FAIRE FACE AUX DÉSÉQUILIBRES NERVEUX, AUX TROUBLES ANXIEUX ET AUX CRISES DE PANIQUE PAR LA MÉTHODE BUTEYKO ( oui le CO2 peut et doit vous guérir et pour preuve…)

Raymond REYMONDIER

 

Voici ci-dessous un travail de synthèse sur l’approche Buteyko et le traitement de l’anxiété, le stress, la maladie bipolaire, les troubles de panique.

 Comme actuellement personnellement je ne connais aucun thérapeute qui aborde la plus puissante thérapie qui soit : LA RESPIRATION CONSCIENTE MAÎTRISÉE par l’approche Buteyko , pour la faire connaître je compte aussi sur vous pour la diffuser.

Au fait, C’EST pas PARCE QUE C’EST GRATUIT QUE C’EST BIDON !  Non c’est comme la gentillesse, ça s’offre !

 Cette approche est basée essentiellement sur la biochimie respiratoire et non sur la cohérence cardiaque.

 Ce qui me rend furieux, c’est la méconnaissance actuelle des médecins, des urgentistes, des infirmiers, des psychologues, des naturopathes, des ostéopathes sur LA BIOCHIMIE DES GAZ RESPIRATOIRES ! Les échanges gazeux et surtout le fabuleux effet Bohr ne sont jamais pris en compte. Alors les rôles de deux gaz respiratoires qui ont valu deux prix Nobel de Médecine ( en 1905 pour Bohr) et l’importance du CO2 pour l’absorption de notre oxygène cellulaire ( effet Bohr) et de l’oxyde nitrique ( en 1998 pour le docteur Ignaro) pour toutes les grosses pathologies cardiovasculaires.

Deux gaz fabuleux pour toute la chimie organique totalement inconnue des partisans de la médecine et des thérapeutes alternatifs c’est dingue et pourtant vrai !

Depuis 150 ans à Royat, station thermale du Massif Central , le CO2 de l’eau thermale guérit l’artérite oblitérante des membres inférieurs ( dont on coupe les jambes quand ça ne circule plus) C’est DINGUE NON ?

Quand va-t-on comprendre l’immense rôle majeur à la fois du CO2 de notre biologie cellulaire et de l’oxyde nitrique tous deux de fantastiques artisans de notre santé circulatoire et nerveuse mais c’est là où je veux en venir:                                  

De notre équilibre mental et émotionnel.

 

Pour une personne souffrante j’ai réalisé cette synthèse que, si vous avez suffisamment de temps lirez !

A partir du moment où on pratique avec force et assiduité les recommandations ci-dessous : plus d’anxiété, plus d’angoisse, plus d’anti-dépresseurs, plus de calmants, plus de troubles panique, plus d’agoraphobie, plus d’insomnie, plus de psychothérapie…

Les deux gaz de  notre physiologie respiratoire feront leurs boulots à merveille.

 

FAIRE FACE AUX DÉSÉQUILIBRES NERVEUX, AUX TROUBLES ANXIEUX ET AUX CRISES DE PANIQUE PAR LA MÉTHODE BUTEYKO:                          

Une expérience unique qui peut changer notre vie

  • L’anxiété est un problème de santé mentale courant. Il peut causer de l’inconfort physique et psychologique, des sentiments de peur, d’évitement, d’agitation, d’irritabilité, de fatigue, de troubles du sommeil, de problèmes de mémoire, de tension musculaire, de manque de concentration et d’attaques de panique
  • Les enfants et les adultes sujets à l’anxiété et aux attaques de panique présentent souvent des signes de troubles respiratoires chroniques
  • L’hyperventilation, la respiration irrégulière et les soupirs fréquents peuvent augmenter la sensibilité de votre corps au dioxyde de carbone dans le sang et entraîner une respiration excessive et d’autres symptômes d’attaque de panique.
  • Les scientifiques ont étudié les résultats positifs de la thérapie cognitivo-comportementale (TCC) et des exercices respiratoires et ont découvert que les deux approches étaient bénéfiques dans le traitement de l’anxiété. Cependant, la TCC n’a pas abordé les aspects biochimiques des attaques de panique alors que les exercices de respiration l’ont fait.
  • De mauvaises habitudes respiratoires peuvent provoquer une boucle de rétroaction négative dans laquelle une respiration superficielle, rapide et supérieure de la poitrine crée des sentiments d’anxiété
  • L’anxiété est liée à des maladies respiratoires et à des troubles psychologiques comme le trouble bipolaire. En s’attaquant aux troubles respiratoires, il est possible de soulager les symptômes de l’anxiété et d’améliorer votre qualité de vie globale.

                                 

STRESS ET ANXIÉTÉ CHEZ L’ADULTE ET L’ENFANT

Le stress est une réalité de la vie moderne. Nous bénéficions de niveaux sans précédent de commodité et de progrès technologiques, mais notre vie quotidienne est pleine, sous haute pression et, grâce aux médias sociaux, vécue plus publiquement que jamais.

Le système nerveux autonome de notre corps dispose de mécanismes sophistiqués pour faire face aux moments de stress et de danger. Mais ce serait un miracle évolutif si ces processus autonomes s’étaient développés assez rapidement pour gérer l’afflux constant de facteurs de stress causés par les déplacements bondés, les délais de présentation et les mises à jour logicielles, alors qu’il y a seulement quelques centaines d’années, ces choses n’existaient tout simplement pas. Il est facile de se retrouver avec notre bouton de combat, de fuite ou de gel coincé en position « on ». Le résultat est un stress chronique et un épuisement émotionnel.

Il est bien connu que les événements, qui pourraient sur une base individuelle être considérés comme non traumatisants, peuvent s’aggraver pour devenir importants. Confrontés à des périodes prolongées de stress, à des problèmes familiaux tels que le divorce ou la prestation de soins, et à des environnements de travail difficiles, nous avons du mal à faire face. Il n’est donc guère surprenant que nous développions des problèmes de santé mentale tels que l’anxiété et le trouble panique, ainsi qu’un catalogue de résultats négatifs pour la santé connexes.

Une étude de trois ans sur le trouble anxieux dans la population générale a révélé que 11,4% des personnes souffraient d’un trouble anxieux « sous-seuil » – leur anxiété n’était pas assez chronique pour produire des symptômes, mais c’était un facteur constant dans leur vie. Au moment où ces patients ont été réévalués à la fin de l’essai de trois ans, la condition avait progressé vers un trouble anxieux à part entière chez 13,8% des personnes souffrant d’anxiété. Pendant ce temps, Mind, l’organisme de bienfaisance pour la santé mentale rapporte que 5,9% des personnes en Angleterre ( observation de la clinique Buteyko)  souffrent de trouble d’anxiété généralisée et près de 8% souffrent d’anxiété et de dépression mixtes.

La recherche a montré que: « L’anxiété est fréquente chez les enfants et les adolescents ».

 Naturellement, c’est une source d’inquiétude pour les parents et les soignants. Ne serait-il pas formidable de trouver un moyen pratique de soutenir les jeunes anxieux? 

Alerte spoiler, la technique de respiration Buteyko peut nous aider…

Il est également bien connu que l’anxiété survient fréquemment parallèlement à d’autres problèmes de santé. Par exemple, les personnes souffrant d’apnée du sommeil sont plus susceptibles d’avoir des troubles anxieux que celles qui n’en souffrent pas  et une revue des patients atteints de MPOC chronique a révélé que 40 % des patients atteints de la maladie respiratoire souffraient d’anxiété clinique . 

Une autre étude similaire a révélé que l’anxiété clinique était présente chez entre 10% et 55% des patients hospitalisés pour MPOC et 13% et 46% des patients ambulatoires. Les troubles allaient de l’anxiété généralisée, qui touchait jusqu’à 33% des personnes étudiées, à la phobie sociale, qui a été signalée chez jusqu’à 11% des patients. Les femmes étaient plus susceptibles de souffrir de troubles anxieux cliniques tels que le trouble panique que les hommes.

Dans un autre article, les scientifiques ont rapporté que 45% des personnes atteintes de trouble bipolaire souffrent d’anxiété.

 Le traitement de l’anxiété peut être difficile lorsqu’elle coexiste avec le trouble bipolaire, car les antidépresseurs courants peuvent déclencher la manie et d’autres symptômes.

Si vous avez déjà éprouvé de l’anxiété, vous saurez que cela peut avoir un effet extrêmement débilitant sur votre qualité de vie. 

C’est aussi dommageable pour la santé physique. Les patients atteints de trouble panique ont des taux beaucoup plus élevés de problèmes cardiovasculaires, respiratoires, gastro-intestinaux et autres problèmes médicaux au cours de leur vie. et l’anxiété peut même conduire à des pensées suicidaires. Lorsque vous êtes constamment au bord d’une attaque de panique, il devient difficile de fonctionner socialement, au travail ou à la maison.

NE PAS RESPIRER PROFONDÉMENT EN HYPERVENTILATION, MAIS EN PROFONDEUR ( c’est à dire avec ses entrailles et les lobes inférieurs des poumons)

Lorsque les choses sont stressantes, on nous dit souvent de « respirer profondément ». Cela nous fait prendre la posture d’ouvrir prestement et largement la cage thoracique au niveau de la poitrine en ayant la posture rigide d’un Mussolini. ERREUR !

Il faut tout au contraire fixer notre attention au niveau du diaphragme qui doit s’ouvrir comme un parapluie sous nos dernières côtes flottantes dans la profondeur des alvéoles pulmonaires inférieures à cette partie des poumons où il y a une bien meilleure prise d’air !

Mais doucement, lentement et voluptueusement !

Ironiquement, contrairement à tout ce que vous pourriez penser, cela peut être exactement la mauvaise chose à faire c’est de prendre une grande inspiration. 

La réaction normale lorsqu’on lui demande de prendre une profonde respiration est d’inhaler une grande gorgée d’air directement dans le haut de la poitrine. Cela conduit à une respiration excessive et perpétue l’hyperventilation.

 Il est important de comprendre ce qu’est l’hyperventilation, car ce n’est pas tout à fait ce que la plupart d’entre nous pensent. L’hyperventilation chronique se produit subtilement, sans un seul sac en papier en vue, et une grande partie est habituelle – nous respirons trop d’air sur une base constante et à long terme. 

L’hyperventilation, telle que définie par les scientifiques dans les années 1930, est une respiration rapide et supérieure de la poitrine, où plus d’air est aspiré dans les poumons que nécessaire, provoquant une perte de dioxyde de carbone et perturbant la chimie du sang. Cela peut créer une série de réactions, y compris la tension musculaire. Et s’il n’y a pas assez de CO2 dans le sang, moins d’oxygène atteint le cœur et le cerveau.

De nombreuses études ont montré une boucle de rétroaction négative entre l’hyperventilation et l’anxiété dans laquelle de mauvaises habitudes respiratoires sont un facteur central. 

Mais il est important de comprendre la différence entre une respiration à court terme et une habitude à long terme. Il est normal, par exemple, que le volume et la vitesse respiratoire augmentent pendant l’exercice, ou si vous êtes soudainement stressé. Le vrai problème survient lorsque la respiration excessive continue et devient votre façon normale de respirer.

 

HALTE AUX ATTAQUES DE PANIQUE

Le Manuel diagnostique et statistique des troubles de santé mentale (DSM) définit les attaques de panique comme: « une poussée brusque de peur ou d’inconfort intense »

 Ces épisodes peuvent être vraiment effrayants, car les attaques de panique culminent en quelques minutes seulement. Les symptômes comprennent des palpitations, un rythme cardiaque battant ou accéléré, des tremblements ou des tremblements, des sensations d’étouffement, de transpiration, de dyspnée (essoufflement) ou une sensation d’étouffement, des douleurs thoraciques, des nausées ou des douleurs abdominales, des étourdissements ou des étourdissements, des frissons ou des sensations de chaleur, des évanouissements, des engourdissements ou des picotements, une déréalisation (sentiments d’irréalité) ou une dépersonnalisation (être détaché de soi-même), la peur de perdre le contrôle ou de « devenir fou », et même la peur de mourir.

Un lien direct a été prouvé entre l’anxiété, les attaques de panique et les niveaux de dioxyde de carbone dans le sang. 

La respiration rapide, qui est fréquente chez les personnes souffrant d’anxiété, provoque une baisse du CO2 sanguin, ce qui signifie que moins d’oxygène atteint le cerveau. Cela déclenche des sentiments de faim d’air semblables à la suffocation, qui provoquent une surrespiration compensatoire, perpétuant l’hyperventilation. 

Dans une étude, la relation entre les troubles anxieux infantiles et la respiration a été examinée chez les enfants âgés de 9 à 17 ans. Les chercheurs ont conclu que l’anxiété chez les enfants était déterminée par une sensibilité accrue au dioxyde de carbone. Des corrélations ont été trouvées entre la sensibilité au CO2 sanguin, l’augmentation de la vitesse respiratoire et les symptômes d’anxiété.

Les émotions telles que la peur provoquent également une augmentation de l’adrénaline et de la noradrénaline. Cela rend le corps environ 30% plus sensible au dioxyde de carbone, avec le même résultat : Hyperventilation. 

Si vous êtes déjà sujet aux attaques de panique, vous avez peut-être eu une forte réaction au sentiment d’étouffement, sans vous rendre compte qu’il était causé par une respiration excessive. La recherche a prouvé que les personnes souffrant de troubles anxieux paniquent et hyperventilent lorsque leurs niveaux de dioxyde de carbone dans le sang augmentent, car la sensation de faim d’air les incite à réagir avec peur.

Ce déclencheur biochimique est vraiment intéressant. 

Il indique que l’équilibre de vos gaz sanguins fait partie intégrante de votre susceptibilité aux attaques de panique. 

Et cela signifie que vous pouvez faire quelque chose au sujet de vos attaques de panique d’une manière qui permettra d’obtenir des résultats tangibles et de vous sentir plus en contrôle de votre anxiété. Cela se répercutera sur votre cerveau, et les sentiments de contrôle atténueront les aspects psychologiques du problème – une boucle de rétroaction positive cette fois.

La première chose que je pratique moi-même; puisque j’ai longtemps souffert de crises de tachycardie ( maladie de Bouveret) avec des attaques de panique et de l’anxiété c’est que je commence  à travailler pour traiter mes troubles respiratoires sous-jacents. 

J’examine chaque aspect de ma rééducation respiratoire à tour de rôle. 

Tout d’abord, je travaille à équilibrer ma biochimie, à développer la tolérance à la faim d’air léger et à réduire la sensibilité au dioxyde de carbone. Ensuite, j’introduis la respiration par mon diaphragme, et enfin je travaille à ralentir ma respiration.

En plus d’un programme doux d’exercices de respiration, il est également important d’examiner les facteurs suivants:

  • Un sommeil de bonne qualité contribue vraiment à votre qualité de vie et à votre capacité à faire face, quel que soit votre état de santé actuel. Je recommande de réduire les exercices de respiration pendant 15 minutes avant de se coucher et d’assurer une respiration nasale pendant le sommeil pour traiter les troubles respiratoires du sommeil tels que l’apnée du sommeil. Vous pouvez utiliser MYOTAPE pour scotcher la bouche tout en réintroduisant la respiration nasale habituelle pendant le sommeil
  • Il est bon de sensibiliser aux tensions physiques et aux schémas de pensée inutiles. 
  • Si vous remarquez les signes physiques et psychologiques qui peuvent déclencher des sentiments d’anxiété et / ou de panique, vous pouvez ralentir doucement votre respiration pour vous détendre.
  • En travaillant à augmenter votre pause de contrôle ( terme utilisé par Buteyko pour parler d’une apnée volontaire), vous réduisez progressivement votre sensibilité au CO2 sanguin. Cela aura un impact positif sur votre respiration pendant le repos, le sommeil et l’exercice, et vous donnera une plus grande résilience au stress.

Exercices de respiration et thérapies cognitivo-comportementales

Les traitements actuels du trouble panique comprennent des interventions psychologiques et pharmacologiques. Parmi les interventions psychologiques, la thérapie cognitivo-comportementale (TCC) est la plus couramment utilisée.

Selon un rapport, « le trouble panique n’a pas de remède et son évolution est imprévisible. La thérapie pharmacologique et la thérapie cognitivo-comportementale actuellement disponibles fonctionnent chez environ 80% des patients, mais les rechutes sont fréquentes. Environ 20% des patients continuent d’avoir des symptômes qui conduisent à une mauvaise qualité de vie.

Cependant, une étude réalisée en 2010 par des scientifiques américains partage une vision beaucoup plus positive en ce qui concerne les options de traitement et les résultats. 

Cette étude a examiné des patients atteints de trouble panique et d’agoraphobie. 

Les participants ont été répartis au hasard en deux groupes et, au cours de quatre semaines, ils ont reçu soit un entraînement respiratoire assisté par capnométrie, soit une TCC liée à la panique. Le groupe de respiration a pratiqué des exercices qui ont progressivement réduit leur rythme respiratoire de 13 respirations par minute en semaine 1 à 6 respirations par minute en semaine .

 La gravité et les symptômes de la pensée panique se sont améliorés chez tous les patients, tout comme leurs niveaux de contrôle perçus. Cependant, les résultats biochimiques étaient différents. Dans le groupe qui a reçu l’entraînement respiratoire, le CO 2  sanguin.

Les niveaux sont passés de trop bas (hypocapnique) à la normale. Ce changement n’a pas été reproduit dans le groupe TCC. Les résultats ont indiqué que l’entraînement respiratoire créait des changements biochimiques qui produisaient une rétroaction du corps au cerveau. Les exercices de respiration abordent le trouble panique d’un point de vue physiologique, tandis que la principale amélioration pour le groupe TCC est due au fait qu’ils se croyaient plus en contrôle de leur état.

On pense que bon nombre des avantages de la thérapie psychosociale proviennent du sentiment d’être plus en contrôle de l’apparition des attaques.

 Bien que la valeur de cette approche soit incontestable, il est intéressant de noter que la rééducation respiratoire aborde les symptômes d’un point de vue chimique.

 Si l’hyperventilation (en termes de réaction au dioxyde de carbone) plutôt que le stress mental est le déclencheur initial des attaques de panique, les symptômes et la fréquence diminuent lorsque les niveaux de dioxyde de carbone seront corrigés. 

Alors que des études antérieures ont interprété la baisse du CO2 En raison de l’augmentation du sentiment de contrôle, cette étude a conclu que c’était le changement thérapeutique du dioxyde de carbone qui réduisait les sensations et l’intensité de la panique, et non l’inverse – le changement biochimique était responsable des résultats positifs.

Les chercheurs ont également conclu que les exercices de respiration et la TCC fonctionnaient via différentes voies dans le corps. Les personnes qui souffrent d’anxiété et d’attaques de panique ont un déséquilibre dans la biochimie de leur corps qui signifie qu’elles sont constamment au bord d’une attaque de panique. Afin que leur problème soit complètement résolu, il est nécessaire d’utiliser des techniques de respiration parallèlement à des interventions psychologiques pour s’assurer que les symptômes sont gérés à la fois émotionnellement et physiquement. Cela donne les meilleures chances de ce « remède » insaisissable.

Traiter les troubles respiratoires pour une plus grande résilience face au stress

Avez-vous déjà remarqué ce qui arrive à votre respiration lorsque vous êtes stressé? 

Ce n’est peut-être pas le plus important de votre esprit au milieu d’une crise, mais il est probable que certaines choses se produisent. Il s’agit de :

  • Votre respiration s’accélère
  • Vous respirez par le haut de la poitrine
  • Vous pourriez soupirer plus souvent
  • Vous respirez par la bouche
  • Votre respiration devient irrégulière, erratique ou perceptible parce qu’elle est plus forte

De même, il est possible de créer des sentiments de stress en ajustant votre respiration pour reproduire ces habitudes.

Si vous souffrez d’anxiété et d’attaques de panique, il y a de fortes chances que vous respiriez déjà de la manière décrite ci-dessus. 

Vous pouvez commencer à résoudre ce problème simplement en prenant conscience.

  • Si la respiration est rapide, ralentissez-la doucement
  • Si vous vous remarquez en train de soupirer, retenez votre souffle pendant 10 secondes après le soupir pour rééquilibrer vos gaz sanguins.
  • Si vous respirez par la bouche, passez à la respiration nasale
  • Si votre respiration est bruyante ou erratique, calmez-la et pratiquez des respirations lentes, légères et profonde
  • Buteyko Exercices de respiration pour l’anxiété et le trouble panique

Lorsque vous commencez des exercices de respiration Buteyko pour l’anxiété et le trouble panique, il est important de se rappeler d’y aller doucement. Si vous vous précipitez à toute vapeur, des sensations intenses de faim d’air peuvent déclencher une attaque de panique.

Voici ce que vous pouvez faire :

  • Passer à la respiration nasale jour et nuit
  • Arrêtez de soupirer. Si vous remarquez qu’un soupir est en route, avalez. Si un soupir s’échappe, compensez en expirant par le nez et en retenant votre souffle pendant cinq à dix secondes après l’expiration.
  • Essayez l’exercice Breath Hold Walk (ci-dessous) – un exercice pour débutants qui est vraiment efficace pour l’anxiété
  • Améliorez votre pause de contrôle

                           

La marche Breath Hold

1. Prenez une respiration normale par le nez

2. Retenez votre souffle et tenez votre nez avec vos doigts afin qu’aucun air ne s’insinue

3. Tout en retenant votre souffle, marchez cinq à dix pas

4. Arrêtez de marcher et lâchez votre nez

5. Recommencez à respirer, par les narines

6. Respirez normalement pendant 30 à 60 secondes et répétez. Pratiquez quatre séries de cinq répétitions pendant la journée

Des exercices de respiration réduits vous aideront à augmenter votre pause de contrôle le nombre de secondes pendant lesquelles vous pouvez retenir votre respiration lors d’une expiration avant l’impulsion d’inspirer, et un indicateur de la sensibilité du sang au dioxyde de carbone. Votre rythme respiratoire ralentit et la quantité d’air que vous absorbez à chaque respiration diminue pour correspondre aux besoins métaboliques de votre corps. Votre inspiration sera plus légère, votre expiration légèrement plus longue – dans des schémas de respiration sains, l’expiration est environ 1,5 fois plus longue que l’inspiration – et la pause entre votre inspiration et l’expiration augmentera. La recherche a montré qu’un rapport inspiration/expiration où l’expiration est plus longue est utile pour réduire le stress physique et mental pendant la confrontation.

Exercices de respiration pour arrêter la panique

Vous pouvez mesurer votre progression à l’aide du score de pause de contrôle. Si votre pause de contrôle est inférieure à 25 secondes, votre respiration est susceptible d’être problématique. Vous pouvez également savoir si votre rythme respiratoire devient plus sain simplement par la façon dont vous vous sentez. Si vous respirez par voie nasale, votre sommeil sera meilleur et votre cerveau et votre corps recevront tout l’oxygène dont ils ont besoin. Si vous sentez une attaque de panique arriver, il est utile de connaître ces deux exercices, qui peuvent être utilisés pour prévenir l’apparition des symptômes:

1. Pratiquez une série de prises de respiration courtes (à l’expiration) de 3 à 5 secondes chacune

2. Mettez vos mains sur votre bouche pour respirer à nouveau le dioxyde de carbone expiré

Si vous souffrez d’anxiété et de trouble panique, il existe un moyen simple d’aller de l’avant. En prenant le contrôle de votre respiration et en vous attaquant au déséquilibre biochimique de votre corps, vous pouvez modérer la fréquence et la gravité des attaques de panique et réduire votre anxiété pour de bon.

Share
Telegram
WhatsApp