccinés à l’hôpital.

L’évolution temporelle est très clairement en faveur des non vaccinés qui, mi-juin, ne représentent que 22% des décès à l’hôpital contre 78% pour les vaccinés tous statuts confondus.

Question fondamentale : comment comparer ces chiffres pour évaluer si la vaccination prévient bien des décès ?

L’indicateur choisi est la moyenne sur sept jours des décès à l’hôpital rapportés à une cohorte de 10 millions d’habitants. Ce pourcentage permet d’apporter une comparaison fiable entre la cohorte des non-vaccinés et les sommes de tous les statuts vaccinaux.  

Le graphique ci-dessous présente l’indicateur aux mêmes dates. En février, il y avait 27 décès par 10 millions pour les vaccinés et 59 pour les non-vaccinés. Donc à priori, l’indice est favorable aux vaccinés et tendrait à montrer une efficacité. Cependant, l’évolution temporelle montre qu’à partir d’avril, il y a moins de décès parmi les non-vaccinés que parmi les vaccinés pour qu’en juin, on ait 5 décès par 10 millions pour les vaccinés et 4 pour les non vaccinés.

En représentant le ratio sous forme de graphique, on voit bien l’évolution en faveur des non-vaccinés. On observe donc qu'entre le 13 juin 2020 et le 19 juin 2022, le nombre de décès par jour, pour 10 millions de personnes, ayant un schéma vaccinal complet (comme défini dans l'annexe), est de 5. La description par la DREES des données, précise que les malades sont décédés avec la Covid-19 (ref. 2). À aucun moment, il n’est dit qu’ils sont décédés de la Covid-19. Donc, pour les 5 personnes sur 10 millions par jour décédées à l’hôpital avec la Covid-19, on n'a aucune idée de la cause du décès. Pour rappel, 5/10 000 000 est égal à 0,00005%.

Conclusion

·       Depuis avril 2022, il y a clairement plus de vaccinés ayant un schéma vaccinal complet que de non-vaccinés qui décèdent à l’hôpital. Cette situation s’est accélérée et devient de plus en plus marquée avec les dernières données (55% vs 45%). Ces résultats sont aussi validés pour les entrées en hospitalisation et entrées en soins critiques

·       Il n’est donc pas possible de conclure à une quelconque efficacité du vaccin puisque l’indicateur n’est pas favorable aux vaccinés.

·       Les analyses précédentes, ainsi que de nombreuses publications, ont montré que le vaccin ne protège pas de la contamination par le virus, n’empêche absolument pas de développer la maladie. Maintenant, les données ci-dessus (sur des patients hospitalisés) tendraient à montrer qu’il n’a aucun effet sur les formes graves.

·       Aujourd’hui, le gouvernement continue la promotion de ce vaccin dans des campagnes publicitaires nombreuses.  Ces questions se posent :

  • Pourquoi le gouvernement continue à promouvoir un traitement inefficace pour 0,00005% de personnes décédées à l’hôpital - on ne sait même pas de quoi -, produit qui commence à montrer ses effets secondaires ?
     
  • À quoi ont servi les finances publiques ? Si le vaccin ne sert à rien, soit il est inoffensif et, dans ce cas, on a fait un usage inapproprié des finances publiques, qui pourraient être utilisées pour soigner des malades atteints d’autres maladies préexistantes. Soit alors, il n’est pas inoffensif : délétère, cette campagne vaccinale doit alors être stoppée immédiatement.

·       Probablement qu'à la fin de la pandémie, en dépit des nombreuses alertes, on saura ce qu’il ne fallait pas faire.

 

ANTIDOTE VAXX
confirmé par le Dr Astrid Stückelberger

Il est indispensable de faire doser votre sang en D-DIMERE dans n’importe quel laboratoire médical pour contrôler en urgence la viscosité de votre sang.

 

Si le test D-Dimère dépasse la limite de 500,
ou celle de 10 fois votre âge,
vous pourriez être en danger d’embolie spontanée mortelle
à tout moment, surtout dans les deux mois qui suivent le vaxx.

 

Il faut vite fluidifier votre sang

 

CORNOUILLER SANGUIN bourgeons 1 D

 

+ VITAMINE C LIPOSOPMALE (Formule liquide)

 

+ ALCAPHYT (bisglycinate de Mg)

 

Pour détruire l’oxyde de graphène

 

TM d’AIGUILLES FRAÎCHES de PIN SYLVESTRE

 

GLUTATHION réduit liposomal

 

ou NUCODRIL ou FLUMYCINE (équivalent NAC)

  • en pharmacie - voir la posologie sur la boite

 

+ ZINC à 12 mg

  • en pharmacie,
  • 4 compr. par jour.

 

+ Vit D3 + K2 LIPOSOMALE

 

Pour contrôler si vous avez encore du graphène dans le sang, utiliser votre iphone avec le programme "blue tooth scanner" pour voir si vous êtes encore identifié.

 

Si vous n’êtes pas vaXXé,
mais que vous côtoyez de près des vaXXés

 

SANCHLOR light au long cours

    • Kit pur fabriquer soi-même le dioxyde de chlore.
    • Mélanger à sec 1 gtt de Sanchlr avec 1 gtt d’acide chlorhydrique et laisser 3 min (réaction chimique) avant d’ajouter de l’eau.
      Ça sent un peu l’eau de Javel.
    • Le 2ème jur, même procédure avec 2 gtts + 2 gtts.
    • Mnter chaque jour de 1 gtt de chaque,
      jusqu‘à 4gtts + 4gtts et rester à ce dsage pour la suite.
       
    • En cas de légère nausée après absrption, prendre immédiatement ½ verre de bicarbonate de sodium (en pharm.) 5 g dans 100ml d’eau – à avoir prêt sous la main.
    • https://apticaria.com/products/kit-chlorite-de-sodium-acide-chlorhydrique-100ml?ref=4

 

HYDROGEL DARPA
Un intrus qui bloque votre pinéale
et peut vous robotiser mentalement

 

Rappel : L’hydrogel Darpa est le liquide soi-disant désinfectant des mains se trouvant à l’entrée des boutiques et restaurants, etc. (poison transdermique, éviter absolument de l’utiliser).

 

Double viol par les tests PCR

Vu l’insistance à appliquer un test PCR dont l’inefficacité criante a été mille fois démontrée (94% des tests positifs sont faux !) et dénoncée par les sommités mondiales en virologie, pourquoi la dictature médico-politique continue-t-elle arbitrairement à imposer cette pratique absurde et traumatisante ?
Deux raisons :

1. Obliger le plus de gens possible à se faire vaXXer,

2. Relever sans votre autorisation votre code ADN afin de l’enregistrer dans une banque centralisée des ADN de tous les individus de chaque état, voire même de tous les humains de la planète.

 

Mais ce n’est pas tout. J’ai reçu tardivement une info inquiétante de Slovaquie, (qui avait dû être stoppée par la censure), où le personnel de l’hôpital de Bratislava a mené une enquête sur les tests PCR. L’analyse avait été réalisée entre les mois de novembre 2020 et mars 2021, sur des écouvillons de test SD Biosensor, Abbott, et Nadal. Ils ont conclu que les tests de coton-tige, qui sont insérés par le nez jusqu’au fond du cavum, sont conçus pour transmettre de l’hydrogel DARPA au cerveau. Une analyse de bâtonnets de test PCR COVID conclut qu’il s’agit d’un protocole soigneusement préparé avec une volonté de génocide en différé.

 

Fibres de nylon creuses au bout des tests PCR

Il a été observé que les extrémités de fibres de forme cassée (brevetés par DARPA) ont pour tâche d’effectuer des micros blessures dans votre muqueuse nasale afin d’y instiller de l’hydrogel DARPA et du Lithium - ces substances devant migrer vers votre cerveau ! 

L’hydrogel vidangé se dilue immédiatement dans le mucus nasal à l’arrière de votre cavum.
Il commence alors à former en quelques minutes des structures cristallines rectangulaires parfaitement visibles avec un microscope courant. Celles-ci grandissent et se multiplient rapidement.

 

La cible principale : votre glande pinéale

Ces cristaux rectangulaires d’hydrogel DARPA se développent en créant des structures en 3D.  Au microscope on peut voir que ces structures qui se sont développées dans la cavité nasale s’orientent en direction de la glande pinéale. Cela signifie que la glande pinéale crée un champ magnétique localement plus fort que le champ magnétique terrestre.

Les cristaux sont conducteurs, à cause du lithium qu’ils contiennent ! Ils peuvent recevoir le signal d’un émetteur WiFi, 4G et/ou 5G à relayer vers le cerveau, et inversement, envoyer des signaux du cerveau vers l’émetteur extérieur. Ce sont donc en fait des nano-antennes relais !

    • Nta : le lithium est un élément qui n’est pas naturellement présent chez l’hmme. Il est hautement toxique pour la glande pinéale ! À faibles doses, il la bloque, et à des doses plus élevées, il peut la détruire complètement.

 

L’hydrogel DARPA aussi dans les vaXXins

L’hydrogel est porteur d’une substance active, pour l’amener à un endroit pré programmé dans le corps. C’est pour cela que les vaccins contiennent de l’hydrogel DARPA, du lithium et des informations génétiques exclusives. Les informations génétiques contenues dans le vaXXin conduisent à la création d’un mutant breveté. En d’autres termes, en tant qu’être humain, vous êtes alors breveté et votre ADN est progressivement modifié après la vaXXination

Le rêve des forces obscures entourant Bill Gates est de forcer ces mutants à se mettre à niveau régulièrement, tout comme un programme informatique. Et cela se fait, par exemple, grâce à des vaXXinations régulières (ceci confirme ce que j’avais déjà annoncé).

    • Nta : L’ARN messager (ARNm) n’est pas - ainsi qu’il est dit et répété par la plupart des cmmentateurs - une nouveauté expérimentale non testée ! Dans l’élabration des sportifs de haut niveau, ce type de produit est utilisé comme dopage depuis des années. En outre, ce type de dopage raccourcit considérablement la durée de vie.

 

Une découverte importante sur l'Ivermectine

Voulant effectuer un test, l’Ivermectine a été ajoutée à la cristallisation non naturelle de l’injection Darpa.
Cela a provoqué une disparition immédiate, complète et permanente des structures cristallines de l’hydrogel DARPA. L’Ivermectine a donc un effet important contre ce que DARPA Hydrogel produit dans nos organismes !

C’est pour cela que l’Ivermectine est interdite à la vente, particulièrement en France.
Mais il faut savoir que c’est tout simplement de l’huile de cumin noir.

Posologie conseillée : 2ml par jour
Achat sur internet
Source : From Slovakia Hospital - COVID PCR Tests Found to be Tool for Genocide - Prepare For Change - aucun lien accessible disponible, mais renseignez-vous... bon courage !

 

LES FONCTIONS DE LA GLANDE PINEALE
Parmi les connues et les non-officielles.

Au départ nous savons depuis longtemps que la glande pinéale ou épiphyse est notre horloge interne qui nous syntonise avec le cycle circadien (jour/nuit) – aussi est-elle connue pour être chargée de secréter la mélatonine nommée "l’hormone du sommeil" – pourtant récemment, le professeur J. Bernard Fourtillan a découvert une autre hormone : la valentonine, qui est la véritable hormone du sommeil. C’est aussi la glande pinéale qui, au cours des voyages lointains par avion, nous adapte au décalage horaire, en recalant la distribution des marées énergétiques hautes et basses de 2 h en 2 h de nos méridiens à partir du soleil de midi local. C’est encore elle qui commande le bronzage quand on prend des bains de soleil.

Moins avouée est sa fonction spirituelle qui nous met en relation avec les mondes supérieurs, ceci nous donnant accès à l’inspiration, à l’intuition, même à la médiumnité (ce qui l’a faite désigner comme "troisième œil"), à la créativité aussi bien dans les domaines de l’art, de la littérature, de la musique, de l’invention, mais aussi pour certains à des expériences paranormales. Il faut bien admettre que la pinéale nous place bien au-dessus d’un simple ordinateur et aussi de la fameuse "intelligence artificielle" que l’on essaie de nous vendre absolument.
L’on comprend là, pourquoi les mondialistes veulent à tout prix brider - voire dégrader - notre glande pinéale qui est la porte d’accès aux immenses pouvoirs intérieurs potentiels, réservée à la part d’humanité ayant atteint le niveau de Sagesse requis.

 

Yknil - Le site pour faire faire enlever son linky

Linky non merci ! Site gratuit pour demander le remplacement du Linky par un compteur ordinaire Enedis ou ses sous-traitants vous ont mis un compteur communicant Linky alors que vous n'en vouliez pas, ou bien vous avez changé d'avis et vous n'en voulez plus : ce site est fait pour vous.

retrait-du-linky.org

 

Deborah Birx démasquée

Par

 Révérend Kat Carroll

7 août 2022

 

DEBORAH BIRX DÉMASQUÉE – JE PARIE QUE VOUS N'AVEZ PAS ENTENDU CES HISTOIRES SUR LA FOULARD LADY

De Alexandra Bruce de Forbidden Knowledge

prepareforchange

Amazing Polly est de retour avec la preuve que l'ancien colonel de l'armée, le Dr Deborah Birx, est un membre clé de la junte génocidaire Big Pharma  qui tente actuellement de conquérir le monde - ainsi que des histoires que vous ne connaissez peut-être pas sur la méchante femme au foulard.

Polly retrace l'implication de Birx dans le programme de dépopulation du VIH / sida depuis ses débuts dans les années 1980 chez Walter Reed et sous Fauci au NIH, tout au long de ses journées à superviser le programme  du plan d'urgence du président pour la lutte contre le sida  (PEPFAR) de George W Bush [caisse noire] pour soutenir les programmes de lutte contre le VIH/SIDA dans 65 pays. Elle a été  coordinatrice mondiale du sida aux États-Unis  pour Barack Obama et  coordinatrice de la réponse au coronavirus de la Maison Blanche au sein du groupe de travail sur le coronavirus de la Maison Blanche  du président Donald Trump   de février 2020 à janvier 2021. 

Birx témoigne maintenant  qu'elle savait depuis le début que les vaccins COVID-19 ne fonctionneraient pas et elle a essentiellement admis sous serment et dans son livre avoir renversé le gouvernement américain et trompé le monde de plusieurs manières tout en servant dans le cadre de la tâche COVID-19. Force.

Dans la critique cinglante de l'avocat Michael Senger  sur  le nouveau livre de Birx,  "Silent Invasion" , il dit

" PRATIQUEMENT CHAQUE PAGE DE LA MONSTRUOSITÉ D'UN LIVRE DE BIRX, SILENT INVASION , SE LIT COMME UN GUIDE PRATIQUE POUR SUBVERTIR UNE SUPERPUISSANCE DÉMOCRATIQUE DE L'INTÉRIEUR, COMME ON NE POUVAIT LE DIRE QUE PAR LE RÉCIT PERSONNEL DE QUELQU'UN QUI ÉTAIT EN PREMIÈRE LIGNE POUR FAIRE EXACTEMENT CELA… CHAQUE PHRASE DU LIVRE DE BIRX SE LIT COMME SI ELLE AVAIT ÉTÉ ÉCRITE PAR LE PCC LUI-MÊME. "

Pendant près de 40 ans, le Dr Birx a été le visage public de l'agenda du VIH/SIDA, dont Bill Cooper décrit les débuts dans le chapitre 9 de son livre fondateur de 1991,  "Behold a Pale Horse" .

The Death Shot est la dernière excroissance de ce même programme de lutte contre le VIH/sida et l'aboutissement d'un projet qui a ses racines à la fin des années 1950, lorsque l'aristocrate européen de type Bankster Bilderberger, consterné par le baby-boom d'après-guerre et l'ascendant des études commandées par les États-Unis et des modèles informatiques du  Club de Rome , pour montrer qu'aux alentours de l'an 2000, il y aurait un effondrement total de la civilisation et que les seules choses qui pourraient l'arrêter seraient des réductions sévères de la population humaine, l'arrêt de la croissance technologique et économique , l'élimination de la viande dans l'alimentation humaine, etc., etc.

Nous connaissons aujourd'hui ces initiatives sous le nom d'Agenda 2030 et de la Grande Réinitialisation. Bill Cooper dit qu'Henry Kissinger a fortement soutenu ces idées et que le rapport Global 2000 au président  préparé pour Jimmy Carter était basé sur ces données du Club de Rome.

Son auteur, Aurelio Peccei a carrément recommandé qu'une « peste soit introduite qui aurait le même effet que la fameuse peste noire de l'histoire. La principale recommandation était de développer un microbe qui attaquerait le système auto-immun et rendrait ainsi impossible le développement d'un vaccin.

Cooper dit que le résultat a été le projet MK-NAOMI et la bio-ingénierie du VIH, qui a été réalisée par des scientifiques de la Division des opérations spéciales à Fort Detrick, Maryland sous la supervision de la CIA.

"MK" est un  cryptonyme de la CIA indiquant le parrainage du personnel des services techniques (TSS) de la CIA.

Comme nous le savons, COVID-19 et le vaxx associé contiennent la même protéine de pointe GP120 que celle trouvée dans le VIH, ce que le Dr Richard Fleming, PhD, MD, JD nous dit (en accord avec Bill Cooper) est une arme biologique américaine .

Bien sûr, l'une des principales choses que fait le vaxx est qu'il vous donne le VAIDS - le SIDA induit par le vaccin.

Bill Cooper nous a dit en 1991 que :

LE FINANCEMENT A ÉTÉ OBTENU DU CONGRÈS AMÉRICAIN SOUS HB 15090 (1969), OÙ 10 MILLIONS DE DOLLARS ONT ÉTÉ VERSÉS AU BUDGET 1970 DU DOD. UN TÉMOIGNAGE DEVANT LA COMMISSION SÉNATORIALE A RÉVÉLÉ QU'ILS AVAIENT L'INTENTION DE PRODUIRE "UN AGENT BIOLOGIQUE DE SYNTHÈSE, UN AGENT QUI N'EXISTE PAS NATURELLEMENT ET POUR LEQUEL AUCUNE IMMUNITÉ NATURELLE N'AURAIT PU ÊTRE ACQUISE". DANS LES 5 À 10 PROCHAINES ANNÉES, IL SERAIT PROBABLEMENT POSSIBLE DE FABRIQUER UN NOUVEAU MICRO-ORGANISME INFECTIEUX QUI POURRAIT DIFFÉRER PAR CERTAINS ASPECTS IMPORTANTS DE TOUT ORGANISME PATHOGÈNE CONNU . LE PLUS IMPORTANT D'ENTRE EUX EST QU'IL POURRAIT ÊTRE RÉFRACTAIRE AUX PROCESSUS IMMUNOLOGIQUES ET THÉRAPEUTIQUES DONT NOUS DÉPENDONS POUR MAINTENIR NOTRE RELATIVE ABSENCE DE MALADIES INFECTIEUSES »…

LE NOUVEL ORDRE MONDIAL ÉLIMINERA LA MENACE DÉMOGRAPHIQUE DE PLUSIEURS FAÇONS. UN CONTRÔLE COMPLET DU COMPORTEMENT INDIVIDUEL PEUT ÊTRE ÉTABLI À L'AIDE D'IMPLANTS ÉLECTRONIQUES OU CHIMIQUES. PERSONNE NE SERA AUTORISÉ À AVOIR UN ENFANT SANS AUTORISATION ; DES SANCTIONS SÉVÈRES ATTENDENT CEUX QUI IGNORENT LA LOI. LES VIOLENTS, LES VIEUX, LES INFIRMES, LES HANDICAPÉS ET LES IMPRODUCTIFS SERONT TUÉS. LA PROPRIÉTÉ PRIVÉE SERA ABOLIE… LE DÉVELOPPEMENT TECHNOLOGIQUE ET LA CROISSANCE ÉCONOMIQUE SERONT SÉVÈREMENT RÉDUITS.

Nous vivons maintenant tout ce que Bill Cooper a décrit il y a trente ans. Des gens comme Deborah Birx et Anthony Fauci font du théâtre de santé publique depuis 40 ans, prétendant résoudre des crises sanitaires alors qu'en fait, ils les créaient au centre du programme génocidaire en cours.

 

Russie : Le MIL russe déclare l’origine ukrainienne du C19 ! Les mondialistes du DNC ont créé la Covid !

Le MIL russe déclare l'origine ukrainienne du C19 ! Les mondialistes du DNC ont créé la Covid !

Publié le 6.8.2022 par clandestine


NOUVELLE MISE À JOUR BIOLOGIQUE DE LA RUSSIE

Nouveau briefing du chef des forces de défense radiologique, chimique et biologique, le général Igor Kirillov, sur les activités biologiques militaires des États-Unis sur le territoire de l'Ukraine.

Le MIL russe a étudié des échantillons biologiques provenant de soldats ukrainiens qui se sont rendus, et ce qu'il a trouvé est plus qu'inquiétant. Environ 20 % d'entre eux étaient porteurs d'agents pathogènes du Nil occidental, qui étaient étudiés "par le Pentagone dans le cadre des projets ukrainiens UP-4 et UP-8". Ce qui suggère que les soldats ukrainiens sont soumis à des expériences biologiques involontaires et exposés à des armes biologiques (pensez à Nuremberg).

En plus de transporter des agents pathogènes, presque tous les soldats ukrainiens qui se sont rendus portaient des traces d'une grande variété de narcotiques et d'opioïdes, notamment de la méthamphétamine et de la codéine.

La Russie n'a pas manqué de nous rappeler l'utilisation de méthamphétamines par les nazis pendant la Seconde Guerre mondiale. J'en ai parlé il y a deux semaines, lorsque les médias de gauche ont essayé de faire passer cette réalité pour une sorte de théorie du complot des X-men mutants. Non, ce sont juste des nazis, et historiquement, les nazis utilisent des drogues. En particulier comme un avantage dans la guerre.

La Russie poursuit en citant que cette méthamphétamine que l'Ukraine utilise, la Pervitine, était également utilisée par les soldats américains au Vietnam et en Corée. Elle est conçue pour réduire le fardeau psycho-émotionnel de la guerre.

Cependant, elle a pour effet secondaire une agressivité excessive, qui, selon la Russie, est l'un des principaux facteurs expliquant l'"extrême cruauté" dont font preuve les forces nationalistes ukrainiennes envers les civils et le bombardement de leur propre population dans le Donbas. L'Ukraine utilise des agents abrutissants sur ses forces pour les rendre plus susceptibles de commettre des actes odieux.

Ensuite, nous trouvons peut-être la diapositive la plus explosive à ce jour, dans laquelle la Russie sort ENFIN et accuse DIRECTEMENT les États-Unis d'être responsables de la création et de la diffusion de la Covid-19. Ce que je dis depuis le début, c'est que tout cela mène au C-19, qui sera le clou du cercueil et la pilule rouge qui réveillera le monde.

Le retour de bâton auquel les États-Unis font face de la part de la Russie et du reste du monde oriental, est directement dû au fait que le monde a découvert que les États-Unis ont créé la COVID. Plus précisément le "DNC/Globalistes libéraux", comme le prétendent les Russes. Pas Trump.

La Russie précise qu'elle dispose d'un registre de plus de 16 000 échantillons biologiques, y compris des échantillons de sang et de sérum, transportés d'Ukraine vers les États-Unis, la Géorgie et les pays européens.

Les États-Unis ont affirmé que tous ces échantillons biologiques seraient utilisés "exclusivement à des fins pacifiques", mais nous pouvons voir qu'il n'en est rien.

La Russie a ensuite pointé du doigt le député américain Jason Crow, de la commission du renseignement de la Chambre des représentants, qui a mis en garde les Américains contre les dangers de donner leur ADN à des sociétés privées (Think 23&Me) pour qu'il soit testé car :

"…il est possible que les résultats des tests soient vendus à des tiers… et les informations obtenues pourraient être utilisées pour développer des armes biologiques ciblant des groupes spécifiques… ou des individus."

Cela ressemble exactement à ce que la Russie prétend depuis le début. Que les USA ont produit des armes biologiques pour nettoyer ethniquement certains individus de certaines séquences génomiques. Je ne sais pas pour vous tous, mais un nettoyage ethnique avec des armes biologiques ne semble pas très "démocratique", mais c'est peut-être juste moi.

La Russie affirme que cette activité donne des raisons raisonnables de mettre en cause les biologistes militaires américains dans l'émergence et la propagation du pathogène COVID-19. La Russie cite :

"En mai 2022, Jeffrey Sachs - un expert de premier plan de la revue médicale respectée The Lancet et professeur à l'Université de Columbia, l'institution universitaire de premier plan en matière de biosécurité mondiale, a déclaré lors d'une conférence en Espagne que "… le coronavirus a été créé artificiellement et il est très probable qu'il ait été créé en utilisant les avancées américaines en matière de biotechnologie…"

Réfléchissez-y un instant. Ouaip. La Russie vient d'accuser les États-Unis d'avoir créé et diffusé la Covid-19. Mais attendez, il y a plus.

La Russie confirme que le comportement anormal du C19 prouve que ce virus n'a pas seulement été créé par l'homme, mais qu'il a été constamment travaillé et "alimenté artificiellement" via l'introduction de différentes variantes dans différentes régions.

Moi-même et beaucoup d'autres avons penché vers l'idée que Wuhan n'était pas la seule "origine" de l'épidémie de C19. Le virus a été libéré dans de nombreux laboratoires à travers le monde, avec différentes variantes spécialement conçues pour cibler les habitants de la région avec un génome spécifique du virus C19.

Les mondialistes du DNC utilisaient l'Ukraine comme base pour la production du virus, puis expédiaient les virus spécifiques au génome dans des laboratoires du monde entier, afin de s'assurer que le virus infecterait le monde entier…

Selon nos experts, cela se traduit par la variabilité non caractéristique des génovariants qui provoquent différents pics d'incidence des coronavirus, des différences significatives en termes de létalité et de contagiosité, une répartition géographique inégale et la nature imprévisible du processus épidémique dans son ensemble. Il semble que, malgré les efforts déployés pour contenir et isoler la maladie, la pandémie soit alimentée artificiellement par l'introduction de nouvelles variantes du virus dans une région particulière.

La Russie accuse ensuite directement l'Agence américaine pour le développement international (USAID) d'être impliquée dans la création des nouvelles variantes de Covid. Elle indique qu'elle étudie le coronavirus depuis 2009 (Obama) et que l'un des principaux contractants du projet est la tristement célèbre société de biolab Biden, Metabiota, principale source de malversations biologiques en Ukraine.

La mise en œuvre du scénario COVID-19 et la réduction d'urgence par l'USAID du programme Predict en 2019 suggèrent la nature délibérée de la pandémie et l'implication des États-Unis dans son émergence.

La Russie estime que non seulement les États-Unis ont créé et diffusé le C19, mais qu'ils l'ont fait avec des intentions délibérées.

Et juste quand vous pensiez que ça ne pouvait pas être pire… ça devient pire.

Dans la troisième diapositive, la Russie met en évidence les activités de Labyrinth Ukraine. En particulier la vaccination des soldats ukrainiens et la collecte d'échantillons biologiques afin de développer des armes biologiques spécifiques au génome. L'un des principaux contractants affiliés à Labyrinth est, une fois de plus, Metabiota de Biden.

La Russie note également que Labyrinth Global Health a étudié les CORONAVIRUSES ET LE MONKEYPOX.

Nous voyons donc une tendance claire : les agents de maladies infectieuses qui atteignent la zone d'intérêt du Pentagone deviennent ensuite des pandémies, dont les bénéficiaires sont les sociétés pharmaceutiques américaines et leurs mécènes, les dirigeants du parti démocrate américain.

HOLY SHIT… La Russie vient de dire que le DNC et les grandes entreprises pharmaceutiques américaines provoquent intentionnellement des pandémies pour gagner les élections…

Cela donne une légitimité sérieuse à la thèse générale d'Anons sur le C19 et 2020, et donne une légitimité à ma thèse selon laquelle la Monkeypox est la prochaine arme biologique libérée intentionnellement par l'État profond pour tenter de voler les élections de 2022 avec des votes massifs par correspondance.

En conclusion, la Russie a maintenant accusé DIRECTEMENT les mondialistes du DNC de :

-créer et libérer de nouvelles variantes de Coronavirus, et maintenant de Monkeypox, intentionnellement, à des fins de contrôle politique et de domination mondiale.

-Utilisation de l'expérimentation non consensuelle sur les citoyens du monde pour créer des armes biologiques spécifiques au génome pour le nettoyage ethnique.

-La création et l'utilisation de narcotiques, tels que les méthamphétamines, sur les forces ukrainiennes pour les déshumaniser afin de commettre d'odieux crimes contre l'humanité sur les civils en Ukraine.

La Russie vient de confirmer mon récit général, à savoir que la guerre en Ukraine est un contrecoup de la création et de l'utilisation du C19 par l'État profond. Nous sommes déjà dans la troisième guerre mondiale et le C19 a été la première arme tirée.

Le fait que la Russie ait maintenant sorti et appelé ouvertement ce chat un chat… suggère que nous approchons de la ligne d'arrivée. La Russie affirme que le dossier final sera terminé en "automne".

Les amis… c'est en train de se produire.

 

"Ils ont raison sur notre calendrier prévu": des généraux américains à la retraite émettent un avertissement concernant une nouvelle déclaration de pandémie

Sur theeepochtimes.com :

Deux généraux américains à la retraite, le MG Paul Vallely, de l'armée américaine, et Thomas McInerney, de l'USAF, ont fait part de leurs inquiétudes concernant la récente déclaration de l'Organisation mondiale de la santé sur la variole du singe comme urgence sanitaire mondiale, alléguant des arrière-pensées potentielles.

« Chacun de nous ne devrait pas être alarmé par cette alerte car la crédibilité de l'OMS est en grande question sur la base de ses actions et de ses avis sur le COVID-19 », a déclaré Vallely à Epoch Times.

"La désignation rare signifie que l'OMS considère désormais l'épidémie comme une menace suffisamment importante pour la santé mondiale pour qu'une réponse internationale coordonnée soit nécessaire pour empêcher le virus de se propager davantage et de dégénérer potentiellement en pandémie ", a déclaré Vallely.

"Méfiez-vous de cette organisation mondiale politiquement motivée qui est financée par l'élite mondiale."

 

Monkeypox

Monkeypox est une maladie principalement transmise par l'activité sexuelle des hommes gais et bisexuels .

"J'ai décidé que l'épidémie mondiale de monkeypox représente une urgence de santé publique de portée internationale", a déclaré le directeur général de l'OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, dans un  communiqué du 23 juillet .

Tedros Adhanom OMS Xi Jingping ChineTedros Adhanom (L), directeur général de l'Organisation mondiale de la santé, serre la main du dirigeant chinois Xi Jinping avant une réunion au Grand Palais du Peuple à Pékin, en Chine, le 28 janvier 2020. (Naohiko Hatta/Pool/Getty Images)

Ghebreyesus a déclaré que sa décision était due à une augmentation des cas de monkeypox dans le monde, qui ont maintenant été signalés dans plus de 75 pays et territoires, avec plus de 16 000 infections et cinq décès.

Un rapport publié le 23 juillet expose les raisons que les membres du comité avaient pour et contre la déclaration de la variole du singe comme urgence mondiale.

« Bien que la déclaration n'impose pas d'exigences aux gouvernements nationaux, elle sert d'appel urgent à l'action. L'OMS ne peut émettre que des orientations et des recommandations à ses États membres, pas des mandats. Les États membres sont tenus de signaler les événements qui constituent une menace pour la santé mondiale », a déclaré Vallely.

"Le directeur de l'OMS, Tedros, n'est pas médecin, c'est un marxiste éthiopien, totalement soutenu par le Parti communiste chinois. Il a menti à propos de C-19 depuis le début pour couvrir la Chine », a ajouté Vallely.

Epoch Times PhotoPaul E Vallely MG US Army (Ret) (Avec l'aimable autorisation de Paul E Vallely)

McInerney dit qu'ils ont prédit que la déclaration d'une autre pandémie se produirait à cette période de l'année.

"Ils respectent notre calendrier prévu", a déclaré McInerney.

"Nous ne nous conformerons pas à leurs directives, nous devons résister aux blocages", a-t-il ajouté, "il est maintenant temps pour l'Amérique et le monde et pour nous, le peuple, de dire non!"

« Trompez-moi une fois, honte à vous, trompez-moi deux fois, honte à moi ! s'écria le général.

 

Le grand mensonge vert que presque tout le monde prétend

Sur theepochtimes.com :

Presque tous les membres du Congrès, démocrates ou républicains, rendent hommage au Big Green Lie. Il en va de même pour tous les candidats conservateurs passés et restants qui se disputent le poste de premier ministre du Royaume-Uni et tous les candidats qui se disputent actuellement la direction du Parti conservateur du Canada. Il en va de même pour la quasi-totalité de la presse grand public. Le grand mensonge vert - que le dioxyde de carbone est un polluant - est si répandu que même ceux qui sont considérés comme sceptiques - y compris les ONG et les experts de droite - adhèrent généralement à l'orthodoxie, ne différant pas dans leur croyance déclarée que le CO2 est un polluant, mais seulement dans la façon dont c'est un polluant calamiteux.

Parce que tout le monde participe maintenant au mensonge selon lequel les émissions de CO2 sont mauvaises, le débat sur la politique climatique n'a pas porté sur l'existence d'un problème de CO2, mais sur l'urgence avec laquelle le CO2 doit être traité et comment il doit être traité. 

Avec presque tout le monde à travers le spectre politique convenant publiquement que la réduction du CO2 est une bonne chose, le débat a été entre ceux qui veulent faire le bien rapidement en atteignant Net Zero en 2040 et les bâtons dans la boue qui veulent ralentir la réalisation d'un bien chose. Alors que le discours se déroule dans des trous de lapin, presque tout le monde se perd à chercher des solutions aux délires d'Alice au pays des merveilles et gaspille des milliards de dollars dans le processus.

Jusque dans les années 2000 , lorsque le changement climatique était encore appelé réchauffement climatique et que les médias grand public remarquaient toujours qu'aucune des innombrables prédictions d'une catastrophe climatique ne se confirmait - les calottes polaires ne fondaient pas, Manhattan n'était pas sur le point d'être submergée, le paludisme n'infectait pas l'hémisphère nord - beaucoup ont exposé le changement climatique d'origine humaine comme un canular. Les e-mails divulgués du Climategate ont révélé comment les scientifiques avaient conspiré pour « cacher la baisse » des températures qui n'étaient pas conformes à leurs modèles. L'affirmation selon laquelle 97% des scientifiques soutenaient la théorie du réchauffement climatique a été révélée comme une fraude, tout comme l'affirmation selon laquelle les 4 000 scientifiques associés au GIEC ont approuvé son rapport - ces 4 000 ne l'avaient pas approuvé., et la plupart ne l'avaient même pas lu, mais avaient simplement examiné des parties du rapport et étaient souvent en désaccord avec ce qu'ils lisaient.

L'affirmation selon laquelle la «science était établie» sur le changement climatique n'a jamais résisté à un examen minutieux. Des scientifiques du monde entier ont signé une série de pétitions pour contester cette affirmation. La pétition de l'Oregon de 2008, dirigée par un ancien président de l'Académie nationale des sciences et défendue par Freeman Dyson, successeur d'Albert Einstein à Princeton et l'un des scientifiques les plus éminents au monde, a été signée par plus de 31 000 scientifiques et experts qui ont convenu que "les limites proposées sur les gaz à effet de serre les gaz nuiraient à l'environnement, entraveraient le progrès de la science et de la technologie et nuiraient à la santé et au bien-être de l'humanité. … De plus, il existe des preuves scientifiques substantielles que l'augmentation du dioxyde de carbone atmosphérique produit de nombreux effets bénéfiques sur les environnements naturels végétaux et animaux de la Terre.

Sondage après sondage au fil des décennies, le public fait peu de cas du changement climatique lorsqu'on lui demande de classer son importance.

Un sondage Gallup publié cette semaine, qui demandait aux Américains : « Selon vous, quel est le problème le plus important auquel ce pays est confronté aujourd'hui ? a constaté que le changement climatique ne répondait pas à ses critères des nombreux problèmes qui méritaient d'être énumérés. Comme l'a noté Gallup, «De nombreuses régions du pays ont subi une chaleur record ces dernières semaines et d'autres régions ont subi des inondations record. Mais un faible 3% des Américains mentionnent la météo, l'environnement ou le changement climatique comme le principal problème du pays. De même, le mois dernier, où «seulement 1% des électeurs dans un récent sondage du New York Times / Siena College ont désigné le changement climatique comme le problème le plus important auquel le pays est confronté…. Même parmi les électeurs de moins de 30 ans, le groupe considéré comme le plus énergisé par la question, ce chiffre était de 3 %.

Bien que la plupart des élites continuent de parler pour la forme de l'urgence de réduire le dioxyde de carbone, leurs actions démentent leurs paroles, qu'elles soient jugées par leur penchant pour les voyages en jet privé ou leur engagement fallacieux envers les politiques liées au climat. Selon une annonce de l'Agence internationale de l'énergie  (AIE) la semaine dernière, le charbon est à nouveau roi : la demande mondiale de charbon cette année "égalera le record annuel établi en 2013, et la demande de charbon devrait encore augmenter l'année prochaine pour atteindre un nouveau niveau record". haute." L'évaluation de l'AIE s'inscrit dans une étreinte mondiale du charbon qui inclut l'Union européenne, jusqu'à récemment la réprimande climatique la plus zélée au monde. L'UE revient maintenant sur ses engagements Net Zero.

Dans certains pays, les gouvernements ne reviennent pas tant sur les politiques climatiques qu'ils les rejettent sans vergogne. Appelant les éoliennes "ventilateurs" qui nuisent à l'environnement et causent une "pollution visuelle" sans fournir beaucoup d'énergie, le président mexicain Andrés Manuel López Obrador a déclaré que le gouvernement mettrait fin aux subventions et cesserait de délivrer des permis pour de nouveaux projets éoliens. Israël est également sur le point de débrancher l'industrie éolienne du pays, son ministre de la protection de l'environnement faisant valoir que le vent fournit une " contribution négligeable " au système électrique du pays "par rapport au potentiel de nuisance pour la nature, qui est élevé".

Reconnaître les énergies renouvelables comme des gâchis économiques et environnementaux, comme l'ont fait le Mexique et Israël, est une étape vers la destruction du mensonge selon lequel un carburant qui émet du dioxyde de carbone peut être judicieusement remplacé. L'autre chaussure à laisser tomber est le mensonge selon lequel les carburants émettant du dioxyde de carbone devraient être remplacés.

L'affirmation fantaisiste selon laquelle le CO2 est un polluant a été entièrement supprimée. La déclaration de 2008 des 31 000 experts selon laquelle « il n'y a aucune preuve scientifique convaincante que la libération humaine de dioxyde de carbone, de méthane ou d'autres gaz à effet de serre cause ou causera, dans un avenir prévisible, un réchauffement catastrophique de l'atmosphère terrestre et une perturbation de la Le climat de la Terre » est aussi vrai aujourd'hui qu'il l'était alors et qu'il l'a toujours été. Aucun scientifique, nulle part et à aucun moment, n'a montré que les émissions de CO2 d'origine humaine, c'est-à-dire les engrais de la nature, nuisent à quoi que ce soit.

Note de TAL Ce texte est important car il démonte le mythe du « réchauffement climatique » au nom duquel on veut nous imposer des taxes carbones insensées et des mesures de contrôle des individus, comme le passe-carbone qui vous dira si vous pouvez voyager ou non en avion, alors que les élites se promènent en jets privés sans vergogne, et si vos habitudes alimentaires sont acceptables ou non. En un mot la dictature covid sera remplacée par la dictature climat !*

 

 LE DG DE L'OMS A REFUSÉ DE SE FAIRE VACCINER… PAR SOLIDARITÉ AVEC L'AFRIQUE !

https://jeminformetv.com/2022/08/07/covid-19-le-dg-de-loms-a-refuse-de-se-faire-vacciner/
Joli argument pour ceux qui refusent les injections ARNm 
«Je ne suis pas vacciné, comme le Directeur général de l’OMS, par solidarité avec l'Afrique trop pauvre pour être vaccinée.» https://t.co/5u2XPfSd88

 

Attention : la maladie ABV (tout sauf les vaccins) tue des gens partout

Brighteon.com

Il y a une nouvelle maladie horrible qui tue des gens partout. Cela s'appelle ABV (Tout sauf les vaccins, ALL BUT VACCINES)), et vous verrez les grands médias l'invoquer lorsqu'ils essaient de couvrir les décès par vaccin avec toutes sortes d'autres explications et conditions.

Les douches froides sont désormais accusées de crises cardiaques qui sont en fait causées par les vaccins covid (et les caillots mortels qui en découlent). Le Times of India rapporte que les douches froides peuvent soudainement vous tuer avec des problèmes cardiaques.

Pendant ce temps, l'Allemagne dit à ses citoyens de prendre plus de douches froides en raison de l'effondrement des approvisionnements énergétiques en provenance de Russie. Le Guardian rapporte maintenant que "les villes allemandes imposent des douches froides et éteignent les lumières au milieu de la crise du gaz russe".

Ainsi, les mêmes douches froides qui, selon le Times of India, pourraient vous tuer sont prescrites par le gouvernement en Allemagne.

Pour ajouter à la folie, Wales Online rapporte que les crises cardiaques soudaines et la mort peuvent également être causées par l'ouverture de factures de services publics et la hausse des prix de l'énergie que vous devez à la compagnie d'électricité.

 

Pfizer Crimes against our Children: Cardiac Arrest of Two Month Old Baby an Hour after Experimental Vaccine

Du site prepareforchange

Pfizer Crimes against our Children: Cardiac Arrest of Two Month Old Baby an Hour after Experimental Vaccine

58 bébés qui ont reçu des vaccins à ARNm contre la COVID-19 ont subi des événements indésirables potentiellement mortels. Lisez attentivement. Pfizer commet des crimes contre l'humanité, en particulier contre nos enfants. Le vaccin a entraîné un arrêt cardiaque non pas chez une personne âgée mais chez un bébé de deux mois. "Pourquoi n'ont-ils pas suivi l'état du bébé de 2 mois, après avoir fait un arrêt cardiaque une heure après avoir reçu un vaccin expérimental ? Pourquoi n'y a-t-il pas plus d'informations ? Est-ce parce qu'il est mort ? Ou le bébé a-t-il été retiré d'une expérience ? Pourquoi l'auteur du rapport ne le mentionnerait-il pas ?" Nous appelons le ministère américain de la Justice à entreprendre une enquête pénale contre Pfizer. Nous appelons les gouvernements du monde entier à suspendre immédiatement le vaccin à ARNm. Un recours collectif est également requis au nom des centaines de milliers de victimes du vaccin à ARNm. Jamais mentionné par les médias, Pfizer a un casier judiciaire auprès du ministère américain de la Justice. En 2009, Pfizer a été inculpé de "marketing frauduleux"

Comment un bébé de 2 mois a-t-il reçu le vaccin ARNm ? Ces vaccins n'ont pas encore reçu l'EUA (Emergency Use Authorization) pour une utilisation approuvée chez les enfants de cinq ans et moins par la FDA, ou toute autre autorité de réglementation, et même si c'est le cas, l'EUA n'inclura que les bébés de 6 mois et plus.

Ce bébé a-t-il participé aux essais cliniques de Pfizer-BioNTech, testant l'efficacité et la sécurité chez les bébés ?

La réponse n'est pas claire.

Étant donné que les vaccins sont destinés à des personnes en bonne santé normales et que les personnes en bonne santé constituent une population hétérogène, il est difficile d'adopter une approche unique et les données d'un groupe sont difficiles à généraliser, car les états physiques de base de différents les groupes de personnes peuvent être complètement différents.

Par exemple, les jeunes qui sont en bonne santé ne tombent généralement pas malades, ils ont une immunité normale et n'attraperont pas le COVID-19. Mais s'ils se faisaient vacciner, ils pourraient attraper une myocardite, une névrite ou même une invalidité durable, ou une thrombose cérébrale, et leur santé serait finie pour le reste de leur vie. Le risque est bien plus élevé que les avantages, comme le bon sens.

Par conséquent, l'évaluation des avantages et des risques des vaccins doit varier d'une personne à l'autre, et les différences individuelles sont très importantes.

La vaccination est utilisée pour renforcer l'immunité de l'organisme contre un certain type de virus. Par exemple, il entraîne le système immunitaire à produire un grand nombre d'anticorps spécifiques pour combattre le virus de type X uniquement. Cependant, l'immunité spécifique biaisée n'aurait aucun effet sur les autres types de virus autres que X.

Voici une analogie. A l'école, les élèves apprennent à se préparer aux examens. Si le professeur enseigne à un élève : 1+1=2. "Faites-le 100 fois, 1+1 égale 2." Il s'en souvient fermement. Mais le test d'examen demande : 2+3= ?. "Désolé, je ne sais pas, personne ne m'a appris à faire 2+3."

L'essence de l'enseignement n'est pas de répéter le même problème mathématique plusieurs fois. La clé est de former sa propre capacité à répondre à toute question de ce type, dans ce cas, l'addition.

C'est comme le dicton : donne un poisson à un homme et il aura encore faim demain ; apprenez à un homme à pêcher et vous le nourrirez toute sa vie.

Renforcer votre propre immunité, c'est comme apprendre "comment pêcher"

Il est important que les gens renforcent leur immunité naturelle comme meilleur moyen de résister à la mutation et à la propagation rapides des virus.

 

Les vaccins COVID-19 entravent le système immunitaire et entraînent des maladies plus graves : Dr. Robert Malone

https://www.theepochtimes.com/covid-19-vaccines-hinder-the-immune-system-lead-to-more-severe-illness-dr-robert-malone_4627115.html?utm_source=Morningbrief&utm_campaign=mb-2022-08-04&utm_medium=email&est=S7HBMfMVG64LVh8h8SjFlON9ZbXB5DdLq2SdX%2BhRHOakFm1%2BgM57mBYno%2BJkVAwGCg%3D%3D

Une étude menée au Royaume-Uni a montré que les travailleurs de la santé qui ont reçu plusieurs rappels du vaccin COVID-19 après avoir été initialement infectés par la souche virale d'origine de Wuhan sont plus sujets à une réinfection chronique par la variante Omicron.

Cela peut aider à expliquer pourquoi les personnes qui ont reçu plusieurs rappels du vaccin COVID-19 sont de plus en plus celles qui se retrouvent à l'hôpital avec de graves symptômes de COVID-19, entraînant parfois la mort, a déclaré le scientifique et médecin Dr. Robert Malone.

Dans une interview du 21 juillet pour l'émission "Crossroads" d'EpochTV, Malone, un inventeur de la technologie des vaccins à ARNm, a déclaré que ce phénomène est le résultat d'un processus appelé "empreinte immunitaire", par lequel l'exposition initiale à une souche virale peut empêcher le corps de produire suffisamment anticorps neutralisants dirigés contre une nouvelle souche.

Il a ajouté que ce processus est renforcé par de multiples inoculations.

"Partout dans le monde, nous voyons ces ensembles de données qui montrent que, malheureusement, les personnes qui meurent et sont hospitalisées sont en très grande majorité des personnes hautement vaccinées", a-t-il déclaré. "Ce ne sont pas ceux qui ont une immunité naturelle."

Vaccins basés sur d'anciennes souches

Les vaccins COVID-19 actuellement en circulation sont basés sur la souche Wuhan du virus du PCC (Parti communiste chinois), également connu sous le nom de SARS-CoV-2, qui cause la maladie désormais identifiée comme COVID-19.

Un certain nombre de souches ont émergé et sont devenues dominantes depuis que la souche Wuhan était répandue, y compris la variante Omicron actuellement dominante.

Le problème est que les vaccins COVID-19 n'utilisent qu'un seul des composants du virus entier, qui est une protéine de pointe, de sorte que le système immunitaire d'une personne qui a reçu un vaccin à ARNm est formé pour répondre uniquement à ce composant, a expliqué Malone.

Si un vaccin basé sur une souche virale aujourd'hui disparue est administré à plusieurs reprises, il entraîne le système immunitaire à se concentrer de plus en plus sur l'antigène délivré par le vaccin et à ignorer tout ce qui est légèrement différent, a expliqué Malone, appelant ce phénomène l'empreinte immunitaire.

"La littérature sur l'empreinte immunitaire est à toute épreuve", a déclaré Malone. "Article après article après article maintenant, dans les meilleures revues à comité de lecture des meilleurs laboratoires du monde entier, le documente."

L'immunité induite par le vaccin, cependant, ne dure que quelques mois, a-t-il ajouté.

Lorsqu'une personne est infectée par le virus d'origine, cette personne génère une réponse immunitaire qui inclut "toutes sortes de protéines du virus", à condition qu'elle n'ait pas subi trop d'empreinte immunitaire, a expliqué Malone.

"Le problème avec ces vaccins monovalents, ou les vaccins à antigène unique, c'est qu'ils dirigent toute votre réponse immunitaire contre une chose par opposition au virus entier. Donc, tout ce que le virus a à faire est de modifier génétiquement, à travers l'évolution, quelques boutons pour y échapper", a-t-il déclaré. "Et c'est exactement ce qui s'est passé avec Omicron."

Le paradoxe est que la plupart des pays aux économies émergentes et aux faibles taux de vaccination ont également les taux de mortalité COVID-19 les plus bas au monde, a déclaré Malone.

"Il est probable que nous allons continuer à voir cette tendance", a-t-il déclaré.

Selon Our World in Data, seulement 1,4 % de la population haïtienne a été vaccinée et le pays a enregistré 838 décès dus au COVID-19, soit un taux de 73 décès pour 1 million d'habitants.

En Afrique du Sud, où 32% de la population est vaccinée, il y a eu près de 102 000 décès, soit un taux de 1 717 décès pour 1 million d'habitants.

Au Royaume-Uni, 75% de la population est vaccinée et plus de 184 000 personnes sont décédées, soit un taux de 2 736 décès pour 1 million.

Malone a souligné un problème avec les vaccins à ARNm actuels.

Lorsqu'un vaccin est injecté dans le bras d'un patient, l'ARN du vaccin, qui est un ARN modifié, est censé ne durer que quelques heures, mais une étude de l'Université de Stanford montre que "l'ARN reste pendant au moins 60 jours », a déclaré Malone.

Cependant, le gouvernement ne tient compte que des réactions aux vaccins et des maladies qui sont enregistrées sur le système de notification des événements indésirables des vaccins (VAERS) dans les deux premières semaines après la vaccination, même si le médicament est toujours dans le corps deux mois plus tard, a déclaré Malone.

"L'ARN du vaccin produit plus de protéines de pointe que l'infection naturelle", a-t-il déclaré. "Maintenant, cela a du sens pour expliquer pourquoi nous voyons plus d'événements indésirables avec les vaccins que nous ne voyons avec l'infection elle-même, car le pic est une toxine."

Malone, président et co-fondateur de l'Alliance internationale des médecins et des scientifiques médicaux, a déclaré que plus de 17 000 médecins et scientifiques ont signé une déclaration indiquant sans équivoque que les vaccins génétiques doivent être retirés.

"Ces vaccins génétiques ne fonctionnent pas", a-t-il déclaré.

 

Youtube : Cancer Therapy Repas ANTI-CANCER, la nourriture qui a aidée à ma GUERISON d'un CANCER STADE TERMINAL

 

COMPRENDRE LE FONCTIONNEMENT DE L’ÉNERGIE

Laurent  MARCHAND

Tu vas voir, c’est super simple. 

L’énergie est la source de toute chose. 

Même pour faire un geste ou réfléchir, il te faut de l’énergie. 

Et l’énergie de départ va conditionner ton geste, ta pensée, ton émotion ou ta parole. 

Si c’est une énergie basse, 

  • ton geste sera brutal ou fatigué
  • ta pensée sera noire, défaitiste…
  • ta parole sera agressive, conflictuelle ou destructrice

Si ton énergie est haute,

  • ton geste sera précis, 
  • ta pensée sera joyeuse, créative
  • ta parole sera douce, encourageante, drôle

Tu vois, c’est très simple. 

Plus ton énergie est haute et plus tes réactions sont porteuses de joie et de créativité. 

On aimerait bien être dans une énergie haute tout le temps, mais on voit bien qu’autour de nous, c’est quand même bien le bordel (politique, guerre, climat, famine…).

Il n’est pas question de fermer les yeux et de s'inventer un monde tout rose avec des licornes qui cavalent en bouffant des nuages.

L’idée c’est de savoir comment conserver cette énergie haute.

  • D’abord, installe toi confortablement et pose toi dans la paix. 
  • Une fois que tu te sens tranquille, fais monter la joie en toi,
  • Si tu as besoin d’autre chose (paix, dynamisme, efficacité…) fais le monter 
  • Imagine que cette énergie te rempli intégralement…
  • Puis imagine que cette énergie se met à déborder de toi,
  • Imagine maintenant que cette énergie se répand dans le monde entier. 
  • Imagine qu’elle touche l’intégralité des gens autour de toi,
  • Sens toi bien avec cette idée que ton bonheur puisse connecter tout le monde,
  • Si ça te stresse, retourne dans la tranquillité et recommence.

Si ça te paraît simple voire simpliste, dis toi une chose :

Lorsque tu alimente ton mauvais caractère avec tes idées noires,
tu fais exactement la même chose…
et le résultat n’est sûrement pas le bonheur.
 

Clique sur ce lien : http://bit.ly/tep6Mail. Tout y est expliqué.

 

L'abattage de l'humanité est sur le point de s'accélérer, emportant de nombreux enfants et jeunes adultes, alors que les médecins, les politiciens et les prédicateurs restent silencieux

Prepareforchange

extraits

Cela fait un moment que je n'ai pas rendu compte des chiffres choquants du système de rapport VAERS du gouvernement et de certaines des histoires déchirantes qui y sont contenues, comme la mort récente d'une fille californienne de 9 ans deux semaines après avoir été piquée.

La jeune fille a reçu une dose d'injection de Pfizer-BioNTech. Elle n'avait aucune condition préexistante et n'a pas été hospitalisée.

Elle a ressenti pendant deux à trois jours « des maux d'estomac, des maux de gorge et des douleurs à la poitrine ; deux semaines après avoir reçu la vaccination »,  indique la base de données  .

 

Les données du VAERS du 14 décembre 2020 au 22 juillet 2022 font état de 12 232 événements indésirables  chez les 5 à 11 ans, dont  313 cas « graves »  et  neuf décès.

La base de données répertorie également  24 cas d'inflammation cardiaque ,  47 cas de troubles de la coagulation sanguine et  101 rapports de convulsions  dans le même groupe d'âge.

Les lecteurs de ce site Web savent que VAERS ne raconte pas toute l'histoire. Les décès et les blessures invalidantes qui y sont répertoriés ne représentent que 1% des chiffres réels en raison de la propension des médecins à ne pas signaler la plupart des ravages qu'ils voient causés par leurs partenaires de Big Pharma.

Pris ensemble dans des pays du monde entier, ces décès par injection s'ajouteront à un génocide d'une ampleur incalculable, un abattage de masse qui remplit les objectifs d'un clan malthusien d'élites mondialistes.

Comment cela peut-il se produire, demandez-vous. Et qui sont ces « élites ?

Beaucoup de ces soi-disant élites sont également lucifériennes, mais beaucoup d'autres sont tout simplement cupides. D'autres encore se taisent et suivent par instinct de conservation. Ils ne veulent pas risquer d'être annulés et de mettre en péril leur mode de vie confortable.

Le génocide que nous voyons se dérouler en temps réel est si diabolique que j'ai du mal à comprendre comment quelqu'un en politique peut parler de n'importe quel autre problème.

J'ai tapé « mort quelques jours après avoir reçu le coup Pfizer Moderna » dans mon moteur de recherche et j'ai trouvé des pages d'articles sur des personnes qui meurent, généralement des jours ou des semaines après avoir été piquées.

L'inflation galopante, aussi douloureuse soit-elle, ne représente rien comparée à la douleur et à la confusion que tant de personnes doivent ressentir lorsque leur mère, leur père, leur conjoint, leur frère ou leur sœur, un ami ou leur fils ou leur fille de 9 ans décède « soudainement » et « de façon inattendue » jours ou semaines après avoir été piqué. Ils sont en bonne santé un jour, partis le lendemain.

Et pourtant, c'est le sujet interdit. Aucun politicien, qu'il soit conservateur ou libéral, ne veut vraiment en parler.

Leur silence fait le jeu des mondialistes qui sont à l'origine de ce sombre plan de dépopulation.

Historiquement, ces élites ont toujours détesté l'humanité, mais elles ont dû nous supporter car elles avaient besoin de nous pour faire fonctionner leurs usines, mener leurs guerres, nettoyer leurs manoirs, récolter leur nourriture, s'assurer que les trains roulent à l'heure.

Avec les progrès de l'édition de gènes, de l'intelligence artificielle et des algorithmes informatiques, ils disposent désormais de robots capables d'effectuer toutes les tâches ci-dessus, souvent mieux et de manière plus fiable que nous, les êtres humains. Les cultures qui étaient autrefois cueillies dans les champs peuvent désormais être cultivées en laboratoire grâce à l'édition de gènes CRISPR.

En plus des avancées technologiques qui leur permettent de nous remplacer et de nous tuer avec des machines, l'abattage massif de l'humanité est également nécessaire, à leurs yeux, car ils pensent que les progrès rapides de la technologie leur permettront de vivre beaucoup plus longtemps. Ils passent, nous disent-ils, d'une espèce à une autre, d' humain à transhumain .

Comme Yuval Noah Harari l'a déclaré ouvertement à plusieurs reprises, le problème n'est pas qu'il y a trop de monde, mais que nous avons trop de personnes « inutiles » et « improductives » qui n'ont aucune valeur dans la nouvelle économie numérique.

Il existe de nombreuses preuves que les «combustibles fossiles» comme le pétrole et le gaz naturel se reconstituent sous la surface de la terre. Le clan Rockefeller a été le premier à qualifier le pétrole, le gaz et le charbon de «combustibles fossiles», probablement parce qu'ils étaient des adeptes de Malthus et voulaient donner l'impression que ces ressources étaient limitées et rares.

La vérité est que le pétrole et le gaz sont abondants et devraient donc être bon marché.

Mais s'ils étaient des gens bon marché comme les Rockefeller et les Bush, ils ne seraient pas devenus milliardaires. Alors les mensonges continuent.

Tuer quelques milliards d'humains a toujours fait partie du plan.

Le rapport Kissinger , publié en 1974, a été l'un des premiers documents officiels prônant un programme de dépopulation, et il y a eu une avalanche sans fin de tels rapports, livres et discours par les globalistes depuis lors appelant à une population mondiale beaucoup plus petite. Les Georgia Guidestones , qui ont récemment fait la une des journaux lorsqu'elles ont mystérieusement été détruites puis nivelées, appelaient à une population mondiale "continuellement en équilibre avec la nature" et limitée à 500 millions de personnes au maximum, contre 7,5 milliards actuellement.

Le dépeuplement correspond également à la stratégie de contrôle mondial sur toutes les ressources - vivantes et non vivantes - incarnée dans les objectifs de développement durable de l'Agenda 2030 des Nations Unies.

Alors pourquoi les élites mondialistes au pouvoir, les personnes les plus riches et les plus puissantes du monde, ne s'engageraient-elles pas dans l'eugénisme et le génocide ?

Le problème avec la guerre biologique a toujours été, comment livrer l'arme de manière efficace ?

Par étapes, les médias mondiaux corrompus, désormais contrôlés par environ six ou sept grandes sociétés avec des propriétaires imbriqués, et le problème est résolu. Vous demandez simplement à vos toutous des médias de déclencher la plus grande campagne de propagande que le monde ait jamais vue, et vous les payez généreusement pour le faire avec l'argent des publicités gouvernementales et de fondations comme la Fondation Bill et Melinda Gates, et hop, vous convainquez les masses ignorantes de se font injecter l'arme biologique directement dans leur corps.

Quiconque en doute et fait confiance aux gouvernements du monde ou à leurs partenaires commerciaux dans les médias, qui se sont tous révélés être de simples pions des élites de Davos personnifiées par Bill Gates, Klaus Schwab, Yuval Noah Harari et les Forum économique mondial, a sûrement la tête enfouie dans le sable.

Ces gens sont sans pitié. Mais ce que j'aime chez Harari, c'est que, contrairement à la plupart des élites mondialistes, il n'essaie pas de nous tromper en pensant que le résultat de leur programme sera en aucune façon bienveillant ou que ces monstres ont des motivations altruistes. Il vient tout de suite et nous dit ce qui motive leurs actions ; ils veulent nous dominer et nous asservir. C'est une question de pouvoir et de contrôle.

 

Communiqué de presse

Chers amis, collègues, scientifiques, lanceurs d'alerte et citoyens,

Nous venons de publier avec Denis Rancourt et Jérémie Mercier un nouvel article démontrant que la campagne de vaccination massive mise en place pendant la période covid ne change rien à la catastrophe sanitaire en cours aux États-Unis.

L'article est accessible au lien suivant : https://denisrancourt.ca/entries.php?id=1

La campagne de vaccination massive pendant la période covid ne change rien à la catastrophe de santé publique en cours aux États-Unis

Version courte

Un article scientifique écrit par Pr Denis Rancourt, Dr Marine Baudin et Dr Jérémie Mercier publié entre autres sur denisrancourt.ca (https://denisrancourt.ca/entries.php?id=116) démontre après analyse de la mortalité toutes causes confondues aux États-Unis depuis 1999 (chiffres du CDC) que :

·        La vaccination n’a pas réduit la mortalité aux États-Unis. La campagne de vaccination massive a été inutile en termes de mortalité toutes causes confondues.

·        La mortalité excédentaire pendant la période covid aux États-Unis représente 1,27 million de décès. Celle-ci n’est pas liée à l’âge de la population mais corrélée à des facteurs socio-économiques tels que la pauvreté, le revenu médian des ménages, l’obésité, l’invalidité ou les pensions d’invalidité. La distribution en âge de cette surmortalité est incompatible avec une mortalité de maladies virales respiratoires, et selon l’hypothèse la plus probable résulte des mesures institutionnelles, politiques et médicales consécutives à la déclaration de pandémie par l’OMS le 11 mars 2020.

·        Les auteurs proposent le modèle que les conditions sociétales et économiques imposées par les gouvernements durant la période covid ont généré un important stress psychologique chronique et un isolement social sans précédent qui ont affaibli le système immunitaire des citoyens américains les plus vulnérables (pauvres, obèses, invalides, personnes souffrant de troubles mentaux…), augmentant fortement leur risque de succomber à une épidémie de pneumonie bactérienne de grande ampleur non traitée aux États-Unis.

Au vu des résultats de leur étude, les auteurs appellent à une enquête médico-légale transparente, indépendante et responsable sur les décès de la période covid aux États-Unis, dans le but de prévenir toute catastrophe de santé publique similaire à l’avenir. 

 

Sait-on vraiment ce qu’on fait, quand on interfère avec notre précieux système immunitaire ?

Cher(e) ami(e) de la Santé,

Je suis tombé sur une vidéo incroyable.

Certains d’entre vous la connaissent peut-être déjà. Il s’agit d’un cours de vaccinologie donné à l’Hôpital d’instruction des armées du Val-de-Grâce.

L’enseignant, Jean-François Saluzzo, sait de quoi il parle. Virologue et expert auprès de l'OMS, il a été pendant plus de dix ans le directeur de la production des vaccins viraux chez Sanofi-Pasteur.

Savait-il que le film de son cours se retrouverait sur YouTube[1] ? En tout cas, il s’y montre extrêmement transparent sur certaines réalités vaccinales.

Écoutez plutôt ce qu’il dit, à partir de la minute 48 :

« Pour finir : comment faire un vaccin ? C’est très intéressant, car on ne sait pas le faire. Il n’y a pas de recettes. Chaque fois qu’il y a un virus nouveau qui arrive, c’est un problème.

Le meilleur exemple est le VIH. Quand il est arrivé en 2004, Robert Gallo, et toute l’équipe américaine, a dit, ‘’on a le virus, dans deux ans on a le vaccin, banal’’. Trente ans après, il n’y a pas de vaccin.

Il n’y a pas de solution miracle pour produire un vaccin. On ne sait pas vraiment comment. Historiquement, un vaccin qui ne marche pas dès le début, on n’arrive pas à le faire marcher par la suite. Le paludisme, cela fait x années. L’herpès, cela ne marche toujours pas. Je ne vous parle pas de la syphilis (…)

Pourquoi ? Une des raisons essentielles de l’histoire des vaccins est que l’on ne comprend pas comment marchent les vaccins. Tout simplement parce qu’une fois qu’un vaccin a été mis au point, plus personne ne s’intéresse au vaccin. Quand un virus nouveau apparaît, on ne sait pas comment les autres vaccins ont marché et si on peut s’en inspirer. »

Sa conclusion est frappante : « Si l’on veut faire des progrès dans l’avenir dans le domaine de la vaccinologie et des vaccins nouveaux, il faut étudier la réponse immunitaire ».

Traduction : les vaccins sont créés de façon totalement « empirique », sans que l’on comprenne ce qu’ils font à notre système immunitaire !

Cela peut surprendre, car la plupart des gens croient que le procédé du vaccin est simplissime.

Un vaccin, ce n’est pas si simple

Le vaccin, pense-t-on, cause une sorte d’infection atténuée, qui conduit notre organisme à garder en mémoire le microbe dangereux (via la fabrication d’anticorps), ce qui lui permettra de se défendre efficacement par la suite, en cas de véritable infection.

Problème : cette histoire-là est tellement simpliste qu’elle est trompeuse. S’il était si simple de créer un vaccin sûr et efficace, on aurait depuis longtemps créé un vaccin contre les coronavirus habituels de l’hiver. On disposerait depuis longtemps, aussi, d’un vaccin contre le virus respiratoire syncytial, qui cause tant de bronchiolites infantiles, parfois mortelles.

Si c’était si simple, on aurait réussi à mettre au point des vaccins contre la coqueluche qui offrent un peu plus que 5 malheureuses années de protection. Si c’était simple, Sanofi aurait réussi à mettre au point un vaccin contre la dengue sans causer la mort d’enfants philippins. Si c’était simple, on n’aurait pas besoin de mettre dans les seringues, même à des doses supposées « sans danger » (on y reviendra), des substances aussi toxiques et controversées que le formaldéhyde ou l’aluminium.

En réalité, la vaccination pose mille problèmes scientifiques complexes. Il y a notamment une difficulté fondamentale et insoluble : plus le vaccin se rapproche de l’infection naturelle, plus il est efficace, mais aussi potentiellement dangereux – comme peut l’être l’infection. Et plus le vaccin s’éloigne de l’infection naturelle (avec des microbes tués ou des petites parties isolées du microbe), moins il stimule le système immunitaire, et plus il requiert d’ajouter d’autres substances potentiellement risquées (des adjuvants, comme l’aluminium).

Le système immunitaire, ce continent mal connu de la médecine

Ce que la plupart des gens ignorent, c’est que le système immunitaire est probablement la partie de notre physiologie la plus mal comprise en médecine.

Écoutez plutôt le Pr Mark Davis, qui sait de quoi il parle, en tant que directeur de l’Institut d’immunologie de l’Université de Stanford :

« Le système immunitaire est d’une complexité inouïe, comprenant au moins 15 types de cellules différentes en interaction qui crachent des dizaines de molécules différentes dans le sang pour communiquer entre elles et se battre. Cela fait beaucoup de parties en mouvement. Et nous ne savons pas vraiment ce que font la majorité d’entre elles, ou ce qu’elles devraient faire »[2].

N’est-ce pas une bonne raison d’être prudent, lorsqu’on interfère avec le système immunitaire ? Les risques à long terme des vaccins ont-ils réellement été évalués ? Et cela ne devrait-il pas rendre modeste sur l’efficacité des vaccins dans la durée ? 

Car les conséquences de la vaccination sont infiniment plus complexes que ce que l’on imagine. Prenez les fameux anticorps : contrairement à une idée répandue, on peut en avoir beaucoup sans être protégé de la maladie. Cela a été reconnu de manière spectaculaire par le Pr Delfraissy, au Sénat : « Vous pouvez avoir des anticorps à un niveau élevé et faire un Covid. Et vous pouvez, après vaccination, avoir peu d’anticorps et ne pas faire de Covid. En pratique opérationnelle, il ne faut surtout pas laisser s’installer l’idée que les anticorps servent à quelque chose »[3].

Cet aveu paraît incroyable, mais c’est vrai pour beaucoup d’autres maladies : un rapport de l’Organisation mondiale de la Santé de 2013 montre à quel point la question des anticorps est complexe. Pour la coqueluche ou la tuberculose, on n’a jamais identifié de corrélation probante entre le nombre d’anticorps vaccinaux et la solidité de la protection[4]. Mêmes difficultés pour les vaccins contre la grippe[5], les vaccins contre les oreillons, les rotavirus et les papillomavirus[6].

Certains vaccins FAVORISENT les infections

Et puis, comme on l’a vu avec le Covid, il y a aussi des anticorps « facilitants », qui non seulement ne protègent pas, mais risquent de faciliter l’infection.

Ce n’est pas un mythe : cela a notamment été observé avec certains vaccins contre la rougeole. Les vaccins qui contenaient un virus inactivé n’étaient pas simplement « inefficaces » : ils ont causé des rougeoles plus sévères[7]. Raison pour laquelle on n’utilise plus que des virus vivants atténués… ce qui pose d’autres difficultés encore.

Pour couronner le tout, il est possible que des vaccins contre un virus précis… rendent plus vulnérables à d’autres virus. Plusieurs études ont ainsi suggéré que les vaccins contre la grippe augmentent le risque d’être infecté par d’autres virus respiratoires[8]… comme les coronavirus[9]. Impossible ? Non : notre système immunitaire est tellement complexe que ce genre d’effets de bord est possible et ne doit donc pas être ignoré. Était-ce prudent, pendant la crise Covid, d’inciter fortement la population à se vacciner contre la grippe ? Rien n’est moins sûr.

Tout ceci pour vous dire qu’il y a beaucoup moins de certitudes qu’on le croit, avec les vaccins.

C’est pourquoi je prépare un livre sur le sujet, qui promet d’être assez « explosif ».

Bonne santé,
Xavier Bazin

Sources

[1] https://www.youtube.com/watch?v=YQZu6rLDGgU

[2] https://sm.stanford.edu/archive/stanmed/2011summer/article7.html

[3] http://www.senat.fr/les_actus_en_detail/article/comite-scientifique-covid-19.html

[4] https://apps.who.int/iris/bitstream/handle/10665/84288/WHO_IVB_13.01_eng.pdf

[5] https://www.mesvaccins.net/web/news/3546-les-vaccins-grippaux-sont-ils-efficaces-et-bien-toleres

[6] https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC2897268

[7] https://www.xiahepublishing.com/2472-0712/ERHM-2022-00018

[8] https://academic.oup.com/cid/article/54/12/1778/455098

[9] https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0264410X19313647?via%3Dihub

 

Thrombocytopénie thrombotique immunitaire

Le Dr Kenji Yamamoto, un chirurgien cardiovasculaire qui travaille à l'hôpital Okamura Memorial à Shizuoka, au Japon, a enregistré une augmentation significative de la thrombocytopénie thrombotique immunitaire induite par le vaccin depuis le début de la vaccination contre le COVID-19. En raison des dangers du VITT, Yamamoto estime que le programme de rappel de vaccination doit être interrompu .

"Les médias ont jusqu'à présent dissimulé les effets indésirables de l'administration du vaccin, tels que la thrombocytopénie thrombotique immunitaire induite par le vaccin (VITT), en raison d'une propagande biaisée", a écrit Yamamoto dans une lettre publiée dans la revue Virology le 5 juin 2022.

Troubles sanguins post-vaccination chez des personnes auparavant en bonne santé

Peu de temps après le déploiement des vaccins COVID-19 en Europe, les hématologues « ont commencé à observer de jeunes individus auparavant en bonne santé présentant une thrombose grave et étendue », selon un article de la revue Blood . "Contrairement à la plupart des cas de thrombose, il y avait une thrombocytopénie associée, et aucun facteur de risque thrombotique prédisposant."

On pensait que ces cas étaient principalement liés au vaccin AstraZeneca, qui était largement disponible en Europe mais pas aux États-Unis.

Plus de 70% des jeunes qui ont reçu le VITT, dont le début se situait généralement entre cinq et 30 jours après la vaccination contre le SRAS-CoV-2, sont décédés.

Plus d'une douzaine d'autres articles scientifiques évalués par des pairs ont également discuté de cet effet secondaire du vaccin, les médecins recommandant des protocoles pour diagnostiquer le VITT, ainsi que la publication de rapports de cas en Thaïlande , en Inde et dans plusieurs autres pays.

Cinq mois après la première mise à disposition du vaccin AstraZeneca, au moins 242 cas de coagulation et 49 décès par vaccin chez de jeunes adultes en bonne santé avaient été signalés au Royaume-Uni, selon la BBC .

En mai 2021, le Royaume-Uni a commencé à recommander que les adultes âgés de 18 à 39 ans se voient offrir une alternative au vaccin Oxford-AstraZeneca.

Puis, en octobre 2021, le New England Journal of Medicine a publié une étude portant sur quelque 220 cas au Royaume-Uni de thrombose qui se sont avérées induites par un vaccin.

Ces patients ont développé des caillots principalement dans leurs poumons (les artères pulmonaires) et leurs jambes, comme l'avait fait le patient Pfizer.

Bien que le VITT ait été observé le plus souvent après l'administration des vaccins AstraZeneca et Johnson & Johnson , d'autres rapports ont également trouvé une thrombose associée au vaccin après la vaccination par Moderna et Pfizer .

Pour certaines personnes, la vaccination induit un « état prothrombotique » dans lequel les niveaux sanguins des cellules de coagulation du sang sont perturbés, ce qui augmente la probabilité de formation de caillots dans les vaisseaux sanguins.

Comme le soulignent les auteurs de l'étude de cas actuelle, il y avait d'autres articles d'alerte précoce dans la littérature scientifique. Une équipe de six médecins autrichiens a également publié des articles sur la thrombose suite à la vaccination contre le COVID-19 dans le New England Journal of Medicine, tout comme une équipe de médecins norvégiens .

Youtube : Contrôle des corps : délire totalitaire à la chinoise pour les collégiens

Fabien Moine - Exuvie TV

Pékin a eu recours à un bracelet électronique dans les collèges de plus d'un tiers de ses districts. Si la température dépasse 37,2°C, l’élève est envoyé en urgence au centre médical du collège... Une fois l’alerte lancée via Bluetooth vers une application mobile dont disposait l’enseignant, la commission éducative est saisie et un dépistage est organisé. En France, dans le département de la Sarthe, on n’avait jamais vu de bracelets sur des collégiens, mais au prétexte de lutter contre la sédentarité tout autant que de promouvoir l’activité physique quotidienne et éduquer aux bases de la nutrition, le département de la Sarthe, le recteur académique, le directeur diocésain et la CPAM se sont tous mis à l’heure de la Chine en mimant ces bracelets. Sept collèges et 7000 collégiens participent à des tests de bracelets électroniques où une fois enfilé au poignet il ne les quittera pas durant les quatre années que durera leur scolarité dans l’établissement ! À la rentrée, tous les élèves de 6e des 75 collèges de la Sarthe recevront ce dispositif, Le bracelet mesure le nombre de pas qu’ils réalisent durant la journée, mais également leur rythme cardiaque et encore leur température pour les inciter à faire plus d’activité physique. Les nouvelles technologies s’immiscent dans nos vies dès le plus jeune âge, à un rythme soutenu et dans une banalité confondante.

 

Note de TAL : Nous avançons à vive allure vers le transhumanisme : tous fichés, tous pucés (‘avec les injections ) tous contrôlés, tous esclaves ! Il faut inciter les parents à refuser ces bracelets dont je suis quasiment certain qu’ils n’ont aucune base légale, vérifiez avec votre avocat !

 

Rencontrez Nainoa Thompson, le navigateur hawaïen qui préserve l'art ancien de l'orientation océanique

heepochtimes.com/meet-nainoa-thompson-the-hawaiian-navigator-whos-preserving-the-ancient-art-of-ocean-wayfinding_4633191.html?utm_source=Bright&utm_campaign=bright-2022-08-12&utm_medium=email&est=mIxbFWcUczxLyZXRagtx7q%2FsY3tS%2BHRn5jfBIAwljeULRtuxk1Xo%2FVztSe%2B8i8vI7Q%3D%3D

Étudiante de l'ancien art polynésien de l'orientation, Nainoa Thompson démontre que la navigation transpacifique avec juste le ciel et la mer comme guides est possible et peut rassembler les gens

 

Les effets délétères associés au virus SARS-CoV-2 ou induits par les vaccins: Jean-Marc Sabatier

Francesoir.fr/societe-sante/jean-marc-sabatier-

EXTRAIT :

À l’heure d’internet, des e-mails, des réseaux sociaux, on a pourtant l’impression que certaines informations essentielles ne se transmettent pas ? Comment expliquez-vous cela ? Y a-t-il une volonté de ne pas promouvoir certaines explications scientifiques ?

Je pense effectivement qu’il existe un véritable clivage entre les personnes très favorables à la vaccination, et ceux - nommés complotistes - qui estiment que la balance bénéfices/risques de cette vaccination (et des rappels associés) est défavorable. Ceci est entretenu par la doxa ambiante sur la nécessité d’une vaccination obligatoire et à outrance des populations, indépendamment de l’âge et des facteurs de risques des vaccinés. Il y a une volonté, qui est incompréhensible au niveau sanitaire, de poursuivre une vaccination avec des vaccins qui n’ont pas d’efficacité sur l’infection et la transmission des variants actuels du SARS-CoV-2, et dont la dangerosité à plus ou moins long terme est évidente.

La volonté féroce de censure dans les médias, des études et informations scientifiques pertinentes démontrant les dangers de ces vaccins (protéine Spike, nanoparticules lipidiques, et autres) m’apparaît malsaine, voire diabolique, à ce stade. Il apparait aussi que les traitements potentiels ne sont pas valorisés comme ils devraient l’être (vitamine D, etc.). Selon le Dr Offit (un expert en vaccins de la FDA), nous assistons à une "booster mania" orchestrée par les laboratoires qui se comportent comme des agences de santé publique". Selon cet expert : "Nous ne faisons pas les choses comme nous le faisons normalement, c'est-à-dire que la science précède la recommandation. Ici, c'est l'inverse".

On a parfois l’impression que certains médecins se contentent d’écouter les directives des différentes agences de santé (HAS, ARS) et les recommandations du gouvernement. Y a-t-il un problème de diffusion de la connaissance scientifique ?

En effet, à mon avis, une majorité de médecins semble suivre aveuglément les recommandations des autorités de santé. Ces autorités sanitaires semblent également suivre aveuglément les consignes de l’État français, et les considérations politiques semblent prévaloir sur les aspects purement sanitaires. Ceci est regrettable et préjudiciable pour la santé des Français. À ce jour, il y a clairement un problème de diffusion de la connaissance scientifique lorsque celle-ci n’est pas en faveur d’une vaccination contre le SARS-CoV-2. Il est notable que certains pays s’opposent maintenant à la dictature sanitaire de la vaccination obligatoire.

 

Vaccinolâtres et ukrainolâtres, la même technique de désinformation totalitaire

Pierre-Antoine Pontoizeau, pour FranceSoir

https://www.francesoir.fr/opinions-tribunes/vaccinolatres-et-ukrainolatres-la-meme-technique-de-desinformation-totalitaire

extraits

TRIBUNE - La désinformation a été au centre de la propagande en faveur de la « vaccination » Pfizer. Les faits resteront très têtus, mais le rapport remis à la FDA en date du 17 septembre 2021 démontrait à lui seul que ce produit avait une durée de protection limitée à quelques semaines. À la même époque, la situation en Israël apportait des preuves indubitables que la protection était éphémère. Or, beaucoup ont été manipulés par une désinformation qui a fonctionné selon deux principes très simples : affirmer sans preuve, mais affirmer toujours, et insulter tous les auteurs d’une information concrète exposant des faits contraires à la doxa.

Le scénario de la désinformation : le bon, le méchant et la solution

Il en est de même aujourd’hui concernant le soutien à l’Ukraine. Dans le rôle de la maladie, on y retrouve les méchants Russes qui agressent et dans le rôle du vaccin, on retrouve l’Ukraine bienfaitrice et courageuse qui va se sauver et sauver l’Occident du mal russe, comme on prétendait nous sauver du mal chinois. Tout le monde aura noté que le récit est le même. Le méchant virus ou le méchant russe le sont pour l’éternité et il faut les éradiquer ; mais nous parlons maintenant d’un peuple dont chaque membre est à punir. Le glissement commence à être passablement dangereux. Le « vaccin » comme l’Ukraine sont présentés comme la seule solution, pas d’alternative médicale dans le premier cas, pas d’alternative diplomatique dans le second. Là où les choses sont encore plus étonnantes, c’est l’application du second principe : insulter ou disqualifier les auteurs d’un exposé des faits.

Par exemple, le droit d’inventaire a été interdit. Que Pfizer ait été condamné plus de trente fois en quinze ans pour plusieurs milliards de dollars par des juridictions américaines pour corruption, crimes, tromperies, etc. ou que l’Ukraine actuelle soit un des États les plus corrompus de la planète et dirigé par des oligarques mafieux est oublié ; alors que toutes ces informations sont sourcées, connues et incontestées, partagées par des chercheurs et des juristes dans le monde entier. Surprenante manière de congédier les faits.

.

La dérive nationaliste liberticide et violente

Mais l’ukrainisation est défendue par les nationalistes qui veulent aller plus loin et promouvoir un État ethnique et linguistique homogène au risque d’exclure toutes les autres minorités. L’argument serait que l’Ukraine en cours de création de son identité nationale a besoin de défendre sa langue nationale.

La loi revient à obliger les minorités dont les russophones à abandonner leur langue, sauf dans un usage familial, en apprenant l’ukrainien. Le nationalisme fait fi de la Charte européenne et de la tradition léniniste pragmatique sur ces questions.

Un projet d’essence néo-nazi car ethnique et linguistique

En conclusion, cette loi viole sans contestation possible, les droits de l’homme et la Charte européenne. Le projet nationaliste est donc plus qu’un projet d’unité linguistique ; c’est un projet intentionnellement ethnique parce que le nationalisme ukrainien a posé le principe d’une nation, d’une ethnie et d’une langue en excluant toutes les autres populations « impures ».  

Comment l’Occident peut-il condamner des populations défendant leur droit à pratiquer leur langue maternelle, au seul motif qu’il s’agit du russe ? Si ce n’est à considérer que le russe fait exception. Il sera intéressant de voir comment nous réagirons lorsque des réfugiés demanderont de revenir chez eux dans les oblasts russophones. Validerons-nous la déportation des populations entreprises par le régime de Kiev en interdisant à ces populations de revenir chez elle et d’adopter la nationalité qui s’ensuit ?

Le lecteur aura noté que la désinformation continue. Comme pour les effets indésirables des « vaccins », les effets indésirables des politiques de sanction contre le méchant russe sont éludés. Et comme pour les privations de liberté des politiques sanitaires, il faudra accepter les privations d’autres libertés au nom d’une politique anti-russe. Et le plus grave, nous avons balayé les piliers de nos sociétés libres : la dignité de la personne humaine et le droit imprescriptible de refuser des thérapeutiques. Nous balayons aujourd’hui d’autres piliers, ceux des libertés fondamentales en matière de langues et de cultures. Le plus étonnant, l’ensemble de ces piliers furent piétinés par les nazis et nous recommençons. Nos gouvernants sont très inquiétants.

Essayiste, chercheur et fondateur de l'Institut de Recherches de Philosophie Contemporaine, Pierre-Antoine Pontoizeau a notamment publié des ouvrages sur la théorie de la communication, la théorie des organisations, la théorie du langage politique et la philosophie des mathématiques.

 

Il semble pour tout le monde que le virus avait brûlé à Milan sans que personne ne s'en aperçoive, et lorsque les Tomas Pueyos du monde sont descendus sur nous avec leurs tests de masse et leurs verrouillages, ils étaient quelques mois trop tard. Les points chauds qu'ils ont trouvés étaient au mieux des sites d'infection secondaires.

Au moment où les pandémiques ont commencé à fouiller dans leur sac à malice, le virus circulait depuis des mois sans que personne ne s'en aperçoive. C'est l'un des faits les plus cruciaux et les plus ignorés de toute la pandémieCes premiers patients ont été hospitalisés à des taux très élevés et - conformément aux conseils chinois - soumis à une ventilation mécanique agressive, qui en a tué un grand nombre. Maestri, patient 1, était un marathonien récréatif de 38 ans, et il aurait probablement eu beaucoup moins de problèmes avec le SRAS-2 s'il n'avait pas commis la grave erreur d'être testé positif. Hélas, il a failli mourir après avoir passé des semaines sous respirateur .

Ce sont au moins quelques-unes des raisons pour lesquelles nos médias et nos responsables de la santé publique cherchent désespérément à oublier ces premiers jours. En mars 2020, les infections réelles étaient déjà en baisse. L'augmentation apparente du nombre d'infections était une illusion causée par l'introduction de programmes de tests de masse. Le confinement de masse a tout aggravé.

Un excellent documentaire qui dit toute la vérité sur les mensonges du covid.

 

LA MEDECINE CORROMPUE

Dr Joseph MERCOLA

heepochtimes.com/how-the-global-takeover-mirrors-the-hijacking-of-medicine_4663604.html?utm_source=Health&utm_campaign=health-2022-08-15&utm_medium=email&est=rc13IQkPtYL%2F%2FIbeR7wTuuASRn0RzRTlbrZMJ28X6KpqNk4ZQ5cHLQ6o9kRw9edC0g%3D%3D

EXTRAIT :

Google est un acteur majeur de ce projet d'ingénierie sociale ; 93% des recherches en ligne dans le monde entier sont effectuées via Google. Mais cela n'inclut pas les dizaines d'autres moteurs de recherche qui utilisent l'interface de programmation d'application (API) de Google pour accéder aux résultats, ce qui signifie que ce nombre est probablement au nord de 95 à 96 %. En effet, un rapport de 2022 a montré que 94 % de toutes les recherches sur mobile et tablette utilisent Google. 3

Ce chiffre est plus que choquant. Pratiquement tous ceux qui utilisent Internet comptent sur le moteur de recherche de Google. Veuillez comprendre que toutes les informations sur les sites censurés existent toujours mais si vous n'avez pas d'index ou de clé pour les localiser, c'est comme si elles n'avaient jamais existé. Google a très intelligemment mis en œuvre en silence la version du XXIe siècle de l'incendie de la Bibliothèque d'Alexandrie.

Jusqu'en 2016, il était relativement facile de trouver des informations en ligne. Très peu a été censuré. Mais, au fil du temps, et surtout au cours des six dernières années environ, Google a commencé à peaufiner les algorithmes pour supprimer certains types d'informations qui sont en concurrence avec Big Pharma, Big Food et d'autres intérêts mondialistes.

Aujourd'hui, cette restriction de l'information a atteint son apogée. Il peut être très difficile d'accéder à certains types d'informations, et parfois vous devez contourner les étiquettes vous avertissant que vous êtes sur le point de lire quelque chose qui a été "démystifié" et qui pourrait vous nuire s'il est suivi, et les messages de redirection vous indiquant où aller et quoi lire à la place.

 

Note de TAL : excellent article sur l’histoire de la médecine prise en otage par Rockfeller et Big Pharma, sous le couvert de « Faites confiance en la Science »

 

Un livre à lire absolument demande : pourquoi, après 7 décennies, n'avons-nous pas des vaccins éprouvés offrant plus d'avantages que de risques ?

site childrenhealthdefence

extraits

En 2019, un livre remarquable , « Turtles All The Way Down : Vaccine Science and Myth », a été publié en Israël. Le livre, écrit à l'origine en hébreu, est un examen complet des preuves qui sous-tendent l'affirmation selon laquelle les vaccins sont sûrs et efficaces.

Bien qu'il ait pu facilement être perdu dans l'obscurité, le livre a été acclamé lorsque le principal journal médical en Israël, Harefuah ("Médecine"), lui a donné une critique positive.

Écrivant dans le numéro de septembre 2019 de Harefuah, deux criminologues universitaires chevronnés, Nati Ronel et Eti Elisha, « ont trouvé le livre bien écrit, sérieux, scientifique et important » offrant « une vision complète de la question ».

« Turtles All The Way Down : Vaccine Science and Myth » est devenu le premier livre critique sur les vaccins à avoir jamais reçu une critique positive d'une revue médicale grand public.

Les critiques de Ronel et Elisha sont venues rapidement de l'establishment médical, mais comme Mary Holland , éditrice du livre et présidente et avocate générale de Children's Health Defence , le déclare dans l'avant-propos du livre :

"Leur évaluation du livre est toujours valable aujourd'hui, indemne : dans les trois années qui ont suivi sa publication (en hébreu), aucun professionnel de la médecine ou des sciences médicales n'a réussi à réfuter les affirmations du livre."

La raison pour laquelle les informations fournies dans le livre n'ont pas encore été réfutées est simple. Les plus de 1 200 citations du livre ne font référence qu'aux revues scientifiques grand public et aux agences de santé telles que les Centers for Disease Control and Prevention (CDC), la Food and Drug Administration (FDA) des États-Unis et l'Organisation mondiale de la santé.

Une attaque contre le livre est finalement une attaque contre l'établissement médical lui-même.

Lorsque le CDC a annoncé que la formulation de Pfizer respectait et dépassait les exigences minimales d'efficacité pour l'autorisation d'utilisation d'urgence, j'ai vu notre pays pousser un soupir de soulagement.

J'ai également vu des collègues planifier joyeusement leurs visites dans des cliniques de vaccination pour recevoir ce cadeau de la médecine moderne.

Aucun de mes collègues n'était intéressé par les résultats de l'essai. Ils n'étaient pas non plus assez curieux pour savoir pourquoi nos autorités sanitaires étaient si confiantes dans leur évaluation.

Lorsque les résultats de l'essai multicentrique de Pfizer sur son vaccin à ARNm BNT162b2 ont été publiés dans le New England Journal of Medicine (NEJM), il était évident qu'il y avait plus de questions que de réponses, du moins pour les plus avertis d'entre nous.

Selon le NEJM, oui, les données de l'essai ont indiqué que le « vaccin » avait une efficacité calculée de 90 % dans la prévention des maladies graves - mais ce n'était que pour quelques semaines et seulement s'il était mesuré à partir du point d'efficacité maximale (deux semaines après la deuxième dose).

De plus, seuls 10 participants sur environ 40 000 ont contracté un COVID-19 sévère (dont neuf ont reçu le placebo). Cela signifiait qu'environ 2 500 personnes devaient être vaccinées pour prévenir un seul cas de COVID-19 grave.

Six bénéficiaires sur 1 000 ont été considérés comme ayant eu une réaction qui constituait une menace imminente pour leur vie ou leur membre, nécessitant une hospitalisation ou une intervention chirurgicale et/ou s'étant retrouvé avec une invalidité permanente.

Pourquoi le public accepterait-il un traitement qui entraînerait 15 événements indésirables graves pour chaque cas de COVID-19 grave évité ?

Et qu'en est-il de tous les retraits suspects des essais ? Pourquoi 5 fois plus de vaccinés ont-ils été retirés de l'essai dans les sept jours suivant l'obtention de la deuxième dose par rapport à ceux qui ont reçu le placebo ?

Qu'est-il arrivé à ces 311 volontaires et pourquoi ont-ils été exclus de l'essai peu après avoir reçu la deuxième dose ( VRBPAC Memorandum, Tableau 2 ) ?

Pourquoi diable personne n'a-t-il posé de questions ? ?

L'explication est enracinée dans des croyances incontestées profondément ancrées dans notre société concernant la médecine occidentale et son bilan apparemment gagnant contre les maladies qui ont historiquement fait des ravages dévastateurs sur notre espèce.

Les vaccins COVID-19 étaient présumés être un énorme succès car les vaccins ont été considérés par beaucoup comme la meilleure contribution de la médecine moderne à l'humanité. Les vaccins ont une mystique puissante. Ils ne guérissent pas la maladie, ils la préviennent. Ils nous gardent en bonne santé !

Interroger les vaccins COVID-19 revenait à interroger tous les vaccins. Ce n'était pas seulement considéré comme non scientifique, c'était considéré comme antipatriotique. Ce n'était pas seulement impopulaire, c'était hérétique. C'était une attaque contre le sauveur séculier de l'humanité.

"Turtles All The Way Down" aborde le problème de la seule manière possible : depuis le début.

L'expression "Les tortues tout en bas" est la réplique d'une anecdote souvent racontée dans la communauté scientifique.

Selon l'histoire, une femme âgée, après avoir patiemment écouté la conférence d'un astronome sur la Terre et sa place dans le système solaire, le confronte pour lui faire savoir qu'elle n'est pas d'accord avec sa "théorie" car une meilleure existe.

Lorsqu'on lui a demandé d'expliquer, elle déclare que la Terre est en fait tenue sur les épaules de quatre très grands éléphants qui se tiennent sur la carapace d'une tortue encore plus grande.

Lorsque l'astronome perplexe demande : "Mais sur quoi se tient la tortue ?" la femme répond avec assurance : « Sur une tortue encore plus grosse ! Vous voyez, ce sont des tortues tout le long !"

L'histoire montre comment un mythe peut remplacer la preuve si nous abandonnons la logique et que notre niveau d'enquête reste superficiel.

L'anecdote des « tortues » est également un commentaire sur la teneur générale de la discussion entre profanes et scientifiques, dans laquelle le professionnel rationnel est toujours capable de découvrir habilement le raisonnement défectueux derrière les idées insensées des « non-scientifiques » en posant la question la plus fondamentale des questions.

Mais que se passe-t-il lorsque nous renversons les rôles et exigeons des réponses aux questions les plus élémentaires sur la science des vaccins ? Comment nos agences de santé publique savent-elles que tous les vaccins sont sûrs et efficaces ?

L'ensemble du récit « sûr et efficace » pourrait-il n'être rien de plus qu'une série de mythes interdépendants qui reposent finalement sur de l'air et non sur des preuves complètes et reproductibles ?

Le livre réussit là où d'autres n'ont pas réussi

Oui. Vous devrez vous faire votre propre opinion. En cette période où les informations apparaissent à un rythme vertigineux et où les accusations de désinformation éclatent tout aussi fréquemment, nous devrons éventuellement faire face à la réalité que tôt ou tard, nous devrons compter sur notre propre intelligence pour donner un sens à ce qui se passe correctement. à présent.

Je crois que les auteurs de "Turtles All The Way Down" sont conscients de la situation difficile dans laquelle se trouve le public. C'est l'une des raisons pour lesquelles le livre est si puissant. Très peu de connaissances préalables sont attendues du lecteur. Cela rend le matériel approprié pour les profanes et les professionnels de la santé.

Les auteurs ont également pu donner au livre un large attrait en le rendant compréhensible pour le lecteur occasionnel, mais en incluant plus de 1 200 références provenant de sources fiables, il ne peut être rejeté comme une version trop simplifiée des « faits » par ceux qui souhaitent obtenir au fond des choses.

Un examen honnête du livre à ce stade devrait ouvrir la plupart des lecteurs avertis à la possibilité que le récit du vaccin puisse en fait être davantage ancré dans le mythe que dans la science.

Comment pouvons-nous savoir que les vaccins pour enfants sont sûrs si aucun n'a été testé contre un vrai placebo ?

Comment savons-nous que les « tactiques alarmistes » utilisées par les « anti-vaccins » ne sont pas des histoires exactes de vies auparavant en bonne santé qui ont été dévastées par les vaccins ? Comment savons-nous que les événements indésirables sont extrêmement rares si le CDC admet que nos systèmes de notification n'en capturent qu'une fraction ?

Pourquoi tant d'enfants souffrent-ils de maladies chroniques aujourd'hui ? 

Pourquoi nos agences de santé publique, qui sont fortement financées par l'argent des contribuables et les sociétés pharmaceutiques multinationales à but lucratif, ne mènent-elles pas des études appropriées à l'échelle appropriée pour comparer la santé globale des enfants vaccinés à ceux des enfants non vaccinés afin de résoudre toute cette question une fois et pour tous?

La plus grosse tortue

Mais aucune critique diligente de la science des vaccins ne peut contourner le sujet de la poliomyélite, l'enfant phare du mouvement vaccinal moderne.

Les auteurs ne reculent pas devant ce défi, consacrant un quart de leur livre à cette question polarisante. Les auteurs posent des questions très simples, comme "Pourquoi l'incidence de la poliomyélite était-elle déjà en déclin avant l'utilisation généralisée du vaccin Salk dans le monde occidental ?" et "Pourquoi l'incidence de la paralysie de type poliomyélitique a-t-elle triplé dans les pays du tiers monde, coïncidant avec les campagnes intensives de vaccination de l'Organisation mondiale de la santé là-bas ?"

Ces questions en amènent d'autres qui en amènent d'autres encore. À moins que ces questions ne trouvent une réponse, nous devons nous demander ce qui retient cette dernière tortue – le cas échéant.

Turtles All The Way Down: Vaccine Science and Myth " n'est pas un manifeste anti-vaccin. Les auteurs n'ont pas présenté de preuves que chaque vaccin est sans équivoque délétère.

Au lieu de cela, ils démontrent très efficacement qu'il n'y a aucune preuve prouvant qu'un vaccin est sûr

 

Covid : Révélation explosive sur la vaccination Covid, “tout a été planifié pendant 20 ans dans la maison de Bill Gates”, selon deux enquêteurs.

Révélation explosive sur la vaccination Covid, “tout a été planifié pendant 20 ans dans la maison de Bill Gates”, selon deux enquêteurs.

Publié le 17.8.2022 par The Epoch Times


Dans une interview accordée au média The Epoch Times et publiée ce 19 juin, deux enquêteurs américains, Peter McCullogh et John Leake, révèlent (dans un livre qui vient de paraître) que la vaccination, considérée par les dirigeants du monde comme la seule solution pour éradiquer le Covid, a été planifiée bien avant l’arrivée de la pandémie par des fondations internationales qui ont travaillé avec Bill Gates

Une révélation explosive sur la vaccination. Alors que les cas de Covid commencent à grimper et que les autorités sanitaires annoncent le retour de la vaccination pour éviter une vague plus virulente que celles connues dans les mois précédents, deux chercheurs américains révèlent que la vaccination a été planifiée de longue date pour être l’unique réponse au Covid alors que d’autres remèdes alternatifs sont bien disponibles.

Ces auteurs dont il est question ne sont autres que Dr Peter McCullogh, cardiologue et John Leake, écrivain. Dans une interview accordée au média The Epoch Times, les deux auteurs du livre “The Courage to Face COVID-19: Preventing Hospitalization and Death While Battling the Bio-Pharmaceutical Complex” font une révélation de taille et mouillent Bill Gates.

“Tout a été complètement annoncé depuis le début. En 2010, Gates a déclaré que ce serait la décennie des vaccins. Plus tard, il a signalé lors d’une réunion que le retour sur investissement des vaccins avait été d’au moins 20 pour 1. Il est clair que le système se frotte les mains avec les vaccins”, explique Dr McCullogh.

Le cardiologue américain fait référence à un twitte posté précisément le 29 janvier 2010 par Bill Gates et qui a été retrouvé par Lecourrier-du-soir.com. Dans le twitte en question, Gates déclarait que la prochaine décennie sera une décennie de vaccins. “Une décennie de vaccins – un engagement de 10 milliards de dollars sur 10 ans pour la recherche, le développement et la fourniture de vaccins”, écrit le milliardaire américain.

Decade of Vaccines- a $10B, 10yr pledge for vaccine research, development & delivery http://bit.ly/cAAXEM - announced today w/Melinda at WEF

— Bill Gates (@BillGates) January 29, 2010

Et ce n’est pas la seule réaction de Gates qui attire l’attention des plus curieux. En effet, d’après le média The Epoch Times, en 2019, soit un an avant le Covid, le milliardaire américain vantait les profits tirés des vaccins dans une interview accordée à la chaîne américaine CNBC. “Nous avons le sentiment qu’il y a eu un retour de plus de 20 pour 1”, disait-il.

Pour John Leake, co-auteur du livre, tout a été planifié. “Pourquoi les vaccins Covid, qui ont été développés à la hâte, ont été présentés comme sûrs et promus comme unique solution à la pandémie tandis que des traitements alternatifs efficaces et non autorisés ont été diabolisés ?”, s’interroge-t-il. Et d’ajouter : “ce que nous avons découvert durant nos recherches et ce que nous exposons dans notre livre, c’est que tout cela a été planifié bien à l’avance (…) Ils ont en fait tenu une réunion dans la grande maison de Bill Gates, près de Seattle, en 2000. Pendant 20 ans, ils ont travaillé ensemble”.

Contactée par The Epoch Times, la fondation Bill and Melinda Gates n’a pas encore répondu.

 

USA : Un quart des 400 guerres américaines se sont déroulées au Moyen-Orient et en Afrique selon une étude.

 

 

 


Un quart des 400 guerres américaines se sont déroulées au Moyen-Orient et en Afrique selon une étude.

Pour les auteures de cette étude, la fin de la guerre froide a libéré les ambitions militaires mondiales des États-Unis et les régions Moyen-Orient, Afrique du Nord et Sahel sont de plus en plus visées

extraits

L’Institut international de recherche sur la paix de Stockholm estime le coût de l’armée américaine à plus de 800 milliards de dollars par an, soit près de 40 % des dépenses militaires mondiales (AFP)

Une nouvelle étude majeure conclut que les interventions militaires américaines ciblent « de plus en plus » le Moyen-Orient et l’Afrique, représentant près d’un quart des campagnes du pays à travers son histoire.

D’après le document, c’est la fin de la guerre froide qui a libéré les ambitions mondiales de l’armée américaine. Même alors que les rivaux des Américains réduisaient leurs interventions militaires, Washington « a commencé son escalade des hostilités », engendrant un « fossé croissant entre les actions militaires américaines [et celles de] ses opposants ».

« Les États-Unis continuent à financer en priorité leur département de la Défense, tout en limitant le financement et le rôle de leur département d’État [ministère des Affaires étrangères] », déclare Monica Duffy Toft, ajoutant qu’« actuellement, les forces spéciales des États-Unis sont déployées dans plus de pays que leurs ambassadeurs ».

Actuellement se déroule la 10e conférence de Moscou pour la sécurité internationale. Le président russe, Vladimir Poutine, y a prononcé un discours au cours duquel il a dressé un grand tableau du dynamisme international à l’origine de la guerre en Ukraine et ailleurs :

lesakerfrancophone.fr/une-exposition-multipolaire-montre-lepave-unipolaire

La situation dans le monde évolue de manière dynamique et les contours d’un ordre mondial multipolaire se dessinent. Un nombre croissant de pays et de peuples choisissent la voie d’un développement libre et souverain fondé sur leur identité, leurs traditions et leurs valeurs propres.

 Les élites occidentales globalistes s’opposent à ces processus objectifs, provoquant le chaos, attisant les conflits, anciens et nouveaux, et poursuivant une politique dite d’endiguement, qui revient en fait à subvertir toute option de développement alternatif et souverain. Ainsi, elles font tout ce qu’elles peuvent pour conserver l’hégémonie et le pouvoir qui leur échappent ; elles tentent de maintenir les pays et les peuples sous l’emprise de ce qui est essentiellement un ordre néocolonial. Leur hégémonie signifie la stagnation pour le reste du monde et pour toute la civilisation ; elle signifie l’obscurantisme, l’annulation de la culture et le totalitarisme néolibéral.

 Ils utilisent tous les expédients. Les États-Unis et leurs vassaux s’ingèrent grossièrement dans les affaires intérieures d’États souverains en organisant des provocations, des coups d’État ou des guerres civiles. Par des menaces, du chantage et des pressions, ils tentent de forcer des États indépendants à se soumettre à leur volonté et à suivre des règles qui leur sont étrangères. Et ce, dans un seul but : préserver leur domination, le modèle séculaire qui leur permet de tout absorber dans le monde. Mais un tel modèle ne peut être conservé que par la force. …

 Ils ont besoin de conflits pour conserver leur hégémonie. C’est pour cette raison qu’ils ont destiné le peuple ukrainien à être utilisé comme chair à canon. …

 Il est évident qu’il n’est possible de réduire les tensions dans le monde, de surmonter les menaces et les risques militaro-politiques, d’améliorer la confiance entre les pays et d’assurer leur développement durable que par le renforcement radical d’un monde multipolaire contemporain.

 Je répète que l’ère du monde unipolaire est en train de devenir une chose du passé. Quelle que soit la force avec laquelle les bénéficiaires du modèle globaliste actuel s’accrochent à cet état de fait familier, il est condamné. Les changements géopolitiques historiques vont dans une direction totalement différente.

 

PfizerGate : les rapports officiels du gouvernement prouvent que des centaines de milliers de personnes meurent chaque semaine à cause de la vaccination contre le Covid-19

Prepareforchange.net/2022/08/16/pfizergate-official-government-reports-prove-hundreds-of-thousands-of-people-are-dying-every-single-week-due-to-covid-19-vaccination/?utm_source=rss&utm_medium=rss&utm_campaign=pfizergate-official-government-reports-prove-hundreds-of-thousands-of-people-are-dying-every-single-week-due-to-covid-19-vaccination

extraits

On vous a demandé de rester à la maison pour protéger le système de santé. Mais pendant que vous le faisiez, les hôpitaux avaient essentiellement des vacances, et cela est étayé par des données officielles. On vous a dit que la réponse aux prières de tout le monde était de recevoir l'injection de Covid-19. Mais maintenant que vous l'avez fait, le système de santé est au bord de l'effondrement.

Les temps d'attente pour les ambulances sont à un niveau record. Le nombre d'appels d'urgence dus à des personnes souffrant d'un arrêt cardiaque est à un niveau record. Le nombre de personnes qui meurent est à un niveau record, avec des centaines de milliers de décès supplémentaires dans le monde chaque semaine.

Et les rapports officiels du gouvernement prouvent sans l'ombre d'un doute que tout cela est dû aux vaccins Covid-19.

 



Pièce A : Le système de santé est débordé

Les ambulances en Angleterre mettent près d'une heure pour atteindre les patients suspectés d'avoir subi un accident vasculaire cérébral ou une crise cardiaque, soit plus de trois fois l'attente maximale de 18 minutes, selon les  dernières données du NHS  . Lorsque les gens appellent le 999, ils ne peuvent plus être sûrs qu'ils obtiendront les soins d'urgence dont ils ont besLa source

Le nombre quotidien d'appels est bien supérieur à la moyenne depuis au moins août 2021.Le tableau suivant montre le total global des appels par année pour tout le monde et les 0 à 29 ans Le tableau suivant montre le nombre moyen mensuel d'appels d'ambulance pour des conditions liées au cœur par année -

La question est, pourquoi?

Pièce B : La vaccination contre le Covid-19 peut endommager le cœur, c'est un FAIT

Regardons le fait qu'il est maintenant connu sans aucun doute que la vaccination Covid-19 peut causer de graves dommages au cœur. La myocardite et la péricardite ne sont que deux des rares événements indésirables que les régulateurs des médicaments ont été contraints d'admettre pouvant survenir en raison de la vaccination contre le Covid-19.

Ils prétendent que c'est rare, mais ils mentent. Le fait qu'on leur ait forcé la main en admettant qu'ils peuvent se produire signifie qu'ils sont beaucoup plus courants que la personne moyenne dans la rue ne voudrait le penser.

Une  étude discrètement publiée  menée par les Centers for Disease Control et la Food and Drug Administration des États-Unis a en fait révélé que le  risque de myocardite après la vaccination par ARNm COVID est environ 133 fois plus élevé que le risque de fond  dans la population.

La source

Cela signifie que la vaccination contre Covid augmente le risque de souffrir de myocardite de 13 200 %, ce qui est choquant.

La myocardite est une affection qui provoque une inflammation du muscle cardiaque et réduit la capacité du cœur à pomper le sang et peut provoquer des rythmes cardiaques rapides ou anormaux.

Finalement, la myocardite affaiblit le cœur de sorte que le reste du corps ne reçoit pas assez de sang. Des caillots peuvent alors se former dans le cœur, entraînant un accident vasculaire cérébral ou une crise cardiaque. D'autres complications de la maladie comprennent la mort cardiaque subite.

Il n'y a pas de version bénigne de la myocardite, elle est extrêmement grave car le muscle cardiaque est incapable de se régénérer. Par conséquent, une fois que le mal est fait, il n'y a pas de rembobinage de l'horloge.

Le tableau suivant montre les rapports de myocardite au système de notification des événements indésirables des vaccins des Centers for Disease Control des États-Unis   par année -

La source

Faut-il s'étonner que le nombre d'appels d'ambulance en Angleterre liés à des affections cardiaques soit à un niveau record ?

Pièce C : Des centaines de milliers de décès excessifs sont enregistrés chaque semaine

L'Office for National Statistics (ONS) publie des chiffres hebdomadaires sur les décès enregistrés en Angleterre et au Pays de Galles. Les  données les plus récentes  montrent les décès jusqu'au 29 juillet 2022.

La majeure partie de l'Europe enregistre également une quantité importante de décès excédentaires, comme le montre le  graphique officiel suivant compilé par Eurostat  montrant la surmortalité à travers l'Europe en mai 2022 -

Le monde connaît un problème extrêmement grave où des dizaines à des centaines de milliers de personnes meurent de plus que prévu chaque semaine.

Mais comment prouver que ces décès sont définitivement dus à la vaccination contre le Covid-19 ? La réponse réside dans la comparaison des taux de mortalité standardisés selon l'âge pour 100 000 parmi les vaccinés et les non vaccinés.

Pièce D : Les taux de mortalité sont les plus bas parmi les non vaccinés dans tous les groupes d'âge

Ce qui suit est une preuve incontestable que les vaccins Covid-19 sont mortels et tuent des milliers de personnes.

Les graphiques suivants montrent les taux de mortalité mensuels normalisés selon l'âge par statut vaccinal parmi chaque groupe d'âge pour les décès non liés au Covid-19 en Angleterre entre janvier et mai 2022, les chiffres peuvent être trouvés dans le tableau 2 d' un ensemble de données récemment publié et  rassemblé par le Royaume-Uni Agence gouvernementale, l'  Office for National Statistics  -

Au cours de chaque mois depuis le début de 2022, les 18 à 39 ans partiellement vaccinés et doublement vaccinés ont été plus susceptibles de mourir que les 18 à 39 ans non vaccinés. Les 18 à 39 ans triplement vaccinés ont cependant eu un taux de mortalité qui s'est aggravé d'un mois à l'autre après la campagne massive de rappel qui a eu lieu au Royaume-Uni en décembre 2021.

 

Ce sont des chiffres standardisés selon l'âge. Il n'y a pas d'autre conclusion que l'on puisse trouver pour le fait que les taux de mortalité pour 100 000 sont les plus bas parmi les non vaccinés autre que le fait que les injections de Covid-19 tuent des gens.

Mais juste au cas où cela ne suffirait pas pour enfin ouvrir les yeux sur son fait dévastateur, voici plusieurs autres éléments de preuve indiscutables pour étayer ce fait.

Pièce E : 1 personne vaccinée sur 246 est décédée dans les 60 jours suivant la vaccination contre le Covid-19

Le gouvernement britannique a révélé qu'une personne sur 246 vaccinée contre le Covid-19 en Angleterre est décédée dans les 60 jours suivant la réception d'une dose du vaccin Covid-19.

 

Entre le 1er janvier 21 et le 31 mai 2022, un total de 14 103 personnes sont décédées avec Covid-19 dans les 60 jours suivant la vaccination, et un total de 166 556 personnes sont décédées de toute autre cause dans les 60 jours suivant la vaccination.

Cela signifie qu'au total, 180 659 personnes sont décédées dans les 60 jours suivant la vaccination contre le Covid-19 entre janvier 2021 et mai 2022 en Angleterre.

Selon l'UKHA, 44,48 millions de personnes ont reçu une seule dose, 41,8 millions de personnes ont reçu deux doses et 32,9 millions de personnes ont reçu trois doses au 3 juillet 2022.

Par conséquent, en utilisant des calculs simples, nous constatons qu'une personne vaccinée sur 246 est décédée dans les 60 jours suivant la vaccination contre le Covid-19 en Angleterre.

44 480 115 (personnes vaccinées) / 180 659 (décès) = 246 = 1 décès pour 246 personnes vaccinées

Pièce F : Les vaccins COVID-19 sont au moins 7 402 % plus mortels que tous les autres vaccins combinés

Le UK Medicine Regulator a confirmé que sur une période de dix-neuf mois, les vaccins Covid-19 ont causé au moins 5,5 fois plus de décès que tous les autres vaccins disponibles combinés au cours des 21 dernières années. Cela signifie que, comparées côte à côte, les injections de Covid-19 sont choquantes de 7 402 % plus mortelles que tous les autres vaccins disponibles au Royaum

Vingt ans et 8 mois, c'est une période 13,7 fois plus longue que la période de dix-neuf mois où les vaccins Covid-19 ont été déployés.

Par conséquent, le nombre de décès signalés pour tous les autres vaccins combinés au cours de la même période de dix-neuf mois équivaut à 29,5 décès.

Cela signifie que les injections de Covid-19 se révèlent choquantes de 7 402 % plus mortelles que tous les autres vaccins disponibles au Royaume-Uni.

Pièce G : Les décès d'athlètes sont 1700 % plus élevés que prévu depuis le déploiement du vaccin COVID

Le nombre d'athlètes décédés depuis le début de 2021 a augmenté de façon exponentielle par rapport au nombre annuel de décès d'athlètes officiellement enregistrés entre 1966 et 2004.

À tel point que le nombre moyen mensuel de décès entre janvier 2021 et avril 2022 est supérieur de 1 700 % à la moyenne mensuelle entre 1966 et 2004, et la tendance actuelle pour 2022 jusqu'à présent montre que cela pourrait passer à 4 120 % si l'augmentation du nombre de décès se poursuit, avec un nombre de décès rien qu'en mars 2022 3 fois supérieur à la moyenne annuelle précédente.

Selon une  étude scientifique  menée par la 'Division de cardiologie pédiatrique, Hôpital universitaire de Lausanne, Lausanne, Suisse et publiée en 2006, entre les années 1966 et 2004, il y a eu 1 101 morts subites chez les athlètes de moins de 35 ans.

Maintenant, grâce à l'  équipe de GoodSciencing.com  , nous avons une liste complète des athlètes qui se sont effondrés et/ou sont décédés depuis janvier 2021, un mois après que la première injection de Covid-19 a été administrée au grand public.

Parce qu'il s'agit d'une longue liste, nous ne l'incluons pas dans cet article afin que la liste complète soit accessible dans son intégralité  ici .

 

Au total, entre le 21 janvier et le 22 avril, un nombre total de 673 athlètes sont décédés. Ce nombre pourrait cependant être beaucoup plus élevé. C'est donc 428 de moins que le nombre de décès entre 1966 et 2004. La différence ici est que les 1 101 décès sont survenus sur 39 ans, alors que 673 décès récents sont survenus sur 16 mois.

Le nombre moyen annuel de décès entre 1966 et 2004 équivaut à 28. Janvier 2022 a vu 3 fois plus de décès d'athlètes que cette moyenne annuelle précédente, tout comme mars 2022. C'est donc évidemment très révélateur d'un problème.

Ainsi entre 1966 et 2004. le nombre moyen mensuel de décès équivaut à 2,35. Mais entre janvier 2021 et avril 2022, la moyenne mensuelle équivaut à 42. Cela représente une augmentation de 1 696 %.

Arguments de clôture : les données ne mentent pas

Il existe de nombreuses autres preuves pour prouver que les injections de Covid-19 tuent des centaines de milliers de personnes chaque semaine. Par exemple, le gouvernement britannique a confirmé que les jeunes adultes entièrement vaccinés sont 92 % plus susceptibles de mourir que les jeunes adultes non vaccinés (voir  ici ).

Ils ont également confirmé que les enfants vaccinés contre le COVID sont au moins 4 423 % plus susceptibles de mourir de quelque cause que ce soit et 13 633 % plus susceptibles de mourir du COVID-19 que les enfants non vaccinés (voir  ici ).

Mais la preuve la plus accablante de toutes réside dans 4 faits simples.

Fait n°1 : Les régulateurs des médicaments ont été contraints d'admettre que le vaccin Covid-19 peut endommager le cœur.

Fait n ° 2 : Un nombre record de personnes demandent une ambulance en raison de problèmes cardiaques.

Fait n°3 : Des centaines de milliers de décès en excès sont enregistrés chaque semaine dans le monde, mais seule une petite minorité peut être attribuée au Covid-19.

Fait n°4 : Les taux de mortalité normalisés selon l'âge sont les plus faibles parmi la population non vaccinée dans chaque groupe d'âge.

Ce ne sont pas des allégations sans fondement. Ce sont des statistiques officielles du gouvernement et elles se trouvent dans les rapports officiels du gouvernement.

Par conséquent, les rapports officiels du gouvernement prouvent sans l'ombre d'un doute que des centaines de milliers de personnes meurent chaque semaine à cause de la vaccination contre le Covid-19.

 

Source : https://expose-news.com

Note de TAL : Ce document est EXPLOSIF ! Qui peut, après l’avoir lu, continuer à dire que la vaccination a pour but de protéger les populations alors qu’il s’agit bel et bien d’un GENOCIDE PLANETAIRE menée par des psychopathes meurtriers ?

Faites circuler ces infos porteuses de vérités importantes pour tous !

 

Le couple mortel GRAPHENE/5G
par le Corona Committee de Fuellmich 

Michel DOGNA

Infos très importantes en vrac, à partir de l'intervention
du Dr Robert YOUNG

Saviez-vous que :

      • 5% des premières doses "anticovid " contenaient de l'oxyde de graphène,
      • 25% des deuxièmes doses "anticovid " contenaient de l'oxyde de graphène,
      • 50% des premiers boosters (3ème dose) contenaient de l'oxyde de graphène,
      • 75% des seconds boosters (4ème dose) contenaient de l'oxyde de graphène.

Ceci explique l'augmentation importante de décès dès la 3ème dose. Selon le Dr Young, nous en sommes en réalité à environ 1 million de morts aux USA.


Rappel : Jamais aucun virus COV n'a été isolé !!! Il n’y a eu que des modélisations informatiques. Les virus qui vivent naturellement dans le corps sont produits par des exosomes et ne sont pas contagieux. Ils n’attaquent le corps que s’ils sont perturbés par des expositions électromagnétiques spécifiques, ceci créant des maladies.


¤   Justement, seules les personnes qui avaient été vaccinées contre la grippe en 2018 et 2019 et qui ont été ensuite irradiées en 2020 par la 5G sont décédées. Ceci prouve que les vaccins "anti–grippe" contenaient déjà de l'oxyde de graphène. J’avais déjà signalé ce fait dans la News en août 2021, à partir de l’interview de l’analyste pour les industries pharmaceutiques, ex analyste médicale de Pfizer - Karen Kingston par Stew Peters – qui avait même relevé les facturations des ventes importantes du principal producteur d’oxyde de graphène nano aux fabricants de vaccins à cette époque (voir le lien).

¤   A savoir que la 5G calibrée à 4.8 GigaHz (milliards de Hertz) est maintenant utilisée sur des dispositifs mobiles en tant qu’arme à énergie dirigée sur des manifestants, émeutiers... etc. Le graphène permet de démultiplier l’intensité de cette fréquence dans le corps.

¤   A 41.3 GHtz, il y a un saut quantique qui entraine une perte totale de contrôle du corps.

¤   A 60 GHtz, c'est la mort subite par asphyxie, car l'oxygène n’est plus utilisable par le sang.

¤   La documentation secrète de Pfizer indique que le graphène transporte dans tout le corps les nanoparticules métalliques (plomb, cuivre, cobalt, aluminium...) en premier lieu, vers les organes reproducteurs, puis le cœur et le cerveau.


Nota : En 48 heures, 30 millions de particules de graphène occupent 100% du cerveau.

Et cerise sur le gâteau, grâce à la 5 G, les programmes Microsoft prennent la main sur tout ou partie du cerveau des sujets graphénés.
Ce n’est pas moi qui le dit, mais la Cour suprême des Etats Unis qui a statué que les vaccinés deviennent la propriété brevetée de Microsoft et perdent leur statut de citoyens.
Ils seront donc  traités comme de simples ordinateurs ambulants, soumis à des mises à jour périodiques (par des faux vaccins contre des grippes de laboratoires sans fin pour faire peur et motiver).

(source) Fuite de la Cour suprême (version originale : https://t.me/WW3INFO/9425) :                                                                        

LEAKED – The US Supreme Court ruled that vaccinated people around the world are products of the state, not humans. Due to the mRNA-DNA manipulation in the fatal blow. Once you have the vaccination, you are no longer human.
They become trans people owned by the organization that patents the genome.

On comprend mieux l’étanchéité de nombreux vaxxés volontaires à tous constats ou raisonnements extérieurs, même scientifiquement incontournables. Aussi voit-on encore de nombreux trivaxxés se ruer actuellement sur la liste des candidats au 4ème vaccin en dépits des divers effets qu’ils ont pu subir précédemment…
¤   Et puis, il ne faut pas oublier les chemtrails déversant entre autres multiples poisons, de l’oxyde de graphène nano qui s’incruste sur les cultures dont nous sommes consommateurs. Ceci revient à dire que injectés ou non, tout le monde est plus ou moins soumis à ce cadeau du ciel qui, celui-là, n’est pas béni…

Omerta médicale totale au bout de trois ans

      • Connaissez-vous des médecins qui vous parlent de l’oxyde de graphène ?
      • Connaissez-vous des médecins qui vous parlent du danger de la 5 G ?
      • Connaissez-vous des médecins qui vous parlent de la protéine spike ?
      • Connaissez-vous des médecins qui vous parlent de l’hydrogel Darpa ?
      • Connaissez-vous des médecins qui vous parlent du D-Dimer du sang ?
      • Connaissez–vous des médecins ne croyant pas aux vaccins ?
      • Connaissez–vous des médecins anti chimio ?
         
      • Soit ils sont enfermés dans leur formatage Big Pharma,
      • Soit ils savent, mais se protègent de l’Ordre gestapo et se taisent,
      • Soit ils choisissent délibérément la voie du profit maximum.

On est bien loin du serment d’Hippocrate !

Pour se protéger au mieux selon le Dr Young

Mis à part ce que j’ai indiqué dans mon protocole 6, le Dr Young avance la nécessité absolue de se maintenir un sang alcalin (pH idéal 7,4 - 7,45).


Pour cela, il préconise de prendre 5g de bicarbonate de soude (en pharmacie) dans un verre d'eau 3 fois/jour. En outre, le Dr Young dit avoir personnellement guéri 96% de patients atteints de cancers stades 1/2/3 avec le bicarbonate de soude. En cancer terminal, il assure encore 81% de réussite… Encore faudrait-il savoir si la posologie plus haut est la même.


Cela fait penser au Dr italien Tullio Simoncini, cancérologue, qui pratique une thérapie du même genre.

Justement, parlons cancers...

Ainsi qu’il avait été prédit, nous assistons à une flambée de cancers parmi les vaxxés. De fait beaucoup de personnes trainent des cancers dormants qui peut-être ne se déclareront jamais. C’est ce que l’on constate dans les autopsies des accidentés de la route à partir de 50 ans.
Mais voilà : les fameux vaxx venant bousculer le terrain immunologique s’avère propice à un réveil des maladies endémiques (dont le cancer) par la combinaison de deux facteurs déterminants : L’ACIDOSE et L’HYPOXIE.
Ces deux causes premières du cancer ont été officiellement découvertes en 1923 par un scientifique allemand - lauréat du prix Nobel en 1931 - qui s’appelle Otto Heinrich Warburg. Très peu de personnes dans le monde le savent, car ce fait est caché par les industries pharmaceutique et alimentaire.


Avant d’aller chercher dans les cascades des multiples sous causes des cancers, restons dans la généralité de ces deux grands facteurs déterminants qui sont :

      • 1 – un mode alimentaire en majorité acidifiant qui crée l’acidose organique,
        2 – un manque d’oxygénation créant une asphyxie cellulaire progressive.
         
      • Nota : n’avez-vous pas remarqué que la croissance des cancers sévit de même parmi les animaux de compagnie qui sont souvent soumis à la même enseigne alimentaire que leurs maitres ?

Mieux nous sommes même piégés dans un système qui se mord la queue puisque le manque d’oxygène dans les cellules crée un environnement acide, et que l’acidose cellulaire entraîne l’expulsion de l’oxygène ! C’est pour cela que Otto Warburg a dit : "Le manque d’oxygène et l’acidité sont les deux faces d’une même pièce : si une personne a l’un, elle a aussi l’autre."
Et il a précisé ensuite :

"Alors que les substances acides repoussent l’oxygène, contrairement, les substances alcalines l’attirent."
et il a ajouté :

"Priver une cellule de 35% de son oxygène pendant 48 heures peut la transformer en cancer."
Alors j’en profite pour poser une question joker aux fanatiques du port du masque (qui n’est plus obligatoire et dont la protection est illusoire), en rappelant que par son port, c’est officiellement 19% de perte d’oxygène et 35% de surplus en gaz carbonique : Ne pensez-vous pas être des candidats de choix pour un joli cancer à terme ?
Et Warburg de poursuivre :

"Les tissus cancéreux sont acides, alors que les tissus sains sont alcalins."


Il y a 15 ans, j’ai rapporté les travaux du Dr Stephan Lanka spécialiste en biologie évolutionnaire concernant le cancer et le SIDA. Il considérait que lorsque des cellules se trouvent en hypoxie prolongée (carence d’oxygène) elles ont deux choix :

      • Soit ce saborder par une apoptose (mort programmée) ceci permettant à l’ensemble de l’organisme de sauvegarder l’équilibre homéostasique de ses fonctions.
      • Soit de passer en mode survie monocellulaire basique anaérobie (sans oxygène et en milieu acide), condition du départ de la vie inorganisée et se reproduisant à l’infini en se nourrissant de sucres. On appelle cela cancer.

De son côté Otto Warburg a découvert que les cellules cancéreuses ne peuvent pas survivre en présence de niveaux élevés d’oxygène. Je laisse aux lecteurs le soin de trouver les solutions qui conviennent à leur tempérament pour :

      • Bien oxygéner leur organisme par le mouvement (30 min de marche minimum par jour).
         
      • Bien alcaliniser leur organisme par une répartition intelligente entre les aliments acides (40%) et les aliments alcalins (60% idéal, mais 75% en cas de maladies).

        Aliments alcalins à privilégierchaque jour :
        Salades et tous légumes crus, graines et fruits secs, pommes, bananes,

        Aliments acides à éviter au quotidien :
        Toutes viandes, sucre blanc, café, pâtisseries, sodas, alcools, farines blanches, et surtout, coca cola !

        En complément régulièrement, Alcaphyt :
        https://apoticaria.com/products/alcaphyt-eliphe-ca16?ref=4
         
      • Bien penser en restant toujours positif et confiant - la peur attire le danger - la négativité attire la maladie - voir mon livret à télécharger gratuitement dans mon site sur la loi d’attraction ici :
        https://micheldogna.fr/cancers-hors-protocole/comment-cesser-de-programmer-lechec-2/

 

Il se passe des choses magnifiques en ce moment
au niveau planétaire,
 mais vous ne le saurez pas en regardant la télé
qui vous oriente toujours sur les mauvais choix.