Chers amis,

Voici des preuves solides de l’arnaque vaxxinale ! Lisez et faites suivre !

Une preuve IRREFUTABLE que le vaxx covid est une arnaque grave.

 

Un professeur canadien monte l’évidence : les vaccins ARN ont été autorisés en urgence, mais les vaccins distribués dans le monde entier sont contaminés par de l’ADN   qui ne peut que nuire à nos cellules !

https://twitter.com/Vidoc_Ronaco/status/1722885315432526092

Image du logo du site

L’Informateur

France : Révélation Choquante, des Quantités Massives d’ADN Découvertes dans les Injections Anti-Covid-19, un Scandale Sanitaire Dissimulé ?

 

Qactus


Révélation Choquante : Des Quantités Massives d’ADN Découvertes dans les Injections Anti-Covid-19, un Scandale Sanitaire Dissimulé ?

1 – Révélation Choquante : Des experts mettent en lumière la présence inexpliquée de centaines de milliards de brins d’ADN dans chaque dose des injections anti-Covid-19.

Ci-dessous Patrick Provost nous explique ici que les « vaccins ARN »validés en phase de tests n’ont rien à voir avec ceux délivrés à l’ensemble de la population. Ces derniers sont contaminés par de l’ADN plasmique avec des doses qui dépassent de plus de 500 fois les normes en vigueur. C’est donc bien une thérapie génique qui a été lancée, pouvant engendrer ainsi des effets indésirables, dont la stérilité et des cancers.

Cette découverte suscite une grande inquiétude, car l’ADN en question n’a aucune justification dans la composition prévue de ces vaccins. Les conséquences potentielles de l’administration massive de ces quantités importantes d’ADN demeurent inconnues, ajoutant un niveau de préoccupation supplémentaire.

Cette situation ne peut être attribuée à une simple contamination de lots, étant donné la quantité phénoménale d’ADN détectée. Il semble clairement s’agir d’une forme de thérapie génique, soulevant des questions fondamentales sur la nature des injections anti-Covid-19. Étonnamment, deux ans après l’introduction de ces produits controversés, il apparaît qu’aucune étude approfondie n’a été menée, et le contenu précis des injections demeure inconnu du corps médical.

Cette absence de transparence ne représente pas seulement une prise de risque, mais plutôt une situation où l’on navigue à l’aveugle, évoquant davantage un acte de « suicide » que de simple vaccination. En outre, le mutisme des médias face à ce scandale sanitaire majeur soulève des interrogations légitimes.

Depuis le début de la crise sanitaire liée à la Covid-19, l’ordre établi semble avoir perturbé les processus normaux, laissant la population dans l’ignorance quant aux véritables enjeux de ces vaccinations.


La pétition officielle en ligne par RebelNEWS : PARTAGEZ ET SIGNEZ LA PÉTITION. « La récente révélation selon laquelle Santé Canada a confirmé la présence d’au moins un plasmide jusqu’alors non divulgué, une séquence d’ADN résiduelle, dans les nouveaux flacons de vaccin à ARNm contre la COVID-19 de Pfizer est une découverte choquante. Les implications inconnues mais potentiellement considérables en matière de sécurité de cette découverte risquée devraient être le clou du cercueil : ces injections comportent non seulement de grands risques de sécurité à long terme et intergénérationnels, mais offrent également peu ou pas d’avantages. Il existe maintenant des preuves que les contaminants contenus dans les flacons de ces nouveaux produits PEUVENT et FONT effectivement interagir avec votre ADN. Comme l’explique un ancien examinateur de l’organisme de réglementation de Santé Canada, il n’existe aucune normalisation ou réglementation des nanoparticules lipidiques qui abritent l’ARNm, ce qui laisse plus de questions que de réponses sur ces nouvelles concoctions et sur ce qu’elles font réellement une fois injectées. »


2 – Révélation Choc : « Modification de l’ADN Humain et Omerta Gouvernementale »

Madame Henrion Caude avait lancé l’alerte : l’ADN humain a été altéré. Lorsqu’on accorde à certains le pouvoir de manipuler votre corps à leur guise, vous perdez toute valeur, vous n’êtes plus rien ! Des séquences du VIH ? Le porte-parole du gouvernement, Olivier Variant, peut rassurer en minimisant, arguant que c’est simplement de l’ADN de singe, minuscule et facile à dissimuler sous le tapis. Ou du moins, c’est ce qu’il expliquera.

Cependant, une lueur d’inquiétude persiste. De l’ARS au ministère, en passant par des lieux comme Rhône-Alpes, Paris, Metz, Grenoble, et des cercles influents, le mystère plane. Avec un soupçon d’ironie, l’auteur souligne la complexité des interactions politiques avec un clin d’œil humoristique à « mes sabots. »

Pour ceux qui cherchent à comprendre les arcanes du système au sommet de la France, l’article souligne la corrélation entre cette manipulation génétique présumée et la gestion de la crise de la COVID-19. Une allusion sombre aux « célébrités mortifères » et aux « tueurs à gages » suggère une conspiration plus profonde. L’article, bien que court, laisse planer le doute sur les enjeux de cette situation et les secrets cachés derrière les décisions gouvernementales.

Le Dr Phillip Buckhaults découvre de l’ADN plasmidique contaminé dans les vaccins Pfizer, ce qui pourrait provoquer une mort subite par arrêt cardiaque, cancer et problèmes auto-immuns.

Moderna ADMET que la contamination par l’ADN peut conduire au cancer

Une nouvelle étude examinée par des pairs a découvert des milliards de fragments d’ADN résiduels dans les flacons du vaccin à ARNm COVID-19. Autrement dit, les flacons sont contaminés par de l’ADN. Ces conclusions n’ont pas été divulguées au public.

De plus, Pfizer, dans sa documentation destinée aux organismes de réglementation, a omis des informations sur la présence de séquences SV40 dans son vaccin.

En tant que tels, les injections de COVID, contaminées par des fragments d’ADN, peuvent causer tout ce qui est associé à des dommages à l’ADN – les malformations congénitales et les cancers étant les plus notables.

Le Dr Jessica Rose donne la dernière mise à jour sur la contamination de l’ADN trouvée dans les vaccins à ARNm

« Cela nous concerne vraiment tous s’il s’agit réellement d’un problème global en termes de flacon, et cela commence certainement à ressembler à cela. »

The Epoch Times rapporte : Des milliards de copies d’ADN résiduel dans une dose unique de vaccin à ARNm contre la COVID-19 : préimpression – M. Zhang

Une nouvelle étude préliminaire soumise à un examen par les pairs révèle des milliards de fragments d’ADN résiduels dans les flacons du vaccin à ARNm COVID-19.

« Une nouvelle étude préliminaire soumise à un examen par les pairs révèle des milliards de fragments d’ADN résiduels dans les flacons du vaccin à ARNm COVID-19.

L’auteur principal de l’étude, le virologue moléculaire David Speicher, titulaire d’un doctorat en virologie, a déclaré à Epoch Times que son étude est « la plus grande étude » sur l’ADN résiduel dans les vaccins contre la COVID-19 à ce jour.
« Dans notre étude, nous avons mesuré les copies d’ADN des gènes Spike, Ori (origine de la réplication) et amplificateurs SV40 », a-t-il déclaré à Epoch Times. « Les charges d’amplificateur-promoteur SV40, d’ori et de pic de virus chez Pfizer s’élèvent jusqu’à 186 milliards de copies par dose. »

Le pic auquel il fait référence est la séquence d’ADN de la protéine de pointe du SRAS-CoV-2, qui peut être transcrite en ARNm de pointe pour être utilisée dans les vaccins à ARNm COVID-19 pour être traduite en protéine de pointe. Les deux autres ADN – les gènes activateurs SV40 et ori – contribuent à faciliter la réplication de l’ADN de pointe.

Cependant, les vaccins finaux à ARNm ne devraient inclure que des instructions d’ARN et non d’ADN résiduel pour la production de pointes.

Les chercheurs ont séquencé le matériel génétique dans 27 flacons de vaccin à ARNm provenant de 12 lots différents. Dix-neuf flacons provenaient de Moderna et huit de Pfizer.

Ce virologue qui ne croit plus aux virus

Yves RASIR

 

Suite à ma lettre de mercredi dernier, j’ai reçu deux réactions très contrastées.  La première me reprochait de mettre en doute l’existence des virus et de m’éloigner ainsi de la vérité scientifique. La deuxième regrettait que je tienne encore l’existence des virus comme plausible et que je m’éloigne ainsi de la vérité scientifique. Quand je reçois des critiques aussi diamétralement opposées, cela me met en joie car cela signifie que j’ai conservé une neutralité journalistique de bon aloi dans ce débat. Pour rappel en effet, Néosanté ne prend pas parti dans la querelle fratricide opposant les praticiens alternatifs qui prennent toujours la virologie au sérieux et ceux qui vont jusqu’à nier l’existence même des virus. À nos yeux, cette divergence de vue est secondaire car les uns et les autres peuvent se rejoindre pour innocenter les agents viraux dans la genèse des maladies. Qu’ils existent ou non, l’essentiel est de prendre conscience que cette catégorie de micro-organismes n’est pas plus hostile au genre humain que les champignons et les bactéries. Paix aux microbes et adieu à la théorie des germes qui est aveugle à l’importance capitale du terrain et nous enferme depuis un siècle et demi dans une vision erronément guerrière du vivant !

Lanka l’apostat

Il est vrai que notre revue a tendance à épouser les thèses de ceux qui reconnaissent la réalité des particules virales et leur faculté à se répliquer tout en contestant leur rôle causal dans les pertes de santé. Dans le dossier du sida, par exemple, nous avons plus d’une fois écrit que le rétrovirologue Peter Duesberg avait probablement raison de ne pas nier la réalité du HIV tout en réfutant sa culpabilité dans l’émergence de l’immunodéficience. Et récemment, dans notre numéro de juin, nous avons braqué les projecteurs sur les travaux d’un jeune chercheur américain soutenant que les virus existent bel et bien mais qu’ils ne sont ni contagieux ni pathogènes. Selon Jeff Green, on les retrouve effectivement dans les tissus et organes malades parce qu’ils ont pour mission de les désintoxiquer en dissolvant les polluants. Pour autant, nous ne fermons pas nos colonnes aux « hérétiques » qui vont jusqu’à comparer la virologie à une religion, dénoncent sa méthodologie frauduleuse et tournent ses protocoles en ridicule. Nous avons à plusieurs reprises mis en exergue les analyses iconoclastes d’un Andrew Kaufman, d’un Thomas Cowan ou d’un Stefan Lanka.  Ce dernier mérite d’autant plus d’être écouté qu’il est lui-même un renégat, un virologue apostat qui s’est distancié de sa discipline et qui passe désormais son temps à la dézinguer. En Allemagne, il a même gagné en appel un procès l’opposant à un autre scientifique sur la question de la rougeole. Le tribunal a conclu que l’implication d’un virus dans cette pathologie n’était pas strictement démontrée et a relaxé Lanka. L’ex-virologue repenti ne parle malheureusement pas français et ses textes traduits ou vidéos sous-titrées sont denrées rares sur la toile. Il en existe cependant et à la suite de mon dernier billet, un ami et fidèle abonné de Néosanté m’a opportunément transmis un lien menant à un exposé en deux parties de Stefan Lanka sur « la nouvelle biologie » Bouclage de notre mensuel de décembre oblige, je vous avoue que je n’ai pas encore eu le temps  de visionner ces deux heures de conférence. Mais en survolant le double enregistrement, j’ai trouvé que c’était passionnant et que ça vous permettrait de juger si ce trublion est un olibrius ou si son discours sceptique à l’égard des virus vaut la peine d’être entendu. Pour ma part, je suis en tout cas d’accord avec Lanka lorsqu’il déclare en introduction que le covid est une chance inouïe d’échapper au paradigme pasteurien et de réaliser que les germes ne sont pour rien dans l’émergence des maladies dites infectieuses. C’est le point de vue que je défends depuis bientôt quatre ans. 

Vive le révisionnisme !

Stefan Lanka est d’autant plus digne de crédit que sa « biologie nouvelle » n’est pas sans lien avec « la médecine nouvelle » du Dr Hamer. Beaucoup de gens l’ignorent, mais le génial médecin allemand a été « converti » à l’inexistence des virus par son compatriote microbiologiste. Je ne sais pas si les deux hommes se sont rencontrés physiquement, mais je sais que Hamer a changé d’opinion sur les virus après avoir pris connaissance des travaux de Lanka. Initialement, le premier ne nie pas l’existence des virus et il les intègre dans sa loi sur le « système ontogénétique des microbes », laquelle démontre lumineusement que les manœuvres microbiennes répondent à une logique embryologique. Alors que les bactéries et mycobactéries opèrent dans l’endoderme et le mésoderme (les couches embryonnaires les plus anciennes), les virus se cantonnent aux tissus ectodermiques puisque ceux-ci sont affectés par des conflits émotionnels de type relationnel. C’est merveilleusement cohérent sur le plan théorique et aisément vérifiable en pratique médicale. Pourquoi le Dr Hamer a-t-il changé d’avis ? Il coule de source que cette forte personnalité n’a pu qu’être impressionnée par l’argumentation de Lanka, marginalisé comme lui et traité en paria par la « communauté scientifique » qui le taxe volontiers de « révisionniste ». Comme si c’était une injure ! Le révisionnisme est au contraire consubstantiel à la démarche scientifique. Si la science progresse, c’est précisément parce que des esprits audacieux en révisent constamment les dogmes et les mettent à l’épreuve des faits en osant briser le consensus. Dans une de ses vidéos tournées à l’IHU pendant la pseudo-crise sanitaire, le Pr Didier Raoult s’est fâché tout rouge sur ce mythe du consensus : « Le consensus, c’est Pétain ! Si vous mettez dix scientifiques dans une pièce et que neuf sont d’accord entre eux, vous pouvez être sûr que seul le dixième est un authentique scientifique » a tonné en substance le druide marseillais. J’approuve totalement et je dirais même plus : l’histoire des sciences montre à suffisance que les grandes vérités révolutionnaires sont encore bien plus minoritaires que ça. Les précurseurs qui révolutionnent les connaissances dans leur domaine sont initialement très isolés et même persécutés par leurs pairs avant que leurs idées soient adoptées. À l’image de Ryke Geerd Hamer, Stefan Lanka pourrait bien faire partie de ces pionniers injustement calomniés  et auxquels la postérité devra rendre justice un jour.

La fiction du gain de fonction

Pour marginal qu’il soit, le virologue en rupture d’orthodoxie n’est cependant pas seul sur son île. La joyeuse bande de « Virus Mania » et la plupart des contributeurs à la série « The End Of Covid » sont sur la même longueur d’ondes que lui. La semaine dernière, je vous vantais notamment le fantastique travail du Dr Samantha Bailey, infatigable empêcheuse de « viropaniquer » en rond. Dans une de ses récentes vidéos, la doctoresse néo-zélandaise m’a fait grand plaisir puisqu’elle y a abordé le thème des virus manipulés par l’homme et prétendument échappés des laboratoires pour s’en aller déclencher des pandémies dévastatrices. Avec humour mais non sans rigueur, elle abonde dans mon sens et expose que la thèse du gain de fonction est un narratif « mainstream » dont les fondations sont à la fois suspectes et d’une extrême fragilité. À vrai dire, personne n’a jamais prouvé que les séquences génétiques appelées virus pouvaient être rendues dangereuses et contagieuses. Les résistants et complotistes qui croient à la réalité des armes biologiques sous oripeaux viraux se font balader par les mêmes médiamenteurs qui nous ont servi la soupe covidiste! À propos de Sam Bailey, je suis heureux de vous annoncer que son traducteur francophone bénévole a été identifié. Cocorico, il est Belge et lecteur de Néosanté Hebdo puisqu’il m’a contacté suite au dernier numéro. Il se fait appeler Amir et il diffuse toutes les vidéos traduites sur sa chaine Odysée ainsi que sur son canal Télegram. Non content de très bien traduire le Dr Bailey, Amir met actuellement la dernière main à une excellente  traduction du livre « The Contagion Myth » de Tom Cowan. On vous en reparlera, mais je vous laisse pour l’heure vous immerger dans l’univers ébouriffant de Stefan Lanka, ce virologue original qui ne croit plus du tout aux virus.

Crowdbunker « Pourquoi TOUS les virus proviennent des laboratoires ? » par le docteur Samantha Bailey

Toute la virologie n’est qu’une immense fraude ! Une mythologie destinée à générer la peur. Aucun virus n’a jamais été isolé dans la nature et les « bouillons de culture » fabriqués par les virologistes ne sont pas de vrais virus mais des mélanges de divers produits et séquences d’ordinateur que l’on a baptisés « virus » mais dont on n’a jamais pour prouver qu’ils étaient contagieux !

On pourrait dire à ce propos « Le roi est nu même si tous disent qu’il est habillé ! »

Voir aussi l’article 39 sur le site :

LE MYTHE DE LA CONTAGION

Pourquoi les virus ne sont pas la cause de nos maladies

Thomas S.COWAN

SI VOULEZ CONTINUER A CROIRE LA PROPAGANDE DES MEDIAS ET A VIVRE DANS LA PEUR DES VIRUS, NE LISEZ PAS CET ARTICLE DECAPANT qui apporte des informations bouleversantes sur la virologie et ses mythes.

UN LIVRE QUI REMET EN QUESTION LES DOGMES EN VIGUEUR !

Extraits choisis par Tal SCHALLER

LIVRE Déception: La grande dissimulation du Covid Format Kindle

de Rand Paul (Auteur)  Format : Édition Kindle

.EN ANGLAIS

Le sénateur Rand Paul s’en est pris à Anthony Fauci dès le début. Exerçant un pouvoir auparavant inimaginable, Fauci a induit le pays en erreur sur les origines de la pandémie de Covid et a mis fin à la dissidence scientifique.

L’un des rares dirigeants à avoir osé défier « le docteur américain » était le sénateur Rand Paul, lui-même médecin. La tromperie est son réquisitoire contre les échecs catastrophiques de la bureaucratie de la santé publique pendant la pandémie.

Le sénateur Paul présente les preuves suivantes 

  • Le virus Covid était probablement le produit d’une recherche sur le gain de fonction menée au laboratoire de Wuhan en Chine – recherche financée en partie par le gouvernement américain.
  • L’argent des contribuables destiné à cette recherche a été détourné vers Wuhan sans l’examen réglementaire requis.
  • Fauci et ses béni-oui-oui scientifiques connaissaient dès le premier jour l’origine du Covid et ont tenté de la dissimuler .
  • Fauci et ses alliés ont attaqué sans pitié tous ceux – y compris les scientifiques hautement qualifiés – qui menaçaient de révéler la vérité sur la pandémie.

Pourquoi? Des centaines de millions de dollars de subventions et de redevances non déclarées étaient en jeu, et des têtes tomberaient si la vérité éclatait.

Cela a presque fonctionné. Sur l’insistance de Fauci, le gouvernement a imposé aux Américains des confinements inutilement extrêmes, au prix d’une immense destruction personnelle et économique.

Le Covid-19 a été mortel, mais le véritable tueur a été la dissimulation, menée par le bureaucrate médical le plus endurant d’Amérique, un homme pour qui la vérité était trop souvent superflue.

Le sénateur Paul fait valoir avec force que financer une bio-ingénierie dangereuse dans un pays totalitaire est une folie. Si nous ne tenons pas compte de cet avertissement, la prochaine pandémie pourrait être bien pire.

Note de TAL : Non le covid n’a pas été mortel, mais le vaxxin si ! Dommage que le sénateur semble ignorer les méfaits du graphène et autres nanoparticules qui rendent les vaxxinés sensibles aux ondes de la 5G…Le vaxxin covid est une arme de destruction massive des peuples de la Terre.  

Gardasil ® : graves maladies et décès au bout de la seringue…

 

Ils mentent, ils trichent et ils rendent gravement malades et tuent des jeunes filles,

des jeunes femmes et des femmes…

 

L’édito politique de Libre Consentement Éclairé

Le Gardasil®, loin de protéger les femmes du cancer du col de l’utérus, en favoriserait-il l’apparition ?

2311

Le 18 novembre 2023

 

   Madame, monsieur, chère amie, cher ami,

 

  Dans un article de fond publié dans The Epoch Times, Yuhong Dong revient sur les maladies graves et les décès causés par le Gardasil ®– ce qui est parfaitement documenté – dont la propagande gouvernementale nous affirme pourtant qu’il protège les femmes du cancer de col de l’utérus (mais comment peut-on croire à de telles sornettes ?)…

   À ce sujet, des études publiées en Australie démontreraient que les cas de cancer du col de l’utérus exploseraient chez les jeunes femmes injectées au Gardasil ®, qui, donc, loin de protéger les femmes de ce cancer, en favoriserait l’apparition (nous reviendrons sur cette question dans un prochain article).

Yuhong Dong

Yuhong Dong a été 4 fois lauréate du prix Novartis (laboratoire pharmaceutiques suisse).

Diplômée de l’université de Bejing, Yuhong Dong est docteur en médecine et expert en maladies infectieuses

 

   La mystérieuse maladie qui frappa les moutons dans les Pyrénées

 

   Dans la première partie de son article, Yuhong Dong aborde la question de la fièvre catarrhale qui frappa, en 2006, des troupeaux de moutons dans les Pyrénées avant de se répandre dans toute l’Europe.

 

   Elle nous précise que la fièvre catarrhale serait causée par le « virus de la fièvre catarrhale (BTV) », et qu’elle concernerait « les ruminants, principalement les moutons » chez qui elle provoquerait de la fièvre, des hémorragies, de la dépression, des œdèmes et une désoxygénation du sang (cyanose).

 

   « Les fabricants avaient ajouté un nouvel ingrédient : de l’aluminium… »

 

   En réaction à cette épidémie de fièvre catarrhale apparue dans les Pyrénées et qui frappait les moutons, une campagne européenne de « va xi nation » obligatoire des moutons fut entreprise dans toute l’UE entre 2007 et 2010.

 

   Pour cela, il fut utilisé des vaccins vétérinaires (comme le Zulvac BTV ®) dans lesquels, pour la première fois, les fabricants avaient ajouté un nouvel ingrédient : de l’aluminium, « – à raison de 2,08 milligrammes par millilitre ».

 

   Des maladies jamais observées jusqu’alors…

 

   Si l’épidémie sembla disparaître (rien ne nous dit qu’elle n’aurait pas disparu sans la campagne de « va xi nation » obligatoire), dans le même temps, ce serait en France, en Allemagne, en Suisse, au Royaume-Uni et en Espagne que furent observés pour la première fois des signes pathologiques (faiblesses et atteintes neurologiques diverses) chez les moutons injectés avec des « va x ins » dans lesquels les fabricants ont ajouté de l’aluminium.

 

   La particularité de ces signes pathologiques, c’est qu’aucune maladie connue chez le mouton ne pouvait les expliquer !

 

   L’homme aurait domestiqué le mouton il y a entre 7 000 et 10 000 ans, et sur cette longue période, jamais il n’a été observé les signes pathologiques qui ont été observés entre 2007 et 2010 après que les moutons européens furent injectés avec des « va x ins » dans lesquels les fabricants ont ajouté de l’aluminium. 

   À ce stade de la lecture, ne devons-nous pas nous dire : « Bon, donc l’aluminium serait responsable de l’apparition de signes pathologiques graves chez les moutons « va xi nés » avec des produits dans lesquels les fabricants ont ajouté de l’aluminium (on se demande d’ailleurs pourquoi ?).

   Aucune maladie connue qui frappe les moutons depuis 7 000 ou 10 000 ans ne permet d’expliquer l’apparition de ces signes pathologiques.

   Il est donc hors de question que je permette que l’on m’injecte dans le corps ou que l’on injecte dans le corps de mes enfants des produits contenant de l’aluminium » ?

 

   Quoi qu’il en coûte socialement ?

 

   À suivre…

 

   Pierre Lefevre

https://twitter.com/Vidoc_Ronaco/status/1722885315432526092

Israël a menti au sujet du 7 octobre

par Indrajit Samarajiva

Les affirmations d’Israël concernant le 7 octobre sont des mensonges. Tous les bébés décapités, les viols, les tortures et même les civils pris pour cible sont des mensonges. Ce sont les mêmes

mensonges que ceux utilisés pour réprimer les rébellions d’esclaves et lesmassacrer. Israël a menti pour créer une propaganded’atrocités, et le monde occidental l’a allègrement diffusée. Ensemble, ils ont fait tout ce dont ils accusent le Hamas, et même pire. Chaque accusation est en réalité un aveu.

Ce qui est amusant, c’est que les Israéliens publient la vérité – dans les médiashébraïques et les statistiques gouvernementales. Ce n’est qu’une fois que les médias occidentaux ont publié les titres génocidaires que cela n’a plus d’importance. Le génocide a déjà été déclenché. La vérité éclate au grand jour et figurera dans les livres d’histoire, mais Israël s’en moque. Ils prennent la terre et tuent les gens maintenant, ce qui a toujours été le but de la colonisation.

Le fait est que le déluge d’Al Aqsa perpétré par le Hamas et consorts était une attaque légitime contre une armée d’occupation. Tout le monde est censé les condamner scrupuleusement, mais pour quelle raison ? S’évader d’un camp de concentration et frapper les gardes ? Loin de viser des civils, le

déluge d’Al Aqsa a frappé des cibles militaires. Un grand nombre de civils tués l’ont été en fait par

Israël, dans sa réaction sauvage et incompétente.

Pour dissimuler son incompétence en matière de violence, Israël a diffusé des mensonges éhontés tels que «bébés décapités» et «esclaves violées» à l’intention du public occidental, qui a été conditionné depuis longtemps à haïr les musulmans comme il haïssait les Amérindiens et tous ceux qu’il génocidait auparavant. Mais si l’on consulte la presse israélienne et les rapports du

gouvernement, on s’aperçoit qu’ il y a des fuites de vérité. Un grand nombre des personnes tuées lors du déluge d’Al Aqsa étaient des militaires, et un grand nombre de civils ont été tués par l’armée israélienne elle-même. Je peux donc m’appuyer presque exclusivement sur des sources israéliennes. Ils ne se soucient pas vraiment de ce que vous savez, ils se soucient des faits sur le terrain. Le génocide a déjà été déclenché et ils étendent déjà leur colonisation de la Palestine, ce qui était le but recherché depuis le début.

NOUS SOMMES VICTIMES DE LA PEUR

PREPAREFORCHANGE

Nous sommes nourris d’une série de fictions soigneusement conçues qui ne ressemblent en rien à la réalité.

Malgré le fait que nous avons 17 600 fois plus de risques de mourir d’une maladie cardiaque que d’une attaque terroriste ; 11 000 fois plus de risques de mourir d’un accident d’avion que d’un complot terroriste impliquant un avion ; Nous avons 1 048 fois plus de risques de mourir dans un accident de voiture que dans une attaque terroriste, et  8 fois plus de risques d’être tués par un policier que par un terroriste  . Nous avons confié le contrôle de nos vies à des responsables gouvernementaux qui nous traitent comme un moyen de nous protéger. une fin – la source de l’argent et du pouvoir.

Nous avons adhéré à l’illusion et refusé de saisir la vérité.

Depuis notre naissance jusqu’à notre mort, nous sommes endoctrinés à croire que ceux qui nous gouvernent le font pour notre propre bien. La vérité est bien différente.

Les pouvoirs en place veulent que nous nous sentions menacés par des forces échappant à notre contrôle (terroristes, pandémies, fusillades de masse, etc.).

Ils veulent que nous ayons peur et que nous dépendions du gouvernement et de ses armées militarisées pour notre sécurité et notre bien-être.

Ils veulent que nous soyons méfiants les uns envers les autres, divisés par nos préjugés et à couteaux tirés les uns avec les autres.

Nous ne sommes guère plus que des ressources consomptibles dont on peut se servir, abuser et se débarrasser.

En fait, une étude menée par Princeton et l’Université Northwestern a conclu que le  gouvernement américain ne représente pas la majorité des citoyens américains . Au lieu de cela, l’étude révèle que le gouvernement est dirigé par les riches et les puissants, ou ce qu’on appelle « l’élite économique ». De plus, les chercheurs ont conclu que les politiques adoptées par cette élite gouvernementale favorisent presque toujours des intérêts particuliers et des groupes de pression.

En d’autres termes, nous sommes  gouvernés par une oligarchie  déguisée en démocratie, et sans doute en route vers le fascisme – une forme de gouvernement où les intérêts des entreprises privées règnent, où l’argent mène la barque et où le peuple est considéré comme de simples sujets à contrôler. .

De toute évidence, nous sommes désormais gouvernés par une élite oligarchique dont les intérêts sont gouvernementaux et corporatifs.

De cette manière, il ne s’agit pas d’une démocratie ou d’une forme de gouvernement républicain, comme c’est le cas pour lequel le gouvernement américain a été créé. Il s’agit d’une forme de gouvernement imposée d’en haut et dont l’histoire est terrifiante, caractérisée par les développements survenus dans les régimes totalitaires du passé : des États policiers où tout le monde est surveillé et espionné, arrêté pour des infractions mineures par des agents gouvernementaux, placé sous surveillance. contrôle de la police et placés dans des camps de détention (c’est-à-dire des camps de concentration).

Pour que le dernier marteau du fascisme tombe, il faudra l’ingrédient le plus crucial : la majorité du peuple devra convenir que c’est non seulement opportun mais nécessaire.

Mais pourquoi un peuple accepterait-il un régime aussi oppressif ?

La réponse est la même à chaque époque : la peur.

La peur rend les gens stupides .

La peur est la méthode la plus souvent utilisée par les politiciens pour accroître le pouvoir du gouvernement. Et comme le reconnaissent la plupart des commentateurs sociaux, une atmosphère de peur imprègne l’Amérique moderne : peur du terrorisme, peur de la police, peur de nos voisins, etc.

S’ils vivent (les tyrans, les oppresseurs, les envahisseurs, les suzerains), c’est uniquement parce que « nous, le peuple », dormons.

Selon une étude italienne, 30% des vaccinés Covid ont eu des troubles neurologiques

www.covidhub.ch/vaccin-covid-avalanche-troubles-neurologiques/

extraits

Tremblements, crampes, insomnies, somnolence, maux de tête, dédoublement de la vision, acouphènes. Les renseignements obtenus auprès de vingt mille adultes vaccinés détonnent par rapport à l’information officielle.

Une avalanche d’effets indésirables

Les autorités sanitaires de nombreux pays recommandent une nouvelle vaccination contre le Covid, une maladie aujourd’hui bénigne grâce à l’immunité acquise. Or, selon une nouvelle étude italienne baptisée NEURO-COVAX, les vaccins Covid déclenchent des complications neurologiques chez quasiment un tiers des vaccinés : tremblements, spasmes musculaires, somnolence, paresthésie (engourdissement et fourmillements), vertiges, maux de tête, insomnie, acouphènes, dédoublement de la vision, etc.

On est très loin de la “simple douleur au point d’injection” officiellement annoncée comme seul effet indésirable possible en 2021. On se souvient qu’à l’époque, toute autre information était taxée de “complotiste”, même émanant de médecins et scientifiques réputés qui tentaient d’alerter l’opinion publique.

Et les décès ?

Les auteurs indiquent qu’entre mars et août 2021, aucun des participants ayant reçu deux doses n’a été hospitalisé et/ou n’est décédé en raison de complications graves dues au vaccin. Cette “réussite” est-elle imputable au déni médical ambiant face à un vaccin présenté comme “sûr et efficace”? Faire reconnaître un vaccin Covid comme cause de décès est encore aujourd’hui un véritable parcours du combattant dans de nombreux pays. Ainsi la Suisse, fidèle à sa longue tradition de discrétion, n’a encore reconnu aucun décès lié à une vaccination Covid, alors que tous les pays limitrophes ont fait le pas.

D’autre part – sans explication donnée – les hospitalisations et les décès après une seule dose n’ont pas été enregistrés par les chercheurs de NEURO-COVAX.

Les personnes “à risque” pour le Covid le sont aussi pour le vaccin

Parmi les vaccinés de l’étude ayant subi des troubles neurologiques, 40 % présentaient des comorbidités dans leurs antécédents cliniques.

Ceci indique que le vaccin est plus dangereux pour les personnes dites à risque que pour les personnes en bonne santé et parle en défaveur d’une vaccination des “plus fragiles”.

Derrière les chiffres, des destins brisés

Hors étude, il est avéré que même si la plupart des troubles neurologiques liés au vaccin sont éphémères, certains sont graves et impactent encore aujourd’hui des centaines de milliers de personnes à travers le monde.

À noter que si l’on ajoute les victimes de tous les autres types d’effets indésirables recensés, les vaccins Covid obtiennent le pire score historique de toute l’histoire de la pharmacovigilance.

Profil de vulnérabilité

L’objectif premier de l’étude italienne NEURO-COVAX était de déterminer le profil des patients les plus susceptibles de subir des effets indésirables lors d’une vaccination Covid, pour améliorer les futures lignes directrices en matière de vaccination.

Un questionnaire a été envoyé à plus de vingt mille adultes vaccinés de 18 ans et plus ayant reçu deux doses de vaccin dans le centre de vaccination de Novegro (Milan, Lombardie) entre le 7 et le 16 juillet 2021. Chaque participant a pu saisir les éventuels événements neurologiques, leur début et leur durée.

Les complications neurologiques graves (syndrome de Guillain-Barré, paralysie de Bell, myélite transverse, encéphalite) et l’incidence des hospitalisations et/ou le taux de mortalité après deux doses de vaccins ont également été analysées en parallèle à partir des données hospitalières disponibles.

Toutes ces données ont permis d’identifier un “profil de vulnérabilité” pour savoir qui est “à risque” avec un vaccin Covid.

NEURO-COVAX, en anglais

Vaccin Covid: plus de morts que tous les vaccins depuis 1988

16 mai 2022

CROWDBUNKER / Crime contre l’humanité vaccinal : notre ultimatum à la caste politique

 

Eric Montana, Astrid STUCKELBERG  et l’équipe de tvadp

informent les parlementaires pour qu’ils sachent ce qui se passe ;

signalez vous à interpellation.responsabilité.com

OMS LA FIN DES DROITS DE L’HOMME


LE SCANDALE DES ESSAIS CLINIQUES

(scandale du siècle !)

Aaltlteranti ve d

Alternative santé

Cher lecteur,

 

Ce rapport publié il y a quelques mois aurait dû être un scandale planétaire.

 

Il aurait dû marquer un avant et un après dans la médecine.

 

Car ce sont les fondements même de la science qui ont été attaqués.

 

C’était le 9 juin 2022… Et plus d’un mois après, toujours rien.

 

Silence absolu.

 

Pour faire court, le rapport dont je vous parle vient de 4 scientifiques Irlandais qui ont décidé de mener une enquête sur le sérieux des essais cliniques.1

 

Leur but ? 

 

Déterminer si oui ou non, les résultats de ces essais pouvaient être biaisés à cause d’un manque de rigueur scientifique.

 

(Pour rappel, les essais cliniques sont ce qui permet de valider ou non le développement de n’importe quel traitement… c’est une étape cruciale !)

 

Ils ont donc mené l’enquête sur 1659 essais réalisés dans 84 pays entre 2020 et 2021…

 

Certains de ces essais étaient 

 

ET POURTANT… accrochez-vous bien…

 

Sur les 1659 essais, 1640 (!!!!) d’entre eux présentaient des risques de résultats fortement biaisés ou incertains !

 

Quand j’ai lu ces chiffres, je me suis dit mais….

 

“Est ce qu’on n’est pas en train de marcher sur la tête ?!!!”

 

Déjà en 2017, vous aviez vu ce que la chaîne de télévision anglaise la BBC dévoilait ?

 

Elle dévoilait que 2 TIERS des études scientifiques n’étaient pas reproductibles !

 

2 TIERS.

 

Comment peut-on valider des recherches alors qu’on est incapable de reproduire les résultats deux fois ?

 

C’était déjà de la folie, mais ils ont réussi à s’en tirer en donnant des explications floues, comme toujours…

 

Mais maintenant…

 

Maintenant qu’on a la preuve sous les yeux que ce problème vient d’essais totalement biaisés, pourquoi continue-t-on de suivre aveuglément cette médecine qui n’a pour les DEUX TIERS absolument RIEN de scientifique ?

 

Je vous le dis, j’ai les mains qui tremblent en écrivant ces lignes. De peur, de rage ou de tristesse, je ne sais pas. Sûrement les trois.

 

Mais maintenant ça suffit.

 

Il faut qu’on arrête de les laisser nous empoisonner.

Au-delà des Polémiques : La Véritable Histoire de Thierry Casasnovas

Qui est réellement Thierry Casasnovas, cible de toutes les critiques ? Cet article révèle l’homme derrière les controverses, par le regard d’un proche.

Quartier libre TV

Extraits

Quartier Libre TV

EXTRAITS

 

 VVVV

Depuis plus d’une décennie, Thierry Casasnovas s’est engagé dans une quête personnelle pour comprendre sa propre santé, un parcours qu’il a généreusement partagé avec le public. En tant qu’être humain, il a connu des erreurs mais aussi de nombreuses réussites. Ce que j’admire chez Thierry, c’est sa capacité à reconnaître ses erreurs, prouvant que l’apprentissage est un processus continu.

Le travail de Thierry a illuminé la vie de centaines de milliers de personnes, leur offrant des réponses à des questions qu’ils ne s’étaient peut-être même jamais posées. Dans notre société, la santé est souvent reléguée à un rôle passif, confiée à des experts qui se concentrent davantage sur les symptômes que sur les causes. Thierry a mis en lumière cette lacune, soulignant notre dépendance excessive à un système totalement désintéressé par les racines de nos problèmes de santé.

Notre corps, à l’image de la nature, est conçu avec une perfection que nous peinons à comprendre pleinement. Est-il logique de penser que, contrairement au reste de la nature, nous sommes intrinsèquement conçus pour être constamment malades ? Bien-sûr que NON. Thierry suggère que c’est notre éloignement des principes naturels de santé et de bien-être qui nous a conduits sur ce chemin éloigné de notre état naturel optimal.

En considérant la manière dont nos systèmes de santé fonctionnent aujourd’hui, il est évident que les influences du secteur privé et du capitalisme ont entraîné des dérives notables. Dans ce contexte, la santé semble souvent reléguée au second plan, supplantée par la poursuite du profit. Cette réalité, où un patient guéri est devenu un “client perdu”, soulève des questions éthiques profondes sur nos priorités en tant que société.

La santé défaillante de nombreuses personnes est en grande partie le résultat de modes de vie inadaptés, touchant autant le physique que l’émotionnel. Notre société, axée sur la consommation et le rendement, contribue à un déséquilibre qui se reflète dans notre état de santé général. Le système actuel est davantage orienté vers le maintien de cet état de maladie, favorisant ainsi les profits continus des industries pharmaceutiques, plutôt que vers la promotion d’un réel bien-être.

Observant cette tendance, je ne peux m’empêcher de penser que “suivre l’argent” est une manière efficace de comprendre les motivations réelles derrière certaines politiques de santé. (et cela vaut dans tous les domaines). Ce principe nous aide à identifier les conflits d’intérêts et à questionner les pratiques en vigueur dans le secteur de la santé. Il devient clair que pour induire un changement significatif dans notre approche de la santé, il est impératif de repenser les structures qui la régissent.

Les profits exponentiels des grands groupes pharmaceutiques, en contraste avec la dégradation de l’état de santé général, témoignent d’un déséquilibre flagrant. Cette situation appelle à une réévaluation critique de nos systèmes de santé, en mettant l’accent sur le bien-être humain plutôt que sur les bénéfices financiers. En fin de compte, la santé devrait être une priorité absolue, guidée par le souci du bien-être des individus, et non par les intérêts financiers des entreprises.

Ce que Thierry a accompli au cours de ces dernières années va bien au-delà de la simple diffusion d’informations ; il a véritablement suscité un mouvement. En partageant ses découvertes et ses réflexions, il a encouragé un nombre incalculable de personnes à s’intéresser de plus près à leur santé, à leur corps, et surtout à leurs émotions. L’approche de Thierry a guidé ces individus vers une plus grande autonomie en matière de santé, les amenant à questionner et, dans certains cas, à s’éloigner des sentiers battus du système médical conventionnel. C’est là un aspect que j’estime particulièrement : l’invitation à penser par soi-même, sans toutefois rejeter en bloc la médecine traditionnelle. Thierry n’a jamais suggéré d’arrêter les traitements ou de ne plus consulter de médecin. Son objectif était de partager des connaissances, permettant à chacun de faire ses propres choix éclairés.

Dans cette situation, Thierry a plus que jamais besoin de notre soutien. Que l’on adhère ou non à ses idées, il est crucial de défendre la liberté d’expression et la diversité des approches en matière de santé. Il est essentiel de protéger le secteur de la santé naturelle contre les tentatives de dénigrement et de discréditation.

Je vous remercie de m’avoir lu. En partageant ces pensées, j’espère avoir éclairé certains aspects méconnus de la vie et du travail de Thierry Casasnovas. Il est important de rester ouvert à différentes perspectives et de défendre le droit de chacun à choisir sa voie en matière de santé et de bien-être.

Belle journée à vous,

Johann Fakra

Crowdbunker Par quoi remplacer les médicaments chimiques qui ne peuvent plus rien rapporter 

 

L’industrie pharmaceutique, voyant que le public croit de moins en moins aux médicaments chimiques et aux vaccins, cherche à les remplacer par les produits du « génie génétique » qui sont censés modifier notre ADN. Tour de passe passe qui va empoisonner nos cellules encore plus profondément qu’avec la chimie !

François invite ses prostitués travestis à déjeuner

https://gloria.tv/post/fL8Af9PNX2fB3GuH6FfhYB72P

RENVERSONS la table et CHANGEONS la vie de tous les Français

  

Alliance du Peuple <alliancedupeuple@gmail.com>

 https://mail.google.com/mail/u/0/images/cleardot.gif

https://youtube.com/watch?v=YTgAthreFsc&feature=shared

Participez à l’assemblée citoyenne qui se met en place dans votre commune pour reprendre votre rôle de citoyen(ne) et pour devenir un réel contre-pouvoir contre ce système que nous ne voulons plus.

C’est simple, adhérez à :

www.alliance-du-peuple.eu

Appelez-nous si vous souhaitez avoir des informations.

NORD

Eric Lemaire 

+33613031667

SUD

Georges Tralongo 0607056546

CENTRE

Tony Cursio 

0665717788

EST/OUEST

Bernard Claudel 

06 82 83 00 92 

Redonnons la souveraineté au Peuple par la mise en place d’un gouvernement au service du peuple et plus un peuple aux ordres du gouvernement en remplaçant la représentativité actuelle par la mise en place d’assemblées citoyennes dans toutes les communes françaises qui siègeront dans les mairies  comme la commune de Paris, de  Poitiers etc… !

IMPORTANT

Êtes vous prêts à participer à  la création  de votre assemblée citoyenne dans votre commune avec Reconstruisons la France ?

Si le maire en place n’accepte pas de soutenir nos projets, nous créerons une liste contre lui pour reprendre votre mairie en 2026.

NOUS SOMMES 

SÛRS  que nous renverserons ce système !

Quel risque vous prenez de venir soutenir  ce projet ?

AUCUN, et arrêtez de penser que nous n’y arriverons pas !

Montez dans le TGV Reconstruisons la France et  allons ensemble  à la rencontre des Français pour renverser pacifiquement ce système pour l’avenir de nos enfants.

Aucun parti politique, aucune femme ou aucun homme existant  ne changera votre vie.

C’est vous seul avec les habitants de votre commune qui avaient toutes les chances de renverser la table.

Soutenez la mise en place de la cotisation sociale de solidarité de 2% sur les transactions financières !

Soutenez la création de chalets sur les terrains agricoles pour loger nos jeunes et nos anciens qui vivent dans des ehpads déshumanisés, pour 350 euros par mois. 

Soutenez la rémunération et une retraite pour les femmes qui souhaitent élever leurs enfants à la maison. 

Soutenez la mise en place des circuits courts et des coopératives.

Soutenez le RIC localement et nationalement. 

Chaque mardi soir à  partir de 20h nous en parlons dans l’émission La Parole au Peuple 

sur :

www.tvadp.fr

17 pays vont étudier notre modèle.

Le gouvernement américain confirme une augmentation de 143 233 % des cas de cancer mortels dus à la vaccination contre le COVID

Le cancer apparaît lorsque des modifications génétiques interfèrent avec la réplication et le remplacement normaux des cellules du corps. Les cellules commencent à se développer de manière incontrôlée et peuvent former une tumeur. C’est la deuxième cause de décès aux États-Unis.

Malheureusement, il semble que la maladie soit en augmentation grâce aux injections expérimentales de Covid-19. Parce que les données officielles du gouvernement américain confirment que le risque de développer un cancer après la vaccination contre le Covid-19 augmente d’un chiffre choquant de 143,233 %. 

SUITE SUR PREPAREFORCHANGE OU https://expose-news.com

 

Nouvelle étude : deux tasses de lait par jour peuvent augmenter le risque de cancer du sein jusqu’à 80 %

healthsecret.com/new-study-two-cups-of-milk-a-day-can-increase-breast-cancer-risk-by-up-to-80/

Tu te souviens combien de fois maman t’a dit de finir ton lait ?

 

C’est parce que nous pensions (et on nous l’a dit) que le lait était une boisson saine et entièrement américaine, aussi « saine » que la tarte aux pommes.

 

Et s’il est vrai que le calcium est essentiel pour nos os, le lait de vache n’est pas vraiment la meilleure source… et certains se demandent s’il s’agit réellement d’une source véritablement « saine ».

 

Des scientifiques de la prestigieuse université de Loma Linda, en Californie, ont étudié 53 000 femmes nord-américaines en bonne santé et sans cancer sur une période de huit ans.

 

Et ils viennent de publier leurs étonnantes découvertes : les femmes qui boivent deux tasses ou plus de lait par jour augmentent leur risque de cancer du sein jusqu’à 80 % !

 

En fait, selon cette étude, consommer même une petite quantité de lait augmente considérablement votre risque de cancer du sein !

 

Leurs résultats ont montré :

 

Une tasse de lait = 50 % de risque accru

 

1/4 à 1/3 de tasse = 30 % de risque accru

 

Comment le lait peut-il être si nocif ?

 

À cause des hormones synthétiques administrées aux vaches pour augmenter la production de lait et les profits de l’industrie laitière, qui pèse plusieurs milliards de dollars.

 

Selon l’auteur principal de l’étude, le Dr Gary Fraser, professeur de cardiologie et de nutrition à l’Université de Loma Linda :

 

« Les raisons possibles de ces associations entre le cancer du sein et le lait de vache pourraient être la teneur en hormones sexuelles du lait de vache , car les vaches sont bien sûr en lactation et, souvent, environ 75 % du troupeau laitier est gestant. Le cancer du sein chez la femme est un cancer hormono-sensible.

 

« De plus, la consommation de produits laitiers et d’autres protéines animales est également associée à des taux sanguins plus élevés d’une hormone, le facteur de croissance analogue à l’insuline-1 (IGF-1), dont on pense qu’elle favorise certains cancers. »

 

Même l’American Cancer Society met en garde :

 

« L’hormone de croissance bovine recombinante (rBGH) est une hormone synthétique commercialisée auprès des producteurs laitiers pour augmenter la production de lait des vaches. Il est utilisé aux États-Unis depuis son approbation par la Food and Drug Administration (FDA) en 1993, mais son utilisation n’est pas autorisée dans l’Union européenne, au Canada et dans certains autres pays. 

 

« L’ hormone rBGH stimule la production de lait de vache en augmentant les niveaux d’une autre hormone connue sous le nom de facteur de croissance analogue à l’insuline 1 (IGF-1).

 

Mais ce n’est pas tout

 

« Les vaches traitées avec la rBGH ont tendance à développer davantage d’infections du pis. Ces vaches reçoivent plus d’antibiotiques que les vaches n’ayant pas reçu de rBGH. »

 

C’est évident : en buvant du lait de vache, vous augmentez votre exposition à des produits chimiques, des hormones et des antibiotiques dangereux.

 

Crowdbunker : [INTERVIEW] Pr. Michel CHOSSUDOVSKY: « Enjeux et conséquences des guerres contre la Palestine » (n° 1)https://seedeu4885.gloria.tv/1z94gyaCTBei3D8MsGrYwjE6j/u1uh2q8ayqanyfbox8y9f522sgngyn5xm8h0gg1.webp?secure=-uNLz4HSQeLGdDyIXrMm_Q&expires=1700875828&webp=on 

Une remarquable explication de ce qui se passe vraiment : comment les USA soutiennent des groupes « terroristes » pour servir leurs intérêts. Le  7 octobre était une opération « faux drapeau » pour justifier le génocide palestinien et mener une guerre à l’échelle du Moyen Orient.

 20.11 :Et voilà le plan se confirme ! Le Parisien ce soir : « La ministre israélienne du Renseignement, Gila Gamliel, a appelé dimanche la communauté internationale à « promouvoir la réinstallation volontaire » des Palestiniens hors de la bande de Gaza ».  « volontaire » on a bien lu !

Crowdbunker : Israel, un pays raciste et suprémaciste !

Impressionnant !!!

ET AUSSI

ODYSEE : bande de Gaza, les autre motivations  d’Israel

Les réserves de gaz et de pétrole au large de GAZA permettent de mieux comprendre c e qui sous tend cette guerre !

Qu’est-ce qu’une respiration normale, et quelles sont les causes d’une respiration dysfonctionnelle ? (rappel sur la méthode BUTEYKO)

R.REMONDIER

Un volume respiratoire normal correspond à environ quatre à six litres d’air par minute au repos, ce qui équivaut à 10 à 12 respirations par minute.

Mais au lieu de se concentrer sur le nombre de respirations, BUTEYKO enseigne comment respirer doucement et calmement, et aime à répéter « pour bien respirer, respirez léger ».

Le volume respiratoire des personnes souffrant d’asthme, par contre, tend à être d’environ 13 à 15 litres par minute, et celui des personnes souffrant d’apnée du sommeil, de 10 à 15 litres par minute.

En résumé, les personnes asthmatiques et celles atteintes d’apnée du sommeil respirent beaucoup trop – jusqu’à trois fois plus que la normale – et cette respiration dysfonctionnelle fait partie du profil de leur maladie.

Quelles sont donc, pour commencer, les causes d’une telle respiration dysfonctionnelle ? D’après Buteyko, la plupart des respirations dysfonctionnelles sont dues à des facteurs liés au mode de vie moderne. Voici certains de ces facteurs : Les aliments transformés (responsables de la formation d’acide)  La suralimentation Le fait de trop parler Le stress La croyance selon laquelle il est sain de prendre de longues et profondes respirations  Le manque d’exercice L’asthme Les prédispositions génétiques ou les habitudes familiales  Les températures élevées dans les habitations et lieux fermés

Respirer pour soulager le stress

Parmi ces facteurs, le stress joue un rôle très important, ne serait-ce que parce que, à notre époque, la plupart d’entre nous y sommes très souvent soumis.

Malheureusement, le conseil traditionnel, indiquant de « respirer profondément » pour soulager les tensions, ne fait qu’empirer la situation. D’après Buteyko, l’une des façons les plus efficaces de gérer le stress est de ralentir votre respiration.

Le stress vous fait respirer plus vite et favorise les soupirs ; pour contrer ou soulager le stress, vous devez donc faire l’inverse – respirer plus lentement, plus doucement, et de façon plus régulière. Idéalement, votre respiration devrait être si légère, douce et paisible, « que les poils fins de vos narines devraient rester immobiles. »

Il est très important de veiller à respirer par le nez, et non par la bouche. D’après feu le Dr. Maurice Cottle, qui a fondé l’American Rhinologic Society en 1954, votre nez remplit au moins 30 fonctions, toutes importantes, et qui complètent les rôles joués par les poumons, le cœur et d’autres organes.

Les bienfaits de la respiration nasale sont en partie liés au fait que votre nez contient de l’oxyde nitrique, un gaz bénéfique dont une petite quantité est acheminée dans vos poumons lorsque vous respirez doucement et lentement par le nez.

L’oxyde nitrique aide non seulement à maintenir l’homéostasie, c’est-à-dire l’équilibre dans votre organisme, mais il aide également à ouvrir vos voies respiratoires (bronchodilatation), vos vaisseaux sanguins (vasodilatation), et possède des propriétés antibactériennes qui aident à neutraliser les germes et les bactéries.

La respiration nasale contribue également à normaliser votre volume respiratoire. Ceci est important car lorsque vous hyperventilez de façon chronique, le volume respiratoire trop important qui arrive à vos poumons peut provoquer une perturbation des gaz du sang, notamment la perte de dioxyde de carbone (CO2).

Comment votre organisme régule la respiration

Votre respiration est principalement régulée par des récepteurs du cerveau qui contrôlent la concentration de dioxyde de carbone et le pH dans le sang (ainsi que, dans une moindre mesure, le niveau d’oxygène).

Nous pensons généralement que le besoin de respirer est dû au fait que notre corps a besoin d’oxygène, mais la respiration est en fait stimulée par le besoin de se débarrasser de l’excès de dioxyde de carbone. Cependant, le dioxyde de carbone n’est pas un simple gaz résiduel. Il remplit de nombreuses fonctions importantes dans votre organisme.

Votre corps a besoin en permanence d’une certaine quantité de dioxyde de carbone, et l’un des effets secondaires de l’hyperventilation est qu’elle élimine trop de dioxyde de carbone. Lorsque le taux de dioxyde de carbone diminue, le taux d’ions hydrogène diminue également, ce qui entraine un excès d’ions bicarbonate et une carence en ions hydrogène, et votre pH sanguin devient alors alcalin.

Si votre respiration excède les besoins de votre organisme pendant un certain temps, ne serait-ce que 24 heures, votre corps s’habitue à un volume respiratoire plus important. C’est l’une des façons dont le stress finit par avoir un impact chronique sur votre biologie.

Par ailleurs, si vous hyperventilez de façon chronique, il en faut très peu pour faire ‘basculer’ votre organisme – même un stress émotionnel mineur pourrait alors provoquer des symptômes, que ce soit une attaque de panique ou un problème cardiaque, car l’hyperventilation provoque le rétrécissement des artères, réduisant ainsi l’afflux sanguin vers le cerveau et le cœur (ainsi que vers l’ensemble du corps).

Le problème qui provoquerait l’attaque ne serait pas, dans ce cas, le stress en lui-même, mais le fait que vous respiriez trop profondément de façon chronique. Un remède traditionnel en cas d’attaque de panique consiste à respirer quatre ou cinq fois dans un sac en papier afin d’augmenter le niveau de dioxyde de carbone, et d’améliorer ainsi l’afflux sanguin vers le cerveau.

Une solution plus permanente consiste à aborder votre façon de respirer au quotidien.

L’hyperventilation réduit l’apport d’oxygène

L’hyperventilation diminue non seulement le niveau de dioxyde de carbone, mais elle réduit également l’afflux d’oxygène vers les tissus et les organes à travers le corps – alors que les gens pensent généralement que c’est l’inverse qui se produit lorsqu’ils respirent profondément.

Voilà pourquoi il est contre-indiqué respirer trop fort par la bouche lorsque vous faites du sport. En résumé, l’hyperventilation peut provoquer un grave rétrécissement des carotides, et diviser par deux la quantité d’oxygène disponible pour le cerveau.

C’est pourquoi il peut arriver que vous vous sentiez étourdi lorsque vous respirez trop fort, et c’est l’un des mécanismes qui peut entrainer la mort subite de marathoniens pourtant en très bonne condition physique – généralement des suites d’un arrêt cardiaque. Lorsque vous faites du sport, veillez donc à respirer en permanence par le nez.

Si vous commencez à inspirer par la bouche, réduisez l’intensité de votre exercice de façon à pouvoir reprendre une respiration nasale.

Avec le temps, vous serez capable de vous entraîner plus intensément tout en continuant à respirer par le nez, ce qui est le signe que votre condition physique s’améliore. Respirer par le nez en permanence est également une étape essentielle pour restaurer un volume respiratoire normal.

La méthode de respiration Buteyko

1.Asseyez-vous, tenez-vous droit, vos jambes ne doivent pas être croisées ; respirez confortablement et de façon régulière.

2.Respirez une fois, brièvement et en silence, par le nez. Après avoir expiré, pincez votre nez pour empêcher l’air d’y pénétrer.

3.Déclenchez votre chronomètre et retenez votre respiration jusqu’à ressentir un besoin irrépressible de respirer.

4.Lorsque vous ressentez ce besoin, reprenez votre respiration et notez le temps réalisé. Le besoin de respirer peut se traduire par des mouvements involontaires de vos muscles respiratoires, par des secousses au niveau du ventre ou encore par la contraction de votre gorge.

Il ne s’agit pas d’une compétition d’apnée – il s’agit de mesurer combien de temps vous pouvez retenir votre respiration naturellement et confortablement.

5.Vous devez inspirer par le nez, calmement et de façon contrôlée. Si vous avez l’impression de devoir respirer profondément, cela signifie que vous avez retenu votre respiration trop longtemps.

Le temps que vous mesurez est dénommé la « pause de contrôle », ou CP, et reflète la tolérance de votre organisme au dioxyde de carbone. Des pauses de contrôle courtes correspondent à une faible tolérance au CO2 et à un taux de CO2 appauvri de façon chronique. Voici les critères d’évaluation de votre pause de contrôle (CP) :

  • Une CP de 40 à 60 secondes : indique une respiration normale et saine, et une excellente endurance physique
  • Une CP de 20 à 40 secondes : indique une léger trouble de la respiration, une tolérance modérée à l’exercice physique, et un risque de problèmes de santé à l’avenir (la plupart des gens font partie de cette catégorie)
  • Une CP de 10 à 20 secondes : indique un trouble significatif de la respiration et une mauvaise tolérance à l’exercice ; il est recommandé d’effectuer des exercices de respiration nasale et des modifications d’hygiène de vie (les domaines devant potentiellement être traités sont une alimentation déséquilibrée, un surpoids, un excès de stress, une consommation excessive d’alcool, etc.)
  • Une CP inférieure à 10 secondes : grave trouble de la respiration, très mauvaise tolérance à l’exercice et problèmes de santé chroniques ; 
  • En résumé, plus votre CP est courte, plus vous serez rapidement essoufflé pendant un exercice physique. Si votre CP est inférieure à 20 secondes, n’ouvrez JAMAIS la bouche pendant l’exercice, car votre respiration est trop instable. Ceci est particulièrement important si vous souffrez d’asthme.

La bonne nouvelle, c’est qu’à chaque tranche supplémentaire de cinq secondes que vous gagnerez sur votre CP, ce que vous parviendrez à faire en pratiquant les exercices de respiration Buteyko suivants, vous vous sentirez mieux et améliorerez votre endurance.

Comment améliorer votre pause de contrôle (CP)Asseyez-vous et tenez-vous droit  Inspirez doucement par le nez, puis expirez doucement  Pincez-vous le nez et retenez votre respiration. Gardez la bouche fermée.  Hochez doucement la tête ou balancez votre corps jusqu’à ce que vous ne puissiez plus retenir votre respiration. (Maintenez votre nez pincé jusqu’à ressentir un besoin urgent de respirer.) Lorsque vous ressentez le besoin d’inspirer, libérez votre nez et respirez doucement, par le nez, bouche fermée. Reprenez une respiration calme aussitôt que possible.

 Respirer correctement est une façon simple et gratuite de booster votre santé et votre condition physique

La méthode de respiration Buteyko est un outil puissant et peu couteux qui peut vous aider à améliorer votre santé, votre espérance de vie, votre qualité de vie et vos performances sportives. 

Identité numérique

Mesdames, Messieurs les représentants français au Parlement européen,

 

Le 8 novembre dernier, la Commission européenne et le Parlement européen sont parvenus à un accord sur la création d’une identité numérique européenne, mise en œuvre au moyen d’un « portefeuille » européen d’identité numérique.

Ce projet est gravement attentatoire à nos libertés fondamentales et, sous couvert de simplifier les démarches administratives des citoyens, met en réalité en place les outils pour un contrôle massif et généralisé de la population, qui pourrait demain prendre la forme d’un crédit social à la chinoise.

Comme nous l’avons observé avec effroi lors de la crise du Covid, les libertés publiques et privées ne tiennent à rien. Aucun texte, pas même les plus sacrés inscrits dans notre Constitution, n’a ainsi pu empêcher la mise en œuvre en France, par exemple, d’un « pass sanitaire », privant de leurs loisirs et de leur droit de vivre en société des millions de citoyens refusant une injection expérimentale.

Que se passera-t-il demain si des outils tels que le portefeuille numérique européen sont mis en place ? Car au risque évident de vol, de fraude et d’utilisation malveillante par des criminels et des groupes mafieux, s’ajoute plus gravement encore le risque totalitaire !

L’idée de ce projet est en effet de réunir sur un même document virtuel l’ensemble des données personnelles des citoyens, d’abord relatives à leur identité, auxquelles pourront s’ajouter leurs données de santé (comme le statut vaccinal par exemple), leur profession, mais aussi à terme leurs titres de transports, leurs données bancaires, etc. Ce projet doit bien évidemment être mise en parallèle avec le projet de création d’un euro numérique, pour tracer l’intégralité des transactions et supprimer l’argent liquide. Ainsi demain, un citoyen pourra tout simplement être désactivé, d’un simple clic, et privé de toutes ses capacités de vivre en société (ne pouvant plus consommer, se déplacer ou encore travailler). Il faut être particulièrement aveugle pour ne pas voir l’évidence de ce risque après les années que nous avons traversées !

Hasard du calendrier, c’est également le 8 novembre que la fondation Bill Gates, qui soutient le projet d’identité numérique européenne, a lancé sa propre initiative « 50-in-5 » pour encourager la mise en place dans 50 pays à travers le monde d’outils de contrôle numérique des populations.

Il s’agit là d’un projet mondialiste global qui doit être combattu.

Pour l’heure, mesdames et messieurs les représentants français au Parlement européen, c’est à vous qu’il revient de voter, lors de la prochaine session plénière du Parlement européen, sur ce projet sordide, et avant cela, fin novembre, en commission, pour ceux d’entre vous qui sont concernés.

Avant que nous ne soyons tous mis sous surveillance, NOUS, citoyens attachés aux Libertés, surveillerons vos votes sur ce projet.

Un élu soucieux de défendre les libertés fondamentales et la Démocratie ne peut que s’opposer, énergiquement, à la création d’une identité numérique européenne au vu des dangers mentionnés dans ce courrier.

Nous comptons sur vous, pour que les générations futures connaissent les joies d’un monde libre.

Patriotiquement vôtre.

Franck GARCIA, un citoyen Patriote Souverainiste Gardien de l’Humanité 🗽

Share
Telegram
WhatsApp