BLOG 5 de Tal SCHALLER

BILL GATES EXPLIQUE QUE LE VACCIN COVID UTILISERA UNE TECHNOLOGIE EXPÉRIMENTALE ET MODIFIERA DE FAÇON PERMANENTE VOTRE ADN (Dcdirtylaundry.com)

https://www.crashdebug.fr/sciencess/17254-bill-gates-explique-que-le-vaccin-covid-utilisera-une-technologie-experimentale-et-modifiera-de-facon-permanente-votre-adn-dcdirtylaundry-com?

Vous trouverez dans ces articles plus d'informations sur le vaccin de Gates et de la Darpa, Et dans cette autre vidéo, Bill Gates explique tranquillement, sans aucun état d'âme, ça semble même le faire marrer, qu'il pourrait y avoir un effet de bord toutes les 10.000 vaccinations, ce qui ferait 700.000 personnes potentiellement impactées, et pour lui c'est une bagatelle. Ces gens sont des psychopathes....

Plutôt que d'enseigner aux gens comment améliorer leur état de santé général ou renforcer leur immunité grâce à des aliments sains, des compléments de qualité et une activité physique, les pouvoirs en place disent au monde que la seule façon de survivre à la crise du Coronavirus est de hâter le développement d'un vaccin et de l'injecter ensuite à chaque être humain sur la planète.

Le gouvernement américain, ainsi que de grandes villes comme Chicago, vont déjà de l'avant avec des plans visant à utiliser les ressources gouvernementales et l'armée pour distribuer des centaines de millions de doses de vaccins aux Américains d'ici la fin de l'année.

Au premier plan de cette conversation se trouve Bill Gates, qui est devenu en quelque sorte le plus grand expert mondial en matière de pandémies et de vaccins. Par le biais de sa fondation, il soutient l'OMS et le développement de nouveaux vaccins, et soutient actuellement un certain nombre de sociétés pharmaceutiques dans leur course à l'invention du produit qui sauvera le monde du Covid-19.

En règle générale, le processus de développement, d'essai et de production de masse des vaccins prend des années, mais grâce à la nouvelle technologie expérimentale émergente, M. Gates espère pouvoir vacciner "7 milliards de personnes en bonne santé" en un temps record.

Une nouvelle génération de vaccins est en train d'émerger à l'heure où nous parlons. Pour l'instant, il n'existe pas de vaccins à ADN et à ARN approuvés pour l'usage humain, mais comme le dit M. Gates dans le post suivant de son blog personnel, le moment est venu de les essayer sur tout le monde. Dans le commentaire suivant, il explique la différence entre les vaccins traditionnels et les vaccins à ADN/ARN, qui, une fois encore, n'ont jamais été approuvés pour un usage humain :

Enseigner à votre corps comment vaincre un agent pathogène sans jamais tomber malade. Les deux types les plus courants - et ceux que vous connaissez probablement le mieux - sont les vaccins inactivés et les vaccins vivants. Les vaccins inactivés contiennent des agents pathogènes qui ont été tués. Les vaccins vivants, en revanche, sont constitués d'agents pathogènes vivants qui ont été affaiblis (ou "atténués"). Ils sont très efficaces, mais plus sujets aux effets secondaires que leurs homologues inactivés.

Les vaccins inactivés et vivants sont ce que nous considérons comme des approches "traditionnelles". Il existe un certain nombre de candidats vaccins COVID-19 des deux types, et pour une bonne raison : ils sont bien établis. Nous savons comment les tester et les fabriquer.

L'inconvénient est que leur fabrication prend du temps. Il y a une tonne de matière dans chaque dose d'un vaccin. La plupart de ce matériel est biologique, ce qui signifie que vous devez le cultiver. Cela prend du temps, malheureusement.

C'est pourquoi je suis particulièrement enthousiaste à l'égard de deux nouvelles approches adoptées par certains des candidats : Les vaccins à ARN et à ADN. Si l'une de ces nouvelles approches se révèle efficace, nous serons probablement en mesure de diffuser les vaccins dans le monde entier beaucoup plus rapidement (par souci de simplicité, je ne vais expliquer que les vaccins à ARN. Les vaccins à ADN sont similaires, mais avec un type de matériel génétique et un mode d'administration différents).

Notre fondation - à la fois par son propre financement et par l'intermédiaire de la CEPI - soutient le développement d'une plateforme de vaccins à ARN depuis près de dix ans. Nous avions prévu de l'utiliser pour fabriquer des vaccins contre des maladies qui touchent les pauvres comme la malaria, mais aujourd'hui, elle semble être l'une des options les plus prometteuses pour le COVID. Le premier candidat à entamer des essais sur l'homme était un vaccin à ARN créé par une société appelée Moderna.

Voici comment fonctionne un vaccin à ARN : plutôt que d'injecter l'antigène d'un agent pathogène dans votre corps, vous lui donnez le code génétique nécessaire pour produire cet antigène lui-même. Lorsque les antigènes apparaissent à l'extérieur de vos cellules, votre système immunitaire les attaque et apprend à vaincre les futurs intrus au cours du processus. En gros, vous transformez votre corps en sa propre unité de fabrication de vaccins.

Comme les vaccins à ARN laissent votre corps faire la plus grande partie du travail, ils n'ont pas besoin de beaucoup de matériel. Cela les rend beaucoup plus rapides à fabriquer. Mais il y a un hic : nous ne savons pas encore avec certitude si l'ARN est une plate-forme viable pour les vaccins. Étant donné que le COVID serait le premier vaccin à ARN à sortir, nous devons prouver à la fois que la plateforme elle-même fonctionne et qu'elle crée une immunité. C'est un peu comme si vous construisiez votre système informatique et votre premier logiciel en même temps". ~ Bill Gates

Ainsi, le vaccin Covid-19 ne sera pas un vaccin traditionnel. Il ne sera pas testé de manière significative ou standard étant donné l'état d'urgence actuel. Il sera administré par les militaires, et tout le monde sur la planète devra le prendre.

Comme l'a fait remarquer le journaliste d'investigation Jon Rappoport :

    "Deux nouvelles technologies sont dans la filière de test COVID au moment où nous parlons : Les vaccins à ADN et à ARN. Ils n'ont jamais été mis en circulation pour un usage public. La technologie de l'ADN est en fait une thérapie génique. Des gènes sont injectés dans le corps et modifient de façon permanente et inconnue la composition génétique du receveur. Les vaccins à ARN comporteraient le danger de déclencher des réactions auto-immunes, c'est-à-dire que l'organisme se mettrait en guerre contre lui-même.

    Le vaccin qui est exploité par le gouvernement américain... sous l'égide de ses National Institutes of Health... par le biais de la société pharmaceutique Moderna... n'a JAMAIS été utilisé sur le marché avant.

    IL N'EST PAS AUTORISÉ À ÊTRE UTILISÉ PAR LE PUBLIC.

    LES VACCINS ARN ET LA TECHNOLOGIE QU'ILS UTILISENT SONT ENTIÈREMENT EXPÉRIMENTAUX.

    ET C'EST LE TYPE DE VACCIN QUI EST MIS EN PLACE À LA HÂTE EN 90 JOURS.

    Qu'est-ce qui pourrait bien mal tourner dans le monde ?

    Une façon de le découvrir est de le lancer sur des millions de personnes, de prendre du recul et de voir". ~Jon Rappoport

Vous êtes prêts à ce que votre famille et vos enfants servent de cobayes dans le cadre de la plus grande expérience de santé mondiale jamais menée ?

Alex Pietrowski est un artiste et un écrivain soucieux de préserver une bonne santé et la liberté fondamentale de jouir d'un mode de vie sain. Il est rédacteur pour WakingTimes.com. Alex est un étudiant passionné de yoga et de vie.

Cet article (Bill Gates explique que le vaccin Covid utilisera une technologie expérimentale et modifiera de façon permanente votre ADN), créé et publié à l'origine par Waking Times, est publié ici sous une licence Creative Commons avec mention d'Alex Pietrowski et de WakingTimes.com.

Source : Dcdirtylaundry.com

 

C’est l’information d’aujourd’hui, c’est le monde dans lequel nous vivons, et c'est un article exclusif de Crashdebug.fr...

Notre petit site web ne vous impose aucune publicité, nous ne revendons pas vos données, bref nous ne gagnons pas d’argent avec, par contre il propose des services et des infrastructures (que nous vous offrons gratuitement). Cela coûte de l’argent, aussi sachez que si vous le désirez, vous pouvez nous soutenir financièrement à partir de 1€ mensuellement via Tipeee ou occasionnellement via Paypal. Merci par avance ; )

Informations complémentaires :

Crashdebug.fr : Dans un discours épique, une députée italienne demande l'arrestation de Bill Gates en tant que « criminel vaccinal » pour avoir poursuivi des crimes contre l'humanité (Dcclothesline.com)

Crashdebug.fr : Donald Trump : Nous mobilisons l'armée pour distribuer le futur vaccin contre le coronavirus (Breitbart.com)

Crashdebug.fr : Le ministère de la Défense et le ministère de la Santé accordent un contrat de 138 millions de dollars à ApiJect Systems pour fournir des seringues préremplies de vaccin COVID-19 avec un système de suivi par micropuce RFID (en option)

Crashdebug.fr : Neuf simulations, exercices et lois qui ont été planifiés et préparés pour le coronavirus (Waking Time)

Crashdebug.fr : Le document de la Fondation Rockefeller d'avril 2020 préconise de tester et de tracer l'ensemble de la population américaine (Dcclothesline.com)

Crashdebug.fr : LA SOCIÉTÉ SANS NUMÉRAIRE de 2020 : Le coronavirus fait basculer la société vers l'identification numérique « sans contact » et la monnaie numérique (Activistpost.com)

Crashdebug.fr : Les implants à micro-puces sous-cutanées arrivent dans un corps près de chez vous…

Crashdebug.fr : CV-1984 : La Chine met en place un test de monnaie numérique dans quatre villes, des entreprises occidentales participent au test (Activistpost)

Crashdebug.fr : Étape suivante dans le cadre de la pandémie de Coronavirus Tyrannie : Vaccinations forcées et « certificats numériques » (Activistpost)

Crashdebug.fr : Bill Gates s'associe avec la DARPA et le ministère de la défense pour un nouveau vaccin COVID19 à base de nanotechnologies et d'ADN ! (Wakingtimes.com)

Crashdebug.fr : Le coronavirus donne un coup de fouet dangereux à l'agenda le plus sombre de la DARPA (Activistpost.com)

Crashdebug.fr : Dr Andrew Kaufman : Ils veulent nous modifier génétiquement avec le vaccin du COVID-19 (Activistpost.com)

Crashdebug.fr : VIDEO DU JOUR : ... Un ex agent russe parle de Coronavirus et de dépopulation mars 2020

Crashdebug.fr : Manipulation mondiale des peuples : comment l'oligarchie mondiale veut faire de nous des esclaves

Crashdebug.fr : Le vaccin anti-Covid-19 de l’Institut Pasteur donnera ses premiers résultats à l’automne (Futura-sciences)

Crashdebug.fr : Snowden : les gouvernements utilisent la pandémie pour construire une « architecture de l'oppression » de la surveillance (Themindunleashed.com)

 

Professeur RAOULT : La chloroquine : émotion, délire, manipulation de l’opinion

« Il est à noter, qu’à cette occasion, j’ai pu observer un délire, qui est le plus stupéfiant sur le plan médicamenteux, de toute ma carrière, pourtant longue, sur le danger extrême de l’utilisation de l’hydroxychloroquine et de la chloroquine. Ces médicaments sont prescrits depuis 80 ans, il est probable qu’au moins 1/3 de la population a eu l’occasion d’en manger. En France, la CNAM rapporte que 36 millions de comprimés de Plaquenil 200 mg ont été́ distribués en 2019. L’émotion formidable, sur les risques de la chloroquine et l’hydroxy-chloroquine, témoigne d’une absence complète de contrôle de l’information raisonnée, basée sur la bibliographie, et non pas sur les émotions des uns et des autres, voire la manipulation de l’opinion et je mesure mes termes. Par définition, le directeur de l’ANSM (Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé), en est responsable. » (N.D.L.R. Le docteur en psychiatrie, Dominique Martin)

Youtube : (sud radio) J.D Michel -"Les courbes épidémiques des pays confinés et des pays non confinés sont les mêmes !"

Le confinement était la dernière chose à faire !!

DAVID ICKE SANS  CENSURE !! LA FIN DU CONTRLE, LE TRIOMPHE DE L’AMOUR !

Brian Rose of London Real interviews David Icke on his third interview in 2020, under the new Digital Freedom Platform... uncensored, unleashed and unchained from the shackles of YouTube, Facebook, Vimeo etc. Streamed LIVE on Sunday 3rd May 2020. ©LondonReal

ttps://lbry.tv/@Merovingian:6/rose-icke-3-digital-freedom-platform:2?fbclid=IwAR0SEhaB02rp2EbzI2b3TW00mouiU0ZZE0T6SqnPxmsWRURtrDT7d5sx2dI (en anglais)

David Icke montre avec clarté toute la folie de la « pandémie » créée par le technocrates pour nous asservir.

https://www.tonyrobbins.com/podcasts/covid-19-facts-from-the-frontline/ (audio, en anglais)

Tony Robbins interroge des médecins sur la pseuodo épidémie de coronavirus, décapant !

 

ENFANT INTOXIQUE PAR LES LAVAGES FREQUENTS A L’ECOLE

https://m.facebook.com/story.php?story_fbid=10217554491920073&id=1410600579&sfnsn=scwspmo&extid=NsUyDTxOzqmeKju6

 

Youtube :Artemisia Annua et désobéissance civile chez Raphaël Colicci   avec Thierry CASASNOVAS

Le fantastique succès de « LA TISANE »

Bon à savoir, l'artemisine n'est pas le seul principe actif de l'artemisia annua (armoise annuelle), il y a quelque chose comme 400 principes actifs dans l'artemisia, d'ailleurs des études ont montré que l'artemisia afra été aussi efficace que l'annua alors qu'elle ne contient pas d'artemisine. c'est pourquoi il n'y a jamais de résistance qui peut s'instaurer pour ceux qui consomment la plante dans son totum, contrairement aux médicaments. Bon à savoir aussi que dans l'a famille de l'artemisine on trouve aussi l'estragon (Artemisia dracunculus) ou l'absinthe (Artemisia absinthium). ca fait des milliers d'années que l'artemisia est utilisé dans la pharmacopée chinoise pour guérir efficacement une cinquantaine de maladie à l'époque, surtout toutes maladies parasitaires. L'artemisia annua est une bombe à retardement, cette plante à la capacité de détruire BIG PHARMA et la médecine conventionnelle, c'est pourquoi elle a été interdite par l'OMS, elle est interdite en France ! Par la connaissance nous vaincrons... Faites passer le message...

L’Artemisia c’est mille fois mieux que l’hydroychloroquine !

Le site de Raphaël et Babeth Colicci , la "Ferme qui soigne" https://www.oleatherm.com/

NB Raphaël est venu faire un stage chez nous en 2019, c’est un homme merveilleux, d’un dynamisme rayonnant et généreux !

Youtube : à voir et à revoir ! Un vrai chef d’œuvre d’info décapante :Marcel s'occupe de Bill Gates et de l'OMS (Tedros Adhanom)

 

MASQUES

L'utilisation prolongée du masque provoque une hypoxie.  Respirer sans cesse l'air expiré se transforme en dioxyde de carbone, ce qui provoque des vertiges.  Cela intoxique l'utilisateur et bien plus encore lorsqu'il doit se déplacer, effectuer des actions de déplacement.  Il provoque un malaise, une perte de réflexes et de conscience.  Il génère une grande fatigue.  En outre, le manque d'oxygène provoque une dégradation du glucose et une augmentation de l'acide lactique, ce  qui est dangereux.  Certaines personnes conduisent leur voiture avec le masque, ce qui est très malsain, car l'air vicié peut faire perdre conscience au conducteur.  Il est recommandé de ne l'utiliser que si vous avez quelqu'un devant ou très près de vous, et il est important de ne pas oublier de le soulever toutes les 10 minutes pour continuer à se sentir en bonne santé.  Il est contre-productif pour les personnes qui servent le public pendant 8 heures, car elles s'intoxiquent sans le savoir.  Toutes les vies sont importantes ! "  Que la prévention ne vous mène pas à un autre problème... utilisons le masque en connaissance de cause. Dr. Dennis  

 

Dr Hélène Potrich Médecin généraliste*:
"Je refuse d'être dépistéeje refuse d'être vaccinéeJ'accuse le gouvernement de crime contre le peuple et d'abus de pouvoir. Je refuse de mettre ma fille à l'école, non pas par peur du coronavirus mais parce qu'elle ne pourra pas étudier dans la sérénité avec les contraintes qu'ils veulent imposer aux élèves..."

* à Séverac le Chateau - Aveyron

 « Bonjour à tous et à toutes. Je m’appelle Hélène Potrich, je suis médecin généraliste à Séverac-le-Château, c’est en Aveyron. Et j’ai décidé aujourd’hui de faire cette vidéo pour vous faire part de toute ma colère. Aussi bien en tant que médecin qu’en tant que citoyenne.

Tout d’abord ma colère de médecin à qui le gouvernement demande de trahir le secret professionnel en signalant non seulement mes patients qui seraient dépistés positifs au Covid-19, comme cela se fait déjà pour les maladies à déclaration obligatoire. Mais également toutes les personnes qui ont été en contact avec eux durant les deux semaines qui précèdent le dépistage positif, en donnant leurs coordonnées : nom, adresse, et même numéro d’immatriculation à Sécurité sociale. Tout cela pour leur envoyer une brigade sanitaire appelée pompeusement « Anges Gardiens ». Quelle hypocrisie… Moi j’appelle cela de la délation.

Et comme le gouvernement sait très bien qu’il ne peut pas nous obliger à le faire, eh bien il nous paie pour chaque signalement. J’appelle cela de la « tentative de corruption ».

Moi je refuse, je refuse de faire tout signalement. Votre médecin traitant comme moi, on est tout à fait capable de vous soigner, de vous donner les conseils nécessaires. De s’occuper également de votre entourage et des personnes contacts qui le désireraient. Nous n’avons besoin ni de la Sécurité sociale, ni du gouvernement pour vous soigner en garantissant le secret professionnel. Votre état de santé ne regarde personne.

D’autre part on nous a interdit de prescrire l’hydroxychloroquine sous peine de radiation par le Conseil de l’Ordre … »

 

Question de vie ou de mort : qui va GAGNER ?

Lettre de Xavier BAZIN  (extraits)
Cher(e) ami(e) de la Santé,

Après la crise du coronavirus, un combat magistral va commencer.

Une lutte à mort entre deux camps irréconciliables.

Les enjeux sont immenses.

Nous avons un choix de civilisation à faire, entre deux voies possibles :

Soit le bon sens écologique, l’humanité et la liberté ;

Soit le « tout-chimie », la surveillance et la censure.

Qui va gagner ?

Cela dépend de notre réaction à tous.

Comptez-sur moi, en tout cas, pour me battre comme un lion.

Car je refuse catégoriquement ce qu’une partie de nos élites nous prépare :

Réveillons-nous ! Voici la vie qu’ils veulent nous imposer

Voici ce qu’a déclaré le Dr Anthony Fauci, le patron de la réponse sanitaire aux Etats-Unis :

« Je pense que nous ne devrions plus jamais nous serrer la main »[1].

Derrière cette phrase stupide, il y a une idéologie précise, profonde et dangereuse.

Il est très important d’en être conscient, alors voici ses 4 éléments fondamentaux :

  1. Les virus et bactéries seraient des « ennemis mortels » du genre humain

Ils veulent nous empêcher de nous serrer la main, comme si les microbes étaient toujours des ennemis à abattre.

Mais c’est une erreur colossale, comme l’ont montré les découvertes récentes sur le microbiote !

En réalité, nous formons une véritable « symbiose » avec les bonnes bactéries qui pullulent dans notre intestin, sur notre peau et un peu partout dans notre corps !

On commence à comprendre que les bactéries peuvent être des alliées… et ce qui nous rend malade, ce sont généralement les déséquilibres bactériens !

Prenez la bactérie Helicobacter Pylori, qui a été diabolisée depuis qu’on a découvert qu’elle est impliquée dans les ulcères de l’estomac.

Des chercheurs commencent à réaliser que cette bactérie n’est pas mauvaise en soi.

Au contraire, Helicobacter Pylori aurait aussi des effets positifs pour la santé, notamment contre l’obésité[2] et l’inflammation chronique[3].

Des chercheurs ont même découvert, à leur stupéfaction, que les gènes de cette bactérie améliorent le fonctionnement de nos intestins et pourrait éloigner les maladies inflammatoires :

« Il est incroyable que l’ADN de cette bactérie ait une influence significative sur l’immunité intestinale de la personne qui l’abrite », ont déclaré ces chercheurs[4].

En fait, c’est « incroyable » uniquement pour ceux qui ont une vision simpliste des microbes.

Helicobacter Pylori cohabite avec l’homme depuis au moins 50 000 ans. Il n’est donc pas étonnant que nous ayons appris à vivre en harmonie avec elle…

…comme avec la plupart des microbes qui nous entourent !

Et on commence à se rendre compte qu’il ne faut surtout pas les traiter en ennemis.

Ainsi, on sait aujourd’hui que les « savons antibactériens » sont catastrophiques pour la peau, car celle-ci a besoin de bonnes bactéries pour être en bonne santé.

On commence aussi à réaliser que l’explosion de l’asthme et des allergies est probablement liée à l’hygiénisme excessif de notre époque.

Une étude québécoise a même montré que les parents qui lavent leur vaisselle à la main (plutôt qu’au lave-vaisselle) ont des enfants moins touchés par l’eczéma ou l’asthme allergique[5].

Ce ne sont pas les virus et les bactéries en eux-mêmes qui nous rendent malades.

Ce sont les déséquilibres dans notre corps et notre environnement qui permettent aux microbes de devenir « pathogènes ».

C’est ce qu’avait reconnu le grand Pasteur, sur son lit de mort : « Bechamp avait raison : le microbe n’est rien, le terrain est tout ».

Et ce qui vaut pour les bactéries vaut également pour les virus.

Figurez-vous qu’on vient de découvrir que certains virus nous protègent des infections bactériennes !

Eh oui, notre mucus est bourré de virus « bactériophages », qui soutiennent notre réponse immunitaire contre certaines bactéries[6].

Ces virus seraient donc des « membres permanents de notre système immunitaire », comme le dit joliment Futura Science[7].

De fait, il existe quantité de symbioses harmonieuses entre les virus, les bactéries et nous, mais elles sont hyper complexes, et nous commençons à peine à les découvrir !

Et pourtant, plutôt que de préserver et respecter ces équilibres, nous n’avons fait qu’essayer de les détruire :

  1. La « course aux armements » contre la Nature

Après la Seconde Guerre mondiale, l’homme s’est cru « tout puissant », avec sa chimie et son progrès technique.

Il est vrai que la découverte des antibiotiques a été un petit miracle.

Mais on s’est mis à en abuser… jusqu’à ce qu’on réalise que les bactéries deviennent résistantes aux antibiotiques.

Tout est comme ça dans la Nature : on ne peut pas créer de déséquilibres impunément.

Il s’est passé exactement le même désastre avec :

Les herbicides, qui finissent par créer des herbes résistantes, comme les amarantes résistantes au Roundup qui se développent en Amérique du Sud ;

Ou les fongicides (anti-champignons), utilisés à forte dose depuis les années 1970 et qui ont fini par créer des champignons très agressifs, qui peuvent nous rendre malade (ils se cachent dans les moisissures de nos foyers)[8].

Et c’est aussi la même chose avec les vaccins.

A force de les utiliser, les germes s’adaptent, mutent et résistent.

On l’observe déjà avec la coqueluche : la vaccination classique contre la bactérie B. Pertussis a laissé la voie libre à une autre souche bactérienne, B. Parapertussis, qui provoque également la coqueluche[9].

A chaque fois, la réponse des scientifiques est une « fuite en avant » du Progrès : il faut de nouveaux antibiotiques, de nouveaux pesticides, de nouveaux vaccins…

Mais tout ceci crée des déséquilibres ailleurs, dont les effets sont imprévisibles et peuvent finir par nous sauter à la figure.

Une étude vient d’ailleurs de le montrer : certains coronavirus qui provoquent des infections hivernales classiques (rhumes) pourraient donner une immunité contre le Covid-19[10].

Cela pourrait expliquer pourquoi certaines personnes semblent parfaitement protégées contre les dégâts de ce nouveau virus.

Si c’est confirmé, cela veut dire que la circulation naturelle de coronavirus bénins a une réelle utilité, et qu’il aurait été meurtrier d’essayer de les éliminer !

  1. La seule réponse serait chimique : il faut créer des « anti »

Et pourtant, la réponse est généralement de nous proposer des réponses chimiques « anti ».

C’est tout le drame de la médecine moderne :

  • Vous avez des douleurs d’estomac ? Prenez des « anti-acides » !

Problème : si l’acidité de l’estomac peut être douloureuse quand elle remonte dans l’œsophage, le reflux n’est jamais causé par un estomac trop acide.

On s’attaque à l’effet, pas à la cause… et on enfonce les gens dans leur problème plutôt que de les en délivrer !

  • Vous êtes dépressif ? Prenez des anti-dépresseurs !

Problème : la dépression est un phénomène très complexe qui n’a rien à voir avec un problème de « molécule manquante » dans votre cerveau.

Il est donc totalement futile de prétendre résoudre le problème des personnes dépressives avec une seule pilule (même naturelle !)… et sans surprise, les dernières études montrent l’inefficacité quasi-totale des anti-dépresseurs[11].

  • Vous avez de la fièvre ? Prenez des anti-inflammatoires !

Évidemment, c’est la pire chose à faire, car la fièvre, vous le savez, est une réponse normale de l’organisme.

Ce qu’il faut comprendre, c’est que la bonne réponse, durable, n’est pas de prendre un « anti ».

Aujourd’hui, on vous dit que la seule réponse durable est de trouver un vaccin contre le coronavirus.

Pourtant, il est très peu probable que l’on réussisse à mettre au point rapidement un vaccin efficace[12] (et on a déjà des premières confirmations : à la déception générale, 100 % des singes vaccinés par une équipe d’Oxford ont été quand même infectés par le coronavirus[13]!)

Mais le vaccin apparaît comme la seule solution à ceux qui misent tout sur la chimie et ne veulent rien comprendre des équilibres naturels.

  1. Ce qu’ils nous proposent : nous séparer, nous vacciner et nous surveiller

On peut comprendre que, pendant un pic épidémique, on puisse prendre des mesures extraordinaires.

C’est un peu comme les antibiotiques en cas d’infection grave : cela peut être indispensable à très court terme… mais ce n’est pas une solution durable.

Et pourtant, beaucoup d’infectiologues veulent vous interdire le « retour à la normale », tant qu’un vaccin ne sera pas disponible contre le coronavirus.

Il faudrait ne plus se voir, ne plus se toucher, se barricader pour une durée indéfinie.

C’est ce que demande Bill Gates, l’un des hommes les plus influents au monde, et un des principaux financeurs de l’Organisation mondiale de la santé.

Selon lui, la seule solution pour stopper la pandémie est de « rendre un vaccin accessible à la quasi-totalité de la planète”. “Nous devons fabriquer et distribuer 7 milliards de doses de vaccin »[14] a-t-il précisé.

Et avec ce genre de solutions, les privations de liberté sont inévitables.

Si les gens n’acceptent pas de se vacciner en masse, on finit par rendre les vaccins obligatoires… et on commence à surveiller et sanctionner ceux qui s’y refusent.

La fondation de Bill Gates a même financé des études visant à vous injecter votre carnet de vaccination sous la peau.

Si vous ne me croyez pas, je vous invite à lire cet article publié dans Futura Science :

« Des ingénieurs du Massachusetts Institute of Technology (MIT) ont inventé des nanoparticules injectables sous la peau qui émettent une lumière fluorescente invisible à l'œil nu mais visible par un smartphone, et qui pourraient un jour servir à confirmer que la personne a bien été vaccinée.

L'idée est d'inscrire sur le corps lui-même la preuve du vaccin »[15].

Tout cela est dramatiquement cohérent.

Il reste juste à vous faire « avaler » toutes ces mesures, sans que vous ne protestiez.

Voilà pourquoi cette idéologie va aussi de pair avec la censure généralisée.

La patronne de Youtube l’a expliqué clairement, dans une interview stupéfiante[16] :

« Toute vidéo qui sera médicalement non fondée sera retirée, comme les personnes disant ‘prenez de la vitamine C contre le coronavirus’.

Tout ce qui va à l'encontre des recommandations de l'OMS serait une violation de notre politique et donc retiré. »

Faut-il rappeler que l’OMS vous disait en janvier que le coronavirus ne se transmet pas « d’homme à homme »… et en février que les masques ne servent à rien ?

Cette idéologie de la censure est cohérente avec celle de la surveillance et de la chimie.

Ce n’est pas un « hasard » si le gouvernement Macron fait voter la loi Avia qui permet la censure des réseaux sociaux… en pleine crise du coronavirus !

Sous prétexte de lutter contre la « haine », on cherche à lutter contre les opinions dissidentes.

Par exemple, avec la loi Avia, ce sera un jeu d’enfant de censurer la thèse selon laquelle le coronavirus s’est échappé d’un laboratoire de virologie Wuhan : il suffira de dire que cette thèse est « haineuse » vis à vis de nos amis Chinois… et elle sera retirée immédiatement des réseaux !

Et si on essayait autre chose ???

Pour cela, il faut lutter contre la désinformation et tirer les quatre vraies leçons de cette crise :

  1. Pour éviter les pandémies, faire de la Nature une alliée, et non une ennemie

L’idée n’est pas de revenir à l’âge de pierre, ni de refuser le progrès technologique.

Après tout, c’est grâce à Internet que je peux vous écrire ceci librement.

Mais le progrès ne peut pas se faire contre les équilibres naturels.

Croyez-vous que les pandémies surviennent n’importe où, n’importe comment ?

Pas du tout.

C’est toujours le non-respect des équilibres naturels qui cause les épidémies nouvelles.

La grippe porcine, par exemple, est liée aux conditions épouvantables d’élevage des cochons en Chine.

Je ne reviens pas ici sur les véritables origines du coronavirus, mais il y a énormément de signaux qui montrent que cette pandémie n’a rien de très « naturelle »[17].

Encore une fois : les virus et bactéries existaient bien avant l’apparition des mammifères, et continueront de vivre bien longtemps après l’extinction de notre espèce.

La priorité est de maintenir les équilibres naturels… plutôt que se lancer dans des guerres illusoires contre ces soit-disant « ennemis invisibles ».

Je parle des équilibres écologiques… mais aussi des équilibres internes, de notre organisme :

  1. Compter sur les forces du corps humain avant tout

La crise actuelle a montré qu’il est illusoire et même dangereux de se concentrer sur la découverte de vaccins et traitements contre chaque germe, un à un.

L’exemple du vaccin contre la grippe est particulièrement éclairant.

C’est parce qu’on a fait de ce vaccin la grippe l’alpha et l’omega de la prévention contre les infections de l’hiver…

…que l’on s’est retrouvé fort dépourvu quand la crise du coronavirus est venue !

Cela fait des années que je vous le dis : la sur-mortalité en hiver est liée à beaucoup d’autres infections que la grippe !

Donc, même avec un vaccin anti-grippe efficace, on vous laisse totalement vulnérables face à ces autres infections… ou à de nouveaux virus comme le coronavirus chinois !

Pire : vu la complexité inouïe du système immunitaire et des équilibres naturels entre microbes, il est possible que le vaccin vous affaiblisse face à d’autres microbes !

Je rappelle qu’une étude publiée récemment dans Vaccine a montré que le vaccin contre la grippe cause une augmentation de 36 % des infections à coronavirus en général[18].

La vraie solution contre les infections hivernales est de renforcer le système immunitaire en profondeur, chaque année !

Sur le coronavirus chinois, de plus en plus d’études montrent que des déficits nutritionnels, notamment en vitamine D, en zinc et en sélénium sont en cause dans la mortalité.

Comme je le dis depuis le début de l’épidémie, il est criminel de ne pas avoir distribué des multi-vitamines dans les maisons de retraite.

Il serait franchement dramatique qu’on tire de cette crise les conclusions opposées à ce qu’il faudrait.

Si nous n’ouvrons pas les yeux : on va réussir à vous enfermer dans la peur panique des virus et autres microbes…

….et on va réussir à vous convaincre que le salut ne peut venir que des solutions « high-tech » comme les vaccins et les anti-viraux hors de prix.

Alors que c’est l’inverse qui est vrai !

Ce serait d’autant plus désastreux que les meilleures réponses, comme souvent, sont dans la nature : 

  1. Se soigner en priorité avec l’intelligence de la Nature

Depuis des millions d’années, les êtres vivants ont cherché des moyens de « cohabiter » avec les microbes.

C’est pourquoi les substances créées par les plantes et autres êtres vivants sont généralement plus efficaces que ce que n’importe quel chimiste pourrait inventer en laboratoire avec les connaissances actuelles !

La meilleure preuve, ce sont les antibiotiques… qui sont des substances créées par des champignons et bactéries !

Eh oui… on l’oublie souvent, mais la pénicilline a été découverte par hasard, dans de la moisissure : jamais cette substance guérisseuse n’aurait pu être concoctée en laboratoire.

C’est parce que les bactéries, les champignons et les plantes vivent avec les microbes depuis toujours qu’il faut s’intéresser à leurs solutions !

Leur grand avantage est que, contrairement aux solutions chimiques de synthèse, qui ont tendance à tout détruire sur leur passage, les solutions inventées par les plantes respectent davantage les équilibres de l’ADN, les équilibres de la vie !

Par exemple, lorsque le thym produit une substance anti-virale, cette substance cohabite à l’intérieur de ses propres cellules, sans leur faire de mal… et c’est pour cela qu’elle a de bonnes chances d’être compatible avec les cellules humaines également !

Bien sûr, les plantes peuvent aussi produire des poisons pour l’être humain, mais c’est l’exception, et non la règle.

Tout cela pour vous dire qu’il est invraisemblable qu’on n’ait pas, dès le début de l’épidémie, testé sérieusement des substances anti-virales comme :

  • La quercétine ;
  • La propolis (produite par les abeilles pour se protéger des germes) ;
  • La plante Artemisia Annua ;
  • Les huiles essentielles de ravintsara ou de laurier noble.

On sait déjà que ces remèdes sont sans danger et qu’ils ont de formidables propriétés anti-virales… pourquoi ne pas les avoir essayées rapidement ?

De même, au moment de la réanimation des malades, pourquoi ne pas avoir testé plus massivement des solutions naturelles hyper-prometteuses, comme les injections de vitamine C ou de glutathion ?

Pourquoi, si ce n’est pour des histoires de gros sous ?

Allons-nous continuer comme cela ?

  1. Privilégier l’humanité, la liberté et la responsabilité

De même, enfermer les gens dans la psychose a été une terrible erreur.

Le confinement strict à domicile comporte tous les ingrédients d’un désastre pour le système immunitaire :

  • On sait que le stress et les troubles du sommeil rendent gravement vulnérables aux infections – or le meilleur moyen de vous créer ces problèmes est de vous enfermer chez vous, privé de la lumière du soleil (mélatonine) et du contact appaisant avec la nature ;
  • On sait aussi que l’isolement et l’absence de contacts humains sont le meilleur moyen de faire dépérir les gens (les contacts skype ou téléphoniques ne peuvent pas remplacer les rencontres physiques, de visu) ;
  • Et on sait que l’absence d’activité physique est dramatique pour notre système immunitaire… et pour le bon fonctionnement de nos vaisseaux sanguins… or le coronavirus tue en partie via des atteintes au cœur et à nos vaisseaux !

Bref, on ne pouvait pas faire pire que d’empêcher les gens de sortir marcher en pleine nature, prendre le soleil (vitamine D) et rencontrer d’autres personnes (avec bien sûr des précautions).

D’ailleurs, pendant que les Français avaient à peine le droit de sortir se dégourdir les jambes, les Allemands étaient encouragés à pédaler sur leur vélo, en plein air.

Allons-nous retenir la leçon ?

Allons-nous enfin comprendre qu’il faut s’intéresser à notre système immunitaire et à notre santé générale, plutôt que de tout miser sur les masques, les barrières et autres restrictions de liberté ?

Allons-nous nous enfermer dans l’infantilisation des populations et la censure des opinions dissidentes ?

Ou allons-nous au contraire encourager les gens à prendre en main leur santé et à s’exprimer en toute liberté ?

Dès le début de la crise, les autorités politiques et sanitaires ont diffusé des messages aberrants et mensongers :

  • L’OMS a menti sur les débuts de l’épidémie pour protéger la Chine ;
  • Les responsables politiques français ont menti sur les masques pour se protéger eux-mêmes ;
  • Les autorités sanitaires françaises ont menti sur les (faux) dangers de la chloroquine, pour protéger les profits des labos.

Et ce sont eux, à qui il faudrait faire confiance aveuglément ?

Et il faudrait censurer les réseaux sociaux, qui ont diffusé énormément d’informations salvatrices, comme de prendre de la vitamine D et du zinc ?

Ce serait le monde à l’envers.

Il ne faut vraiment pas se tromper de voie.

Ce qui commence maintenant, post-crise, c’est le combat du siècle.

On ne peut pas se permettre de le perdre.

Bonne santé,

Xavier Bazin

PS : j’ai déjà été long mais le sujet est tellement important que je tiens à vous livrer un très beau texte, reçu d’un médecin suisse, le Dr Daniel Meier, qui va dans le même sens que ma lettre de ce jour :

Coronavirus : le triomphe de la pensée unique !

Le message actuel est clair : le Coronavirus est l’ennemi public absolu à combattre et, sans antivirus officiel, c’est la population qui devient responsable de sa protection par toutes les mesures restrictives que l’on sait.

A l’image des thérapies pharmaceutiques essentiellement basées sur des médicaments ANTI biotiques, ANTI viraux, ANTI hypertenseurs, ANTI diabétique, ANTI dépresseurs, etc., les citoyens apprennent tout ce qu’ils ne peuvent pas faire (sorties, contacts, sociabilité, culture, sports) sans aucune mention de ce qui peut être fait pour cultiver et entretenir leur santé et immunité et ainsi éviter les graves complications de l’infection.

Bien heureusement, de nombreuses initiatives solidaires sont trouvées par la seule population.

Un siècle après la pandémie de la grippe « espagnole » de 1918, on se retrouve dans la même logique guerrière : également impuissants face à l’attaque du virus, on utilisa largement de l’aspirine et de la quinine pour faire baisser la fièvre, de l’or, de l’argent et même de l’arsenic comme antiseptiques.

Cela se solda par une plus forte mortalité des personnes traitées, 30 % contre 20% sans traitement. En effet la fièvre stimule les réactions de défense et inhibe la prolifération virale et les médicaments symptomatiques et non curatifs ne sont pas dépourvus de toxicité (hémorragies digestives et respiratoires pour des doses d’aspirine allant jusqu’à 3 à 4 g./jour, toxicité hépatique et générale pour les autres. En 1918 aux USA et en Angleterre, l’homéopathie, bien que minoritaire, a recensé une cinquantaine de rapports concernant 50.000 malades traités par des granules avec une mortalité beaucoup plus faible de 1% à 5% d’entre eux.

On mentionne actuellement comme une découverte l’action délétère et aggravante des anti-inflammatoires alors que c’était connu depuis 1918. On continue pourtant de conseiller l’usage du paracétamol (Dafalgan, Acétalgine etc.) qui a le même effet fébrifuge tout en étant hépatotoxique.

L’idéologie actuelle est celle de la pensée unique dominante et autoritaire, un manichéisme où le mal est le virus et le bien les mesures de confinement et leur obéissance disciplinée et il n’y a aucune raison de le contester. Mais cette polarisation unilatérale pourrait bien devenir contre-productive.

En effet, confiner les personnes à risque à leur domicile sans exposition au soleil ni activité physique, en consommant les réserves de pâtes, raviolis et autres conserves, de pommes de terres et autres sucres rapides, en économisant sur les produits frais pour éviter les sorties n’est pas des plus profitable. On cultive ainsi un état de carence métabolique et déséquilibre alimentaire défavorable à l’immunité. En entretenant la peur de contagion, en supprimant tout contact affectif avec la famille, on maintient un état de stress permanent tout aussi délétère.

Or, l’exposition au soleil contribue fortement à la synthèse de vitamine D récemment reconnue indispensable à la fonction immunitaire comme le sont l’activité physique régulière et la consommation abondante de fruits et légumes. Les sucres rapides (céréales dont le pain et les pâtes, pommes de terre, jus de fruits, sodas) diminuent de 50% les réactions de défenses anti-infectieuses pendant 4 à 6 heures après 40 g de sucre et stimule la multiplication des bactéries qui vont compliquer l’affection virale de base. Enfin, le stress chronique augmente le taux d’adrénaline et de cortisol qui limitent aussi les réactions immunitaires.

En plus de toutes les recommandations contraignantes, il serait du plus grand intérêt et très valorisant pour chacun de dire ce qui peut être fait pour booster notre immunité et notre résistance à l’infection et ses complications.

Mesures simples :

1) Une exposition au soleil 2 à 3 fois par jour ½ heure en commençant progressivement, aussi à sa fenêtre ou son balcon.

2) Une activité physique régulière avec un guide pour des exercices simples.

3) Une alimentation basée sur des fruits et légumes avec des huiles riches en omega 3 (colza ou noix), des petits poissons comme les sardines, maquereaux, anchois qui seront avantageusement mélangés avec du fromage de chèvre pour en faire une pâte à tartiner. Des lactofermentés non cuits comme la choucroute crue, le kéfir, le Miso, le Tempé ou yogourth fait maison. Des bouillons de viande ou d’os, des cures d’ail, de propolis, de pépins de pamplemousse, tous à effets antiviraux.

4) Des décoctions de sauge, thym ou origan, des gargarismes au vinaigre de cidre.

5) l’usage de diffuseurs d’huiles essentielles comme l’eucalyptus radié, le tea tree, la lavande pour désinfecter l’atmosphère.

6) Des massages du front et nez avec de l’huile essentielle de Ravintsara, de thym, d’origan ou de sarriette.

7) Pour les plus exposés ou à risque, des compléments de vitamine D3 (4000 Unités Internationales sous forme huileuse ou avec repas gras réparties sur la journée, de vitamine C non effervescente (500 mg. 3 fois/jour, jusqu’à 4 gr./jour en cas d’infection). De l’Echinacée immunostimulante et virucide et du Cyprés virucide et virostatique dont l’efficacité a même été testée avec succès sur le Corona virus sous forme d’Extraits de Plantes Standardisées (EPS).

8) L’homéopathie occupe aussi une place importante comme je l’ai mentionné pour la grippe de 18, je vous recommande à ce propos le livret « La grippe ? pas de panique » du Dr. F. Choffat.

9) Enfin les cures de monodiète de fruits ou légumes ou de jeûne intermittent d’un à quelques jours avec d'abondantes boissons d’eau, de tisanes et de bouillons de viande ont prouvé leur efficacité.

Dans une société ouverte et diverse comme la nôtre, il serait judicieux de publier largement ces compléments d’actions peu coûteuses à la portée de chacun et de faire la place à des thérapies et méthodes dites alternatives mais scientifiquement prouvées comme la phyto-aromathérapie, la micronutrition, la micro-immunothérapie pour l’immunité, la méditation, le yoga, la cohérence cardiaque pour la gestion du stress et je suis loin d’être exhaustif.

Dr Daniel Meier, Mauborget, le 24.03.2020

Sources sur le site https://www.sante-corps-esprit.com/

 

NOUVEL ORDRE MONDIAL : FIN DE REGNE !

Franck Robert Chalumeaux.

Un peu de contexte est nécessaire. Le concept de Nouvel Ordre Mondial est simplement le souhait d’une poignée de banquiers internationaux qui veulent diriger économiquement et politiquement la planète entière comme une famille heureuse. Il a vu le jour en 1773 et a subi d’importants changements au fil des ans, mais le concept et l’objectif n’ont pas changé d’un iota. Malheureusement pour eux, les banques internationales qui pillent la planète par le biais du dollar américain depuis 1944 sont maintenant menacées par l’hyperinflation, car leur machine à imprimer tourne depuis des années pour couvrir leurs dépenses absurdes destinées à alimenter les guerres du pétrole et des ressources qu’ils ont toutes fini par perdre. Afin de prévenir cette hyperinflation à venir, ils ont généré une attaque virale sur quatre pays (la Chine, l’Iran, l’Italie et maintenant les États-Unis) pour semer la panique dans la population, avec l’aide précieuse de leurs médias ignominieux. Même si ce coronavirus n’est pas différent des autres nouveaux virus qui attaquent les humains chaque année, la peur des médias a poussé les gens à s’isoler volontairement par la peur et la terreur. Certains ont perdu leur emploi, des entreprises font faillite, la panique a créé un crash boursier qui a vidé les portefeuilles et dévalorisé les actifs, ce qui a eu pour conséquence de retirer quelques billions de dollars virtuels du marché pour relâcher la pression sur la monnaie.

Jusqu’à présent, tout va bien, mais tout le reste a mal tourné dans cet ultime banzaï désespéré. Le meilleur virologiste de la planète a confirmé que la chloroquine était utilisée par les Chinois avec des résultats spectaculaires pour guérir les patients, puis il a amélioré sa potion magique en ajoutant un antibactérien pneumonique appelé azythromicine, et a sauvé chacun de ses 1000 premiers cas, sauf un. Donald Trump a immédiatement imposé le même traitement en luttant contre sa propre Federal Drug Administration, achetée et détenue par l’État Profond. Cela a obligé tous les médias à parler de l’Élixir Miracle du Dr Didier Raoult, signant l’arrêt de mort de notre confiance dans tous les gouvernements occidentaux, leurs agences médicales, l’Organisation Mondiale de la Santé et les médias qui ont essayé de détruire la réputation du médecin impeccable, tout en inventant des « effets secondaires dangereux » soudains d’un médicament presque inoffensif utilisé depuis 60 ans pour traiter la malaria.

Non loin de là, en Allemagne, le Dr Wolfgand Wodarg, loué au niveau international, a noté que cette panique artificielle était totalement inutile, puisque ce virus n’est pas différent des autres qui nous affectent chaque année. Ce fut une victoire étonnante pour Trump et la population en général sur les médias sociaux, qui ont exposé ensemble les mensonges pathologiques des canaux de communication officiels de chaque pays du Nouvel Ordre Mondial. De facto, la crédibilité de ces gouvernements fantoches a disparu dans l’air, et de l’œil du cyclone, l’Italie sortira sûrement de l’UE juste après la crise, ce qui déclenchera un effet domino dans tous les pays de l’UE et les membres de l’OTAN. Mes amis, le mondialisme est mort et prêt à être incinéré.
Creuser l’abîme

Les banquiers internationaux ne l’ont pas vu venir en 1991, quand ils dominaient 95% de la planète après la chute de l’Union Soviétique. Il semblait que rien ne pouvait arrêter leur mission ultime pour réaliser leur rêve orwellien : détruire quelques pays du Moyen-Orient, élargir Israël et obtenir le contrôle total du marché mondial du pétrole, la dernière pièce de leur puzzle Xanadu sur lequel ils ont travaillé pendant tout un siècle, à commencer par la déclaration Balfour en 1917.

Lorsque Vladimir Poutine a pris la direction de la Russie, rien ne laissait présager qu’il ferait mieux que l’ivrogne qu’il avait remplacé. Un ancien officier du KGB semblait être un choix plus motivé par la nostalgie que par l’idéologie, mais Poutine avait beaucoup plus d’atouts pour lui qu’il n’en avait à première vue : patriotisme, humanisme, sens de la justice, ruse, un ami économiste de génie nommé Sergey Glazyev qui méprisait ouvertement le Nouvel Ordre Mondial, mais surtout, il incarnait la réincarnation de l’idéologie russe longtemps perdue de l’indépendance politique et économique totale. Après quelques années passées à drainer le marécage russe des oligarques et de la mafia que son prédécesseur maladroit avait laissés dans sa traînée de bouteilles vides, Vlad a retroussé ses manches et s’est mis au travail.

Parce que ses opposants avaient pillé la planète pendant 250 ans par une colonisation assurée par une domination militaire, Vlad savait qu’il devait commencer par construire une machine militaire invincible. Et c’est ce qu’il a fait. Il a conçu différents types de missiles hypersoniques qui ne peuvent pas être arrêtés, les meilleurs systèmes de défense de la planète, les meilleurs systèmes de brouillage électronique et les meilleurs avions. Puis, pour s’assurer qu’une guerre nucléaire ne serait pas une option, il a inventé des engins cauchemardesques, tels que le Sarmat, le Poséidon et l’Avangard, tous imparables et capables de détruire n’importe quel pays en quelques heures.

Avec un arsenal nouveau et inégalé, il pourrait procéder à la défaite de toute force de l’OTAN ou de ses mandataires, comme il l’a fait à partir de septembre 2015 en Syrie. Il a prouvé à chaque pays que l’indépendance vis-à-vis du système bancaire de l’OTAN était désormais une question de choix. Poutine a non seulement gagné la guerre en Syrie, mais il a également obtenu le soutien de nombreux pays du Nouvel Ordre Mondial qui ont soudainement changé de camp lorsqu’ils ont réalisé à quel point la Russie était devenue invincible. Sur le plan diplomatique, il a également obtenu le soutien de la puissante Chine, puis a réussi à protéger les producteurs de pétrole indépendants tels que le Venezuela et l’Iran, tandis que des dirigeants comme Erdogan de Turquie et Muhammad Ben Salman d’Arabie Saoudite ont décidé de se ranger du côté de la Russie, qui ne détient pas la meilleure main de poker, mais tout le jeu de cartes.

Pour conclure, Poutine contrôle désormais le tout puissant marché du pétrole, l’inévitable ressource énergétique qui alimente les économies et les armées, tandis que l’OTAN des banquiers ne peut que regarder, sans aucun moyen de le récupérer. Avec les résultats incroyables que Poutine a obtenus ces cinq dernières années, le Nouvel Ordre Mondial ressemble soudain à un château de cartes sur le point de s’effondrer. L’Empire des Banques est en phase terminale depuis cinq ans, mais il est maintenant sous morphine, réalisant à peine ce qui se passe.
Tragédie et espoir

Comme il n’y a aucun espoir de commencer la Troisième Guerre mondiale qui est perdue d’avance, le dernier banzaï est sorti des buissons sous la forme d’un virus et la création médiatique qui s’en est suivie d’une fausse pandémie. L’objectif principal était d’éviter une hyperinflation catastrophique de l’énorme masse de dollars américains dont personne ne veut plus, d’avoir le temps de mettre en place la monnaie cryptée de leur monde virtuel, comme si les banquiers chroniquement défaillants avaient encore une quelconque légitimité pour continuer à contrôler nos réserves d’argent. Au début, il semblait que le plan pouvait fonctionner. C’est alors que Vlad a sorti son revolver pour lancer la roulette russe et que les banquiers se sont fait sauter la cervelle en pressant la détente.

Il a convoqué une réunion avec l’OPEP et a tué le prix du pétrole en refusant de baisser la production russe, faisant passer le baril sous les 30 dollars. Sans aucune réflexion après coup et certainement encore moins de remords, Vlad a tué la coûteuse production pétrolière occidentale. Tous les dollars qui avaient été retirés du marché ont dû être réinjectés par la Fed et d’autres banques centrales pour éviter un déclin et le désastre final. À l’heure actuelle, nos chers banquiers n’ont plus de solutions.

Pendant ce temps, Trump s’est également attaqué aux gangsters en cravate. Alors que les médias évitaient le sujet de la chloroquine, un vieux médicament destiné à guérir la malaria, Trump a imposé à la FDA l’utilisation de ce médicament salvateur pour les patients américains infectés. Les médias n’ont pas eu d’autre choix que de commencer à en parler, ce qui a déclenché une réaction en chaîne : les PDG des grandes sociétés pharmaceutiques ont été licenciés parce qu’ils venaient de perdre le contrat du vaccin, des pays comme le Canada sont passés pour des fous génocidaires pour ne pas avoir utilisé ce médicament bon marché et inoffensif, tandis qu’un acte criminel des plus scandaleux commis par un gouvernement a été révélé au grand jour : le gouvernement Macron avait proclamé en janvier 2020 que la chloroquine était nocive et en avait restreint l’utilisation, quelques semaines seulement avant l’éclatement de la fausse pandémie ! La roulette russe est un jeu populaire dans les gouvernements occidentaux ces jours-ci.

 

Le samedi 28 mars, la Russie a annoncé sa propre mixture tueuse de corona, basée sur la potion magique du Dr Raoult. Encore un coup de cosaque, cette fois à la veine jugulaire des grands groupes pharmaceutiques, alors que la plupart des pays occidentaux doivent maintenant mettre en place le traitement du bon docteur, ou faire face à la gifle d’une pilule russe venant sauver leurs citoyens. Poutine est dans le sauvetage de vies ces derniers temps : au cours de la dernière semaine de mars, il a envoyé 15 avions militaires remplis de médecins et de fournitures directement en Italie du Nord, après qu’un avion d’aide en provenance de Chine ait été bloqué par la République Tchèque. Nous sommes sur le point d’apprendre que les pays européens craignent que la Chine ou la Russie ne découvrent la vérité dans la région de Lombardie, où les gens ne meurent pas d’un quelconque coronavirus, mais probablement d’un cocktail hybride mortel de deux vaccins antérieurs contre la méningite et la grippe, qui leur a été injecté lors de campagnes de vaccination distinctes.
Conclusion

J’ai dit plus tôt que chaque jour apporte des nouvelles étonnantes. Eh bien, le dimanche 29 mars, la plus étonnante de toutes est tombée comme une tonne de briques sur les médias sociaux : des spectateurs confinés ont appris que Trump avait pris le contrôle de la Réserve Fédérale, qui est maintenant gérée par deux représentants du Trésor d’État. De toutes les nouvelles folles du mois dernier, celle-ci est de loin la meilleure et la plus choquante. Après trois ans au pouvoir, Trump a enfin tenu sa promesse électorale de retirer les banques privées des affaires publiques américaines, mettant ainsi fin à un siècle d’exploitation des citoyens américains. Il a demandé à l’infame groupe d’investissement Blackrock de commencer à racheter d’importantes sociétés pour la Fed, ce qui signifie qu’il nationalise des pans entiers de l’économie, tout en évitant le krach du marché en impliquant d’importants investisseurs privés dans l’affaire.

 

Cette initiative extrêmement audacieuse arrive à un moment crucial et nous fait prendre conscience que Vladimir Poutine et Donald Trump sont unis et ont amené l’humanité au carrefour entre le Nouvel ordre mondial et la liberté. Comme je l’ai déjà dit à maintes reprises, je pensais que le monde allait profondément changer entre 2020 et 2024, car ce seraient les 4 dernières années de ces deux héros du pouvoir politique dans leurs nations.

Le Nouvel Ordre Mondial fait face aux deux pays les plus puissants de la planète, et cette fausse pandémie a tout changé. Elle a montré à quel point les banquiers sont désespérés, et si nous ne voulons pas nous retrouver avec des ogives nucléaires volant dans les deux sens, Poutine et Trump doivent les arrêter maintenant.

Il faut mettre fin au Bureau of Industry and Security (BRI), à la Banque Mondiale, au FMI, à la Banque Centrale Européenne, à l’UE, à l’OTAN, maintenant. Notre monde ne sera pas parfait, mais il pourrait bientôt s’améliorer.

source : Putin And Trump vs The New World Order: The Final Battle
traduit par Réseau International

 

20 MAI 2020

Tests COVID-19: Que faisons-nous? Qu'est-ce que ça veut dire?

Du site https://childrenshealthdefense.org/

Éditorial invité, Dr. Sherri Tenpenny, DO, AOBNMM, ABIHM

(Pour les liens, voir l’article original sur le site)

[CHD NOTE: L'article original, dans son intégralité, peut être trouvé sur Vaxxter.com ]

En 1965, les scientifiques ont identifié le premier coronavirus humain; il était associé au rhume. La famille des coronavirus, du nom de leur apparence en forme de couronne, comprend actuellement 36 virus . Au sein de ce groupe, il existe 4 virus courants qui provoquent une infection chez l'homme depuis plus de soixante ans. De plus, trois coronavirus pandémiques qui peuvent infecter l'homme: le SRAS, le MERS et maintenant le SARS-CoV-2.

Alors que les nouvelles de décès en Chine, en Corée du Sud, en Italie et en Iran commençaient à saturer toutes les formes de médias 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7, nous nous sommes familiarisés avec un nouveau terme: COVID-19. Pour être clair, le nom du coronavirus nouvellement identifié est SARS-CoV-2, abréviation de Severe Acute Respiratory Syndrome Coronavirus-2. Ce virus est associé à de la fièvre, de la toux, des douleurs thoraciques et un essoufflement, l'ensemble des symptômes qui constituent le diagnostic de COVID-19.

L'administration Trump a déclaré une urgence de santé publique le 31 janvier 2020, puis le 2 février a interdit l'entrée de la plupart des voyageurs qui s'étaient récemment rendus en Chine. Le 4 février, Alex Azar, le secrétaire de la Santé et des Services sociaux (HHS) a publié une déclaration d'urgence de santé publique et a activé la loi sur la préparation du public et la protection civile, autrement connue sous le nom de loi PREP . Cette législation néfaste offre une protection complète des fabricants contre la responsabilité de tous les produits, technologies, produits biologiques ou tout vaccin développé comme contre-mesure médicale contre le COVID-19. Pour ceux qui attendent nerveusement que le vaccin soit disponible, assurez-vous de comprendre le PREP Act avant de vous précipiter pour faire la queue.

Les appels aux tests - pour voir si une personne est infectée ou non - ont commencé peu de temps après la déclaration de l'urgence, mais la réalisation de ces tests était initialement lente en raison du nombre insuffisant de kits de test. Au fur et à mesure que les kits étaient disponibles, ceux développés par le CDC présentaient un défaut: les réactifs ont réagi à l' échantillon témoin négatif , rendant le test inexact et les kits inutilisables.

Dans divers pays , des milliers de kits de test achetés en Chine se sont révélés contaminés par les virus SARS-CoV-2. Personne ne sait vraiment comment cela s'est produit, mais les théories se sont répandues comme une traînée de poudre. Le kit de test pourrait-il infecter la personne testée? Ou, cela signifiait-il que le test retournerait un résultat faussement positif, augmentant le nombre de ceux qui seraient infectés afin que ceux au pouvoir puissent mettre en œuvre des mesures de verrouillage plus strictes et accélérer les taux de chômage des bâtons de hockey? Aucune de ces questions n'a reçu de réponse adéquate.

Ces raisons sont-elles suffisantes pour renoncer à notre liberté de santé et à nos droits personnels, être testées et honteuses en public?

Test obligatoire… de quoi?

Les autorités affirment que le dépistage est important pour les responsables de la santé publique afin d'évaluer si leurs efforts d'atténuation - «abri en place» et «éloignement social» et «porter un masque» - font une différence pour «aplatir la courbe». Les autorités affirment également que des tests sont nécessaires pour savoir combien de personnes sont infectées dans une communauté et pour comprendre la nature de la propagation des coronavirus.

Ces raisons sont-elles suffisantes pour renoncer à notre liberté de santé et à nos droits personnels, être testées et honteuses en public?

Malgré les difficultés rencontrées avec les kits de test, les tests ont commencé. Fin mars 2020, plus d'un million de personnes avaient été testées aux États-Unis. Le 9 mai , le nombre de tests dépassait 8,7 millions. Les méthodes de test comprennent un écouvillonnage des voies nasales ou en insérant un long écouvillon inconfortable par le nez pour gratter l'arrière de la gorge. Des échantillons ont également été obtenus par lavage broncho-alvéolaire, des expectorations et des échantillons de selles .

L'appel à des tests obligatoires s'accélère et devient de plus en plus onéreux. Dans l'État de Washington, le gouverneur Inslee a déclaré :

Les personnes qui refusent de coopérer avec les traceurs de contact et / ou refusent les tests, ces personnes ne seront pas autorisées à quitter leur domicile pour acheter des produits de première nécessité tels que des courses et / ou des ordonnances. Ces personnes devront prendre des dispositions par l'intermédiaire d'amis, de la famille ou du personnel de soutien familial fourni par l'État.

Mais que signifient vraiment les résultats?

Qui devrait être testé

Le 8 mai 2020, le CDC a énuméré des priorités spécifiques pour le moment où les tests doivent être effectués. Au 16 mai , plus de 11 millions d'échantillons avaient été collectés et plus de 3 700 spécimens n'avaient pas encore été évalués.

Haute priorité

  • Patients hospitalisés présentant des symptômes
  • Travailleurs d'établissements de santé, travailleurs en milieu de vie et premiers intervenants présentant des symptômes
  • Résidents dans des établissements de soins de longue durée ou d'autres lieux de vie regroupés, y compris les prisons et les refuges, présentant des symptômes

Priorité

  • Personnes présentant des symptômes d'infection potentielle au COVID-19, notamment fièvre, toux, essoufflement, frissons, douleur musculaire, nouvelle perte de goût ou d'odeur, vomissements ou diarrhée et / ou mal de gorge
  • Les personnes sans symptômes qui sont prioritaires par les services de santé ou les cliniciens, pour quelque raison que ce soit , y compris, mais sans s'y limiter, la surveillance de la santé publique, la surveillance sentinelle ou le dépistage des personnes asymptomatiques selon les plans étatiques et locaux .

Relisez cette dernière priorité: cela signifie que pratiquement tout le monde peut être tenu de passer un test.

Est-ce une violation de vos droits personnels? Et, si vous vous soumettez à un test, que signifie réellement un «test positif»?

Types de tests: RT-PCR

La PCR, abréviation de polymerase chain reaction, est une technique de laboratoire très spécifique. La clé pour comprendre les tests de PCR est que la PCR peut identifier un virus spécifique individuel au sein d'une famille virale.

Cependant, un test PCR ne peut être utilisé que pour identifier les virus à ADN; le virus SARS-CoV2 est un virus à ARN. Par conséquent, plusieurs étapes doivent être prises pour «agrandir» la quantité de matériel génétique dans le spécimen. Les chercheurs ont utilisé une méthode appelée RT-PCR, transcription inverse-amplification en chaîne par polymérase, pour identifier spécifiquement le virus SARS-CoV-2. C'est un processus compliqué. Pour en savoir plus, allez ici et ici .

Si un échantillon nasal ou sanguin contient un minuscule fragment d'ARN provenant du virus du SRAS-CoV-2, la RT-PCR peut l'identifier, ce qui entraîne une forte probabilité que la personne ait été exposée au virus du SRAS-CoV-2.

Cependant - et c'est important - un résultat de test RT-PCR positif n'indique pas nécessairement la présence d'un virus complet . Le virus doit être totalement intact pour être transmis et provoquer une maladie.

Et ce qui rend ce test encore plus déroutant, c'est que la FDA admet que «La détection d'ARN viral par RT-PCR ne correspond pas nécessairement à un virus infectieux.

Test RT-PCR: L'importance du timing

Même si une personne a présenté tous les symptômes associés à une infection à coronavirus ou a été étroitement exposée à des personnes chez qui un diagnostic de COVID-19 a été diagnostiqué, la probabilité qu'un test RT-PCR soit positif diminue avec le nombre de jours après le début de symptômes.

Selon une étude réalisée par Paul Wikramaratna et d'autres:

Pour un écouvillonnage nasal , le pourcentage de chances d'un test positif diminue d'environ 94% le jour 0 à environ 67% le jour 10. Au 31e jour, il n'y a que 2% de chances d'un résultat positif.
Pour un écouvillonnage de la gorge , le pourcentage de chance d'un test positif passe d'environ 88% au jour 0 à environ 47% au jour 10. Au jour 31, il n'y a qu'une chance de 1% de résultat positif.

En d'autres termes, plus le délai entre l'apparition des symptômes et le moment où une personne est testée est long, plus le test sera probablement négatif.

La répétition des tests sur les personnes dont le test est négatif peut (éventuellement) confirmer la présence d'ARN viral, mais cela n'est pas pratique. De plus, des tests répétés de la même personne peuvent conduire à des résultats encore plus confus: le test peut passer de négatif à positif, puis redevenir négatif lorsque le système immunitaire élimine l'infection à coronavirus et se dirige vers la guérison.

Et ce qui rend ce test encore plus déroutant, c'est que la FDA admet que «la détection d'ARN viral par RT-PCR n'équivaut pas nécessairement à un virus infectieux».

Décomposons cela:

Vous avez eu tous les symptômes de COVID19, mais votre test RT-PCR pour le SRAS-CoV-2 est négatif.

  • Cela signifie-t-il que vous êtes «prêt à partir» - vous pouvez aller travailler, aller à l'école ou voyager? OU…
  • Cela signifie-t-il que votre syndrome grippal a été causé par un autre agent pathogène, peut-être l'un des quatre coronavirus en circulation depuis 60 ans? OU…
  • Cela signifie-t-il que le résultat est un faux négatif et que vous avez toujours l'infection, mais qu'elle n'est pas détectable par les tests actuels? OU…
  • Est-ce à dire que c'est un échantillon qui a été mal prélevé en raison de la mauvaise technique du technicien? OU…
  • Cela signifie-t-il que vous n'avez pas été exposé, que vous êtes susceptible de contracter l'infection et que vous devez rester en quarantaine?

Alors, que signifie réellement un test «positif»? Et c'est ça le problème… Personne n'en est sûr.

Un autre type de test: les anticorps

Selon la Fondation à but non lucratif pour les nouveaux diagnostics innovants ( FIND ), plus de 200 tests sanguins sérologiques, pour rechercher des anticorps, sont maintenant disponibles ou en cours de développement.

Il existe deux principaux types d'anticorps qui sont évalués pour presque tous les types d'infection: les IgM et les IgG. Bien que plusieurs nouveaux appareils de test soient présentés comme un test à domicile, ils ne sont pas les mêmes qu'un test de grossesse à domicile ou un glucomètre pour tester votre glycémie. L'échantillon de tache de sang ou de salive peut être prélevé à la maison, il doit ensuite être envoyé à un laboratoire pour analyse. Cela peut prendre quelques jours - ou plus - pour obtenir les résultats. Avec autant de tests en préparation, la capacité de tester à domicile changera avec le temps.

Le premier anticorps à augmenter est l'IgM. Il augmente rapidement après le début de l'infection et est généralement le signe d'une infection aiguë ou actuelle. Les niveaux d'IgM diminuent rapidement à mesure que l'infection disparaît. La FDA admet qu'elle ne sait pas combien de temps l'IgM reste présent pour le SRAS-CoV-2 pendant que l'infection est éliminée.

L'interprétation d'un anticorps IgG est plus difficile. Cet anticorps est un indicateur d'une infection passée. Le test n'est souvent pas suffisamment précis pour déterminer si l'infection passée a été causée par le virus du SRAS-CoV-2 ou l'un des quatre coronavirus courants qui causent une maladie de type grippal.

La FDA dit :

Parce que les tests sérologiques peuvent donner un résultat de test négatif même si le patient est activement infecté (par exemple, le corps ne s'est pas encore développé en réponse au virus) ou peuvent être faussement positifs (par exemple, si l'anticorps indique une infection passée par un autre coronavirus) ), ce type de test ne doit pas être utilisé pour diagnostiquer une infection COVID-19 aiguë ou active.

De même, le CDC dit ce qui suit concernant les tests d'anticorps:

Si votre test est positif:

  • Un résultat de test positif montre que vous avez des anticorps à la suite d'une infection par le SRAS-CoV-2, ou peut-être un coronavirus apparenté .
  • On ne sait pas si ces anticorps peuvent fournir une protection (immunité) contre une nouvelle infection. Cela signifie que nous ne savons pas actuellement si les anticorps vous immunisent contre le virus.
  • Si vous ne présentez aucun symptôme, vous n'avez probablement pas d'infection active et aucun suivi supplémentaire n'est nécessaire.
  • Il est possible que votre test soit positif pour les anticorps et que vous n'ayez pas ou n'ayez jamais eu de symptômes de COVID-19. Ceci est connu comme ayant une infection asymptomatique [c'est-à-dire que vous avez un système immunitaire sain!]
  • Un test d'anticorps ne peut pas dire si vous êtes actuellement malade avec COVID-19.

Si vous testez négatif:

  • Si vous testez négatif pour les anticorps, vous n'avez probablement pas eu d'infection précédente. Cependant, vous pourriez avoir une infection actuelle parce que les anticorps n'apparaissent pas pendant 1 à 3 semaines après l'infection.
  • Certaines personnes peuvent prendre encore plus de temps pour développer des anticorps, et certaines personnes peuvent ne pas développer d'anticorps.
  • Un test d'anticorps ne peut pas dire si vous êtes actuellement malade avec COVID-19.

Si la FDA ne sait pas si un anticorps IgG contre le SRAS-CoV-2 après avoir guéri de l'infection protège contre une infection future, alors elle ne sait certainement pas si un anticorps provoqué par un vaccin empêchera l'infection.

Quelle? Attendre!

  • L'industrie des vaccins n'appelle-t-elle pas l'IgG un «anticorps protecteur»?
  • N'est-ce pas le marqueur de l'immunité qu'ils évaluent après une infection par la rougeole, la varicelle ou les oreillons pour déterminer si vous êtes immunisé contre de futures infections?
  • N'est-ce pas le marqueur de l'immunité induite qu'ils tentent d'atteindre en administrant un vaccin?

Si la FDA ne sait pas si un anticorps IgG contre le SRAS-CoV-2 après avoir guéri de l'infection protège contre une infection future, alors elle ne sait certainement pas si un anticorps provoqué par un vaccin empêchera l'infection.

Cela n'élimine-t-il pas complètement la théorie selon laquelle les anticorps offrent une protection et les anticorps contre les vaccins sont nécessaires pour vous empêcher de tomber malade?

Tests obligatoires - Création de nouveaux emplois

Illinois US Rep. Bobby L. Rush a présenté le HR 6666 TRACE Act le 1er mai. Sur son site Web, Rush a déclaré :

Jusqu'à ce que nous ayons un vaccin pour vaincre cette maladie redoutée, le suivi des contacts afin de comprendre l'ampleur et la profondeur de la propagation de ce virus est le seul moyen que nous pourrons sortir de là-dessous.

HR 6666 autoriserait le Secrétaire à la Santé et aux Services Humains (HHS), agissant par l'intermédiaire du Directeur du CDC, à octroyer des subventions aux entités éligibles pour effectuer des tests de diagnostic, puis pour suivre et surveiller les contacts des personnes infectées. Les traceurs de contact seraient autorisés à tester les personnes à domicile et, si nécessaire, à mettre les personnes en quarantaine en place .

Où ont-ils l'intention de faire ces tests? Outre les unités mobiles pour tester les personnes à domicile, le projet de loi identifie huit endroits spécifiques où les tests et le traçage des contrats pourraient avoir lieu: écoles, cliniques, universités, églises et «tout autre type d'entité» que le secrétaire du HHS souhaite utiliser.

Le projet de loi allouerait 100 milliards de dollars en 2020 «et les sommes qui pourraient être nécessaires pour l'exercice 2021 et tout exercice ultérieur au cours duquel la période d'urgence se poursuivra».

Mais que recherchent-ils?

  • Votre test est-il censé être positif - disant que vous avez été exposé et que vous vous êtes peut-être rétabli?
  • Ou votre test est-il censé être négatif , ce qui signifie que vous êtes en bonne santé?
  • Ou un test complètement négatif - un test RT-PCR négatif et aucun anticorps IgG signifie que vous êtes sensible à l'infection et que vous devez rester en quarantaine?

Le virus est en mutation rapide, ce qui est plutôt typique des virus à ARN. Dans une étude publiée en avril 2020, les chercheurs ont découvert que le nouveau coronavirus s'est muté en au moins 30 variations génétiques différentes. Si votre test RT-PCR est positif, cela identifie-t-il l'exposition au virus pandémique ou l'exposition à l'une des variations génétiques? On peut en dire autant des vaccins en cours de développement: à chaque mutation, le vaccin est-il plus susceptible d'être à risque et sans bénéfice lorsqu'il arrive sur le marché?

Ce que tu peux faire

À travers le pays, on dit à la police de ne pas appréhender les criminels, mais d'arrêter les parents sur les terrains de jeux, d'arrêter les surfeurs seuls sur les plages publiques, d'amende les ministres et les membres de la congrégation assis dans leur voiture en écoutant un service à la radio et de restreindre mouvement en créant des trottoirs à sens unique.

Les gens en ont assez. Ils commencent à voir l'énorme arnaque qui a été perpétrée dans le monde entier à propos d'une infection virale avec un taux de mortalité mondial de 1,4% (ce qui signifie que 1,4% des personnes infectées par le SRAS-CoV-2 ont une issue fatale, tandis que 98,6% récupérer). C'est beaucoup moins de décès qu'une saison grippale sévère.

Nous commençons déjà à voir la poussée pour reprendre notre pouvoir:

  • En Virginie, les gens se sont rendus en masse sur les plages , ignorant les distanciations sociales et les ordres du gouverneur de rester chez eux.
  • La ville du centre de la Californie, Atwater, s'est déclarée « ville sanctuaire », permettant aux propriétaires d'entreprises et aux églises d'ouvrir, défiant ouvertement le maintien à la maison du coronavirus démocrate du gouverneur de la Californie Gavin Newsom.
  • La vérité sur le port de masques commence à apparaître et les gens votent avec leurs pieds. Le neurochirurgien à la retraite, le Dr Russell Blaylock, avertit que non seulement les masques faciaux ne protègent pas les personnes en bonne santé de contracter une maladie, mais qu'ils créent de graves risques pour la santé du porteur.

Soit brave. Être audacieux. Il est temps que les Américains résistent à la tyrannie qui semble être sur nous.

Note de Tal : Ainsi, avec des tests abracadabrants on gâche la vie de milliers et de milliers de gens ! Cela ne vous rappelle rien ? Combien de gens ont été trouvés « séropositifs » du temps du sida et ont vue leur vie transformée en cauchemar par ce test ? On ne leur a pas dit que ce fameux test a 70 raisons d’être positif, le virus HIV n’étant qu’une de ces raisons !! Et, par dessus le marché, la preuve que c’était ce HIV  qui faisait baisser l’immunité n’a jamais pu être apportée ! Allez voir sur Youtube les interviews de Kary Mullis, Prix Nobel, qui démonte les théories sur le sida avec clarté et puissance !

Pour mémoire :

Sida et faux positifs, une nouvelle vie ?

Version imprimable

Que ceux à qui l'on a dit qu'ils étaient atteints par le terrible syndrome d'immunodéficience acquise ou qui ont été testé positifs à un test d'hypergammaglobulinémie reprennent espoir, ce n'est pas une condamnation à mort.

On vient de vous annoncer un diagnostic de sérologie positive aux tests ELISA, WESTERN BLOTT avec un grand renfort de PCR : Pas de panique!

Avant de tirer toute conclusion hâtive, voici une mesure d'anamnèse simple qu'il est possible d'entreprendre avec votre référent médical, si celui-ci fait encore preuve d'esprit de synthèse, de scepticisme et de pragmatisme intellectuel. Aviez-vous une ou plusieurs de ces conditions déclarées avant le test, parmi la liste suivante :

(Liste non exhaustive en date du 25 Janvier 2007)

Acidose lactique

Anémie

Anémie à cellule falciforme

Angiomatose bacillaire

Anticorps contre les antigènes des lymphocytes T

Anticorps antimembrane cellulaire

Anticorps anti-microsomes

Anticorps anti-nucléaires

Anticorps anti-lymphocyrtaires

Anticorps contre certains sucres

Anticorps naturels

Arthrite rhumatoïde

Anticorps contre le tissu musculaire lisse

Anticorps IgM contre l'hépatite A

Anticorps contre les cellules pariétales

Anticorps anti-collagène

Anticorps anti HLA

Anticorps anti-mitochondriaux

Autres rétrovirus

Cancers

Candidose pulmonaire, oesophagienne, oro-pharyngée, vaginale

Choc émotionnel récent

Cholangiopathie sclérosante

Cholangite sclérosante secondaire

Cirrhose alcoolique

Cirrhose biliaire primitive

Coccidioïdomycose extra-pulmonaire

Crytococcose et hystoplasmose cutanées

Cryptococcose pulmonaire

Déficience rénale

Dermite séborrhéique

Encéphalopathie

Epstein-Barr, le virus d', Mononucléose infectieuse

Eczéma

Fièvres

Fièvre-Q avec hépatite asociée

Folliculite à pityrosporum ovale

Gingivite

Hémodialyse

Hémophilie

Hépatite

Herpès

Histoplasmose hépatique

Homosexualité réceptive

Hyperbilirubinémie

Hypergammaglobulinémie

Hyperlipidémie

Hyperviscosité sanguine

IgM contre les globules blancs

Immunisation passive par gammaglobulines ou immunoglobulines

Infections des voies respiratoires supérieures (rhume ou grippe)

Infections virales diverses en cours

Infections ou vaccinations récentes

Insuffisance rénale

Insuffisance rénale avec hémodialyse

Leishmaniose viscérale

Lèpre

Leuco-encéphalite multifocale progressive

Leucoplasie chevelue de la langue

Lupus érythomateux systémique

Lymphadénopathie généralisée persistante

Lymphome

Lymphomes malins non hodgkiniens

Maladies autoimmunes

Maladie de Hodgkin

Maladie de Kaposi

Malaria

Malnutrition, carences multiples

Méningite à cryptocoques

Méningite lymphocytaire

Multiparité

Myélome multiple

Mycobactéries aviaires

Mycoses diverses

Myopathies

Neuropathie démyélisante, périphériques

Neutropénie

Pancréatite

Péliose hépatique

Polynévrite sensitive

Pneumocystose pulmonaire

Pneumonies bactériennes récidivantes

Pneumopathie interstitielle à cytomégalovirus

Prise de stupéfiants

Prurigo

Psoriasis

Purpura

Rétinite à CMV

Ribonucléoprotéines humaines normales

Salpingite

Sclérose en plaques

Septicémies récidivantes à salmonelles

Stress

Strongyloïdose

Syndrome de Guillain-Barré

Syndrome de Stevens-Johnson

Syphilis

Traitement à l'interféron de patients hémodialysés

Thrombopénie

Toxoplasmose pulmonaire, cérébrale

Transfusion sanguine

Transplantation d'organes

Tuberculose

Vaccination anti-grippale

Vaccination anti-hépatite B

Vaccination anti-tétanique

Végétations ano-génitales à papillomavirus

Verrues vulgaires ou à molluscum contagiosum

Xérose

Zona

Si oui, il est raisonnable de penser, avant tout "scénario catastrophe", que c'est bel et bien cette condition qui a provoqué un éventuel résultat "faux-positif" et non une prétendue infection à VIH. Prenez en compte la pathologie initiale, traitez-la avant d'envisager tout traitement à base de chimiothérapie (AZT, inhibiteurs de protéase, de transcriptase inverse, etc). C'est un principe de précaution sage qui s'est révélé salvateur dans de multiples cas.

Toutes ces affections médicales sont susceptibles d'expliquer le taux élevé d'anticorps que l'on vient de déceler chez vous. N'oubliez pas que les tests que l'on vient de vous faire subir démontrent uniquement un taux élevé d'anticorps. Ils ne démontrent pas l'hypothétique présence d'un virus tel que le “prétendu” VIH. En outre, les anticorps révélés par ces tests n'ont aucune spécificité qui puisse permettre de faire un diagnostic précis. Enfin, on n'est pas "malade" parce que l'on a des anticorps dans le sang! C'est normal et c'est même, le plus souvent, une fort bonne chose!

Si votre praticien de référence n'a pas pris le temps de lire la liste des conditions déclarées par les fabriquants de tests comme source de "faux-positifs", donnez la lui.

Premium non nocere

NB : anorexie, cachexie, vomissements, fatigue, fièvre, insomnie, maux de tête, nausées, perte de l'ouïe, perte de conscience, pertes de mémoire, problèmes visuels, hématomes, manque de souffle, sécheresse de la bouche, sudation excessive, toux, ulcères buccaux et bien d'autres encore ne sont pas des symptômes exclusifs d'une prétendue infection à VIH. Soyez vigilant ! Informez vous !

Youtube LETTRE OUVERTE à mon médecin Dr Réjean Thomas / par Bernard Lachance

la supercherie du sida bien montrée par un canadien, l'auteur du site sidacensure, un site remarquable!