23 - Vaccins : nouvelles 2020

Télécharger le document en format PDF

VACCINS, NOUVELLLES 2020

 

 

L'OMS admet une éclosion de poliomyélite aux Philippines causée par des vaccins antipoliomyélitiques… « due à un poliovirus de type 2 dérivé d'un vaccin »

Par :Mike Adams

 

Selon l’Organisation mondiale de la Santé et l’UNICEF, le vaccin antipoliomyélitique a provoqué une recrudescence de la poliomyélite aux Philippines, qui a publié une déclaration commune reconnaissant que le vaccin était à l’origine de la poliomyélite.

« L'OMS et l'UNICEF ont déclaré dans un communiqué conjoint que l'épidémie de polio aux Philippines était préoccupante, car elle est causée par un poliovirus de type 2 dérivé du vaccin »,écrit l'Associated Press. « Le virus affaibli utilisé dans les vaccins se réplique pendant une courte période dans les intestins des enfants et est excrété dans leurs excréments. »

Les vaccins contre la polio sont souvent cités comme exemple de réussite prouvant que les vaccins agissent pour éliminer les maladies infectieuses.En vérité,presque tous les cas de polio dans le monde moderne sont causés par les vaccins antipoliomyélitiqueseux-mêmes.

En clair, plus de cas de poliomyélite sont causés par les vaccins antipoliomyélitiques que par la poliomyélite sauvage.

 

Les vaccins contre la polio créent des souches de « super polio » menaçant l'humanité

 

Les vaccins antipoliomyélitiques oraux sont en réalité des « souches virulentes génitrices » de poliovirus,rapporte le magazine Children'sHealthDefence :

L'augmentation alarmante des cas de poliomyélite dérivés d'un vaccin présente un « dilemme » ou une « énigme » pour les planificateurs de vaccins - car « l'outil même que vous utilisez pour éradiquer la [polio] est à l'origine du problème ».… Les chercheurs du vaccin savent depuis longtemps que ces virus transmis peuvent être eux-mêmes responsables de la poliomyélite, en particulier quand ils se « détachent dans l'environnement ».

L’histoire d’Associated Press admet que cela fait plus de 25 ans que la polio aux Philippines a été contractée à partir d’une « souche sauvage ». Depuis 1993,tous les cas de polio aux Philippines ont été causés par des vaccins antipoliomyélitiques.

L'AP admet également que les vaccins tuent des enfants:

Les programmes de vaccination du gouvernement ont été entachés en 2017 par un vaccin contre la dengue fabriqué par le fabricant de médicaments français Sanofi Pasteur, que certains responsables philippins ont lié à la mort d'au moins trois enfants.Duque et d'autres responsables de la santé des Philippines ont déclaré qu'ils travaillaient depuis lors pour rétablir la confiance du public dans les vaccins.

Pire encore, comme l’admet l’AP, il a été constaté que les vaccins contre la dengue augmentaient le risque d’infection grave par la dengue :

Le gouvernement a mis un terme à la campagne de vaccination contre la dengue après que Sanofi eut déclaré qu'une étude montrait que le vaccin pouvait augmenter le risque d'infections graves par la dengue.Plus de 830.000 enfants ont reçu le vaccin Dengvaxia dans le cadre de la campagne lancée en 2016 et arrêtée en 2017. Les responsables de Sanofi ont déclaré que le vaccin Dengvaxia était sûr et permettrait de réduire les infections de la dengue si la campagne de vaccination se poursuivait.

 

La « science » du vaccin est une fraude

 

La « science » moderne des vaccins est une fraude totale.Chaque année, les vaccins tuent ou mutilent des millions d’enfants dans le monde. Cependant, tout journaliste qui étudie la toxicité d’ingrédients vaccinaux ou la fraude scientifique à la base de la propagande vaccinale est immédiatement interdit sur toutes les grandes plateformes technologiques, notamment Google, Facebook, YouTube, Twitter, Pinterest et Google, même Vimeo.

Aucun fait concernant les vaccins ne peut être partagé ou discuté.L’industrie des vaccins corrompue et opérée par des criminels contrôle le récit de tous les géants de la technologie - y compris Wikipedia - ainsi que de Hollywood, des universités et des revues médicales.

L’industrie du vaccin tue des enfants à des fins lucratives, puis fait taire toute personne qui s’efforce de protéger les enfants du fléau des vaccinations dangereuses effectuées avec des ingrédients toxiques comme du tissu fœtal humain avorté, de l’aluminium, du mercure et des adjuvants chimiques.

 

VACCIN GARDASIL

Japon, leader mondial anti vaccin HPV

Des scientifiques Japonais alertent le monde

Michel DOGNA

 

Au Japon, des jeunes femmes et des jeunes filles souffrant de douleurs chroniques généralisées sévères à la suite de la vaccination avec Gardasil® de Merck ou Cervarix® de GSK, se sont organisées et s’expriment publiquement.

Cette question est débattue lors d’audiences publiques, au cours desquelles des experts médicaux indépendants ont fait des présentations scientifiques qui ont validé la gravité des souffrances liées auvaccin HPV de ces femmes par des preuves documentées et incontournables.

                                                                                                                                                            C’est un scénario que Merck, GSK et les intervenants mondiaux du domaine des vaccins sont extrêmement désireux d’éradiquer à tout prix.Le rapport du SCRS commandé par Merck et coécrit par le Dr Larson, dresse le portrait d’une guerre totale pour la couverture médiatique, mais silence sur le taux élevé de réactions dramatiques des victimes.

Les auteurs ont recours à la tactique habituelle qui consiste à discréditer les personnes vaccinées blessées ; ils ont qualifié de triviales les graves effets sur la santé des filles et des jeunes femmes après la vaccination. Le rapport du SCRS présente même l’ensemble de la question comme une épidémie alimentée par des rumeurs sur Internet.

Ce point de vue opposé, présenté par des scientifiques alignés sur la défense du vaccin, ne tient pas compte de la plausibilité scientifique de la preuve et déclare que la douleur est une « réaction psychosomatique ».

En outre de tels débats publics n’ont pas lieu lorsque les intervenants du secteur des vaccins contrôlent entièrement l’information sur l’innocuité des vaccins. (Comme aux États-Unis, par exemple)

À la suite d’une audience publique en février 2014, au cours de laquelle des scientifiques indépendants ont présen té des preuves de la dangerosité, le gouvernement japonais a non seulement annulé sa recommandation de faire vacciner les filles contre le HPV, mais il a aussi établi des lignes directrices et des cliniques spéciales pour évaluer et traiter les maladies causées par ce vaccin.

C’est un scénario que Merck, GSK que les intervenants mondiaux du domaine des vaccins sont extrêmement désireux d’éradiquer à tout prix. Le rapport du SCRS commandé par Merck et coécrit par le Dr Larson, dresse le portrait d’une guerre totale pour la couverture médiatique, mais rien pour le taux élevé de réactions dramatiques des victimes.

Les auteurs robots dépendants ont recours à la tactique habituelle qui consiste à discréditer les victimes du vaccin ; ils qualifient de trivial les graves effets sur la santé des filles et des jeunes femmes après la vaccination. Le rapport du SCRS présente même l’ensemble de la question comme une épidémie alimentée par des rumeurs sur Internet.

En fait tout est combiné pour que les Internautes, surtout ceux qui ne sont plus capables de réfléchir par eux-mêmes ne sachent plus qui croire – Il ne faut croire personne, in faut raisonner. Nous sommes plongés dans une guerre invisible où l’on tue ceux que l’on prétend protéger. Et tant pis pour les naïfs et les peureux qui se jettent dans la gueule du loup !

 

NB : dans mon ebook VACCINS L’AFFREUX DOUTE surwww.irelia-editions.comj’ai déjà largement commenté ce vaccin criminel avec les statistiques des milliers de vies de jeunes femmes ados cassées.

NB de Tal : J’en parle aussi longuement dans mon ebook VACCINS, BIENFAITEURS OU ASSASSINS ?sur www.santeglobale.world

Ce vaccin est hautement criminel : sans fondements scientifiques de qualité, que du marketing fondé sur la recherche de profit et pourtant nous avons les preuves que les pays qui ont le plus vacciné ont vu le nombre de cancers du col de l’utérus augmenter ! Il faut vraiment que le public sache car un tel délire vaccinal, c’est vraiment trop, c’est vraiment sacrifier des milliers de vie sur l’autel d’une « science » vendue aux marchands… on croit rêver devant une telle aberration !

 

Empoisonnement vaccinal obligatoire généralisé ?

Michel DOGNA

 

(Cela m’agace à devoir rabâcher sans cesse, preuves à l’appui, toujours les mêmes choses depuis plus de 20 ans. Pendant ce temps les victimes se multiplient par milliers, de nombreuses vies sont brisées, ce que nient et continuent à nier ceux qui vivent grassement de cette sinistre farce).

 

Des chiffres relevés sur www.kla.tv/15294

 

Savez-vous que :

En 1999 au Tennessee, il y a eu une explosion de cas d'oreillons, malgré des taux de vaccination élevés ? Or 75% des enfants qui l’ont contracté avaient été vaccinés.

En Suisse en 1994,1995 et 1999, 1.000 personnes ont contracté les oreillons, avec des taux de vaccination de plus de 95% dans tout le pays. Parmi les personnes touchées, 78% étaient vaccinées et ont quand même contracté la maladie.

En 1996, il y a eu 2.778 cas de coqueluche aux Pays-Bas, malgré un taux de vaccination de 96%. Parmi les personnes touchées, 89% des enfants étaient dûment vaccinés.

Depuis l'introduction de la vaccination contre la méningite, les cas de maladie et la fréquence de la maladie ont augmenté de 40%.

En 2001 en Afrique, après le DTC (vaccination contre la polio) la mortalité infantile a été deux fois plus élevée.

En 2005, il y a eu 33 décès de nourrissons après une vaccination sextuple avec Hexavac.

En 2009, 1.470 cas de complications vaccinales ont été signalés, dont 83 décès après la deuxième vaccination sextuple avecInfanrix hexa.

Je pourrais ici vous citer des pages entières de telles catastrophes qui ne sont jamais avouées en France - le pays de Pasteur, donc la référence absolue !

NOTA : Savez-vous que les grands labos ont réussi à faire voter une loi américaine leur garantissant l’immunité juridique en cas de complications conséquentes, même graves, même mortelles – ceci n’empêche pas que l’on vous oblige à accepter par ignorance ce contrat pourri, que vous n’accepteriez jamais pour l’achat de n’importe quel matériel du commerce. Et vous trouvez cela normal, de plus pour vos enfants ?

 

Revenons maintenant sur les composants des vaccins :

 

Savez-vous que :

Alors qu’aucun médicament ne peut être diffusé au niveau public sans AMM (autorisation de mise sur le marché), les vaccins en sont dispensés. L'industrie pharmaceutique n'est même pas obligée de déclarer avec précision tous leurs composants.

Imaginez que subitement, une loi dispense les acteurs des chaines alimentaires diffusées dans les supermarchés de marquer sur les emballages la composition des produits et les traitements qu’ils ont reçu. Continueriez-vous à acheter ces produits les yeux fermés en toute confiance ? Mieux, si la loi vous interdisait d’acheter vos produits alimentaires ailleurs que dans les supermarchés, que feriez-vous ? Rien ? Or c’est exactement ce à quoi, vous êtes en train de vous soumettre avec les vaccins.

Ceci signifie que les vaccins peuvent être imposés sur le marché

alors qu’ils n’ont pas dépassé la phase expérimentale.

Aujourd’hui, presque tout le monde sait que ces doses de vaccin contiennent du mercure, des composés d'aluminium, du formaldéhyde, de la nanotechnologie, des séquences de virus dangereux, etc. ! Par exemple, le formaldéhyde qui était anciennement un composant des vernis pour le bois a été interdit parce que les vapeurs du bois verni inhalées dans les chambres à coucher sont très nocives pour la santé... Mais pour nos enfants, il n’y a aucun problème à inoculer dans leur sang un tel poison ?

Toutes les statistiques sérieuses et indépendantes convergent pour conclure que les enfants qui ont échappé au rouleau compresseur vaccinal (grâce à des parents intelligents ou de classe sociale élevée) bénéficient d’une santé plus robuste et de meilleures défenses immunitaires.

Depuis près d’un siècle, tout médecin digne de ce nom doit savoir que les maladies infantiles ne sont pas dangereuses et peuvent être allégées à partir du moment où elles sont accompagnées intelligemment par des moyens naturels tels le chlorure de magnésium et la tisane de bourrache, et qu’en outre elles sont nécessaires à la construction immunitaire des enfants.

 

Des effets secondaires gravissimes

 

Savez-vous que :

Les études les plus récentes indiquent que la multiplication et la généralisation des vaccins est liée intimement avec l'augmentation mondiale des maladies chroniques plus ou moins dramatiques qui sont dues à un dérèglement à vie du système immunitaire.

Des chercheurs et des laboratoires indépendants ont découvert que de nombreux vaccins sont contaminés par des rétrovirus pouvant altérer le génome ADN et causer le cancer à plus ou moins long terme.

Pourquoi cette flambée d’autisme en France (1 enfant sur 55 contre 1 sur 25.000 il y a 15 ans), alors que l’on retrouve systématiquement de l’aluminium dans leur cerveau comme dans celui des Alzheimer ?

Aux USA, c’est pire : le Dr Alan Palmer précise dans son nouvel ouvrage« THUTH WILL PREVAIL (La vérité l’emportera) » :

- En 2008, le CDC américain déclara, qu’un enfant américain sur 6 était atteint de désordres mentaux, type autisme ou autres.

- En 2018, ce chiffre est passé à 1 enfant sur 4.

- En 2032, les projections de ce phénomène, évoquent qu’un enfant sur 2 sera atteint d’autisme. C’est la destruction (programmée) de toute une génération par la politique vaccinale.

D’où vient cet aluminium massif si ce n’est majoritairement des nouveaux vaccinsqui se multiplient d’une façon démentielle ?

Avez-vous entendu parler des 250.000 vaccins défectueux en Chine et de la tragédie des vaccins oraux en Inde, avec plus de 450.000 cas de paralysie et de décès signalés ? Mais ce n’est jamais alarmant tant que çà ne tombe pas sur votre propre gamin…

Et la cerise sur le gâteau, le vaccin HPV - soi-disant contre le risque de cancer du col de l’utérus qui serait conséquent à long terme au papillomavirus (maladie bénigne qui s’autoguérit en 18 mois) - le pire de tous dont j’ai parlé à maintes reprises et qui a déjà transformé en légumes (paralysies voire décès) tant de jeunes filles ados dans le monde qui étaient en pleine santé et joie de vivre.

Il y a des milliers de cas dramatiques

dont les médias ne sont pas autorisés à parler.

Pourquoi attendre la catastrophe pour vous décider à faire vos propres recherches – tout est sur Internet, mais bien sûr pas sur« Télé mensonges et divertissements ».

Je voudrais narrer ici l'exemple qui m’a été rapporté de deux parents qui voulaient partager leur grand malheur avec d’autres personnes dans les médias sociaux. Leur enfant est devenu autiste (handicapé mental) après une vaccination. Ils ont cherché des personnes sur Facebook et autres réseaux, qui auraient vécu la même expérience. Ils s’attendaient à quelques personnes qui répondent ; la surprise, c’est qu’en peu de temps 250.000 personnes ont répondu et leur ont confié exactement vivre le même cauchemar ! Alors pourquoi ne publie-t-on pas cela dans les mass-médias ? Parce qu’il ne faut pas que cela se sache !

Voilà qui aide à comprendre pourquoi en 2015, en cinq semaines 14 médecins sont morts mystérieusement : c’étaient TOUS des opposants à la vaccination...Difficile d’en vouloir à la majorité de ceux qui se soumettent !

Nous faire subir des interdictions scolaires pour cause de refus de la vaccination de nos enfants est un acte de dictature insoutenable de la part d’empoisonneurs patentés, obligeant à sacrifier les familles pour le compte d’une organisation sans âme, insensible au malheur et dont la seule religion est le Dieu argent.

Nota : Selon les études sur l’évolution de la longévité, c’est la première fois que l’espérance moyenne de vie qui était régulièrement croissante depuis plusieurs siècles commence à s’inverser avec des enfants risquant fort de vivre moins longtemps que leurs parents.

Par ailleurs, il se dit que le plan Blue Beam prévoit pour les années qui viennent une généralisation de l’obligation vaccinale pour tous les âges, avec barrage professionnel et barrage d’accès aux services publics de tous ceux qui ne s’y seront pas soumis. On veut donc nous traiter comme des animaux et nous rabaisser à des sous-humains – mais bien sûr les classes gouvernantes seront exemptées.

Que les adeptes de la vaccinomania fassent ce qu’ils veulent, persistant prudemment dans leur croyance à une œuvre philanthropique et bienveillante, c’est leur droit, mais que l’on oblige les lucides à subir l’enfer vaccinal, c’est du nazisme pur et simple. Y résister à tout prix est un acte civique de légitime défense devant une déclaration de guerre qui prétend nous vouloir du bien.

 

Une bombe qui arrive à point ! VACCINATIONS FORCÉES

Le gouvernement américain perd un procès historique aux conséquences énormes : Robert KENNEDY

 

L'avocat spécialisé dans les blessures par vaccin Robert F. Kennedy Jr., Del Bigtree, producteur du documentaire anti-vaccin supprimé, Vaxxed etInformed Consent Action Network (ICAN), sont crédités de cette victoire.

Ils ont exigé les documents gouvernementaux pertinents prouvant que tous les vaccins approuvés par le gouvernement fédéral avaient été testés pour leur qualité au cours des 32 dernières années - et il n'y en avait aucun. Voici les énormes implications juridiques et pratiques de cette victoire juridique pour le peuple américain (et par voie de conséquence, de tous les pays contrôlés par l’OMS).

Cela signifie que le ministère américain de la Santé et des Services sociaux et tous les fabricants de vaccins mentent au peuple américain depuis plus de 30 ans au sujet de l'efficacité et de la sécurité des vaccins ; cela peut finalement signifier que l'intérêt de la poursuite de l'existence - au moins dans leur forme actuelle - de cinq agences américaines de « santé » est désormais misen doute : le CDC, la FDA, l'OIM, le NIH et la partie « Santé » du DHHS lui-même ; cela peut également menacer l'existence de commissions médicales d'État et de guildes médicales exclusives comme l'AMA.

Cela signifie que les fabricants de vaccins ont été frauduleusement exemptés de ce que tous les autres fabricants de médicaments pharmaceutiques ont été contraints de faire concernant la re-certification semestrielle pour la qualité et l'efficacité - ce qui signifie que leurs vaccins n'ont jamais été testés pour la qualité et n'ont pas démontré l'innocuité ou l'efficacité depuis plus de 30 ans.

Ce cas peut désormais être légalement cité par tous les parents mandatés frauduleusement par toute réglementation / exigence gouvernementale / organisationnelle selon laquelle ils doivent vacciner leurs enfants pour l'école ou toute autre activité, pour arrêter la vaccination forcée de leurs enfants.

Ce cas peut désormais être légalement cité par tous les employés mandatés par leur employeur pour se faire vacciner afin de conserver leur emploi.

Ce cas peut désormais être légalement cité par tous ceux qui demandent une indemnisation pour une blessure due au vaccin, ce qui rend probable la faillite légale de l'industrie des vaccins pharmacologiques dans un proche avenir, comme Bayer-Monsanto après la victoire juridique historique remportée par les mourants.

L'avenir de la médecine allopathique sous sa forme actuelle est maintenant mis en doute, ainsi que celui du cartel pharmaceutique mondial, car presque tous les médicaments prescrits par les praticiens allopathiques proviennent de sociétés « pharmacidiques » (qui tuent) qui ont également commis des fraudes et des blessures vaccinales.

L'existence des médias d'information traditionnels des États profonds sera désormais également menacée, puisque 70% de leurs revenus proviennent du cartel pharmaceutique mondial, qui en Amérique a été responsable de 750.000 à 1 million de sacrifices humains par an pendant au moins le dernier demi-siècle. Les taux d'autisme vont maintenant probablement chuter, libérant le peuple américain d'une autre débilité profonde provoquée par l'État, et fournissant des preuves supplémentaires de l'autisme de masse causé par la vaccination.

Tous les responsables gouvernementaux qui ont adopté des lois légalisant la fraude aux vaccins au niveau national ou international, ou qui ont autrement aidé et encouragé cette fraude aux vaccins, peuvent désormais être accusés de fraude, de malversation et, dans certains cas, de crimes de guerre en vertu du Code de Nuremberg.

Plus d'informations :

https://www.discovermagazine.com/environment/the-robert-kennedy-jr-anti-vaccine-tour

 

 

De Prepare for change

 

Cette lettre  Dawn Bell un professionnel de la santé américain, prévient que les vaccins ne sont pas sûrs et deviennent inefficaces après 10 ans.Elle dit que sa fille a été blessée par la vaccination :

Lors de la récente éclosion d'oreillons, 100% des cas d'oreillons étaient des étudiants qui étaient TOUS vaccinés à 100%.90% (9 sur 10) des personnes décédées de l'épidémie de grippe de l'année dernière avaient reçu le vaccin contre la grippe.

L'immunité collective ne peut être atteinte que lorsque 85% de la population est immunisée contre une maladie. Les vaccins ne sont bons que pendant environ 10 ans, à un maximum absolu de 20 ans, de sorte que la plupart des personnes de plus de 20 ans ne sont plus immunisées.Alors maintenant, vous avez créé une situation de « fausse » immunité.

Ceux qui contractent la varicelle sont immunisés à vie, ceux qui contractent la vax ne le sont pas.Je crois vraiment, peut-être à votre grande surprise que les vaccins peuvent et ont sauvé des vies, cependant, pensez au moment où les médecins distribuent des antibiotiques comme le pop-corn au cinéma, cela a commencé à avoir un mauvais effet sur notre système immunitaire et nos intestins.Il est probable que la même chose pourrait commencer avec la surutilisation des vaccins.

Pour les maladies vraiment mortelles, hé je suis tout à fait d'accord, mais ils ont commencé à faire tellement d'argent que vous avez tout d'un coup dû commencer à vous faire vacciner pour tout, même les maladies infantiles quotidiennes et pour des trucs comme l'hépatite B à 1 jour, vraiment ? L'augmentation de l'autisme et d'autres maladies sensorielles a été ahurissante, ainsi que des troubles auto-immunes de l'enfance.

32 personnes tombent malades de l'écoli et la FDA dit à tout le monde d'arrêter d'acheter de la laitue romaine, mais des milliers signalent des problèmes de vaccins et cela ne fait pas attention à l'homme derrière le rideau.Ensuite, tout le monde est surpris lorsque les gens se fâchent et commencent à poser des questions.

Je suis un ergothérapeute et j'étais complètement avec le truc vax, jusqu'à ce que je regarde ma fille perdre la capacité de parler directement après un vaccin. Je disais à tout le monde que c'était une coïncidence jusqu'à ce que je le voie de mes propres yeux à mon propre enfant. Ils n'ont JAMAIS fait d'études sur l'innocuité de ces vaccins. Ils n'ont JAMAIS été étudiés en même temps.

Il est commun que tous ces vaccins administrés à un enfant dont le système immunitaire et le système neurologique sont en développement pourraient avoir des problèmes. C'est le mensonge qui inquiète vraiment tout le monde. Quand ils disent que des études de sécurité ont été faites alors que personne ne peut les trouver, Mon médecin m'a dit que le vaccin contre la grippe a été étudié et s'est révélé sûr pendant la grossesse.

Alors je vais travailler, en tant qu'infirmière amie pour l'insert Vax contre la grippe et devinez quoi ? Il a clairement indiqué qu'il n'avait pas été étudié chez les enfants ou les femmes enceintes et s'il est administré à une femme enceinte, vous devez appeler et les ajouter à un registre. De plus, sur le devant de la boîte, il était indiqué de ne PAS donner aux enfants de moins de 5 ans ! Je pourrais continuer, mais je terminerai par, avez-vous regardé la vidéo du CDC approuvant le Hep vax ?

Sinon, vous devriez, car c'est extrêmement intéressant ! Tout d'abord, ils donnent aux bébés de 1 jour et cela n'a jamais été approuvé pour les moins de 18 ans. Lorsqu'on leur a demandé s'il était sûr de donner avec d'autres vaccins, ils ont dit qu'ils ne savaient pas, mais nous supposons que c'était généralement sans danger comme les autres vaccins. Puis, lorsqu'on leur a posé des questions sur le « nouveau » gène muté, ils ont dit la même chose :« Nous supposons que c'est sûr comme les autres vaccins. »

Ils ont ensuite été interrogés sur les marqueurs cardiaques et auto-immunes vus dans leur étude interne et ils ont reconnu qu'ils avaient vu les marqueurs et qu'ils allaient le surveiller et déterminer en décembre 2020 s'il n'y avait pas un problème, et en attendant, il était remis à des bébés d'un jour. Alors oui, il y a des préoccupations qui doivent être abordées concernant la sécurité des vaccins et je suis ravi que ce soit enfin réglé !!!

 

QUELQUES REFERENCES IMPORTANTES :

 

 

Interview de Jean-Bernard Fourtillan par Radio Libertés du 8 janvier 2020, à 18h

 

https://www.tvlibertes.com/intoxication-par-laluminium-le-journal-de-la-replique-avec-j-b-fourtillan-du-08-01-20

 

Le gouvernement américain perd un procès historique en matière de vaccins…

 

https://operationdisclosure1.blogspot.com/2019/12/us-government-loses-landmark-lawsuit.html

 

Article du Docteur Pierre HenriBredontiot dans le Quotidien du médecin

 

http://infoalternative.over-blog.fr/2019/08/article-du-docteur-pierre-henri-bredontiot-dans-le-quotidien-du-medecin.html

 

Vaccins : comment la vérité est étouffée : professeur Gherardi

 

Cher(e) ami(e) de la Santé,

C’est un livre qui se lit comme un roman policier… et qui révèle au grand jour la stupéfiante corruption politico-médicale destinée à vous cacher les « effets indésirables » de certains vaccins.

Son auteur, le Pr Romain Gherardi, n’est pas n’importe qui.

Professeur de médecine à 38 ans, il est à la tête d’un prestigieux centre hospitalier français sur les maladies neuro-musculaires. Il a publié plus de 300 articles de recherche dans des revues médicales de premier plan (Lancet, New England Journal of Medicine, Brain, etc.).

Médecin rempli d’humanité et chercheur exigeant, il n’a rien d’un provocateur. Il ne manque jamais une occasion de rappeler que les vaccins ont sauvé des millions de vies.

Mais il refuse qu’on empêche le grand public de connaître certains effets indésirables évitables des vaccins contenant de l’aluminium.

Il n’accepte pas qu’on cherche à étouffer des recherches scientifiques d’utilité publique, qui pourraient éviter des milliers de maladies graves… et peut-être même soulager des millions de patients victimes du terrible « syndrome de fatigue chronique ».

Tout ce qu’il souhaite, c’est la vérité, y compris si elle dérange. Et il l’a payé au prix fort.

En quelques années, il est passé du statut de « star enviée de la médecine », consulté officiellement par l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), à celui d’un homme que l’on évite, dont on refuse de financer les recherches.

Son seul crime : avoir mis au jour une vérité très embarrassante pour l’industrie du vaccin.

 

Une découverte mondialement acclamée, jusqu’à ce que…

 

Lorsqu’en 1997, il découvre une nouvelle maladie, qu’il baptisera « myofasciite à macrophage », le Professeur Gherardi est acclamé dans le monde entier.

La « signature » de cette maladie est troublante : de « grandes nappes de cellules bleues », dites « macrophages », apparaissent dans le muscle deltoïde du bras… à un endroit où l’on n’avait encore jamais observé ce type de lésion !

La souffrance des patients, elle aussi, déroute les médecins : douleurs invalidantes des muscles et des articulations, épuisement permanent, troubles cognitifs inquiétants… Voilà des symptômes bien étranges !

En France et dans le monde, c’est le branle-bas de combat. L’Institut de Veille sanitaire (InVS) prend l’affaire très au sérieux et lance une étude de terrain approfondie.

En 1998, la plus prestigieuse revue médicale au monde, The Lancet, publie l’article du Professeur Gherardi et de ses collègues détaillant leur découverte. [1] Immédiatement, il est invité à s’exprimer dans les plus grands médias, dont la BBC en Angleterre.

Tout allait bien… jusqu’à ce qu’il découvre la cause de l’apparition de ces mystérieux macrophages bleus.

En octobre 1998, premier coup de tonnerre : le Pr Gherardi apprend que ces cellules bleues contiennent… de l’aluminium !

Et il n’a pas besoin de chercher bien loin pour comprendre comment ce métal s’est retrouvé là.

 

L’aluminium, ce métal toxique utilisé dans les vaccins

 

Car les organismes vivants ne contiennent normalement pas le moindre atome d’aluminium. Du fer, oui, en quantité. Mais de l’aluminium, jamais, c’est un métal trop toxique pour nos cellules.

Malheureusement, depuis que l’industrie a commencé à extraire ce métal de la croûte terrestre, on en trouve un peu partout autour de nous. Jusque dans nos déodorants, dentifrices, crèmes solaires et additifs alimentaires !

Et on en trouve aussi dans… la plupart des vaccins.

Des vaccins que l’on injecte dans le muscle deltoïde du bras, celui-là même où l’on a observé les grandes nappes bleues. Pas de doute possible : l’aluminium de la myofasciite à macrophage provient des vaccins !

Rapidement, le Professeur Gherardi confirme que 100% de ses malades avaient bien subi une injection de vaccins contenant de l’aluminium dans les deux ou trois ans précédant l’apparition de leur maladie.

Le Pr Gherardi a même injecté le vaccin contre l’hépatite B dans le muscle d’un rat… et il a observé quelques semaines plus tard, au microscope, toutes les caractéristiques de la maladie !

Restait encore une énigme : pourquoi cette maladie est-elle apparue au milieu des années 1990, alors que les adjuvants d’aluminium dans les vaccins étaient utilisés depuis plus longtemps ?

La réponse est d’une simplicité lumineuse : parce qu’il a été décidé mondialement, au début des années 1990, de vacciner dans le muscle et non plus sous la peau !

Et comme la France a décidé de lancer une campagne massive de vaccination de l’hépatite B entre 1994 et 1997, il n’est pas étonnant que ce soit le pays où des centaines de cas ont subitement émergé !

Tout ceci, le Pr Gherardi en fait la démonstration implacable devant l’Organisation mondiale de la Santé en 1999. Les plus grands experts sont venus du monde entier pour l’écouter. Dans la foulée, il publie un article de synthèse lumineux dans une grande revue médicale. [2]

Bien sûr, il reste quelques éléments à éclaircir, mais les preuves sont alors largement suffisantes pour agir sans tarder.

L’urgence est d’autant plus grande que l’on vaccine tous les jours des milliers de patients avec des vaccins contenant de l’aluminium ! Certes, la myofasciite à macrophage est très rare, fort heureusement, mais elle ruine l’existence des malheureux qui sont frappés.

Le bon sens voudrait donc qu’on lance au plus vite de vastes études scientifiques complémentaires… et que l’on force les laboratoires à remplacer l’aluminium des vaccins par des adjuvants moins toxiques (et il en existe !).

Mais à la grande surprise du Pr Gherardi, ce n’est pas ce qui se produisit. Bien au contraire.

 

On l’empêche de chercher la vérité !!!

 

À partir du moment où il a eu le malheur de mettre en cause les adjuvants dans les vaccins, tout a été mis en œuvre pour l’empêcher de dévoiler la vérité.

Il est impossible de retracer ici les innombrables coups bas et embûches subis par le Pr Gherardi depuis 1999 – et je vous conseille vraiment de lire son livre passionnant, Toxic Story : deux ou trois vérités embarrassantes sur les adjuvants des vaccins.

Il y raconte par exemple ce qu’a osé lui dire, les yeux dans les yeux un grand Professeur de médecine, le Pr M-F Kahn :

« Cher ami, je crois que vous avez raison… Mais je dirai toujours que vous avez tort ! »

Pourquoi ? Non pas parce que ce médecin était « vendu » aux laboratoires. Mais, raconte le Professeur Gherardi, parce que la myofasciite à macrophage a le malheur d’être ce que l’on appelle une maladie « iatrogène ». C’est à dire provoquée par un acte médical… et donc par des médecins !

Il n’est jamais évident de remettre en cause sa propre profession et c’est même contraire à la déontologie des médecins. [3] Et c’est encore pire lorsque l’on touche à la vaccination, LE grand tabou de la médecine moderne ![4]

Rapidement, le Pr Gherardi est « lâché » par la plupart de ses collègues :

« Alors qu’en 1998 tout le monde se battait pour figurer sur la photo de famille de la myofasciite à macrophages, dès que le fatidique mot « vaccin » a été prononcé, chacun s’est retiré sur la pointe des pieds, fuyant un débat où il n’y avait que des coups à prendre. »

Et des coups, le Pr Gherardi ne manquera pas d’en recevoir.

 

Le mystérieux syndrome de la guerre du Golfe

 

Ce qui se passe en 2001 est digne des grands films d’espionnage. L’événement se produit au moment où le Pr Gherardi s’apprêtait à vérifier si le « syndrome de la guerre du Golfe » était, oui ou non, causé par les vaccins.

Petit rappel : de nombreux soldats britanniques et américains envoyés en Irak en 1991 ont souffert de symptômes inexpliqués : douleurs musculaires et articulaires, fatigue persistante, troubles de la mémoire, etc.

C’est un vrai mystère médical. Toutes les hypothèses ont été envisagées… sauf la plus probable [5], à savoir le programme de vaccination intensif subi par les soldats juste avant les opérations, notamment contre l’hépatite A et B.

En 2001, une association de vétérans britanniques veut en avoir le cœur net. Elle contacte donc le Pr Gherardi pour lui demander d’examiner 12 soldats souffrant de ce fameux « syndrome de la guerre du Golfe », et de vérifier si le muscle de leur avant-bras ne contiendrait pas les fameux macrophages bleus.

Le Pr Gherardi accepte immédiatement, trop heureux de vérifier cette hypothèse. Tout est planifié, et son service est sur le pied de guerre pour accueillir dignement ces vétérans malades.

Mais croyez-le ou non, la veille de la venue de ces vétérans, un mystérieux correspondant appelle le Pr Gherardi pour l’informer que la venue des soldats britanniques est« annulée ».

Comme cela, du jour au lendemain, sans la moindre explication !

Mais le pire reste à venir.

 

L’Agence française de sécurité sanitaire essaie de l’éliminer (socialement)

 

En 2004, l’Agence française du médicament (alors nommée Afssaps) recommande officiellement de stopper toute recherche sur le lien entre aluminium et la myofasciite à macrophages.

Cette autorité « sanitaire » décide donc d’enterrer le dossier, malgré les preuves accablantes déjà réunies !

Résultat : du jour au lendemain, le Pr Gherardi perd tout espoir de voir ses recherches financées par l’État. Ce qui le condamne, lui et son équipe, à la marginalité !

Inutile de préciser que les « experts »ayant pris cette décision dramatique avaient tous des liens puissants avec l’industrie pharmaceutique. Mais le scandale du Médiator n’avait pas encore éclaté, et les conflits d’intérêt n’étaient pas aussi suspects qu’aujourd’hui.

Écoutons le Pr Gherardi :

« L’Afssaps, je finirai par le comprendre au fil des années, est une machine ayant pour objectif premier d’empêcher que n’éclate un scandale sanitaire. Elle s’évertue pour ce faire à ralentir les procédures permettant d’appréhender la dimension exacte du problème. (…) Ce n’est ni un juge impartial, ni un collectif scientifique (…). Financée à 80% par l’industrie, c’est prioritairement un outil à son service. »

En ce triste mois de mai 2004, les industriels ont donc eu la peau du Pr Gherardi. Enfin, c’est ce qu’ils croyaient.

Car c’était sans compter sur son intelligence et sa détermination exceptionnelles.

 

Seul contre tous, il apporte la preuve définitive

 

La dernière pièce du puzzle, celle qui lui fait encore défaut, c’est la démonstration physiologique du lien de cause à effet entre la vaccination et la maladie.

Statistiquement, il ne fait aucun doute que les terribles symptômes dont souffrent ces malades sont bien liés aux vaccins à l’aluminium.

Mais biologiquement, comment cela se passe-t-il ? Comment une dose infime d’aluminium injectée dans un muscle pourrait-elle causer de tels dégâts ?

C’est la toute dernière clé du mystère… et il faudra de longues années au Pr Gherardi, privé de financements nationaux et internationaux, pour la révéler au grand jour.

Mais il y parvint enfin, en 2013, dans article publié dans BMC Medicine. [6]

Jusqu’à cette date, tout le monde croyait (ou voulait croire) que l’aluminium des vaccins se dissolvait dans le sang. Si c’était le cas, il ne pouvait pas causer la moindre maladie : l’aluminium serait alors rapidement filtré par les reins et expulsé dans les urines.

Mais des expériences réalisées sur des souris prouvent que cela ne se passe pas comme cela. En réalité, 50% des particules d’aluminium des vaccins migrent vers les ganglions, la rate… puis s’accumulent dans le cerveau !

Encore plus étonnant : on retrouve d’autant plus d’aluminium dans le cerveau des souris que les doses d’aluminium injectées sont faiblement concentrées ! Pourquoi ? Tout simplement parce que des doses trop fortes ne peuvent pas être « gobées » par les macrophages – et ne sont donc pas emmenées dans le cerveau !

Ce qui réfute de manière éclatante l’argument des labos, qui répètent sur tous les tons que la dose d’aluminium injectée est trop faible pour pouvoir être dangereuse !

 

Une maladie qui ne frappe pas au hasard

 

Et comme si cela ne suffisait pas, le Pr Gherardi et son équipe ont même réussi à montrer pourquoi la maladie ne touche qu’une petite fraction de ceux qui sont vaccinés.

Comme toujours avec les métaux lourds, c’est une question de loterie génétique.

Par exemple, certaines personnes ne parviennent pas à éliminer correctement le fer qu’ils avalent dans leur alimentation – c’est l’hémochromatose, une maladie génétique qui touche 1 personne sur 200.

D’autres ne se détoxifient pas bien du mercure[7] : dans leur cas, manger trop de poissonou avoir plusieurs amalgamesau mercure (« plombages ») dans la bouche peut créer de graves troubles cognitifs.

S’agissant de l’aluminium, le Pr Gherardi a admirablement montré que ceux qui souffrent de la myofasciite à macrophage avaient des variations génétiques rares et spécifiques au sein des 34 gènes qui déterminent la détoxification de ce métal.

Voilà pourquoi vous ne risquez pas grand-chose à vous faire vacciner… sauf si vous avez le malheur de faire partie des personnes « vulnérables » !

C’est vrai pour la myofasciite à macrophage mais aussi pour d’autres graves problèmes de santé.

 

Quelques exemples des graves effets secondaires des vaccins

 

Voici quelques exemples des drames les plus criants causés par certains vaccins :

* Le vaccin contre les rotavirus (injectés aux nourrissons contre la gastroentérite) peut entraîner la mort des nourrissons. On le sait grâce au système de pharmacovigilance français, qui a recensé 2 décès et 201 effets indésirables graves chez les bébés vaccinés ;[8] 

* Le vaccin contre la grippe H1N1 Pandermix a causé des milliers de cas de narcolepsie chez les enfants, une maladie grave et incurable. C’est une étude publiée dans le très respecté British Medical Journal en 2013 qui l’a révélé ;[9] 

* Le vaccin contre l’hépatite B a été incriminé dans plusieurs études solides pour avoir déclenché de nombreux cas de sclérose en plaque ;[10] [11] [12] 

* Le Gardasil, vaccin contre le papillomavirus, a provoqué en France plusieurs dizaines de cas de syndrome de Guillain-Barré, une maladie neurologique grave. C’est l’Agence du médicament elle-même qui l’a reconnu en 2015. [13] 

Et bien sûr, tous les vaccins peuvent provoquer de graves réactions allergiques.

 

Faire toute la vérité sur les vaccins

 

Au total, il est clair que certains vaccins et certains de leurs adjuvants (aluminium, squalène) posent de graves problèmes de santé à une petite minorité d’entre nous.

Il est important de le reconnaître publiquement, plutôt que de faire de la vaccination un tabou (« la vaccination, ça ne se discute pas », a osé dire la Ministre de la Santé en 2015 !).

Il n’est pas question d’être « anti-vaccin » par principe… mais il n’est pas question non plus d’être « pro-vaccin » aveugle.

Il faut simplement reconnaître que, comme tout acte médical, il peut avoir de graves conséquences. Et il faut donc examiner au cas par cas si ses bienfaits l’emportent sur ses dangers.

Tout dépend de la maladie que l’on cherche à éviter, de la nature des vaccins, de leurs adjuvants… et de la vulnérabilité personnelle de chacun d’entre nous !

Ce doit donc être une décision médicale et individuelle, et non pas administrative et collective, comme les labos le réclament, pour sécuriser leurs profits !

La prudence vis-à-vis des vaccins est d’autant plus légitime que la recherche scientifique est manipulée par de puissants intérêts.

C’est même encore pire pour les vaccins que pour les autres médicaments !

Pourquoi ? Parce qu’on se refuse à faire pour les vaccins ce qu’on fait pour tous les médicaments : des études en double aveugle, contre placebo. C’est à dire prendre un groupe de patients, le séparer en deux groupes, vacciner un groupe mais pas l’autre (sans que personne ne sache qui a été vacciné et qui ne l’a pas été), puis observer les résultats, au bout de quelques années.

Résultat : la science des vaccins est tout sauf solide… et l’industrie pharmaceutique s’en donne à cœur joie pour lui faire dire ce qui l’arrange.

Avec la complicité, hélas, de certains médecins sincères, dont la priorité absolue est d’éviter que l’opinion publique ne perde confiance dans la vaccination.

Pour eux, la population est un « petit enfant, dont il faut redouter les réactions inconsidérées, quitte à taire les dangers qui le menacent pour ne pas risquer de l’effrayer ». [14]

Comme si vous et moi n’étions pas capables d’entendre la vérité et de faire des choix raisonnés pour notre avenir et celui de nos enfants !

 

Que faire ?

 

Je laisse le dernier mot au Pr Gherardi :

« J’en appelle donc aux personnalités politiques de tous bords. Pour que perdure et vive le vaccin (…), il ne faut pas seulement reconnaître l’intolérance aux adjuvants et financer les recherches sur cette pathologie.

Il faut aussi imposer aux industriels de remettre sur le marché les vaccins sans aluminium qui ont longtemps vacciné sans danger – tel le DTP ; de travailler sur de nouveaux adjuvants non toxiques – tels le phosphate de calcium. (…)

Il faut surtout, de toute urgence, mettre en place un système d’expertise et de régulation vraiment indépendant des grands industriels du médicament ».

Comptez-sur moi, chers lecteurs, pour me battre en ce sens, à mon petit niveau.

Bonne santé,

Xavier BAZIN.