Chers amis

L’heure des choix est venue : voulez-vous continuer à obéir et à SOUFFRIR et MOURIRr ou allez vous dire NON aux injections mortifères ?

J’avais baptisé l’ OMS Organisation Mondiale de la Servitude dans une vidéo car cette institution n’est plus, depuis quelques décennies, au service de la santé des êtres humain mais au service des intérêts de Bill GATES et de ses amis  génocidaires.

Dans l’émission de tvadp.fr du mercredi 26 avril j’ai parlé de cela  avec Astrid STUCKELBERGER qui connaît bien l’ OMS depuis des décennies…son témoignage est vraiment passionnant et je vous invite à écouter cette scientifique chevronnée qui, comme moi, affirme que les « vaxxins » n’ont rien à voir avec des virus mais avec la volonté d’injecter à tous des nanoparticules permettant, grâce à la 5G, de tuer ou de manipuler psychiquement els êtres humains ! les injections sont des « armes de destruction massive », des bioweapons  qui ne contiennent rien de naturel mais des produits synthétiques très dangereux comme le graphène.

Il est regrettable que certains lanceurs d’alerte, comme Alexandra HENRION-CAUDE, prétendent qu’il n’y a pas de graphène dans les vaccins ! Pourquoi ne peuvent-ils pas dire comme le professeur PERRONNE : «Ce n’est pas vraiment mon domaine mais cela ne m’étonnerait  pas en sachant la fourberie des marchands de vaxxins ! »

Exclure ce qu’on ne connaît pas est une attitude totalement non scientifique, c’est du « scientisme », cette religion qui impose ses dogmes sans tolérer qu’on ose les remettre en question sous peine d’être traité de « complotiste « et traîné dans la boue pour tous ces journalistes et fakechecker qui sont payés (avec l’argent de nos impôts !) pour réduire au silence ceux qui osent contester la doxa officielle !

Dans ce blog vous trouverez des infos IMPORTANTES pour « sortir de la matrice » du conformisme … ARRETEZ DE CROIRE QUE NOS AUTORITES VEULENT NOTRE BIEN, car elles sont soumises au pouvoir de ces quelques psychopathes  qui, grâce à leur argent, dominent les institutions, les politiciens et les medias officiels.

Un des textes ci-dessous vous montre comment les nazis n’ont pas cessé, depuis la fin d’Hitler, d’agir pour tuer et asservir les humains… telle est la réalité d’aujourd’hui et ceux qui veulent continuer à « dormir » en regardant la TV vont vers des jours difficiles ! Quand vont-ils se réveiller ? A la douzième dose injectée ?

De nombreux fous dangereux (Comme FAUCI et des ministres de plusieurs pays)..° disent maintenant qu’ils se sont trompés et qu’il ne faut pas leur en vouloir ..Ils ont tués ou invalidés des millions de gens mais ce n’est pas leur faute, ils étaient mal informés !! Comme Madame BUZYN en France, qui a fait interdire l’hydroxychloroquine… et attaqué le professeur FOURTILLAN sans raison valable ( parce qu’il avait osé dénoncer au président MACRON la toxicité de l’aluminium dans les vaxxins en octobre 2019 ) mais est maintenant nommée à l’OMS pour s’occuper de notre  santé !

Disons NON aux psychopathes mondialistes et créons des structures locales et solidaires !

NOUS VAINCRONS !

Comme le dit DELGADO (voir ci -dessous)

« Chaque personne qui a été inoculée avec cette nanotechnologie de l’oxyde de graphène a maintenant une mèche, de la dynamite, une bombe à retardement qui est prête à exploser par l’activation d’une micro-onde. »

La réponse est que vous avez un génocide. C’est ce qu’a expliqué avec force détails graphiques un ingénieur français dans une vidéo de 2020 (supprimée depuis par Youtube), mais dont nous avons la transcription:

Pour moi, ces nanoparticules font partie d’un système d’armes qui permettra la dépopulation sans résistance de masse. Si vous comparez cela à un système d’explosifs, la nanoparticule serait la barre de l’explosif plastique, c’est-à-dire la matière active qui va exploser. La deuxième chose qui serait nécessaire est un détonateur. Pour moi, c’est l’onde électromagnétique qui va faire vibrer la nanoparticule, et la troisième chose c’est le contrôle, je pense qu’on l’a trouvé maintenant, c’est l’idée de 2020 060606, c’est-à-dire la vaccination sous-cutanée que les maîtres du monde vont proposer pour qu’ils puissent savoir où nous sommes et puissent nous tracer avec la 5G.
L’avantage de la 5G comme détonateur est qu’elle peut nous tracer.
C’est une arme à énergie dirigée.
Donc, on est tracé, ils savent où envoyer l’onde et ils savent qui ils vont chauffer.
De quoi avez-vous besoin pour que ce système d’armement soit opérationnel ?
Il faut être capable d’injecter les nanoparticules dans le corps.
Le seul moyen qui semble cohérent au regard de l’histoire est de les mettre dans les vaccins.

Ce que cela signifie, c’est que chaque adulte ou enfant qui a reçu les vaccins « Covid », et apparemment n’importe quel autre vaccin au cours des deux dernières années, est maintenant une antenne relais et risque de mourir à tout moment d’une exposition aux CEM, mais cela se manifestera par toute une série de maladies différentes.  N’oublions pas non plus que la géo-ingénierie qui se déroule au-dessus de nos têtes pendant tout ce temps est également pleine de nanoparticules.

N’est-ce pas évident, dramatiquement évident ? Si nous voulons un avenir pour nous, nos enfants et tous les enfants du monde il est VITAL et URGENT  de se  dresser pour dire NON ! Mon corps et celui des enfants, c’est sacré et je n’introduirai pas dans mon corps ni le leur des substances TOXIQUES et DIABOLIQUES !

Crowbunker : Le roi des casseroles ☹Jasper Mader)  une excellente vidéo de Frédéric CHAUMONT qui fait large place à Jean Dominique MICHEL apportant une vision très claire e la situation actuelle… A DIFFUSER LARGEMENT

La FDA confirme la présence d’oxyde de graphène dans les vaccins COVID-19 à ARNm 

Les régulateurs des médicaments, avec le soutien des médias grand public, ont nié à plusieurs reprises ces allégations. Mais ils vous mentaient. Parce que des preuves récentes ont émergé qui confirment la présence d’oxyde de graphène, une substance hautement toxique et conductrice, dans le vaccin de Pfizer. Et c’est venu de la Food and Drug Administration (FDA) des États-Unis qui a été contrainte de publier les documents confidentiels de Pfizer sur ordre de la Cour fédérale des États-Unis.

Cette révélation devrait provoquer une alarme généralisée et alimentera probablement les soupçons sur les véritables intentions des responsables de la santé publique.

https://echelledejacob.blogspot.com/2023/04/la-fda-confirme-la-presence-doxyde-de.html

Silvano TROTTA  tweet : Maintenant, Fauci devant le congrès (le parjure est un crime) admet que les masques ne fonctionnent pas après les avoir imposés aux enfants. Admet que le vax n’a pas arrêté la transmission. Admet que les verrouillages n’ont pas fonctionné et que l’immunité naturelle fonctionne. Il dit ce que je dis dans mes émissions depuis plus de 3 ans et c’est moi qui a été censuré et traité de complotiste ! UN COMBLE NON ?

Vaccination & mortalité infantile(néosanté 133)

En 2011, les médecins américains Neill Miller et Gary Goldman avaient fait grand bruit en publiant dans le Journal Human & Experimental Toxicology une étude montrant que le taux de mortalité infantile aux États-Unis – le plus élevé de tous les pays développés avec 6,2 décès pour 1000 naissances – était corrélé au démentiel programme vaccinal américain (pas moins de 26 vaccins inoculés durant la première année de vie). Leur travail mettait notamment en évidence le rôle d’un vaccin hexavalent dans le déclenchement de la mort subite du nourrisson. Très critiqués, les deux chercheurs viennent d’actualiser leur étude à la lumière de la période covid et des retards de vaccination générés par l’épidémie. Le lien causal est encore plus évident puisquele nombre de bébés morts brutalement a diminué en même temps que celui des vaccins administrés.

LE COVID ET UNE COQUE VIDE (néosanté 133)

Comme nous l’avons souligné à maintes reprises, aucun symptôme de la grippe covid ne permet de la distinguer d’une grippe ordinaire pouvant parfois dégénérer en pneumonie atypique. Certains signes cliniques ont probablement été plus fréquents (dyspnée, anosmie et agueusie, micro-thromboses disséminées), mais aucun n’était l’apanage de la virose prétendument émergente. Le covid long ? Lui non plus n’est pas une exclusivité du syndrome grippal prétendument causé par le virus SARS-CoV-2. Identifié depuis longtemps comme une complication de nombreuses infections (mononucléose, fièvre Q, giardiase…), et appelé tout simplement syndrome post-infectieux (SPI), cet ensemble de symptômes désagréables (fatigue, brouillard mental, douleurs thoraciques…) peut également persister des mois après un épisode grippal estampillé Influenza. Un SPI comme un autre, le covid long ? C’est ce que vient de démontrer une étude norvégienne (*) dont les médias de masse ont évidemment peu parlé car elle ne cadre pas vraiment avec la doxa. Les chercheurs ont examiné la prévalence du covid long après 6 mois chez 383 personnes dont le test PCR était positif et chez 85 personnes négatives. Résultat : prévalence de 48,5% dans le premier groupe et de 47,1% dans le second. Autrement dit, le SPI « post-covid » n’est pas plus fréquent chez les cas confirmés que chez les autres ! En considérant chaque symptôme séparément, pas non plus de différence de prévalence significative. Vous avez dit « coque vide » ?
(*) Selvakumar J, et coll. Prevalence and Characteristics Associated With Post-COVID-19 Condition Among Nonhospitalized Adolescents and Young Adults.
JAMA Netw Open. 2023 Mar 1;6(3):e235763. doi: 10.1001/

LE TRIBUNAL MILITAIRE JUGE LES AUTEURS DE CRIMES CONTRE L’HUMANITÉ

Audiences du Tribunal militaire et populaire du Québec contre Pfizer, Moderna et les complices de génocide et Crimes contre l’Humanité du 2 au 4 juin 2023

Leurs décisions ont causé la mort de milliers d’aînés au printemps 2020. La vaccination des enfants pourrait en causer d’autres, tout comme l’installation d’un réseau 5G.

https://www.tribunalmilitaire.quebec/

Graphène dans les vaccins – Député Hervé Juvin

Hervé Juvin est député au parlement Européen. Complotiste lui aussi ?

https://odysee.com/@sourcesetfaits:8/Herv%C3%A9-Juvin-vaccin-graph%C3%A8ne:d

ODYSEE : Live du docteur MARTIN SUR LES VACCINS ARN

Vidéo exceptionnelle qui montre que les soi-disant vaccins contre le COVID ne sont pas absolument pas des vaccins mais des produits synthétiques qui ont pour but de rendre malades ceux qui les reçoivent !

Un lycée canadien défend une enseignante transgenre avec des faux seins énormes en classe

Kayla Lemieux, enseignante en technologie de fabrication à l’école secondaire Oakville Trafalgar, en Ontario, qui a commencé sa transition d’homme à femme il y a un an, est devenue virale en ligne après que des étudiants ont pris des photos et des vidéos de l’enseignante, apparemment à son insu.

Ce monde est fou !

https://www.aubedigitale.com/un-lycee-canadien-defend-une-enseignante-transgenre-avec-des-faux-seins-enormes-en-classe/

Selon Fauci, les masques sont efficaces à « peut-être » 10%

Alors que la censure frappe encore ceux qui, sur YouTube, diffusent des informations nuançant leur efficacité, rien de moins qu’Anthony Fauci, le visage des autorités sanitaires américaines durant la pandémie, vient d’avouer dans les colonnes du New York Times que leur efficacité est « peut-être » effectivement de 10%.

QUE LE GRAND CRIC LE CROQUE !  

https://www.covidhub.ch/fauci-revirement-masques/

L’Ecosse rejoint la majorité des pays qui ont le courage de publier les vrais données. Ce n’était pas une PANDÉMIE mais véritablement une PLANDÉMIE

comme je vous le dis depuis 3 ans. Médecins de plateaux TV, ou payés par Big Pharma, Politiques, et médias sont complices. https://report24.news/auch-schottland-gibt-zu-nur-65-prozent-der-corona-toten-wirklich-an-covid-gestorben/?feed_id=30082Translate Tweet

La FAUSSE transition verte – Namur 15.04.23 – Chloé Frammery

Mais qui est derrière cette transition verte ? De Maurice Strong à la famille Rockefeller, en passant par l’ONU, Greta Thunberg, Klaus Schwab, Henry Kissinger, la fondation Edmont de Rothschild, Al Gore, Barbara Ward et Gro Harlem Brundtland, nous verrons qu’entre la sauvegarde de la nature et le transhumanisme, il n’y a qu’un pass…https://odysee.com/@Chloe_F:b/La_Fausse_Transition_Verte_15.04.23:5

L’humanité n’est pas responsable du changement climatique

Seulement 0,3% des scientifiques conviennent que l’humanité est à l’origine du changement climatique ; PAS 97% comme faussement propagé par l’ONUhttps://lezarceleurs.blogspot.com/2023/04/l-humanite-nest-pas-responsable-du.html

Le programme vert « zéro carbone » est impossible à tous les égards. Il s’agit d’eugénisme et d’abattage du troupeau humain.

Pourquoi les grands gouvernements, les entreprises, les groupes de réflexion et le Forum économique mondial de Davos font-ils tous la promotion d’un programme mondial « zéro carbone » visant à éliminer l’utilisation du pétrole, du gaz et du charbon ? Ils savent que le passage à l’électricité solaire et éolienne est impossible. C’est impossible parce que la demande de matières premières, du cuivre au cobalt en passant par le lithium, le béton et l’acier, dépasse l’offre mondiale. C’est impossible en raison du coût faramineux des batteries de secours pour un réseau électrique « fiable » 100% renouvelable. C’est également impossible sans provoquer l’effondrement de notre niveau de vie actuel et une rupture de notre approvisionnement alimentaire qui entraînera des décès massifs dus à la famine et à la maladie. Tout cela pour une fraude scientifique appelée réchauffement climatique d’origine humainehttps://olivierdemeulenaere.wordpress.com/2023/04/20/le-programme-vert-zero-carbone-est-impossible-a-tous-les-egards-il-sagit-deugenisme-et-dabattage-du-troupeau-humain/#more-114146

Guerres psychiquesLe champ de bataille du 21e siècleRobert W Malone MD, MSL’essai ci-dessous a été écrit pour un chapitre de mon prochain livre, « PsyWars: The 21st Century Battlefield ». Toutes nos félicitations. Vous et le reste du monde avez réussi à survivre à l’opération de guerre psychologique la plus vaste et la plus coordonnée à l’échelle mondiale de l’histoire de l’humanité : la crise du COVID. Au cours de cette période, nous avons dû constater quotidiennement que le gouvernement américain et de nombreux pays occidentaux déployaient des technologies de guerre de cinquième génération hautement raffinées et de qualité militaire et des armes PsyWar contre leurs propres citoyens. Pour ceux qui ont évité les piqûres de vaccin génétique, qui se sont maintenant avérées ni sûres ni efficaces pour prévenir l’infection, la réplication ou la propagation du SRAS-CoV-2, et ne préviennent pas la maladie ou la mort attribuée à la maladie COVID-19, vous méritez une médaille pour votre capacité à voir à travers le brouillard de la guerre de l’information. Pour ceux, comme moi, qui ont fait confiance à la FDA et qui n’ont pris les coups initiaux que pour en subir les effets néfastes, peut-être qu’un cœur violet pour avoir été blessé au combat est de mise. Pour les millions de morts sur le champ de bataille, la surmortalité documentée par Ed Dowd et tant d’autres, un moment de deuil silencieux s’impose. Ensuite, il y a les innombrables enfants, qui ont enduré le masquage et la distanciation sociale à l’école pendant des années. Comment récupèrent-ils sur le plan du développement ? Comment s’assurer que cela ne se reproduise plus ?La guerre de 5e génération est une extension des stratégies et tactiques de guerre asymétrique et insurrectionnelle, dans laquelle des tactiques et des armes militaires conventionnelles et non conventionnelles sont incorporées et déployées, y compris l’exploitation de causes politiques, religieuses et sociales. Ce nouveau gradient de guerre utilise Internet, les médias sociaux et le cycle d’actualités 24 heures sur 24 pour modifier les préjugés cognitifs des individus et/ou des organisations. Elle peut être menée par des groupes organisés ou non (ergo décentralisés) ; elle peut être dirigée par des États-nations, des acteurs et des organisations non étatiques, des organisations non gouvernementales ou même des individus. Une caractéristique clé de la guerre de 5e génération est que la nature de l’attaque est dissimulée. Le but est de perturber et vaincre les adversaires en créant de nouveaux biais cognitifs.https://odysee.com/@Q…uestions:6/Le-Pentagone-a-achet%C3%A9,-pay%C3%A9-et-imagin%C3%A9-les-armes-biologiques-vaccinales-ARNm:0

Scandale à Bruxelles: l’Italie se révolte et exige que les labos paient les indemnités des effets secondaires du vaccin Covid-19

Dans un discours prononcé devant ses pairs européens, le ministre italien de la Santé, Orazio Schillaci, a demandé à l’Union Européenne de renégocier les contrats de vaccins signés avec les laboratoires pharmaceutiques et a exigé un changement des clauses afin que les indemnités, les compensations des effets secondaires et les frais de justice ne soient plus à la charge des Etats, mais plutôt des fabricants de vaccinshttps://lecourrier-du-soir.com/scandale-a-bruxelles-litalie-se-revolte-et-exige-que-les-labos-paient-les-indemnites-des-effets-secondaires-du-vaccin-covid-19/

Biden va consacrer 5 milliards de dollars à une nouvelle initiative de vaccination contre le coronavirus, soutenue par Gates, Fauci et des législateurs républicains !Article rédigé par Michael Nevradakis pour le site Réseau InternationalSource : The Defender via MondialisationextraitsLe gouvernement américain consacrera 5 milliards de dollars à un programme visant à accélérer la mise au point de nouveaux vaccins et traitements contre les coronavirus, ont annoncé cette semaine des responsables de la Maison-Blanche. Le projet NextGen, qui succède à l’opération Warp Speed, bénéficie d’un soutien bipartisan et sera financé par les fondations Bill & Melinda Gates et Rockefeller.Baptisée « Projet NextGen », la nouvelle initiative succédera à l’opération « Warp Speed » de l’administration Trump, lancée en mars 2020 pour accélérer le développement des vaccins contre la COVID-19.À l’instar de l’opération Warp Speed, le projet NextGen, financé par la Fondation Bill & Melinda Gates et la Fondation Rockefeller, encouragera les partenariats public-privé.Dans un entretien accordé à USA Today, le Dr Paul Offit, directeur du Vaccine Education Center de l’hôpital pour enfants de Philadelphie, a exprimé son scepticisme quant aux objectifs du projet NextGen, faisant remarquer que des efforts similaires visant à développer des vaccins contre la grippe et le VIH sont en cours depuis plus de 40 ans, sans résultat.Offit a déclaré que l’efficacité des vaccins nasaux reste incertaine, car ils en sont encore au stade des essais cliniques. Le Dr John Moore, immunologiste au Weill Cornell Medical College à New York, a exprimé un point de vue similaire, déclarant qu’« il est vraiment naïf de croire qu’il sera facile de fabriquer [a nasal vaccine] ».Il a ajouté que l’accent mis sur l’amélioration des vaccins contre la COVID-19 existants, qu’il a qualifiés d’« étonnants », risquait de saper la confiance du public dans ces vaccins.

DE FACTO #1 – Un brevet Moderna à l’origine de la Covid-19 ?

Magazine Nexus 

77,7 k abonnés

7 470 vues 7 avr. 2023

Découvrez notre nouvelle série de vidéos De Facto, présentée par notre équipe de journalistes ! Notre premier épisode traite de l’éventuelle implication de Moderna dans l’apparition de la Covid-19, ainsi que du silence médiatique qui règne autour de cette question. En effet, selon une étude parue en février 2022, des chercheurs ont identifié dans le virus SARS-CoV-2 une séquence génétique de 19 nucléotides identique à une séquence brevetée en 2017 par Moderna. Au jour où nous écrivons ces lignes, le 7 avril 2023, nous n’avons toujours pas eu de retour de Moderna. La série De Facto met en lumière des informations ou des actualités, souvent ignorées ou traitées superficiellement, dans un format concis et sourcé. Son but : éclairer les spectateurs sur des sujets complexes et dépasser le prêt-à-penser. 👉 Lire notre article : https://www.nexus.fr/actualite/de-fac…

Le gouvernement américain admet qu’il s’agit de terrorisme et non de recherche en matière de santé

Il ne s’agit donc pas d’erreurs de prétendus « apprentis sorciers »

https://www.bitchute.com/video/62JkjJtlVuWA/

 

DR ZELENKO, »ELON MUSK A DIT, QU’ILS ÉLIMINERAIENT 90% DE LA MAIN D’ŒUVRE ET QUE DONC, IL FAUDRAIT UN SALAIRE UNIVERSEL

https://crowdbunker.com/v/EVuLUp68cA

Dentistes : Des douleurs inexpliquées, la perte de dents et des problèmes osseux peuvent être liés au vaccin COVID-19

https://www.theepochtimes.com/health/dentists-unexplained-pain-tooth-loss-and-bone-problems-may-be-linked-to-covid-19-vaccine_5201385.html?utm_source=partner&utm_campaign=TheChiefNerd&src_src=partner&src_cmp=TheChiefNerd

extraits

Avant que la propriétaire d’entreprise et maman occupée Alana Parker ne ressente de fortes douleurs buccales et un gonflement du visage après avoir reçu le vaccin COVID-19 de Pfizer en 2021, elle avait une bonne santé dentaire sans jamais avoir eu autant de carie.

Lorsque ses symptômes ont progressé et qu’un ulcère s’est développé au point où l’os faisait saillie, lui faisant perdre de gros fragments de sa mâchoire, Parker savait qu’elle avait de sérieux problèmes.

Ce n’est que lorsque Parker a trouvé le Dr Amy Hartsfield, spécialiste de la douleur orofaciale et de la médecine dentaire du sommeil en Alabama, qu’elle a senti qu’elle était sur la voie de la guérison.

Depuis le déploiement des vaccins, Hartsfield a constaté une augmentation exponentielle du nombre de patients souffrant de douleurs neurovasculaires et myofasciales à la tête et au visage, notamment des maux de tête, des maux de dents non causés par la dent, une ostéonécrose de la mâchoire, des problèmes de sommeil, des acouphènes et des affections auto-immunes buccales et faciales.

On a découvert que c’était la première fois que le polyéthylène glycol (PEG) était utilisé dans un vaccin. L’utilisation du PEG est devenue de plus en plus controversée car il peut provoquer un certain nombre de réactions immunologiques graves, y compris l’anaphylaxie, qui peut être mortelle.

Il a été démontré que le vaccin traverse la barrière hémato-encéphalique, circule dans la circulation sanguine et a été trouvé dans la plupart des organes, tous avec un potentiel de conséquences graves pour la santé.

Étant donné que l’approvisionnement en sang est important pour toutes les zones du corps, y compris les os, les microcaillots peuvent avoir un effet néfaste sur la santé des os.

Sécurité du Comirnaty chez les femmes enceintes vue par  le PGR du fabricant et à l’AEM, incidence sur l’obligation vaccinale des soignantes en France

On rappelle que l’AIMSIB avait porté dès mai 2022 une voix de sagesse, rejetant cet amateurisme médical qui voulait faire vacciner des femmes enceintes contre la Covid sans connaissance réelle des bénéfices attendus et encore moins des risques encourus

Le Docteur Jérôme Sainton est ingénieur, médecin et bioéthicien, il nous relate en détail les atermoiements des gendarmes du médicament et de Pfizer dans l’évaluation des effets indésirables à redouter chez ces femmes, ainsi que de leurs avis (variés) par rapport à l’intérêt de la vaccination de cette population si particulière.

Article sur le site :

https://www.aimsib.org/2023/04/23/securite-du-comirnaty-chez-les-femmes-enceintes

Les crimes du camp mondialiste !

On le pense depuis longtemps en secret : il existe une parenté idéologique certaine entre mondialistes et nazis. Entre d’une part, le génocide humain commis par Hitler et ses sbires. D’autre part, les crimes du camp mondialiste, même si en 2021, on n’utilise plus le Zyclon B. Et que bien sûr, les modes opératoires ne sont pas les mêmes. Mais, comme analyse Primo Lévi :” les nazis ont mis en place une industrie inédite : la fabrication de la mort de masse” (cf son livre : “Ainsi fut Auchwitz, témoignages 1945-1986”). Les mondialistes les ont suivis dans leur noire entreprise, entreprise rendue possible par l’incroyable indifférence opposée à leurs crimes.

https://brigittebouzonnie.substack.com/p/les-crimes-du-camp-mondialiste-24b

Note de TAL : excellent article qui montre bien les enjeux actuels : les ex-nazis sont toujours là et leurs intentions sont funestes…l’Etat Profond, c’est eux !

Quelques extraits :

1°)-Comment l’intellectuel collectif nazi est passé avec armes et bagages au service de l’Etat profond :

1-1°)- Les nazis ont participé activement à la construction de l’Etat profond américain

1-2°)-Des nazis sont à l’origine de la construction européenne, la torture utilisée pendant la guerre d’Algérie.

2°)-Les mondialistes sont des meurtriers de masse :

2-1°)-Dès 2010, la Fondation Rockfeller n’annonçait-elle pas gaiment “des millions de morts” dans le cadre d’une grande pandémie ?

2-2°)-Afin de dégonfler la bulle mondiale, restaurer son taux de profit à la hausse, la finance internationale n’a pas hésité à produire un à deux millions de morts du Covid,

2-3°)- Mais ce n’est pas tout. Toujours afin de dégonfler la bulle financière mondiale, la finance internationale n’hésite pas à sacrifier une partie de l’appareil productif français. Générant un million de chômeurs (chiffre AFPA) et de pauvres, rien que pour l’année 2020, dans le cadre de l’arrêt brutal de l’économie consécutif au premier confinement.

2-4°)- De même, confrontées à la concurrence de la Chine, pays plus productif qu’elles, les responsables occidentaux sacrifient froidement la petite-bourgeoisie, après avoir sacrifié hier les Classes populaires.

Certes, la pandémie de covid n’a pas fait les dizaines de millions de morts escomptés par le gratin mondialiste lors du sommet d’octobre 2019. C’est sans doute du au fait que les chinois du labo P4, ne maitrisent pas assez bien les techniques d’augmentation artificielle de la nuisance d’un virus. Tant mieux.

L’occultation forcenée de la question sociale dans les médias, et par les responsables politiques de “gôche” comme Mélenchon, sa routinisation dans les têtes, où le chômage “va de soi”, est naturalisé, n’en font pas moins que le capital est dégoulinant de sang des pieds jusqu’à la tête, pour reprendre l’expression de Marx. Délocalisations forcenées vers les pays à main d’oeuvre bon marché, fermeture systématiques des “canards boiteux”. Pillage éhonté de l’Etat social désormais raclé jusqu’à l’os, où les enveloppes sociales deviennent des “aides aux entreprises”, gavant les patrons déjà riches. Privant le plus démuni du petit contrat aidé qui lui permettait de survivre: le nombre de contrats aidés est passé de 2,650 millions en 2 000 sous Jospin à zéro en 2022 sous Macron. L’enveloppe a été totalement liquidée dans l’indifférence générale, notamment de la “gôche” dite critique de Mélenchon. Privant les plus démunis de la petite allocation , qui leur permettait de joindre les deux bouts. Les gangsters du mondialisme ont du sang sur les mains : personne n’ose le dire.

Macron, bébé Clinton, est un gangster. Un homme sans foi ni loi participant de ce capitalisme criminel, parfaitement décrit et dénoncé par Jean-François Gayrot, commissaire de police, dans son ouvrage : « Le nouveau capitalisme criminel », préfacé par l’économiste atterré Paul Jorion.

Avec le capitalisme mondialisé, toute morale minimale a disparu. Place au triomphe des professionnels du Mal, vivant “pour” et “par” le mal. Place à la mise à mort sociale, psychologique et sanitaire du Peuple français, sans que personne ne moufte.

En tout état de cause et avec le Covid, les mondialistes étaient prêts à tuer beaucoup plus, afin de diminuer la population mondiale, faciliter l’immigration de masse, en application du plan Kalergi.Ainsi, comme écrit le nazi Klaus Schwab dans son livre page 105 : «Au moins 4 milliards de « mangeurs inutiles » seront éliminés d’ici 2050 par des guerres, épidémies organisées, maladies mortelles à action rapide et famine. L’énergie, la nourriture et l’eau seront maintenues à des niveaux minimum. pour les non-élites, en commençant par les populations blanches d’Europe et d’Amérique”(sic).

APPEL : 13 MAI 2023 Journée mondiale de témoignages des effets indésirables des vaccinations Covid

L’oppression ne dure que parce que nous sommes silencieux et divisés. Si chacune de nos voix ne comptait pas, ils n’essaieraient pas de contrôler chacune d’entre elles.

DIFFUSEZ ! FAITES SAVOIR !

https://la-verite-vous-rendra-libres.org/appel-13-mai-2023-journee-mondiale-de-temoignages-des-effets-indesirables-des-vaccinations-covid/

Le PDG de Google avertit les terriens qu’ils doivent se préparer à l’impact de l’IA

« Elle peut être très néfaste si elle est mal utilisée … Est-ce que cela m’empêche de dormir la nuit ? Absolument. »

https://www.aubedigitale.com/le-pdg-de-google-avertit-les-terriens-quils-doivent-se-preparer-a-limpact-de-lia/

763 célébrités mortes après la vaccination au Covid ! Combien alors dans la population ?

763 décès liés au vaccin Covid et des centaines de victimes de la vaccination – un énorme crime vaccinal est mis en lumière avec force preuves ! Kla.TV a rassemblé 17 heures d’images qui montrent les conséquences effrayantes et la mortalité mondiale suite à la vaccination Covid19. Si autant de personnes meurent rien que parmi les célébrités, qu’en est-il des anonymes et des inconnus qui ne sont pas publiés dans les médias ?

www.kla.tv/25826

FAUCI a menti sur le gain de fonction – C’est officiel 

Fauci a menti; Des personnes sont mortes

https://etouffoir.blogspot.com/2023/04/fauci-menti-sur-le-gain-de-fonction.html

Note de TAL : excellente émission de Jérémie qui montre bien l’escroquerie du SIDA qui a été une manipulation des peuples au nom d’un scientisme totalement dénué de vraies fondements scientifiques.

Sondages : Malgré une propagande incessante, le scepticisme à l’égard du changement climatique s’accroît

par Paul Joseph Watson

Deux sondages récents ont révélé qu’en dépit d’une propagande incessante en faveur de la thèse du réchauffement climatique d’origine humaine, le scepticisme à l’égard du changement climatique s’accroît à l’échelle mondiale.

Une enquête menée par un groupe de l’université de Chicago a demandé aux Américains si l’homme était à l’origine de la totalité ou de la majeure partie du changement climatique.

Alors que 60% d’entre eux étaient de cet avis il y a cinq ans, ils ne sont plus que 49% aujourd’hui. Un récent sondage IPSOS portant sur les deux tiers de la population mondiale a également révélé que près de quatre personnes sur dix pensent que le changement climatique est principalement dû à des causes naturelles.

« La statistique la plus surprenante de l’enquête de l’Energy Policy Institute de

l’université de Chicago (EPIC) est sans doute que 70% des Américains ne sont pas disposés à dépenser plus de 2,50 dollars par semaine pour lutter contre le changement climatique », écrit Chris Morrison.

« Près de quatre Américains sur dix ont déclaré qu’ils n’étaient pas prêts à débourser quelques centimes. Malgré des décennies de propagande verte apocalyptique visant à amener les populations à vivre dans une société collectiviste Net Zéro [ou décarbonée], il apparaît que la grande majorité des Américains n’est pas prête à débourser ne serait-ce que la petite monnaie qu’ils ont dans leur poche pour stopper le changement climatique ».

Un tel scepticisme est franchement étonnant étant donné que le « récit officiel » sur le changement climatique d’origine humaine a été amplifié avec véhémence par toutes les grandes entités gouvernementales, les entreprises, les médias et les institutions culturelles existantes.

Le fait que le « régime » s’efforce toujours de convaincre un grand nombre de personnes que le changement climatique est à la fois la faute des humains et qu’il représente une menace existentielle représente un échec massif de la rééducation et du lavage de cerveau.

Comme nous l’avons souligné hier, les géants des médias sociaux sont de plus en plus nombreux à considérer tout scepticisme à l’égard du changement climatique comme une opinion interdite.

TikTok est la dernière plateforme en date à annoncer que tout contenu remettant en cause le dogme sacré du réchauffement climatique sera « vérifié » et supprimé.

source : Summit News via Nouveau Monde

Anthony Fauci, Bill Gates et Big Pharma : l’ouvrage de Robert F. Kennedy Jr. est disponible chez Kontre Kulture

Les médias grand public financés par l’industrie pharmaceutique ont convaincu des millions d’Américains que le Dr Anthony Fauci est un héros. Or, il est tout sauf un héros.

En tant que directeur de l’Institut national des allergies et des maladies infectieuses (NIAID), le Dr Anthony Fauci distribue chaque année 6,1 milliards de dollars d’argent public à la recherche scientifique, ce qui lui permet de dicter le sujet, le contenu et les résultats des études sur la santé humaine dans le monde entier. Fauci utilise la puissance financière dont il dispose pour exercer une influence extraordinaire sur les hôpitaux, sur les universités, sur la presse médicale et sur des milliers de médecins et scientifiques de premier plan – il a le pouvoir de ruiner ou d’accélérer leurs carrières, de les récompenser, et tient entre ses mains le destin des institutions au sein desquelles ils exercent.

Pendant plus d’un an de recherches fouillées et méticuleuses, Robert F. Kennedy, Jr. a mis au jour une histoire choquante qui réduit à néant le battage médiatique à propos du Dr Fauci… et qui alertera tous les Américains – démocrates comme républicains – attachés à la démocratie, à la Constitution des États-Unis et soucieux de la santé de nos enfants.

Anthony Fauci, Bill Gates et Big Pharma révèle comment le « docteur de l’Amérique » a lancé sa carrière au début de la crise du SIDA, en s’acoquinant avec des sociétés pharmaceutiques pour saboter des traitements thérapeutiques sûrs et efficaces contre le VIH. Fauci a orchestré des études frauduleuses, puis a fait pression sur les agents de la Food and Drug Administration (FDA) pour qu’ils approuvent un traitement de chimiothérapie mortel qu’il savait pertinemment être sans valeur contre le SIDA. À maintes reprises, Fauci a violé des lois fédérales pour permettre à ses copains de l’industrie pharmaceutique d’utiliser des enfants pauvres et à la peau foncée comme des rats de laboratoire, dans le cadre d’expériences fatales impliquant des chimiothérapies toxiques contre le SIDA et le cancer.

Au début des années 2000, à Seattle, Fauci et Bill Gates ont topé dans la bibliothèque du manoir de ce dernier (d’une valeur de 147 millions de dollars), scellant un partenariat qui visait à contrôler une entreprise planétaire de vaccins, au capital de 60 milliards de dollars, de plus en plus rentable et au potentiel de croissance illimité. Aujourd’hui, grâce au levier d’action du subventionnement et à des relations personnelles soigneusement entretenues avec des chefs d’État, des patrons de grands médias et de réseaux sociaux, la triade Big Pharma-Fauci-Gates domine la politique mondiale en matière de santé.

Anthony Fauci, Bill Gates et Big Pharma détaille la façon dont Fauci, Gates et leurs acolytes exploitent leur emprise sur les médias, sur les revues scientifiques, sur les entreprises publiques et parapubliques clés, sur les agences internationales de renseignement et sur les scientifiques et médecins influents pour à la fois inonder la population d’une propagande effrayante sur la virulence et la pathogenèse du Covid-19, museler le débat et censurer férocement les voix dissidentes.

Youtube : Covid: le cri d’alarme du Dr Sabatier

Karl Zéro Absolu 

Sur https://www.karlzero.tv on s’ouvre aussi à d’autres combats que celui contre la pédocriminalité. Voici un exemple…Sur les réponses apportées à la COVID 19, tant par les labos que par le gouvernement, je suis resté stoïque, ne pouvant « courir tous les lièvres à la fois » . Mais aujourd’hui, le temps est venu d’en parler avec Jean-Marc Sabatier, directeur de recherche au CNRS, docteur en biologie cellulaire et microbiologie. Parce que vous ne l’avez pas vu sur les plateaux, parce qu’il ne cherche pas la lumière, alors qu’ il a été le premier à comprendre le fonctionnement du SarsCOV 2 sur l’organisme. Il nous explique aujourd’hui comment, en voulant fabriquer trop vite leurs vaccins à ARN Messager, Big Pharma a créé un monstre dont les effets sur l’organisme sont très proches de ceux de la COVID-19. Il déconseille tout rappel de vaccin anti-covid, et préconise un traitement frappé au coin du bon sens.

EDITO DE Yves RASIR La coque est quasi vide

EXTRAIT

Quitte à me fâcher avec ceux qui continuent à trouver des mérites aux deux médicaments, je persiste quant à moi à proposer une lecture « rassuriste » de la grande mascarade covidiste : les syndromes grippaux de 2020 étaient simplement un peu plus secouants que d’habitude et c’est sur ce fond de vérité qu’a été construit le récit mensonger. Comme l’a dit et répété l’épidémiologiste Laurent Toubiana, l’épidémie n’a été « ni grave ni importante ». Et comme l’a magistralement démontré le statisticien Pierre Chaillot, il ne s’est rien passé de particulier sur le plan sanitaire puisque le  virus n’a saturé ni les hôpitaux ni les cimetières. Pour appuyer ma position anti-alarmiste, j’ai souvent fait remarquer qu’aucun symptôme de la grippe covid ne permet de la distinguer d’une grippe ordinaire pouvant parfois dégénérer en pneumopathie atypique, laquelle catégorie n’est elle-même pas nouvelle puisqu’on y range classiquement les affections pulmonaires d’étiologie inconnue. Certaines manifestations cliniques ont probablement été plus fréquentes (dyspnée, anosmie et agueusie, micro-thromboses vasculaires disséminées…) mais aucune n’était l’apanage de la maladie prétendument en train d’émerger. Et le « covid long », alors, m’a-t-on parfois rétorqué ?  Eh bien, lui non plus n’est pas une exclusivité covidienne  Identifié depuis des lustres comme une complication de nombreuses infections (mononucléose, fièvre Q, giardiase…) et appelé « syndrome post-infectieux » (SPI), cet ensemble de symptômes désagréables (fatigue, brouillard mental, céphalées, douleurs thoraciques…) peut également persister des mois après un épisode grippal estampillé Influenza. Le covid long est un SPI comme un autre et c’est ce que vient d’illustrer une étude norvégienne dont les médias de masse ont évidemment peu parlé car elle ne cadre pas avec la doxa. Les chercheurs ont examiné la prévalence du covid long après 6 mois chez 383 personnes dont le test PCR était positif et chez 85 personnes négatives. Résultat : prévalence de 48,5% dans le premier groupe et de 47,1% dans le second. Autrement dit, le SPI « post-covid » n’est pas plus fréquent chez les « cas confirmés » que chez les autres !  En considérant chaque symptôme séparément, pas non plus de différence de prévalence significative. Selon une autre étude  effectuée sur 270.000 dossiers médicaux et peu commentée à sa sortie en 2021, 42% des patients atteints du covid et 30% des patients naguère atteints de la grippe ont présenté au moins un symptôme persistant entre trois et six mois après leur infection. Parmi les malades catalogués « grippe longue », plus de 14% ont souffert d’anxiété et de dépression, 5% ont présenté une respiration anormale et des maux de tête, un peu moins de 7% avaient des troubles intestinaux et 2% ont connu des problèmes cognitifs affectant leur mémoire et leur concentration, ce qui rappelle furieusement les effets à long terme du covid.  La différence de 12 % ? Dans le contexte d’hystérie collective et de matraquage médiatique anxiogène, il est compréhensible que les « covidés longs » aient été plus nombreux  que les grippés au long cours. Mais l’écart n’est pas très grand et le tableau clinique est clairement très ressemblant. Encore une prétendue spécificité qui n’en est pas une et dont l’évacuation laisse la coque quasiment vide la grippe covid, c’était la grippe annuelle rebaptisée !

La Chine cherche à utiliser le traité de l’OMS sur la pandémie pour étendre son système de crédit social à l’échelle mondiale : 

https://www.theepochtimes.com/china-seeks-to-use-who-pandemic-treaty-to-expand-its-social-credit-system-globally-advocate

extraits

Selon Reggie Littlejohn, présidente de Women’s Rights Without Frontiers, la Chine cherche à utiliser les amendements proposés par l’OMS et le traité sur la pandémie pour étendre son système de crédit social à l’échelle mondiale.

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) fait pression pour un traité sur la pandémie et des modifications du Règlement sanitaire international (RSI) actuel afin de renforcer sa position en cas d’urgence médicale. De plus, ces suggestions élargissent la définition des urgences pour englober les dangers potentiels, et pas seulement les blessures réelles. Une définition de « Une seule santé » qui inclut tous les événements dans la biosphère susceptibles d’affecter le bien-être humain est fournie dans le projet de traité. Le directeur général de l’OMS sera seul habilité à prendre des décisions en la matière. Les pays seront tenus de ratifier les accords de l’OMS.

Littlejohn a déclaré que si les amendements et le traité sur la pandémie étaient adoptés sous leur forme actuelle, « l’OMS passerait d’un organe consultatif à un organe obligatoire dont il est suggéré de supprimer les mots non contraignants ».

« Il y aurait donc un organisme de réglementation et un organisme d’exécution », a déclaré Littlejohn à « China in Focus » sur NTD, le journal jumeau d’Epoch Times.

Anéantir la souveraineté

Littlejohn a souligné l’approche One Health, affirmant qu’elle détruirait la souveraineté nationale car elle permet à l’organisation des Nations Unies de déterminer s’il existe un risque pour la santé en fonction de son évaluation d’une pandémie ou d’une pandémie potentielle.

Dans ce cas, l’OMS pourrait se déplacer dans le pays concerné non seulement en raison d’une pandémie ou d’un germe humain, mais aussi d’animaux, de plantes ou de l’environnement, selon Littlejohn.

« Donc, cela couvre essentiellement toutes les facettes de la vie sur Terre, et ils auraient le pouvoir de déclarer un risque potentiel pour la santé, puis ils auraient le pouvoir de nous dire comment le gérer » concernant les exigences de quarantaine, de vaccination, etc.

« C’est donc là que notre liberté médicale personnelle ou notre souveraineté personnelle serait détruite », a-t-elle noté.

Littlejohn a déclaré qu’il y avait une section dans le traité sur la censure de la désinformation et de la désinformation, c’est-à-dire tout ce qui contredit ce que dit l’OMS, permettant à l’agence d’identifier les personnes qui ne sont pas d’accord avec eux.

« Donc, ils vont nous surveiller. Et ils veulent aussi nous censurer », a-t-elle déclaré.

« Ce système de surveillance est très similaire à un nouveau passeport vaccinal ou à une identification numérique, qui est poussé par l’ONU et aussi le Forum économique mondial (WEF) », a-t-elle ajouté.

Développer le système de crédit social chinois

À son avis, cela ressemble également au système de crédit social chinois qui était en place pendant la pandémie.

Le système de code QR de santé utilisé tout au long des trois années de mesures extrêmes du zéro COVID en Chine est considéré comme un outil de surveillance du régime.

Compte tenu du pouvoir du régime communiste sur les organisations mondiales, la Chine pourrait chercher à dupliquer son approche de surveillance dans d’autres pays du monde.

«La Chine a un pouvoir bien démesuré à l’Organisation mondiale de la santé, aux Nations Unies, au Forum économique mondial; et donc, bien sûr, ils veulent imposer le modèle chinois, qui est le système de crédit social au monde entier », a-t-elle déclaré.

Et [le dirigeant du PCC] Xi Jinping a déclaré qu’il voulait jouer un rôle majeur dans la construction d’une sorte de gouvernance mondiale. Et je crois qu’ils le font par le biais de l’Organisation mondiale de la santé, et de cette piste parallèle du système de crédit social chinois à travers la surveillance, l’écoute sociale et la monnaie numérique de la banque centrale, essayant de suivre le monde entier comme un Chinois style Goulag », a-t-elle ajouté.

Covid: ils ont choisi la mort

Dr Gérard Maudrux, pour France-Soir

http://www.francesoir.fr/opinions-tribunes/covid-ils-ont-choisi-la-mort

 

TRIBUNE/ANALYSE – Médecin, après trois ans je n’ai toujours pas compris, et je pense que je ne comprendrai jamais : on a décidé de laisser mourir les patients atteints de Covid, on a empêché de les traiter. Un médecin ne laisse pas mourir un patient sans traitement. Un politique ne doit pas ordonner à un médecin de ne pas soigner et laisser mourir des patients sans traitement.  

Interdiction de traiter la maladie

L’Ordre ne doit pas enterrer le serment d’Hippocrate et ne doit pas poursuivre ceux qui restent fidèles à ce serment. On n’exige pas des médecins qu’ils guérissent, mais au minimum qu’ils essaient, qu’ils soignent. Personnellement ma devise a toujours été celle d’Ambroise Paré, chirurgien comme moi : « Guérir parfois, soulager souvent, soigner toujours ». Oubliés les serments, ignoré Hippocrate, méprisé Ambroise Paré.  

« On a décidé de laisser les patients sans traitement, jusqu’à ce qu’ils soient à la porte de la mort. »

Il y a eu une décision claire avec deux messages. Un pour les médecins : « Ne traitez pas, sinon uniquement avec du Doliprane ». Le second pour les patients, au cas où certains médecins feraient leur travail : « Si vous êtes malades, n’allez pas voir votre médecin, cela ne servira à rien. Allez en pharmacie, on vous donnera du Doliprane, et si vous allez vraiment mal, appelez directement le Samu ».  

On n’a rien essayé, on n’a pas laissé essayer, on n’a pas cherché, on a empêché de chercher. On a décidé de laisser les patients sans traitement, jusqu’à ce qu’ils soient à la porte de la mort. On a encombré les hôpitaux, sans essayer de l’éviter. 

Notre système de soins, qui a méprisé la prévention pendant des décennies pour ne s’occuper que des soins, a ici, sur ordre politique, interdit de traiter la maladie, pour ne s’occuper que de cette seule prévention, abandonnant les patients déjà atteints. On a tout misé sur le vaccin, ok.  

Mais un vaccin c’est fait pour empêcher d’attraper la maladie, cela n’est pas et n’a jamais été un traitement une fois la maladie attrapée (une très rare exception : la rage) ! Traitement du Covid et vaccin anti-Covid sont deux choses différentes, qui n’ont pas du tout la même action, l’un traite, l’autre empêche la maladie, ils sont même complémentaires. Dans toutes les autres maladies infectieuses, sans exception, on vaccine le cas échéant, et on traite toujours, sans aucune incompatibilité entre les deux. Vacciner, envisager de vacciner, n’empêche pas de traiter ! 

Et pourtant… 

Et pourtant des traitements, il y en avait, mais on a tout fait pour que cela ne se sache pas. Il y en a plusieurs, avec plusieurs centaines de publications dans le monde qui sont toutes cohérentes, convergeant vers le même résultat, quel que soit le produit : division par 4 des décès. Tous les médecins, tous les pays qui les ont utilisés ont vécu cette épidémie comme une mauvaise grippe. 

« Une étudiante en médecine du CHU de Marseille a colligé plus de 5 000 cas pour une thèse, avec 10 fois moins d’hospitalisations et de décès que sous Doliprane. (…) On l’a dissuadée de poursuivre, et elle a changé de sujet de thèse. » 

En début d’épidémie, avant qu’elle ne soit officielle, le virus circulait depuis septembre ou octobre 2019. Tous les patients étaient traités avec succès par certains antibiotiques comme l’azithromycine, pensant à des pneumopathies atypiques, qui se faisaient de plus en plus nombreuses. Une fois un nom sur cette épidémie de pneumopathies, ces médecins qui avaient déjà traité des milliers de patients avec moins de 1% d’hospitalisations, y compris chez les très âgés ont voulu communiquer leurs résultats.  

Ils ont tout de suite été convoqués par l’Ordre des médecins qui leur a demandé de se taire, sous peine de suspension. Une étudiante en médecine du CHU de Marseille a colligé plus de 5 000 cas pour une thèse, avec 10 fois moins d’hospitalisations et de décès que sous Doliprane. Je lui avais envoyé nombre de confrères. On l’a dissuadée de poursuivre, et elle a changé de sujet de thèse. 

Et puis il y a eu l’épisode hydroxychloroquine, avec celui qui a été présenté comme le « charlatan marseillais » par les médias, pourtant numéro un de la spécialité. On a préféré donner plus de crédit à un obscur Mehra qui a bidouillé n’importe quoi dans un garage de banlieue à Chicago pour stopper toutes les études en cours.  

Nos autorités, ministre en tête, ont été aussi brillantes sur ce coup qu’avec les avions renifleurs de pétrole sous Giscard. Un vieux dicton dit que le ridicule ne tue pas, c’est faux, en matière de covid le ridicule tue.  

Quand notre prétendu « charlatan » a été contrôlé par les cerbères de l’IGAS et les apprentis sorciers de l’ANSM, il a proposé aux inspecteurs de contrôler ses dossiers, ce dont ils se sont bien gardés. Il ne fallait pas traiter, donc ne pas savoir. « Cela ne marche pas » est une affirmation, un sophisme, pas un fait.

Le succès spectaculaire de l’ivermectine 

En ce qui concerne l’ivermectine, la France a été le premier pays au monde à traiter, avec un succès spectaculaire sur les plus fragiles en ehpads. Succès total dans les essais de Charlotte Bernigaud et de Pierre Loué le premier en prophylaxie, le second en thérapeutique.  

Ils ont bien essayé de reproduire et confirmer leurs résultats dans d’autres ehpads, mais ont essuyé un refus des autorités. L’un s’est présenté le 4 mai 2020 au comité Reacting de l’Inserm avec des fonds et 5 ehpads prêts à l’expérience. Refus.  

À l’agence du médicament (ANSM) on nous dit qu’il faut plus d’études pour valider, mais dans le même temps on interdit ces études. De qui se moque-t-on ? des patients ? Quand dans un ehpad à l’Isle d’Espagnac un médecin sauve la totalité des pensionnaires avec de l’ivermectine lorsque le virus entre dans l’établissement, la réaction a été claire : il a été obligé de démissionner pour ne pas être poursuivi. Il aurait dû laisser les patients sans soins, et passer au Rivotril si cela allait mal.  

La guideline de l’OMS sur l’ivermectine reprend le rapport Hill, relevant page 19 quatre fois moins de décès avec ivermectine. Ajouter qu’il faut plus d’études n’annule pas ce constat jusqu’à preuve du contraire. 

« On a décidé de ne pas donner la moindre petite chance de guérison au patient, aussi infime soit-elle. C’est inacceptable. »

Le Rivotril, seul « traitement » autorisé pendant un an, parlons-en. Tout médecin, dans sa carrière, a eu des cas qui relevaient de la sédation profonde et mortelle, j’en fais partie. C’est toujours fait en concertation avec tous les soignants du service, et uniquement une fois le feu vert de la famille donné.  

Surtout dans tous les cas, sans exception sinon c’est une faute grave, ce n’est qu’après avoir essayé tous les traitements possibles et imaginables, jamais en première intention. Ici cela a été fait sans que l’on essaie avant un traitement pouvant sauver le patient. On a décidé de ne pas lui donner la moindre petite chance de guérison, aussi infime soit-elle. C’est inacceptable. De plus souvent sans l’accord ou la présence de la famille, et pas toujours par le médecin traitant. 

À l’étranger 

Avec le recul, on peut constater que le monde a été divisé en deux. Les pays occidentaux, qui se prétendent plus intelligents que les autres, sachant tout, et les « pays en voie de développement ». Première constatation : globalement, ramené à la population de plus de 65 ans pour éliminer le biais lié à une population plus jeune, les pays les plus médicalisés ont eu 4 fois plus de morts que les pays pourtant moins médicalisés. Seconde constatation, les premiers n’ont pas soigné, les seconds ont laissé soigner. Et là on comprend mieux le résultat. 

Rappelez-vous l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) qui annonçait une hécatombe effroyable en Afrique, on a vu le contraire. Rappelez-vous l’OMS et la presse occidentale qui annonçaient une hécatombe en Inde avec le Delta. On a vu le contraire, mais rien dans la presse. Contrôlés par l’OMS qui a participé aux distributions (chut…), les États ayant distribué de l’ivermectine ont eu une vague 3 fois plus courte et 4 fois moins de décès que les États qui ne l’ont pas fait.

« Désolé, des chercheurs qui cherchent, on n’en trouve plus chez nous, mais on en trouve dans les pays plus pauvres. Chez nous on en trouve dans les grands laboratoires, mais ils cherchent le profit avant le résultat. »  

En Afrique, des chercheurs japonais ont fait un gros travail en mars 2021. Ils ont comparé les 31 pays qui distribuaient régulièrement de l’ivermectine en prévention de l’onchocercose, aux 22 pays non endémiques. Résultat : 8 fois moins de cas et 13,3 fois moins de décès, pour chacune des trois vagues qu’a connues l’Afrique à l’époque. Tout est dit, et seul un média autrichien en a parlé. Intéressant, ils ont également comparé les taux de vaccination dans les deux groupes : 1,94% dans le groupe ivermectine, contre 12,4% dans le groupe sans. 

En Asie, on a cherché, et on a trouvé. De Gaulle aurait dit : « Des chercheurs qui cherchent, on en trouve, mais des chercheurs qui trouvent, on en cherche ». Désolé, des chercheurs qui cherchent, on n’en trouve plus chez nous, mais on en trouve dans les pays plus pauvres. Chez nous on en trouve dans les grands laboratoires, mais ils cherchent le profit avant le résultat. 

Pendant que les pays occidentaux interdisaient non seulement de trouver mais aussi de chercher un traitement efficace contre le Sars-Cov-2, faisant confiance aux grands laboratoires pharmaceutiques gangrenés par de multiples condamnations pour fraudes dans leurs résultats et publications, les pays dits pauvres, c’est-à-dire sans intérêt financier pour les laboratoires pharmaceutiques, ont eu une approche beaucoup plus intelligente. Ils ont cherché dans leur pharmacopée ancestrale, ce qui pouvait être efficace, compte tenu des propriétés pharmaceutiques de chaque produit. 

Alors que, chez nous, on bloquait tout, se contentant de chasser la spike, ces pays ont fait ce que l’on nous a interdit de faire : après avoir constaté ce dont le virus avait besoin pour se développer et par quel mécanisme il était toxique, ils ont étudié quels étaient les produits pouvant d’une part empêcher la pénétration du virus et sa multiplication (notamment sur l’ACE2 nécessaire au virus pour pénétrer dans les cellules), et ce qui pouvait contrer ses effets délétères. Ils s’en sont bien mieux sortis que nous avec une mortalité également globalement 4 fois inférieure à la nôtre si on tient compte des plus de 65 ans (sinon c’est 10 à 30 fois inférieure).  

Ainsi, on retrouve nombre de publications au Moyen Orient et en Orient, qui montrent cette recherche intelligente. Contrairement à nous, ils n’ont pas regardé les plantes de leur médecine traditionnelle en tant que plantes, mais en fonction de leurs différents produits actifs.

Exemple au Pakistan, avec Ahmed et Jamil, partant du constat que c’était une maladie pulmonaire causée par un coronavirus, et que « le virus pénètre dans le corps de l’hôte en interagissant avec le récepteur ACE2 », ont très méthodiquement et logiquement recherché dans tous les travaux et les publications antérieurs (187 références) les plantes ayant des composés chimiques ayant des propriétés antivirales (sur ACE2), immunomodulatrices, antipyrétiques. 

Résultat de ces recherches, Sohaib Ashraf, a démarré fin avril 2020 une étude ERC « gold standard », Randomisée, Contrôlée, le top de la méthodologie selon nos autorités. 313 patients dans 4 centres. Les cas modérés ont récupéré 6 fois plus vite que dans le groupe placebo, et dans les cas plus graves et hospitalisés, 50% étaient sortis après 6 jours, contre 2,8% dans le groupe placebo, avec 5 fois moins de décès. La publication de l’étude a été bloquée presque 3 ans, il fallait attendre la fin de l’épidémie pour diffuser l’information (février 2023 !). 

« Du cumin noir ? De quoi faire sourire et se moquer nos pseudo-scientifiques qui ne regarderont pas les résultats. »

Avec quoi ont-ils traité ? De la Nigelle ou cumin noir. Son principal principe actif est la thymoquinone, largement étudiée il y a plus de 20 ans par nos laboratoires en raison de ses propriétés antiinflammatoires supérieures à la plupart des produits actuellement commercialisés et sans effets secondaires. Sans doute abandonnée au profit des substances synthétiques brevetables, la nigelle ne l’étant pas.

Du cumin noir ? De quoi faire sourire et se moquer nos pseudo-scientifiques qui ne regarderont pas les résultats. Que les moqueurs n’oublient pas que nous devons encore aux plantes nos traitements les plus efficaces : sans curare, pas d’anesthésie, la morphine qui est le plus puisant des antalgiques vient du pavot, l’aspirine nous vient du saule, l’if a révolutionné la chimiothérapie du cancer du sein, la digitaline pour le cœur vient de la digitale, j’en passe et des meilleurs, sans oublier la pervenche de Madagascar pour traiter les leucémies. Anecdote : la nigelle était très utilisée par Hippocrate dans ses préparations, sous son nom grec de mélanthium. 

Et puisque nous sommes à Madagascar, parlons-en. En pleine crise de Covid, leur Président, contrairement au nôtre, n’a pas décidé d’emmerder le peuple, mais de le soigner. Pour cela, il les a tous mis à l’artémisia, jusque dans les écoles. Résultat, ce pays aux très maigres structures de soins a eu 30 fois moins de morts par habitant que nous. Si on rapporte au nombre de plus de 65 ans, c’est 7 fois moins. Et ne dites pas qu’étant une île ils ont été protégés, car comme tout le monde ils ont eu droit à 7 vagues distinctes. Non vaccinés non plus (8%). Quand la France a tout de suite raillé son traitement via l’ANSM et l’Académie de Médecine, la réponse du Président a été :  « Le problème, c’est que cela vient d’Afrique, et on ne peut pas accepter qu’un pays comme Madagascar, qui est le 163e pays le plus pauvre du monde, ait mis en place cette formule pour sauver le monde ». 

Tous coupables

Depuis que le serment d’Hippocrate est imposé aux médecins, le refus de soins a toujours été une faute condamnable et condamnée. Depuis début 2020, le refus de soins est devenu une règle, une obligation, et ce sont ceux qui ont voulu refuser cette attitude qui sont poursuivis et condamnés pour avoir voulu soigner en leur âme et conscience, refusant de ne pas soigner les patients atteint par le Covid.

Et condamnés par qui ? Justement par ceux qui jusqu’alors étaient chargés de faire respecter ce serment. On retrouve ce reniement à tous les niveaux de l’État. Le président du Conseil Scientifique se plaignait par mail à Fauci (qui a financé la fabrication du Wuhan) qu’il avait du mal à empêcher la montée de l’hydroxychloroquine, et quand on veut convaincre le Président en passant par une de ses ministres pour lui parler de traitement précoce, il lui répond dans le quart d’heure : « Le traitement précoce, j’y crois, mais c’est le système qui bloque ». Ne rien faire, à ce niveau, c’est valider. 

Ce qui s’est passé n’est pas acceptable. Ce qui a été fait, c’est comme si à l’arrivée du Sida, on avait décidé de laisser mourir sans traitement les malades, en expliquant que c’est pour leur bien. On a assisté à une sorte de génocide des patients atteints, surtout des plus fragiles, qui étaient même refusés par les hôpitaux. En d’autres temps on aurait qualifié cela de crime contre l’humanité, mais les temps changent, la médecine aussi, pas dans le bon sens.

La profession, qui a accepté cela, a sa part de responsabilité. En deux ans ils auront détruit la confiance, il faudra à leurs successeurs une génération pour la rétablir, mais pour cela, il faudra commencer par expliquer pourquoi ce choix d’empêcher de soigner.

  • Gérard Maudrux est médecin, chirurgien retraité, ex-président de la Caisse autonome de retraite des médecins de France (CARMF).

Le pouvoir terrifiant de BIG PHARMA

avril 25, 2023

 De : https://markcrispinmiller.substack.com/p/the-more-you-tell-the-truth-the-stronger?

« Plus vous dites la vérité, plus vous devenez fort », a déclaré Tucker Carlson, trois jours avant qu’ils ne le virent pour cela 

https://etouffoir.blogspot.com/2023/04/le-pouvoir-terrifiant-de-big-pharma.html

Un commentaire pertinent de Robert F. Kennedy, Jr. (un autre homme honnête , ce que »notre presse libre » déteste aussi)

Robert F. Kennedy aujourd’hui sur Facebook :

Fox licencie Tucker Carlson cinq jours après avoir franchi la ligne rouge en reconnaissant que les chaînes de télévision ont poussé un vaccin mortel et inefficace pour plaire à leurs annonceurs Pharma. Le monologue d’un courage à couper le souffle de Carlson le 19 avril a enfreint les deux plus grandes règles de la télévision : Tucker a dit la vérité sur la façon dont les annonceurs avides de Pharma contrôlaient le contenu des informations télévisées et il a fustigé les présentateurs de nouvelles obséquieux pour avoir fait la promotion des injections qu’ils savaient mortels et sans valeur. Pendant de nombreuses années, Tucker a eu la plus grande audience du pays avec une moyenne de 3,5 millions de personnes, soit 10 fois la taille de CNN. Fox vient de démontrer le pouvoir terrifiant de Big Pharma.

L’ONU travaille à la dictature mondiale

L’Agenda 2030 de l’ONU, appelé « Objectifs de développement durable », est « un piège », écrit l’évêque de Santander, Manuel Sánchez Monge, Espagne, sur ElDiarioMontanes.es (15 avril).

Derrière des objectifs louables tels que « protéger la nature », « éradiquer la pauvreté et la faim », « de l’eau pour tous », l’agenda cache une tentative de corrompre la civilisation et d’introduire un désordre mondial « qui changera les croyances des individus » et établirait « un gouvernement mondial non élu et non démocratique », analyse Sánchez.

Le programme présente la famille et la religion comme des « problèmes » et des « éléments de conflit », et non comme des solutions. Il promeut l’avortement meurtrier et encourage l’utilisation massive de contraceptifs. L’intention est d’établir un régime « qui exclut de nombreuses institutions, en particulier celles qui ont un fondement chrétien ».

Tous les pouvoirs doivent être confiés aux Nations unies, dominées par les États-Unis, « et tout ira bien », affirme le programme.

https://gloria.tv/post/N6PksMm8jaxV1QJr433o916Zi

Le dilemme du  long Covid

https://hippocrateswellness.org/learning-centre/blog/magazine/the-long-covid-dilemma/?utm_medium=email&utm_source=sharpspring&sslid=Mzc2MTC0MDUxNDU3AAA&sseid=MzI1MTMzMTcwMQIA&jobid=df865cba-be90-4055-b2dd-e0978da16c2e

Par Brian Clement Ph.D., LN 

Jamais dans l’histoire de la médecine enregistrée nous n’avons eu un microbe qui s’est attardé et a reçu le placement distingué en tant que premier virus perpétuel. Au pire, dans le passé, nous avons vu que lorsque les gens contractent le rhume ou la grippe ou, encore plus sinistre, E. coli, etc., lorsqu’ils se rétablissent, ils peuvent endurer une courte période où ils ne se sentent pas aussi guillerets ou fort comme ils l’ont fait auparavant. Les scientifiques, les médecins et les cabinets du monde entier sont désormais confrontés à un dilemme qu’ils n’ont pas appris à l’école et qu’ils n’ont pas connu. LONG COVID, comme l’appelle la communauté allopathique, a entaché la vie de millions de personnes qui souffrent longtemps après avoir pris le vaccin expérimental ou contracté le 19 microbe. Bien sûr, il y a un débat et une controverse autour de la question « D’où vient-il ? », mais nous ne nous concentrerons pas là-dessus. 

 Ici, sur le campus Hippocrates Wellness, nous, comme tous les autres groupes de professionnels de la santé, travaillons quotidiennement avec des personnes qui nous parlent de symptômes qui persistent et persistent sans aucune aide viable des moyens conventionnels. Un institut qui prend cette situation désastreuse au sérieux est un groupe multidisciplinaire de médecins à l’UCLA. Le Dr Meghan Agarwal, cardiologue, utilise le mot POTS pour décrire la vaste symptomatologie exprimée par bon nombre de ces personnes. Le cerveau est le plus souvent touché puisque les gens décrivent leur incapacité à penser de façon claire et concise. C’est, je dirais, la plainte la plus courante. Beaucoup d’entre vous qui lisez ceci, qui ont souffert du virus, parlent de problèmes OLFACTIFS. Vous avez perdu votre capacité à sentir.

Les scientifiques ont finalement compris pourquoi cela s’est produit puisque ce virus breveté attaque les neurones du système nerveux et déroge à la muqueuse des tissus qui enregistre et perçoit le parfum. L’affaiblissement du système immunitaire est la 2ème maladie évidente qui peut s’exprimer en ayant plus de problèmes de santé via des rhumes ou même des maladies redoutables. Une fois vérifié, nous savons maintenant que le liquide céphalo-rachidien contient des quantités exceptionnellement élevées de protéines associées à l’inflammation. Cela signifie que votre armée de cellules immunitaires travaille dans le domaine du système nerveux plutôt que de combattre les microbes et les mutagènes qui nécessitent des adversaires des cellules immunitaires. Nous avons vu beaucoup de nos anciens élèves se porter bien pendant des années jusqu’à ce que le virus et/ou ses supposés antidotes se présentent. Un autre symptôme que nous observons est un virus persistant ; c’est là que les gens semblent ne jamais s’être remis de la contamination initiale. Ce qui a été découvert, c’est que cette souche covid observée à travers des symptômes neuropsychiatriques apparaît dans de petits paquets dans le cerveau et s’ouvre jusqu’à trois mois après l’infection initiale. Cela signifie que le bogue persiste longtemps dans le système nerveux central. Une autre étude a trouvé du matériel génétique du virus dans le cerveau des patients près de 8 mois après avoir ressenti leurs premiers symptômes. Une observation plus cachée et technique a été une attaque de macrophages. Il s’agit d’autopsies de personnes qui seraient mortes du virus. Les cellules précurseurs des macrophages et les globules rouges agissent dans la muqueuse cellulaire pour protéger les neurones et les astrocytes sains du cerveau. Lorsque le virus attaque la muqueuse, il déchire les parois qui tamponnent les neurones et les astrocytes, 

 Tout cela est étrange, inattendu et décourageant. Je pense qu’il est temps de revenir en arrière et de demander aux institutions qui ont breveté ce virus quel était leur objectif et, plus important encore, ce qu’elles peuvent faire pour créer des remèdes viables pour ceux qui souffrent de leur création manufacturée. Nous devons comprendre que vous ne pouvez pas breveter un virus naturel. Le Dr Martin, PDG et leader de l’ACAM, a clairement annoncé au monde qu’il y a des organisations, des gouvernements et des institutions au cours du dernier quart de siècle qui ont manifesté un microbe qui n’existerait pas avec la nature et ne proviendrait certainement pas de faire une chose perverse comme manger une chauve-souris. Long covid devrait laisser à chacun le temps de réfléchir à ce que l’humanité vient de vivre ces dernières années, en se posant les questions, comment, pourquoi, et surtout, OMS? Si vous souffrez de l’un des symptômes décrits, ici à Hippocrate, nous avons des méthodes et des pratiques qui se sont avérées efficaces pour traiter ce trouble universel. Si vous voulez une fois pour toutes laisser ce cauchemar derrière vous, il serait sage de vous engager pleinement et d’adopter ce mode de vie combiné à des traitements de médecine nutritive et énergétique. 

Le COVlD n’est pas provoqué par un virus : il s’agit d’une irradiation via le réseau 5G – Astrid Stuckelberger

 

https://odysee.com/@Roms17:d/Le-COVlD-n’est-pas-provoqu%C3%A9-par-un-virus,-il-s’agit-d’une-irradiation-via-le-r%C3%A9seau-5G:0

 

Le plus puissant des médicaments

 

Lors du formidable week-end « La victoire des Fourmis », j’ai rencontré beaucoup de fidèles abonné(e)s de Néosanté et cela m’a fait grand plaisir de mettre des visages cordiaux et chaleureux sur les noms figurant froidement dans notre fichier. Parmi toutes ces belles rencontres, il en est une qui m’a particulièrement réjoui et honoré, celle du Dr Victor Alda-Cazaux. Ce nom ne vous dit rien ? Normal : ce médecin-homéopathe français aujourd’hui retraité n’est pas une célébrité. Il n’a pas écrit de livre, on ne le voit jamais à la télé ou sur les réseaux sociaux et il ne s’est pas illustré parmi les chefs de file de la résistance au covidisme. Bien qu’anonyme, cette « fourmi » travailleuse a pourtant fait sa part de colibri pour tenter d’arrêter le train fou du délire pandémique. Dès le 15 mai 2020, il avait adressé une lettre aux députés de l’Assemblée Nationale afin de leur ouvrir les yeux. Et en juillet 2021, il reprenait la plume pour s’adresser au président de l’Ordre des Médecins en l’adjurant, lui et ses confrères, de retrouver la raison. Mais le praticien à la retraite n’avait pas attendu l’ouverture du Corona Circus pour s’opposer à la dérive du système médical : en 2018 déjà, il avait écrit à la Haute Autorité de Santé pour alerter ses membres sur l’inefficacité flagrante du vaccin antigrippal et sur l’existence d’une alternative efficiente. Le Dr Alda-Cazaux m’a envoyé copie de ces trois courriers et leur fil rouge commun m’a convaincu que ce médecin intrépide menait un combat essentiel : il se bat pour faire connaître et promouvoir le plus puissant des médicaments ! Un médicament 100% naturel, qui ne coûte rien et que chacun possède en lui puisqu’il s’agit – vous l’aurez deviné – de la fièvre.

Un thermostat perfectionné

Dans notre mensuel, et encore dernièrement dans le numéro d’avril, nos chroniqueurs naturopathes ont maintes fois souligné le rôle bénéfique et capital de l’hyperthermie corporelle. Ce processus supervisé par le cerveau limbique est une composante très intelligente de l’immunité et une réponse particulièrement performante aux pathologies infectieuses. En s’élevant, la température du corps régule l’action positive des microbes et les élimine lorsque leur mission est accomplie. Si les bactéries ou les virus prolifèrent dangereusement, notre thermostat cérébral va également intervenir pour « brûler » les micro-organismes trop zélés. Ce mécanisme interne est tellement perfectionné qu’il adapte le nombre de degrés au type de germe bactérien ou viral opérant dans le corps humain. La fièvre n’est (presque) jamais le problème, c’est (presque) toujours la solution à une perte de santé. Ce n’est pas un symptôme à combattre, c’est au contraire un signe de vitalité à favoriser tant que l’organisme est apte à supporter son œuvre calorifique. Loin d’être une ennemie, la fébrilité est une précieuse alliée du corps dans ses efforts d’auto-guérison. Tout cela est archi-prouvé scientifiquement et a notamment été démontré par le Pr André Lwoff, prix Nobel de Médecine en 1965, qui a mis en évidence la fonction antivirale de la fièvre, ainsi que par les travaux d’André Kirn, un autre chercheur français, qui a démontré sur des lapins le rôle salutaire de la fièvre et l’impact délétère des médicaments fébrifuges. Rassemblées par le Dr Roger Fix, ces preuves et d’autres figurent dans le dossier que nous avons consacré à la fièvre, « cette grande guérisseuse oubliée », dans le numéro 62 (décembre 2016) de notre revue.

La victoire de Victor

Dans ses missives, le Dr Alda-Cazaux insiste tout particulièrement sur les recherches édifiantes de Kirn et ses collègues car elles démontrent indubitablement que la France avait une bonne longueur d’avance dans la compréhension de l’état fiévreux. Il est honteux et scandaleux que les découvertes du virologue strasbourgeois et celles d’André Lwoff dans les années 60 ne soient pas aujourd’hui enseignées, ni même évoquées,  dans les facultés de médecine hexagonales et, par « contagion », dans toutes les universités du monde. Dans la patrie de Descartes, la religion pasteurienne a clairement  pris l’ascendant sur la science et sur la sagesse hippocratique qui recommandait déjà de ne pas (trop) contrecarrer les manifestations fébriles chez un malade. Via ses lettres, l’ami Victor ne s’est pas contenté d’apporter des références scientifiques à l’appui de ses suppliques, il a aussi témoigné de son expérience personnelle de patient fébricitant : depuis qu’il a pris conscience du rôle bienfaisant de la fièvre, il lui a toujours laissé le champ libre et a toujours guéri de ses propres somatisations infectieuses sans recourir aux médicaments antipyrétiques. Dans sa lettre au conseil de l’Ordre, que je reproduis ci-dessous avec l’accord de son auteur, le toubib raconte qu’il n’a pas eu peur du covid et qu’il n’a pas dérogé à sa règle de vie lorsqu’il a lui-même été infecté au printemps 2020. Il lui a fallu deux semaines pour triompher du coco, mais il s’en est sorti avec ce seul remède, hormis un traitement symptomatique de la toux. Non sans pertinence, le septuagénaire note que sa fièvre élevée et de longue durée n’a pas dégénéré en tempête de cytokines et il fait l’hypothèse que cette évolution péjorative serait plutôt le lot des personnes médicamentées. Ce soupçon est à nos yeux fondé et nous avons plusieurs fois suggéré que l’abaissement artificiel de la fièvre était lié à la complication des infections et aux orages cytokiniques. Le conseil de rester chez soi et de prendre du paracétamol était donc le plus stupide qui soit. Ou le plus adéquat s’il s’agissait de saboter les systèmes immunitaires et de créer un vrai problème iatrogénique pour donner la fausse illusion d’un péril pandémique…

Ils n’avaient pas d’excuses

En lisant les différents courriers du Dr Alda-Cazaux, je me suis fait la réflexion qu’il s’agissait de documents importants : ils illustrent qu’avant même la « crise sanitaire », les pouvoirs impliqués dans sa gestion ne pouvaient pas ignorer le rôle bienfaisant de la fièvre et la contre-productivité du conseil consistant à la freiner. Ni les instances académiques, ni les autorités de santé, ni la classe politique ne peuvent invoquer leur ignorance pour justifier leur criminelle omerta sur le caractère thérapeutique du mécanisme pyrétique. À défaut d’être formés au respect du processus fiévreux,  tous les acteurs concernés avaient reçu les informations sur ce moyen prodigieux d’affronter les fléaux infectieux. Au demeurant, les leaders de la résistance issus du monde médical n’ont pas non plus d’alibi lorsqu’ils vantent des « traitements précoces » toxiques et inopérants au lieu de militer pour la fièvre, le plus sain et le plus souverain des remèdes contre les grippes et les pneumopathies en tous genres. Les lettres de notre abonné Victor, dont je publie ci-dessous celle adressée à l’Ordre des Médecins, sont des éléments à charge et des pièces à conviction lorsqu’il faudra trainer tout ce beau monde au tribunal et l’inviter à plaider coupable, a minima par omission. Au premier rang dans le box des futurs condamnés, il ne faudra évidemment pas oublier d’aligner les boss de la pharmafia, les patrons des labos pharmaceutiques qui vendent et continuent de promouvoir les médicaments anti-fièvre. Hier, en voulant visionner une vidéo, je suis tombé sur une publicité pour une marque de paracétamol ciblant les enfants et promettant aux parents que ce médoc allait résoudre les douleurs et la fièvre de leurs marmots. En 2023, ce type de propagande peut selon moi être qualifiée de complicité d’assassinat. S’ils courent toujours, les assassins ne doivent pas croire qu’ils échapperont éternellement à la justice, celle des hommes ou celle des lois supérieures.  Et au jour du grand jugement, le donquichottesque docteur Alda-Cazaux pourra se féliciter d’avoir mené sa discrète mais courageuse croisade.

                                      Yves RASIR

PS: Aux dernières nouvelles, le Dr Alda-Cazaux a pris langue avec un avocat et il  s’apprête à déposer plainte contre les autorités sanitaires et les ministres (in)compétents en la matière pour avoir préconisé le paracétamol et mis ainsi en danger la vie d’autrui. Si cette démarche aboutit à quelque chose, je vous tiendrai bien sûr informés.

 

 

LA LETTRE DU Dr ALDA-CAZAUX

 

Docteur Victor ALDA-CAZAUX

116 rue du Général Leclerc 

94000 Créteil

Courriel victoralda@gmail.com

Tél : 06 50 58 94 35

                                   Créteil, le 26 juillet 2021,

À Monsieur le Président du conseil de l’Ordre des Médecins

Monsieur le Président, et Cher Confrère,

Dans la crise sanitaire que nous traversons, le contenu de cette lettre revêt une importance particulière, que, je l’espère, vous jugerez à sa juste valeur.  Je souhaiterais attirer votre attention sur une habitude, non seulement française mais mondiale, qui est de « traiter la fièvre », dès que celle-ci dépasse 38°. Je pense, comme l’ont démontré les études scientifiques sur ce sujet, que cette funeste habitude est responsable de la grande majorité des décès qui sont à déplorer dans toutes les maladies virales et dans les plus courantes d’entre elles que sont la grippe, et depuis 18 mois maintenant, la nouvelle maladie du Covid- 19.

La démonstration de ce fait a été apportée il y a 55 ans, en 1965, par l’équipe du professeur André Kirn, de l’Institut de Virologie de Strasbourg : cette équipe a inoculé à 72 lapins, par voie intratrachéale, un broyat de virus de la vaccine, qui n’est autre que la pneumonie du bœuf. Tous les lapins ont fait de la fièvre, après une incubation de quelques jours. Il a alors divisé les lapins en 2 lots de nombre égal : un lot auquel il a été administré du Pyramidon, l’antipyrétique de l’époque, équivalent de notre Paracétamol actuel, de manière répétée, de façon à maintenir la température,  à des hauteurs physiologiques , et un 2° lot, appelé Lot témoin, qui n’a reçu aucun traitement, et que l’on a laissé se débrouiller avec sa fièvre, sans aucune intervention particulière. Au bout de quelques jours, on a compté les morts dans les 2 lots : Le lot qui avait effectivement baissé sa température, est mort dans une proportion de 100%. Dans ce lot-là, les seuls lapins qui ont échappé à la mort, sont ceux qui ont été réfractaires au Pyramidon, et qui, malgré celui-ci ,ont conservé leur fièvre élevée. Dans le lot qui n’avait reçu aucun traitement, seuls 22% des lapins sont morts, c’est-à-dire que 78% des lapins, sans aucun traitement, ont réussi à guérir grâce précisément à cette fièvre.

Si l’on transpose ces observations en médecine humaine, en mettant ces chiffres en parallèle voici le problème arithmétique que l’on pourrait poser : Sachant qu’une maladie fébrile à virus est mortelle pour un mammifère inférieur à 100% quand on fait baisser la fièvre, et n’est mortelle qu’à 22%, quand on respecte cette fièvre, quelle serait la mortalité d’un mammifère supérieur, l’homme, qui est au sommet de la pyramide des mammifères, dans une maladie virale qui n’est mortelle chez l’homme, en utilisant des antipyrétiques systématiquement, qu’à 1,93% des cas, si l’on respectait la fièvre ? Comment je trouve ce chiffre de 1,93% ? c’est le rapport du chiffre des décès par covid officiellement comptabilisés en France  sur le nombre total de cas : à l’heure où j’écris cette lettre, 112.000 morts pour 5,8 millions de cas positifs.

On peut raisonnablement penser que sans antipyrétique, et sans aucune molécule, en respectant simplement l’évolution naturelle de cette maladie, la mortalité serait quasiment insignifiante, de quelques centaines peut être, et encore !

J’en vois pour preuve mon cas personnel : j’ai commencé la maladie du covid 19 le 16 mars. Je n’ai jamais pris le moindre comprimé d’antipyrétique ; j’ai seulement pris des antitussifs, car j’avais une toux continuelle, très pénible, aggravée en position couchée et à partir de la tombée de la nuit. Les 10 premiers jours, j’avais une fièvre très modérée, entre 38° et 38°5, qui, à ces hauteurs-là, ne pouvait venir à bout du virus. Mais à partir du 10° jour et jusqu’au 15°, la fièvre est enfin montée entre 39° le matin et 40° le soir pendant 5 jours, et c’est cela qui a enfin liquidé le virus.

L’exemple contraire à mon cas, est apporté par un homme que je connaissais, Pierre, tombé malade au même moment que moi. Lui, a voulu prendre du Paracétamol, comme on le conseillait sur les médias télévisuels. Au bout de 5 jours de ce traitement, ce monsieur suffoquait. Il a été conduit en réanimation, et 15 jours plus tard, il a succombé à l’Hôpital Henri Mondor de Créteil.

Vous trouverez ci-joint le compte rendu à l’académie des sciences des expériences du Professeur André Kirn de 1965. Je pense qu’elles sont assez explicites pour que la médecine française et mondiale révise sa position vis-à-vis de la fièvre, en admettant enfin que la fièvre est l’élément essentiel de nos défenses immunitaires contre les virus, et contre toute infection en général, et qu’elle conditionne tous les autres mécanismes de défense, en particulier la production d’interféron, l’activation des lymphocytes B et T, et la production d’anticorps. Si on la fait baisser, toutes ces bonnes réactions en cascade ne se produisent pas, et c’est l’aggravation assurée. Vous remarquerez aussi dans les expériences du Pr Kirn, que le dosage de la virémie chez les animaux traités par le Pyramidon était 100 fois plus important que chez les animaux témoins : L’usage d’antipyrétiques multiplie la quantité de virus actifs par 100. Comment voulez-vous ne pas avoir d’aggravation jusqu’à la mort, si vous aggravez la maladie par un facteur 100 ?

Vous remarquerez également que sans antipyrétiques, le fameux orage de cytokines dangereux du 10° jour ne s’est pas produit dans mon cas. Je soupçonne fortement les antipyrétiques d’être responsables de cet orage-là. Car la majorité des médecins n’ont toujours pas compris que notre corps a une intelligence naturelle régulatrice, et que celle-ci évite les excès de toute sorte : Les évènements arrivent en leur temps et au moment opportun, si on ne les contrarie pas !

Monsieur le président de l’ordre, je sais que ma démarche va beaucoup vous surprendre. Certains de mes amis, qui partagent mes idées sur la question, voulaient m’en dissuader, en me disant que je me jetais dans la gueule du loup. Bien que je comprenne que pour arriver dans la position qui est la vôtre, vous avez dû vous limiter à des idées très consensuelles et normatives de la profession médicale, il est vrai que je suis un original, puisque je me suis dirigé vers la science homéopathique, après avoir fait mon cursus normal, en 1978, après mon titre de Docteur en médecine. Je n’ai jamais regretté cette orientation, qui est extrêmement respectueuse de la nature, des défenses naturelles , et des mécanismes de guérison, qu’elle se contente d’activer.

Il serait bon que les instances médicales officielles, dont fait partie l’Ordre que vous présidez, respectent les différentes sensibilités de la profession. Leur diversité, constitue non pas un obstacle, ou un appauvrissement de notre art de guérir, mais au contraire une richesse. Ne parle- t-on pas du respect de la diversité, en écologie ? Pourquoi alors faudrait- il des médecins tous formatés sur le même modèle ?

J’espère, monsieur le président, et cher confrère, que cette lettre vous aura ouvert les yeux sur la nécessité de respecter la fièvre, non seulement dans l’épidémie que nous sommes en train de vivre, mais également dans toutes les maladies virales, telles que la grippe, les fièvres à VRS chez les enfants, ou les maladies infantiles.

Si vous êtes convaincu, je vous remercie de bien vouloir faire connaitre les expériences du Pr André Kirn à l’ensemble de la profession médicale, en en faisant part aux sociétés savantes telles l’Académie de médecine, aux infectiologues hospitaliers, et aux organismes tels que l’HAS, l’ANSEM, les ARS etc… Venant de moi, cela passerait probablement inaperçu, mais de votre part, cela aurait bien plus de poids ; je n’ai jamais compris cette tâche aveugle de la profession médicale sur l’intérêt de la fièvre. Son respect pourrait sauver des dizaines de milliers de vie chaque année. L’utilisation des antipyrétiques, est à mon avis, la plus grave erreur thérapeutique de notre profession.

En espérant avoir éveillé votre intérêt, veuillez agréer, monsieur le président et cher confrère, l’expression de mes respectueuses salutations.

                                                                                  Dr Victor ALDA-CAZAUX

C’est quoi VRAIMENT le « SIDA » ?

par Jérémie Mercier | 

Comme promis, je viens de sortir ma première vidéo d’explications sur le « SIDA », intitulée « C’est quoi vraiment le « SIDA » ? » de ma série « Comprendre l’affaire « SIDA » ».

Cette sortie a été retardée compte-tenu du « fact-checking » que ma première vidéo (d’introduction) du 15 avril a subi de la part de l’AFP Factuel suite à une dénonciation de Tristan Mendès France. Comme l’AFP a un contrat avec Facebook, suite à ce « fact-checking » de l’AFP Factuel il en a automatiquement découlé l’ajout sur ma vidéo sur Facebook d’un avertissement. Et coïncidence ultime, ma vidéo a été censurée de YouTube 2 jours après et je ne peux plus rien publier sur ma chaîne pendant encore 8 jours (avec la menace d’une fermeture de ma chaîne en sus).

Je ne pensais pas que mes réflexions sur l’affaire « SIDA » allaient susciter aussi rapidement la censure, le « fact-checking » et une telle haine des chiens de garde du système (ils sont nombreux) !

Quoi qu’il en soit, j’ai voulu sortir cette vidéo « C’est quoi vraiment le « SIDA » ? » pour revenir aux fondamentaux. Tu peux la voir sur ces liens https://crowdbunker.com/v/wo5xe1dt et https://odysee.com/@jeremiemercier:0/1)-C%E2%80%99est-quoi-vraiment-le–SIDA—:9 

PARMI LES COMMENTAIRES :

Montagnier, n’oublions pas qu’il disait aussi que les vaccinés 3 fois auraient des surprises en faisant des tests sida. Je pense que d’une certaine façon, sans se dédire, il donnait des pistes pour comprendre que c’était la même escroquerie avec les mêmes conséquences 

 

Note de TAL : excellente émission de Jérémie qui montre bien l’escroquerie du SIDA qui a été une manipulation des peuples au nom d’un scientisme totalement dénué de vraies fondements scientifiques.

Une étude constate l’augmentati

on des tumeurs au cerveau en Corée du Sud et la corrèle avec l’utilisation des téléphones portables

https://phonegatealert.org/une-etude-constate-laugmentation-des-tumeurs-au-cerveau-en-coree-du-sud-et-la-correle-avec-lutilisation-des-telephones-portables/

LE CANULAR GENOCIDAIRE

Prepareforchange

Lanceuse d’alerte de longue date, le Dr Rima Laibow rejoint Alex Jones pour parler du canular génocidaire COVID, qui dure depuis des décennies, selon les élites qu’elle avait l’habitude de traiter, qui lui en parlaient.

Elle demande:

    « Comment est-ce possible? Comment chaque nation du monde, 196 États-nations ; comment chacun d’entre eux pourrait-il s’engager à détruire son peuple ? A renoncer à leur souveraineté ? À l’élimination de tout type de consentement éclairé personnel ? Comment un pays peut-il faire cela – et comment se fait-il que TOUS le fassent ?

    « La véritable source du mal, l’organisation, la destruction vient de John D Rockefeller Sr et de son fils, John D Rockefeller Jr. Avant le tournant du 20e siècle, le premier milliardaire du monde, John D Rockefeller Sr et son fils, Junior a pensé à la société qu’ils voulaient voir.

    « Maintenant, ces hommes étaient des génocidaires, ils étaient des eugénistes, ils étaient impitoyables, ils étaient des psychopathes. Ils ont réalisé qu’ils pouvaient utiliser la philanthropie prédatrice pour façonner tous les aspects du monde. Et ils ont présenté le monde qu’ils voulaient voir – qui est le monde vers lequel les mondialistes se dirigent maintenant.

    « Le mouvement social à l’époque s’appelait Fabian Socialism, il ne s’appelait pas Globalism mais c’était la même chose : Domination totale, totale, du niveau de l’ADN, out.

    «Ils ont payé pour la science et ils ont dirigé la science et ils ont utilisé la philanthropie et l’influence du gouvernement, qu’ils ont achetées et qu’ils ont créées au fil des décennies et des décennies, dans le monde entier.

    « Ils ont pénétré tous les gouvernements de la planète et ils ont créé la science qui leur permettrait de prendre le contrôle de notre ADN, de nous transformer en éléments de l’Internet des objets ; leurs serviteurs, leurs sous-classes, leurs Untermenschen et les laisser au sommet, les néoaristocrates.

    « Ce plan a été mis en œuvre, n’attendant que la science de la manipulation génétique, la transmission par micro-ondes pulsées, la nanotechnologie, etc.

    « Et maintenant, ils ont la science et ils sont prêts à partir. »

Le Dr Rima dit que la réponse immédiate est de #ExitTheWHO, en visitant son site Web, PreventGenocide2030.org., qui est préchargé avec des formulaires que vous pouvez remplir rapidement et qui généreront automatiquement des lettres à vos représentants en quelques clics seulement – et ce non seulement aux États-Unis mais aussi au Canada, au Royaume-Uni et partout dans le monde.

Exemple de lettre pour les autorités du  Canada :

Le Canada n’a jamais eu à faire face à une menace immédiate à sa souveraineté.  La souveraineté Canadienne est  présentement négociée secrètement via les amendements et propositions au traité en réponse aux pandémies du Règlement Sanitaire International (RSI)  sous L’ORGANISATION MONDIALE DE LA SANTÉ (OMS).

Si le Canada accepte ces  initiatives de l’OMS  cela donnerait au  directeur Général  de l’OMS le pouvoir dictatorial d’exercer une influence indue en réponse aux pandémies, affectant de façon critique la gouvernance et les opérations  de chaque pays membre sur la santé personnelle des individus, en utilisant une approche totalitaire annulant ainsi la liberté personnelle de choix en matière de santé.

Tout ce qui est requis pour que ceci se concrétise est que le Directeur Général, par  son pouvoir décisionnel,  non restreint,  déclare l’état d’urgence internationale.  “Les négociations secrètes ont pour but de donner à l’OMS les moyens de prendre le contrôle des opérations du gouvernement du Canada en réponse à de futurs “pandémies” que celles-ci soient authentiques ou non.

Si cela arrive, Nous, le peuple du Canada ferons face à une perte indéniable de nos droits à une souveraineté personnelle et une autonomie corporelle autrement connues comme le droit à un consentement éclairé.  Ce droit est garanti au peuple canadien  dans la convention de Genève ratifiée en 1949 par le Canada ainsi que dans notre propre Loi Canadienne: “Déclaration Canadienne des Droits” de 1960 ainsi que la Loi Constitutionnelle Canadienne de 1982

Vous avez fait le serment de protéger et défendre la constitution canadienne et la loi contre les ennemis étrangers ou domestiques.

En tant que membre du peuple,  je vous demande  d’user de votre pouvoir d’influence immédiatement  pour enquêter et travailler à arrêter cette menace domestique et étrangère à notre souveraineté et survie  de ce pays et son peuple.

Je vous enjoins urgemment à faire cesser ces négociations secrètes et faire tout ce  qui est en votre pouvoir pour que le Canada se retire de façon permanente de l’OMS et des Nation Unis (ONU)  deux organisations qui ne servent pas les besoins et intérêts des Canadiens.  La souveraineté et l’indépendance du Canada, ainsi que celle de son peuple doivent être protégées et vous êtes liés à protéger les deux.Encore une fois je vous enjoins à divulguer et supporter les mesures pour que le Canada se retire de l’OMS et l’ONU  puisque les deux organismes sont devenus une menace à la souveraineté du Canada et sa survie.

Dans l’attente de recevoir un une réponse favorable en temps, stipulant les grandes lignes de votre plan d’action pour préserver l’indépendance et la souveraineté du Canada.

Bien à vous en santé libre.

Dr Makis : décès d’enfants et technologie ARNm

https://odysee.com/@Cielvoile:e/decesenfant:f

Note de TAL : Cette vidéo est vraiment BOULEVERSANTE : elle montre  notamment que les enfants vaccinés contre le COVID ont 137 fois plus de chance de mourir que les enfants non vaccinés. LA PREUVE EST LA QUE CES SOI DISANT « VACCINS » NE SONT PAS DESTINES A PROTEGER NOS ENFANTS MAIS A LES TUER ! Les autorités font tout pour cacher ces informations capitales ! FAITES CIRCULER !!

Quoi? «La santé publique fédérale au Canada savait que les vaccinés pouvaient et portaient les mêmes charges virales COVID que les non vaccinés avant l’imposition des mandats» ; alors pourquoi diable le vaccin COVID était-il OBLIGATOIRE ?

Pourquoi était-il obligatoire pour les fonctionnaires fédéraux? 

Dr Paul Alexandre

 

Le premier ministre du Canada Trudeau devrait baisser la tête de honte pour les souffrances qu’il a infligées aux Canadiens. Il a été ridiculisé car il a l’air de savoir de quoi il parle, mais il semble absurde, ayant été nourri de la science des ordures et des données des fraudes à l’ASPC et à HC.

Ainsi que Doug Ford de l’Ontario et Jason Kenney de l’Alberta et les autres idiots de la Colombie-Britannique. Beaucoup de ces personnes doivent faire l’objet d’une enquête car je ne peux pas penser qu’elles soient si incompétentes, il doit y avoir eu un certain niveau de malversation. Ces personnes ont fait que nos militaires, nos policiers ont été vaccinés et en danger. Ces personnes précieuses, nos agents frontaliers, ne savent tout simplement pas encore ce qui s’en vient. Savez-vous combien de personnes mourront à temps à cause de l’injection frauduleuse du gène COVID ?

Ce n’était JAMAIS une pandémie de non vaccinés, c’était toujours une pandémie de VACCINÉS quant à l’infection, la réinfection, l’hospitalisation et la mort.

Pourquoi ces crétins, ces idiots, ces idiots irrationnels, illogiques ne nous ont-ils pas écoutés quand nous leur avons donné la science ? Pourquoi exigeriez-vous quelque chose qui n’arrête pas la transmission car les données étaient également claires que le vaccin COVID (non stérilisant et non neutralisant sur l’antigène cible, c’est-à-dire qu’il ne conférait pas une immunité complète, n’arrêtait pas l’infection, la réplication, ni la transmission. 

 

Ces gens au Canada sont des criminels pour la façon dont ils ont fait souffrir la société. Inutilement. Beaucoup devraient être emprisonnés.

 

Bientôt des injections vaxxinales sans fin

Les coeurs unis Magazine

 

Par le Dr Mercola

[Résumé]

Même si les injections d’ARNm COVID sont les produits médicaux les plus dangereux jamais mis sur le marché, les fabricants de vaccins et les agences de santé américaines poursuivent leur route avec une longue liste d’injections à base d’ARNm, y compris des injections combinées pour couvrir plusieurs infections virales.

Si les vaccins COVID sont les injections les plus dangereuses que nous ayons

jamais vues, qu’est-ce qui leur fait penser que les vaccins à ARNm contre le

cancer, les maladies cardiaques, la grippe, le virus respiratoire syncytial (VRS),

le VIH ou toute autre maladie seront plus sûrs ?

[NDLR Rappelons que plusieurs équipes indépendantes de Big Pharma ont

analysé le contenu de plus d’une dizaine de marques de vaccins anticovid et n’y ont détecté en réalité aucune trace d’ARNm, mais des étrangetés à base de graphène, d’hydrogel et de métal. 

 

►Un groupe international de scientifiques a découvert que douze marques

d’injections de Covid contiennent de l’hydrogel et de l’oxyde de graphène réduit

►La microscopie électronique à balayage et à transmission révèle la présence

d’oxyde de graphène dans les vaccins contre le CoV-19

►Une ancienne employée de Pfizer confirme la présence d’oxyde de graphène

dans les vaccins Covid

Rappelons aussi que le graphène tend à être éliminé du corps en quelques mois,

au moins lorsqu’il n’est pas sous forme d’hydroxyde, ce qui nécessite sa

réinjection régulière dans l’organisme si on veut l’y maintenir pour qu’il

remplisse son rôle, d’où la multiplication des vaccins et des rappels.

Des vaccins antigrippaux à base d’ARNm sont également en préparation. Pfizer et Moderna ont tous deux lancé des essais de vaccins antigrippaux à

base d’ARNm à l’automne 2022.

Moderna développe également des vaccins à ARNm contre le zona et l’herpès

génital sur la base de la même plateforme que celle utilisée pour son vaccin

COVID – une technologie qui n’arrête pas l’infection et peut déprimer votre

fonction immunitaire de sorte que vous devenez plus enclin aux infections et aux maladies chroniques de toutes sortes.

[Source : articles.mercola.com]

TERRIBLE! Bill Gates fait un effort de financement pour normaliser la pédophilie par le biais d’une organisation internationale

Prepareforchange

Extraits :

Le dégoûtant milliardaire de gauche Bill Gates a été surpris en train de financer une mission internationale visant à normaliser la pédophilie et à sexualiser les enfants par l’endoctrinement.

Il est apparu que Gates, qui siège au conseil d’administration de Planed Parenthood, est un soutien financier de la Fédération internationale pour la planification familiale (IPPF), une organisation qui plaide également pour la sexualisation des enfants à un plus jeune âge.

Rappelez-vous que la seule chose que Bill Gates a dit qu’il pouvait apprendre de la mort du pédophile notoire Jeffrey Epstein était que « nous devons être plus prudents ».

Au cours des dernières années, Gates a versé 80 millions de dollars à l’IPPF, qui s’efforce de convaincre le monde que les enfants sont des «êtres sexuels» et qu’il est contraire à l’éthique de leur refuser le droit d’avoir des expériences sexuelles.

Et Bill Gates n’arrête pas de donner tranquillement des sommes colossales à cette organisation obsédée par la sexualité des enfants.

Doit-on être surpris ? Ou Gates se cache-t-il dans un site ordinaire ? Après tout, c’est l’homme dont la femme a divorcé parce qu’il a refusé de mettre fin à son amitié avec le pédophile le plus notoire de notre époque.

Le soutien de Bill Gates à l’IPPF ne serait pas un tel problème si l’organisation n’exerçait pas une influence significative sur l’éducation sexuelle mondiale, comprenant 120 organisations indépendantes dans plus de 146 pays.

L’élite mondialiste travaille dans les coulisses depuis des décennies pour construire la réalité dans laquelle nous vivons en ce moment et Bill Gates n’est pas le seul membre de l’élite à travailler pour supprimer l’âge du consentement dans le monde et décriminaliser les relations sexuelles avec des enfants.

Le Forum économique mondial de Davos en a fait un principe central de leur programme diabolique et ils utilisent leur influence auprès de gouvernements corrompus et infiltrés pour créer un monde qui n’est pas sûr pour nos enfants.

En 2017, la Fondation internationale de psychiatrie pédiatrique de Bill Gates a publié une boîte à outils qui a fourni un aperçu révélateur de leur programme ignoble et a démontré exactement comment ils tentent d’enseigner l’éducation sexuelle aux enfants du monde entier. Cette boîte à outils s’intitulait « Enseigner aux enfants la sexualité ».

 

Une étude de transmission asymptomatique en 2020 hors de Chine utilisant un échantillon de 10 millions de personnes, nous a montré que la transmission asymptomatique de ce virus COVID était un MENSONGE 

 

Fauci et  tout le monde le savait !

Le mensonge de transmission asymptomatique était de vous forcer à vous enfermer, à vous procurer des masques et à vous faire vacciner contre le gène de l’ARNm frauduleux ; sur 300 asymptomatiques, AUCUN n’a produit de virus infectieux VIVANT via une RT-PCR surcyclée (> 24 cycles)

Dr Paul Alexandre

300 cas asymptomatiques… Il n’y a eu aucun test positif parmi 1 174 contacts étroits de cas asymptomatiques. »

Ce fut l’une des premières études montrant que la transmission asymptomatique était vraiment inexistante et rare, voire pas du tout, pour ce pathogène. Experts en santé mondiale, par ex. Le CDC, la FDA, le NIH, l’ASPC, etc. le savaient, mais ont décidé d’effrayer le public avec des mensonges sur la transmission. C’était pour forcer les verrouillages et vous prendre l’injection de fraude.

Des mesures strictes de contrôle du COVID-19 ont été imposées à Wuhan entre le 23 janvier et le 8 avril 2020. Les estimations de la prévalence de l’infection après la levée des restrictions pourraient éclairer la gestion de la pandémie après le verrouillage. Ici, nous décrivons un programme de dépistage des acides nucléiques du SRAS-CoV-2 à l’échelle de la ville entre le 14 mai et le 1er juin 2020 à Wuhan. Tous les résidents de la ville âgés de six ans ou plus étaient éligibles et 9 899 828 (92,9 %) ont participé. Aucun nouveau cas symptomatique et 300 cas asymptomatiques (taux de détection 0,303/10 000, IC à 95 % 0,270-0,339/10 000) n’ont été identifiés. Il n’y a eu aucun test positif parmi 1 174 contacts étroits de cas asymptomatiques. 107 des 34 424 patients COVID-19 précédemment récupérés ont de nouveau été testés positifs (taux de re-positivité 0,31 %, IC à 95 % 0,423-0,574 %). La prévalence de l’infection par le SRAS-CoV-2 à Wuhan était donc très faible cinq à huit semaines après la fin du verrouillage.

 

SOURCE:

https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/33219229/

« Chaque personne qui a été inoculée avec cette nanotechnologie de l’oxyde de graphène a maintenant une mèche, de la dynamite, une bombe à retardement qui est prête à exploser par l’activation d’une micro-onde. » 

Ricardo Delgado, de La Quinta Columna :

La réponse est que vous avez un génocide. C’est ce qu’a expliqué avec force détails graphiques un ingénieur français dans une vidéo de 2020 (supprimée depuis par Youtube), mais dont nous avons la transcription :

« Pour moi, ces nanoparticules font partie d’ un système d’armes qui permettra la dépopulation sans résistance de masse. Si vous comparez cela à un système d’explosifs, la nanoparticule serait la barre de l’explosif plastique, c’est-à-dire la matière active qui va exploser. La deuxième chose qui serait nécessaire est un détonateur. Pour moi, c’est l’onde électromagnétique qui va faire vibrer la nanoparticule, et la troisième chose c’est le contrôle, je pense qu’on l’a trouvé maintenant, c’est l’idée de 2020 060606,[6][7] c’est-à-dire la vaccination sous-cutanée que les maîtres du monde vont proposer pour qu’ils puissent savoir où nous sommes et puissent nous tracer avec la 5G. L’avantage de la 5G comme détonateur est qu’elle peut nous tracer. C’est une arme à énergie dirigée. Donc, on est tracé, ils savent où envoyer l’onde et ils savent qui ils vont chauffer. De quoi avez-vous besoin pour que ce système d’armement soit opérationnel ? Il faut être capable d’injecter les nanoparticules dans le corps. Le seul moyen qui semble cohérent au regard de l’histoire est de les mettre dans les vaccins. »

Ce que cela signifie, c’est que chaque adulte ou enfant qui a reçu les vaccins « Covid », et apparemment n’importe quel autre vaccin au cours des deux dernières années, est maintenant une antenne relais et risque de mourir à tout moment d’une exposition aux CEM, mais cela se manifestera par toute une série de maladies différentes.  N’oublions pas non plus que la géo-ingénierie qui se déroule au-dessus de nos têtes pendant tout ce temps est également pleine de nanoparticules, et inclut probablement aussi le GO.

A l’heure actuelle les pilotes qui ont été vaccinés : Les pilotes et le personnel navigant sont exposés professionnellement à des niveaux de radiation très élevés. Faut-il s’étonner, dès lors, que quatre pilotes de British Airways soient morts après avoir reçu les vaccins et cinq autres de Jet Blue Airlines ?  Un vol de Singapore Airlines a dû se dérouter vers l’aéroport de Moscou parce qu’une hôtesse de l’air a eu une attaque. D’autres rumeurs font état de décès de pilotes d’autres compagnies aériennes.

Je pense que nous avons été la cible d’une énorme opération psychologique et que pratiquement tout le monde regarde dans la mauvaise direction.  Tout tourne autour des radiations électromagnétiques et c’est la clé.  Maintenant que tous ceux qui se sont fait piquer sont pleins d’oxyde de graphène, leur seul recours est de suivre les précautions que prennent les personnes dites électrohypersensibles (EHS) et de se débarrasser de leurs téléphones portables et de tous les appareils sans fil et de s’assurer qu’ils n’entrent jamais en contact avec une quelconque technologie sans fil.

Et bien sûr, si les gouvernements ne désactivent pas immédiatement toutes les antennes partout dans le monde (et ils n’ont pas besoin de nous dire que c’est une notion ridicule alors qu’ils étaient tout à fait heureux de fermer l’économie mondiale entière pour le Covid inexistant), alors c’est une preuve prima facie d’intentions génocidaires, parce que la littérature scientifique est sans équivoque que les métaux dans le corps deviennent des antennes lorsqu’ils sont exposés aux EMR. Le pistolet fumant de la conspiration de Covid est les nanoparticules d’oxyde de graphène dans les vaccins. Maintenant que nous le savons, la priorité de chacun doit être d’éteindre toutes les technologies sans fil et toutes les antennes de la planète, ainsi que tous les satellites 5G. Ne pas le faire sera une condamnation à mort pour les vaccinés.

Ricardo Delgado, de La Quinta Columna :

« Chaque personne qui a été inoculée avec cette nanotechnologie de l’oxyde de graphène a maintenant une mèche, de la dynamite, une bombe à retardement qui est prête à exploser par l’activation d’une micro-onde. »

La réponse est que vous avez un génocide. C’est ce qu’a expliqué avec force détails graphiques un ingénieur français dans une vidéo de 2020 (supprimée depuis par Youtube), mais dont nous avons la transcription :

« Pour moi, ces nanoparticules font partie d’ un système d’armes qui permettra la dépopulation sans résistance de masse. Si vous comparez cela à un système d’explosifs, la nanoparticule serait la barre de l’explosif plastique, c’est-à-dire la matière active qui va exploser. La deuxième chose qui serait nécessaire est un détonateur. Pour moi, c’est l’onde électromagnétique qui va faire vibrer la nanoparticule, et la troisième chose c’est le contrôle, je pense qu’on l’a trouvé maintenant, c’est l’idée de 2020 060606,[6][7] c’est-à-dire la vaccination sous-cutanée que les maîtres du monde vont proposer pour qu’ils puissent savoir où nous sommes et puissent nous tracer avec la 5G. L’avantage de la 5G comme détonateur est qu’elle peut nous tracer. C’est une arme à énergie dirigée. Donc, on est tracé, ils savent où envoyer l’onde et ils savent qui ils vont chauffer. De quoi avez-vous besoin pour que ce système d’armement soit opérationnel ? Il faut être capable d’injecter les nanoparticules dans le corps. Le seul moyen qui semble cohérent au regard de l’histoire est de les mettre dans les vaccins. »

Ce que cela signifie, c’est que chaque adulte ou enfant qui a reçu les vaccins « Covid », et apparemment n’importe quel autre vaccin au cours des deux dernières années, est maintenant une antenne relais et risque de mourir à tout moment d’une exposition aux CEM, mais cela se manifestera par toute une série de maladies différentes.  N’oublions pas non plus que la géo-ingénierie qui se déroule au-dessus de nos têtes pendant tout ce temps est également pleine de nanoparticules, et inclut probablement aussi le GO.

A l’heure actuelle les pilotes qui ont été vaccinés : Les pilotes et le personnel navigant sont exposés professionnellement à des niveaux de radiation très élevés. Faut-il s’étonner, dès lors, que quatre pilotes de British Airways soient morts après avoir reçu les vaccins et cinq autres de Jet Blue Airlines ?  Un vol de Singapore Airlines a dû se dérouter vers l’aéroport de Moscou parce qu’une hôtesse de l’air a eu une attaque. D’autres rumeurs font état de décès de pilotes d’autres compagnies aériennes.

Je pense que nous avons été la cible d’une énorme opération psychologique et que pratiquement tout le monde regarde dans la mauvaise direction.  Tout tourne autour des radiations électromagnétiques et c’est la clé.  Maintenant que tous ceux qui se sont fait piquer sont pleins d’oxyde de graphène, leur seul recours est de suivre les précautions que prennent les personnes dites électrohypersensibles (EHS) et de se débarrasser de leurs téléphones portables et de tous les appareils sans fil et de s’assurer qu’ils n’entrent jamais en contact avec une quelconque technologie sans fil.

Et bien sûr, si les gouvernements ne désactivent pas immédiatement toutes les antennes partout dans le monde (et ils n’ont pas besoin de nous dire que c’est une notion ridicule alors qu’ils étaient tout à fait heureux de fermer l’économie mondiale entière pour le Covid inexistant), alors c’est une preuve prima facie d’intentions génocidaires, parce que la littérature scientifique est sans équivoque que les métaux dans le corps deviennent des antennes lorsqu’ils sont exposés aux EMR. Le pistolet fumant de la conspiration de Covid est les nanoparticules d’oxyde de graphène dans les vaccins. Maintenant que nous le savons, la priorité de chacun doit être d’éteindre toutes les technologies sans fil et toutes les antennes de la planète, ainsi que tous les satellites 5G. Ne pas le faire sera une condamnation à mort pour les vaccinés.

OMS : Échec total sur toute la ligne ?

par Kla.TV

OMS : « La souveraineté nationale, c’était hier, l’avenir appartient à la super-autorité supranationale ». Mais que se cache-t-il derrière « l‘Histoire de réussite » de cette organisation ? Quelle utilité réelle a-t-elle apportée à la communauté mondiale jusqu’à présent ? Un rapport de l’association Aletheia Suisse le met en lumière !

Transcription :

Cette année, des discussions intensives auront lieu sur l’extension des compétences de l’OMS. Le Dr Tedros, directeur général de l’OMS, se préoccupe soi-disant de la santé des habitants des 194 pays membres. Une politique de santé unifiée au niveau mondial, avec l’OMS comme principal organe directeur, doit définir de manière contraignante la manière dont les pandémies doivent être combattues. Telles sont les leçons à tirer de la dernière pandémie. Pourtant, des exemples comme la Suède ou certains États fédéraux aux États-Unis ont montré qu’un système fédéraliste typique présente de nombreux avantages par rapport à un système centralisé et uniforme, car il favorise la diversité des idées et des approches de solutions. Mais la souveraineté nationale, c’était manifestement hier, l’avenir appartient aux super-autorités supranationales.

Mais avant d’accorder plus de pouvoir à l’OMS, nous devrions d’abord examiner « l‘Histoire de réussite » de l’OMS depuis sa création en 1948 et nous demander si une « promotion » est justifiée :

Grippe asiatique 1957/58

Deux millions de morts dans le monde. « Peu de signes que l’OMS ait eu un impact significatif, système d’alerte précoce défaillant ».

Grippe de Hong Kong 1969/70

Entre 1 et 4 millions de morts dans le monde. Comme pour la grippe asiatique, l’influence de l’OMS ne peut pas être prouvée.

Grippe aviaire 2005

Dick Thompson (OMS) prévoyait 2 à 7,4 millions de morts, David Nabarro (également OMS) pré-voyait même 5 à 150 millions de morts. L’apocalyptique Neil Ferguson de l’Imperial College a dé-passé tout le monde avec son pronostic : il a « modélisé » 200 millions de morts. La grippe aviaire a tué 455 personnes dans le monde.

Grippe porcine avril 2009

L’OMS a déclaré la grippe porcine USPPI (urgence de santé publique de portée internationale) et a prévu 7,5 millions de morts. La grippe porcine a tué 16 813 personnes dans le monde. Un vaccin créé de toutes pièces a provoqué au moins 1300 cas de narcolepsie, principalement dans le nord de l’Europe. Le médicament antigrippal Tamiflu de Roche, acheté par tonnes par de nombreux pays, n’a probablement pas eu plus d’utilité qu’un bouillon de poule. Faire de la grippe porcine une pandémie n’a été possible qu’après que l’OMS a « redéfini » le terme de pandémie : la définition classique d’une maladie infectieuse transnationale avec un très grand nombre de morts est devenue une maladie infectieuse transnationale avec un très grand nombre de personnes infectées. La grippe saisonnière par exemple ? […]

Ebola 2014 Afrique de l’Ouest

Il a fallu neuf mois à l’OMS pour prendre la mesure de la crise, alors que Médecins Sans Frontières (MSF) était déjà sur place depuis longtemps et avait lancé un avertissement.

Crise Ebola 2018 en Ouganda

Échec total de l’OMS, MSF a parlé d’une « opération de police » de l’OMS. L’OMS était tellement détestée dans la région que plus de 300 attaques contre le personnel de santé ont été déplorées.

COVID-19, 2020

Le 11 mars 2020, l’OMS a déclaré que le SRAS-CoV-2 était un USPPI. La maladie était apparue de manière épidémique en Chine dans les environs de Wuhan depuis novembre 2019 au plus tard, probablement plus tôt, et avait déjà fait de très nombreux morts. Jusqu’à la notification à l’OMS, mi-janvier 2020, le Parti communiste chinois a supprimé tout rapport sur cette « nouvelle maladie pulmonaire ». Tedros s’est donné jusqu’à la mi-mars pour déclarer l’USPPI.

Neil Ferguson de l’Imperial College prévoyait 2,2 millions de morts aux États-Unis, 550 000 en Angleterre, et jusqu’à 10 millions de morts en Afrique selon la Fondation Bill ; Melinda Gates. De 2010 à 2020, l’Imperial College de Londres avait reçu 190 millions de dollars de la Fondation Gates.

Jusqu’à présent, il n’est guère possible d’obtenir des chiffres fiables sur les décès dus au COVID-19, car, par volonté politique, tous les décès AVEC COVID ont été enregistrés statistiquement comme des décès dus au COVID. Comme l’a dit notre conseiller fédéral le Dr. Cassis à la télévision : « Celui qui meurt avec un test PCR positif suite à un accident de voiture est mort du COVID ». […]

Variole du singe juillet 2022

Tedros a été le seul à déclarer la variole du singe (Monkeypox, « woke juste » Mpox) comme USPPI, contre une forte majorité de son équipe de conseillers. Fin mai, 237 personnes avaient contracté le Mpox en dehors de l’Afrique. Au Nigeria, 240 cas confirmés en laboratoire auraient été recensés depuis 2017, dont huit seraient décédés. […]

Ce colosse sans légitimité démocratique, financé majoritairement par des fonds privés à hauteur de plusieurs milliards (budget 2021 : 6,4 milliards de dollars) et employant plus de 7000 personnes dans le monde entier, veut désormais tenir fermement les rênes de la pandémie « pour notre bien à tous ». Nous ne devrions plus nous plier volontairement aux diktats du directeur général, bien que nous l’ayons fait docilement ; ses directives sont désormais contraignantes. Un nouveau « Traité sur les pandémies » et les améliorations apportées au Règlement sanitaire international visent à garantir cela.

En raison des nombreuses réunions prévues par l’OMS à Genève sur le thème « Pandémie et vaccination », nous resterons attentifs à ce sujet et ferons régulièrement des rapports ».

Ce texte est une prise de position abrégée d’Aletheia – une association fondée en 2020 par des médecins et des scientifiques en Suisse et qui réunit plus de 12 000 personnes issues entre autres du monde médical, scientifique et des soins.

source : Kla.TV

Note de TAL : J’avais baptisé l’ OMS Organisation Mondiale de la Servitude dans une vidéo car cette institution n’est plus, depuis quelques décennies, au service de la santé des êtres humain mais au service des intérêts de Bill GATES et de ses amis  génocidaires.

Dans l’émission de tvadp.fr du mercredi 26 avril j’ai parlé de cela  avec Astrid STUCKELBERGER qui connaît bien l’ OMS depuis des décennies…son témoignage est vraiment passionnant et je vous invite à écouter cette scientifique chevronnée qui, comme moi, affirme que les « vaxxins » n’ont rien à voir avec des virus mais avec la volonté d’injecter à tous des nanoparticules permettant, grâce à la 5G, de tuer ou de manipuler psychiquement els êtres humains ! les injections sont des « armes de destruction massive », des bioweapons  qui ne contiennent rien de naturel mais des produits synthétiques très dangereux comme le graphène.

Il est regrettable que certains lanceurs d’alerte, comme Alexandra HENRION-CAUDE, prétendent qu’il n’y a pas de graphène dans les vaccins ! Pourquoi ne peuvent-ils pas dire comme le professeur PERRONNE : «Ce n’est pas vraiment mon domaine mais cela ne m’étonnerait  pas en sachant la fourberie des marchands de vaxxins ! »

Exclure ce qu’on ne connaît pas est une attitude totalement non scientifique, c’est du « scientisme, cette religion qui impose ses dogmes sans tolérer qu’on ose les remettre en question sous peine d’être traité de « complotiste « et traîné dans la boue pour tous ces journalistes et fakechecker qui sont payés (avec l’argent de nos impôts !) pour réduite au silence ceux qui osent contester la doxa officielle !

Fondation Hippocrate

Primum non nocere

EXTRAITS

Les effets secondaires liés à la vaccination ARNm anti-Covid-19 représentent un enjeu sanitaire majeur. C’est simple, les quelques chiffres révélés ici ou là, pourtant sous-estimés, sont affolants.

Pour s’en convaincre, il suffit de s’intéresser au travail de Jessica Rose, qui est biologiste et experte en analyse de données biomédicales. 

Elle est docteur en biologie, titulaire d’un master en immunologie et licenciée en mathématiques. Elle maîtrise les chiffres, sait ce qu’est l’immunité et connaît le corps humain. Jessica Rose fait partie des scientifiques mondiaux les plus crédibles pour livrer son expertise sur le sujet. Elle est chercheuse au sein du Technion, un institut de recherche biomédicale à Jérusalem. (1,2)

Or, pour Jessica Rose, les données officielles montrent que les injections ARN auront été plus nocives que le virus SARS CoV2 lui-même. 

Elle rappelle par ailleurs que les données officielles devraient en elles-mêmes susciter l’arrêt immédiat des injections ARN. (1,2)

En France, ce constat a été également posé par le Conseil scientifique indépendant, qui réunit des experts de différentes disciplines. Ainsi, une publication récente de l’équipe du CSI rappelle que les myocardites post vaccinales sont plus graves que ce que les médias annoncent. 

Ces chercheurs citent, par exemple, les chiffres suivants : (3)

– 25 % des patients ayant subi une myocardite post-vaccinales ont été hospitalisés en réanimation : ce sont des hospitalisations graves ;

– 16,5 % des patients n’étaient pas guéris au bout de 90 jours ;

– Environ 50 % des patients présentaient des IRM anormales ;

– 25 % des patients considérés « guéris » étaient encore sous traitement médicamenteux.

Une fois de plus, le constat du terrain n’est pas exactement celui qui apparaît dans les statistiques officielles. Si un quart des « guéris » sont encore traités, c’est qu’ils ne sont pas guéris.

Cela paraît évident. Mais le travail des scientifiques indépendants depuis la crise de la Covid 19 consiste parfois à relever les évidences et à les partager au public.

La situation aux Etats-Unis

La biologiste Jessica Rose analyse depuis longtemps le système de pharmacovigilance américain, qui s’appelle le VAERS (Vaccine adverse effects reporting system). (4)

Elle explique, à partir de ces données officielles américaines, que le nombre d’effets secondaires liés à la vaccination est resté stable pendant 30 ans autour de 39 000 effets secondaires par an pour l’ensemble des vaccins administrés. (2,5,6)

Toutefois, au 6 mai 2022, on comptait 1 261 147 effets secondaires rapportés dans la base de données officielleS dont (1) :

– 27 968 décès ;

– 155 633 hospitalisations ;

– 51 996 cas de handicap.

En novembre 2022, 1,4 millions d’effets secondaires étaient répertoriés. (1,2,6) 

Jessica Rose explique, par ailleurs, que des travaux publiés par une équipe de l’université de Harvard estiment que seuls 1% des effets secondaires seraient comptabilisés dans le VAERS. Si cette hypothèse était vraie, il y aurait eu aux Etats-Unis plus de 100 millions d’effets secondaires indésirables !

. Jamais dans l’histoire de la pharmacovigilance de tels chiffres 

n’avaient été publiés. Pourtant, les injections ARNm n’ont pas été 

interdites, ce qui dans le passé ou pour tout autre traitement aurait 

probablement été le cas.

La situation en Europe

Ce qui se passe aux Etats-Unis se trouve confirmé ailleurs, et notamment en Europe où les données de la pharmacovigilance sont réunies dans le système EudraVigilance. (6)

Sur cette base de données, au 11 septembre 2021, liés aux injections ARN.

Cela inclut (1,2) :

– 24 526 décès ;

– 214 847 troubles gastro-intestinaux ;

– 60 786 problèmes vasculaires ;

– 44 615 problèmes sanguins et lymphatiques ;

– 442 717 troubles du système nerveux ;

– 2214 problèmes lors de la grossesse.

Depuis le lancement du programme de vaccination, de nombreux athlètes, adolescents, enfants et adultes ont été victimes d’un syndrome de mort subite. De nombreux athlètes sont décédés sur le terrain simplement quelques jours après leur injection. Même si le lien de cause à effet n’est pas souvent admis officiellement, ces décès de plus en plus fréquents sont troublants chez des personnes jeunes et en bonne santé apparente.

A ces chiffres, il faut ajouter une remarque. On sait que tous les effets secondaires ne sont pas remontés par la pharmacovigilance. 

En France, par exemple, seuls 10% des effet secondaires seraient remontés ! (3,4) Selon le Conseil scientifique indépendant, lorsque l’on prend en compte cette remarque on obtient deux chiffres particulièrement inquiétants. Il y aurait un effet indésirable grave, toutes les 100 injection et un décès toutes les milles injections. Comment, dans ces conditions, peut-on encore maintenir les injections ARNm contre la Covid 19 

8)

Deux questions en suspens…

Cet état de fait soulève deux grandes questions. L’une est politique et l’autre médicale. On se demande, compte tenu de l’ampleur du phénomène, pourquoi les mondes politique ou médiatique restent muets sur le sujet. La réponse à ce jour n’est pas très claire.

 Sont-ils sous influence des fabricants de vaccins ? Est-ce la peur de la réaction du public ? Est-ce la crainte d’avoir à faire face à leurs propres responsabilités ?

La vérité sur la dangerosité de ces thérapies géniques commence à faire son chemin, notamment aux Etats-Unis où la justice, lors de procès intentés par des victimes, a demandé à ce que soient révélés certains documents internes des fabricants comme Pfizer. 

Ces documents montrent à minima le manque d’efficacité des injections ARN, ce qui est du reste confirmé par les études de terrain. (9,10)

Pour de nombreux scientifiques, cependant, l’urgence est surtout de répondre à la deuxième question : comment peut-on réparer les dégâts causés par ces vaccins ? 

Et pour y répondre, un certain nombre d’entre eux veulent d’abord comprendre ce qui se passe dans le corps avec les injections ARN. 

Toujours selon Jessica Rose, un des problèmes des thérapeutes est que, à part les fabricants, personne ne connaît le contenu précis des fioles des vaccins. Nul ne sait quel a été le contenu exact injecté aux patients, ni même si tous les patients ont reçu les mêmes doses. 

Il semblerait par ailleurs que les lots de vaccins n’aient pas été les même pour tout le monde, leur fabrication n’étant pas suffisamment standardisée et rigoureuse ! (2,4)

En France, Alain Fischer, “Monsieur Vaccin” du gouvernement à l’époque, avait du reste confirmé que les autorités françaises ne disposaient pas des données concernant ces produits. Seuls les communiqués de presse des grands laboratoires leur avaient été communiqués. C’était toutefois suffisant à ses yeux pour lancer une campagne massive d’injection ARNm. (11)

La protéine spike mise en cause

Les scientifiques ont cherché parmi les ingrédients officiellement présents dans les vaccins, ceux qui pouvaient poser problème. Certains estiment que les lipides utilisés dans les injections pourraient causer des allergies.

 Mais ce n’est pas le plus important. Ils s’inquiètent surtout du rôle que pourraient jouer une protéine appelée “spike” que l’on retrouve dans tous les variants du SARS CoV 2. Les injections ARNm ont un effet particulier sur le corps humain. Ils poussent ce dernier à fabriquer des spike de manière plus ou moins contrôlée ! Personne ne semble savoir cependant combien de temps dure le phénomène, ce qui le rend difficile à évaluer. (12,13). 

Et surtout, la quantité de protéine spike et la durée pendant laquelle nos cellules vont synthétiser cette protéine sont très variables d’un individu à un autre. D’après Jessica Rose, cette protéine pourrait être impliquée dans la formation de lésions internes qui seraient la cause des troubles cardiaques et des myocardites.

Pour d’autres scientifiques, le problème pourrait venir non de la spike mais de l’ARNm lui-même qui ne reste pas dans le muscle injecté.

 C’est du reste cette mobilité de l’ARNm qui permet d’ordonner la production de la protéine spike. (14) D’après Stéphanie Seneff, scientifique au MIT et l’oncologue Greg Nigh, les injections ARN contre le SARS CoV 2 perturbent le système immunitaire. Ils constatent par ailleurs une accélération de la dégradation des patients atteints de maladie neurodégénérative. L’inflammation du cerveau causée par la protéine spike semble délétère. (15,16)

Pour de nombreux chercheurs, il semble donc que les stratégies thérapeutiques prioritaires à envisager contre les effets de la Covid longue ou des vaccins ARN seraient de chercher à neutraliser les effets de la protéine spike. Il existe différentes manières d’agir en ce sens. 

En voici quatre qui suscitent l’intérêt de plus en plus de scientifiques. (17)

1/ NAC ou N-acétylcystéine : le grand facilitateur

La N-acétylcystéine (NAC) a été découverte en 1899. C’est une molécule qui n’existe pas à l’état naturel. Elle doit être fabriquée en laboratoire.

 Elle est dérivée d’un acide aminé soufré essentiel pour la santé, la cystéine. Très vite, on lui a découvert de nombreuses vertus thérapeutiques. On la trouve dans la composition de nombreux médicaments ainsi qu’en complément alimentaire. (17,18)

L’intérêt de la NAC est sa capacité à faciliter un grand nombre de réactions métaboliques de votre corps, ce qui explique le large éventail de ses bienfaits. Votre organisme transforme la NAC en cystéine, un acide aminé non essentiel qu’il peut aussi synthétiser. La cystéine joue un rôle important dans la production d’acides gras, d’hormones et du glutathion

Or, ce dernier est l’un des antioxydants les plus puissants de l’organisme. (17,18)

La NAC permet ainsi à votre corps de maintenir ses niveaux de glutathion dans les cellules. Cela lui permet de réduire le stress oxydatif et de détoxifier votre organisme. Cette action se fait au niveau cellulaire.

 L’augmentation du glutathion  détoxifie les cellules et facilite l’élimination de certains métaux lourds comme le plomb et de molécules chimiques toxiques comme le paracétamol ou   les pesticides.

 L’action détoxifiante de la NAC bénéficie au foie qui est ainsi protégé des polluants environnementaux et de l’alcool.

Par ailleurs, la NAC décompose le mucus présent dans les poumons, ce qui améliore la respiration. Elle est utile pour les maladies respiratoires comme la bronchopneumopathie, l’asthme ou la Covid 19, notamment 

la  Covid 19 longue. La NAC pourrait également prévenir la sinusite et la grippe. (17,18)

2/ Glutathion : un antiviral puissant qui fonctionne aussi contre la Covid 19

Dès mai 2020, une étude montrait qu’une carence en glutathion 

chez les patients atteints par la Covid 19 avait des conséquences graves, notamment au niveau des poumons dont les dommages s’aggravaient. (19,20)

En clair, les patients qui manquaient de glutathion risquaient de voir la maladie dégénérer rapidement. Ils se trouvaient, en effet, avec un syndrome de détresse respiratoire aiguë. À l’inverse, lorsque le niveau de glutathion cellulaire est élevé chez les patients atteints par la 

Covid 19 leurs symptômes sont plus légers et leur charge virale est plus faible. 

Le glutathion était déjà connu pour son effet antiviral non spécifique. 

Il semble désormais acquis que cette propriété joue à plein contre le SARS CoV 2. (21,22)

3/ Inhibiteurs et neutraliseurs de la protéine spike

Un groupe de médecins du monde entier réuni dans un collectif appelé le Conseil mondial pour la santé (World Council for Health) a publié un petit guide de détox pour les patients qui souffrent des effets de la protéine spike.

 Ces substances peuvent être classées en deux grandes catégories : les neutraliseurs ou les inhibiteurs de la protéine spike. (23,24)

Les inhibiteurs de la protéine spike sont :

1/ La brunelle (Prunella vulgaris) ou petite consoude est une plante destinée à nettoyer les plaies. Elle est aussi antivirale et renforcerait le système immunitaire. Elle peut se consommer en tisane, et vous pouvez également faire des gargarismes avec de la brunelle pour les maux de gorge. (25)

2/ Les aiguilles de pin sont l’un des premiers remèdes naturels à avoir été mis en avant contre la Covid 19. Là aussi ce sont ses propriétés antiseptiques et immunostimulantes qui ont intéressé les thérapeutes. (26)

3/ l’ivermectine : cette molécule utilisée contre la gale a très vite été adoptée par des médecins dans le monde entier. (27,28)

4/ le neem ou margousier (Azadirachta indica) est une plante utilisée en médecine ayurvédique pour soigner de nombreux maux. Il est notamment connu pour ses vertus antivirales, antibactériennes et antiparasitaires. (29)

5/ le pissenlit : c’est l’extrait de feuille de pissenlit qui a été étudiée en Allemagne. Les chercheurs ont découvert que cette plante était efficace contre la 

Covid 19. Ils la suspectent d’agir sur l’activité de la protéine spike. (30)

Les neutraliseurs de la protéine spike :

Parmi les substances qui viennent bloquer l’action de la protéine spike et citée par le WHC on retrouve certaines molécules déjà citées comme la NAC, le glutathion, la vitamine C, la tisane ou l’huile essentielle d’aiguilles de pin. À ces remèdes s’ajoutent les feuilles de consoude (Symphytum), l’anis étoilé et le millepertuis. (22)

4/ Le jeûne qui permet l’autophagie

L’autophagie est l’autodestruction par le corps des cellules mortes ou malades. Ce phénomène permettrait de lutter efficacement contre le SARS CoV 2. (31)

L’une des meilleures manières de provoquer l’autophagie est de pratiquer le jeûne. (32) Les cure de détox peuvent également avoir un effet similaire. (33)

Le jeûne ou la détox agissent en profondeur sur les équilibres du corps. 

Ces solutions de santé favorisent l’homéostasie du système immunitaire c’est-à-dire son bon équilibre cellulaire. (33)

Par ailleurs, le jeûne agit sur la santé mitochondriale, c’est-à-dire le fonctionnement interne des cellules qui se mettent à être plus efficaces. Elles redeviennent vivantes tandis que celles qui dysfonctionnent sont remplacées par de nouvelles cellules. Ainsi, le jeûne pousse le corps à produire de nouvelles les cellules souches. (33)

Il existe d’autres pistes pour lutter contre les effets délétères des injections ARNm, même si je n’en n’ai abordé qu’une partie ici.

Affaire à suivre !

 

Références:

(1) https://stbonifacechandler.org/documents/2022/5/Effects%20of%20COVID%20vaccination%20and%20spike%20proteins%20from%20Epoch%20Times%20.pdf
(2) https://tntradiolive.podbean.com/e/jessica-rose-phd-on-politically-incorrect-12-november-2022/
(3) https://www.conseil-scientifique-independant.org/myocardites-post-vaccinales-plus-graves-quannoncees/
(4) https://www.conseil-scientifique-independant.org/categorie/vaccination/page/3/
(5) https://vaers.hhs.gov/
(6) https://www.datascienceassn.org/content/c19-vaers-what-data-tells-us-jessica-rose-phd-video
(7) https://www.ema.europa.eu/en/human-regulatory/research-development/pharmacovigilance/eudravigilance
(8) https://www.mayoclinic.org/diseases-conditions/sudden-cardiac-arrest/in-depth/sudden-death/art-20047571
(9) https://phmpt.org/pfizers-documents/
(10) https://link.springer.com/article/10.1007/s10654-021-00808-7
(11) https://www.youtube.com/watch?v=Ts94PNzbPxQ
(12) https://www.crashdebug.fr/pourquoi-la-proteine-spike-est-toxique-dans-le-covid-19-et-aussi-dans-les-vaccins-arnm-et-adn-francesoir-fr
(13) https://www.cell.com/trends/molecular-medicine/fulltext/S1471-4914(22)00103-4
(14) https://www.nature.com/articles/s41551-019-0399-y
(15) https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/36788995/
(16) https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/35436552/
(17) https://www.mesbienfaits.com/n-acetylcysteine/
(18) https://www.passeportsante.net/fr/Solutions/PlantesSupplements/Fiche.aspx?d oc=n_acetylcysteine_ps
(19) https://www.janinebenoit.com/nos-conseils-sante/antioxydants/le-glutathion-notre-meilleur-allie-contre-la-covid-19-
(20) https://www.nutrimea.com/article/fr/protection-contre-les-infections-virales-et-la-covid-19-quels-roles-pour-le-glutathion-et-la-n-acetyl-cysteine-nac/
(21) https://www.mesbienfaits.com/glutathion/
(22) https://www.nutrimea.com/article/fr/protection-contre-les-infections-virales-et-la-covid-19-quels-roles-pour-le-glutathion-et-la-n-acetyl-cysteine-nac/
(23) https://worldcouncilforhealth.org/resources/spike-protein-detox-guide/
(24) https://refp.cohlife.org/_covid/How%20to%20Detox%20Spike%20Protein%20After%20COVID%20or%20Vaccine.mercola.r..pdf
(25) https://jardinage.lemonde.fr/dossier-3603-brunelle-nettoyer-plaies.html
(26) https://www.altheaprovence.com/aiguilles-de-pin-sylvestre-le-vrai-du-faux-suramine-acide-shikimique-etc/
(27) https://www.lindependant.fr/2022/02/19/covid-long-et-si-les-antihistaminiques-etaient-lespoir-tant-attendu-des-54-millions-de-patients-souffrant-de-sequelles-du-covid-10121751.php
(28) https://www.francetvinfo.fr/sante/maladie/coronavirus/le-coronavirus-vaincu-par-des-antihistaminiques_3952907.html
(29) https://www.plantes-et-sante.fr/articles/plantes-medicinales/1891-les-vertus-du-neem-des-champs-a-la-brosse-a-dents
(30) https://chou.news/lextrait-de-pissenlit-efficace-in-vitro-contre-le-covid-19/
(31) https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC8567272/
(32) https://my.clevelandclinic.org/health/articles/24058-autophagy
(33) https://www.dietox.fr/que-est-ce-que-autophagie-jeune-intermittent/
(34) https://covid19criticalcare.com/wp-content/uploads/2022/11/I-RECOVER-Post-Vaccine-Treatment-Summary.pdf

 

IL AVAIT VU JUSTE EN 1992 !

Un livre de 1992, « The Conspirators Hierarchy, the Committee of 300 », écrit par l’ancien agent de la CIA John Coleman, suscite un intérêt renouvelé alors que ses prédictions sur un monde « post-industriel » contrôlé par des technocrates mondialistes semblent se réaliser.

 

Dans le livre, Coleman affirme qu’un comité international, dirigé par le groupe Bilderberg et les agences de renseignement occidentales, orienterait le monde vers un avenir dystopique, dans lequel 4 milliards de « mangeurs inutiles » seraient éliminés d’ici 2050 par des guerres limitées, des épidémies organisées, et la famine.

 

Regardez ici https://rumble.com/v288q8x-cia-agents-1992-confession-unearthed-wef-will-kill-4-billion-by-2030.html

 

 

Note de TAL : J’avais écrit Vaccins, un génocide planétaire ? en 2012… :  les complotistes auraient-ils vu e qui allait se passer ?

But de la politique du réchauffement climatique : réduire les droits des citoyens !

Cristian Terhes, député européen : « Il est clair que nous avons affaire à un système de croyances et à une secte plutôt qu’à une organisation à base scientifique.”

https://odysee.com/@Feerika:d/Cristian-Terhes:a3

Les 11 secrets dévoilés des documents secrets de Pfizer transmis par la justice américaine 

INIMAGINABLE ! découvrez la synthèse

https://pgibertie.com/2023/04/27/les-secrets-devoiles-des-documents-secrets-de-pfizer-transmis-par-la-justice-americaine-inimaginable-decouvrez-la-synthese/

 

 

Masques, étude sur les effets indésirables : « Des

effets similaires à ceux de la fumée de cigarette »

par Francesca de Villasmundo

 

Une étude approfondie menée sur plus d’un millier de publications montre des événements

indésirables importants causés par l’utilisation de protections nasales et buccales et de

nombreux maux qui ressemblent à ceux du Covid Long. Les experts demandent : « Et si les

masques FFp2 avait causé ces maux ? »

Une étude approfondie sur les effets des masques vient d’être publiée dans Frontier’s. Il

s’agit d’une collection de 2 168 ouvrages de vulgarisation compilés par divers services de

santé allemands et autrichiens.

Ce qui ressort de l’étude :

Mauvaise oxygénation, respiration compromise, confusion mentale. Mais aussi hypercapnie (accumulation de dioxyde de carbone dans le sang), augmentation de la pression artérielle et de la pression intraoculaire, asthme, acné et, par conséquent, altération du système immunitaire. Ce sont là quelques-uns des « événements indésirables » retrouvés par les auteurs chez les porteurs de masques

chirurgicaux et masques FFP2.

Les auteurs ont noté que tous ces symptômes sont les mêmes que dans le Covid dit long. Et

ils ont conclu en se demandant « si au lieu d’un long Covid beaucoup de symptômes avaient

dépendu de l’utilisation de masques » ?

Les effets secondaires des masques doivent être pesés (rapport risques-avantages) par rapport

aux preuves disponibles de leur efficacité contre les transmissions virales. En l’absence de

preuves empiriques solides d’efficacité (une autre considération importante faite par les

auteurs), l’utilisation de la protection ne devrait pas être obligatoire, et encore moins imposée par la loi.

Une étude sérieuse basée sur 2 168 publications sur les effets indésirables

Une étude systématique de 2 168 publications sur les effets indésirables a été réalisée, à

partir de laquelle les auteurs ont produit 54 articles et 37 études pour méta-analyse. Sur les

54 études, 51 ont rapporté des effets indésirables nombreux et variés. Sur les 37 analysées,

12 ont été menées sur des personnels de santé (32%), seuls 3 (6%) n’ont signalé aucun effet

secondaire après l’utilisation des masques.

Les masques médicaux sont-ils portés pendant un temps variable, quel temps analysé par les

auteurs ? Il est rapporté : « Le temps expérimental médian des études incluses dans les méta-

analyses (principalement des études contrôlées) sur les effets physiologiques, physiques et

chimiques du masque facial était de 18 minutes avec un intervalle interquartile (IQR) de 50

minutes (minimum 6 minutes, maximum 360 minutes).

Les auteurs ont rappelé que les masques buccaux et nasaux ont été introduits en 2020 car ils

étaient censés offrir une protection contre la transmission virale, « bien que les preuves de

l’efficacité de cette mesure n’étaient que faibles.

L’efficacité des masques dans tous les établissements de santé était un sujet discuté même

avant 2020. Ces systèmes de protection étaient non seulement recommandés mais sont

devenus une mesure de santé publique obligatoire dans de nombreux pays à travers le monde

».

On y lit : « Les masques réduisaient le volume respiratoire de -19 % par minute, selon notre

méta-analyse et jusqu’à -24 % pour les masques FFp2, la différence entre les masques

chirurgicaux et FFp2 était de -10 % de volume respiratoire par minute ».

Le port du masque à l’origine de nombreux événements indésirables

De nombreux événements indésirables ont été rapportés : augmentation du volume de l’espace mort respiratoire » (c’est-à-dire le volume d’air qui reste emprisonné dans les voies respiratoires et ne participe pas aux échanges gazeux) ; résistance respiratoire accrue ; augmentation du dioxyde de carbone dans le sang ; diminution de la saturation en oxygène du sang ; rythme cardiaque augmenté ; diminution de la capacité cardiopulmonaire modifications du rythme respiratoire ; essoufflement et difficulté à respirer ; mal de tête ; vertiges ; diminution de la capacité de concentration ; somnolence ;démangeaison ; acné, lésions cutanées et irritations ; fatigue et épuisement général perçus ; diminution de la ventilation ;

augmentation de la pression artérielle ; trouble de la parole et de la communication ; inconfort perçu ;

anxiété accrue ; sautes d’humeur accrues ou humeur dépressive ;

modifications du métabolisme microbien (intestins et bouche).

Pour les auteurs, des lésions plus prononcées sont apparues chez les personnes âgées de 60 à

80 ans, notamment chez celles souffrant d’un anévrisme ou d’une tumeur cérébrale. Mais il a

été ajouté que le port d’un masque « peut contrecarrer une thérapie qui vise à réduire la

pression intraoculaire et peut exacerber des problèmes de vision irréversibles à long terme

chez les personnes atteintes de glaucome. Les effets sont comparables à la fumée de cigarette

».

En l’absence de preuves empiriques solides de l’efficacité du masque, le port du masque ne devrait pas être obligatoire et encore moins imposé par la loi

Selon la méta-analyse, ces symptômes liés au masque contredisent ce que l’OMS définit

comme un état de bien-être et de santé. Selon l’OMS : « La santé est un état de complet bien-être physique, mental et social et pas seulement l’absence de maladie ou d’infirmité ».

Les auteurs déclarent :

« Concernant tous les effets secondaires possibles des masques et leur efficacité encore non

prouvée contre la transmission virale dans la population générale, la santé ne semble pas être

sensiblement préservée par le port de masques. Il est prouvé que les taux de COVID-19 ont

augmenté rapidement lorsque Omicron a frappé même dans les sociétés où le port du masque

était fortement suivi, comme en Corée, à Taïwan, à Hong Kong et à Singapour. Des faits ci-

dessus, nous concluons qu’une exigence de masque doit être reconsidérée strictement

scientifiquement sans aucune ingérence politique, ainsi que d’un point de vue humanitaire et

éthique. En l’absence de preuves empiriques solides de l’efficacité du masque, le port du masque ne devrait pas êtreobligatoire et encore moins imposé par la loi. »

 

L’étude de conclure, concernant les nombreux symptômes provoqués par le port du masque,

les auteurs ont estimé : « près de 40 % des principaux symptômes à long terme du COVID-19 coïncident avec les plaintes et les symptômes liés au port du masque décrits dans la littérature.

Il est possible que certains symptômes attribués au COVID-19 à long terme soient principalement corrélés aux masques.

RESPIRATION 

 

Roland Reymondier

 

Vous avez essayé Buteyko et d’autres respirations indiquées et pourtant ça coince toujours !

 

Cela vient de votre cela vient de votre système nerveux sympathique qui depuis pas mal de temps est devenu « antipathique ».

Votre diaphragme se bloque et pour respirer vous forcez trop !

 

Alors une grenouille dans une vidéo ci-dessous va vous aider pour guérir de cela en troi temps

 

(37) Tuto relax par la respiration en 3 temps avec la petite grenouille par Guy Roulier – YouTube

 

Mais, à la fin de l’expiration, veuillez forcer à plaquer vos viscères contre la colonne vertébrale tout en remontant votre diaphragme en direction de l’estomac et du cœur avant de retenir votre souffle 5 secondes.

 

Le diaphragme vous dis-je est bloqué par trop d’émotions rentrées alors c’est là qu’il faut agir tout de suite avant toute progression pour recueillir les fruits de la merveilleuse respiration salvatrice Buteyko.

 

En fait si vous êtes vite lassé de respirer lentement et de manière ordonnée cela vient d’un diaphragme paralysé….

Vite expérimentez le contenu de ces vidéos tout en sachant que vous activez surtout par l’expir et la retention du souffle le NERF VAGUE SOURCE DE VOTRE SANTE TOTALE. voir les précieuses vidéos en dessous !

(37) Vidéo Stressé(e) : prenez soin. de votre système nerveux sympathique et vague par Guy Roulier – YouTube

 

(37) Diaphragme bloqué : la solution efficace et durable pour débloquer son diaphragme ! – YouTube

 

(37) Vidéo Comment se relaxer par la respiration diaphragmatique par Guy Roulier – YouTube

 

(37) Guided Breathing 5 Sec. in and 10Sec. out I Pure relaxation – YouTube 

 

 

Des médecins ont été soudoyés pour la coercition de la vaccination COVID

prepareforchange

    Fin mars 2020, le Congrès américain a adopté la loi CARES (Coronavirus Aid, Relief and Economic Security Act). Dans ce plan de relance de 2 billions de dollars, 100 milliards de dollars ont été réservés aux hôpitaux et aux centres de santé locaux qui ont traité les patients COVID

    Les hôpitaux ont été remboursés de 20% supplémentaires pour chaque patient Medicare hospitalisé avec COVID, et le seul critère pour recevoir ce bonus était un test PCR positif au COVID

    Le programme fédéral de paiement complémentaire des traitements COVID-19 a également versé des primes aux hôpitaux pour chaque patient COVID-19 traité avec des médicaments COVID autorisés en cas d’urgence (Remdesivir, plasma convalescent, Baricitinib, Molnupiravir et Nirmatrelvir)

    Les hôpitaux ont également reçu une majoration de 300% pour les patients COVID placés sous ventilateurs, même après qu’il soit devenu évident qu’il s’agissait d’une condamnation à mort. Quelque part entre 50% et 86% de tous les patients COVID ventilés sont décédés, mais le gouvernement n’a jamais abandonné l’incitation à utiliser des ventilateurs. Pourquoi?

    Tout au long de 2020, des preuves ont été accumulées montrant que le test PCR est incroyablement peu fiable au-dessus de 35 cycles, et les agences de santé ont demandé aux laboratoires d’utiliser 40 à 45 cycles. Essentiellement, nous avons eu une épidémie de faux positifs, et les incitations financières ont ensuite poussé les hôpitaux à maltraiter et à tuer d’innombrables patients, dont beaucoup n’avaient peut-être même pas eu de COVID

  • suite de l’article sur prepareforchange

500 Australiens se joignent au premier recours collectif contre les blessures liées aux vaccins COVID au monde

  • PREPAREFORCHANGE
  • Le Dr Melissa McCann a collecté plus de 110 000 dollars pour financer l’affaire, qui accuse le gouvernement australien de négligence liée à l’approbation et à la surveillance des vaccins COVID-19.
  • Au moins 500 Australiens ont déjà rejoint un recours collectif «historique» pour blessure au vaccin COVID-19 déposé cette semaine contre le gouvernement australien et le régulateur des médicaments demande réparation pour les personnes prétendument blessées ou endeuillées par les vaccins COVID-19.
  • La poursuite accuse le gouvernement australien, la Therapeutic Goods Administration (TGA) et le ministère de la Santé et des Soins aux personnes âgées du pays, ainsi qu’un certain nombre de hauts fonctionnaires de négligence liée à l’approbation et à la surveillance des vaccins COVID-19, de manquement aux obligations légales et de faute. dans la fonction publique.
  • L’action a été déposée auprès de la Cour fédérale d’Australie, New South Wales Registry.
  • Selon le procès, les intimés ont approuvé les vaccins « sans aucune preuve ou base logique appropriée ou raisonnable pour déterminer raisonnablement que les vaccins sont sûrs, efficaces et possèdent un profil risque-bénéfice positif ».
  • « L’action fera valoir que la Therapeutic Goods Administration n’a pas rempli son devoir de réglementer correctement les vaccins Covid-19, entraînant des dommages et des dommages considérables pour les Australiens. »
  • La poursuite allègue que le gouvernement « a agi avec négligence en approuvant les vaccins et aussi en ne les retirant pas » sur la base des « preuves connues » du risque.

 

  • Les recours collectifs offrent « une voie vers la justice » pour les personnes qui n’ont peut-être pas les ressources nécessaires pour déposer une plainte en justice par elles-mêmes, a déclaré Alison Bevege, une journaliste qui a écrit pour Reuters et Daily Mail, dans un article de Substack du 26 avril.
  • Les personnes blessées par les vaccins COVID-19 ont été « ignorées, niées, rabaissées et marginalisées« , a ajouté Bevege.

Grossesses pathologiques sous ARNm anti-Covid, la FDA savait déjà tout en 2021

par Hélène Banoun | 30 Avr 2023 | 0 commentaires

Les résultats qui apparaissent pourraient difficilement être plus catastrophiques, ils sont connus depuis 2021 mais n’émeuvent aucun régulateur, aucun décideur politique, aucun expert issu de prétendues sociétés savantes. Hélène Banoun nous explique qu’on savait pourtant, et qu’on continue à ne pas lever le petit doigt pour protéger ni les mères, ni tous ces enfants… Bonne lecture.

Un rapport de la FDA vient d’être déclassifié, « Effets indésirables du vaccin Pfizer BNT162b2 recueillis spontanément entre le 11 décembre 2020 et le 28 février 2021 » [1] :
Il s’agit du compte-rendu des notifications d’effets indésirables de la base de données de sécurité de Pfizer jusqu’au 28 février 2021 : cette base de données regroupe les cas rapportés spontanément par les autorités de santé, dans la littérature médicale, recueillis par les programmes financés par Pfizer et par les études non-interventionnelles. Ce recueil concerne donc un peu plus de 2 mois et demi seulement d’administration du vaccin (entre le 11 décembre 2020, date de l’autorisation et le 28 février 2021).

Le rapport rappelle que le taux de sous-notification spontané des effets indésirables est inconnu.

458 cas d’effets indésirables subis après le vaccin BNT162b2 (Pfizer) reçu pendant la grossesse ont été identifiés et 215 après vaccin injecté pendant l’allaitement. 210 cas suite au vaccin reçu pendant la grossesse ont été exclus car sans effet indésirable (EI) associé ou avec un EI lié à une utilisation non conforme à l’étiquetage ou à l’utilisation du produit, que ce soit pour la mère ou pour l’enfant.

Ceci est confus : pourquoi y aurait-il des personnes qui rempliraient un dossier de signalement d’effet indésirable sans mentionner d’effet indésirable ? De même, que signifie une exclusion pour non conformité à l’étiquetage ? L’exclusion concernerait-elle les personnes qui n’ont pu fournir le numéro de lot du vaccin ?

SUITE SUR https://www.aimsib.org/2023/04/30/grossesses-pathologiques

Le système de papier-monnaie de la cabale s’effondre avant la fin de cette année

L’argent imprimé, utilisé pour le mal, touche à sa fin et sera totalement détruit.

 

PREPAREFORCHANGE

 

Système financier quantique (QFS)

QFS n’a aucune comparaison avec tout ce qui a été présenté au monde jusqu’à présent. Il n’a pas d’équivalent ; il n’a pas d’équivalent en technologie de pointe que n’importe quel autre système possédait auparavant. Il a été conçu en dehors de notre monde, donc tout nouveau sur la planète Terre. Il est supérieur en technologie appliquée, offrant une sécurité financière et une transparence à 100% à tous les titulaires de comptes en devises.

Il n’existe aucune technologie comparable pour expliquer et comprendre la structure sophistiquée de QFS.

QFS est le nouveau réseau mondial de transfert d’argent basé sur l’or ou d’autres actifs déjà établis et fonctionnant en Russie, en Chine et dans d’autres pays alliés des BRICS pour remplacer le système Swift contrôlé de manière centralisée.

 QFS fonctionne sur un ordinateur quantique, placé sur un satellite en orbite autour de la Terre, et est protégé des pirates grâce à un programme spatial secret. Cette technologie quantique a été fournie par les extraterrestres bienveillants Galactiques.

L’objectif du nouveau système financier est de mettre fin à la corruption, à l’usure et à la manipulation par des criminels au sein du système bancaire. Sa force réside dans les restrictions appliquées qui empêchent les banquiers corrompus de faire des profits.

Rappelez-vous : les cryptos ne sont rien de plus que des chiffres dans les mémoires informatiques.

Avec l’activation de QFS, l’Alliance Galactique a détruit le Système Bancaire Central, qui a été conçu par l’État Profond pour détruire l’économie mondiale et maintenir la population mondiale dans la servitude pour dettes.

 Une réalité peu connue est que QFS a longtemps été parallèle au système bancaire central, et a résisté et empêché de nombreuses tentatives de piratage par la Cabale. En conséquence, de nombreux banquiers ont été pris en flagrant délit lors de transferts d’argent illégaux et arrêtés sur le champ.

Ce qui est moins connu, c’est que ce système de transfert d’argent QFS était destiné à préparer la prise de contrôle du système de monnaie-dette des banques centrales pour enfin mettre fin à la fraude financière, à l’esclavage pour dettes et au contrôle de la population.

L’effondrement du dollar est le coup de départ de la chute du système monétaire de la cabale financière. Il y aura des millionnaires et des milliardaires qui deviendront des chevaliers à pied en perdant leur richesse.

La lumière a gagné à la fin ! C’est la bataille entre le bien et le mal qui dure depuis des milliers d’années et qui touche maintenant à son dénouement.

Plus de détails seront révélés dès qu’ils suivront. Cet événement sera suivi d’une période de trois ans au cours de laquelle la planète Terre sera complètement et complètement nettoyée de tout mal. La transition complète vers le monde 5D deviendra un fait.

Chez finalwakeupcall.info

EN CONCLUSION :

Que les choses soient claires : Par l’argent numéraire, politiques et banquiers veulent faire de nous des pantins, et par un pouvoir mondial l’OMS veut pouvoir nous rendre malades et nous tuer, par milliers ou par millions. Pour éviter les vagues, il est prévu d’atteindre ces objectifs précis par étapes, chacune d’elles d’aspect inoffensif. Les gens distraits devraient ne rien remarquer de spécial. Mais, comme le montre l’article ci-dessus, le système financier mondial est en train de changer…et tous les espoirs sont permis !

L’ ARNm est un système d’exploitation, nous rappelle Karen Kingston

Moderna définit clairement l’ARNm comme un logiciel qui fabrique des « protéines ». Les injections d’ARNm ne contiennent pas d’ARN biologique, mais contiennent des technologies/dispositifs électroniques programmables.

17 avril 2023 : D’autres experts se sont manifestés pour démontrer que le concept d’ARNm biologique dans les injections de COVID-19 est une imposture car les adultes et les enfants reçoivent en fait des injections de technologies à base de nanoparticules

Les injections d’ARNm ne contiennent pas d’ARN biologique, mais contiennent des technologies/dispositifs électroniques programmables.

https://etouffoir.blogspot.com/2023/05/l-arnm-est-un-systeme-dexploitation.html

 

Share
Telegram
WhatsApp