BLOG 22 de Tal SCHALLER

Chers amis,

 

Ce blog est riche en informations positives : choisissez celles qui vous sont utiles et faites circuler autour de vous des messages non anxiogènes, des références qui montrent la lumière plutôt que l’ombre !

 

Nous sommes à un carrefour étonnant, comme je le montre sur youtube tal schaller : Quel  avenir ? Transhumanisme ou humanité consciente ?

Chacun est appelé à oser sortir de la peur et de l’obéissance au Nouvel Ordre Mondial qui dicte ses ordres à la plupart des gouvernants pour se positionner en tout clarté et agir selon sa conscience profonde.

C’est le moment de ne plus subir mais d’agir en souverains pour instaurer un nouveau monde de paix, de fraternité et de partage !

 

Message du Pr. PERRONNE sur les vaccins:

01.12.2020

https://youtu.be/KC557VH5OoQ

Michel DOGNA« ..Bonjour professeur ...quel est selon vous le premier geste barrière à respecter pour ne pas être contaminé ...?

« ...éteindre sa télé. »

Youtube sud radio :Pr. Christian Perronne :"Moderna, Pfizer, ce ne sont pas des vaccins, c'est de la thérapie génique"

 

UN MESSAGE CAPITAL A DIFFUSER LARGEMENT !!!

Chers amis,

La France, qui vit un cauchemar depuis des mois, se réveille.
Dans beaucoup de villes de notre beau pays, le peuple est en marche pour retrouver sa liberté, pour exiger le retour de la démocratie.

En tant que médecin, spécialiste des maladies infectieuses et ayant été président de nombreuses instances ou conseils de santé publique, y compris sur les vaccins, je mesure chaque jour les incertitudes générant la peur et le désarroi croissant de nos concitoyens. Je prends le risque d'être à nouveau qualifié de « complotiste » ou mieux de « rassuriste >>, termes désignant ceux qui critiquent ou challengent la pensée unique. 

Je finis par être fier de ces appellations, mes propos exprimant la vérité n'ayant jamais changé depuis le début de l'épidémie. Je considère donc qu'il est de ma responsabilité de m'exprimer à nouveau ce jour sur l'ensemble du volet médical de la Covid-19 et en particulier sur le sujet vaccinal, désormais l'élément central et quasiment unique de la politique de santé de l'Etat.

Beaucoup de Français ont été hypnotisés par la politique de la peur. Depuis septembre 2020, on nous avait annoncé une deuxième vague terrible de l'épidémie, pire que la première. 
Le Ministre de la Santé, le Dr Olivier Véran, le Président du Conseil scientifique de l'Elysée, le Pr Jean François Delfraissy, le Directeur
Général de la Santé, le Pr Jérôme Salomon, l'Institut Pasteur nous ont annoncé des chiffres catastrophiques avec une augmentation exponentielle du nombre de morts. Les hôpitaux devaient être saturés et débordés. 

Même le Président de la République, lors d'une allocution télévisée récente annonçant le reconfinement, nous a prédit pas moins de 400.000 morts, renchérissant sur les 200.000
morts estimés peu de temps auparavant par le Pr Arnaud Fontanet de Pasteur. 

Ces chiffres irréalistes n'avaient qu'un but, entretenir la peur pour nous faire rester confinés, sagement masqués. Pourtant l'usage généralisé des masques en population générale n'a aucun intérêt démontré scientifiquement  pour enrayer l'épidémie de SARS-COV-2. 

L'utilisation des masques devrait être ciblée pour les malades, leur entourage (surtout les personnes à risque) et les soignants au contact.

Or l'épidémie régresse et n'a entraîné aucune apocalypse. La dynamique de la courbe montrait depuis des semaines le profil d'un rebond épidémique saisonnier qui s'observe avec certains virus, une fois la vague épidémique terminée. 

Cela témoigne de l'adaptation du virus à l'homme et est aussi le reflet de l'immunité collective qui progresse dans la population et qui nous protège naturellement. 

Les souches de virus qui circulent actuellement ont perdu de leur virulence. Les autorités ne pourront pas dire que c'est grâce au confinement car la tendance à la baisse avait commencé avant même sa mise en place. 

La régression de l'épidémie avait même commencé, dans certaines agglomérations, avant l'instauration du couvre-feu.

Malheureusement, il y a encore des décès qui surviennent chez des personnes très âgées, des grands obèses ou des personnes souffrant d'un diabète sévère, d'hypertension artérielle grave,de maladies cardiorespiratoires ou rénales déjà invalidantes. 

Ces personnes à risque sont parfaitement identifiées. Les mesures sanitaires devraient donc être ciblées pour les protéger, les dépister et les traiter le plus tôt possible dès le début des symptômes par l'hydroxychloroquine et l'azithromycine dont l'efficacité et l'innocuité sont largement confirmées, si on donne le traitement précocément.

Beaucoup de décès auraient pu être évités. Or on a dissuadé les médecins généralistes et les gériatres de traiter. 

Dans ce contexte, continuer à persécuter nos enfants derrière des masques inutiles reste incompréhensible.
Toutes ces mesures sont faites pour que les Français réclament un vaccin. Or quel est l'intérêt d'un vaccin généralisé pour une maladie dont la mortalité est proche de 0,05% ? Aucun. Cette vaccination de masse est inutile. De plus, les risques de la vaccination peuvent être plus importants que les bénéfices.

Le plus inquiétant est que de nombreux pays, dont la France, se disent prêts à vacciner dans les semaines qui viennent, alors que la mise au point et l'évaluation de ces produits se sont faites à la va-vite et qu'aucun résultat de l'efficacité ou de la dangerosité de ces vaccins n'a été publié à ce jour. 

Nous n'avons eu le droit qu'à des communiqués de presse des industriels fabricants, permettant de faire flamber leurs actions en bourse.

Le pire est que les premiers « vaccins >> qu'on nous propose ne sont pas des vaccins, mais des produits de thérapie génique. 

On va injecter des acides nucléiques qui provoqueront la fabrication d'éléments du virus par nos propres cellules. 

On ne connait absolument pas les conséquences de cette injection, car c'est une première chez l'homme. Et si les cellules de certains « vaccinés » fabriquaient trop d'éléments viraux, entrainant des réactions incontrôlables dans notre corps ? 

Les premières thérapies géniques seront à ARN, mais il existe des projets avec l'ADN. Normalement, dans nos cellules, le message se fait de l'ADN vers l'ARN, mais l'inverse est possible dans certaines circonstances, d'autant que nos cellules humaines contiennent depuis la nuit des temps des rétrovirus dits « endogènes >> intégrés dans l'ADN de nos chromosomes. 
Ces rétrovirus « domestiqués » qui nous habitent sont habituellement inoffensifs
(contrairement au VIH, rétrovirus du sida par exemple), mais ils peuvent produire une enzyme, la transcriptase inverse, capable de transcrire à l'envers, de l'ARN vers l'ADN. 
Ainsi un ARN étranger à notre corps et administré par injection pourrait coder pour de l'ADN, tout aussi étranger, qui peut alors s'intégrer dans nos chromosomes. 
Il existe donc un risque réel de transformer nos gènes définitivement. Il y a aussi la possibilité, par la modification des acides nucléiques de nos ovules ou spermatozoïdes, de transmettre ces modifications génétiques à nos enfants. 
Les personnes qui font la promotion de ces thérapies géniques, faussement appelées « vaccins » sont des apprentis sorciers et prennent les Français et plus généralement les citoyens du monde, pour des cobayes. 


Nous ne voulons pas devenir, comme les tomates ou le mais transgéniques des OGM (organismes génétiquement modifiés). Un responsable médical d'un des laboratoires pharmaceutiques fabricants a déclaré il y a quelques jours qu'il espérait un effet de protection individuelle, mais qu'il ne fallait pas trop espérer un impact sur la transmission du virus, donc sur la dynamique de l'épidémie. 

C'est bien là un aveu déguisé qu'il ne s'agit pas d'un vaccin. Un comble.

Je suis d'autant plus horrifié que j'ai toujours été en faveur des vaccins et que j'ai présidé pendant des années des instances élaborant la politique vaccinale. 

Aujourd'hui, il faut dire stop à ce plan extrêmement inquiétant. Louis Pasteur doit se retourner dans sa tombe.
La science, l'éthique médicale et par-dessus tout le bon sens doivent reprendre le dessus.

Christian PERRONNE

 

Portugal :TESTS  PCR NON FIABLES

Une cour d'appel portugaise lance une bombe en statuant que les tests PCR ne sont pas fiables et qu'il est illégal de mettre en quarantaine des personnes sur la seule base d'un test PCR. La Cour a déclaré que la fiabilité du test dépend du nombre de cycles utilisés et de la charge virale présente.
Elle conclut que:

"Si une personne est testée positive par PCR lorsqu'un seuil de 35 cycles ou plus est utilisé (comme c'est la règle dans la plupart des laboratoires en Europe et aux États-Unis), la probabilité que ladite personne soit infectée est inférieure à 3%, et la probabilité que ledit résultat soit un faux positif est de 97%."

Sources :

https://www.globalresearch.ca/portuguese-court-rules-pcr-tests-unreliable-unlawful-quarantine-people/5730027

https://geopolitic.org/2020/11/21/portuguese-court-rules-pcr-tests-unreliable-quarantines-unlawful/

 

HOLD-UP !

Le documentaire dont parle toute la France qui destabilise les (((commanditaires))) du covid 19, les collabos et les anesthésiés du bocal

10 000 000 de vues déjà sur diverses plateformes à l'abri de la (((censure))) !!!

ODYSSEE (2h51mn05s) https://odysee.com/@tylerdurden:3/Hold-Up-le-documentaire:e

IBRY.TV (2h43mn13s) https://lbry.tv/@NiQo:5/HOLD-UP-,-Film-documentaire-sur-la-pand%C3%A9mie-Covid-19-%E2%80%93-sortie-le-11-11-2020:b

BITCHUTE (2h43mn13s) https://profidecatholica.com/2020/11/13/hold-up-le-film-video/

VACCINS, « L’OUTIL DE MORT » https://frontieresblog.wordpress.com/2020/11/09/vaccins-loutil-de-mort/

 

Regardez "Le PLAN expliqué" sur YouTube

https://youtu.be/fsdMx8DfB_E

Une vidéo passionnante sur le travail de Q pour démonter la cabale. Les forces du bien vont triompher !

COVID-19      Feuille de Route

Le plan en 12 étapes pour créer une « nouvelle normalité » totalitaire

 

1 – Créer un problème

Prendre une maladie de type grippal avec des symptômes très courants, qui peut être facilement traitée et qui a un taux de guérison de 99+%. Fondamentalement une mauvaise grippe saisonnière, qui peut, comme toute grippe, être dangereuse pour les personnes dont les systèmes immunitaire est affaibli.

 

2 – Susciter la peur

Utiliser la presse grand public pour provoquer une peur massive. Veiller à ce que tout décès « avec » COVID soit déclaré quotidiennement comme étant un décès « du » au COVID. Signalez de nombreux « cas » même si la plupart des personnes ne présentent AUCUN symptôme ou des symptômes très légers. Ignorez toutes les autres maladies et causes de décès. Censurez toutes les personnes qui posent des questions. Faites en sortie que les gens aient si peur qu’ils soient prêts à renoncer à leurs libertés.

 

3 – Imposer le confinement

Détruire l’économie en imposant le confinement dans le cadre du « Great Reset » planifié par l’élite mondiale :

  1. Détruire les petites entreprises ;
  2. Transférer la richesse et le pouvoir aux entreprises multinationales ;
  3. Provoquer une augmentation massive de la dette des Etats envers les financiers internationaux ;
  4. Favoriser les paiements sans espèces.

 

PERTE DES LIBERTES SOCIALES ET ECONOMIQUES

 

4 – Exagérer les « cas »

Donner l’impression que le virus est plus grave en utilisant des tests PCR peu fiables pour exagérer considérablement le nombre de « cas » chez les personnes en bonne santé qui ne présentent aucun symptôme. Soudoyer les scientifiques avec des subventions et les médecins avec des primes pour soutenir les tests et les vaccinations.

 

5 – Imposer le port du masque

Imposer le port du masque afin de susciter la peur et signaler le respect des règles par le public. En réalité, les masques en tissu et chirurgicaux sont totalement inefficaces contre tous virus. L’utilisation prolongée des masques augmente en fait les risques pour la santé en raison du manque d’oxygène, de l’inhalation d’air vicié et favorise les infections fongiques, la pneumonie bronchique, les affections gingivales et d’autres maladies.

 

6 – Imposer le traçage des contacts

Normaliser la surveillance. Amener les gens à accepter que tous leurs mouvements personnels et leurs contacts sociaux avec des personnes soient suivis, enregistrés et analysés « pour des raisons de santé ».

 

PERTE DE LA VIE PRIVEE

 

7 – Imposer des passeports « santé »

Introduire des applications de « passeport santé » pour les smartphones. Ceux-ci permettront de contrôler et de restreindre la liberté de circulation des personnes et leur capacité à accéder à l’éducation, à l’emploi et à tous les types de services. Ces applications constitueront la base d’un système mondial d’identité et de suivi numériques (ID2020).

 

PERTE DE LA LIBERTE DE CIRCULATION

 

8 – Imposer les réseaux 5G

Les réseaux 5G permettent de collecter en permanence d’énormes quantités de données personnelles à partir des smartphones et de tous les appareils connectés à Internet. La 5G augmente également les radiations à haute fréquence qui peuvent réduire les niveaux d’oxygène dans le sang et déclencher des symptômes respiratoires. Ces maladies induites par la 5G peuvent être imputées au COVID.

 

9 – Imposer les vaccinations obligatoires

La vaccination obligatoire va générer d’énormes profits pour les « Big Pharma » qui ont une immunité légale à 100% pour tous les dommages et les décès. De nouveaux vaccins modifiant l’ADN créeront des humains génétiquement modifiés qui pourront être programmés pour l’obéissance et la stérilité. La vaccination de masse permettre de soutenir les plans de dépopulation mondiale de 9 milliards à seulement 500 millions.

 

PERTE DE LIBERTE DES CORPS

 

10 – Imposer une économie sans espèces

L’argent liquide permet aux gens de faire des achats en toute confidentialité. Mais une économie entièrement sans argent liquide signifie une perte totale de la liberté financière. L’accès aux moyens de paiements digitaux peut être facilement retiré à toute personne qui s’oppose aux opinions ou aux comportements approuvés officiellement.

 

PERTE DE LA LIBERTE FINANCIERE

 

11 – Imposer des implants humains de nanopuces

Déployer des implants de nanopuces d’identification par radiofréquence (RFID commandés à distance pour permettre une surveillance constante, 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7, des mouvements, des contacts, de l’état de santé et des paiements numériques. Ces implants supprimeront toute vie privée. Une fois normalisés, ils deviendront obligatoires et les humains seront contraints de commencer à fusionner avec les machines et l’intelligence artificielle.

 

PERTE DE TOUTE VIE PRIVEE

 

12 – La nouvelle normalité : une tyrannie totalitaire d’ici 2030

Une « nouvelle normalité » au profit d’une petite élite mondiale. Leur plan est un monde dépeuplé, déshumanisé, un monde technologique totalitaire avec des humains génétiquement modifiés, obéissants, nanopucés et connectés en permanence à internet, vivant des vies virtuelles socialement distantes, surveillés et contrôlés 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7 par l’intelligence artificielle. Si on l’autorise, ce sera la tyrannie fasciste/communiste du XXIe siècle. Le COVID est utilisé comme un écran de fumée. REVEILLEZ-VOUS !

 

PERTE DU LIBRE ARBITRE ET DE L’ESPRIT HUMAIN

 

 

Source : https://cv19.fr/2020/10/30/covid-19-feuille-de-route/

 

Les Nanoparticules d'aluminium dans les vaccins passent immédiatement dans le cerveau

Or tous les Alzheimer ont de l’aluminium dans le cerveau

Nota : L’Aluminium est interdit dans tous les médicaments !!!


https://www.youtube.com/watch?v=NrL384ATWUs&fbclid=IwAR0iOyF_h4HZmZAcDroB2MDpWBI7tyL9W6DbuzdoTGEDy8y8niBT_Qq9P0k
(3 min 11 en anglais avec traduction écrite)

https://odysee.com/@libre-consentement-eclaire.fr:8/87478662_1292522427788297_6461771643927658496_n:9

Une courte vidéo de Del Big Tree qui montre bien la folie des masque !
Un additif pour info:
Un masque norme AFNOR, c'est environ 70 pour cent de filtration, le 100 pour cent est impossible. On pourrait s'arrêter là....
Chaque trou minuscule pour laisser passer l'air, c'est 3 microns qui correspond à 3000 nanomètres.
Un virus est infiniment plus petit, soit 20 nanomètres et passe donc très aisément dans ce trou.
Si nous grossissons ce virus jusqu'à 2 CM, dans la même proportion le trou mesure alors 3 mètres. Oui, vous avez bien lu.
C'est la même chose, qu'installer un grillage aéré dans votre jardin pour arrêter les moustiques...

Dans chaque petit trou passe environ 22500 virus ...
Dans un masque classique on dénombre "environ" 30 000 trous de 3 microns.
A chaque inspir, vous respirez environ 675 000 000 de virus.
Par contre avec votre muselière, vous absorbez 20 à 25 pour cent de gaz carbonique et divers "déchets naturels" qui devraient être évacués naturellement
sans le port du bâillon. Une bonne partie peut aller directement vers votre système nerveux.
Tout cela est aisément vérifiable, non pas à la télévision, mais sur des sites sérieux tel que: sante globale.world, et bien d'autres.
Certaines personnes en rajoutent et vont  se promener en forêt, seule,en portant un masque. La cerise sur le gâteau et encore plus fort
au cours de footing ou en vélo. Mon médecin m'a indiqué qu'elle recevait en son cabinet de plus en plus de pathologies suite à cela.
(problème de peau, de poumons et j'en passe)....Alors pourquoi cette obstination iraisonnable des "autorités" à persister dans cette voie?

Youtube : Scandales du Covid-19 : l’avocat du Pr. Raoult dit tout – Le Samedi Politique

Une excellent interview d’un avocat qui montre la folie des gouvernants actuels qui n’obéissant qu’aux puissances des ploutocrates et ne se soucient pas de la santé des populations.

Il revient également sur le fameux principe de précaution, brandi par les politiques pour justifier des mesures liberticides mais passé sous silence quand il s’agit d’hypothétiques vaccins contre le Covid-19… dont on ne sait rien sinon qu’ils ont de lourdes implications pour l’industrie pharmaceutique sur les marchés financiers !

Il montre que toutes les mesures actuelles n’ont aucun fondement scientifique et sont totalement absurdes

 

MADAGASCAR : 251 morts attribués au Covid-19 sur 30 millions d'habitants (depuis 10 mois cumulés)

Vacciner la population avec des vaccins très sujets à caution est-il 
judicieux du fait d'un taux de mortalité (0,0008 %) aussi négligeable ?
Le président malgache Rajoelina a décidé que non !
Il estime que les remèdes naturels de la pharmacopée traditionnelle 
malagasy, basée sur de très nombreuses plantes aux propriétés 
médicinales reconnues et éprouvées sur le terrain, qui a montré qu'elle 
pouvait contenir efficacement l'épidémie, était suffisamment performants 
pour éviter de courir un risque quelconque avec des vaccins utilisant de 
nouvelles technologies non éprouvées impactant le génome humain, 
élaborés à la hâte par des industriels pharmaceutiques en quête de 
profits records...
Un pied de nez  à l'OMS, à Big Pharma et à Bill Gates !
https://www.rfi.fr/fr/afrique/20201127-covid-19-%C3%A0-madagascar-le-gouvernement-refuse-les-vaccins-et-pr%C3%A9f%C3%A8re-les-rem%C3%A8des-locaux

 

Pourquoi le test COVID-19 est une erreur tragique

PEPARE FOR CHANGE

Sur le site Web du Dr Joseph Mercola:

Histoire en un coup d'œil

  • Les tests PCR ne sont pas conçus pour être utilisés comme outil de diagnostic car ils ne peuvent pas faire la distinction entre les virus inactifs et les virus «vivants» ou reproducteurs
  • L'amplification sur 35 cycles est considérée comme non fiable et scientifiquement injustifiée, mais de nombreux laboratoires utilisent 45 cycles. Cela amplifie toute petite séquence d'ADN viral qui pourrait être présente au point que le test indique «positif» même si la charge virale est extrêmement faible ou le virus est inactif
  • Le test PCR peut également détecter la présence d'autres coronavirus, donc un résultat positif peut simplement indiquer que vous avez récupéré d'un rhume dans le passé
  • Des millions de personnes portent simplement un ADN viral inactif qui ne présente aucun risque pour personne, mais des résultats de tests positifs sont utilisés par la technocratie mondiale pour mettre en œuvre un tout nouveau système économique et social basé sur une surveillance draconienne et des contrôles totalitaires
  • La recherche montre que la stratégie de verrouillage mondial nuit plus à la santé publique que le virus lui-même

Depuis le début de la pandémie de COVID-19, l'appel du clairon a été de tester, tester et tester encore plus. Cependant, dès le début, de sérieuses questions se sont posées sur les tests utilisés pour diagnostiquer cette infection, et les questions ne font que se multiplier depuis.

Des tests positifs de réaction en chaîne par polymérase de transcription inverse (RT-PCR) ont été utilisés pour justifier le maintien de grandes parties du monde enfermées pendant la majeure partie de 2020.

Ceci, malgré le fait que les tests PCR se sont avérés remarquablement peu fiables avec des taux élevés de faux résultats, et ne sont pas conçus pour être utilisés comme un outil de diagnostic en premier lieu car ils ne peuvent pas faire la distinction entre les virus inactifs et les virus «vivants» ou reproductifs.

Le Dr Mike Yeadon, ancien vice-président et directeur scientifique de Pfizer, a même déclaré publiquement 1 que des résultats faussement positifs provenant de tests PCR non fiables sont utilisés pour «fabriquer une 'deuxième vague' basée sur de 'nouveaux cas' ', fait une deuxième vague est hautement improbable.

Comprendre les tests PCR

Comprendre les tests PCR

Avant sa mort, l'inventeur du test PCR, Kary Mullis, a souligné à plusieurs reprises mais sans succès que ce test ne doit pas être utilisé comme outil de diagnostic pour la simple raison qu'il est incapable de diagnostiquer la maladie. Un test positif ne signifie pas réellement qu'une infection active est présente. Comme indiqué dans une publication des Centers for Disease Control and Prevention des États-Unis sur le coronavirus et les tests PCR datée du 13 juillet 2020: 2

  • La détection de l'ARN viral peut ne pas indiquer la présence d'un virus infectieux ou que le 2019-nCoV est l'agent causal des symptômes cliniques.
  • Les performances de ce test n'ont pas été établies pour le suivi du traitement de l'infection au 2019-nCoV.
  • Ce test ne peut pas exclure des maladies causées par d'autres agents pathogènes bactériens ou viraux.

Alors, que nous dit réellement le test PCR ? L'écouvillon PCR recueille l'ARN de votre cavité nasale. Cet ARN est ensuite transcrit en sens inverse en ADN. Cependant, les extraits génétiques sont si petits qu'ils doivent être amplifiés pour devenir discernables. Chaque cycle d'amplification est appelé un cycle.

L'amplification sur 35 cycles est considérée comme non fiable et scientifiquement injustifiée, mais les tests Drosten et les tests recommandés par l'Organisation mondiale de la santé sont fixés à 45 cycles.

Cela amplifie toutes les séquences d'ADN viral, même insignifiantes, qui pourraient être présentes au point que le test indique «positif», même si la charge virale est extrêmement faible ou si le virus est inactif. En raison de ces seuils de cycle excessifs, vous vous retrouvez avec un nombre beaucoup plus élevé de tests positifs que vous ne le feriez autrement.

Nous avons également eu des problèmes avec des tests défectueux et contaminés. Dès que la séquence génétique du SRAS-CoV-2 est devenue disponible en janvier 2020, des chercheurs allemands ont rapidement développé un test PCR pour le virus.

En mars 2020, le New York Times 3 a rapporté que les kits de test initiaux développés par le CDC avaient été jugés défectueux. The Verge a également signalé 4 que ce test CDC défectueux est devenu à son tour la base du test de l'OMS, que le CDC a fini par refuser d'utiliser.

Les tests PCR ne peuvent pas détecter l'infection

Peut-être plus important encore, les tests PCR ne peuvent pas faire la distinction entre les virus inactifs et les virus «vivants» ou reproducteurs. Cela signifie que les tests PCR ne peuvent pas détecter l'infection. Période. Il ne peut pas vous dire si vous êtes actuellement malade, si vous développerez des symptômes dans un proche avenir ou si vous êtes contagieux.

Les tests peuvent détecter des débris morts ou des particules virales inactives qui ne présentent aucun risque pour le patient et les autres. De plus, le test peut détecter la présence d'autres coronavirus, donc un résultat positif peut simplement indiquer que vous avez récupéré d'un rhume dans le passé.

Une «infection» se produit lorsqu'un virus pénètre dans une cellule et se réplique. Au fur et à mesure que le virus se multiplie, les symptômes se manifestent. Une personne n'est contagieuse que si le virus se réplique réellement. Tant que le virus est inactif et ne se réplique pas, il est totalement inoffensif pour l'hôte et les autres.

Si vous ne présentez aucun symptôme, il est probable qu'un test positif signifie simplement qu'il a détecté de l'ADN viral inactif dans votre corps. Cela signifierait également que vous n'êtes pas contagieux et que vous ne présentez aucun risque pour personne.

Pour toutes ces raisons, un certain nombre de scientifiques très respectés du monde entier disent maintenant que ce que nous avons n'est pas une pandémie de COVID-19 mais une pandémie de test PCR. Dans son article 5 du 20 septembre 2020 «Mensonges, mensonges damnés et statistiques de santé - Le danger mortel des faux positifs», Yeadon explique pourquoi baser notre réponse pandémique sur des tests PCR positifs est si problématique.

En bref, il semble que des millions de personnes portent simplement un ADN viral inactif qui ne présente aucun risque pour personne, mais ces résultats de test sont utilisés par la technocratie mondiale pour mettre en œuvre un tout nouveau système économique et social basé sur une surveillance draconienne et totalitaire. contrôles .

Justifications créées artificiellement pour les contrôles totalitaires

Tel que rapporté par The Vaccine Reaction, 29 septembre 2020: 6

«Le seuil du test est si élevé qu'il détecte les personnes porteuses du virus vivant ainsi que celles avec quelques fragments génétiques laissés par une infection antérieure qui ne présente plus de risque. C'est comme trouver un cheveu dans une pièce après qu'une personne l'ait quitté, dit Michael Mina, MD, épidémiologiste à la Harvard TH Chan School of Public Health. sept

Dans trois ensembles de données de test comprenant des seuils de cycle compilés par des responsables du Massachusetts, de New York et du Nevada, jusqu'à 90% des personnes testées positives ne portaient pratiquement aucun virus, une revue du New York Times a révélé 8 …

«Nous utilisons un seul type de données pour tout, et c'est juste plus ou moins - c'est tout», a déclaré le Dr Mina. «Nous utilisons cela pour les diagnostics cliniques, pour la santé publique, pour la prise de décision politique.

Mais «oui» ou «non» ne suffit pas, a-t-il ajouté. C'est la quantité de virus qui devrait dicter les prochaines étapes du patient infecté. "Il est vraiment irresponsable, je pense, de renoncer à reconnaître qu'il s'agit d'un problème quantitatif", a déclaré le Dr Mina.

Encore une fois, les experts médicaux conviennent que tout seuil de cycle supérieur à 35 cycles rend le test trop sensible, car à ce stade, il commence à détecter des fragments d'ADN inactifs inoffensifs. Mina pense qu'un seuil plus raisonnable serait de 30 ou moins.

La modification du seuil de cycle de 40 cycles à 35 cycles a éliminé environ 43% des résultats positifs. Le limiter à 30 cycles a éliminé 63%.

Selon le New York Times, 9 propres calculs de la CDC montrent qu'il est extrêmement peu probable de détecter des virus vivants dans des échantillons qui sont passés par plus de 33 cycles et la recherche 10 publiée en Avril 2 020 patients conclus avec des tests de PCR positifs qui ont un seuil de cycle ci - dessus 33 n'étaient pas contagieux et pouvaient être libérés de l'hôpital ou de l'isolement à domicile en toute sécurité.

Surtout, lorsque les responsables du laboratoire de l'État de New York, le Wadsworth Center, ont réanalysé les données de test à la demande du Times, ils ont constaté que le passage du seuil de 40 cycles à 35 cycles éliminait environ 43% des résultats positifs. Le limiter à 30 cycles a éliminé 63%. 11 La réaction vaccinale ajoute: 12

«Dans le Massachusetts, de 85 à 90% des personnes qui ont été testées positives en juillet avec un seuil de cycle de 40 auraient été jugées négatives si le seuil était de 30 cycles, a déclaré le Dr Mina. "Je dirais qu'aucune de ces personnes ne devrait être retracée, pas une seule", a-t-il déclaré.

«Je suis vraiment choqué que cela puisse être aussi élevé - la proportion de personnes ayant des résultats de haute valeur CT», a déclaré Ashish Jha, MD, directeur du Harvard Global Health Institute. «Mon garçon, cela change-t-il vraiment la façon dont nous devons penser aux tests» 13 …

Fin août, la Food and Drug Administration (FDA) des États-Unis a approuvé le premier test rapide de coronavirus qui ne nécessite aucun équipement informatique spécial. Fabriqué par Abbot Laboratories, le test de 15 minutes [BinaxNOW] se vendra 5 $ US, mais nécessite toujours un prélèvement nasal par un agent de santé. 14

Le test Abbot est le quatrième test rapide au point de service qui recherche la présence d'antigènes plutôt que le code génétique du virus comme le font les tests moléculaires par PCR. 15 "

Un gaspillage massif de ressources

Comme l'ont noté le Dr Tom Jefferson et le professeur Carl Henegan dans un article du 31 octobre 2020 dans le Daily Mail, 16 les tests PCR de masse ont été un gaspillage ou des ressources massives, car ils ne nous fournissent pas les informations dont nous avons réellement besoin pour savoir - qui est contagieux, dans quelle mesure le virus se propage-t-il et à quelle vitesse se propage-t-il?

Au lieu de cela, cela a conduit à une dévastation économique due à des fermetures d'entreprises et à l'isolement de personnes non infectieuses chez elles pendant des semaines et des mois. Jefferson et Henegan affirment qu'ils ont partagé leur plan de réponse à la pandémie avec le Premier ministre britannique Boris Johnson il y a plus d'un mois, et l'ont juste présenté à nouveau. «Nous lui demandons de prêter attention et de l'adopter», écrivent-ils, ajoutant:

«Il n'y a que deux choses dont nous pouvons être certains: premièrement, que les verrouillages ne fonctionnent pas à long terme… L'idée qu'un mois de difficultés économiques permettra une sorte de 'réinitialisation', nous permettant un avenir meilleur, est une mythe. Que se passera-t-on quand cela se terminera? Pendant ce temps, des restrictions toujours croissantes détruiront des vies et des moyens de subsistance.

La deuxième certitude est la suivante: que nous devons trouver un moyen de sortir du désordre qui ne fait pas plus de dégâts que le virus lui-même… Notre stratégie serait de s'attaquer aux quatre principaux échecs.

Ces quatre domaines sont:

  1. Résoudre les problèmes du programme de tests de masse du gouvernement
  2. Lutter contre «le fléau des statistiques confuses et contradictoires»
  3. Protéger et isoler les personnes vulnérables - principalement les personnes âgées, mais aussi les patients hospitalisés en général et le personnel - tout en permettant aux autres de conserver «un semblant de vie normale»
  4. Informez le public des coûts réels et quantifiables du verrouillage qui «tuent des gens aussi sûrement que le COVID-19»

«Si nous faisons ces choses, il y a un réel espoir que nous pourrons apprendre à vivre avec le virus. Cela, après tout, était censé être le plan », notent Jefferson et Henegan. En ce qui concerne les tests, le couple appelle «à un programme national de contrôle de la qualité des tests pour garantir que les résultats sont exacts, précis et cohérents».

Surtout, nous ne devons pas nous fier uniquement aux lectures positives / négatives. Les résultats doivent être évalués par rapport à d'autres facteurs, tels que l'âge du sujet et s'ils sont symptomatiques, pour déterminer qui pose réellement un risque infectieux. Vous pouvez consulter les détails complets de leur plan proposé à la fin de leur article du Daily Mail. 17

Les dangers du verrouillage ont été exclus de la discussion publique

Jefferson et Henegan ne sont pas les seuls à souligner le fait que la stratégie de verrouillage mondial cause plus de dommages et de destructions que le virus lui-même. Dans un article du 16 juin 2020 dans The Federalist, James Lucas, un avocat de la ville de New York, a écrit: 18

«Si nous permettons aux modèles et aux modélisateurs de dicter la nature entière de notre société, on espère que les modèles sont aussi complets que possible. Pourtant, les modèles épidémiologiques qui ont tellement transformé notre monde sont gravement incomplets, et donc fondamentalement inadéquats.

Toute thérapie médicale est censée être testée à la fois pour son efficacité et sa sécurité. Plusieurs études 19 ont examiné l' efficacité des verrouillages dans la lutte contre la propagation du virus COVID-19, avec des conclusions mitigées.

Jusqu'à présent, cependant, aucune de ces études ou modèles n'a analysé le côté sécurité de la thérapie de verrouillage. En réponse aux questions des médecins Sens. Rand Paul et Bill Cassidy, le Dr Anthony Fauci admet 20 que ce côté de l'équation n'a pas été pris en compte dans les modèles qui dirigent actuellement notre monde.

Comme indiqué dans une lettre ouverte 21 récemment signée par plus de 600 professionnels de la santé, les coûts de santé publique liés aux verrouillages - décrits comme un «incident faisant des victimes massives» sont réels et en augmentation.

Ces modèles sont des estimations basées sur des recherches existantes. Les projections en constante évolution des décès dus aux coronavirus sont des extrapolations de recherches sur des épidémies antérieures. Pourtant, les modélisateurs n'ont aucune excuse pour laisser les évaluations des coûts massifs des verrouillages pour la santé publique de leurs modèles. »

Les coûts cachés des verrouillages

Comment la «thérapie de verrouillage» affecte-t-elle la sécurité publique? Dans son article, Lucas souligne ce qui suit: 22

• Augmentation des taux de maladies chroniques en raison du chômage, de la pauvreté et de la suspension des soins médicaux non COVID - Une étude 23 de la Veterans Administration a montré que le fait de retarder le traitement du cancer d'un mois seulement entraînait une augmentation de 20% de la mortalité. Une autre étude 24 a révélé que chaque retard d'un mois dans le diagnostic du cancer du sein augmentait la mortalité de 10%

• Augmentation des taux de problèmes de santé mentale en raison du chômage et de l'isolement

• Augmentation des taux de mortalité par suicide - Dans une étude 25, le fait d' être au chômage était associé à un risque relatif de suicide de deux à trois fois plus élevé. Une étude plus récente 26 estime que les «décès dus au désespoir» liés aux verrouillages pourraient être d'environ 75 000 aux États-Unis.

• Durée de vie collective réduite - Le chômage prolongé est également associé à des vies plus courtes et plus saines. Hannes Schwandt, chercheur en économie de la santé à la Northwestern University, estime qu'un arrêt économique prolongé pourrait raccourcir la durée de vie de 6,4 millions d'Américains entrant sur le marché du travail d'environ deux ans en moyenne. 27 Lucas note:

«Si les épidémiologistes ne se soucient pas de tenir compte de ce bilan, une autre profession le doit. Une étude 28 qui vient d'être publiée par un groupe d'actuaires sud-africains estime que la réduction nette de la durée de vie due à l'augmentation du chômage et de la pauvreté due à un verrouillage national dépassera la durée de vie accrue due aux vies sauvées du COVID-19 par le verrouillage d'un facteur 30. à 1.

En d'autres termes, chaque année de vie supplémentaire attribuable à l'isolement des victimes potentielles du coronavirus dans le verrouillage coûte 30 années perdues en raison des effets négatifs sur la santé publique d'un verrouillage ... »

Le manque d'éducation est également associé à une durée de vie nettement plus courte et à une santé plus mauvaise. Meurent décrocheurs du secondaire sur neuf ans en moyenne plus tôt que les diplômés des collèges, 29 et la fermeture des écoles affectent de manière disproportionnée les étudiants les plus pauvres.

Qui paie le plus?

Comme l'a noté Lucas, en plus de calculer les coûts globaux pour la société, les modélisateurs doivent également déterminer «à qui ces coûts incombent», car les coûts ne sont pas supportés également par tous. Les conséquences des verrouillages affectent de manière disproportionnée ceux qui sont déjà les plus vulnérables - financièrement et en termes de santé - tels que ceux qui vivent près du seuil de pauvreté, les malades chroniques, les personnes atteintes de maladie mentale et les minorités en général.

«Contrairement au slogan des relations publiques, nous ne sommes PAS tous dans le même bateau », écrit Lucas. 30 «Nous avons besoin d'une propagande pro-lockdown moins insipide vantant les vertus des travailleurs« essentiels », et d'une analyse plus sérieuse de l'énorme bilan de santé publique que les lock-out leur imposent. Sinon, nous pourrions en venir à voir l'ère du coronavirus comme simplement le moment où les élites pro-lockdown ont sacrifié la classe ouvrière 31 pour se protéger.

Une pandémie de peur

Un article du 28 octobre 2020 publié par le Ron Paul Institute souligne que: 32

«Depuis que la prétendue pandémie a éclaté en mars dernier, les médias grand public ont craché un flux continu de désinformation qui semble être axé sur la génération de la peur maximale parmi les citoyens.

Mais les faits et la science ne soutiennent tout simplement pas l'image grave d'un virus mortel balayant le pays. Oui, nous avons une pandémie, mais c'est «une pandémie de pseudo-science égarée se faisant passer pour un fait impartial».

Neuf faits qui peuvent être corroborés par des données «brossent un tableau très différent de la peur et de la crainte d'être implacablement percutées dans le cerveau de citoyens sans méfiance», déclare l'article. Outre le fait que les tests PCR sont pratiquement inutiles, pour toutes les raisons déjà mentionnées, ces faits étayés par des données comprennent:

1. Un test positif n'est PAS un «cas» - Comme l'explique le Dr Lee Merritt dans saconférence deMédecins pour la préparation aux catastrophes 33 d' août 2020, présentée dans « Comment la technocratie médicale a rendu la plandémie possible », les médias et les responsables de la santé publique semblent avoir intentionnellement confondu des «cas» ou des tests positifs avec la maladie réelle.

Médicalement parlant, un «cas» fait référence à une personne malade. Il n'a jamais fait référence à quelqu'un qui ne présentait aucun symptôme de maladie. Maintenant, tout d'un coup, ce terme médical bien établi, «cas», a été complètement et arbitrairement redéfini pour désigner une personne qui a été testée positive pour la présence d'ARN viral. Comme l'a noté Merritt, «Ce n'est pas de l'épidémiologie. C'est de la fraude. »

2. Selon le CDC 34 et d'autres données de recherche 35, le taux de survie au COVID-19 est supérieur à 99% et la grande majorité des décès surviennent chez les plus de 70 ans, ce qui est proche de l'espérance de vie normale.

3. L' analyse des CDC révèle que 85% des patients testés positifs pour le COVID-19 portaient des masques faciaux «souvent» ou «toujours» dans les deux semaines précédant leur test positif. Comme indiqué dans l'article de Ron Paul 36, «La seule conclusion rationnelle de cette étude est que les masques en tissu offrent peu ou pas de protection contre l'infection à Covid-19.»

4. Il existe des thérapies peu coûteuses et éprouvées pour le COVID-19 - Les exemples incluent divers schémas impliquant l' hydroxychloroquine avec du zinc et des antibiotiques , des protocoles à base de quercétine , le protocole MATH + et du peroxyde d'hydrogène nébulisé .

5. Le taux de mortalité n'a pas augmenté malgré les décès dus à une pandémie - Les données 37 , 38 montrent que la mortalité globale toutes causes confondues est restée stable en 2020 et ne s'écarte pas de la norme. En d'autres termes, le COVID-19 n'a pas tué plus de population qu'il n'en serait de toute façon mort au cours d'une année donnée.

Comme il est indiqué dans l'article Ron Paul, 39 « Selon le CDC au début de mai 2020 , le nombre total de décès aux États - Unis était 944251 du 1er Janvier - Avril 30 mai . C'est en fait légèrement inférieur au nombre de décès au cours de la même période en 2017, lorsque 946 067 décès au total ont été signalés. »

15000 médecins et scientifiques appellent à la fin des verrouillages

Dans l'ensemble, il y a de nombreuses raisons de soupçonner que les verrouillages continus , la distanciation sociale et les mandats de masque sont totalement inutiles et ne modifieront pas de manière significative le cours de cette maladie pandémique, ni le décompte final des décès.

Et, en ce qui concerne les tests PCR universels où les individus sont testés toutes les deux semaines ou même plus fréquemment, qu'ils présentent des symptômes ou non, il s'agit clairement d'un effort inutile qui produit des données inutiles. C'est juste un outil pour répandre la peur , qui à son tour permet la mise en œuvre rapide des mécanismes de contrôle totalitaire nécessaires pour réussir la grande réinitialisation . Heureusement, de plus en plus de gens commencent maintenant à voir à travers ce complot.

Environ 45.000 scientifiques et les médecins du monde entier ont déjà signé la Grande Déclaration Barrington, 40 qui appelle à la fin à tous les verrouillages et la mise en œuvre d'une approche de l' immunité des troupeaux à la pandémie, les gouvernements sens devraient permettre à des personnes qui ne sont pas à risque important de Covid-19 graves maladie pour revenir à une vie normale, car l'approche de verrouillage a un effet dévastateur sur la santé publique - bien pire que le virus lui-même. 41 , 42 La déclaration déclare: 43

«Venant de la gauche et de la droite, et du monde entier, nous avons consacré notre carrière à la protection des personnes. Les politiques de verrouillage actuelles ont des effets dévastateurs sur la santé publique à court et à long terme…

L'approche la plus compatissante qui équilibre les risques et les avantages d'obtenir l'immunité collective est de permettre à ceux qui courent un risque minimal de mort de vivre normalement leur vie pour développer une immunité contre le coronavirus grâce à une infection naturelle, tout en protégeant mieux ceux qui sont les plus à risque. . Nous appelons cela une protection ciblée. »

La déclaration souligne que les politiques de verrouillage actuelles entraîneront à l'avenir une surmortalité, principalement parmi les jeunes et la classe ouvrière. Au 5 novembre 2020, la Déclaration de Great Barrington 44 avait été signée par 11 791 scientifiques en médecine et en santé publique, 33 903 médecins et 617 685 «citoyens concernés

 

ODYSEE :

Silvano Trotta L'imposture des masques obligatoires contre le coronavirus

"Vous savez que ce mensonge va s'effondrer" Le Dr. Merritt sur les masques

La course folle au vaccin

Laurent de nouvelles pages santé

Début août 2020, Vladimir Poutine annonçait : « La Russie a développé le premier vaccin contre le coronavirus.2 »

En octobre, des centaines de milliers de Chinois se sont vu administrer un vaccin alors que les tests cliniques n'étaient pas terminés.

En ce mois de novembre, deux laboratoires américains, Pfizer (associé à l'allemand BioNtech) et Moderna, annoncent avoir développé un vaccin efficace à 90 % et 94,5 %.

L'exploit est historique : après seulement 10 mois de recherche, nous sommes sauvés !

Pourtant, le Dr Odile Launay, infectiologue à l’hôpital Cochin, déclarait en juillet dernier :

« Au mieux, nous pourrons disposer d’un vaccin en septembre 2021. Il faut généralement une dizaine d'années pour développer un vaccin. La durée de suivi des effets secondaires est de deux ans avant d'envisager une campagne de vaccination de masse.3 »

Personnellement, je ne sais pas si je dois être rassuré ou effrayé.

Lors de l’annonce russe du mois d’août, les instances de santé se sont insurgées : Moscou refusait de communiquer le résultat des essais menés sur son vaccin.

Or, les publications scientifiques de Pfizer et de Moderna sont à ce jour tout aussi INEXISTANTES !

La blague ne s'arrête pas là : Pfizer compte demander sous peu à l'Agence américaine des médicaments (FDA) une autorisation d'utilisation d'urgence pour son vaccin.

Quand on pense que la médecine intégrative se voit reprocher un manque de publications scientifiques, on est en droit de se dire que certains bénéficient d'un étonnant traitement de faveur…

L’ARN messager, une première pour un vaccin

Le vaccin en cours de développement chez Pfizer et Moderna est basé sur la technologie de « l'ARN messager » : des instructions génétiques pénètrent les cellules et les reprogramment pour qu'elles fabriquent un antigène du coronavirus et activent le système immunitaire.

Or, ce principe n'a encore jamais fait ses preuves.

Le Pr Emmanuel André, qui travaille avec son équipe sur un vaccin plus conventionnel, livre ses craintes à la RTBF4 :

« Les vaccins ARN ne donneront pas une immunité très longue. Il faudrait alors revacciner régulièrement, sans doute tous les ans, à l’image du vaccin contre la grippe. »

La quête d'un vaccin coronavirus a engendré plus de 9 milliards de dollars d’investissements boursiers ces derniers mois5.

Les États passent des commandes gigantesques pour ce supposé vaccin.

On comprend aisément qu'un retour sur investissement est attendu.

Et rapide, s’il vous plaît !

L’OMS recense 168 pôles de recherche sur le vaccin dans le monde.

C’est pourtant Moderna, néophyte en la matière, qui rafle la mise : son action est passée de 19 dollars en janvier, à près de 70 dollars fin août, soit une valorisation de plus de 26 milliards de dollars !

Doit-on s'étonner du tapage médiatique autour de sa prouesse ?

Le bon sens ne vaccine pas, il protège

En attendant un hypothétique vaccin, le meilleur moyen de se protéger d’une infection virale passe par ces trois mesures simples.

  • Misez sur la vitamine
  • Deux études6 (qui, elles, ont été publiées !) montrent que la supplémentation en vitamine D3, pendant ou juste avant la maladie, est associée à un COVID-19 moins sévère et à un meilleur taux de survie.

L’Académie nationale de médecine n’est pas en reste :

« La vitamine D module le fonctionnement du système immunitaire par stimulation des macrophages et des cellules dendritiques et joue un rôle dans la régulation et la suppression de la réponse inflammatoire cytokinique à l’origine du syndrome de détresse respiratoire aigu qui caractérise les formes sévères et souvent létales de Covid-19.7 »

On ne peut pas faire plus clair.

Pour avoir des apports suffisants, il suffit de s’exposer au soleil 30 minutes par jour et de consommer très régulièrement des poissons gras, des œufs (jaune cru) et des huiles végétales de qualité pour leur teneur en vitamine D alimentaire (sardine : 14 ɥg pour 100 grammes ; maquereau : 6,4 ; huile de foie de morue : 100 ! ).

  • Prenez soin de votre terrain

La base : une alimentation saine et équilibrée.

Puis, donnez de temps en temps un coup de pouce à votre flore intestinale, votre immunité en dépend : une supplémentation efficace en probiotiques doit apporter entre 10 et 100 milliards de micro-organismes vivants par prise.

Les meilleures sources alimentaires de probiotiques sont les ferments lactiques contenus dans les yaourts, fromages, légumes lactofermentés (cornichons, choucroute, miso), les boissons fermentées (kombucha, kéfir, bière non pasteurisée).

Envisagez une bonne cure de détox si vous n'êtes pas très scrupuleux au niveau hygiène de vie : jeûne intermittent, monodiète, etc.

Conservez une activité physique régulière.

  • Le zinc, votre essentiel immunité

Une carence chronique en zinc entraîne une production accrue de cytokines pro-inflammatoires8. Pour rappel, la flambée de cytokine est un facteur essentiel dans les formes graves de Covid.

Les meilleures sources alimentaires de zinc sont les protéines animales et marines en général (en consommer une fois par jour suffit à apporter ce qu'il faut), pour le monde végétal, le cacao, les noix de cajou, les lentilles, le germe de blé. Le zinc est peu présent dans les légumes et les fruits. Cure de 10 à 15 mg par jour de bisglycinate de zinc pendant 1 mois.

Si aucun ne prémunit à 100 % contre le coronavirus, la prévention optimisée comporte moins de zones d’ombre que les vaccins providentiels.

 

La stratégie de Macron pour éviter la mise en accusation et le procès pour haute trahison.
 

Prolonger la pseudo pandémie pour empêcher la destitution et le procès de Macron

Il convient de rappeler qu’en cas de haute trahisonl’immunité du président de la République peut être levée constitutionnellement. Dans la foulée, les nombreux complices de Macron seraient à leur tour traduits en justice. Un séisme politique cyclopéen, dont une bonne partie des collaborateurs du Système qui règne sur la France pourrait bien sortir écrasée.

Mais cette prise de conscience, si périlleuse pour lui comme le sait Macron lui-même, ne peut venir que du peuple. Et seulement du peuple.

En effet, tous les responsables politiques, de Marine Le Pen à Jean-Luc Mélenchon et tous le s autres, ont approuvé le verrouillage généralLa plupart d’entre eux ont même souvent joué le jeu de la surenchère. Par conséquent, ils ne peuvent aujourd’hui dénoncer rétrospectivement le verrouillage général, car ils étaient des complices plus ou moins consentants. De même, presque tous les médias, en particulier les médias subventionnés et les journalistes domestiqués, se sont comportés pendant tout le confinement comme des auxiliaires de la terreur.

Sans parler de nos brillants intellectuels français, qui sont tous tombés, pour ainsi dire, sans exception, dans le piège. Même les rares voix discordantes, de Michel Onfray à André Comte-Sponville, n’ont jamais sérieusement remis en cause la pertinence du lock-out général qui a paralysé le pays de mars à mai 2020. Au contraire, tous y ont plus ou moins adhéré. Comme nous l’avons souligné à l’époque, ceux qui, dans les médias et dans le monde intellectuel, ont dénoncé le verrouillage général se comptent sur les doigts d’une main.

Le scandale du verrouillage était aussi la faillite de la classe politique et de l’entreprise journalistique, et la faillite des intellectuels français, qui, il est vrai, faisaient partie d’une longue et lamentable tradition.

Résumons

Au-delà de l’enfermement général, du couvre-feu et de toutes les mesures désastreuses qui s’y rattachent, c’est l’imposture d’Emmanuel Macron qu’il faut enfin comprendre et dénoncer. Une imposture qui a consisté et consiste encore à utiliser le prétexte d’une maladie dont le taux de létalité varie selon les études entre 0,1% et 0,6%, pour justifier des mesures qui ont ruiné tout le pays, avec l’objectif inavoué mais évident de mettre la France à genoux et enfin appliquer une politique qu’une majorité de Français rejette absolument.  

En d’autres termes, ce qu’il faut appeler «l’affaire Covid-19» est une vaste conspiration, une machination machiavélique à visée anti-démocratique et anti-républicaine fomentée par les plus hautes autorités de l’Etat, notamment par le Président de la République.

Elle Macpherson s’engage pour une campagne antivax
> https://lematin.ch/story/elle-macpherson-sengage-pour-une-campagne-antivax-173295597143


Plus de 80% des patients COVID sont déficients en vitamine D

24 novembre 2020 par Derek Knauss

Sur le site Web du Dr Joseph Mercola:

Histoire en un coup d'œil

  • La carence en vitamine D est devenue un facteur de risque principal d'infection sévère au COVID-19 et de décès. Il a même été démontré que des niveaux plus élevés de vitamine D réduisaient votre risque de test positif au virus en premier lieu
  • Selon une étude espagnole, 82,2% des patients COVID-19 testés étaient déficients en vitamine D
  • Une étude a révélé que votre risque de développer un cas grave de COVID-19 et d'en mourir disparaît pratiquement une fois que votre taux de vitamine D dépasse 30 ng / mL (75 nmol / L)
  • La vitamine D peut réduire votre risque de COVID-19 et d'autres infections respiratoires via plusieurs mécanismes différents, notamment la réduction de la survie et de la réplication des virus, la réduction de la production de cytokines inflammatoires et le maintien de l'intégrité endothéliale
  • La couleur foncée de la peau, l'âge accru, les maladies chroniques préexistantes et la carence en vitamine D sont toutes des caractéristiques d'une maladie COVID grave. Parmi ceux-ci, la carence en vitamine D est le seul facteur modifiable. En tant que tel, il serait insensé d'ignorer, d'autant plus que les suppléments de vitamine D sont facilement disponibles et à faible coût.

Outre la résistance à l'insuline, discutée dans « La vraie pandémie est la résistance à l'insuline », la carence en vitamine D est devenue un facteur de risque principal d'infection sévère au COVID-19 et de décès. Il a même été démontré que des niveaux plus élevés de vitamine D réduisaient votre risque de test positif au virus en premier lieu.

Faire passer le mot à ce sujet - en particulier auprès de la communauté noire et des personnes âgées dans les maisons de soins infirmiers - pourrait avoir un impact significatif sur les futurs taux d'hospitalisation et de mortalité dus à ce virus.

Si vous avez un être cher dans une maison de soins infirmiers, prendre le temps de parler à la direction médicale du test et de la supplémentation en vitamine D pourrait également faire une grande différence dans la santé générale de tous les résidents, car la vitamine D est quelque chose qui peut renforcer votre système immunitaire en quelques semaines et présente de nombreux avantages pour la santé en plus de réduire le risque de maladie virale.

La grande majorité des patients atteints de COVID-19 ont une carence en vitamine D

Selon une étude espagnole 1 , 2 , 3 publiée en ligne le 27 octobre 2020 dans The Journal of Clinical Endocrinology & Metabolism, 82,2% des patients COVID-19 testés se sont avérés déficients en vitamine D, dont le terme médical est 25 -hydroxycholécalciférol (25OHD).

Les chercheurs ont comparé les niveaux de vitamine D de 216 patients atteints de COVID-19 et de 197 témoins basés dans la population, constatant que les patients hospitalisés sous COVID-19 avaient une prévalence plus élevée de carence et des taux de vitamine D. Tel que rapporté par les auteurs: 4

«Chez les patients COVID-19, les niveaux moyens ± SD 25OHD étaient de 13,8 ± 7,2 ng / ml, comparés à 20,9 ± 7,4 ng / ml chez les témoins. Les valeurs de 25OHD étaient plus faibles chez les hommes que chez les femmes. Une carence en vitamine D a été trouvée dans 82,2% des cas de COVID-19 et 47,2% des témoins basés dans la population.

La 25OHD est inversement corrélée aux taux sériques de ferritine et de D-dimères. Les patients atteints de COVID-19 carencés en vitamine D présentaient une prévalence plus élevée d'hypertension et de maladies cardiovasculaires, des taux sériques de ferritine et de troponine élevés, ainsi qu'une durée d'hospitalisation plus longue que ceux dont le taux sérique de 25 OHD était ≥ 20 ng / ml.

Bien que cette étude particulière n'ait pas réussi à trouver une corrélation entre les niveaux de vitamine D et la gravité de la maladie, d'autres études ont montré que les patients avec des niveaux plus élevés ont tendance à avoir une maladie plus bénigne. En fait, une de ces études 5 , 6 a révélé que votre risque de développer un cas grave de COVID-19 et d'en mourir disparaît pratiquement une fois que votre taux de vitamine D dépasse 30 ng / ml (75 nmol / L).

Impact de la vitamine D sur le COVID-19

En juin 2020, j'ai lancé une campagne d'information sur la vitamine D qui comprenait la publication d'un rapport scientifique téléchargeable. Ce rapport, ainsi qu'un quiz de deux minutes sur le risque COVID est disponible sur StopCovidCold.com .

31 octobre 2020, mon article de synthèse 7 «Preuve concernant la vitamine D et le risque de COVID-19 et sa gravité», co-écrit avec William Grant, Ph.D., et le Dr Carol Wagner, tous deux faisant partie de la Un panel d'experts sur la vitamine D de GrassrootsHealth a également été publié dans la revue à comité de lecture Nutrients. Vous pouvez lire l'article gratuitement sur le site Web de la revue . Il sera officiellement publié plus tard ce mois-ci.

Comme indiqué dans cet article, la couleur de la peau foncée, l'âge accru, les affections chroniques préexistantes et la carence en vitamine D sont toutes des caractéristiques d'une maladie COVID grave, et parmi celles-ci, la carence en vitamine D est le seul facteur modifiable. En tant que tel, il serait insensé d'ignorer, d'autant plus que les suppléments de vitamine D sont facilement disponibles et peu coûteux.

La vitamine D peut réduire votre risque de COVID-19 et d'autres infections respiratoires via plusieurs mécanismes différents, y compris, mais sans s'y limiter, les suivants, qui sont tous abordés plus en détail dans notre article: 8

  • Réduire la survie et la réplication des virus 9
  • Réduire la production de cytokines inflammatoires
  • Maintenir l'intégrité endothéliale (le dysfonctionnement endothélial contribue à l'inflammation vasculaire et à une altération de la coagulation sanguine, deux caractéristiques d'un COVID-19 sévère)
  • Augmentation des concentrations de l'enzyme de conversion de l'angiotensine 2 (ACE2). Comme expliqué dans notre article:

«L'angiotensine II est une hormone peptidique naturelle mieux connue pour augmenter la pression artérielle en stimulant l'aldostérone. ACE2 consomme normalement de l'angiotensine I, abaissant ainsi ses concentrations. Cependant, l'infection par le SRAS-CoV-2 régule à la baisse l'ECA2, conduisant à une accumulation excessive d'angiotensine II.

Des cultures cellulaires de cellules alvéolaires humaines de type II avec de la vitamine D ont montré que le virus SARS-CoV-2 interagit avec le récepteur ACE2 exprimé à la surface des cellules épithéliales pulmonaires. Une fois que le virus se lie au récepteur ACE2, il réduit son activité et, à son tour, favorise l'activité ACE1, formant plus d'angiotensine II, ce qui augmente la gravité du COVID-19. »

La vitamine D renforce également votre fonction immunitaire globale en modulant vos réponses immunitaires innées et adaptatives, réduit la détresse respiratoire 10 et améliore la fonction pulmonaire globale, aide à produire des surfactants dans vos poumons qui aident à l'élimination des fluides. 11

Il réduit le risque de comorbidités associées à un mauvais pronostic du COVID-19, notamment l'obésité 12 , le diabète de type 2, 13 l'hypertension artérielle 14 et les maladies cardiaques. 15 Tous ces facteurs font un élément important de la prévention et le traitement Covid-19.

Critères de causalité satisfaits

Au 27 septembre 2020, les données de 14 études observationnelles - résumées dans le tableau 1 de notre article 16 - suggèrent que les taux sanguins de vitamine D sont inversement corrélés avec l'incidence et / ou la gravité du COVID-19, et les preuves actuellement disponibles en général satisfait aux critères de causalité de Hill dans un système biologique, qui comprennent: 17

Force d'association

Cohérence des preuves

Temporalité

Gradient biologique

Plausibilité (p. Ex., Mécanismes)

Cohérence (même si elle doit encore être vérifiée expérimentalement)

Caractéristiques du COVID-19 liées à l'état de la vitamine D

Dans notre article 18, nous passons en revue plusieurs caractéristiques du COVID-19 qui indiquent une carence en vitamine D. Pour commencer, le SRAS-CoV-2 est apparu en hiver dans l'hémisphère nord, et alors que nous passions à l'été, les tests positifs, les hospitalisations et les taux de mortalité ont chuté. Ainsi, en général, la prévalence du COVID-19 a été inversement corrélée avec les doses solaires UVB et la production de vitamine D.

Deuxièmement, les personnes à la peau plus foncée ont des taux de cas et de mortalité COVID-19 plus élevés que les Caucasiens. La vitamine D est produite dans votre peau en réponse à l'exposition au soleil, mais plus votre peau est foncée, plus vous avez besoin d'exposition au soleil pour maintenir un niveau optimal de vitamine D.

Alors qu'une personne à la peau claire peut avoir besoin de seulement 10 à 15 minutes par jour, une personne à la peau très foncée peut avoir besoin de plus de 1,5 heure. En conséquence, la carence en vitamine D a tendance à être beaucoup plus élevée chez les Noirs et les Hispaniques à la peau foncée.

La positivité du SRAS-CoV-2 est fortement et inversement associée aux niveaux de 25 (OH) D circulants, une relation qui persiste à travers les latitudes, les races / ethnies, les deux sexes et les tranches d'âge. ~ PLOS ONE 17 septembre 2020

Troisièmement, l'une des caractéristiques mortelles du COVID-19 est la tempête de cytokines qui peut se développer dans les cas graves, qui se manifeste par une hyperinflammation et des lésions tissulaires. La vitamine D est connue pour réguler la production de cytokines inflammatoires, réduisant ainsi ce risque. Enfin, la vitamine D est un régulateur important de votre système immunitaire et la dérégulation du système immunitaire est une caractéristique du COVID-19 sévère.

Résultats de la plus grande étude à ce jour

La plus grande étude d'observation 19 à ce jour a été publiée dans la revue PLOS ONE, le 17 septembre 2020. Elle a examiné les données de 191 779 patients américains âgés en moyenne de 50 ans qui ont été testés pour le SRAS-CoV-2 entre mars et juin 2020 et ont ont fait tester leur vitamine D au cours des 12 mois précédents. Il a trouvé:

  • 12,5% des patients ayant un taux de vitamine D inférieur à 20 ng / ml (carence) ont été testés positifs pour le SRAS-CoV-2
  • 8,1% de ceux qui avaient un taux de vitamine D entre 30 et 34 ng / ml (adéquation) ont été testés positifs pour le SRAS-CoV-2
  • Seulement 5,9% de ceux qui avaient un taux optimal de vitamine D de 55 ng / ml ou plus ont été testés positifs pour le SRAS-CoV-2

D'après les auteurs: 20

«La positivité du SRAS-CoV-2 est fortement et inversement associée aux niveaux de 25 (OH) D circulants, une relation qui persiste à travers les latitudes, les races / ethnies, les deux sexes et les tranches d'âge. Nos résultats donnent une impulsion pour explorer le rôle de la supplémentation en vitamine D dans la réduction du risque d'infection par le SRAS-CoV-2 et la maladie COVID-19. »

Cette relation inverse entre les taux d'infection par la vitamine D et le SRAS-CoV-2 peut être due au fait que la vitamine D réduit la survie et la réplication du virus en activant les cellules immunitaires pour produire les peptides antimicrobiens et antiviraux cathélicidine et défensines, et en augmentant les concentrations de ACE2, qui empêche le virus de pénétrer dans les cellules via le récepteur ACE2. 21

Une vitamine D plus élevée réduit tous les risques associés au COVID-19

L'argument en faveur de l'optimisation de la vitamine D est renforcé par le fait que des niveaux plus élevés réduisent non seulement votre risque de test positif pour le virus, mais également le risque de maladie grave, le besoin d'hospitalisation et de ventilation mécanique, la durée de l'hospitalisation et le décès. Des exemples de ceci incluent les études suivantes, qui montrent la vitamine D:

• Diminue les taux d'infection - Dans l'étude PLOS ONE 22 ci-dessus, les personnes avec un taux de vitamine D d'au moins 55 ng / mL (138 nmol / L) avaient un taux de positivité du SRAS-CoV-2 de 47% plus bas que ceux avec un taux inférieure à 20 ng / mL (50 nmol / L). Même après ajustement en fonction du sexe, de l'âge, de l'appartenance ethnique et de la latitude, le risque d'avoir un résultat de test positif était de 43% plus faible chez les personnes ayant un taux de vitamine D de 55 ng / mL par rapport à celles ayant un niveau de 20 ng / mL.

Cela a également été confirmé dans une étude israélienne basée sur la population 23 , 24 publiée en juillet 2020. Ici, les personnes ayant un taux de vitamine D supérieur à 30 ng / mL (75 nmol / L) avaient un risque inférieur de 59% d'être testé positif au SRAS- CoV-2 par rapport à ceux dont le taux de vitamine D est compris entre 20 ng / mL et 29 ng / mL (50 à 74 nmol / L), et un risque 58% inférieur par rapport à ceux dont le taux de vitamine D est inférieur à 20 ng / mL ( 50 nmol / L).

• Diminue les taux d'hospitalisation - L'analyse israélienne 25 ci-dessus a également révélé que parmi les personnes testées positives pour l'infection par le SRAS-CoV-2, celles qui avaient un taux de vitamine D inférieur à 30 ng / mL avaient un rapport de cotes brut de 1,95 fois à 2,09 fois (odds ratio après ajustement pour les données démographiques et les troubles psychiatriques et somatiques) risque plus élevé d'être hospitalisé pour COVID-19.

En d'autres termes, avoir un taux de vitamine D inférieur à 30 ng / mL a doublé environ le risque d'être hospitalisé pour COVID-19.

• Diminue le besoin de soins intensifs - La vitamine D, lorsqu'elle est administrée aux patients hospitalisés, peut également réduire leur risque de nécessiter des soins intensifs. Cela a été démontré par des chercheurs espagnols dans une petite étude clinique randomisée 26 , 27 , 28 , 29 publiée en ligne le 29 août 2020.

Les patients hospitalisés COVID-19 recevant un supplément de calcifediol (un analogue de la vitamine D3) en plus des soins standard - qui comprenaient l'utilisation d'hydroxychloroquine et d'azithromycine - ont eu des admissions en unité de soins intensifs significativement plus faibles.

Les patients du bras vitamine D ont reçu 532 microgrammes de calcifediol le jour de l'admission (équivalent à 106 400 UI de vitamine D 30 ) suivis de 266 mcg les jours 3 et 7 (équivalent à 53 200 UI 31 ). Après cela, ils ont reçu 266 mcg une fois par semaine jusqu'à la sortie, l'admission aux soins intensifs ou le décès.

Parmi ceux recevant du calcifediol, seulement 2% ont dû être admis aux soins intensifs, contre 50% de ceux qui n'ont pas reçu de calcifediol. Aucun de ceux qui ont reçu une supplémentation en vitamine D n'est décédé, comparativement à 7,6% de ceux du groupe de soins standard.

• Réduit la gravité du COVID-19 - Une étude d'août 2020 32 , 33 publiée dans la revue Nutrients a révélé que les patients qui avaient un taux de vitamine D inférieur à 12 ng / mL (30 nmol / L) avaient un risque 6,12 fois plus élevé de maladie grave nécessitant une invasion invasive ventilation mécanique.

Des études ont également montré qu'une carence en vitamine D est un facteur commun chez les patients hospitalisés diagnostiqués avec une insuffisance respiratoire liée au COVID-19. Une de ces études 34 a révélé que 81% des patients souffrant d'insuffisance respiratoire aiguë due au COVID-19 avaient des taux de vitamine D inférieurs à 30 ng / ml (75 nmol / L); 24% avaient une carence sévère en vitamine D (≤ 10 ng / ml ou ≤ 25 nmol / L).

• Réduit la mortalité - L'étude Nutrients 35 , 36 ci-dessus a également révélé qu'un taux de vitamine D inférieur à 12 ng / ml (30 nmol / L) augmentait le risque de décès de 14,7 fois, comparé à un taux de vitamine D supérieur à 12 ng / ml .

De même, des chercheurs indonésiens ont découvert que 37 personnes dont le taux de vitamine D se situait entre 21 ng / mL (50 nmol / L) et 29 ng / mL (75 nmol / L) avaient un risque de décès 12,55 fois plus élevé que ceux dont le niveau était supérieur à 30 ng / mL (75 nmol / L) et un niveau inférieur à 20 ng / mL (50 nmol / L) était associé à un risque de décès 19,12 fois plus élevé.

Dans une étude iranienne, 38 , 39 parmi les Covid-19 patients âgés de plus de 40 ans qui avaient un taux de vitamine D inférieur à 30 ng / ml (75 nmol / L), est mort 20%, comparativement à 9,7% des personnes ayant un niveau ou au- dessus 30 ng / mL. Parmi ceux dont le taux de vitamine D était d'au moins 40 ng / mL (100 nmol / L), seulement 6,3% sont décédés.

Le rôle du magnésium et de la vitamine K2

Bien qu'une exposition régulière au soleil soit le moyen idéal pour optimiser votre taux de vitamine D, cela peut être presque impossible pendant l'hiver. Pour cette raison, un supplément oral de vitamine D3 est recommandé pour la plupart des gens. Cependant, lors de la supplémentation, vous devez également être conscient des autres nutriments qui ont des effets synergiques.

L'un d'eux est le magnésium , qui est nécessaire à la conversion de la vitamine D en sa forme active. Sans une quantité suffisante de magnésium, votre corps ne peut pas utiliser correctement la vitamine D que vous prenez. 40 , 41 , 42 , 43

Selon une revue scientifique 44 , 45 publiée en 2018, jusqu'à 50% des Américains prenant des suppléments de vitamine D pourraient ne pas obtenir d'avantages significatifs car la vitamine D est simplement stockée sous sa forme inactive, et la raison en est qu'ils en ont niveaux de magnésium. La recherche 46 publiée en 2013 a également mis en évidence ce problème, concluant qu'un apport plus élevé en magnésium aide à réduire votre risque de carence en vitamine D en en activant davantage.

Un autre cofacteur est la vitamine K2, car elle aide à prévenir les complications associées à une calcification excessive de vos artères. En fait, une carence relative en vitamine K2 est généralement ce qui produit des symptômes de «toxicité en vitamine D.».

Une recherche de GrassrootsHealth, basée sur les données de près de 3000 personnes, révèle que vous avez besoin de 244% de vitamine D par voie orale en plus si vous ne prenez pas également de magnésium et de vitamine K2 . 47 Concrètement, cela signifie que si vous prenez les trois suppléments en association, vous avez besoin de beaucoup moins de vitamine D par voie orale pour atteindre un niveau de vitamine D sain.

Message à emporter

Si vous vivez dans l'hémisphère nord, qui se dirige actuellement vers l'hiver, il est maintenant temps de vérifier votre taux de vitamine D et de commencer à prendre des mesures pour l'augmenter si vous êtes en dessous de 40 ng / mL (100 nmol / L). Les experts recommandent un taux de vitamine D entre 40 et 60 ng / mL (100 à 150 nmol / L).

Un moyen simple et économique de mesurer votre taux de vitamine D consiste à commander le kit de test de vitamine D de GrassrootsHealth . De plus, si vous n'avez pas déjà visité www.StopCovidCold.com, veuillez le faire maintenant afin que vous puissiez passer votre test de risque COVID gratuit et également obtenir une copie PDF gratuite avec des graphiques bien meilleurs que ceux que j'ai pu mettre dans mon article Nutrients récemment publié .

Une fois que vous connaissez votre niveau actuel de vitamine D, utilisez le calculateur de vitamine D de GrassrootsHealth 48 pour déterminer la quantité de vitamine D dont vous pourriez avoir besoin pour atteindre votre niveau cible. Encore une fois, pour optimiser l'absorption et l'utilisation de la vitamine D, assurez-vous de prendre votre vitamine D avec de la vitamine K2 et du magnésium.

Enfin, n'oubliez pas de refaire le test dans trois à quatre mois pour vous assurer que vous avez atteint votre niveau cible. Si c'est le cas, vous savez que vous prenez le bon dosage. Si votre niveau est toujours bas (ou si vous avez atteint un niveau supérieur à 80 ng / mL), vous devrez ajuster votre posologie en conséquence et recommencer le test dans trois à quatre mois supplémentaires.

 

Hopkins : Lutte contre la « nouvelle normalité » ! www.kla.tv/17614

Depuis pas mal de temps, l’ensemble des grands médias implantent et font vivre le concept de « nouvelle normalité » dans l'esprit des gens. L'écrivain américain CJ. Hopkins met expressément en garde contre cette prétendue « nouvelle normalité », qui est censée changer radicalement et irrévocablement la structure de base de la société et de l'interaction sociale par le biais d'un virus. Il décrit la pandémie du coronavirus comme un « cheval de Troie » pour mettre en place cette « nouvelle normalité ». La crainte visiblement exacerbée d'une infection est utilisée pour justifier des décrets de plus en plus fous et autoritaires et pour éliminer toute forme de discussion, a déclaré M. Hopkins. Il décrit les gens qui [...] observent avec panique les chiffres croissants comme des adeptes de la « nouvelle normalité », qui contribuent inévitablement à installer un nouveau totalitarisme. Quiconque ose remettre en question la version officielle est déjà considéré comme un « extrémiste », un « négationniste du coronavirus », un « dingue ésotérique », un « complotiste », etc. On le stigmatise et on le sanctionne, par exemple en bloquant ses chaînes médiatiques, etc. Hopkins met notamment en garde contre les immenses dommages que subiront les enfants, qui sont déjà exposés à des conditionnements idéologiques et à des changements de comportement paranoïaques, et il craint qu’ils le soient encore plus : « Les enfants grandiront avec des livres d'images qui provoquent la paranoïa et des règles de distanciation sociale ». Hopkins appelle ce conditionnement une « torture psychologique », qui aura également lieu à la maison, puisque selon lui, il n'y aura bientôt plus d'écoles publiques. Hopkins en brosse un tableau sombre. Tout le monde sera obligé de porter « [...] des masques médicaux pour maintenir un niveau constant de peur et une atmosphère omniprésente de maladie et de mort, comme si le monde n'était qu'une grande pièce infectée. Tout le monde portera ces masques à tout moment, au travail, à la maison, en voiture, partout. Quiconque ne le fera pas ou refusera de le faire sera classé comme « menace pour la santé publique » [...] ». Selon lui, il devrait donc devenir normal d’être obligé de porter un masque toujours et en tout lieu, bien qu'il soit prouvé que ça fait plus de mal que de bien ; il devrait devenir normal que la peur d'un virus détermine toutes nos actions ; il devrait devenir normal de ne pas être autorisé à décider du plan de sa propre vie. Hopkins espère néanmoins « [...] que ce regard sur l'avenir de la nouvelle normalité effrayera et bouleversera suffisamment tout le monde pour qu’on s’y oppose avant qu'il ne soit trop tard ».

 

"La pandémie est terminée" - L'ancien directeur scientifique de Pfizer déclare que la "deuxième vague" a truqué sur des tests COVID faussement positifs

Cette vidéo offre l'un des regards les plus érudits et les plus instructifs sur Covid-19 et les conséquences des verrouillages. Comme le note l'AIER , il a été remarquable cette semaine de le regarder tel qu'il est apparu sur YouTube et a été retiré de force seulement 2 heures après sa publication.

La copie ci-dessous est hébergée sur LBRY, une application vidéo blockchain. En une année de contenu éducatif fantastique, c'est l'un des meilleurs que nous ayons vus.

Considérez la biographie du présentateur  :

Le Dr Michael Yeadon est un expert dans le domaine thérapeutique des allergies et des voies respiratoires avec 23 ans d'expérience dans l'industrie pharmaceutique. Il a suivi une formation de biochimiste et de pharmacologue, obtenant son doctorat à l'Université de Surrey (Royaume-Uni) en 1988.

Le Dr Yeadon a ensuite travaillé aux Wellcome Research Labs avec Salvador Moncada avec une recherche axée sur l'hyperréactivité des voies respiratoires et les effets des polluants, y compris l'ozone, et travaillant à la découverte de médicaments sur le 5-LO, COX, PAF, NO et l'inflammation pulmonaire. Avec ses collègues, il a été le premier à détecter le NO expiré chez les animaux et plus tard à induire du NOS dans les poumons via des déclencheurs allergiques.

Rejoint Pfizer en 1995, il était responsable de la croissance et de la livraison du portefeuille du pipeline Allergie et Respiratoire au sein de l'entreprise. Il était responsable de la sélection des cibles et de la progression chez l'homme de nouvelles molécules, dirigeant des équipes allant jusqu'à 200 personnes dans toutes les disciplines et a remporté un prix d'excellence pour la productivité en 2008.

Sous sa direction, l'unité de recherche a inventé les NCE oraux et inhalés qui ont fourni de multiples preuves cliniques positives de concept dans l'asthme, la rhinite allergique et la MPOC. Il a mené des collaborations productives telles que Rigel Pharmaceuticals (inhibiteurs de SYK) et a été impliqué dans l'octroi de licences de Spiriva et l'acquisition de la société Meridica (dispositif d'inhalation).

Le Dr Yeadon a publié plus de 40 articles de recherche originaux et consulte maintenant et s'associe à un certain nombre de sociétés de biotechnologie. Avant de travailler avec Apellis, le Dr Yeadon était vice-président et directeur scientifique (allergie et recherche respiratoire) chez Pfizer.

Ce qui a probablement déclenché les censeurs de la Silicon Valley, c'est le fait qu'un ancien directeur scientifique du géant pharmaceutique Pfizer a déclaré "qu'il n'y a aucune science pour suggérer qu'une deuxième vague devrait se produire". L'initié de "Big Pharma" affirme que les résultats faussement positifs de tests COVID intrinsèquement peu fiables sont utilisés pour fabriquer une "deuxième vague" basée sur "de nouveaux cas".

Comme l'écrit Ralph Lopez sur HubPages , Yeadon avertit que la moitié ou même «presque tous» des tests de COVID sont des faux positifs. Le Dr Yeadon fait également valoir que le seuil d'immunité collective peut être beaucoup plus bas qu'on ne le pensait auparavant et qu'il a peut-être déjà été atteint dans de nombreux pays.

Lors d'une entrevue la semaine dernière (voir ci-dessous), le Dr Yeadon a été interrogé:

"Nous fondons une politique gouvernementale, une politique économique, une politique des libertés civiles, en termes de limitation des personnes à six personnes lors d'une réunion ... le tout basé sur, ce qui pourrait bien être, des données complètement fausses sur ce coronavirus?"

Le Dr Yeadon a répondu par un simple « oui ».

Plus important encore, même si tous les aspects positifs étaient corrects, le Dr Yeadon a déclaré que compte tenu de la «forme» de tous les indicateurs importants d'une pandémie mondiale, tels que les  hospitalisations , l'utilisation des soins intensifs et les décès, «la pandémie est fondamentalement terminée».

Yeadon a déclaré dans l'interview:

Sans les données de test que vous obtenez tout le temps de la télévision, vous concluriez à juste titre que la pandémie était terminée, car il ne s'est rien passé grand-chose. Bien sûr, les gens se rendent à l'hôpital pour entrer dans la saison de la grippe d'automne. . Mais il n'y a aucune science pour suggérer qu'une deuxième vague devrait se produire. "

Dans un article publié ce mois-ci, co-écrit par Yeadon et deux de ses collègues,  "Quelle est la probabilité d'une seconde vague?" , les scientifiques écrivent:

«Il a été largement observé que dans tous les pays fortement infectés d’Europe et dans plusieurs États américains, la forme des courbes des décès quotidiens en fonction du temps est similaire à la nôtre au Royaume-Uni. Beaucoup de ces courbes ne sont pas simplement similaires, mais presque super imposable. "

Dans les données pour le Royaume-Uni, la Suède, les États-Unis et le monde, on peut voir que dans tous les cas, les décès étaient à la hausse de mars à la mi ou à la fin avril, puis ont commencé à s'estomper dans une pente douce qui s'est aplatie vers la fin. de juin et se poursuit encore aujourd'hui. Les taux de cas cependant, basés sur les tests, montent et oscillent énormément vers le haut et vers le bas.

La messagerie médiatique aux États-Unis augmente déjà  les attentes  d'une «deuxième vague».

Le taux de survie du COVID-19 a été amélioré depuis mai à  99,8% des infections . Cela se rapproche de la grippe ordinaire, dont le taux de survie est de 99,9%. Bien que COVID puisse avoir des séquelles graves, la  grippe  ou toute maladie respiratoire peut également l'être. Le taux de survie actuel est beaucoup plus élevé que les sombres suppositions initiales en mars et avril, citées par le Dr Anthony Fauci, de 94%, soit 20 à 30 fois plus mortel. La valeur du taux de mortalité par infection (IFR) acceptée par Yeadon  et al  dans l'article est de 0,26%. Le taux de survie d'une maladie est de 100% moins l'IFR.

Le Dr Yeadon a souligné que la «nouvelle» contagion COVID-19 n'est nouvelle que dans le sens où il s'agit d'un nouveau type de coronavirus. Mais, a-t-il dit, il existe actuellement quatre souches qui circulent librement dans la population, le plus souvent liées au rhume.

Dans l'article scientifique, Yeadon  et al  écrivent:

"Il y a au moins quatre membres de la famille bien caractérisés (229E, NL63, OC43 et HKU1) qui sont endémiques et causent certains des rhumes que nous connaissons, en particulier en hiver. Ils ont tous une similitude de séquence frappante avec le nouveau coronavirus."

Les scientifiques soutiennent qu'une grande partie de la population a déjà, sinon des anticorps contre le COVID, un certain niveau d'immunité des «cellules T» contre l'exposition à d'autres coronavirus apparentés, qui circulaient bien avant le COVID-19.

Les scientifiques écrivent:

«Un composant majeur de notre système immunitaire est le groupe de globules blancs appelés lymphocytes T dont le travail consiste à mémoriser un petit morceau de tout virus avec lequel nous avons été infectés afin que les bons types de cellules puissent se multiplier rapidement et nous protéger si nous obtenons un Les réponses au COVID-19 ont été montrées dans des dizaines d'échantillons de sang prélevés sur des donneurs avant l'arrivée du nouveau virus. "

Présentant l'idée selon laquelle une immunité antérieure au COVID-19 existait déjà, les auteurs de "Quelle est la probabilité d'une deuxième vague?" écrire:

"Il est maintenant établi qu'au moins 30% de notre population avait déjà une reconnaissance immunologique de ce nouveau virus, avant même qu'il n'arrive ... COVID-19 est nouveau, mais les coronavirus ne le sont pas."

Ils ajoutent qu'en raison de cette résistance antérieure, seuls 15 à 25% d'une population infectée peuvent être suffisants pour atteindre l'immunité collective:

"... des études épidémiologiques montrent qu'avec l'étendue de l'immunité antérieure que nous pouvons maintenant raisonnablement supposer être le cas, seuls 15 à 25% de la population infectée sont suffisants pour arrêter la propagation du virus. . "

Aux États-Unis, en acceptant un bilan de 200 000 morts et un taux de survie de 99,8%, cela signifierait que pour chaque personne décédée, environ 400 personnes auraient été infectées et vivraient. Cela se traduirait par environ 80 millions d'Américains, soit 27% de la population. Cela touche le seuil d'immunité collective de Yeadon et de ses collègues.

Enfin, l'ancien dirigeant et scientifique de Pfizer a distingué un ancien collègue pour avoir critiqué son rôle dans la pandémie, le professeur Neil Ferguson. Ferguson a enseigné à l'Imperial College alors que Yeadon était affilié. Le modèle informatique de Ferguson a   fourni la raison pour laquelle les gouvernements ont lancé des ordres draconiens qui ont transformé des sociétés libres en prisons virtuelles du jour au lendemain. Sur ce qui est maintenant estimé par le CDC comme étant un virus à taux de survie de 99,8%.

Le Dr Yeadon a déclaré dans l'interview qu '"aucun scientifique sérieux ne donne aucune validité" au modèle de Ferguson.

Parlant avec un mépris à peine voilé pour Ferguson, le Dr Yeadon a pris un soin particulier pour signaler à son intervieweur:

"Il est important que vous sachiez que la plupart des scientifiques n'acceptent pas que [le modèle de Ferguson] avait même légèrement raison ... mais le gouvernement est toujours attaché au modèle."

Yeadon se joint à d'autres scientifiques pour critiquer les gouvernements pour avoir suivi le modèle de Ferguson, sur lequel reposent tous les verrouillages mondiaux. L'un de ces scientifiques est le  Dr Johan Giesecke , ancien scientifique en chef du Centre européen de contrôle et de prévention des maladies, qui a qualifié le modèle de Ferguson de «l'article scientifique le plus influent» de mémoire, et aussi «l'un des plus faux».

C'était le modèle de Ferguson qui affirmait que des mesures «d'atténuation» étaient nécessaires, c'est-à-dire la distanciation sociale et les fermetures d'entreprises, afin d'éviter, par exemple, plus de 2,2 millions de personnes de mourir du COVID aux États-Unis.

Ferguson a prédit que la Suède paierait un prix terrible pour l'absence de verrouillage, avec 40 000 décès par COVID au 1er mai et 100 000 en juin. Le nombre de morts en Suède  est inférieur à 6000.  Le  gouvernement suédois dit que  cela coïncide avec une saison grippale légère. Bien qu'initialement plus élevé, la Suède a maintenant un taux de mortalité par habitant inférieur à celui des États-Unis, ce qu'elle a atteint sans les terribles dommages économiques qui continuent de se produire aux États-Unis. La Suède n'a jamais fermé de  restaurants, bars, sports, la plupart des écoles ou cinémas. Le gouvernement n'a jamais ordonné aux gens de porter des masques.

Le Dr Yeadon parle avec amertume des vies perdues à la suite des politiques de verrouillage, et des innombrables vies «sauvables» qui seront encore perdues, suite à d'importantes chirurgies et autres soins de santé reportés, si les verrouillages étaient réimposés.

Les avertissements de Yeadon sont confirmés par une nouvelle étude de l'Infectious Diseases Society of America ., Résumée succinctement dans le fil Twitter suivant d'al gato malo (@boriquagato)

Quiconque présume encore qu'un test PCR positif montre un cas COVID doit lire ceci très attentivement:

  • même 25 cycles d'amplification, 70% des «positifs» ne sont pas des «cas». le virus ne peut pas être cultivé. c'est mort.
  • par 35: 97% non cliniques.
  • les États-Unis fonctionnent à 40, 32X l'amplification de 35.

beaucoup de gens semblent toujours ne pas comprendre ce que cela signifie, alors exposons cela pendant une minute.

Les tests PCR recherchent l'ARN. il y en a trop peu dans votre écouvillon. ils l'amplifient donc en utilisant un processus de chauffage et de recuit à base d'amorce.

Chaque cycle de ce processus double le  materiau

les États-Unis (et une grande partie du monde) utilisent un 40 Ct (seuil de cycle). soit 40 doublements, 1 billion de X d'amplification.

C'est absurdement élevé.

La façon dont nous savons cela est en exécutant ce test, en voyant le Ct pour trouver l'ARN, puis en utilisant le même échantillon pour essayer de cultiver le virus.

Si vous ne pouvez pas cultiver le virus, alors le virus est «mort». c'est inerte. s'il ne peut pas se répliquer, il ne peut pas vous infecter ou infecter d'autres personnes. ce ne sont que des traces de virus, de restes, de fragments, etc.

La PCR ne teste pas la maladie, elle teste un modèle d'ARN spécifique et c'est le pivot clé 

Lorsque vous montez à 25, 70% des résultats positifs ne sont pas vraiment «positifs» au sens clinique du terme.

J'hésite à appeler cela un "faux positif" car ce n'est vraiment pas le cas. il a trouvé de l'ARN.

mais cet ARN n'est pas cliniquement pertinent.

Cela ne peut pas vous rendre malade ou quelqu'un d'autre

alors appelons cela un positif non clinique (NCP).

  • si 70% des positifs sont des PCN à 25 ans, imaginez à quoi ressemble 40. 35 est 1000 fois plus sensible.
  • cette étude a révélé que seulement 3% vivent à 35 ans
  • 40 Ct est 32X 35, 32 000X 25

personne ne peut cultiver de virus vivant au-delà de 34 ans et nous le savons depuis mars. pourtant personne n'a ajusté ces tests.

en supposant que cela se confirme, il s'agit d'une constatation clé.

il montre que de nombreux patients qui sont PCR + pour COV-19 ne libèrent pas de virus infectieux.

cela impliquerait une quarantaine plus courte nécessaire et fournirait une base testable pour le congé des patients isolés. 
pic.twitter.com/UvumjkxVxv

- el gato malo (@boriquagato) 27 mars 2020

Ce sont des données plus très fortes réfutant l'idée que vous pouvez faire confiance à une PCR + comme indicateur clinique.

Ce n'est PAS ce à quoi cela sert. du tout.

Les utiliser pour faire de l'épidémiologie en temps réel est absurde.

 

La FDA ne le ferait jamais, les sociétés pharmaceutiques qui font des essais de vaccins ne le feraient jamais ... c'est parce que c'est absurde.

Et ce même test est utilisé pour les "hospitalisations" et "la mort avec covid" (elle-même une métrique étrangement trop inclusive)

Le test PCR n'est pas la réponse, c'est le problème.

Ce n'est pas comment contrôler une épidémie, c'est comment perdre complètement le contrôle de votre image de données et se retrouver avec du charabia et nous nous sommes déjà fait cela.

La dernière pseudo-épidémie majeure de faux positifs a été la grippe porcine en 2009. Tout le monde a dit que nous ne laisserions plus jamais cela se reproduire. pic.twitter.com/Hdif5l5Gam

- Dr Clare Craig (@ClareCraigPath) 16 novembre 2020

 

Un mot rapide sur ce que ces données signifient et ne signifient pas.

Dire "un échantillon nécessitant 35 Ct pour tester + a un taux de positif clinique réel de 3%" ne signifie pas que "97% des tests + exécutés à 35 Ct sont des NCP"

Les gens semblent être confus à ce sujet, alors expliquons-nous:

La plupart des tests sont simplement amplifiés et exécutés. ils ne testent pas tous les cycles comme le font ces universitaires. cela rendrait le test lent et coûteux, il suffit donc d'exécuter 40 cycles puis de tester.

Evidemment, un vrai positif clinique (RCP) qui aurait été + à 20 est toujours + à 40.

mais lorsque vous exécutez les tests à chaque cycle comme le font les universitaires, ce test aurait déjà abandonné.

ainsi dire que seulement 3% à 35 sont RCP signifie vraiment que 3% de ces échantillons non PCR + à 34 étaient PCR et RCP + à 35.

cela nous permet de déduire peu sur le taux global NCP / RCP.

on ne peut donc pas dire "à 25 Ct, on a un taux de 70 NCP". en fait, il est difficile de dire grand-chose. cela dépend entièrement de l'apparence du matériel source entrant.

vous ne pouvez même pas comparer comme pour aimer.

C'est ce que j'entends par "les données sont du charabia"

Aujourd'hui à 40 Ct, un taux de PCR positif de 7% pourrait être une prévalence de 1% de RCP alors que cette même chose signifiait 6% de RCP prév en avril.

S'il y a beaucoup plus de virus traces dans les environs, plus de personnes qui ont récupéré et ont des fragments restants, etc. ce test pourrait trouver le virus que vous avez tué il y a 4 mois.

Donc, si nous considérons le taux de RCP / taux de PCR +, nous nous attendons à ce que ce nombre diminue brusquement à la fin d'une épidémie car il y a plus de virus morts pour la PCR à trouver, mais nous n'avons aucune idée de ce qu'est ce rapport ou comment il change.

Cela se répercute sur les décès, les hospitalisations signalées, etc.

Les tests sont censés être comme les feux de route d'une voiture, mais quand il neige comme un enfer la nuit, c'est la DERNIÈRE chose que vous voulez. Cela n'éclaire pas notre chemin, cela nous aveugle.

Une mauvaise carte inexacte est bien pire que pas de carte du tout, et c'est une mauvaise carte de classe mondiale ...

 

Nous fondons une politique qui affecte des milliards d'humains sur des données qui sont du charabia ininterprétable.

C'est le rêve humide d'un technocrate dérangé, mais pour ceux d'entre nous qui partent pour la balade, c'est un cauchemar.

Le test n'est pas la solution, c'est le problème.

Tout technocrate ou scientifique qui ne le sait pas maintenant est soit inapte à son travail, soit a décidé qu'il s'en fichait et préférait le pouvoir à la moralité.

C'est, bien sûr, le genre de personne qui finit par diriger une agence gouvernementale ... oupsie.

 

Le chef du NIH n'est pas le meilleur scientifique, c'est le meilleur politicien.

Toute cette politique gouvernementale sauvage et imprudente n'a jamais porté sur la science.

C'est de la politique et de la panique.

 

5G DES AVOCATS PORTENT PLAINTE

vidéo de l'avocat de l'association Mysmartcab adhérez en masse.

https://youtu.be/50hhDkUCQ0Y

 

LINKY VICTOIRE CONTRE ENEDIS

Je suis adhérent du cabinet d'avocats  Mysmartcab cette association a gagné le procès contre l'installation linky. donc vous pouvez maintenant réclamer le remplacement du compteur linky par un compteur ordinaire. voir ci-dessous et ci-joint la décision de justice.

http://x2mmq.mjt.lu/nl2/x2mmq/5r0up.html?m=AM8AAIkoabQAAchjTtAAALck7CQAAYCsA5cAm8TKAA9UPABfu9Q-Z14VT9jBSxalR8x4c14w1AAPGyQ&b=b6e984dc&e=89a3bd4c&x=QGiMclIbeTJguKbb40Z7hg

 

L'assassinat des restaurants par le pouvoir au nom de la santé est un désastre affligeant.
Il ne doit rien au hasard....

Michel DOGNA

 1/ Il était prévu de longue date :

On trouve en effet dans le livre "Covid-19 : The Great Reset", paru en 2020 dans le contexte du Forum de Davos qui s'est tenu du 21 au 24 janvier 2020, l'indication que 86% des emplois de la restauration disparaitront "par automatisation" avant 2035, l'épidémie Covid actuelle n'étant présentée que comme une circonstance accélératrice....

J'aurais bien joint le scan du texte, page 119, mais le libellé du copyright (page 2) est tellement strict que je me contenterai d'indiquer que le livre est facile à télécharger en .pdf ou à acheter sur Amazon et autres diffuseurs. En anglais évidemment : il sera traduit en français après la commission du crime...

On constate aussi que les auteurs du livre - messieurs Klaus Schwab et Thierry Malleret (pédigrees passionnants à voir sur internet...) - ont repris ces données d'une étude de l'université d'Oxford de fin 2016 (Note n° 123). Pour disposer de ce document universitaire il en coûtera 39,95 $... ( https://www.sciencedirect.com/science/article/abs/pii/S0040162516302244 )... Il faut bien qu'Oxford, temple du mondialisme, vive !

Donc il y a au moins 5 ans que la liquidation de la restauration - et  accessoirement du petit commerce et de l'industrie des spectacles - est programmée. Comme celle des agriculteurs, en cours, prévue dès 2008 par William Engdahl, dans son livre :"Ogm, semences de destruction : l'arme de la faim", en faveur de "l'industrie agricole et alimentaire"....

Comme disait Roosevelt "en politique rien n'arrive par hasard", il faut donc chercher à qui profite le crime.

2/ Castor et Pollux :

L'affaire concernant la restauration, s'intéresser aux "grands" de la chose s'imposait. Les plus grands groupes de restauration mondiaux sont ( https://www.journaldunet.com/economie/distribution/1010818-les-leaders-mondiaux-de-la-restauration.amphtml/ ) :
a/ Mac Donald Corp (Us) : actionnaires Blackrock (6,74%) - Vanguard (8,78% ). https://fr.finance.yahoo.com/quote/MCD/holders/?guccounter=1&guce_referrer=aHR0cHM6Ly93d3cuZ29vZ2xlLmNvbS8&guce_referrer_sig=AQAAAAe7IcJpyNIZDyydIy0seiX-W_KjgOqTL-YZZMatuanKWe-aDya5hzVwGjKfcFckms8T0VGdlbK4YsK1dQeQBgNdDP_nOqpwPIpKS9DQWVH_QnPIt2nDJ5oO5LDYBrt_plGwey1DH616qdxAISfIC-z9AewLuacHIKxOLxmL5uKH
b/ Compass Group Plc (Uk) : actionnaires Blackrock (7,20% par 2 filiales) - Vanguard (2,67%). https://www.zonebourse.com/cours/action/COMPASS-GROUP-PLC-9590178/societe/
c/ Sodexo (F) : actionnaires Blackrock (---) - Vanguard (1,10% ). Entreprise encore familiale... https://www.zonebourse.com/cours/action/SODEXO-4703/societe/
d/ Yum! Brands (Pizza Hut/ KFC) (Us) : actionnaires Blackrock (---) - Vanguard (7,38%). https://www.zonebourse.com/cours/action/YUM-BRANDS-46353249/societe/
e/ Starbuck Corp (Us) : actionnaires Blackrock (2,38%) - Vanguard (7,30%). https://www.zonebourse.com/cours/action/STARBUCKS-CORPORATION-4905/societe/
f/ Darden Restaurants Inc. (Us) : actionnaires Blackrock (2,47%) - Vanguard (10,40%). https://www.zonebourse.com/cours/action/DARDEN-RESTAURANTS-INC-40202120/societe/
g/ Brinker International (Us) : actionnaires Blackrock (---) - Vanguard (10,30%). https://www.zonebourse.com/cours/action/BRINKER-INTERNATIONAL-IN-50911314/societe/
h/ Wendy's International (Us) : actionnaires Blackrock (---) - Vanguard (7,86%). https://www.zonebourse.com/cours/action/THE-WENDY-S-COMPANY-9691436/societe/
i/ CBRL Group Inc. (Us) : actionnaires Blackrock (---) - Vanguard (9,18%). https://www.zonebourse.com/cours/action/CRACKER-BARREL-OLD-COUNTR-8692/societe/

On voit donc que Blackrock et surtout Vanguard sont sérieusement engagés dans la restauration de masse, et que l'Europe ne doit pas les laisser indifférents.... Il y a d'autres groupes dans le secteur, mais moins connus et surtout moins actifs, à ma connaissance, en France, tels Capital Research and Management Co.

Mais Blackrock et Vanguard "travaillent" fréquemment ensemble comme l'indiquait Le Monde du 10 mars 2020 : 
------------------------------------------------------------------------
Après BlackRock, Vanguard convoite les retraites européennes
L’énorme société de gestion américaine plaide pour une harmonisation du système de pensions sur le Vieux Continent et davantage d’épargne personnelle.
(https://www.lemonde.fr/economie/article/2020/03/10/apres-blackrock-vanguard-convoite-les-retraites-europeennes_6032449_3234.html)
--------------------------------------------------------------------------
Ces deux là sont les Castor et Pollux de la finance, à moins que l'on préfère les comparer à Bonnie and Clyde.....

3/ De Blackrock en France :

Source : https://blogs.mediapart.fr/leo-mira/blog/150120/la-legion-dhonneur-decernee-blackrock

C'est très peu de temps après l'élection présidentielle de 2017 que Larry Fink, Président de Blackrock, a été reçu à l'Elysée : le 6 juin 2017....
Puis, trois semaines plus tard, le 28 juin 2017, Bruno Le Maire le rencontrait à New-York.
Puis, le 17 octobre 2017, monsieur Jean-François Cirelli, Président de Blackrock France, intègre le "Comité d'action publique 2022" chargé de la réforme de l'Etat (donc des retraites....).
Puis le 25 octobre 2017, Larry Fink, le staff de Blackrock et 21 autres "gestionnaires de fonds" sont reçus à Matignon et l'Elysée. Dîner le soir avec le Président et quelques ministres. Même la presse ne cache pas les objectifs de la rencontre..... (https://www.latribune.fr/entreprises-finance/banques-finance/macron-convie-le-gratin-de-la-finance-mondiale-a-l-elysee-755646.html).
Puis le 10 juillet 2019, nouvelle visite de Larry Fink à l'Elysée au prétexte de la lutte "pour le climat". A noter que Blackrock était au départ peu enthousiaste sur le brigandage climatique, mais Tim Buckley, président de Vanguard, a du trouver les bons arguments pour convaincre l'ami Larry.....
Puis, le 31/ 12/ 2019 Jean-François Cirelli se voit attribuer la Légion d'Honneur.....
On ne peut pas dire que Blackrock se désintéresse de la France....

4/ Conclusion :
Pour que les ténors de la restauration mondiale mettent la main sur la marché européen - et surtout sur son image de qualité bien différente de celle des "vendeurs de bouffe express" -  pour la plus grande joie de leurs actionnaires dont les "amis" Blackrock et Vanguard, il faut tuer la restauration classique. Ce à quoi, au nom du Covid, le gouvernement s'emploie activement.
CQFD.

 

Vaccin obligatoire :
rien n'est gagné !

Association internationale pour une santé naturelle, scientifique et humaniste

Madame, monsieur,

C’est une sacrée victoire que nous avons remportée.

Grâce à vous, à votre mobilisation, à votre pétition, le président de la République a renoncé à rendre la vaccination obligatoire[1].

Alors je vous dis bravo et merci !!!

Vous avez été plus de 300 000 à refuser une décision qui aurait été une atteinte grave à notre liberté.

Et une menace importante pour notre santé.

Mais attention, on a emporté la première bataille, mais il va falloir se battre encore (cliquez ici pour signer la pétition si vous ne l'avez pas encore fait).

Rien n’est gagné.

Car leur “plan” est plus habile que ça.

Je vous l’avais annoncé il y a quelques jours, le Premier ministre sentait que les Français n’accepteraient pas ça.

Et il faut reconnaître qu’il a eu raison.

Parce que tout le monde a flairé qu’il y avait quelque chose de pas net derrière ces vaccins fabriqués à toute vitesse.

Ils ont donc réfléchi à d’autres manières de l’imposer, et le “plan” commence à fuiter d’un peu partout.

  • Une des plus grosses compagnies aériennes au monde a annoncé lundi 23 novembre qu’on ne pourrait voyager à bord de ses avions que si on était vacciné[2];
  • en Angleterre, ils réfléchissent à donner des QR codes (sorte de code-barre) aux personnes vaccinées en guise de laissez-passer obligatoire pour assister à un match de foot ou pour aller à un spectacle[3];
  • des ingénieurs ont mis au point le “CommonPass”, une sorte de passeport électronique qui permettrait de vérifier que quelqu’un a été testé négatif au covid-19 ou qu’il a été vacciné[4]; c’est en test dans un des aéroports de Londres.

Tout ça est fait pour que chacun se fasse vacciner, sans même qu’ils aient à l’obliger par la loi.

Plutôt qu’une obligation, ça deviendra une nécessité.

Et si on ne le fait pas, on se punira tout seul.

C’est machiavélique, mais c’est la stratégie qu’ils ont choisie.

Et je vous avais prévenu.

Mais vous allez voir que les défenseurs du “vaccin pour tous” ne vont pas s’arrêter là.

Il suffit d’écouter l’homme qui murmure à l’oreille des présidents

C’est un des hommes les plus influents de France.

Il a soufflé ses conseils à tous les présidents de la République :

  • Jacques Chirac
  • Nicolas Sarkozy
  • François Hollande
  • Emmanuel Macron.
 


Il s’appelle Christophe Barbier, il est à la tête de l’Express depuis des années… chroniqueur sur Cnews.

Il fait partie des « Nouveaux Chiens de garde » épinglés par un documentaire qui montrait les collusions entre les médias français, le pouvoir politique et le monde économique français.

==> Lisez bien, car c’est probablement la stratégie qui va être appliquée dans quelques mois.

Voilà ce que ce grand leader d’opinion dit ouvertement :

“Il faut être plus malin qu'une obligation de type militaire.

On ne va pas mettre les gens en prison.

On va instaurer une règle :

Si vous n'êtes pas vacciné, vous ne pouvez plus aller au théâtre, au restaurant, prendre l’avion.

Vous êtes de vous-même retirés de la vie collective.

Vous êtes “auto-confiné”.

Il faudra avoir son certificat de vaccination comme un laisser-passer pour être dans la société”.

Son scénario paraît tellement simple à mettre en œuvre aujourd’hui.

 

Ceux qui refusent se puniront tout seul.

C’est machiavélique et tentant pour n’importe quel gouvernement.

Voilà pourquoi cette terrible idée a toutes les chances de s’imposer.

Après des mois de confinement.

D’angoisse diffusée 7j/7 en direct à la télé.

Et après avoir réussi à imposer le masque dans la rue…

… ce genre d’idée totalement scandaleuses et contraire à nos libertés fondamentales risque de s’imposer avec une facilité inouïe.

Voilà pourquoi il faut se mobiliser aujourd’hui pour éviter ce scénario du pire et refuser toute forme de vaccination obligatoire :

  • Qu’elle soit directe, comme le souhaitent la plupart des élus.
  • Ou déguisée, comme le souffle cet intellectuel influent.

Je vous invite donc à signer aujourd’hui la pétition contre la vaccination obligatoire et à la transférer ensuite à tous vos contacts (par e-mail, par Whatsapp, Facebook).

 

Tous vos amis, tous vos proches doivent être au courant.

Si comme le Premier ministre l’a senti, les Français s’y opposent, à quelques mois des élections ils ne pourront pas prendre ce risque.

Nous sommes déjà 250 000 à avoir signé cette pétition.

Il faut atteindre 1 million de signatures pour qu’on soit entendus.

Aidez-moi.

Car si les Français sentent que « c’est pas net », c’est peut-être qu’il y a quelque chose.

Ça a fait grand bruit : le jour même où le laboratoire Pfizer annonçait le succès des essais de son vaccin en phase 3, Albert Bourla le PDG du labo encaissait 62% de ses actions !

Il a vendu 5,6 millions de dollars d’actions, comme par hasard le jour où il savait que les actions allaient flamber grâce au vaccin covid-19.

Ce jour-là, les actions ont augmenté de 7% !

N’est-ce pas un peu gênant ?

Surtout quand on sait que c’est vous et moi qui avons financé en grande partie les recherches de Pfizer grâce aux pré-ventes de vaccins à la France et l’Union européenne.

Quand on voit les enjeux financiers énormes derrière ces stratégies de vaccination obligatoires, on comprend qu’il y a des gens prêts à tout pour l’imposer.

Ils ne s’arrêteront pas là, sauf si on les fait plier.

Mais il faut être très nombreux.

Et agir vite.

Car ce qui s'est passé en catimini cet été est très inquiétant.

Un évènement est passé inaperçu au cours de l'été : le géant pharmaceutique britannique AstraZeneca qui a pré-vendu plus de 300 millions de doses à la France et l'Union européenne a assuré ses arrières.

Le laboratoire s'est assuré juridiquement qu'il ne pourrait pas être poursuivi en cas d'effets secondaires*.

Vous avez bien lu !!

Ils ne risquent donc plus RIEN.

Même si leur vaccin développé en quelques mois devait TUER des dizaines de milliers de gens... ils ne pourraient pas être poursuivis :

"Lorsque nous concluons des contrats, nous demandons à être exemptés de plaintes potentielles, explique Ruud Dobber, vice-président exécutif.

"Une entreprise ne peut tout simplement pas courir ce risque".

"Supposons que des effets secondaires nocifs surviennent dans les quatre ans..."

Eh bien justement, c'est exactement ce que nous supposons et voilà pourquoi nous voulons éviter ça, à tout prix.

Car au bout de quelques jours, 6 mois, ou même 4 ans après après l'injection, ce vaccin créé dans la précipitation pourrait avoir des effets secondaires désastreux sur notre santé.

Il faut TOUT faire pour éviter ça : il y a urgence, la production des vaccins a déjà commencé et dans quelques semaines, 50 millions de doses seront fabriquées chaque mois.

  1. Si vous n'avez pas encore signé, c'est le moment où jamais
  2. Si vous avez déjà signé, continuez de partager ce lien avec tous vos contacts : https://www.petition-vaccination-2020.com

https://www.petition-vaccination-2020.com  

https://click.information-sante.info/?qs=d47af26168839cb55f1f598216c9a49dc865984974f97b647ee52803e768ae4e19626f424087b13156b62a42c60138ec5e030bb09b94f03b93ca2875d0e33aa5

 

sinon cherchez sur internet Guillaume Chopin Association Internationale pour une Santé Naturelle

Surtout, ne vous dites pas qu'ils n'oseront pas.

Car la crise que nous venons de traverser va donner aux autorités de santé les “pleins pouvoirs”...

… et ça, pendant des années et des années.

La “technocratie” de la santé a désormais les mains libres.

Rappelez-vous : le 16 mars 2020, en moins de 24 heures, les hauts fonctionnaires du ministère de la Santé ont réussi à mettre un pays entier à l’arrêt.

Pendant des semaines entières, ils ont fermé :

  • les écoles, les crèches, les universités
  • les magasins
  • les entreprises
  • les restaurants et les bars
  • les églises et ils sont même allés jusqu’à interdire les enterrements en famille

Et demain, au “nom du coronavirus”... ils pourraient très bien vous imposer un vaccin que vous ne souhaitez pas.

Attention, la décision n’est pas prise.

Mais c’est une vraie menace.

Car je le rappelle, un vaccin, c’est une des choses les plus complexes à développer.

“Le temps de développement d’un vaccin se mesure normalement en année, pas en mois”.

(Dr Amesh Adalja chercheur, Johns Hopkins University).

Même quand on est face à une maladie bien identifiée comme la grippe, la rougeole...

Mais là, on est en plus face à un virus dont on ignore encore presque tout :

  • Peut-être que le virus reviendra tous les ans comme la grippe...
  • Peut-être aura-t-il muté...
  • Et peut-être que le virus disparaitra..

Franchement, personne ne le sait aujourd’hui : ni le professeur Raoult, ni Jérôme Salomon, ni les Chinois, ni les Américains.

Une seule chose est sûre aujourd’hui : nous n’avons pas envie qu'on nous force à nous vacciner contre le Covid-19.

La décision n’a pas été actée, mais il faut TOUT faire, dès aujourd’hui, pour refuser ce vaccin obligatoire.

Voilà pourquoi je vous invite à signer cette pétition pour éviter que, dans quelques semaines, on nous impose de force un vaccin.

 


Ne pensez pas que c’est impossible : la crise a rendu tout ça possible… et même probable

Qui aurait pu imaginer en début d’année qu’on fermerait TOUT un pays en quelques heures ?

Qu’une poignée de hauts fonctionnaires et le cabinet du ministre de la Santé nous disent :

  • si OUI ou NON on a le droit de sortir de son appartement…
  • si OUI ou NON on peut aller voir son père ou sa mère, ses enfants ou petits-enfants.

Honnêtement, personne n’aurait jamais cru à un tel scénario.

Attention : il ne s’agit pas de remettre en cause toutes les décisions qui ont été prises.

Certaines étaient nécessaires.

D’autres auraient probablement pu être évitées.

Mais ce n’est pas le passé qui nous intéresse : c’est ce qui va se passer demain.

Au “nom” du Covid-19, ils ont maintenant les pleins pouvoirs sur notre santé.

Rien ne pourra plus jamais les empêcher d’imposer tout ça aux Français.

Après cette crise sans précédent, qui osera contester des décisions des autorités de santé, censées protéger les Françaises et les Français contre la pandémie ?

Personne.

Voilà pourquoi je vous invite aujourd’hui à signer cette pétition contre un vaccin obligatoire.

Aujourd’hui en France, aucune loi ne prévoit qu’on peut obliger des adultes à se faire vacciner.

Mais qu’en sera-t-il dans quelques mois ?

Quel député osera voter contre un projet de loi censé défendre les Français face à un virus potentiellement mortel.

Quel sénateur osera prendre le risque de dire “non” ?

Ne comptez pas sur l'administration… ni sur les politiques pour vous protéger.

Au contraire, attendez-vous à ce qu’ils utilisent notre peur :

Le danger : qu’on nous fasse du “chantage au vaccin”.

Aujourd’hui, je vous invite donc à refuser catégoriquement ce “chantage au vaccin” en signant cette pétition contre le vaccin obligatoire.

Car si on ignore totalement comment un vaccin pourrait agir contre le virus…

… on sait qu’il existe des solutions simples pour mieux prévenir la mortalité de ce virus.

On sait par exemple que la carence en vitamine D qui touche la majeure partie de la population française et européenne est un des facteurs qui aggrave la mortalité chez les personnes infectées par le virus.

Est-ce que la Sécu vous incite à en prendre ? Non...

C’est même exactement le contraire qui se passe :

Ils en profitent pour TUER les médecines douces :

L’exemple le plus flagrant, c’est “l’affaire de la vitamine D”.

En pleine “tempête” coronavirus, alors qu’il y a des sujets bien plus graves à traiter - comme le manque de médicaments de réanimation...

… l’agence nationale de sécurité sanitaire (ANSM) a trouvé utile de faire une mise en garde contre la supplémentation en vitamine D.

On croit rêver !

C’est au contraire prouvé que c’est un des rares éléments capable de réduire le risque de morbidité du Covid-19.

Même l'Académie de médecine l'a recommandé.

Et plutôt que de faire de la prévention avec la vitamine D, ils ont profité de cette période de terreur pour s’attaquer aux autres remèdes naturels.

Des alertes ont été émises contre les plantes qui ont une action anti-inflammatoire naturelle comme le boswellia ou des plantes qui contiennent des principes actifs proches de l’aspirine, comme la Reine-des-prés ou le Saule.

Hélas, ces plantes ont une action beaucoup moins gênante que les anti-inflammatoires chimiques comme l’Ibuprofène… utilisé par des millions de Françaises et de Français !

Pire : les autorités de santé ont aussi profité de cette crise pour “taper” sur les huiles essentielles.

Là encore, est-ce qu’il n’y avait pas plus important ??

Surtout quand on sait que certaines huiles essentielles possèdent des propriétés antivirales très intéressantes.

Ils veulent à tout prix faire croire que les médecines douces et la santé naturelle sont une menace pour la santé… surtout après cet épisode “Covid-19”.

C’est vraiment un comble !

Surtout quand on sait que chaque année en France, 13 000 personnes sont tuées à cause des médicaments (certains parlent même de 34 000 décès)[8][9].

Alors aujourd’hui, levons-nous pour éviter un coup de massue dans les prochaines semaines : NON au VACCIN OBLIGATOIRE.

Si un vaccin dont l'innocuité et l’efficacité sont prouvées, chacun doit être libre de décider s’il veut se faire vacciner ou non.

Mais refusons d’être les cobayes de l’industrie pharmaceutique européenne ou chinoise.

Car il n’y a qu’eux qui ont quelque chose à gagner dans cette histoire.

Il y a quelque chose qui ne tourne pas rond.

Pour vous, le Covid a probablement été une épreuve.

Pour certains ça a même été une tragédie : des êtres chers sont morts, souvent seuls, loin de ceux qui les aimaient.

Mais pour l’industrie pharmaceutique, c’est une aubaine !!

L’affaire du siècle même.

Je vous préviens : tous les coups seront permis.

S’ils veulent vous obliger à vous vacciner, ils y arriveront.

Ils vont réussir à convaincre nos dirigeants.

Ils ont des armées de “lobbyistes” dont c’est le métier.

Et, face à la panique publique, les ministres seront plus faciles à convaincre que jamais.

Regardez ce qu’il s’est passé avec la chloroquine :

Il a suffi que les lobbys lèvent le petit doigt… et le sort de ce traitement était réglé.

En France, le ministre de la Santé s’est jeté sur la première étude négative publiée dans le Lancet pour interdire la prescription de ce remède… du jour au lendemain.

Sur la foi d’une seule publication scientifique !

Pas de chance, quelques jours plus tard on s’est rendu compte que cette étude était “bidon” ;

Sans être alarmiste, c’est évident qu’il va se passer exactement la même chose.

Du jour au lendemain, un ministre risque de décréter que toute la population doit être vaccinée.

Peut-être commenceront-ils avec nos enfants.

Peut-être avec nos aînés.

Peut-être que ce sera tout le monde, tout de suite.

Honnêtement, on n’en sait rien.

Mais nous devons nous battre aujourd’hui pour conserver le droit de l’accepter librement ou de le refuser.

Je vous en prie, aidez-moi à faire passer ce message important en signant cette pétition maintenant.

Car dans quelques semaines il sera peut-être trop tard.

Merci de votre soutien.

Guillaume Chopin

PS : Il est encore temps d'éviter ça : je vous en prie, aidez-moi à faire passer ce message vraiment important "Non au vaccin obligatoire". Car dans quelques semaines, il sera trop tard.


de prepare for change

LE PLAN A VENIR POUR LES ETATS-UNIS/ VACCINS POUR TOUS !!

L'infrastructure américaine doit être convertie en un système de conformité de masse aux vaccins, regorgeant de propagande et d'exigences d'entrée

EXTRAIT:
Les vaccins seront également associés à des services de filets de sécurité tels que le logement du gouvernement et la nourriture. Cela signifie que des certificats de vaccination seront probablement nécessaires pour demander des prestations gouvernementales, Medicaid, des subventions au loyer et des bons alimentaires. Les directives recommandent que les vaccins soient groupés avec d'autres «services de santé préventifs» selon les besoins.

Ceux qui ne vaccinent pas seront traités comme dangereux et pourraient être isolés du reste de la société, comme s'ils étaient de sales vecteurs de maladies infectant par défaut leur communauté. C'est le mensonge terrible qui sous-tend les verrouillages de 2020, la mascarade de distanciation sociale et les mandats de masque. Aucune de ces mesures n'est utilisée avec précision pour contenir des infections réelles. Ces contrôles comportementaux sont placés sur la société dans son ensemble, pour étouffer l'indépendance et l'âme humaine, pour renforcer le mensonge selon lequel chacun est un risque infectieux de santé publique à tout moment, à perpétuité. Lorsque les dirigeants tentent de contraindre et de manipuler la conformité aux sociétés pharmaceutiques et aux contrôles communistes universels, ils ignorent la réalité de l' immunité acquise naturellement., tout en se moquant de Dieu, en bafouant les droits de l'homme et la capacité du corps humain à produire ses propres anticorps et à développer une réponse immunitaire saine.

 

 

LA VIE QUANTIQUE

Derek KNAUSS

Prepare for change

Beaucoup pensent que les médias grand public sont un tel véhicule pour contrôler nos perceptions avec des récits visuels et verbaux conçus pour façonner nos croyances. Dans le monde quantique, je crée ma propre réalité. Je peux choisir de vivre dans un monde réactif où les autres élaborent mes opinions pour moi, qui sont généralement basées sur la peur ou vivent de manière proactive dans un monde spirituel de mon propre désir, qui est principalement basé sur l'amour.

Se tenir dans sa vérité et prendre la responsabilité personnelle de permettre à ce monde pervers est douloureux et solitaire et c'est là que nous en sommes. En ignorant notre responsabilité de vivre et d'aimer, nous sommes involontairement devenus les fantassins du mal. Sans nous, il n'y a pas de mal. Nous devons admettre cette prise de conscience que 99% d'entre nous permettent le mal 1%.

Dans le monde quantique, la conscience de Dieu est basée sur qui nous sommes et ce que nous défendons, pas sur l'argent, le pouvoir ou la peur. Inutile de dire qu'un monde aux possibilités infinies n'est pas le monde souhaité par l'élite. Ils ne voient pas la Pensée Quantique comme `` le nouveau tissu de l'Univers '', mais plutôt comme une menace directe à leur mode de vie d'exploitation, et un démantèlement de leur système d'accumulation de richesse et une libération des esclaves qui sont devenus leurs fantassins stupides. - marcher vers les flèches et porter des masques comme commandé.

ll a fallu près de 90 ans pour que la physique quantique soit enfin pleinement acceptée en tant que science dominante. Werner Karl Heisenberg a reçu le prix Nobel de physique pour la découverte de la mécanique quantique en 1932. Le statu quo ne peut plus supprimer la science quantique.

Le matérialisme est maintenant sérieusement remis en question et menacé par notre conscience de l'esprit et de l'énergie; La pensée quantique va inaugurer une nouvelle réinitialisation morale. La Conscience Globale est maintenant en passe de devenir la nouvelle boussole morale de l'humanité; une réinitialisation morale de l'étalon-or à l'étalon de l'âme.

La moralité sans âme et la richesse de quelques-uns ne devraient pas établir la barre pour qui nous sommes et qui nous pouvons devenir. Notre interconnexion avec l'énergie, la conscience, la source divine et le pouvoir de la croyance est

notre véritable essence. La célèbre formule E = MC2 d'Einstein ne pouvait pas rendre cette différence de puissance plus évidente. Quand l'humanité reconnaît cela et revendique son pouvoir, c'est la fin de la partie

J'ai expérimenté le pouvoir de la croyance directement avec ma propre lésion cérébrale en 1996. À l'époque, la communauté médicale commençait à peine à reconnaître que le cerveau pouvait changer et se réorganiser; c'était le début de la neuroplasticité. Je l'ai étudiée avec avidité et ce qui a commencé comme une intention d'améliorer mon propre fonctionnement neuronal s'est transformé en une croyance puis en une connaissance. Quand j'ai arrêté de progresser en cure de désintoxication et que j'ai été libéré, je savais que je continuerais à m'améliorer. Lorsque la famille et les amis ont adopté une acceptation affectueuse de ce «nouveau Chris endommagé», je l'ai su. Quand la médecine conventionnelle ne pouvait plus rien faire pour moi, j'ai continué à le savoir.

Ma vraie guérison était spirituelle, intentionnelle et a commencé quand on m'a dit que la médecine ne pouvait plus faire. La fin de mon parcours médical est devenu le début d'une véritable croissance pour moi. Je suis passé de ne pas pouvoir marcher, parler, voir clairement ou penser de manière cohérente… à… fonder la Brain Injury Association of Vermont, et écrire un livret sur la récupération des fonctions cérébrales.

Lorsque le monde se réveillera avec le pouvoir quantique que chacun de nous possède, l'élite ne pourra plus manipuler et exploiter notre conscience et ils le savent. À mon avis, c'est la vraie raison de covid: pour nous maintenir dans le verrouillage jusqu'à ce qu'une grille de contrôle mondiale utilisant la 5G et la nanotechnologie pour manipuler notre ADN puisse être établie. Pensez-vous que les gouvernements du monde s'unissent pour nous sauver ou nous contrôler? Covid vise à préserver le statu quo, l'élite du pouvoir, les contrôleurs existants. Cela se produira parallèlement à la réinitialisation financière pour donner au public l'illusion d'espoir alors que nous marchons vers les flèches avec nos masques.

La pensée quantique est la réalisation que la conscience est le nouveau tissu de l'univers; pas de matérialisme, pas de survie du plus apte, pas de peur et de mort mais de paix, d'amour, de lumière et de vie. Les croyants quantiques représentent un réel espoir pour l'humanité et ce monde.

 

LA SAGA DU REMDESIVIR : hallucinant !!

La saga du Remdesivir montre l'influence qu'ont aujourd'hui les grands laboratoires sur le processus d'approbation des produits thérapeutiques. 

Le scandale éclabousse l’OMS, l’ANSM, le Conseil scientifique ainsi que le ministère de la Santé et le gouvernement dont la mission première devrait être de garantir le bien commun et de protéger la population contre les intérêts privés de cette industrie sans morale qui, de notoriété publique, est celle qui dépense le plus en lobbying (295 M$/an aux États-Unis !) …

Voici en résumé l'histoire : 

En 2015, le laboratoire américain Gilead expérimente le Remdesivir contre le virus Ebola : c'est un échec. Début 2020, Gilead tente alors de repositionner ce médicament dans le traitement de la Covid19.

Le 24 février 2020, le directeur général adjoint de l'OMS déclare sans la moindre étude sérieuse : « Il n'existe actuellement qu'un seul médicament qui pourrait avoir une réelle efficacité et c'est le Remdesivir. »

Le 25 février, en France, le Pr. Raoult annonce qu’il a mis au point à partir de l’hydroxychloroquine (HCQ) associée à l’azithromycine (AZY) un traitement permettant de réduire la charge virale du Covid19 en phase précoce. Mais ses travaux sont ignorés par le ministère de la Santé qui prend par ailleurs la décision inédite de restreindre la liberté de prescrire des médecins généralistes.

Le 5 mars, première réunion du Conseil scientifique Covid19 en France. Didier Raoult témoigne que « les membres n’avaient qu’une chose à la bouche : tester le Remdesivir ». En revanche, il se heurte à un mur pour tester l’HCQ.

Début mars aux États-Unis, Zhang Zuofeng, professeur d'épidémiologie renommé de l'université de Californie (UCLA), signale que les effets du Remdesivir sur la Covid-19 ne sont pas convaincants.

Le 22 mars, en France, l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (INSERM) initie l’essai européen Discovery sur les différents traitements de la Covid19 et promet pour « dans 15 jours » des résultats … que l'on n'aura finalement jamais

Le 25 avril, l’Agence Nationale de Sécurité du Médicament (ANSM) française parle d’effets secondaires « redoutables » de l’HCQ et cette fake news est reprise par toute la presse.

Le 29 avril, une étude chinoise publiée dans The Lancet confirme que le Remdesivir ne montre « aucun bénéfice significatif ». Mais une autre petite étude sur 53 cas publiée dans le New England Journal of Medicine affirme qu'il accélère de 31 % le temps de rétablissement des malades (il s’avèrera que cette étude a été payée par Gilead). Sur cette base ridicule, le même jour, le Dr Fauci, patron de la Santé aux Etats-Unis, annonce que le Remdesivir devient « la norme de soin contre le Covid19 » (!). Il sera homologué en un temps record (2 jours) par la Food and Drug Association (FDA) et commercialisé au prix minimum de 2340 $ pour 6 flacons et 5 jours de traitement. Un prix jugé « indécent et illégitime », le coût de revient étant d'environ 10 $ …

Le 22 mai, The Lancet publie une étude surprise portant sur 96.032 dossiers recueillis auprès de 671 hôpitaux sur 6 continents qui prétend démontrer que l’HCQ est non seulement inefficace mais dangereuse. Le même jour, Olivier Véran, ministre de la Santé, déclare l’interdiction de l’HCQ, qui sera en vigueur dès le 28 mai.

Le 25 mai, Didier Raoult dénonce une « manipulation », puis une étude « foireuse » : « Les Pieds Nickelés font de la science ».

Le 4 juin, le Lancet lui donne raison et rétracte son article, mais le gouvernement français ne reviendra jamais sur l’interdiction de l’HCQ.

Le 24 juin, lors de son audition à l'Assemblée nationale, le Pr. Raoult dénonce les conflits d'intérêt avec Gilead dans les décisions publiques et recommande de « faire une véritable enquête » (cf. LSDJ n°998), … appel resté sans suite jusqu'à ce jour.

Le 25 juin, l'Agence européenne du médicament se dit favorable à l'autorisation de mise sur le marché du Remdesivir et le 3 juillet, il devient le premier médicament contre le Covid19 à recevoir une autorisation conditionnelle en Europe.

Début octobre, la Commission Européenne, qui avait déjà commandé 33.380 doses de Remdesivir, passe une nouvelle commande de 500.000 doses pour un coût d'environ 1 milliard d'euros. Le directeur général de la Santé écrit aux médecins français en les invitant à utiliser le Remdesivir, « quand vous voulez », « c’est gratuit » (cf. la dernière vidéo du Pr. Raoult à partir de 16'58 qui décrit aussi les dangers connus de ce traitement « très toxique »). Il est, en revanche, toujours interdit de prescrire l’HCQ.

Le 2 octobre, l'Agence européenne du médicament indique qu'elle étudie les « problèmes rénaux aigus » qui dans 10% des cas pourraient être liés à la prise de Remdesivir.

Le 23 octobre, un article de Science avoue l'échec du Remdesivir : « Tous ces essais étaient nécessaires, mais ça ne marche pas ».

Fin octobre, Gilead annonce que le Remdesivir lui a rapporté 873 M$ en 2020 (!).

Le 20 novembre, épilogue : l'OMS « déconseille » enfin formellement l'utilisation du Remdesivir dans un article publié par le British Medical Journal qui a pris récemment des positions très fermes et lancé des pétitions contre les conflits d’intérêts actuellement si évidents et si graves. 

Olivier Bonnassies

 

LE GRAND MENSONGE DES NOUVEAUX VACCINS !

De toutes parts, les médias nous font croire que l'ARN des futurs vaccins est lié à leur nouvelle technologie par messager ARN, jamais vue encore dans toute l'histoire de l'humanité. Ceci est un leurre.
Les travaux du professeur Jean-Bernard Fourtillan que vous pouvez vous-mêmes consulter,
( le site
www.verite-covid19.fr est de nouveau ouvert, ils nous invitent à télécharger les vidéos et documents qui s'y trouvent grâce à trois liens, à cause de la censure) nous apprennent que l'ARN qui se trouve dans les futurs vaccins provient EN REALITE de la nature même du covid 19 et non d'une nouvelle technologie par messager ARN.
Pourquoi??? Parce que le covid 19 est le résultat d'une manipulation génétique qui a consisté à insérer des séquences ARN d'un VIH synthétique dans le Sars cov 2. 

Le covid 19 n'est pas le Sars cov 2 comme les médias ne cessent de nous le faire croire en ce moment, il est le résultat de l'insertion du VIH dans le Sars cov 2, ce qui est très différent !!! Cela a été reconnu par le professeur Luc Montagnier, grand spécialiste du VIH.
On devrait donc le nommer Sars cov 19... Appelons-le ainsi...
Le Sars cov 19 contient donc des séquences ARN du VIH et cet ARN grâce à une enzyme, la transcriptase inverse, est destiné à se transformer en ADN, lequel est destiné, grâce à une autre enzyme, l'intégrase, à être intégré définitivement dans l'ADN de notre propre génome humain.
Or ce VIH synthétique (accompagné à dessein de trois enzymes), 
une fois qu'il a pénétré définitivement dans votre génome humain, grâce au vaccin, a la propriété de déclencher une immuno-déficience à vie, autrement dit l'équivalent du SIDA (syndrome d'immuno-déficience acquise).
Les médias et les gouvernements (pour un bon nombre de leurs membres) avec la complicité des laboratoires pharmaceutiques sont en train de détourner l'attention du véritable problème: la nature du covid 19 pour se focaliser sur le type de vaccin choisi (soit-disant une nouvelle technologie 
par messager ARN).
MAIS les travaux du professeur Fourtillan nous apportent les preuves qu'ils ont choisi en réalité de faire un vaccin classique avec virus atténué, et que, quel que soit le nom du vaccin et le laboratoire d'où il provient, leur contenu sera en réalité le même: ces vaccins contiennent l'intégralité du Sars cov 19, donc entre autres de l'ARN du VIH, qui donnera  le sida, c'est-à-dire une immuno-déficience à toutes les personnes vaccinées, qui attraperont ensuite n'importe quelle maladie ou cochonnerie du fait de cette immuno-déficience chronique, permanente.
Il faut bien comprendre que, attraper le covid 19, ce n'est pas du tout la même chose qu'être vacciné: le vaccin est en fait beaucoup plus dangereux car il a la capacité de faire pénétrer le VIH dans nos cellules, dans l'ADN de notre génome humain de manière irréversible.
Alors que, lorsqu'on attrape le covid 19, si on a de bonnes défenses immunitaires, notre corps peut rejeter le VIH et contrarier les différentes étapes de pénétration cellulaire qui sont prévues grâce aux enzymes évoquées ci-dessus.
Avec le vaccin, il n'y aura aucune défense possible du corps pour l' éliminer !!! 
Ils insistent lourdement sur la forme du vaccin (soit-disant nouvelle mais ce n'est pas vrai) pour nous détourner du fond: la nature du covid 19
L'escroquerie va très très loin!! C'est juste inimaginable, je vous l'accorde...
Ils sont en train de projeter le fond absolument irrecevable (la nature du covid 19 avec présence du VIH qui nous est cachée)
sur la forme tout aussi irrecevable (un nouveau type de vaccin: " Faire porter le COVID-19 par un ARN messager est absolument impossible, cela n'a aucun sens car il faut rappeler que les ARN messager ne servent, comme leur nom l’indique, qu’à exprimer les caractéristiques des ADN des génomes des êtres vivants. On ne peut pas les isoler, et prétendre faire un vaccin avec des ARN messager est évidemment un mensonge fait par des individus totalement incompétents qui nous prennent pour des imbéciles ") mais qui médiatiquement passe mieux: on cache de cette manière les véritables intentions de ceux qui ont fabriqué le covid 19.
S'il y a ainsi des dégâts collatéraux chez les vaccinés, on dira que l'on maîtrisait mal ce nouveau type de vaccin par messager ARN au lieu de dire que le covid 19 a été fabriqué de telle manière qu'il contienne de l'ARN du VIH...en vue de faire ensuite des vaccins mortifères...
Ils sont ainsi couverts en partie car vous comprenez "situation d'urgence oblige à tenter quelque chose même s'il y a quelques ratés " !!!
Ne sont-ils pas ainsi en train de cacher leur crime contre l'humanité derrière la forme du vaccin, tout en nous mentant sur cette forme qui est impossible pour un vaccin ???
Il s'agit bien d'un vaccin classique par virus atténué, les vaccins classiques étant particulièrement efficaces pour bien faire pénétrer au coeur des cellules le Sars cov 19...avec le VIH qu'il contient entre autres, comme dans les poupées russes...
Surtout n'hésitez pas à partager l'information en masse à tous ceux qui ne savent pas encore, pour éviter un maximum de victimes, car certains ont compris qu'il valait mieux être prudent mais d'autres malheureusement vont se précipiter sur les vaccins car ils ne se doutent pas à quel point parfois (pas toujours heureusement) " l'homme est un loup pour l'homme", pour citer le philosophe Thomas Hobbes.
Nous avons encore un mois pour les alerter!!!
Gardons le moral car la vérité rend libre, mieux vaut donc ouvrir les yeux sur cette triste et horrible réalité...pour pouvoir faire les bons choix..

 

VACCINS, « L’OUTIL DE MORT »

https://frontieresblog.wordpress.com/

"Puisqu’un malade guéri du tétanos n’est jamais immunisé contre une seconde atteinte, comment un vaccin pourrait-il mieux protéger de la maladie?"  Professeur Jules Tissot

Depuis l’invention de la vaccination, ses propagandistes ont tout fait pour en faire l’alpha et l’oméga du système de santé qu’il fallait imposer aux peuples sous le prétexte frauduleux que le système immunitaire avait besoin d’être « boosté » pour être plus performant. Or, toutes les enquêtes les plus sérieuses aboutissent à la même conclusion, la vaccination a provoqué un nombre incalculable de scandales sanitaires passés par pertes et profits au bénéfice des holdings pharmaceutiques. Aux Etats Unis, pour la seule période de 1991 à 1996, il a été officiellement enregistré 48743 complications vaccinales. D’ailleurs, alors que la vaccination est généralisée 54% des enfants ont des maladies chroniques !

Les travaux qui tendent à démontrer l’efficacité de la vaccination ne s’arrêtent jamais aux effets indésirables qui entraînent d’autres dégâts. Les informations et études qui rendent compte de la réalité des catastrophes sanitaires provoquées par la vaccination sont mises sous le boisseau. Un réflexe courant qui se répète année après année. Pourtant, des enquêtes extrêmement sérieuses montrent combien les effets de la vaccination sont préoccupants. Même l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé) est forcée de le reconnaître, dont l’un des plus importants donateurs, Bill Gates, n’est jamais très loin comme le révélera 21stcenturywire. Et lorsqu’il est impossible de taire les lacunes béantes de la vaccination et son impuissance à prévenir les épidémies, la nouvelle absurdité est de dire que le vaccin est efficace malgré tout.

Le Dr Anthony Morris, virologiste et ancien chef du contrôle des vaccins  aux Etats Unis enfonce le clou lorsqu’il plombe le vaccin « à la mode » : « Il n’existe aucune preuve que le vaccin contre la grippe soit utile. Ses fabricants savent bien qu’il ne sert à rien, mais continuent néanmoins à le vendre. » Aux États-Unis, depuis 1990, la loi fédérale oblige tous les médecins à déclarer les complications vaccinales au VAERS (Vaccine Adverse Event Reporting System), dépendant de la FDA (Food and Drug Administration, l’Agence américaine des produits alimentaires et médicamenteux) et du gouvernement américain. Or, entre le 1er juillet 1990 et le 31 octobre 1998, le VAERS a dénombré 24 775 effets secondaires du vaccin contre l’hépatite B, dont 9 673 cas très graves et 439 décès, parmi lesquels 180 ont été classés « Mort subite et inexpliquée du Nourrisson ».

Le Professeur Philip INCAO de Denver estime, quant à lui, que la santé des enfants de son pays s’est beaucoup détériorée depuis 1960 avec la large utilisation des vaccins, et suggère de comparer la santé d’un groupe d’enfants vaccinés avec celle d’un groupe correspondant d’enfants non vaccinés, étude qui n’a jamais été faite en Amérique : “Pendant 23 ans j’ai observé que les enfants non vaccinés étaient plus sains et plus robustes que les enfants vaccinés. D’autre part, les premiers n’ont pas souffert plus souvent ou plus sévèrement de maladies infectieuses que les autres”.

Historiquement, concernant la vaccination, il faudrait toujours garder à l’esprit que son obligation n’est que le résultat d’un lobbying ininterrompu de l’industrie pharmaceutique qui réussit à convaincre les pouvoirs publics de son importance. Pourtant, il suffirait de se pencher sur les nombreux « accidents vaccinaux » ou preuves de contaminations liées aux vaccins pour se convaincre du contraire ou alors se rappeler de l’enquête de l’OMS dans huit pays européens, de 1970 à 1974, qui a montré que sur 360 cas de poliomyélite avec formes paralytiques, 205 étaient associés à la vaccination. Ainsi, on en arrive aujourd’hui par exemple à la promulgation de lois qui protègent les fabricants de vaccins  même s’il arrive que la justice passe de temps en temps ! Cela reste cependant presque exceptionnel devant l’ampleur des dégâts causés par l’industrie pharmaceutique insuffisamment encadrée


La vérité sur TOUS les vaccins !

La vidéo que Youtube vous interdit de regarder !


Les vaccins. Mais, au fait, que contiennent-ils ?

Les vaccins sont des produits standardisés qui sont inoculés à des millions de personnes  (enfants, adultes, personnes âgées), sans se préoccuper des caractéristiques génétiques et immunologiques des individus qui les reçoivent. Or, nous sommes tous différents : chacun répond différemment aux vaccins. L’acte vaccinal est devenu un acte médical banalisé. Or, les vaccins, classés comme « médicaments« , ne sont pas des médicaments comme les autres. Leurs effets s’étendent sur des années, voire des décennies. Que dire de la mode actuelle où des vaccins polyvalents pouvant contenir des informations biologiques issues de 5, 6 voire 7 micro-organismes différents sont injectés directement dans l’organisme ? Ce type d’agression est inconcevable dans des conditions naturelles : avez-vous déjà attrapé la diphtérie, le tétanos et la polio le même jour ? Ce type de vaccin constitue une agression considérable pour l’organisme. Avec quels effets ?

Par Hélène ECOCHARD

Faisons un petit tour de ce que contiennent les vaccins. Evidemment, ils ne contiennent pas tous les composants cités ci-après. Mais chaque composant est suffisamment toxique (donc dangereux) à lui seul pour constituer une agression à court et long termes. Alors que dire de l’effet « cocktail » de tous ces produits ?

1- L’élément microbien : virus, bactérie ou toxine.

L’antigène (élément microbien lié à la maladie que l’on veut prévenir) mis dans le vaccin et qui va faire réagir le système immunitaire doit être soit vivant mais atténué, soit tué ou inactivé, soit transformé par génie génétique, pour donner la maladie a minima et développer une mémoire immunitaire. L’inactivation s’obtient soit par la chaleur, soit par le formol. En théorie, l’antigène est rendu incapable d’infecter une cellule et de s’y reproduire. Mais ce n’est là qu’une théorie. Dans le corps humain, les choses peuvent se passer fort différemment. L’atténuation s’obtient par des procédés qui font muter l’antigène (afin qu’il perde son caractère infectieux, mais pas son rôle d’antigène). Pour cela, on obtient un vaccin par passages successifs sur substrat ou culture cellulaire. Les scientifiques eux-mêmes avouent qu’ils ne sont absolument pas sûrs de la qualité de l’atténuation. Lise Thiry (Institut Pasteur de Bruxelles) reconnaît qu’ ils ont « atténué les virus au petit bonheur la chance » … C’est ainsi que certains germes, insuffisamment atténués et/ou mutants ont pu retrouver leur virulence et déclencher des pathologies « like » (ex : polio post-vaccinale, bécégite après le BCG, …). La plupart des vaccins à virus contiennent des virus vivants atténués (ROR, polio oral, hépatite A, grippe, fièvre jaune, varicelle, …).

2- Le formaldéhyde (formol).

Ce produit est classé cancérigène, catégorie 1 (la + élevée), depuis juin 2004, par le Centre International de Recherche  sur le Cancer (CIRC). C’est le produit le plus utilisé dans les vaccins pour inactiver les antigènes. On le retrouve à l’état de traces dans les vaccins, car le processus de production des vaccins ne peut l’éliminer totalement.

3- Les adjuvants de l’immunité

– L’hydroxyde ou le phosphate d’aluminium. Il fait partie des métaux qui menacent notre santé. On le montre du doigt très sévèrement aujourd’hui car il est impliqué dans les maladies d’Alzheimer, de Parkinson, dans diverses dégénérescences neurologiques. Selon l’immunogénéticien Herman Hugh Fudenberg, un individu ayant reçu 5 vaccins consécutifs contre la grippe a 10 fois plus de risques d’avoir une maladie d’Alzheimer qu’un non vacciné. L’accumulation graduelle de l’aluminium dans le cerveau entraîne l’altération des fonctions cognitives. Les Pr Gherardi et Cherin ont attribué à l’aluminium le développement d’une nouvelle maladie « la myofasciite à macrophages ». La plupart des victimes de cette maladie avaient reçu le vaccin contre l’hépatite B ou celui contre le tétanos qui contiennent de fortes doses d’aluminium. Il faut savoir qu’une fois entré dans les cellules, l’aluminium interfère avec le métabolisme du fer (il se fixe sur la transferrine) et prend la place du fer; il peut être capté ainsi par tous les tissus exprimant des récepteurs à la transferrine (notamment muscles et cerveau).

Michel Georget rappelle que pour être potable, l’eau ne doit pas contenir plus de 100 microgrammes d’aluminium par litre. Or, une personne vaccinée contre l’hépatite B en reçoit 1250 microgrammes par injection. Après une vaccination complète (avec rappels), elle se retrouve avec une concentration d’aluminium 20 à 40 fois la dose limite de l’eau potable.

Le vaccin contre le papillomavirus est également très chargé en aluminium et présente donc des risques accrus de maladies neuromusculaires.

– Le phosphate de calcium. On pourrait le croire moins nocif que l’aluminium car le phosphate de calcium est un composant du corps humain (os et dents par ex). Mais il n’en est rien. Il risque de déclencher des réactions sévères d’auto-immunité : le système immunitaire va produire des anticorps contre toutes les molécules de phosphate de calcium, y compris contre celles présentes naturellement dans l’organisme). En outre, un taux élevé de phosphate de calcium dans le sang peut conduire à une insuffisance rénale.

– Le squalène. Je renvoie le lecteur à l’article paru dans le n°53, p. 30 du courrier dALIS qui est très complet sur cet adjuvant. On peut constater que, dans les derniers vaccins, le squalène est mélangé à d’autres éléments : le polysorbate 80 (pas sans danger : il augmente le stress oxydatif et diminue le taux de glutathion), le trioléate de sorbitan, du citrate de sodium, de l’acide citrique.

De toute évidence, la présence des adjuvants dans les vaccins amplifie leur dangerosité. L’adjuvant va déclencher une stimulation plus forte de l’organisme, qui à son tour, va stimuler d’autres mécanismes dans notre corps, de façon anormale et inattendue. D’où les pathologies que l’on observe désormais, tant neurologiques que rhumatismales, souvent auto-immunes.

4- Les autres additifs.

– Les agents de conservation : le phénoxyéthanol (éther de glycol reconnu hautement toxique). C’est un allergène responsable d’allergies cutanées et de troubles neurologiques. Citons aussi les dérivés mercuriels : le mercure est un neurotoxique bien connu. Une fois absorbés, les sels de mercure sont susceptibles de s’accumuler dans le foie, les globules rouges, la moelle osseuse, les reins, la rate, les intestins, les poumons, la peau, le système nerveux central. Ils entraînent toute une cascade de dysfonctionnement neurologiques et sont liés à l’augmentation exponentielle des syndromes autistiques. Oui, vous avez bien lu ! Ce qui fait qu’en 2000, l’Agence Européenne d’Evaluation des Médicaments (EMEA) a recommandé que les vaccins contenant du mercure ne soient plus administrés aux nourissons et jeunes enfants … ! Le vaccin H1N1 en contient. Actuellement, le VIDAL ne mentionne plus de mercure dans les vaccins, mais il faut considérer que la présence de mercure dans les vaccins subsiste.

– Les désinfectants : antibiotiques (tels que néomycine, gentamycine, kanamycine, polymyxine, … qui appartiennent à la famille des aminosides dont on connaît la nocivité, notamment sur les reins et l’oreille interne). Ils sont aussi responsables d’allergies graves. Pourquoi le slogan « les antibiotiques c’est pas automatique » ne s’applique pas aux vaccins ? Citons aussi la beta-propiolactone (produit reconnu cancérigène. Il s’attaque au foie, système immunitaire, système respiratoire et gastro-intestinal, …). Et le glutaraldéhyde (toxique), les microbicides (ce sont des agents détergents !).

– Les stabilisants : trométamol (alcalinisant. Contre-indiqué chez les enfants de moins de 6 ans et les insuffisants rénaux), la gélatine (!) : dérivée du collagène prélevé sur les os ou la peau des bovins, ovins, porcins, voire équins. Bon appétit ! Plusieurs études ont montré les nombreuses allergies qu’elle déclenche. Depuis quelques années, les labos utilisent une gélatine hydrolysée recombinante. Avec quels autres troubles ? Citons aussi l’albumine (risque d’allergie, choc anaphylactique).

– Les émulsifiants. Citons les principaux : polysorbate 20, polysorbate 80, sorbitol, glycine, lactose, saccharose, aspartame, glutamate, dextran. Tous ces produits ont des effets secondaires sur certaines personnes sensibilisées et allergiques.

– Les solvants. Citons le tributylphosphate (produit chimique suspecté d’être un poison pour les reins et les nerfs). Il peut aussi attaquer le système respiratoire et nerveux.

– Le latex. Utilisés pour boucher les flacons contenant les vaccins, contenu dans les seringues préremplies et les protège-aiguilles. On le retrouve là aussi à l’état de traces dans les vaccins. Bien que naturel, c’est un puissant allergène.

– La « substance tampon » : pour maintenir le PH du vaccin. On trouve dans les vaccins : acide acétique, hydroxyde de sodium, phosphate disodique ou monosodique déshydraté.

– Les anti fongiques : ce sont des produits qui détruisent les champignons, ils servent de conservateur. Il en est un qui est surprenant, puisque c’est la mort-aux-rats (borate de sodium) contenu dans … le vaccin Gardasil contre le papillomavirus !!!

5- Les contaminants et impuretés des vaccins.

Les virus ou les bactéries doivent être cultivés sur des substrats afin d’en obtenir de grandes quantités pour une production industrielle de masse. Les cellules sur lesquelles sont cultivés ces micro-organismes sont générallement des cellules animales ou des levures. Le principal problème est leur possible contamination virale. Aucun fabricant ne peut garantir l’asepsie des cellules animales servant à la culture vaccinale (l’OMS a d’ailleurs prononcé des mises en garde sur ce sujet). Un exemple : le vaccin polio des années 60 fut contaminé par un virus inconnu à l’époque (le SV40 – virus simien 40) responsable de tumeurs cancérieuses. Il y a eu d’autres cas.

Voilà les informations essentielles à connaître sur la composition des vaccins les plus couramment utilisés en France. Je vous invite à rechercher des informations complémentaires dans des ouvrages spécialisés. Ceci dit, les fabricants sont souvent peu bavards sur la composition de leurs produits. Et nous avons vu que des composants à l’état de traces ne sont même pas mentionnés sur les étiquettes !

En guise de conclusion, je poserais juste une question : est-ce que les laboratoires savent vraiment ce qu’ils font ?

Pour aller plus loin :

– Michel Georget « Vaccinations, les vérités indésirables« 

– Liste des excipients et adjuvants

– http://www.altermonde-sans-frontiere.com/spip.php?article6132

– Dr Jean Pilette « constituants importants des vaccins » in « Maladies infectieuses et vaccins« . Livre téléchargeable en pdf

– « Vaccination, erreur médicale du siècle » du Dr L. De Brouwer

– « L’intoxication vaccinale » de F. Delarue

– « La rançon des vaccinations » de S. Delarue

– « La catastrophe des vaccins obligatoires« , du Pr Tossot

– « La faillite du BCG » du Dr Marcel Ferru

– « Vaccin hépatite B : les coulisses d’un scandale » de Sylvie Simon et du Dr Marc Vercoutère

Source : Les vaccins. Mais, au fait, que contiennent-ils ?

 

Sur le NET :

Bravo pour le gouvernement et le peuple suédois, qui ont désobéi à L'OMS Organisation Maffieuse contre la Santé des peuples. Qui ont laissé leur peuple vivre, travailler, se promener, faire du sport sans masque, sans distanciation, sans amende, sans prison ! Mille BRAVOS au courageux Peuple Danois ! Et Bravo aux juges et au avocats portugais qui ont prouvé l'invalidité des tests PCR, et de la quarantaine illégale suite à un test positif ! Bravo à vous toutes chères Mamans qui vous battez pour libérer vos enfants des PEDOCRIMINELS ! BRAVO au Pr. RAOULT, Pr PERONNE, Pr. TOUSSAINT, Pr. TOUBIANA, et au Dr. FOUCHÉ, et tous les autres qui combattent pour la Vérité et Paix. FORCE et HONNEUR à vous toutes et tous qui vous engagez dans la Voie de la Justice et l'Éthique. NOUS REFUSONS LA DICTATURE REFUSONS L'OMS REFUSONS LES MENSONGES D'ETAT NOUS REFUSONS LES VIOLENCES, ET AUX VIOLENCES POLICIÈRES INJUSTIFIÉS ET IMPUNIES NOUS REFUSONS LE DÉSORDRE ET LE CHAOS NOUS REFUSONS LA DETTE NOUS REFUSONS LES BIGPHARMAS NOUS REFUSONS LES PEDOCRIMINELS ET LA PÉDOPHILIE NOUS REFUSONS LES MASQUES OBLIGATOIRES NOUS REFUSONS LES CONFINEMENTS ET LES COUVRE FEU NOUS REFUSONS LA PROPAGANDE TERRORISANTE NOUS REFUSONS LES VACCINS NOUS REFUSONS LES TESTS NOUS REFUSONS LE TRAÇAGE NOUS REFUSONS LA ID 2020 NOUS REFUSONS LA 5G NOUS REFUSONS LE TRANSHUMANISME NOUS ACCEPTONS LA FRATERNITÉ NOUS ACCEPTONS L'AMOUR DE L'AUTRE NOUS ACCEPTONS BIEN-ÊTRE DE TOUS RESPECT DES ÂGÉS RESPECT DE NOS DÉFUNTS NOUS ACCEPTONS LA NATUROPATHIE NOUS ACCEPTONS LE JEÛNE NOUS ACCEPTONS L'AYURVEDA NOUS ACCEPTONS L'HOMÉOPATHIE NOUS ACCEPTONS L'OSTÉOPATHE NOUS ACCEPTONS OZONTHÉRAPIE NOUS ACCEPTONS LA PHOTOTHÉRAPIE NOUS ACCEPTONS PHYTOTHÉRAPIE NOUS ACCEPTONS L'HÉMOLASER NOUS ACCEPTONS L'INJECTION DE VITAMINE "C" NOUS ACCEPTONS L'ACUPUNCTURE NOUS ACCEPTONS LA CUTTING THERAPIE. NOUS ACCEPTONS L'ARTÉMESIA ANNUA NOUS ACCEPTONS LA LIBERTÉ ET DIGNITÉ DE TOUS LES ENFANTS, OU LA MORT NOUS VAINCRONS PACIFIQUEMENT MAIS DÉTERMINÉS!

 

PREUVE que le vaccin COVID-19 d'AstraZeneca est fabriqué avec du tissu foetal humain avorté

De HumansAreFree.com:

Une nouvelle présentation vidéo de l'étiquette du vaccin COVID-19 pour le vaccin AstraZeneca révèle qu'il est fabriqué avec du MRC-5, une souche de tissu foetal humain avorté.

La vidéo a été publiée à l'origine sur Instagram. Il guide le spectateur à travers un examen plus approfondi de l'étiquetage de l'emballage du vaccin AstraZeneca COVID-19 , en commençant par la désignation ChAdOx1-S (recombinante) sur l'étiquette.

Cet ingrédient conduit le spectateur dans un terrier de recherche en ligne, découvrant finalement que les souches recombinantes utilisées dans le vaccin sont cultivées à partir du tissu fœtal avorté d'un bébé humain avorté âgé de 14 semaines .

Les vaccins sont du cannibalisme médical.

Quiconque prend un vaccin fabriqué avec du tissu foetal humain avorté soutient le meurtre continu et le prélèvement d'organes de bébés humains , soutenant financièrement l' industrie du trafic de parties du corps humain impliquant Planned Parenthood et les fabricants de vaccins.

Combien de bébés ont dû mourir pour que l'industrie des vaccins puisse gagner des milliards de dollars grâce à une plandémie militarisée ?

Pour vous médecins, pharmaciens, naturopathes pourrait être intéressant - Virus de la rougeole -

https://wissenschafftplus.de/uploads/article/wissenschafftplus-l-erreur-d-interpretation-virus-1.pdf

UNE AUTRE VISION DES VIRUS QUE LA MEDECINE OFFICIELLE

Ce qu’en dit Jacques DAUDON :« En ce qui concerne mon modeste entendement, pour moi et à l'appui de certaines thèses, les pandémies ne sont que des empoisonnements, divers et variés, provoqués, soit par de la nourriture avariée, contaminée, vaccins, soit par des poisons divers inhalés (nano-particules mais aussi ondes électromagnétiques, soit courant infra-sons (éolienne) ».

 

Coup de gueule ! bravo monsieur le docteur de campagne. Qui détient la vérité ?

Cinquante ans de médecine de campagne... J'ai 76 ans passés et j'en ai vu des épidémies de grippe dès 69-70, qui tuaient 30 à 40 000 personnes sans qu'on affole une population infantilisée par l'idée de la mort et -surtout- par médias et hommes politiques qui surfent sur la vague.

J'ai de nombreuses années assumé un cabinet de 40 à 5O malades jours et nuits et dimanches en dépit de 3 associés que j'avais accueillis à mes côtés. Encore inscrit au Conseil de l'Ordre, je viens de soigner une dizaine de personnes atteintes du Covid 19 et j'y suis passé moi-même sans encombre en n'hésitant pas à prendre Nivaquine + antibiothérapie. Oui, on n'est pas certain de l'efficacité de ce traitement... mais alors, que proposer à nos patients? Pour mes amis et parents, comme pour moi, je n'ai pas hésité. Toxicité de l'hydrochloroquine ? J'en ai prescrit comme tous les autres médecins pendant 50 ans (sans qu'on m'emmerde) contre le palu et dans certaines affections rhumatismales sans le moindre incident alors que j'ai dû hospitaliser des cirrhoses au paracétamol chez des non alcooliques, sans parler des hémorragies digestives sous aspirine...
 Le confinement : certes pour les personnes fragilisées et afin de ne pas engorger les services de réanimation qui n'existaient pas dans les années 70. Mais on le prouvera quand nous serons en possession de tests sérologiques fiables : quoi qu'on fasse, les trois quarts de la population auront contracté le Covid 19 en ne présentant qu'une simple "grippette" ou une forte grippe.

 Que dire de la cacophonie des "grands professeurs" (combien d'entre eux ont-ils réellement fait de la recherche fondamentale ?) des grands professeurs qui n'ont pour la plupart jamais eu à soigner une grippe et des pneumopathies virales alors que nous en avons soigné des milliers au cours de notre carrière et que sommes, nous, médecins de famille en première ligne pour soigner les trois quarts des personnes atteintes du Covid 19. Oui : qu'ont-ils à proposer ? Alors, qu'on laisse le médecin de famille responsable faire son boulot sans lui interdire tel ou tel produit ! Ou alors, qu'on lui interdise le droit de soigner ! Seuls quelques grands spécialistes et chercheurs ont droit de nous apprendre.

  Toute mon admiration va aux médecins de réanimation et à leurs assistants qui se dévouent de façon merveilleuse 24 heures sur 24 pour les cas désespérés. Mais si un jour, il se confirme que Nivaquine et Plaquénil ont une efficacité -même relative- contre le Covid 19, alors nous serons en droit d'accuser tous ceux qui nous l'ont interdit, d'avoir mis en danger la vie de centaine de milliers de malades et -voire- de les traduire en Justice. Car, pour avoir été maire pendant 19 ans et Conseiller Régional 12 ans, je doute de l'esprit de culpabilité de certains "grands élus."

 Docteur Jean-Louis Bellaton, né le 5.10.43.

 454 chemin des Vignerons

69830 Saint-Georges de Reneins.

 

Coup de gueule  du Pr Paul Trouillas, médecin neurologue et philosophe

Pr Paul Trouillas, médecin neurologue et philosophe « Bac + 60 » a mis en place une association « Familles détruites par le rivotryl » pour mener ses actions collectives en justice ...  plus il y aura de dossiers, plus l’action sera massive, plus elle sera crédible, et au fond accablante.

Les victimes c’est plusieurs milliers.

A Paris vous avez des escadrons d’infirmieres qui allaient dans les ehpad, parce qu’il y a une responsabilité qu’il faudra déterminer, par une plainte contre x. Qui a organisé ces groupes d’interventions rapides d’infirmieres qui allaient semer l’eutanasie dans les ehpads. On avait l’annonce dans le journal officiel de 20/30 morts en même temps dans les ehpads.

https://m.youtube.com/watch?feature=youtu.be&v=bPwMTE_KRSI

 «On soigne le trouble respiratoire par la mort!  «Le traitement pris en charge de manière totalement hypocrite d’un trouble respiratoire par un poison respiratoire et surnommé  «traitement de confort» : Rivotryl + morphine = mort !» 

 «C’est ça dans la France du 21ème siècle, la France des droits de l’homme, la France de Voltaire, c’est ça auquel on assiste !»

 «Moi qui ai passé des nuits et des jours à sauver des gens, je ne peux pas tolérer cela»

Comparatif des chiffres :

En Allemagne où on n’a pas suspendu l'accès au plaquenil 

Et en France où on l’a suspendu  «sur la base d’un article faussaire.. 

« l’ansm, le haut conseil de la santé, le ministre de la santé ont immédiatement interdit le plaquénil sur la base de cet article faussaire ! C’est totalement inadmissible. 

D’ailleurs elle est attaqué en pénal par monsieur Raoult.. La nsm est totalement décrédibilisée en tout cas avec le président actuel.»

 

Bonne nouvelle : que ceux qui ont des oreilles entendent

Michel DOGNA

LA BATAILLE FINALE POUR LA TERRE

Par Suzanne Deborah Jennings

26 novembre 2020

" Alors que la planète Terre progresse le long de la ligne temporelle gamma vers la fin de l'année 2020... une flotte massive de Forces Lumineuses bénévoles amarrées dans le système solaire terrestre a reçu le feu vert pour lancer l'opération finale "Ascension de la Terre".

La bataille finale entre la Lumière et les Ténèbres pour la possession de la planète Terre ...

Les Forces Delta de la Lumière ont maintenant confirmé une victoire écrasante sur la plupart des forces Draco restantes qui se cachaient dans l'espace sous-lunaire et la voie énergétique est maintenant dégagée pour que la planète puisse passer dans la Cinquième Dimension.

Les Pléiadiens ont fait savoir à certains membres de l'Alliance Terrienne que le système de contrôle matriciel 3D qui a contrôlé les êtres de la Terre pendant des éons va maintenant s'effondrer complètement... comme des dominos !

Nous verrons cela se produire dans quelques semaines Maintenant !

Selon de nouvelles données reçues par l'Alliance Terrienne...

une expansion substantielle de l'ADN s'est produite parmi les êtres humains de la Terre au cours des 30 derniers jours et au cours des deux prochains mois, cette expansion de l'ADN sera très perceptible.

Ce qui se passe actuellement sur Terre est positif... mais cela aura un effet assez choquant sur la conscience humaine globale et fera que l'humanité se réveillera encore plus vite.

Les Pléiadiens disent que ce soudain saut de la conscience globale est le point tournant majeur du calendrier de l'Ascension de la Terre.

Le 21 décembre 2020... un magnifique Portail Céleste s'ouvrira dans les cieux, marquant l'aube de la Nouvelle Ère du Verseau et le premier jour du "Satya Yuga », l’âge d’or de l’Humanité. Une "Grande Conjonction" Jupiter / Saturne de 20 ans qui tombe le jour solaire le plus important de l'année... le Solstice de décembre.

À ce moment de la ligne de temps gamma de la Terre... de puissants flux d'énergie de super-haute fréquence (Soleil central) se déverseront dans l'atmosphère terrestre.

La Lumière n'a pas été présente sur Terre depuis l'époque de l'Atlantide et la science avancée montre que la fréquence de 40 Hz... 5D... la Lumière gamma recodera instantanément l'ADN dans un ordre plus complexe.

Si vous avez des Yeux Intérieurs pour voir... vous pouvez voir que la Grande Ascension de l'Humanité est Maintenant imminente sur tous les fronts et que quelque chose de vraiment Grand est sur le point de se produire sur la planète Terre.

L'Humanité est sur le point de faire l'expérience d'un saut quantique évolutif dans la Conscience et chaque Être de tous les coins de l'Univers est là, au premier rang, pour assister à la Grande Ascension de l'Humanité.

Cette Grande Réalité "Maintenant"... est le Grand Temps dont ont parlé de nombreux Prophètes et Visionnaires, lorsque l'Humanité passera de la longue période de ténèbres cosmiques au Nouvel Âge d'or aveuglant.

Avec l’AMOUR Sacré de l’UN "

Source: https://sdjennings.ambassadeurhumaniterre.com/

   

https://youtu.be/1trbuGt8nKo


TRUMP ANNULE LE PROJET BILL GATES CONNU SOUS LE NOM « ID2020″….ATTENTION CETTE INFO EST donné comme partiellement faux par  » Vérification des informations par AFP Africa »…. donc je suis sure que cette INFO est vraie !!!! VOIR LES SOURCES EN BAS DE L ARTICLE

18 novembre 2020 

Pierre Godefroyd

TRUMP ANNULE LE PROJET BILL GATES CONNU SOUS LE NOM « ID2020 »

Le président des États-Unis, Donald Trump, a annulé le projet Bill Gates connu sous le nom de « ID2020 » et a fait ce qui suit:

* 1 .- * Il a décrété que les vaccins soient VOLONTAIRES et non obligatoires, avec les militaires qui vérifient leur pureté et les distribuent.

* 2 .- * Il a coupé les fonds à l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et souhaite une enquête approfondie sur ses opérations.

* 3 .- * Annulé le projet de loi ‘HR6666’ des démocrates, connu sous le nom de Covid-19 TRACE Act (Testing, Reaching And Contacting Everyone) qui était à la base du projet de loi de diagnostic et de surveillance de Bill Gates (même qui a également été annulée).

* 4 .- * Il a annulé le projet de Bill Gates connu sous le nom de «ID2020».

* 5 .- * Il a ouvert une plateforme de reportage afin que la même population puisse dénoncer la censure qui lui était appliquée sur Facebook, Twitter et YouTube.
Le résultat a été retentissant, car en peu de temps, il a été saturé de plaintes et Trump a ainsi obtenu les preuves dont il avait besoin pour prendre des mesures contre la censure.

* 6 .- * Cela a arrêté le lancement de la 5G à travers le pays.

* 7 .- * Il a publié un décret pour rouvrir les entreprises et les activités syndicales dans tous les États américains au point où les gouverneurs qui refusent seront poursuivis.

* 8 .- * Il a exécuté l’ordre que la Maison Blanche prenne en charge tous les réseaux électriques qui comprennent :
– les serveurs Internet,
– les systèmes de transmission
– et les systèmes électroniques. (Drapeau rouge).

* 9 .- * «Services essentiels» déclarés aux lieux de culte.
Certains maires infligent une amende à des gens qui vont à l’église.

* 10 .- * Il a félicité l’Australie et 116 pays pour avoir insisté sur une enquête stricte et rigoureuse sur la Chine pour avoir propagé le prétendu « COVID-19 »,
malgré plusieurs menaces de la Chine pour avoir rejeté des exportations critiques.

NOTE:
ID2020 est le nom du projet qui propose l’identification numérique de pratiquement toutes les personnes de la planète.

Le terme «identification numérique» signifie l’insertion d’une micropuce dans le corps humain qui contient toutes les informations personnelles de chaque citoyen.

On a peu parlé de la question dans les médias,
mais le projet ID2020 a atteint un stade très avancé.

Le site officiel indique que ID2020 est un type de partenariat public-privé qui implique l’ONU,
l’OMS,
les gouvernements internationaux
et ses membres fondateurs,
qui sont également ses sponsors les plus actifs.

Qui sont les membres fondateurs et bailleurs de fonds?

Les membres fondateurs comprennent des noms éminents tels que «Microsoft» (de Bill Gates), «GAVI» (l’alliance mondiale pour les vaccins et la vaccination, intéressée par la promotion de l’utilisation des vaccins dans le monde)
et la famille Rockefeller.

Dans l’administration ID2020,
nous trouvons des représentants des organisations d’ingérence déjà connues dans chaque mouvement que l’élite du pouvoir donne pour imposer le Nouvel Ordre Mondial :
JP Morgan, Banco Santander, USB Bank, Deutsche Bank, IBM, Rockefeller Foundation, Microsoft …
( J’ai été frappé de ne pas trouver Goldman Sachs sur la liste, et cela m’a intrigué.)

EVIDEMMENT ID2020 est présenté de manière positive pour que chacun l’accepte :
comme
« un atout pour les citoyens »

(et plus encore:ils le traitent comme un DROIT),

« quelque chose que notre vie n’a pas pour s’améliorer dans tous les aspects ( surtout les plus élémentaires) « .

Sur la première page du projet, on peut lire :
: « L’identité est vitale pour les opportunités politiques, économiques et sociales.

Mais les systèmes d’identification sont archaïques et peu sûrs,
il y a un manque de protection adéquate de la vie privée et, pour plus d’un milliard de personnes,
ils sont inaccessibles « …

N’oubliez pas qu’en partageant cet article, vous arrosez la graine de la vérité.

L’HUMANITÉ EST EN DANGER

SOURCE

https://m.facebook.com/Droit.Univers/photos/a.853085281507844/1775863095896720/?type=3&source=57

SOURCE https://www.agoravox.fr/commentaire5899860

"L'espoir, au contraire de ce qu'on croit, équivaut à la résignation. Et vivre, c'est ne pas se résigner".

Albert Camus, L’Été à Alger (in Noces, 1938)

 

 

La Lettre de la Médecine du Sens n°320 du Dr olivier SOULIER

EXTRAITS

Raoult contre-attaque. Il dépose plainte contre l’ANSM. 

Lien : https://www.lessymboles.com/le-pr-raoult-depose-plainte-contre-le-vice-president-de-lordre-des-medecins-de-marseille/

 

Dominique Martin patron de l’ANSM démissionne, un fusible qui saute pour protéger le big boss grand ordonnateur « Manu 1° ».

La patron de l’ANSM n’a pas résisté au scandale à la fois du refus de l’HCQ et de la validation du Redemsivir.

Lien : http://www.francesoir.fr/societe-sante/demission-de-dominique-martin-directeur-general-de-lansm-scandale-de-trop-remdesivir-ou

 

Mais le gouvernement continue à faire de la France un Absurdistan.

On ouvre les stations de ski, mais pas les remontées mécaniques.

A Lille, on installe la grande roue mais on ne pourra pas monter dedans.

Papy et Mamie sont punis et devront manger la bûche seuls à la cuisine. Vive les cuisines à l’américaine !

On peut entasser des centaines de personnes dans les métros et les cantines de travail, mais les restaurants resteront fermés et on ne mettra pas plus de 30 personnes dans les cathédrales. Macron aurait-il peur de la foi, à part celle en « la bourse ou la vie ».

Il faut le dire s’il y a bien un mot pour qualifier toute cette politique c’est la perversion.

Le mélange du bien et du mal. "Je te fais mal, mais c’est pour ton bien.

Je te fais croire que c’est pour ton bien, mais ça te fait du mal".


 

Petition Plus de 20 000 à dire NON, et ils vacillent déjà ! 


Cher(e) ami(e),

Nous sommes déjà 20 000 à refuser de financer avec notre argent les enchères des vaccins organisées par les laboratoires pharmaceutiques.

Il est urgent de faire entendre cet appel à Messieurs Macron et Véran avec de nouvelles signatures, avant qu'ils n'en commandent de nouveaux !

Relayons la pétition, partageons-la à nos contacts et soyons toujours plus nombreux à dire STOP au détournement de nos impôts au profit des labos !

L'argent public utilisé pour spéculer sur les vaccins manque cruellement à l'hôpital public. Alors poursuivons nos premiers efforts, qui ont payé. 

A peine 3 semaines ont suffi pour que tombent les masques : aucun laboratoire n'est en possession d'un vaccin sûr, validé, et efficace contre la contagion, la propagation et les formes les plus graves de la Covid-19. 

Pire : pour les laboratoires comme pour les instances gouvernementales de santé, les mauvaises surprises s'accumulent dans les médias :

 

Sur France Info, c'est la présidente de la commission des vaccinations de la Haute Autorité de Santé (Elizabeth Bouvet) qui reconnait que le vaccin n'a pas été testé sur les personnes les plus touchées par le virus...

"Les personnes très âgées en Ehpad sont peu étudiées dans les essais actuels, mais il ne faut pas exagérer les risques de la vaccination" (...)

... elle avoue carrément n'avoir aucune idée de l'efficacité du vaccin dans le temps ! 

"Les personnes protégées le sont (...) mais on ne sait pas combien de temps elles sont protégées

Le Parisien - 1er décembre

Quant au directeur de recherche de l'INSERM au CNRS, il indique que l'efficacité prétendue des vaccins provient surtout de la santé des volontaires inoculés !

"Les essais cliniques ont été conduits sur une population adulte, jeune et en bonne santé" (Dr. Cecil Czerkinsky, Directeur - INSERM

Chez AstraZeneca, c'est la débâcle générale, après que le quotidien britannique The Guardian a publié une enquête remettant en cause l'efficacité du vaccin.

Acculé, le directeur du laboratoire confesse : 

"Nous devons faire une étude complémentaire" (Pascal Soriot, patron d'AstraZeneca)

Et après tout cela, nos gouvernants s'étonnent encore de notre hésitation vaccinale ? Et osent s'afficher avec des dirigeants de laboratoire ?

Nos efforts ont remis un peu de sérieux dans le travail des scientifiques, mais la route est longue : nous DEVONS SIGNIFIER au gouvernement d'arrêter de se soumettre au bon vouloir des laboratoires, et de revoir les priorités de ses dépenses publiques. 

L'hôpital public n'aura rien en 2021, pendant que les labos pourront s'engraisser sur des vaccins sans garantie.

S’il vous plaît, faites suivre ce message à votre carnet d’adresses, partagez-le sur les réseaux sociaux.

Personne ne doit ignorer ce scandale de détournement d'argent public.

C'est AUJOURD'HUI que cela s'arrête !

SIGNEZ et PARTAGEZ la pétition contre le détournement de nos impôts au profit des labos en cliquant ici.

D’avance, je vous remercie, 

Thierry Champion__


P.S. : Il est urgent de dire NON au versement d'1,5 milliard d’argent public à des laboratoires tenus par des dirigeants et des milliardaires.

Ce n’est pas aux travailleurs et retraités modestes de mettre la main à la poche pour financer la spéculation vaccinale, ce sont les actionnaires richissimes de ces laboratoires qui doivent assumer !

 

Observatoire International du Pouvoir d'Achat (OIPA)
Case postale - 1211 Genève 3 - Suisse

 

 

ÉDITO DÉCONfINER LA VÉRITÉ

(Néosanté)

EXTRAITS

 L ’autre matin, j’ai entendu un sketch très drôle à la radio. L’humoriste se demandait ingénument pourquoi il avait fallu un deuxième confinement si le premier avait marché. Et s’il n’avait pas marché, pourquoi en décider un deuxième. La vanne a fait rire tout le studio mais je me demande si les journalistes présents ont perçu la pertinence et le bon sens de ce double questionnement : les conseillers scientifiques savent-ils ce qu’ils font et où ils vont ? Les mesures qu’ils (é)dictent ont-elles une quelconque utilité dans la gestion de l’épidémie ? Ce qui est sûr, c’est que les virocrates qui nous gouvernent ne peuvent s’appuyer sur aucun précédent pour justifier le bien-fondé de leurs idées folles. La mise à l’écart des malades est une vieille technique d’endiguement mais c’est la première fois dans l’histoire de l’humanité qu’on oblige des populations en bonne santé à s’isoler. Il n’existe donc pas de science du confinement général et l’OMS n’a d’ailleurs jamais formellement recommandé cette politique. Ce qui est sûr aussi, c’est que les pays ayant choisi de confiner seulement les personnes dépistées (Japon, Vietnam, Corée…) ont obtenu de bien meilleurs résultats en termes de mortalité. Et qu’à l’inverse, les nations ayant opté pour un lockdown aveugle (France, Belgique, Espagne, Italie…) ont enregistré une surmortalité anormale au printemps et en automne. Il crève les yeux que la décision inédite d’enfermer tout le monde a produit des effets pervers et que cette voie aventureuse n’aurait jamais dû être empruntée. C’est moins le covid qui a tué que la réponse délirante apportée à ce syndrome à peine plus létal que la grippe saisonnière ! Non contentes de dissimuler cette vérité évidente, nos autorités persistent à confiner la science elle-même en se basant obstinément sur des calculs hasardeux et des modèles mathématiques foireux. Quand elles devront répondre du carnage économique et de son bilan humain tragique (explosion des dépressions, vague de suicides…), nos excellences devront expliquer pourquoi elles ont délibérément ignoré les paroles critiques et préféré s’enfoncer dans le dogmatisme antiscientifique. Si vous nous lisez depuis le début de la mascarade coronavirale, vous savez qu’il y a deux mensonges que nous avons particulièrement à cœur de dénoncer : celui sur la prétendue efficacité des masques et celui sur le soi-disant « lourd tribut » payé par les soignants. Selon une étude portant sur 6.000 citoyens danois et récemment parue dans Annals of Internal Medicine, les infections ont été à peine moins nombreuses chez les personnes masquées (1,8%) que chez les non masquées (2,1%). Statistiquement, c’est une différence non significative et les auteurs de la recherche ont déclaré avec probité que le bénéfice n’était pas « aussi important » que ce qu’ils avaient anticipé. Pensez-vous que ce travail a fait la une des journaux et télés ? Que nenni car il ne cadrait pas avec la narration officielle ! En revanche, les médias ont moins discrètement évoqué une étude écossaise parue dans le British Medical Journal et montrant que les soignants et leurs familles ont été plus exposés au risque d’hospitalisation durant la première vague. Mais avec une stupéfiante malhonnêteté, la presse n’a pas relevé l’enseignement majeur de cette enquête, à savoir qu’en Écosse, à peine 6 des 158.445 professionnels de santé sont décédés du covid, soit 0,003 % d’entre eux ! Pour nous, c’est la preuve éclatante que le mythe contagieux ne tient pas debout et que le terrain fait tout. Rien n’arrêtera plus le déconfinement de la vérité. Yves

Un rapport explose le test PCR !

 Le temps s’accélère et chaque semaine apporte son lot de révélations sur la coque-vide faussement intronisée comme pandémie dévastatrice. Avant-hier, je pensais vous parler de l’étude réalisée par les CDC  (Centres américains de prévention et de lutte contre les maladies) et publiée mercredi dernier. Les chercheurs ont prélevé et testé le sang de plus de 3.000 soignants dans 13 hôpitaux américains d’avril à juin 2020 : 194 personnes (6%) étaient porteuses d’anticorps au coronavirus. Deux mois plus tard, 156 d’entre elles ont été à nouveau testées : chez 94%, le niveau d’anticorps avait baissé et chez 28%, il était tombé en-dessous du seuil qui indique généralement une infection passée. Ça signifie que les tests de sérologie sous-estiment le nombre de personnes qui ont déjà été contaminées et qu’un résultat négatif n’exclut pas forcément une rencontre antérieure du système immunitaire avec le sars-cov-2. Mauvaise nouvelle ? Que du contraire ! Ça veut dire que des tas d’épisodes infectieux sont très probablement passés sous le radar et que plein de gens  ont « fait le covid » sans s’en apercevoir. Ils sont restés asymptomatiques ou ont à peine ressenti l’état grippal accompagnant le séjour et l’excrétion de l’agent viral. En clair, cette étude confirme ce que dit depuis le début John P.A Ioannidis,  professeur de médecine et chercheur à l’Université de Stanford, pour qui la grippe covid est en réalité moins meurtrière que la grippe saisonnière. Évalué initialement à plus de 5% et estimé pour l’instant à 0,37% maximum, son taux de létalité (nombre d’issues fatales parmi les infectés)  est sans doute encore très inférieur ! Dans plusieurs pays, il se confirme aussi que des réinfections peuvent survenir en l’espace de quelques mois.  On ne compte plus les covidés du printemps qui ont récidivé en automne. Cela suggère également que la maladie est le plus souvent tellement légère  - un simple rhume - que les cellules immunitaires ne mémorisent même pas l’information. Puisque la maladie elle-même n’est pas, ou à peine,  immunisante, cela anéantit au passage l’espoir d’un vaccin efficace. À moins de se vacciner plusieurs fois par an avec toutes les souches mutantes, l’échec de la solution vaccinale est garanti sur piqûre !

Pas de morts en plus !
 
Malgré l’intérêt évident de cette étude, je pensais cependant vous entretenir d’autre chose aujourd’hui, à savoir d’un article explosif publié le 22 novembre dans l’infolettre de la prestigieuse Université américaine  John Hopkins.  Vous pouvez le lire (en anglais) en cliquant ici,  mais sachez d’abord que cet article a été rétracté par la direction de l’établissement universitaire. Motif ? Il était l’œuvre d’un étudiant et il contenait des éléments pouvant  « faussement » et « dangereusement » faire douter de l’impact de la pandémie  COVID-19. En réalité, l’auteur estudiantin n’a fait que rapporter  et coucher sur papier une conférence tenue le 13 novembre par Geneviève Briand, professeur d’économie et de statistiques au sein de la même institution. Cette allocution a été enregistrée et diffusée sur YouTube mais ne la cherchez pas car elle a été - elle aussi - prestement censurée ! Pour avoir le fin mot de cette  imbroglio, vous pouvez cependant lire cet article en français publié ce matin. Qu’avait donc exposé de si scandaleux Geneviève Briand ? Pour le savoir dans la langue de Molière, vous pouvez aller sur le site de France Soir  et lire l’article que ce média français, décidément en pointe de la ré-information, a consacré à l’affaire.  Directrice-adjointe du programme de maîtrise en économie à Hopkins, la brillante enseignante a analysé de manière critique les données de mortalité des six dernières années aux États-Unis. Et elle a découvert le pot-aux-roses, à savoir que les décès toutes causes n’étaient pas plus nombreux en 2020  sur le territoire américain ! En examinant les causes officielles de décès, elle a aussi trouvé que les morts par crises cardiaques et autres affections mortelles habituelles  (cancer, diabète, grippe, pneumonie, maladies respiratoires chroniques…) avaient drastiquement et anormalement baissé cette année, autrement dit que les CDC ont abusivement labellisé « covid » une bonne part des trépassés US. Clou de la démonstration statistique: les pourcentages de décès parmi toutes les tranches d’âge restent relativement identiques par rapport aux années précédentes et il n’y a même pas de surmortalité parmi les personnes âgées ! « La raison pour laquelle nous avons un nombre plus élevé de décès par COVID-19 signalé chez les personnes âgées est tout simplement que chaque jour aux États-Unis, les personnes âgées meurent en plus grand nombre que les personnes plus jeunes » a déclaré Geneviève Briand. On comprend que ces propos aient fait scandale et que l’économiste ait été réduite au silence, tant son analyse contredit le « story telling » officiel !
 
La PCR ne vaut pas tripette !
 
Ce matin, il y  avait une troisième bombe informative  dans ma boîte mail et c’est  sur elle que je choisis de zoomer cet après-midi : un rapport établi par une vingtaine de scientifiques renommés et publié le 27 novembre conclut que le fameux test PCR n’est pas un outil de diagnostic fiable !  Plus exactement, ces spécialistes  en sciences de la vie (microbiologistes, généticiens moléculaires, biochimistes, immunologues…)  ont passé au crible l’étude dite « Corman-Drosten » et sur laquelle a été fondé un protocole de dépistage du sars-cov-2 abondamment utilisé en Europe et  dans le monde. On évalue  que ce test PCR mis au point en Allemagne  a permis de détecter 60% des cas à travers le globe.  Or d’après le consortium de scientifiques, cet outil de séquençage génétique fabriqué à la hâte ne correspond pas aux standards de qualité requis et comporte pas moins de 10 erreurs de fabrication majeures ! Si vous ne voulez pas vous farcir tout le rapport,  de toute façon peu compréhensible par le profane, allez directement à la fin pour lire le résumé des dix  « failles » ou « défauts »  dénichés par les 22 rapporteurs. Pour ma part, ce sont le 1er  et le 7ème  point qui ont retenu toute mon attention. En voici la traduction française :

      1. Il n'existe aucune raison précise d'utiliser ces concentrations extrêmement élevées d'amorces dans ce protocole. Les concentrations décrites entraînent une augmentation des liaisons non spécifiques et des amplifications des produits PCR, ce qui rend le test inadapté en tant qu'outil de diagnostic spécifique pour identifier le virus SARS-CoV-2.

 
      7. Le test PCR ne contient ni un témoin positif unique pour évaluer sa spécificité pour le SARS-Cov-2, ni un témoin négatif pour exclure la présence d'autres coronavirus, ce qui le rend inutilisable comme outil de diagnostic spécifique pour identifier le virus SARS-CoV-2.

En d’autres termes, le test PCR « Corman-Drosten » manque de spécificité, c’est-à-dire que les amorces et les séquences d’ARN sélectionnées ne permettent pas de distinguer le sars-cov-2 des autres coronavirus qui donnent des rhumes banals et des syndromes grippaux bénins.  C’est très important car jusqu’à présent, seule la  trop grande sensibilité des tests faisait  l’objet de critiques scientifiques. Selon le nombre de cycles d’amplification  arbitrairement choisi, la méthode PCR peut en effet trouver la trace de débris cellulaires et de fragments viraux qui ne sont ni vivants ni entiers. A fortiori, ces traces  infinitésimales n’autorisent pas à dire que le patient dépisté est malade, ni même contaminé,  et qu’il représente un quelconque danger de propagation.

Le problème est désormais archiconnu et même les médias mainstream ne nient plus qu’il y a un gros souci avec le dépistage moléculaire. Par son extrême sensibilité, le test PCR peut générer une foultitude de cas faussement positifs !  C’est d’ailleurs ce que souligne aussi le rapport. Mais la grande nouveauté, j’insiste là-dessus, c’est que ce document détonant dénonce également les failles du procédé en termes de spécificité : l’écouvillon prélève du matériel génétique qui peut tout aussi bien appartenir à des particules coronavirales communes et inoffensives ! Cette probabilité de confusion,  la revue Néosanté en a déjà maintes fois fait état depuis 10 mois. Notamment dans le dossier rédigé par le scientifique canadien David Crowe et reproduit dans notre numéro de juin dernier. Aujourd’hui, 22 chercheurs et praticiens de renom accréditent l’hypothèse à travers un rapport accablant pour la PCR. Comme je l’ai déjà écrit plusieurs fois,  la  technique de Polymerase Chain Reaction est le sable sur lequel a été planté le chapiteau du Corona Circus. Ce sable est à présent inondé, l’édifice s’en trouve ébranlé et la mystification pandémique pourrait s’écrouler avec lui. Vœu pieu ou pronostic réaliste ?  Tout dépendra de la capacité des décideurs à ouvrir leurs œillères et à cesser de faire aveuglément confiance aux experts  maintenant que le principal instrument de détection du covid s’avère carrément bidon.
 

 

Yves Rasi

Concentrons nos énergies sur le futur que nous souhaitons créer et, dans notre vie quotidienne, cultivons l’amour, l’espoir et la joie de vivre !

En toute amitié

Tal SCHALLER

PS : Pourtant que cette arnaque est belle !

Une puissante chanson qui dit tout de Maître Jean Pierre JOSEPH, doyen des avocats de Grenoble, auteur de plusieurs livres dont Vaccins, mais alors on nous aurait menti ?dont la cinquième édition vient de sortir, avocat certes mais aussi enseignant d’arts martiaux et  chanteur à ses heures !

https://youtu.be/1trbuGt8nKo  

 
 

 

 

QUELLE PANDEMIE ?

Une pandémie se définit par une explosion de la mortalité
et non au nombre de cas relevés aux statistiques

Au 9 Octobre de chaque années, le nombre de décès cumulés sur tout le territoire Français est :

2018 : 359 640 morts
> 2019 : 354 208 morts
2020 : 350 600 morts moins que les années précédentes

ALORS QU'EST-CE QUI JUSTIFIE TOUTE CETTE MACABRE MISE EN SCENE, (MASQUES, COUVRE FEU, TESTS PCR ? CONFINEMENTS ? QUATORZAINES ? ETC ...°

LES NOUVELLES REGLES CIVIQUES DU BON CITOYEN MODERNE :
CRAINTE SOUMISSION STATISME CREDULITE MEDIOCRITE STUPIDITE FANATIQUE


https://www.insee.fr/fr/statistiques/4487988...
>  https://www.insee.fr/.../2020-10-16_deces_quotidiens...
https://www.insee.fr/fr/recherche?q=deces+quotidien&debut=0

 

ATTENTION, DANGER !!

 Message de Robert F. Kennedy, Jr.
 

 "A tous mes patients:
 
 Je voudrais attirer votre attention de toute urgence sur des questions importantes liées à la prochaine vaccination contre Covid-19.  Pour la première fois dans l'histoire de la vaccination, les vaccins dits ARNm de dernière génération interviennent directement dans le matériel génétique du patient et, par conséquent, altèrent le matériel génétique individuel, qui représente une manipulation génétique, ce qui a été interdit et jusque-là considéré comme criminel.  Cette intervention peut être comparée à celle des aliments génétiquement modifiés, qui est également très controversée.  Même si les médias et les politiciens banalisent désormais le problème et appellent même bêtement au retour à la normale d'un nouveau type de vaccin, cette vaccination est problématique en termes de santé, de morale et d'éthique, mais aussi en termes de dommages génétiques qui,  contrairement aux dommages causés par les vaccins précédents, ils seront irréversibles et irréparables.
 
 Chers patients, après un vaccin ARNm sans précédent, vous ne pourrez plus traiter les symptômes du vaccin de manière complémentaire.  Vous devrez vivre avec les conséquences, car on ne pourra plus être guéris simplement en éliminant les toxines du corps humain, tout comme vous ne pouvez pas guérir une personne avec un défaut génétique comme le syndrome de Down, le syndrome de Klinefelter, le syndrome de Turner, l'arrêt cardiaque génétique,  hémophilie, fibrose kystique, syndrome de Rett, etc.), car le défaut génétique est éternel!
 
 Cela signifie clairement: si un symptôme de vaccination se développe après une vaccination par ARNm, ni moi ni aucun autre thérapeute ne pourrons vous aider, car les dommages causés par la vaccination seront génétiquement irréversibles.  À mon avis, ces nouveaux vaccins représentent un crime contre l'humanité qui n'a jamais été commis à une telle échelle dans l'histoire.  Comme le disait le Dr Wolfgang Wodarg, un médecin expérimenté: En fait, ce "vaccin prometteur" pour la grande majorité des gens devrait être INTERDIT, car il s'agit d'une manipulation génétique!  "
 Le vaccin, développé et approuvé par Anthony Fauci et financé par Bill Gates, utilise la technologie expérimentale de l'ARNm. Trois des 15 sujets humains (20 %) ont connu un " événement  indésirable grave "...
 
 Remarque: l'ARN messager ou l'ARNm est l'acide ribonucléique qui transfère le code génétique de l'ADN du noyau cellulaire à un ribosome dans le cytoplasme, c'est-à-dire celui qui détermine l'ordre dans lequel les acides aminés d'une protéine se lient et agissent comme un modèle ou  standard pour la synthèse de ladite protéine.
 
 
 
 Vaccin COVID = LÉSION GÉNÉTIQUE IRRÉVERSIBLE - UN CRIME CONTRE L'HUMANITÉ.